Skip to navigation – Site map
Occuper la ville : la résidence des élites

La résidence urbaine des administrateurs coloniaux de Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

Urban residency of the colonial administrators of Saint-Domingue in the second half of the 18th century
Zélie Navarro-Andraud

Abstracts

The territory of Saint-Domingue, the richest French colony of the 18th century, was structured by the plantation economy which developed on the island. The existence of two important cities on the island (Port-au-Prince and Le Cap) provides a way of approaching this issue. The site of political and economic power, the city was also the preferred place of residence of the colonial administrators. This assertion is not, in the colonial context of Saint-Domingue, by any means obvious. Indeed, many administrators preferred to live on their plantations to allow them to manage their personal property, rather than in the city. Thus, the issue of the urban residency of administrators can be seen to be relevant to the study of colonial societies, opening up multiple questions: which specific features of urban development characterised the colonial city? What are the various types of urban accommodation in which the colonial administrators lived? What are the characteristics of these? Is to understand these questions ultimately equivalent to investigating the perception of the administrators of the colonial city and the use they made of the urban space?

Top of page

Full text

1L’île de Saint-Domingue, espace singulier, est au XVIIIe siècle la colonie la plus riche du royaume de France. Or, l’économie de plantation, à l’origine de sa prospérité a, depuis l’essor de la colonisation, organisé et structuré l’espace géographique. La partie française de Saint-Domingue, dépourvue de toutes constructions pérennes lors de l’implantation des premiers colons français au XVIe siècle, a donc connu un aménagement spécifique de son territoire et notamment de son espace urbain. La majeure partie du territoire dominguois est dévolue à l’exploitation agricole (canne à sucre, café, coton, cochenille, pâtures, etc.) et constitue de ce fait un espace rural prépondérant occupant essentiellement les plaines fertiles et les terres intérieures de l’île, divisé et organisé en « habitations ». Les villes se répartissent quant à elles généralement le long des côtes. Certes, quelques bourgs situés dans les terres assurent le maillage urbain de la colonie mais l’implantation des cités se révèle avant tout littorale en raison de l’activité économique de l’île. Le commerce triangulaire ou le commerce en droiture avec la métropole requièrent, en effet, un nombre important de ports pouvant assurer ce type d’échanges maritimes. C’est ainsi que la ville coloniale se défini avant tout comme un port ouvert sur l’extérieur et non une cité repliée sur elle-même et enserrée dans ses murs.

  • 1  L’Université Paris IV-Sorbonne accueille ainsi le Centre International de Recherche sur les Esclav (...)

2Or, la prépondérance des « habitations » dans le paysage insulaire a lourdement influencé la production historiographique. Qu’elle soit haïtienne ou française, la recherche menée dans le cadre de l’histoire économique jusque dans les années 1980 a tenté d’appréhender, sous de multiples aspects, ce système de production, depuis l’évolution du grand commerce maritime jusqu’aux conditions de vie des esclaves sur les plantations (voir notamment Cauna, 1987 ; Debien, 1961, 1976 et 1977 ; Mehaud, 1986). Cette attention portée au système de l’habitation s’est, peu à peu, inscrite dans le champ de l’histoire sociale et privilégie actuellement comme angle d’étude la population servile dans une approche socio-économique et culturelle du sujet1. Dans ce contexte, l’évocation d’une histoire urbaine coloniale, sous l’Ancien Régime, semble paradoxale. De fait, nous sommes, encore actuellement, face à un champ historiographique largement inexploité (Sainton, 2001).

  • 2  Les termes « d’administrateurs coloniaux » désignent, ici, les administrateurs issus des rangs de (...)

3Néanmoins, en dépit de l’économie de plantation et de son historiographie conséquente, l’histoire urbaine coloniale se développe inexorablement. La ville apparaît, selon Regourd (1999 : 184) « comme le cœur de cet organisme fragile qu’est la société antillaise : en ville, se trouvent en effet toutes les fonctions qui permettent d’échapper à la logique de l’autoconsommation ». Ainsi, aux fonctions économiques s’ajoutent également des fonctions administratives majeures. Capitale administrative, telle Port-au-Prince, ou relais du pouvoir exercé par le gouverneur général dans la colonie, telle Léogane, la ville est, semble-t-il, de fait, le lieu de résidence privilégié des administrateurs coloniaux2. Cette remarque pouvant apparaître comme une évidence, au regard des pratiques métropolitaines, ne s’érige pourtant pas en principe dans le monde colonial. Bien qu’une partie des administrateurs reçoit dans les lettres de nomination l’obligation de résider sur le lieu d’exercice de leur pouvoir, telle n’est absolument pas la règle pour l’ensemble du groupe. De fait, cette disparité dans les modalités de l’affectation professionnelle soulève les questions suivantes : quels sont les divers types de logements urbains occupés par les administrateurs coloniaux ? Quelles en sont les caractéristiques ? Enfin, appréhender ces deux questionnements, c’est également s’interroger sur la perception qu’ont les administrateurs de la cité coloniale et sur l’usage qu’ils font de l’espace urbain.

  • 3  « Plan de la ville, des rades et des environs du Port-au-Prince dans l’Isle de Saint-Domingue », 1 (...)
  • 4  Paris, CARAN, microfilm, SDOM, 5 MI 1253, côte CAOM, G1 495 b, Cadastre des maisons de la ville du (...)
  • 5 Paris, CARAN, microfilm, SDOM, 5 MI 1253, côte CAOM, G1 495 a, Cadastre des maisons de la ville du (...)

4Dans cette perspective, un certain nombre de sources ont été analysées et utilisées. Au premier rang de celles-ci figurent les plans cartographiques de Port-au-Prince en 1785 et du Cap en 17793. Le choix de ces deux plans fut opéré en raison de la date de leur réalisation, correspondant parfaitement à la période historique d’étude du corpus d’administrateurs évoqué dans le présent article, comme en raison de la qualité et de la précision du travail alors opéré et de leur état de conservation. Il est remarquable de pouvoir situer précisément sur les plans les logements évoqués notamment dans les actes notariés et les recensements et, de fait, de pouvoir réaliser une analyse extrêmement fine de la résidence urbaine comme de l’occupation du territoire de la cité par les individus. Le second type de sources utilisé est celui des cadastres. Si le cadastre du Cap, daté de 17874, ne mentionne que les noms des propriétaires et les dimensions des constructions, celui de 1776 se révèle beaucoup plus riche5. En plus de recenser les édifices et leurs propriétaires, il mentionne également les noms des occupants, précisant leur qualité de propriétaire ou de locataire, la profession des résidants ou le statut marital des femmes mais de façon aléatoire, la qualité du bâti (bois ou maçonnerie) et régulièrement le nombre de pièces composant le logement, enfin, il précise le montant des loyers, que le domicile soit ou non affermé. Il résulte du croisement des deux cadastres, l’observation de l’évolution de l’état de la propriété urbaine et des catégories sociales concernées. Or, ce premier croisement de sources est, par la suite, étayé par l’apport de nouveaux documents permettant de développer l’analyse dans le temps. Il s’agit, notamment, de la correspondance administrative relative aux questions de logement des agents de l’Etat, des relevés d’appointements mentionnant les frais de logement et des récits de voyage. La combinaison de ces documents permet ainsi d’appréhender la problématique de la résidence urbaine des administrateurs sur une période relativement longue comprenant la seconde moitié du XVIIIe siècle, et ce sous de multiples facettes (propriété, location, côte immobilière, montant des loyers, localisation spatiale, qualité des logements, etc.). Le troisième type principal de sources étudiées concerne les inventaires après décès. Particulièrement nombreux en raison du fort taux de mortalité recensé dans la colonie, ils sont d’un intérêt considérable en ce qui concerne l’investissement foncier, immobilier et mobilier des administrateurs à Saint-Domingue. Le détail de leur rédaction, estimant jusqu’à la moindre petite cuillère en argent, permet d’appréhender à travers la qualité, la valeur et le nombre des objets, au sens large, les mentalités de leurs propriétaires. Les choix de résidence et d’aménagement intérieur des logements se révèlent riches d’enseignement. Enfin, l’analyse des registres paroissiaux, associée à celle des diverses notes de frais relatives à l’usage de lieux de sociabilité institutionnel, permet quant à elle de parachever l’étude de la vision des administrateurs sur la cité coloniale par le biais des cercles de sociabilité.

5Toutefois, appréhender la résidence urbaine des administrateurs coloniaux nécessite, avant tout, d’aborder le thème général de la cité coloniale. Quelles spécificités du développement urbain caractérisent la ville coloniale ?

Etat des lieux : la ville coloniale

6La cité coloniale possède indubitablement ses propres spécificités. Cependant, celles-ci varient en fonction des latitudes. De fait, si l’exemple de Saint-Domingue peut s’élargir aux villes antillaises et plus généralement insulaires (île de France, île Bourbon), la comparaison ne peut s’étendre à l’ensemble du domaine colonial français d’Ancien Régime.

7Cette précision gardée à l’esprit, il apparaît que la première particularité de la cité coloniale est, sans conteste, son homogénéité à l’échelle insulaire.

Homogénéité des agglomérations

8Alors que les cités métropolitaines affichent une grande diversité de structure et d’organisation de l’espace, les cités dominguoises présentent une similitude étonnante dans leur configuration. En effet, au XVIIIe siècle, tandis que la cité est généralement, dans « l’ancien monde », le fruit d’une superposition, d’une évolution ou d’une reconstruction d’une ville initiale, antérieure de plusieurs siècles, tel n’est absolument pas le cas de la cité coloniale. Pourquoi ? La raison est à chercher dans la chronologie même des Grandes Découvertes comme dans l’absence d’urbanisme ou dans la présence d’un schéma « urbain » indien radicalement différent des cités européennes modernes et, de fait, non exploité. La jonction de ces trois facteurs pose alors la question de la fondation et du développement de l’espace urbain et donc de ses particularités. En effets, quels éléments s’érigent en marqueurs coloniaux par opposition au fait urbain métropolitain ?

  • 6  La première installation d’aventuriers de langue française a lieu, sur l’île de la Tortue à proxim (...)

9La première spécificité réside dans le court laps de temps durant lequel fut pensée et établie la ville coloniale, si ce n’est le maillage urbain du territoire. En effet, le semi urbain colonial est mis en place sur une période relativement courte, à peine plus d’un siècle à partir du milieu du XVIIe siècle. Certes, l’occupation coloniale de Saint-Domingue débute dès sa découverte par Christophe Colomb, en 1492. Cependant, lors de la prise de possession française6, la colonisation espagnole précédente n’a laissé derrière elle aucun établissement formel hormis quelques ports à peine aménagés, tels le môle Saint-Nicolas ou Port-de-Paix. La conséquence directe de cet état de fait est que toutes les villes appartiennent à une seule génération.

  • 7  Le plan des cités coloniales suit un schéma quadrillé où le croisement à angle droit des artères p (...)

10La seconde caractéristique des villes dominguoises résulte également des conditions initiales offertes aux arpenteurs et aux ingénieurs du roi : un territoire pratiquement vierge de toutes constructions. Cette absence de structures urbaines préétablies permet de penser et de rationnaliser l’espace insulaire et plus particulièrement l’espace urbain. Le territoire colonial envisagé, depuis sa conquête, comme une terre productrice de richesses, doit sa structuration et la mise en place de centres urbains à la volonté royale de créer des établissements devant permettre l’organisation de l’exploitation dudit territoire. Dans cette perspective économique, où la question de la rentabilité est essentielle, il apparaît que les agglomérations dominguoises ont une structure identique attribuant à la colonie une homogénéité urbanistique. Cela tient-il uniquement aux visées mercantiles versaillaises ou la qualité d’officier militaire des ingénieurs doit-elle également être prise en compte ? La rigueur des plans établis semble procéder de ces deux éléments. Quoi qu’il en soit, la cité se caractérise par un secteur organisé géométriquement, c’est-à-dire par un plan en damier7 entretenant des rapports plus ou moins étroits avec l’environnement rural (Saint-Vil, 1978).

  • 8  Bien qu’il soit indéniable qu’il y ait une parenté des rythmes d’urbanisation des villes classique (...)
  • 9  La Ciudad de l’aire hispano-américaine en est un exemple achevé.

11Or, la rationalisation de l’espace confère à la cité coloniale une troisième spécificité. En effet, la ville dominguoise doit uniquement son existence à l’importation d’un modèle métropolitain semblable à celui des bastides médiévales8. La virginité de l’espace, associée à la vision économique royale et aux compétences militaires des ingénieurs, a permis la réalisation de constructions utopiques issues de la Renaissance (plan en damier et tracé géométrique des rues). Cet ordonnancement particulier de l’espace donne alors aux agglomérations insulaires un caractère dit « artificiel ». Ce qualificatif fait ainsi référence à l’état de friche urbaine rencontré par les ingénieurs de même qu’à leur ouvrage de transposition d’un modèle urbain issu de « l’ancien monde » sur le territoire du « Nouveau Monde », sans éventuelle prise en compte d’une quelconque référence autochtone9.

12Ainsi, les villes dominguoises, en vertu de l’histoire même de la Conquête et de la volonté monarchique, présentent une homogénéité remarquable de leur structure conférant à l’artificialité de leur édification. Or, si leur création relève d’une configuration initiale du territoire spécifique, qu’en est-il de leur implantation spatiale ? Est-elle également le fruit des mêmes contingences ? Et, de fait, donne-t-elle lieu à d’autres particularités caractérisant les agglomérations insulaires ?

L’implantation urbaine à l’aune de l’économie coloniale

  • 10  De 10 cités en 1717, Saint-Domingue passe à 58 cités en 1788, dont 11 sont considérées comme des v (...)

13Si chaque colonie a développé une économie spécifique, en vertu de l’association de ses particularités géographiques à la demande du marché international, Saint-Domingue se caractérise par une économie de plantation. Or, ce type de modèle renvoie à une structuration du territoire bien précise. Alors que le territoire urbain fut pensé de façon rationnelle avec pour objectif la mise en œuvre d’un espace organisé visant à favoriser l’essor économique insulaire, il apparaît très clairement que tel est également le cas en ce qui concerne l’implantation territoriale des villes dominguoises. En effet, outre les contraintes physiques de l’île, particulièrement montagneuse à l’intérieur des terres et pourvue de nombreuses plaines littorales ne pouvant communiquer que par le biais du cabotage, l’économie de plantation ne nécessite pas un réseau urbain dense et hiérarchisé comme en métropole10. En vertu des raisons évoquées précédemment (territoire vierge de toute construction, importation et projection d’un modèle urbanistique utopique européen, enjeux économiques et volonté royale), le tissu urbain colonial est relativement fragile et distendu. Tout étant à bâtir et ce sans véritable politique financière, il résulte de cet état de fait un taux d’urbanisation relativement négligeable qui oscille, en 1789, entre 5 et 6 %.

14A cette première caractéristique majeure s’additionne une seconde spécificité prépondérante, fruit des mêmes contraintes : une implantation des centres urbains majoritairement littorale. L’activité économique de l’île a, en effet, essentiellement besoin de ports commerciaux. De fait, sur 50 centres, à la fin du XVIIIe siècle, 35 sont situés sur la côte et moins d’une dizaine à plus de 30 km à vol d’oiseau de la mer.

15Il ressort de ces deux spécificités, un maillage urbain distendu et une implantation côtière prédominante, la marque, si ce n’est le poids, du sceau colonial tel qu’il est pensé et élaboré au XVIIIe siècle. En tant que terre coloniale, Saint-Domingue n’est autrement considérée que comme un territoire d’exploitation devant être rentable. Cette vision monarchique et métropolitaine mène au formidable essor économique que connaît Saint-Domingue au XVIIIe siècle. A la fin des années 1780, plus de 1200 vaisseaux accostent annuellement dans la colonie, alors que la production agricole atteint 40 % de la production mondiale de sucre et 60 % de la production mondiale de café (Geggus, 1990 : 197), le tout dévolu à l’exportation. L’origine d’une telle prospérité ? L’exploitation d’une main-d’œuvre servile. Or, cet élément fondamental des sociétés coloniales antillaises suppose la répartition et l’organisation des esclaves au sein de plantations ou plus précisément « d’habitations ». Ainsi, l’aménagement du territoire dominguois est à la fois la cause et la conséquence de la politique versaillaise, résultant elle-même de l’expansion du commerce mondial.

16Or, si l’état du tissu urbain dominguois exprime, indéniablement, la prépondérance de l’activité économique de l’île dans son organisation territoriale, l’urbanisme, lui-même, peut-il être un marqueur de l’économie de plantation ? Et dans ce cas, de quelle façon se traduit-il ?

La sectorisation spatiale des centres urbains

17Au regard des divers plans établis à la fin du XVIIIe siècle, il apparaît de façon remarquable que la cité coloniale exprime dans sa structure elle-même le destin économique assigné aux colonies. En effet, tout comme l’établissement côtier des villes dominguoises, la sectorisation spatiale des centres urbains témoigne des préoccupations commerciales de la colonie. L’exemple de la capitale administrative de l’île, Port-au-Prince, est en cela particulièrement représentatif (Figure 1).

Figure 1. Port-au-Prince, quartiers du front de mer et du gouvernement.

Figure 1. Port-au-Prince, quartiers du front de mer et du gouvernement.

Note : en jaune figurent les quartiers du front de mer. En bleu figure le périmètre du quartier du gouvernement.

Publication autorisée par le Service des Archives nationales d’outre-mer. FR.ANOM. Aix-en-Provence (F3 296 B30). Tous droits réservés.

Source : Plan de la ville, des rades et des environs du Port-au-Prince dans l’Isle de Saint-Domingue, 1785. Moreau de Saint-Méry, Louis-Médéric-Élie, 1958, Description topographique, physique, civile politique et historique de la partie française de Saint-Domingue, nouvelle édition entièrement revue et complétée sur le manuscrit, accompagnée de plans et d’une carte hors-texte, suivie d’un index de personnes, par Blanche Morel et Étienne Taillemite, Paris : Société d’Histoire des Colonies françaises, Librairie Larose, t. II.

18La partie nord de la cité, ou Front de mer, est essentiellement consacrée aux activités portuaires et de négoce. Aux côtés des magasins du roi, entrepôts consacrés au ravitaillement des troupes et, plus largement, aux besoins de la colonie en produits et denrées de toutes sortes se tiennent de nombreux commerces. En effet, si la proximité des quais de déchargement des marchandises incite les négociants à établir leurs entrepôts dans ce quartier, la forte fréquentation des quais les invite à tenir boutique dans ce même quartier. Enfin, la richesse échangée et générée dans le quartier du front de mer, à moins que ce ne soit le souffle purificateur de la brise du large, donne lieu à l’établissement de riches résidences. Cependant, il faut bien l’avouer, elles sont bien souvent la propriété de négociants, limitant, par là même, l’hétérogénéité socioprofessionnelle du quartier.

19En ce qui concerne la partie centrale de la ville, celle-ci se développe autour de la Place d’Armes ou Place du Gouvernement. Il s’agit de la place centrale de la cité, ainsi que l’indique sa position géographique dans le périmètre urbain. Ce second secteur est généralement désigné sous le terme de Quartier du Gouvernement. La raison en est fort simple : il est essentiellement consacré aux bâtiments administratifs et militaires de toutes sortes : bureaux du gouvernement et de l’intendance, palais du Conseil supérieur de la ville, casernes des régiments coloniaux et des régiments métropolitains affectés temporairement dans l’île, hôpital militaire, bureaux de l’administration fiscale, etc. Ainsi, la fonction du bâti, ajoutée aux caractéristiques architecturales des bâtiments administratifs, ordinairement imposants et élevés en pierre, définit l’identité du quartier occupé.

20Quant à la partie sud de Port-au-Prince, elle apparaît peu urbanisée car récente (1750). De plus, il faut également tenir compte des aspects démographiques. Si la population insulaire est importante, sa composition sociale, fortement marquée par le travail servile sur les plantations, retranche une part considérable d’individus de la catégorie des libres aptes à s’établir en ville. Quoi qu’il en soit, l’inégale urbanisation du territoire, port-au-princier en l’occurrence, est l’une des caractéristiques des cités coloniales, à savoir : un tissu urbain de moins en moins dense au fur et à mesure que l’on s’éloigne du port (Geggus, 1990 : 197-228).

21Or, ce découpage urbain en trois parties distinctes ne résulte pas uniquement des contraintes physiques du territoire et des contingences commerciales. Il est également l’œuvre de la haute administration coloniale à savoir celle du gouverneur général lui-même et de l’intendant. Créateurs et administrateurs de la cité fondée en 1749, puisque détenteurs du pouvoir foncier, ils eurent, à ce double titre, la volonté de maîtriser une certaine répartition des habitants dans la ville ainsi qu’en témoignent l’ordonnance fondatrice (May, 1949 : 236). Il s’agit de favoriser l’installation des négociants sur le bord de mer et celui des affranchis dans les quartiers les moins prisés et donc éloignés de la mer ; l’objectif avoué étant de créer un « réservoir » urbain de main d’œuvre pour subvenir aux besoins des gens de mer et des étrangers de passage. S’agit-il d’un concept novateur en matière d’urbanisation coloniale ? Absolument pas. Si le choix du site fut original en raison de l’insalubrité du lieu et de la présence d’un port difficile à défendre dénoncés par les ingénieurs, le plan établi et la politique de peuplement des quartiers appuyant un état de fait généré par l’urbanisme même de la ville, sont typiques des villes coloniales. En d’autres termes, l’action des administrateurs répond à de simples logiques de bon sens qui ont, au fil du temps, établie une norme en matière de construction urbaine coloniale. Or, c’est cette norme, par comparaison aux modèles européens d’alors, qui marque l’originalité de l’urbanisme colonial.

22De fait, à Saint-Domingue, les centres urbains connaissent généralement un plan d’urbanisation identique, hormis les bourgs situés dans les terres qui se développent, habituellement, autour d’une église dont le parvis fait office de place centrale ou Place d’Armes.

  • 11  Toutes les cités dominguoises du XVIIIe siècle ont en effet une fonction portuaire, hormis La Bomb (...)

23Cependant, une certaine différence entre villes d’importance et petits bourgs marque la sectorisation du territoire urbain. Celle-ci se révèle parfois à l’opposé de la répartition présentée dans les principales cités dominguoises. Ainsi, les bourgs des régions côtières sont souvent constitués de deux noyaux distincts. Le front de mer, dit « embarcadère », s’il représente le quartier principal des grandes cités, ne constitue dans les bourgs qu’un secteur secondaire généralement insalubre et peu ordonné. Bien que destiné aux opérations portuaires, il semble que l’absence d’urbanisation adaptée à l’accueil de population additionnée aux infrastructures militaires dont il est flanqué, tels que les batteries, redoutes et autres forts, repousse l’habitat en retrait du littoral. En conséquence, le secteur principal, composé de commerces, de résidences et de bâtiments administratifs, se situe plus loin vers l’intérieur des terres, sur des terrains plus sains (Saint-Vil, 1978). Néanmoins, le plan d’urbanisation présenté à travers l’exemple de Port-au-Prince demeure, et ce, en vertu de l’activité commerçante de la colonie11. Seule est délocalisée l’occupation humaine.

24Telles sont donc les principales caractéristiques de la cité dominguoise : homogénéité de structure et d’ordonnancement de l’espace urbain, implantation littorale et sectorisation spatiale bipolaire se répartissant entre le quartier du front de mer dévolu aux activités portuaires et le quartier de l’intérieur des terres affecté aux activités administratives et militaires. Or, dans cette géographie urbaine spécifique au monde colonial, qu’en est-il exactement de la résidence des administrateurs coloniaux ? Est-elle représentative de leur statut social ?

La résidence urbaine des administrateurs coloniaux de Saint-Domingue

25A l’image de la composition socioprofessionnelle du groupe des administrateurs coloniaux dominguois, leur résidence urbaine témoigne, également, de leur diversité. Cependant, l’étude fait émerger deux types distincts de modes de logement : le logement de fonction et le logement particulier.

Le logement de fonction

26Ce mode de logement, spécifique à la fonction publique et donc alloué aux agents de l’État, ne concerne à Saint-Domingue que les administrateurs issus des rangs de l’armée et de la marine. De fait, en sont exclus les magistrats, les officiers de finance et les officiers de la maréchaussée.

27Le logement de fonction se compose essentiellement de quatre sortes de bâtiments. Le palais du gouvernement abrite, outre de nombreux bureaux, le logement du gouverneur général de la colonie et de son aide de camp, voire de ses secrétaires. Le palais de l’intendance héberge quant à lui, en dehors des bureaux, l’intendant de la colonie et généralement ses secrétaires. Enfin, les casernes logent les deux régiments coloniaux que sont le régiment de Port-au-Prince et le régiment du Cap ainsi que les troupes de la légion de Saint-Domingue. Toutefois, le corps des ingénieurs du roi et celui de la maréchaussée, qui sont pourtant considérés comme des militaires assimilés, ne bénéficient pas d’un logement de fonction, même en caserne.

28Ainsi que cela a été rapidement évoqué dans un chapitre précédent, ces trois types de logement forment à Port-au-Prince, comme au Cap, le quartier dit du Gouvernement. Celui-ci se situe au centre de la cité, délimitée par les arpenteurs du roi, face à la place d’armes, autour de laquelle s’ordonne également le palais du Conseil supérieur. Or, si le quartier administratif occupe géographiquement une place centrale dans la cité, il n’en compose cependant pas le cœur. Il se dresse en retrait du front de mer où se concentre véritablement l’activité urbaine, c’est-à-dire le port et les rues allant du quai à la place d’armes. De fait, le quartier du gouvernement apparaît comme un secteur relativement inhabité. Cette impression est, de plus, accentuée par le petit nombre de maisons particulières et par le voisinage immédiat de la partie sud de la ville qui s’apparente à un immense terrain vague ponctué de quelques cases. Enfin, lorsque le régiment de la cité part en manœuvre et que le Conseil supérieur suspend son activité, le quartier administratif devient un « véritable désert » (Moreau de Saint-Méry, 1958).

  • 12  Aix-en-Provence, CAOM, Série colonie E, fonds ministériel, E/193, dossier François de Neufchâteau, (...)

29Quant au quatrième type de logement de fonction, il s’agit de ce qui est alors nommé les bâtiments du roi. Ce terme désigne ordinairement des constructions sommaires, élevées sur les terrains du roi ou dans l’enceinte des palais du gouvernement ou de l’intendance. Si leur affectation n’est pas clairement établie, ils peuvent servir occasionnellement d’hébergements provisoires aux administrateurs nouvellement débarqués de métropole, en attendant qu’ils aient trouvé, par leurs propres moyens, un logement personnel. C’est ainsi que, lorsque François de Neufchâteau, nouveau procureur général du Conseil supérieur du Cap, débarque, en 1783, le gouverneur général, Léonard de Bellecombe, lui prête pour se loger un petit pavillon en bois bâti dans le jardin du gouvernement. Or, voici comment le procureur général décrit lui-même son logement dans une demande de retraite intitulée « Procureur Général du Cap Ses maux et ses malheurs» écrite depuis l’hôpital de la Charité du Cap : « Monsieur de Bellecombe avait eu la bonté de m’abandonner cet asile, décoré du nom de pavillon et qui n’est qu’une échoppe. Cette case, toute à jour, est une éponge dans la pluie et une fournaise dans la chaleur, tour à tour noyé et brûlé, j’ai gagné successivement la dysenterie et la fièvre chaude12». A la lueur de ces propos on mesure toute la relativité du confort alloué aux logements de fonction établis dans les édifices royaux.

30C’est ainsi que certains administrateurs qui bénéficient du logement de fonction occupent, sous ce couvert, des maisons de particuliers. Certes, l’insalubrité des bâtiments n’est pas la cause principale de cet état de fait, dont le manque de logement en est sans aucun doute la raison majeure, mais la qualité du bâti et les effets de styles architecturaux des maisons particulières participent vraisemblablement à ce type de location. En vertu de ces divers éléments, les commandants en second des trois parties de l’île comme certains colonels de régiments, résident dans des demeures privées affermées au roi.

31Malgré sa diversité, le logement de fonction est parfaitement représentatif, en vertu de la qualité de son propriétaire, le Roi, et de l’importance des édifices, du statut d’agents de l’Etat des administrateurs qui en bénéficient comme du statut de représentant du roi. Quant à la situation même des logements, à l’intérieur des bâtiments militaires et administratifs, elle marque indéniablement la fonction des occupants. Cependant, si l’on considère le statut des administrateurs d’un point de vue socio-économique, alors le logement de fonction ne témoigne pas véritablement de leur identité. La qualité de rang et le niveau de fortune sont tout simplement effacés au profit d’une certaine représentation, à travers la qualité du logis, de la hiérarchie des pouvoirs publics en vigueur. Ainsi, contrairement à la métropole, la résidence urbaine n’est pas un marqueur identitaire pertinent. Le manque de matériaux de qualité, l’urbanisation récente, les contraintes géographiques et climatiques locales, la situation d’expatriation des administrateurs, les contraintes professionnelles et politiques sont autant d’éléments brouillant l’image identitaire des individus qui se donne généralement à voir dans l’espace urbain.

32Quoi qu’il en soit, une part importante des administrateurs coloniaux jouit de cet avantage considérable à Saint-Domingue : le logement de fonction ou le logement aux frais du roi. Qu’il s’agisse de logements au sein des bâtiments administratifs ou militaires ou de logements plus modestes dans leur construction, il est à noter que le logement de fonction ne témoigne que d’une facette de l’identité des hommes, circonscrite à leur situation professionnelle. Cependant, cette prérogative, ou contrainte selon le cas, ne concerne essentiellement que les officiers militaires. Or, l’administration coloniale se compose, également, d’officiers de marine et d’officiers civils qui, écartés de ce droit, doivent se loger par leurs propres moyens. Cette « liberté » dans le choix de la résidence permet-elle alors, mieux que le logement de fonction, de faire état de son rang, de son statut, de sa fortune et de son pouvoir ?

Le logement particulier

33Ce mode de logement, de loin le plus courant même parmi les agents de l’État en affectation à Saint-Domingue, concerne à la fois les magistrats et les officiers civils mais également les officiers militaires n’ayant pas droit au logement de fonction tels que les officiers d’état-major, les officiers du Génie, les officiers de la Maréchaussée, les officiers de la Marine de plume et les officiers de port. Cette différenciation des administrateurs quant à leurs privilèges, si elle est à priori à l’avantage des militaires, au regard du montant des loyers pratiqués dans la colonie, elle peut également être perçue comme une contrainte, en particulier par les administrateurs propriétaires dans l’île. Néanmoins, le logement de fonction n’est pas systématiquement une obligation contractuelle et nombre d’officiers, même militaires, sont libres de choisir leur mode de logement.

34Peu importe, les administrateurs contraints de se loger par leurs propres moyens ne sont pas totalement lésés. Ils perçoivent en effet, au titre de leur hébergement, une indemnisation financière. Cette compensation fait ainsi partie de leurs appointements et est désignée sur les relevés de soldes suppléments d’appointement pour logement. Ces suppléments ne sont donc pas identiques pour l’ensemble des administrateurs et varient en fonction des postes et des grades soit entre 1 500 livres pour un conseiller ou un ingénieur en chef et 6 000 livres pour le commandant de l’artillerie de Saint-Domingue.

35Forts de ce supplément d’appointements, il est intéressant de constater que, les administrateurs, en dépit du montant qui peut être considérable, optent majoritairement pour un mode spécifique de logement : la location. En effet, tandis que les gens de couleur libres et les négociants forment les deux premiers groupes de propriétaires immobiliers urbains, les magistrats n’occupent que la troisième place, au même titre que les planteurs qui résident habituellement sur leur exploitation. Quant aux officiers militaires, la part de ces derniers parmi les détenteurs de propriétés immobilières est infime. Les administrateurs coloniaux sont donc peu fréquemment des propriétaires urbains et sont, avant tout, des locataires.

  • 13  Saint-Domingue n’a pas été épargnée par les éléments : tremblements de terre (1701, 1713, 1734, 17 (...)

36Cette particularité des agents de l’État, au regard des pratiques de l’élite urbaine à laquelle ils appartiennent, se manifeste également dans l’architecture des résidences qui souligne le caractère professionnel et temporaire de leur affectation dans la colonie. Ainsi, ils résident ordinairement dans de petits appartements ou des maisons en rez-de-chaussée, plus rarement avec un étage qui est à Saint-Domingue signe d’aisance. Quant à la qualité du bâti, elle est généralement mauvaise. Ceci s’explique par les contraintes locales : alors qu’à Port-au-Prince les maisons sont construites en bois à cause des ouragans, au Cap elles sont en maçonnerie à cause des incendies13. D’une façon générale, les toits sont majoritairement revêtus de tuiles, et tandis qu’ils affichent des ardoises côté rue ils sont recouverts d’essentes côté cours. Concernant l’ornementation extérieure des façades celle-ci est quasi inexistante, les murs sont simplement passés au lait de chaux, enfin, le premier étage, quand il y en a, se résume généralement à une reproduction identique du rez-de-chaussée, lorsqu’il ne s’agit pas uniquement d’une chambre haute dite tour d’équerre.

37Enfin, lorsqu’on étudie la localisation exacte des logements à l’intérieur de la cité, les résultats dégagés sont particulièrement dignes d’intérêt. L’exemple choisi pour cette analyse est celui de la ville du Cap, en raison de l’importance démographique, économique et politique de la cité mais également en raison des sources archivistiques. En effet, il existe deux cadastres de la ville du Cap en excellent état de conservation.

  • 14  Carte : Plan de la ville du Cap-Français, Isle Saint-Domingue, avril 1779. Paris, CARAN, microfilm (...)

38Ainsi, d’après le cadastre de 177614 recensant systématiquement le montant des loyers, nous avons pu estimer la valeur locative moyenne de chaque rue de la ville du Cap, par simple addition des loyers mentionnés, et donc déterminer une certaine hiérarchie sociale des quartiers si ce n’est des artères elles-mêmes (Figure 2).

Figure 2. Valeur locative moyenne des rues de la ville du Cap-Français, 1776.

Figure 2. Valeur locative moyenne des rues de la ville du Cap-Français, 1776.

Note : la valeur locative moyenne des rues de la ville du Cap-Français est renseignée en livres par les couleurs. En rouge : plus de 6000 ; en orange : de 4000 à 6000 ; en jaune foncé : de 2000 à 3000 ; en jaune clair : moins de 2000.

Publication autorisée par le Service des Archives nationales d’outre-mer. FR.ANOM. Aix-en-Provence (F3 296 D8). Tous droits réservés.

Source : Plan de la ville du Cap-Français Isle St-Domingue, avril MDCC LXXIX, Voyage aux îles d’Amérique, catalogue de l’exposition organisée d’avril à juillet 1992 à l’Hôtel de Rohan (Archives Nationales), Paris, 1992, n° 306, p. 252-253.

39D’une façon générale, plus on s’éloigne des quais, et donc du quartier du front de mer où se tient l’activité économique de la cité, plus la valeur locative des rues diminue. De même, si l’on procède à une analyse plus fine de la valeur locative d’une rue en estimant celle-ci maison par maison, il apparaît que le montant locatif se dévalue au fur et à mesure que les résidences se situent en amont de l’artère, ou s’éloignent des quais. Il est donc indéniable que ce qui conditionne le « standing » d’une rue est sa situation par rapport aux lieux d’amarrage prisés par les navires et donc par les négociants, détenteurs et générateurs de la richesse. L’unique exception est la rue de Rohan, figurée en rouge à l’extrémité gauche du plan. Bien qu’elle soit totalement excentrée par rapport aux débarcadères et au quartier du front de mer, elle affiche une valeur locative moyenne de plus de 6 000 livres. Cette cotation, inattendue pour un tel emplacement, n’est due, en fait, qu’à la location de bâtiments au roi servant alors de caserne.

40Ainsi, si les rues à forte valeur locative débouchent majoritairement sur les quais du quartier du front de mer et remontent dans une certaine mesure vers le quartier administratif, qu’en est-il de la localisation des résidences des administrateurs coloniaux ?

41D’après la Figure 3, schématisant par ordre de grandeur la densité d’occupation des rues capoises par les administrateurs coloniaux, en vertu de leur mention dans le recensement de 1776, il apparaît clairement que les agents de l’État résident à proximité de leur lieu d’exercice soit : proche du Conseil supérieur, du palais du gouvernement et des casernes. Bien que cette constatation ne soit pas d’une grande originalité, ce qui est le plus étonnant est, sans aucun doute, leur très petit nombre à résider dans des rues à forte valeur locative. Il ressort, en effet, de la comparaison entre la localisation des rues, et de leur valeur locative moyenne, et la localisation des lieux de résidences des administrateurs coloniaux, que ceux-ci occupent majoritairement des artères où se pratiquent des loyers moyens, voire peu élevés, se situant dans une fourchette allant de 1 000 à 4 000 livres.

Figure 3. Occupation résidentielle des administrateurs coloniaux dans la ville du Cap-Français, 1776.

Figure 3. Occupation résidentielle des administrateurs coloniaux dans la ville du Cap-Français, 1776.

Note : l’occupation résidentielle des administrateurs coloniaux dans la ville du Cap-Français est renseignée par les couleurs. En bleu foncé : de 7 à 11 administrateurs ; en turquoise : de 4 à 6 ; en bleu mer : de 2 à 3 ; en bleu clair : 1.

Publication autorisée par le Service des Archives nationales d’outre-mer. FR.ANOM. Aix-en-Provence (F3 296 D8). Tous droits réservés.

Source : Plan de la ville du Cap-Français Isle St-Domingue, avril MDCC LXXIX, Voyage aux îles d’Amérique, catalogue de l’exposition organisée d’avril à juillet 1992 à l’Hôtel de Rohan (Archives Nationales), Paris, 1992, n° 306, p. 252-253.

42Et si l’on y regarde de plus près, il apparaît alors qu’ils occupent des logements se situant généralement en amont de la rue, par rapport aux quais se situant en aval, soit dans la portion de la rue la moins chère en termes de loyer. Or, en tant que membres de l’élite urbaine, en vertu de leur détention du pouvoir public, ne devraient-ils pas résider dans les rues les plus huppées de la ville, comme les négociants et autres grands-blancs ? Si la logique voudrait que tel soit le cas, l’échelle de hiérarchisation sociale basée sur la fortune, considérée à Saint-Domingue, relègue les administrateurs quelque peu en retrait derrière les marchands et les planteurs qui constituent à la fois la majorité des propriétaires urbains comme des locataires des principales artères de la cité. En d’autres termes, le logement privé ne reflète pas lui non plus toute la complexité identitaire des administrateurs. Alors que la liberté de choix en la matière aurait pu permettre aux individus de reproduire le schéma métropolitain dans lequel une identification s’établit entre l’homme, son logement, son pouvoir et sa fortune, contre toute attente, tel n’est pas le cas dans la colonie.

43Quoi qu’il en soit, il ressort de cette rapide analyse du mode de logement deux points essentiels. D’une part, les administrateurs coloniaux sont avant tout des locataires urbains, que ce soit à titre public ou privé et d’autre part, en dépit de leur appartenance à l’élite urbaine, ils ne résident pas dans le quartier le plus prisé de la cité mais dans un quartier secondaire, situé à proximité de leur lieu d’exercice, à la tarification moyenne voire peu élevée, ce dont témoigne l’architecture des résidences du lieu.

44Or, cette occupation très spécifique de l’immobilier urbain soulève un certain nombre de questions. En effet, pourquoi les administrateurs occupent-ils différemment l’espace urbain colonial par rapport à leur culture métropolitaine ? Outre le mode de logement, de quelle façon se traduit cet état de fait ? Enfin, est-il révélateur des identités et des mentalités ?

Conception et usage de la cité coloniale

45En tant que lieu de travail et lieu de vie, les administrateurs coloniaux s’approprient la cité d’une façon qui leur est propre. Leur rapport à la ville, comme territoire, et leur rapport au logement soulignent une conception bien particulière de la cité dominguoise et, au-delà, de l’espace colonial. C’est ainsi qu’en fonction de leur durée de séjour dans l’île, de leurs calculs financiers, de leur perception de la représentation publique à tenir ou de leur propre définition identitaire, les agents de l’Etat appréhendent-ils différemment la cité coloniale et leur résidence en son sein. Lieu d’affectation professionnelle ou lieu de résidence, ces deux visions aboutissent à la conclusion que la cité coloniale n’est autre qu’un lieu de passage.

La cité coloniale : un lieu d’affectation professionnelle

46Si le mode et le type de logement (logement de fonction ou location, rusticité et sobriété du bâti) reflète la contrainte professionnelle, dont la résidence dans la cité est l’une des facettes, l’aménagement intérieur des domiciles privés témoigne du même état de fait. D’après les inventaires après décès, rien ne semble être prévu pour l’agrément. Le mobilier apparaît peu nombreux, se résumant parfois au strict nécessaire, composé majoritairement d’essence locale et généralement usagé. Les bibliothèques sont peu fréquentes, y compris dans les intérieurs des magistrats, les tableaux et tapisseries sont peu nombreux, seules les tables de jeux semblent adoucir l’ordinaire du quotidien. Bref, il se dégage des inventaires un certain inconfort des résidences des administrateurs coloniaux dont la récurrence souligne l’ordinaire du fait.

47Ainsi, alors que le rang et le statut des hommes pouvaient se traduire par un confort et un ameublement reproduisant les pratiques usitées en France, il n’en est rien. Le témoignage du comte de Malouet, de voyage à Saint-Domingue, est sans appel : « Entrez dans les maisons de ces hommes, elles ne sont ni commodes ni ornées. Ils n’ont pas le temps, ce n’est pas la peine, voilà leur langage. Dans les cités, la commodité, la salubrité manquent aux locaux d’habitation parce qu’on n’y met rien de ce qui peut plaire, séduire, attacher, tous ne songent qu’à les quitter, chacun se hâte, se dépêche, ils ont l’air de marchands dans une foire » (Girod, 1972 : 81).

48L’aménagement et l’ameublement intérieur traduisent, sans ambiguïté, la perception que les administrateurs ont de la cité coloniale : un lieu de séjour professionnel, soumis à un certain nombre de contraintes, et défini dans le temps en vertu des tableaux d’avancement et/ou des impératifs politiques. Aussi, cette conception ce traduit-elle par une certaine précarité dans l’installation des individus dont la brièveté du service est connue dès les premiers instants de l’affectation. Dans ces conditions, le service dans la colonie est avant tout utilisé comme un procédé d’avancement plus rapide dans l’échelle des grades (la durée du service dans les colonies et en temps de guerre compte double) mais aussi et surtout comme un moyen de faire fortune, par le biais d’un mariage « avantageux » ou d’appointements plus élevés. Or, dans les deux cas, l’administrateur se considère comme expatrié avec pour point de mire, à court terme, son retour en métropole.

49Mais l’appréhension de la résidence dans la colonie comme une contrainte inhérente à l’affectation professionnelle peut également se traduire par des pratiques spécifiques de mode de vie, révélatrices d’une conception de la cité plus nuancée. Elle n’est alors plus envisagée comme un casernement mais comme un lieu de séjour. Séjour que les administrateurs, soucieux de leur rang et de leur statut, crispés sur leur identité métropolitaine, tentent d’adoucir, sans pour autant se livrer à un quelconque métissage culturel.

La cité coloniale : un lieu de résidence

50Lorsque la cité coloniale est envisagée comme un lieu de résidence résultant d’un choix individuel, les hommes marquent alors leur volonté de conserver leur identité métropolitaine. Cette attitude, se traduit en premier lieu par le choix de ne pas investir dans la colonie. En effet, la résidence est exclusivement urbaine (et non mixte comme une part importante des élites coloniales) et ne porte que sur des locations. Il semble, en effet, que les officiers préfèrent investir non pas dans l’immobilier urbain, qui il est vrai est de mauvaise qualité et dont la valeur se déprécie rapidement en raison des aléas climatiques, mais dans les « meubles meublants » susceptibles d’être déménagés. Il se cache ainsi en arrière pensée le désir de rentrer, dans un futur plus ou moins proche, en métropole.

51En second lieu, l’identité métropolitaine s’affiche également dans la conservation d’un cadre de vie métropolitain. La qualité des matériaux d’importation, leur état de conservation, leur préciosité et leur nombre traduit cette volonté, laquelle est d’autant plus marquée que le prix des objets est particulièrement élevé dans l’île et suppose de fait un investissement financier conséquent.

52En dernier lieu, la conservation d’un mode de vie métropolitain se fait également marqueur identitaire. Cette conservation, opérée tant dans la sphère publique que privée, est largement favorisée par l’urbanité elle-même. Elle est ainsi marquée par la fréquentation des lieux de sociabilité ouverts, par une insertion sociale avant tout d’ordre professionnel comme en témoignent les repas de corps, comme par des éléments moins formels tel que le nombre et la qualité de la vaisselle. Son appréhension est en effet intéressante. Il apparaît que la porcelaine de Chine et l’argenterie ne sont pas rares de même que les services composés de plusieurs centaines de pièces. Ceci souligne, de fait, l’attention portée à la conservation et à l’application des usages français et évoque sans détour l’organisation de dîners et de réceptions conformes aux pratiques sociales métropolitaines, confortant, un peu plus, l’analyse précédente.

53Les administrateurs, soucieux de la représentation de leur statut, exposent donc leur identité, leur origine métropolitaine, par le biais de diverses pratiques faisant de la ville un lieu de résidence que l’on investi véritablement. Or, ce repli identitaire, se faisant en réaction contre la société créole, se veut être le marqueur, par la « pureté » des origines du pouvoir politique qui leur est délégué. Ainsi, l’affirmation culturelle est elle utilisée comme un outil de pouvoir et de domination politique. Du moins, est-ce là la conception et l’usage qu’en font les administrateurs coloniaux arrivant de métropole, dont la réflexion se base sur une échelle de valeurs sociales accordant la primauté à la naissance et au rang et non à la fortune comme cela se pratique dans le monde colonial. Aussi, la question de la détention du pouvoir est-elle toute relative. Le véritable pouvoir colonial réside en effet dans le pouvoir économique, mais nous ouvrons ici une réflexion qui nous écarterait du sujet.

54Quoi qu’il en soit, les deux visions de la cité coloniale présentées plus haut aboutissent à une même conclusion. Qu’elle soit utilisée comme un lieu d’affectation temporaire et précaire ou comme un lieu de séjour, qui en dépit de sa brièveté se veut relativement confortable, la ville est finalement perçue et vécue comme un lieu de transit, une étape supplémentaire et provisoire dans la carrière des administrateurs.

La cité coloniale : un lieu de passage

  • 15  Il est ici fait référence aux administrateurs d’origines créoles et aux administrateurs d’origines (...)

55Peu importe que résider dans la cité soit ou non un choix personnel, la ville coloniale est avant tout envisagée comme un lieu de transition. Lieu d’affectation temporaire, cité portuaire ouverte sur le monde, lieu d’échanges commerciaux, même les administrateurs durablement implantés à Saint-Domingue15 participent à cette définition de la cité coloniale. L’usage qu’ils en font est significatif de cette vision. En effet, ils n’effectuent que de courts séjours dans la cité afin, par exemple, de régler des affaires privées chez un notaire ou de réaliser des transactions commerciales. Les administrateurs créoles comme les administrateurs métropolitains ne sont donc que des locataires urbains, soulignant de la sorte le caractère instable et cosmopolite des populations urbaines coloniales.

56La courte durée des affectations dans la colonie, qui est en moyenne de cinq ans, concourt et conforte tout à la fois à ne faire de la cité coloniale qu’un lieu d’implantation humaine précaire. Réalité coloniale accentuée par la forte instabilité du marché foncier et immobilier livré à la spéculation, par l’importante rotation des cadres de l’administration royale et par un taux de mortalité élevé.

57La sociabilité urbaine développée par les administrateurs, dans l’île, souligne également l’usage temporaire qu’il est fait de la cité. Les hommes fréquentent principalement des lieux de sociabilité ne nécessitant pas d’investissement personnel, ou financier, à long terme. Rares sont les abonnements pris pour la Comédie du Cap, pourtant très fréquentée, car il leur sont préférés les places vendues au détail, tout comme pour les bals. Les salons de lecture et autres clubs privés sont peu fréquentés, en vertu de l’investissement individuel régulier qu’ils supposent, à l’image des sociétés de pensée et des académies scientifiques. Seules les loges maçonniques semblent attirer les administrateurs résidant en ville. Alors qu’elles fonctionnent sur un mode de réunions fixes et répétitives dans le temps, et sont donc d’une certaine façon aliénantes pour les individus, le principe d’appartenance à la communauté maçonnique est usité comme un billet d’entrée au sein des diverses loges et ce sans aucunes contraintes en retour. Il est d’ailleurs intéressant de souligner que l’instabilité du nombre des loges dominguoises, de même que la qualité et la fluctuation du nombre de frères, témoignent d’une certaine fragilité structurelle générée et entretenue par la mouvance même de la population urbaine et des administrateurs coloniaux.

58Enfin, à l’image de l’usage des lieux de sociabilité urbaine institutionnelle, les rapports sociaux basés sur une relation stable et pérenne sont absents de la toile sociale tissée par les administrateurs dans l’île. Il est remarquable de noter que parmi les agents de l’Etat résidant uniquement en ville et ayant de ce fait une vision très particulière de leur présence dans la colonie, aucun d’entre eux n’est devenu parrain d’un enfant créole durant son affectation, rares sont ceux qui sont cités parmi les témoins de mariages créoles et peu nombreux sont ceux ayant épousé une créole dominguoise qui, de toute façon, suivra la carrière de son époux en métropole rompant ainsi ses liens avec la colonie.

59Ainsi, la cité dominguoise apparaît, en vertu de son infrastructure caractéristique des colonies antillaises, comme un lieu de résidence temporaire. Le mode de logement, l’occupation spatiale urbaine, les lieux de résidence, les aménagements intérieurs et les usages de la cité sont révélateurs des mentalités. Les administrateurs coloniaux perçoivent la ville comme une étape supplémentaire dans leur parcours professionnel et l’occupent en conséquence, ainsi qu’en témoignent les éléments précédents. Cependant, il n’est pas question d’une vision spécifique aux agents de l’État qui serait déformée par un quelconque prisme professionnel. La réalité est beaucoup plus complexe. L’activité économique de la cité, tournée vers le négoce maritime, en fait un lieu de transit des marchandises comme des hommes. En effet, elle ne semble pas capable de retenir une population stable. L’affectation même des administrateurs coloniaux accentue une forte instabilité du marché immobilier, déjà entretenue par les activités de négoce. La vision des administrateurs sur la cité coloniale qu’ils régissent est à l’image de la perception qu’ils ont de leur propre présence dans l’île : la cité n’est qu’un lieu de passage pour des hommes qui ne sont que de passage.

Top of page

Bibliography

BEGOT Danielle, 1992, « Villes et urbanisme », in Voyage aux Iles d’Amérique, catalogue de l’exposition organisée d’avril à juillet 1992 à l’Hôtel de Rohan (Archives Nationales), Paris, pp. 258-268.

BUTEL Paul, 1986, « Le modèle urbain colonial au XVIIIe siècle : l’investissement immobilier dans les villes de Saint-Domingue », in BUTEL Paul et CULLEN L.-M. (dirs), Cities and Merchants : French and Irish Perspectives on Urban Development 1500-1900, Dublin : Trinity College Dublin, pp. 149-164.

CAUNA Jacques de, 1987, « Bibliographie historique haïtienne 1980-1986 (période coloniale et révolutionnaire) », Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer, t. 74, n° 276, pp. 333-356.

CORVINGTON Georges, 1975, Port-au-Prince au cours des ans. La ville coloniale 1743-1789, Port-au-Prince : Imprimerie Henri Deschamps.

DEBIEN Gabriel, 1961, « Les travaux d’histoire sur les Antilles françaises, chronique bibliographique (1959-1960) », Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer, t. 48, pp. 267-308

DEBIEN Gabriel, 1976, « Chronique de l’histoire d’outre-mer. « Les Antilles françaises, 1970-1974 (1ière partie) », Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer, t. 63, n° 231, pp. 286-316 ;

DEBIEN Gabriel, 1977, « Les Antilles françaises, 1970-1974 (2ème partie) », Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer, t. 64, n° 234, pp. 55-84.

GEGGUS David, 1990, « Urban development in XVIIIth century Saint-Domingue », Bulletin du Centre d’Histoire des Espaces Atlantiques, n° 5, pp. 197-228.

GEGGUS David, 1991, « The major port towns of Saint-Domingue in the later 18th century », in KNIGT F.W. et LISS P.K. (éds), Atlantic Port Cities. Economy, Culture, and Society in the Atlantic World (1650-1850), Knoxville: University of Tennessee, pp. 87-116.

GIROD François, 1972, De la société créole, Saint-Domingue au 18e siècle, Paris : Hachette

LANGLOIS Gilles-Antoine, 2003, Des villes pour la Louisiane française : théorie et pratique de l’urbanistique coloniale au 18e siècle, Paris : L’Harmattan.

LOUPES Philippe, 1986, « Le modèle urbain colonial au XVIIIe siècle », in BUTEL Paul et CULLEN L.-M. (dirs), Cities and Merchants : French and Irish Perspectives on Urban Development 1500-1900, Dublin : Trinity College Dublin, pp. 165-182.

MAY Louis-Philippe, 1949, « Port-au-Prince 1749-1950 », Revue d’Histoire des colonies, 3e-4e trimestres, pp. 229-232.

MEHAUD Catherine, 1986, « Tables bibliographiques 1959-1986 », Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer, t. 73, n° 273.

MOREAU de SAINT-MERY Louis-Médéric-Élie, 1958, Description topographique, physique, civile politique et historique de la partie française de Saint-Domingue, nouvelle édition entièrement revue et complétée sur le manuscrit, accompagnée de plans et d’une carte hors-texte, suivie d’un index de personnes, par Blanche Morel et Étienne Taillemite, Paris : Société d’Histoire des Colonies françaises, Librairie Larose, t. II.

NAVARRO-ANDRAUD Zélie, 2007, Les élites urbaines de Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : la place des administrateurs coloniaux (1763-1792), thèse d’histoire de troisième cycle, Université de Toulouse, Toulouse II-Le Mirail.

PEROTIN-DUMON Anne, 2000, La ville aux îles, la ville dans l’île. Basse-Terre et Pointe-à-Pitre, Guadeloupe, 1650-1820, Paris : Editions Karthala.

PINON Pierre, 1997, « Villes fondées à Saint-Domingue au XVIIIe siècle, une régularité sans concession », in MALVERTI Xavier et PINON Pierre (dirs), 1997, La ville régulière. Modèles et tracés, Paris : Picard, pp. 123-145.

REGOURD François, 1999, « Hommes de pouvoir et d’influence dans une capitale coloniale – Intendants et gouverneurs-généraux à Port-au-Prince dans la 2ème moitié du XVIIIe siècle », Des hommes et des pouvoirs dans la ville, XIVe – XXe siècles, France, Allemagne, Angleterre, Italie, Bordeaux : Centre d’Etudes des Espaces Urbains, pp. 181-214.

SAINTON Jean-Pierre, 2001, « L’historiographie des Antilles francophones : acquis, problématiques, perspectives », in Regards sur l’histoire de la Caraïbe. Des Guyanes aux Grandes Antilles, Paris : Ibis Rouge, pp. 373-379.

SAINT-VIL Jean, 1978, « Villes et bourgs à Saint-Domingue au XVIIIe siècle », Conjonction, n° 138, pp. 5-32.

Top of page

Notes

1  L’Université Paris IV-Sorbonne accueille ainsi le Centre International de Recherche sur les Esclavages (CIRESC). L’objectif du CIRESC est, aujourd’hui, le développement des études sur la traite, les esclavages et leurs productions culturelles, sociales et politiques, sans limites temporelles ou géographiques.

2  Les termes « d’administrateurs coloniaux » désignent, ici, les administrateurs issus des rangs de l’armée régulière (gouverneurs généraux, lieutenants généraux des armées du roi, commandants généraux des troupes et milices, commandants en second, majors généraux, commandants de places) et dont les grades équivalent ou sont supérieurs à ceux d’officiers supérieurs ; des administrateurs issus du corps de la marine, qu’ils soient officiers de plume (intendants des colonies, commissaires ordonnateurs, commissaires généraux de la marine, commissaires principaux, sous-commissaires) ou officiers de port (capitaines de ports) ; des administrateurs appartenant aux cours supérieures (présidents de Conseils supérieurs, conseillers titulaires, conseillers assesseurs, procureurs généraux, procureurs, juges) ; et des administrateurs se situant en dehors des hiérarchies conventionnelles (directeurs généraux des fortifications, ingénieurs en chef, commissaires des guerres, prévôts généraux de la maréchaussée, lieutenants de juge, vérificateurs généraux des comptes, receveurs généraux des deniers publics). Pour une définition plus précise des fonctions, des statuts et des hommes voir Navarro-Andraud 2007.

3  « Plan de la ville, des rades et des environs du Port-au-Prince dans l’Isle de Saint-Domingue », 1785, voir Moreau de Saint-Méry, 1958. Plan imprimé, 45,5 cm x 33,5 cm, Bibliothèque Nationale, Département de Cartes et Plans, S.H. Pf.149, division 7, pièce 14 D. « Plan de la ville du Cap-Français Isle St-Domingue, avril MDCC LXXIX », Voyage aux îles d’Amérique, catalogue de l’exposition organisée d’avril à juillet 1992 à l’Hôtel de Rohan (Archives Nationales), Paris, 1992, n° 306, p. 252-253.

4  Paris, CARAN, microfilm, SDOM, 5 MI 1253, côte CAOM, G1 495 b, Cadastre des maisons de la ville du Cap Haïtien, 1787.

5 Paris, CARAN, microfilm, SDOM, 5 MI 1253, côte CAOM, G1 495 a, Cadastre des maisons de la ville du Cap, 27/06/1776.

6  La première installation d’aventuriers de langue française a lieu, sur l’île de la Tortue à proximité de Saint-Domingue, vers 1625-1630, mais ce n’est qu’en 1659, après de nombreuses tentatives, que ces « Frères de la Côte » conquièrent la place espagnole et prennent définitivement possession de l’île. En 1683 est nommé le premier gouverneur de la partie française de Saint-Domingue, Tarin de Cussy. Enfin, la régularisation internationale et politique de cet état de fait est réalisée lors de la signature du traité de Ryswick, mettant fin à la guerre dite de la Ligue d’Augsbourg, en 1697.

7  Le plan des cités coloniales suit un schéma quadrillé où le croisement à angle droit des artères principales relativement larges (10-20 mètres) découpe des îlets assez étendus (1 400 à 6 000 m²), îlets eux-mêmes subdivisés en îlots (300 à 600 m²).

8  Bien qu’il soit indéniable qu’il y ait une parenté des rythmes d’urbanisation des villes classiques régulières, et donc coloniales par transposition, et des damiers du Moyen Age et de la Renaissance, il ne faut cependant pas tirer de conclusions hâtives sur leur parenté morphologique ainsi que le souligne Langlois (2003).

9  La Ciudad de l’aire hispano-américaine en est un exemple achevé.

10  De 10 cités en 1717, Saint-Domingue passe à 58 cités en 1788, dont 11 sont considérées comme des villes (Saint-Vil, 1978)

11  Toutes les cités dominguoises du XVIIIe siècle ont en effet une fonction portuaire, hormis La Bombarde.

12  Aix-en-Provence, CAOM, Série colonie E, fonds ministériel, E/193, dossier François de Neufchâteau, demande de retraite, «Procureur Général du Cap Ses maux et ses malheurs», Hôpital de la Charité du Cap, 20/12/1784.

13  Saint-Domingue n’a pas été épargnée par les éléments : tremblements de terre (1701, 1713, 1734, 1751, 1770), ouragans et cyclones (1751, 1775, 1788), incendies du môle Saint-Nicolas (1776, 1780). Cette liste, non exhaustive, souligne cependant la récurrence des événements destructeurs mettant à mal les villes et les infrastructures dominguoises.

14  Carte : Plan de la ville du Cap-Français, Isle Saint-Domingue, avril 1779. Paris, CARAN, microfilm, SDOM, 5 MI 1253, côte CAOM, G1 495 a, Cadastre des maisons de la ville du Cap, 27/06/1776.

15  Il est ici fait référence aux administrateurs d’origines créoles et aux administrateurs d’origines métropolitaines s’étant établi définitivement à Saint-Domingue, généralement par le biais du mariage, et qui en vertu des pratiques coloniales résident sur leur habitation, soit en territoire rural.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Port-au-Prince, quartiers du front de mer et du gouvernement.
Caption Note : en jaune figurent les quartiers du front de mer. En bleu figure le périmètre du quartier du gouvernement.
Credits Publication autorisée par le Service des Archives nationales d’outre-mer. FR.ANOM. Aix-en-Provence (F3 296 B30). Tous droits réservés.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/997/img-1.png
File image/png, 3.5M
Title Figure 2. Valeur locative moyenne des rues de la ville du Cap-Français, 1776.
Caption Note : la valeur locative moyenne des rues de la ville du Cap-Français est renseignée en livres par les couleurs. En rouge : plus de 6000 ; en orange : de 4000 à 6000 ; en jaune foncé : de 2000 à 3000 ; en jaune clair : moins de 2000.
Credits Publication autorisée par le Service des Archives nationales d’outre-mer. FR.ANOM. Aix-en-Provence (F3 296 D8). Tous droits réservés.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/997/img-2.png
File image/png, 505k
Title Figure 3. Occupation résidentielle des administrateurs coloniaux dans la ville du Cap-Français, 1776.
Caption Note : l’occupation résidentielle des administrateurs coloniaux dans la ville du Cap-Français est renseignée par les couleurs. En bleu foncé : de 7 à 11 administrateurs ; en turquoise : de 4 à 6 ; en bleu mer : de 2 à 3 ; en bleu clair : 1.
Credits Publication autorisée par le Service des Archives nationales d’outre-mer. FR.ANOM. Aix-en-Provence (F3 296 D8). Tous droits réservés.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/997/img-3.png
File image/png, 504k
Top of page

References

Electronic reference

Zélie Navarro-Andraud, « La résidence urbaine des administrateurs coloniaux de Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 1 | 2009, Online since 27 May 2009, connection on 17 October 2017. URL : http://articulo.revues.org/997 ; DOI : 10.4000/articulo.997

Top of page

About the author

Zélie Navarro-Andraud

Zélie Navarro-Andraud holds a PhD in History from the University of Toulouse. She is a member of the FRA.M.ESPA Laboratory at the University of Toulouse II. Email: zelie.navarro@free.fr

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org