Skip to navigation – Site map
2009

La rigueur du qualitatif

Book review of: Jean-Pierre Olivier de Sardan. La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique.
Bernard Zuppinger
Bibliographical reference

Jean-Pierre Olivier de Sardan. 2008. La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique. Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant.

Full text

Full size image
Credits : © Academia-Bruylant 2009

1Alors que l’excellence de la recherche scientifique se mesure désormais quotidiennement à l’aune de critères quantitatifs, que les recrutements et l’évaluation des enseignants-chercheurs se basent sur les impact factors de leurs publications et des revues qui les accueillent et que les rankings des universités influencent directement leurs recrutements prestigieux ou leurs levées de fonds, les chercheurs en sciences sociales, interpellés par cette dérive quantitative du contexte scientifique, et qui s’interrogeraient par ailleurs sur la scientificité de la production de leurs données qualitatives et de leur analyse, feront une lecture très bénéfique de l’ouvrage de Jean-Pierre Olivier de Sardan, La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation en socio-anthropologie.

2Certes, l’opposition qualitatif/quantitatif dans la recherche en sciences sociales n’est pas nouvelle et ce dualisme méthodologique a, depuis de nombreuses années déjà, été considéré comme relevant d’un « faux débat » (Bourdieu, 1992). Néanmoins, la validité scientifique des méthodes qualitatives en sciences sociales, et en socio-anthropologie en particulier, pose toujours question. L’exigence de rigueur, au sein d’une démarche empirique de production du matériau scientifique, basée sur des dispositifs d’enquête qualitative indissociables des fondements théoriques qui les constituent, demeure en particulier une préoccupation majeure dont se fait l’écho l’ouvrage de Jean-Pierre Olivier de Sardan.

3Nourri par plus de 40 ans d’expérience de terrain, de recherche, d’enseignement et d’encadrement de jeunes chercheurs, l’auteur a rédigé un ouvrage qui se démarque, par son contenu, d’un manuel ou d’un guide sur l’enquête qualitative. Réunissant des analyses déjà publiées à d’autres occasions, les chapitres présentés ici par Jean-Pierre Olivier de Sardan ont été révisés, remaniés et réorganisés de sorte à former un tout cohérent. Le résultat offre au lecteur une réflexion de fond sur l’ancrage empirique de la construction de données en socio-anthropologie, en écho, en quelque sorte, à la légitimité acquise par les enquêtes qualitatives depuis le début des années 1990.

4Dans la perspective de la production d’une anthropologie « à la fois scrupuleuse et non passéiste », désormais éloignée de tout exotisme, l’auteur s’emploie à démontrer que le travail de terrain reste un incontournable de la pratique anthropologique.

5Après avoir posé « l’unicité et la spécificité épistémologique » des sciences sociales – non sans force précaution en ce qui concerne les frontières disciplinaires, tant les configurations spécifiques à la sociologie, l’anthropologie ou l’histoire sont réelles, de par leur modes « d’investigations empiriques » différentes – l’auteur passe en revue, sans trop s’y attarder, les modes de production de données dans l’enquête qualitative et les biais y relatifs. Le chercheur débutant, en quête d’un manuel pratique proposant une méthodologie détaillée des techniques de production de donnée accompagnée d’exemples, restera certainement sur sa faim à la lecture de ce rapide survol. Le cœur de l’ouvrage, en revanche, lui offrira une lecture plus profitable. Articulé autour des deux « propriétés cardinales » de la production de données qualitatives que sont l’émicité (autrement dit l’attention portée au point de vue des acteurs) et la descriptivité, il se développe ensuite en une analyse des biais interprétatifs qui en découlent.

6Cet ouvrage n’a en effet pas pour ambition, comme s’en défend lui-même Jean-Pierre Olivier de Sardan, de figurer comme un livre de recettes dans la bibliothèque du parfait socio-anthropologue, tant une bonne pratique de l’enquête qualitative ne peut s’acquérir que par un réel savoir-faire construit au fil de l’expérience du terrain. Il préfère offrir une réflexion multiple, réunie dans un seul et même ouvrage, sur la construction des énoncés en sciences sociales, s’attardant plus particulièrement sur une mise en évidence des biais induits dans l’interprétation des données et auxquels le chercheur est confronté.

7L’auteur s’attarde en effet particulièrement sur ces biais interprétatifs dont l’importante discussion relative à leurs impacts sur l’analyse socio-anthropologique représente plus du tiers de l’ouvrage, ce qui finit par l’alourdir quelque peu. Il retrace, documente, analyse et prolonge les débats existants, d’abord sur la « place accordée à la subjectivité du chercheur », en particulier sur les modalités et les risques de dérives de l’utilisation de plus en plus courante du « je » et sur les effets interprétatifs de cette subjectivité sur la production empirique du travail de terrain. Il aborde ensuite le populisme, entendu au sens sociologique du terme, comme attitude sympathisante de l’intellectuel envers le « peuple ». L’auteur analyse finalement les différentes figures de la sur-interprétation, dont relèvent également les comparaisons « débridées », peu rigoureuses, ou les généralisations hâtives propres au courant déconstructionniste américain des années 1980. Ce faisant, il permet de retracer parallèlement, de par la richesse de la documentation mobilisée, une bonne part de l’évolution de la discipline socio-anthropologique dans la deuxième moitié du XXe siècle.

8Comme il le relève lui-même dans une postface en forme de clé de lecture de l’ensemble de son livre, Jean-Pierre Olivier de Sardan exprime en fait dans les chapitres centraux essentiellement une méfiance méthodologique face à certaines formes d’idéologies savantes. Tout en souhaitant une mise entre parenthèses de ces idéologies dans la pratique scientifique quotidienne, il souligne que cette dernière peut bien entendu prendre place dans un débat citoyen. Pour Jean-Pierre Olivier de Sardan, si le thème de recherche constitue un enjeu social, la rigueur et l’impartialité avec lesquelles cet objet de recherche sera traité constituera d’autant plus un apport de la recherche socio-anthropologique au débat, plus que tout militantisme idéologique, et permettra ainsi au chercheur de remplir une certaine fonction citoyenne.

9En conclusion, la prise de conscience par le chercheur des biais induits doit mener à une construction rigoureuse du travail scientifique, que ces biais interviennent déjà dans la pratique du terrain et dans la production des données ou qu’ils se révèlent au cours de leur interprétation, associée à une construction réfléchie de la politique de terrain, sans cesse recadrée, procédant par itération et par prise en compte des contraintes de la configuration de la politique de terrain elle-même (par exemple la triangulation nécessaire au recoupage des données au sein d’un groupe stratégique ou la prise en compte des effets induits par le recours à un groupe ou à un informateur privilégié).

10Pour autant, Olivier de Sardan finit par prôner un éclectisme, aussi bien dans l’utilisation des modes de production de données, que dans l’usage des postures empruntées par le chercheur. Il appelle toutefois à un usage équilibré de la subjectivation ou des idéologies sous-jacentes à la pratique anthropologique, sans les renier pour autant. L’auteur rappelle surtout que la prise de risque interprétatif, si elle est bel et bien nécessaire, doit rester en rapport avec la légitimation empirique. Il en appelle, en conclusion, à une vigilance méthodologique accrue en sciences sociales et, in fine, à un renforcement de la rigueur du qualitatif. Que nous opposerions volontiers à ce qu’il nomme la « “quantophrénie” galopante de notre époque ».

Top of page

Bibliography

Bourdieu P (with Wacquant L.) 1992. Réponses. Pour une anthropologie réflexive. Paris, Seuil.

Top of page

References

Electronic reference

Bernard Zuppinger, « La rigueur du qualitatif », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Book Reviews, 2009, Online since 10 March 2009, connection on 29 March 2017. URL : http://articulo.revues.org/982

Top of page

About the author

Bernard Zuppinger

Bernard Zuppinger is Director of the Department of Promotion and Academic Affairs of the University of Neuchâtel (Switzerland). Email: bernard.zuppinger@unine.ch

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org