Skip to navigation – Site map

Approches plurielles du quotidien. Présentation

Laurent Matthey and Roger Romer

Full text

1Ce premier numéro d’Articulo – Journal of Urban Research poursuit la réflexion ouverte autour du quotidien et sa restitution dans des approches globales. Pour entretenir cette continuité, la plupart des textes mobilisent le parti pris avoué de fait social total. Cette notion — introduite par Mauss dans son Essai sur le don (1923-1924 [1995]) — se relie aux préoccupations évoquées dans la quasi-totalité des textes rassemblés ici, puisque chacun offre, à sa manière, le souci de déplacer le regard porté sur le « concret » — et son cortège de curiosités, d’anecdotes érudites — afin de dégager le caractère pluridimensionnel et collectif du quotidien. Chacun des textes rassemblés ici cherche à transcender une conception dominante, purement tautologique de la quotidienneté comme raison suffisamment « évidente » d’une observation empirique isolée du reste, et tente ainsi d’atteindre des dimensions plus profondes et de valeurs différentes. En somme, les textes rassemblés ici cessent de chanter l’essence du quotidien, l’universalité des petits faits de nature, au profit de sa fonction signifiante en un ensemble de cadres d’analyses.

2Pierre Macherey, qui a autorisé Articulo - Journal of Urban Research à reprendre sans modification le texte inaugural de son séminaire de Philosophie au sens large (2004-2005), approche le quotidien dans sa dimension philosophique. Il cherche à resituer son interrogation dans une anthropologie philosophique qui apparaît avec la mise en question du statut de la philosophie — et sa fin éventuelle. Se demandant « ce qui a valu à la vie ordinaire de retenir à ce point l’attention ? », il trouve une réponse dans « la nécessité dans laquelle s’est trouvée à un certain moment la philosophie de poser la question des conditions de ce que les jeunes hégéliens avaient appelé son "devenir réel", ce qui suppose la renonciation à se développer dans l’ordre de la spéculation pure et la décision concomitante de trouver les formes de son incorporation concrète au monde humain de tous les jours, au risque de remettre en question, à l’occasion de ce retournement, son statut séparé de philosophie ». Laurent Matthey, pour sa part, s’intéresse aux différents statuts épistémologiques pris par le quotidien dans la géographie humaine. Pensé comme une prise qui permettrait l’accès aux processus producteurs de formes spatiales, le quotidien s’est graduellement constitué en objet propre puis en paradigme et enfin en une médiation qui organiserait les différents sous-champs de la géographie humaine pour la rapprocher du projet originel des sciences sociales, à savoir celui d’une théorie générale du socius.

3Mais le quotidien est aussi politique. C’est de ce point de vue que Marin Ledun et Romain Felli le problématisent. Dans « La colonisation de l’expérience politique », M. Ledun envisage « les enjeux liés à l’extension du dispositif des TIC dans les activités politiques et à la redéfinition de la place du sujet politique dans les procédures démocratiques » au travers d’une étude empirique. Par l’intermédiaire de l’extension de dispositif des TIC ce qui se manifeste, c’est l’émergence lente d’une « colonisation de l’expérience politique du sujet », qui mobilise la répétitivité du quotidien politique. R. Felli, pour sa part, questionne le regain d’intérêt que connaît actuellement la pensée politique de C. Schmitt. Quel rapport au quotidien cette attraction des politiques d’exception manifeste-t-il ? Poursuivant l’interrogation de R. Felli, on pourrait se demander si cet attrait de l’exceptionnel ne participe pas lui aussi d’une « colonisation de l’expérience », par une mise en spectacle du politique, contraire à la durée mobilisée par son action ? Le quotidien fait ici écho à l’une des premières problématisations qu’en donne H. Lefebvre, comme temps de l’aliénation, temps de dépossession de l’humain (1947 : 136).

4Le quotidien est encore, dans une approche qui tient de M. de Certeau, le lieu tactique où les hommes sans qualités s’affrontent aux stratégies des grands pouvoirs centralisés. C’est sur cette proposition que travaille André Ourednik, dans un texte qui refuse la « distinction radicale entre les approches dites scientifique et littéraire », en nous proposant le récit de la journée « d’un témoin fictif dans sa rencontre et, possiblement, dans son dépassement de la quotidienneté ». Le lecteur est ici convié aux différentes options qui s’offrent à l’homme ordinaire de « ruse » et de « braconnage » d’un système où il convient, en sorte, de « faire avec ». Dans le jeu de regards différentiels, c’est bien à l’ouverture d’« interstices », au sens de M. de Certeau (1980), qu’est convié le lecteur.

5Le quotidien est encore un temps de la réflexivité et de recherche d’articulations. Patrick Gilliard et Bernard Zuppinger font ainsi le choix d’interroger le quotidien à partir de leurs expériences du terrain. P. Gilliard commence par débattre de la pertinence des travaux sociologiques issus de l’approche lefebvrienne dans l’analyse de la micro-société des mendiants nigériens. Il recentre ensuite son analyse sur le « retour du sujet » dans les analyses de la pauvreté afin d’enrichir les approches plus macrologiques des grandes organisations internationales. Dans « Un regard sur le quotidien », B. Zuppinger prend prétexte du regard d’un des ses informateurs pour discuter et prendre le contre-pied d’un des principes de base de l’observation participante : celui de se rendre familier pour contourner la contre-observation de l’observé, c’est-à-dire l’ensemble des stratégies que l’informateur élabore pour devancer les attentes du chercheur, y satisfaire ou les contredire. Or le trouble lu dans le regard de l’informateur suggère le contraire. Qui est cette personne qui pose des questions ? Un familier, certes. Et pourtant la sortie du rôle habituel, du statut courant, insinue un trouble qui biaise le matériau. Comment faire jouer, articuler, « proximité et distance dans le quotidien de l’enquête » ?

6Enfin, c’est encore la quotidienneté qui se retrouve au cœur de l’article hors-dossier de Laurent Matthey et Olivier Walther. Les auteurs questionnent en effet ce qu’il est convenu d’appeler « nouvel hygiénisme » et envisagent l’hypothèse que celui-ci est en fait un ensemble de pratiques sociales qui repose sur la consommation ostentatoire et la distinction sociologique d’une classe sociale en ascension (la new middle class).

7Ce premier numéro est l’occasion d’un dialogue entre des approches diverses du quotidien. Il cherche délibérément à mêler les genres et les niveaux de réflexion. Des contributions théoriques côtoient des articles plus empiriques, voire autoréflexifs ou polémiques, sinon polémologiques. Des travaux adoptant une rhétorique conforme aux « règles de l’art » de l’écriture scientifique se mêlent à des textes décidément plus littéraires, qui assument le postulat de R. Barthes (1967 [2002] : 16-17) selon lequel, « l’objectivité et la rigueur, attributs du savant, dont on nous fait encore un casse-tête, sont des qualités essentiellement préparatoires, nécessaires au moment du travail, et, à ce titre, il n’y a aucune raison de les suspecter ou de les abandonner ; mais ces qualités ne peuvent être transférées au discours, sinon par une sorte de tour de passe-passe, un procédé purement métonymique, qui confond la précaution et son effet discursif », acceptent, avec lui, les « glissements », les « parodies » du langage (ibid.). Autrement dit : de mélanger les régimes de littérarité et scientificité.

Top of page

Bibliography

BARTHES Roland, 1967 [2002], « De la science à la littérature », in BARTHES Roland, Le bruissement de la langue, Paris : Seuil, pp. 11-19.

CERTEAU Michel de, 1980, L’invention du quotidien, Paris : UGE.

LEFEBVRE Henri, 1947, Critique de la vie quotidienne (introduction), Paris : Grasset.

MAUSS Marcel, 1923-1924 [1995], « Essai sur le don : forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in MAUSS Marcel, Sociologie et anthropologie, Paris : PUF : pp. 143-279.

Top of page

References

Electronic reference

Laurent Matthey and Roger Romer, « Approches plurielles du quotidien. Présentation », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 1 | 2005, Online since 24 October 2005, connection on 23 June 2017. URL : http://articulo.revues.org/939

Top of page

About the authors

Laurent Matthey

Laurent Matthey is director of the Fondation Braillard Architectes in Geneva. He also is Head of Research at the Centre for Urban Studies and Sustainable Development (OUVDD) of the University of Lausanne and Research Associate at the Institute of Environmental Sciences of the University of Geneva.

By this author

Roger Romer

Roger Romer is a sociologist.

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org