Skip to navigation – Site map
Dossier

Un regard sur le quotidien

Bernard Zuppinger

Abstract

Sur la base d’une situation particulière tirée d’une expérience de terrain récente, cette contribution cherche à montrer comment l’observation participante peut, dans le quotidien d’une enquête sur les stratégies foncières des habitants d’un quartier périphérique de Ouagadougou, être porteuse d’ambiguïté et de distance en fonction du changement de statut de l’enquêteur. Et comment cette distance implique de considérer une méthodologie basée sur un empirisme «instruit» pour reprendre le terme de O. Schwartz.

Top of page

Full text

1Assis sur un vieux banc vermoulu dont je suis certain que mon poids va finir d’avoir raison, je me concentre sur les paroles en mooré du Vieux accroupi en face de moi, sur une vieille souche. Nous sommes dans sa cour, à l’ombre d’un neem dont les fruits mûrs, semblables à de petits raisins, tombent autour de nous, entraînant un ballet incessant de mouches, hésitantes entre l’amertume doucereuse des fruits du neem et les peaux de mangue sucrées dont la chair a été méticuleusement prélevée et qui jonchent le sol de la cour.

2Le Vieux m’observe. Il sait qui je suis. Il me connaît depuis 1993. Depuis mon premier séjour à Zongo, ce village rattrapé par l’urbanisation de Ouagadougou. Ses yeux sont interrogateurs. Les explications préalables données par mon interprète ne semblent pas l’avoir satisfait. Mes séjours à Zongo ont pour lui toujours eu une certaine signification. Si je suis là, c’est pour l’école. L’école du quartier que l’association que je représente soutient depuis treize ans. Mon intérêt « soudain » pour le village, pour son histoire, le surprend. C’est surtout le sujet vers lequel mes questions nous conduisent qui semble le désorienter. Quel rapport entre la scolarisation des enfants du quartier, dont il est le chef coutumier, et ses pratiques foncières personnelles ? Pourquoi lui poser des questions sur le futur aménagement, le lotissement, prévu par la mairie dans son quartier ? Pourquoi lui demander s’il a vendu une partie de ses terres à des citadins désireux d’occuper le terrain pour se voir attribuer une parcelle lors du découpage en lots du quartier ? Pourquoi m’intéresser aujourd’hui aux maisonnettes qu’il aurait pu construire afin de multiplier ses propres chances d’obtenir une parcelle lors du lotissement ? Quel rapport entre les difficultés familiales des enfants soutenus par mon association et les pratiques de spéculation foncière que connaît Zongo depuis quelques années ?

3Toute l’ambiguïté du statut du chercheur tient dans ce long regard du Vieux. À la fois proche et, soudainement lointain, le chercheur, par un glissement dans son rôle habituel, vient troubler la communication établie depuis longtemps. Le statut de chercheur se superpose soudain à celui de collaborateur d’une ONG. En quelques phrases, quelques questions, quelques explications de l’interprète, mon statut change, aux yeux de ce notable de quartier, et la distance, soudain, se crée. Le trouble perçu dans le long regard du Vieux est révélateur des interrogations que peut faire surgir une position ambiguë dans une enquête de terrain.

Observation participante et... déroutante ? Entre proximité et distance dans le quotidien de l’enquête

4Le dispositif d’enquête, mis en place pour une recherche en cours sur les stratégies foncières des habitants des quartiers dits « informels » ou « spontanés » de Ouagadougou, face à des politiques non concertées de régularisation (Zuppinger, 2005), bénéficie en effet directement d’une longue fréquentation du quartier étudié. Considéré comme un familier de Zongo depuis de nombreuses années, je tiens un « rôle » qui semble bien défini dans l’esprit de sa population. Il est celui de représentant d’un bailleur de fonds, l’Association Michel - Parrainages scolaires Suisse-Burkina, présent régulièrement depuis plus de treize ans pour suivre les projets et les activités de l’école privée du quartier, pour rencontrer les familles des élèves soutenus par les parrainages gérés par l’Association. Mais il est aussi, et avant tout, celui d’ami proche du directeur de l’école et de sa famille, invité, à ce titre, à partager, lors de chaque séjour, la vie sociale et culturelle du quartier : baptêmes, mariages ou autres fêtes coutumières et évènements quotidiens du quartier.

5Mon travail de chercheur profite de ce statut de partie prenante du jeu social, et s’inscrit ainsi dans le cadre de ce que la pratique ethnologique, ou socio-anthropologique, pour reprendre les termes de Jean-Pierre Olivier de Sardan (1995), a nommé l’observation participante. Ma participation à la vie sociale et l’interaction vécue avec les habitants du quartier dans mon rôle lié à l’école sont naturellement devenus des moyens mis en œuvre dans la construction de la recherche pour s’inscrire dans le quotidien de la population « observée » et pour développer progressivement les contacts nécessaires à la constitution d’un réseau d’informateurs privilégiés. S’imprégner des usages et des « codes culturels et linguistiques, des habitudes et attitudes, manières d’être et de s’exprimer, de tout ce qui ‘va sans dire’ » (Le Meur, 2002 : 7), « accéder tant à ce qui se donne quotidiennement à voir qu’à ce qui se donne à entendre » (Olivier de Sardan, 2000 : 423), écouter les interactions verbales mais aussi témoigner des non-dits sont autant d’actions constitutives de l’observation participante. Ce « slogan de l’ethnologie de terrain » comme la nomme Jean Copans (1999 : 36) a pourtant mainte fois montré ses limites depuis ses origines dans les années 1920. En particulier en ce qui concerne les biais, bien documentés aujourd’hui, de ce type de démarche qui, par l’interaction qu’elle suppose, influe directement sur le processus même de l’action observée. C’est en particulier la modification des comportements des acteurs observés qui met en cause sa fiabilité par « la présence du chercheur [qui] provoque des situations de mise en scène, son intérêt [qui] entraîne des craintes, des attentes implicites » (Olivier de Sardan, 2000 : 424).

6Pourtant, le propre de l’observation participante n’est-il pas justement de lever toute ambiguïté entre chercheur et sujet de la recherche et de parvenir à déjouer le processus élaboré consciemment ou non par « l’observé » qui consiste à devancer les attentes de l’observateur ? L’insertion de longue durée ne doit-elle pas contribuer à déjouer cette contre-observation pratiquée par les « observés » qui cherchent à anticiper les attentes du chercheur, soit pour les satisfaire, soit pour les décevoir mais qui, en contrepartie, analysent ce qu’ils peuvent attendre ou espérer de sa part ? La qualité et la pertinence de l’observation participante sont en effet tributaires de la durée d’interaction. Une longue présence sur le terrain d’investigation contribue à réduire les effets pervers de l’observation participante, sans compter que, comme le souligne Jean-Pierre Olivier de Sardan (2000 : 424), le « savoir-faire du chercheur lui permet d’estimer ce qui est modifié par sa présence » et de savoir en tenir compte dans le travail d’interprétation.

7Pourtant, il n’en demeure pas moins —  comme en témoigne le long regard du Vieux —  que l’observation participante peut être porteuse de trouble dans la communication. Le passage à des entretiens systématiques souligne le changement de rôle, insinue une confusion qui peut amener à biaiser le matériau brut ainsi récolté.

8Ce qui est vrai pour l’observation participante, qui n’est pour ainsi dire qu’une stratégie ou un outil parmi d’autres du travail de terrain (Le Meur, 2002), ne l’est pas forcément pour la technique d’entretiens. Ou au moins faut-il dissocier ces deux pratiques dans un choix méthodologique et les considérer comme deux phases d’une même enquête de terrain. Le regard interrogatif du Vieux est explicite à ce propos. Lorsque le statut de l’interlocuteur change, lorsque l’on sort de son rôle habituel, que l’observation participante ne contredisait pas a priori, la posture de l’enquêteur devient sujet à interrogation. Et l’ambiguïté de la stratégie de recherche apparaît alors au grand jour.

9Le quotidien de l’enquête est donc aussi fait de distance soudaine, de trouble, si ce n’est de défiance. Cette distance sera d’autant plus marquée que le sujet abordé sera délicat. Ici, les pratiques foncières des habitants, au moment où la mairie de l’un des cinq arrondissements de Ouagadougou, celui de Boulmiougou, a annoncé le futur lotissement du quartier de Zongo, ne se laissent pas lire facilement. Dans un contexte d’intense spéculation foncière et de pratiques conséquentes de corruption dans les premières phases du lotissement (recensement des habitats) et de blocages institutionnels importants en raison des fraudes constatées (voir Zuppinger, 2005), les questions relatives aux stratégies des populations, ou aux « logiques d’action » pour reprendre les termes moins « connotés par la théorie du choix rationnel qui ne distingue pas la reconstruction ex-post faite par l’observateur de la stratégie d’action telle que conçue et développée par l’acteur social lui-même » proposés par Le Meur (2002 : 4) ne sont accueillies qu’avec prudence et provoquent le doute sur le statut du chercheur. Quelles sont ses motivations ? Pour qui travaille-t-il réellement ? Que va-t-il faire de ces résultats d’enquête ? Cette distance est cependant révélatrice pour l’enquêteur des enjeux qui se cachent derrière le projet d’aménagement du quartier et de la valeur prise par le foncier dans un tel contexte.

10Ce changement de statut, ce glissement dans les rôles endossés par le chercheur, pour problématique qu’il puisse apparaître dans un premier temps, est pourtant bien le résultat d’une méthodologie. Une méthode qui postule avant tout l’immersion. Car qu’est-ce que la pratique ethnographique si ce n’est avant tout l’insertion de longue durée ? C’est réussir à se faire accepter par une famille, un groupe, un réseau, un quartier. C’est parvenir à saisir le fonctionnement, les codes et les pratiques. Cette insertion ne peut se faire en quelques semaines. Elle nécessite un niveau de confiance et de réciprocité important avant de pouvoir questionner des représentations, des vécus ou des pratiques. Avant de parvenir à un haut degré de compréhension des différentes logiques sociales, à différents niveaux d’observation pour obtenir une information fiable. Mais surtout, elle se nourrit du quotidien. Du quotidien de la famille dont on partage la vie, du quotidien des évènements du village ou du quartier. Elle est constituée aussi bien d’entretiens formels, de questionnements que de discussions informelles, d’écoute et d’observation des échanges et des pratiques sociales. Cette méthode est aussi celle de « l’imprégnation » pour reprendre les termes d’Olivier de Sardan (2000). Elle relève donc avant tout de pratiques qualitatives, sans pour autant être caractérisée par une absence de rigueur. Elle requiert en effet de véritables compétences qui relèvent, comme le précise Olivier de Sardan (2000 : 421) « d’un savoir-faire » acquis par « apprentissage » et non « dans un manuel ». Mais elle ne peut se satisfaire de ce seul volet qualitatif et se doit d’être complétée par un travail quantitatif qui rende intelligible les logiques d’action de la population étudiée.

11Le glissement du rôle de familier à celui plus distant d’ « étranger » s’opère alors, sans pour autant se dissocier entièrement, dans ces entretiens qualitatifs qui cèdent une partie du terrain au quantitatif. Le premier rôle nourrit le deuxième. Par leur complémentarité, ils sont l’assurance de la validité objective du chercheur aux yeux de la personne interrogée. « C'est parce que la personne qui cherche est en mesure d'être autre chose qu'un voyageur, mais aussi autre chose qu'un permanent du groupe, qu'elle a accès à une parole intime. L'étranger n'est, d'une certaine manière, ni d'ici ni d'ailleurs, il est dans un entre-deux » (Matthey, 2005 : 15). C’est bien cette oscillation permanente entre les deux statuts qui est constitutive de la pratique du chercheur. Mais les rapports changent. Le niveau de langage se modifie, la discussion se fait plus précise, moins discursive. La difficulté est accrue par le fait d’introduire des éléments d’enquête quantitative dans une démarche socio-anthropologique, qualitative, qui doit tendre, elle, dans une interaction de longue durée entre le chercheur et la population, à « produire des connaissances textualisées, transversales, de rendre compte au plus près des représentations et des pratiques » et à proposer « des interprétations à partir de descriptions et de conversations » et non à « chercher des explications à partir de corrélations » (Olivier de Sardan, 2000 : 420).

12Une connaissance fine des mécanismes d’appropriation ou de cession du foncier ne peut s’acquérir sur la base de simples questionnaires administrés à la chaîne. Si le questionnaire reste indispensable pour obtenir des données statistiques exploitables, ce moyen ne peut devenir la finalité de l’enquête. Il ne peut être le vecteur le plus approprié pour démêler des mécanismes complexes qui mettent en jeu des logiques familiales, voire communautaires. Les statistiques donneront une vision biaisée de la réalité par les conditions de leur récolte. Aucun questionnaire ne peut en effet s’affranchir des omissions, des réticences, des diversions dont peut faire preuve l’enquêté. Mais encore moins des catégories de pensée différentes en jeu dans le dialogue mis en scène par l’entretien. La récolte de données quantitatives ne devient alors qu’un support, voire même un prétexte, à des entretiens plus longs permettant une analyse fine des logiques d’action complexes des populations.

Un regard entre empirisme et rigueur méthodologique

13Revendiquer un certain empirisme dans sa pratique du « terrain », comme l’a fait Schwartz (1993 : 266), revient à ne pas se contenter d’un « positivisme tranquille qui croit pouvoir "s’en tenir aux faits" », mais bien à rechercher une ouverture qui, sans s’affranchir des contraintes méthodologiques, permet de déceler, dans les contraintes quotidiennes du « terrain », des réalités difficilement perceptibles si l’on s’en tient à une méthode qui refuse toute contingence ou incertitude. C’est en fait ce que Schwartz (1993 : 271) appelle un « empirisme instruit » qui ne craint pas d’allier « conscience critico-méthodologique de ses démarches et tolérance à l’impureté de ses matériaux » qui guide toute démarche méthodologique. Et qui permet une prise de conscience du glissement dans les rôles qui peut marquer la démarche du chercheur entre une immersion et une pratique d’enquête, des biais qui peuvent entacher la construction du matériau.

14Mais, à la fois familier et étranger, le chercheur peut jouer sur deux tableaux, deux niveaux d’interprétation. Sans pour autant se soustraire aux contraintes d’objectivation scientifique de son matériau. Participer à la vie sociale et à la fois savoir s’en extraire, dans une oscillation des statuts, à un moment particulier, fait qu’un long regard, interrogeant la pratique du chercheur, peut soudain s’arrêter sur lui.

Top of page

Bibliography

Copans J. 1999. L’enquête ethnologique de terrain. Paris, Nathan.

Le Meur P.-Y. 2002, Approche qualitative de la question foncière : note méthodologique, Montpellier, IRD, Unité de Recherche Régulations Foncières 4.

Matthey L. 2005. Ethique, politique et esthétique du terrain : cinq figures de l’entretien compréhensif. Cybergeo : Revue européenne de géographie 312, http://cybergeo.revues.org/3426.

Olivier de Sardan J.-P. 1995. Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social. Paris, APAD - Karthala.

Olivier de Sardan J.-P. 2000. Rendre compte du point de vue des acteurs : principes méthodologiques de l’enquête de terrain en sciences sociales, in Lavigne Delville P, Selamna N-E, Mathieu M. (eds) Les enquêtes participatives en débat : ambition, pratique et enjeux, Paris : Gret – Karthala – Icra : 419-449.

Schwartz O. 1993. L’empirisme irréductible », postface à Anderson N. Le hobo : sociologie du sans-abri. Paris : Nathan : 265-308.

Zuppinger B. 2005. De la marge urbaine à la ville : régularisation des périphéries informelles de Ouagadougou et enjeux locaux, in Reynard E, Dambo L. (eds) Vivre dans les milieux fragiles : Alpes et Sahel, Travaux et Recherches de l'Institut de Géographie de l'Université de Lausanne 31 : 193-208.

Top of page

References

Electronic reference

Bernard Zuppinger, « Un regard sur le quotidien  », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 1 | 2005, Online since 24 October 2005, connection on 25 March 2017. URL : http://articulo.revues.org/915 ; DOI : 10.4000/articulo.915

Top of page

About the author

Bernard Zuppinger

Bernard Zuppinger est doctorant à l'Institut de géographie de l'Université de Lausanne. Ses travaux portent sur les dynamiques socio-spatiales des villes du Sud et de Ouagadougou en particulier, où il se rend régulièrement depuis près de quinze ans.

By this author

  • Book review of: Jean-Pierre Olivier de Sardan. La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique.
    Published in Articulo - Journal of Urban Research, Book Reviews, 2009
Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org