Skip to navigation – Site map
2006

Tentative d’épuisement d’une grammaire des multitudes

Stéphane Lapeyre

Abstract

Comment un jeune écrivain français, animateur d’atelier d’écriture, demandeur d’emploi en fin de droits, achoppe sur sa propre langue en tentant de définir la culture dans laquelle il consomme / produit du signe. Analyse in vivo du corps social réduit à l’individu, et perspectives.

Top of page

Full text

1[ épigraphes-silhouette ]

« … appris à dire marchandise, plutôt qu’objet, travail au lieu d’activité, propriété privée pour désigner une étendue de terre. Pour cet homme, l’autre sens possible de ces noms s’est effacé. »

Marx, Manuscrits de 1844.

« […] l’idée d’une ressemblance des comportements individuels et d’une stabilité des attitudes collectives au sein d’un même ensemble prédéfini, ethnique, régional ou national.

[…] comportements entretiennent entre eux des relations logiques formant des systèmes symboliques dotés d’une efficacité propre. Chacun d’eux pourra alors être étudié comme une langue singulière dont la grammaire révélera les structures sous-jacentes aux apparences.

[…] tenir des propos généraux et totalisants qui auraient valeur de lois, soit à propos de larges ensembles (tel peuple, telle culture, etc.), soit à propos de la société, voire de l’Humanité. »

Alban Bensa, La fin de l’exotisme. Éssais d’anthropologie critique.

« Notre culture est la culture du culturel. Tout se passe comme si un adjectif, « culturel », prédéterminait son substantif « culture ». Le nouveau sens de culture — celui qui vient souder les nouveaux syntagmes, tel celui de « culture d'entreprise », dépend de l'effet en retour du sens omniprésent de culturel qu'il faut à tout prix élucider. Le culturel ne réfère plus à la culture anthropologique d'une société (objet classique de l'ethnologie), ni à la culture de tel individu dans l'acception traditionnelle de « plus ou moins cultivé ». […]

Or, le culturel, ce nouveau prédicat planétaire, loin de qualifier, d'« intéresser » seulement la sphère des arts, des activités liées au loisir ou à l’animation des échanges entre des collectivités humaines, ou le secteur « tertiaire » des services en général, se rapporterait à une nouvelle phase de « généricité » du genre humain (à son devenir plus générique) : l'anthropomorphose passerait par le « culturel » (ou sa « culturalisation », la culturalisation du genre).

Mais où est l'art ? Et que fait-il ? Est-ce une force ? Qui la rencontre et comment ? Se déploie-t-elle parmi nous ? L'art est-il encore une réalité ? Y a-t-il encore une relation effective entre les grands nombres humains (les multitudes d'aujourd'hui) et l'Art dans des lieux publics et dans des lieux privés ?

« On dirait » que le culturel qui submerge le monde (« déluge » donc au sens de Baudelaire) (se) répand (dans) l'a-pathie, la « simulation » (Baudrillard), la défabulation (Starobinski) c'est-à-dire la défiguration, la déculturation, la désublimation, la détraditionalisation (même si c'est dans la dénégation violente de ces choses).

Quel est 1'intérêt de la multitude, entre-temps devenue « les gens », pour les œuvres et la discussion esthétique ? »

Michel Deguy, La raison poétique.

2[ titre-peau ]

3Tentative : considérer la langue d’aujourd’hui (c’est-à-dire de ce texte) comme impropre à l’analyse des réalités sociales, parce que réductrice ; se positionner donc dans la simple tentative (qui inclut l’idée de tentation d’agir), se sachant, et sachant la langue, et son texte, inachevés, en cours, dans l’histoire.

4Épuisement : c’est tout le problème de l’enquête (être au monde) synchronique, dont les traces physiques contemporaines (et preuves de phénomènes sociaux ou de situations, et supports d’analyses), a priori, restent figées dans le temps dans lequel elles auront été produites ; nul regard diachronique dans la durée du texte. Tenter la fatigue totale, celle de la disparition de soi au profit d’un océan sémantique confus certes, fragmenté (par vagues) et approximatif, mais prolifique (et nutritif).

5Grammaire : celle de la multitude (ou nombre, les individus, groupes, factions et leurs croyances partagées) ; celle aussi des systèmes au cœur de notre croire (symboles, schémas) ; la grammaire autorise des pontons [ *** seront indiqués comme tels *** ], une amarre, une jetée, un wharf, un lieu propice au repos, un havre contre l’épuisement au cœur de l’océan inouï de la parole ; lieu sémaphore où l’œil peut absorber panoramas et spectres (chromatiques, sémantiques, etc. ; symboliques) ; enfin, terre statique et rattachée à la réalité sociale, pragmatique, celle du corps et de la matière (avec des fragments d’exemples, de situations, etc.) ; sans dialectique cependant.

6Multitudes : dans l’investigation des réalités sociales, on sera tenté d’aller quérir des invariants fonctionnels (pour surnager) ; d’où étiquettes, estampillages, vulgarisations, résumés et emprunts rapides ; en somme, (un ou le) chaos tamisé, qui nous offre indistinctement tout et son contraire, de la matière aux concepts et représentations, en passant par leur formation (on aura alors ici accès à un mouvement progressif de notre pensée, qui évoluera par le dépassement des contradictions).

7(blague à part, ça commence)

8[ texte-corps ]

9Face à la peur de l’échec, ne pas renoncer. Puis,

10La langue fleuret ; ma langue à considérer, ici, comme alliée potentielle, par son approximation même (justement) qui nécessite un réajustement permanent, l’usage détourné de codes à se réapproprier ; notamment les références officielles (déjà-là), qui interviendront de toute façon (nécessairement, héros malgré nous, nous qui apportons, par l’évidence de notre production du signe, le triptyque célèbre cognition / idéal sociétal / flux langagiers ; nous héros qui ne pouvons décliner l’acte de transmettre et d’agir au monde, sans être cependant ; les héros appartiennent au champ de la fiction).

11Or il est question de RR1, la Réalité Référentielle, matérialisme dialectique oblige. La production du signe est une science mienne, ainsi qu’une praxis affichée. La consommation de ce signe dans laquelle je suis imbriqué (plus qu’impliqué) régente la totalité des flux sémiotiques alentour ; c’est une pratique mienne. Cet enchaînement, appliqué à d’autres champs (force de travail, par exemple) me défait chaque jour un peu plus.

12Langue requin qui rôde ou fuit sous la vague sombre, langue outil qui fabrique sans cesse, me reconstruit dans l’espace et le temps de notre énonciation partagée ; derrière, infiniment plus immense encore que ma propre bouche à paroles, l’autorité quasi-divine du mot « culture », Moby Dick ou Léviathan ou Béhémoth.

13Entre parenthèses, tout au long du chenal à suivre : mes paranoïas, colères, acides cyniques, commentaires désabusés, espoirs et frayeurs, babils, grains de voix, hurlements en faveur du fade, parfois simples notes neutres, souvent errances ou ajouts de dernière minute.

14(Note superflue : ne pas réellement tenir compte du nihilisme ambiant, il s’agit seulement d’une affaire de style littéraire.)

15Parce qu’il ne s’agit pas d’une simple analyse (si complexe en soient le contenu, les enjeux), mais d’un cas de figure où j’ai le premier rôle ; le trône, sceptre et couronne / et calvaire.

16[ *** première jetée *** ]

17ANPE d’une petite ville du sud de la France. Fin juin 2006, début d’après-midi. Réunion obligatoire pour réintégrer quelques parasites du système au cœur du monde du marché ultra-libéral. Ambiance délétère, pernicieuse ; auto-victimisation systématique des usagers (chômeurs en fin de droits) de l’Agence. Je deviens, deux heures durant, XYU (un usager mâle anonyme, aux carrefours, i.e. λ).

18[ *** fin de première jetée *** ]

19La fin du croire, une alternative sereine ? producteur-consommateur du signe, Tantale ahuri. Coincé dans de vieux idéaux marxistes, je gravis (1 / 2, vieille rengaine) plus ou moins, approximativement, les échelles superposées du statut social, de l’estampillage de la fonction, du bilan de compétences (qu’on sera susceptible de mettre à profit, qu’on soit patron / freelance / coopérative / association / mairie / ministère).

20[ *** amarre *** ]

21XXUλ pose ostensiblement son téléphone portable sur la table après être arrivée bonne dernière (juste après moi). Finalement, il sonne. Elle répond, entame une conversation privée, se ravise, raccroche enfin, levant les yeux au ciel.

22[ *** fin d’amarre *** ]

23… me fais régulièrement rattraper par le monde-monstre réel, celui de mes propres causalités, nécessités et implications dans l'univers du travail ; entre le début de cette collaboration (ce texte océanique dans sa totalité, objet fini) et aujourd'hui (ici et maintenant, cette vague même d’où je parle, vous parle), quelques entretiens à l'ANPE m'ont brutalement réveillé de mes fantasmagories (ou représentations sociales imaginaires) ; j'entre nécessairement dans des statistiques. J'ai récemment lu les productions du second numéro de la revue en ligne articulo (d’ici, alentour, donc), et je me suis senti intellectuel précaire (le cerveau d'un universitaire dans un corps prolétaire, avec des enjeux marxistes dépassés : la phrase de Steppacher « vivre la contribution de notre créativité indépendamment de la rémunération et du pouvoir exercé sur notre créativité» a touché un nerf (en gros, je vis dans un idéal monial décalé pour m'abstenir de consommer, et ma schize de citoyen-consommateur-marxiste me chatouille).

24Je suis mon propre maître-disciple (autocontrôle, milice interne, M. Foucault et Cie).

25[ *** résonance *** ]

26XYUλ interrompt XXA (XX de l’Agence) pour lui indiquer en aparté (hors-sujet absolu), sur le ton de la confidence, que l’Agence ferait bien de déléguer un « référent » par commune, afin d’éviter la confusion des discours (le sien ? le leur ? le mien ?) et la perte d’énergie (répétitions) ; il faudrait aussi qu’un usager puisse choisir son conseiller d’Agence, en fonction des affinités (sic) ; en dehors d’une logique du désir calquée sur les modes de consommation du client-roi, il s’agit surtout d’un besoin d’assistanat habituel, qui ne choque pas XXA, puisqu’elle répond qu’auparavant (il y a vingt ans) les bénévoles rattachés à l’Agence étaient assez nombreux (et le nombre des usagers inversement proportionné) pour que cela pût être.

27[ *** fin de résonance *** ]

28Le(s) nouveau(x) sens du mot culture :

29a/ l’idéologie de ma culture, à travers ses media, véhicule des comportements signifiants (je suis comme toi de mon groupe, nous sommes différents des autres groupes, je suis différent comme toi dans le groupe des marginaux, nous n’avons donc rien de marginal dans notre praxis) ; c’est l’appartenance, une variante de la dépendance.

30b/ nécessité (fait loi) d’obéir aux règles du marketing, pour pouvoir se superposer (comme étant au monde) à une icône de soi, marchande et spectacularisée ; au plus près : fétiche. La plus puissante (et la mieux vendue) pour les twenty-trentenaires : le mythe du guerrier solitaire (contre tous, avec ça et là quelques alliés rebelles) avec option cause juste impossible dans monde injuste à l’agonie (Rap en permanence, Heavy Metal parfois, jeux vidéo surtout, littératures de genre).

31c/ consommer : toujours une marque de prestige social (même dans les marges ou les outlaws) ; c’est l’individu qui se soumet à la marque / objet / service pour pouvoir appartenir (pense-t-il, pensé-je) au groupe. Sinon : c’est parce qu’il est stigmatisé (SDF, sans-papiers, étranger ; statut indésirable, généralement subi plutôt que désiré).

32d/ le pire : il s’agit là d’une culture qui ne croit en rien d’autre : la culture, au sens ethnologique, devient la culture de la consommation (CC1), un cycle de la reproduction du même. Le renouvellement du contenu (idéologique, artistique, condition des forces de travail) s’applique uniquement par variantes et non plus par bonds ; c’est la fin des avant-gardes, car ce principe ne s’accommode pas à la complexité de la culture de consommation, de ses flux.

33e/ les classes dominantes (supposées ; à vérifier avant validation) elles-mêmes sont définitivement soumises à leurs propres lois, par contre elles le vivent peut-être mieux. Leurs chiens de guerre / de garde du monde spectaculaire marchand fétichiste idem.

34f/ l’idée de contre-culture (CC2) au sein de la culture fait soupape ; il existe de nombreux réseaux, tous officiels, sensés procurer la volupté qu’on rattache fréquemment à l’idée de liberté (de penser, de lire, d’écrire, de jouer) ; or cette faction de la culture a un coût, elle engendre des bénéfices comme les autres factions politiquement moins orientées ; consommer CC2 participe au manège de la TVA, du PNB, etc. ; on accordera à la CC2 le mérite de diffuser des idées qu’il aura été nécessaire d’appréhender pour produire (et consommer ?) ce texte (W. Burroughs en tête de liste).

35g/ la culture au sens prosaïque serait peut-être cette part du marché bien définie : les arts et la littérature, l’esthétique scandinave postmoderne (sic) ; ses déclinaisons ou manifestations bien-pensantes : la francophonie, la fête de la musique, le centenaire d’un Ancêtre cosmogonique (reproduction et stratification d’un contenu idéologique).

36[ *** imago *** ]

37XYUλ interrompt XXA pour lui expliquer, en un simulacre tout baudrillardesque, qu’il connaît un individu dans la même situation que lui qui, etc., il m’a fait voir son papier, je vous assure, le système déraille, il était vraiment malade le médecin avait signé le papier, il ne pouvait pas faire cette formation.

38[ *** fin d’imago *** ]

39Qu’intériorise l’enfant en construction identitaire, sur un mode quotidien balisé par les types de produits, les marques et les publicités, lorsque son radical et sa désinence (son statut d’enfant ; son impouvoir à acquérir biens et services indépendamment de ses parents-tuteurs) sont mis en scène (à la TV, dans les rues de ma ville, etc.) ? lorsque ses parents-tuteurs, enseignants, épiciers, policiers, grands frères motards, tantes mutualistes, sœurs Barbie sont singés dans la seule posture universelle de consommateurs (rires)  ? quelles représentations possèdera-t-il de la vie en communauté / groupe ? de sa propre identité ? comment répondra-t-il au qui suis-je ?

  • 1 MMORPG : Massive Multiplayer Online RolePlaying Game, trop rapidement traduit par l’étiquette « jeu (...)

40(la mère apporte un surgelé à son fils qui ne peut pas quitter sa partie de MMORPG1 payante.)

41La résignation générale (note : penser à m’y inclure) face au marché libéral déclenche une vision totalisante et unique (unifiée par les flux), une utopie réalisée (la première dans l’Histoire ?) par ce qu’il (le marché) occure et apporte/procure (même dans l’idéal, en imagination / fantasme inaccessible) : du pouvoir ? (de rêver, de jouer, de toucher, de recevoir, de disparaître de cette insupportable durée pour un temps juste, celui de la fiction).

42[ *** canal *** ]

43XXA dresse un rapide panorama macroéconomique du bassin d’emploi de la région. Au terme de « saturation », tout le monde opine, acquiesce, tous les usagers sont conquis, acquis au principe qui lentement va se défiler (bobine) devant mes yeux ahuris.

[ *** fin de canal *** ]

44Souvent je m’effraie tout seul en pensant aux lobbies : pas seulement les guildes d’industriels ou les familles propriétaires, les experts juristes ou comptables qui ont cryogénisé les lois en se rendant indispensables (jargon obscur, hermétique ; mise à l’index ou pleins feux sur des situations déclenchées ou récupérées pour faire diversion) afin d’y asseoir leur descendance (génétique ou d’écurie) ; je pense aussi parfois à ces curieux lobbies mentaux (galeries sous mes propres synapses), invisibles entités virales qui s’avèrent des variantes de la Culture© ; publicités féroces vomies sur les murs de ma ville, ou propagandes populistes modérées dans les revues pseudo-intellectuelles. Vraiment, comment peut-on être Persan ? (les uns le sont nécessairement pour les autres : altermondialistes / masse idiote et soumise  à la publicité / casseurs de pub / mangeurs bio / poseurs fringués X Y et autres citoyens-sandwiches / défenseurs du NoLogo™).

45Ce n’est que par l’instauration d’un discours enfin potentiellement polyphonique (durement acquis) au cœur de son système que le monde des marchés contemporain, depuis la Modernité, perpétue le partage des masses et leur répartition en pouvoirs (groupes, écoles de pensée, partis politiques, sensibilités), mais aussi en sous-marchés (groupes, etc.) ; donnez-nous quelques libertés, nous nous emprisonnerons nous-mêmes dans des séquences, des habitus, des schémas ; l’Autre, ce n’est plus tant l’exotique, mais l’autre discours. Les groupes coexistent désormais sans cohabiter.

46(ensuite, suffit de choisir, ma bonne dame)

47Note : Attention, au sujet du sujet grammatical « monde des marchés », il ne s’agit pas d’un super-être conscient, ni d’une conscience collective, mais d’un simple trope, une métaphore ; une figure de style.

48[ *** enchaînement *** ]

49Il est à présent question de la cohérence des habitus (je raccourcis). XXA indique qu’un travail préparatoire permet aux XX et XY de l’Agence de choisir les demandeurs d’emploi (pour les proposer aux employeurs, sic) en fonction de leur profil ; cela signifie qu’il faut bien les connaître, appréhender leurs habitudes et opinions. Il ne faut donc pas hésiter à être sincère dans les réponses au QCM permettant d’établir notre profil. En effet, XXA et XYA limitent leur équation à six propositions de profils (usagers) pour une annonce d’employeur (ce sont les quotas du Ministère).

50Le ratio de gestion des dossiers « usagers » par employé de l’Agence est de 1/400 (400 étant le nombre d’usagers de l’Agence ; note : il a eu lapsus de XYA, c’est-à-dire « 4000 », puis XYA et XXA se sont regardés intensément, presque intimement, et ont rectifié de conserve : « 400 » en nous souriant. Ici, j’hésite entre la célèbre paire de Cervantès, Ubu, Dick et l’Arpenteur K.).

51L’Agence, nécessairement, fait office de prestataire de services auprès des employeurs.

52[ *** fin d’enchaînement *** ]

53Modernité = plus de temps libre pour m’aliéner dans la consommation

54(s'ébroue, mâche, fulmine, etc.)

55La consommation et donc la production (par catégories, plus ou moins dans l’ordre décroissant supposé, essentiellement cantonné à l’afflux de prestige ou de satisfaction personnelle) :

56– le porno (branche étendue du spectacle ci-dessous nommé ludos, paradoxalement avant celui-ci ; porn self, multi) ;

57– le ludos (spectacle TV / DVD, cinéma ; lieux du corps comme icône, boîtes de nuit, concerts) ;

58– le loup (masque / gant : vêtements ; alimentation, je mange ce que je suis, ce qui me représente) ;

59– la magie (technomancie : portable, informatique, domotique, climatisation) ;

60– les arts (cote des œuvres, design mobilier et immobilier, emballages = le loup des objets et services ; hygiène Gattaca).

61[ *** résurgence *** ]

62XYA, débonnaire, fait circuler aux usagers la liste de petites plaquettes disponibles gratuitement pour les aider à retrouver un vrai travail ; la plus croustillante, au-delà de « comment bien préparer un concours » ou, plus modestement, « un entretien » : « savoir se vendre ». L’usager de l’Agence comme objet-service. Autres temps, autres mœurs, autres champs lexicaux (ah, Rome).

63[ *** fin de résurgence *** ]

64Il semble qu’il n’y ait pas d’alternative réelle ni d’évolution satisfaisante de la situation actuelle, hormis une violente révolution bien saignante, même si le marché (et c’est sa force principale, marché dans les rangs duquel nous siégeons) nous le fait croire (croissance, développement durable mou). Peur de tout perdre du confort scandinave ? Socialisme ou Barbarie ?

65[ *** sillage *** ]

66XYA décrit l’Agence en tant que territoire partagé (j’abrège, évidemment) : lieu ressource, lieu de rencontres avec des XXA et des XYA qui sont à l’écoute (pour rappel : 1/400, estimation), lieu qui fournit les outils pour s’en sortir (de l’Agence ? oui ! ne plus avoir à revenir. Ah !).

67[ *** fin de sillage *** ]

68Alternatives (I) : proposons aujourd’hui, naïvement, des actions déjà vécues personnellement ou par procuration (ou encore par contumace…) :

69– les idées des architectes (Le Corbusier), Cités radieuses et autres totalités de l’horizon fermé (horizons social, économique, rétinien ; le monde comme ghetto) ;

70– la fête permanente (mais payante ; déjà en vigueur, à améliorer peut-être) ;

71– des actions sociales (aussi appelées « socioculturelles ») concrètes, auprès de communautés stigmatisées et en danger (non assistance consciente, volontaire, des élus) ; gitans, populations qu’on dit « issues de l’immigration » ; épuisant, parce que le travail de plusieurs mois (tisser du rêve, du symbolique, de la parole) est défait en quelques jours (les enfants de six ans boivent de la bière).

72[ *** corpusculaire *** ]

73La voix de XXA, sereine et qui me berce presque : Accompagnement de Projet Personnalisé, Bilan de Compétences, mini-stages (avec convention) pour vérifier et au besoin actualiser ses compétences, Evaluation Préalable à l’Embauche, Ateliers Spécifiques (x24, au choix) Suivi Mensuel qui permettra enfin (effet entonnoir) d’être en cohérence avec le Marché de l’Emploi (errances oniriques, je manque quelques passages, m’aperçois que j’écris tout à fait autre chose ; je me recentre enfin).

74[ *** fin de corpusculaire *** ]

75Alternatives (II) : parce que l’imaginaire collectif est si bien modelé (d’aucuns ont déjà dit colonisé) sur l’axe du définitif, proposons aujourd’hui, naïvement, en restant dans les sillages du déjà-pensé / déjà-écrit :

76– Bolo’ bolo (de P.M., éditions de l’Eclat), ou comment une langue véhiculaire créée spécifiquement pour établir des communautés harmonieuses temporaires pourrait investir le réel social d’attitudes, de comportements, et finalement de modes de pensée utopiques certes, mais réalisables ;

77– TAZ (Zones Autonomes Temporaires, de Hakim Bey alias Peter Lamborn Wilson, éditions de l’Eclat), plus radical, prône des situations éphémères (déjà-là, c’est là que ça devient intéressant) d’autonomie totale, parfois orientées piraterie ou détournement de ressources ; réaliste et rafraîchissant ;

78– Futurs primitifs (John Zerzan), pour un retour à l’harmonie avec la Nature, sans les poncifs mystiques ; une décroissance zéro.

79– Devenir des non-A (non-aristotéliciens, type de personnage des roman d’Alfred Van Vogt, disciple d’Alfred Korzybski, lui-même théoricien du non-aristotélisme et fondateur de la Sémantique Générale) ;

80– Provoquer l’avènement nova par des révolutions électroniques ; un grand cataclysme burroughsien ;

81– Prôner la révolution post-exotique dont parlent les shamans des romans d’Antoine Volodine (marxistes totalitaires ?) ;

82– La révolution passive par l’occupation des champs (alimentation), des usines (industrie) et des moyens de transport (flux) ; à réactualiser, même si quelquefois…

83– La fin des cultures (c’est-à-dire du croire dans sa totalité totalisante : cesser d’avoir des finalités arbitraires, au profit d’enjeux rationnels, non pulsionnels ; Bouddha, Gandhi ; trop de temps et d’énergie, un complot à l’échelle du continent ; bref, disposer des moyens nécessaires indiquerait que les améliorations désirées seraient effectuées…) ;

84[ *** noumène *** ]

85La directrice de l’Agence s’avère être en fait XXA ; nous dresse la liste exhaustive des cellules de l’Agence par catégories : (A) Bâtiments&Travaux, Agriculture, Industrie (recrutement, en attente), Artisanat (recrutement, en attente), Transports ; (B) Administration, Santé&Social, Association (pas de poste), Commerce, Hôtellerie.

86Naïf et désorienté, je demande où se range, dans ce tableau digne de Mendeleïev, la Culture. Gros blanc, silence rempli de regards de western ; quand soudain, XYA, spontané, me répond, toujours aussi gentil, que euh, Culture, qu’est-ce que c’est (sic), non, vraiment, je vois pas. Fin de mon intervention.

87[ *** fin de noumène *** ]

88Alternatives (III) : tout autour de nous, de moi, des anonymes emploient leur temps-libre à agir raisonnablement, en accord avec les réalités sociale, politique et économique d’aujourd’hui, avec l’objectif avoué de chercher (et souvent d’appliquer, avant l’heure) des améliorations au système :

89- Coopératives, amicales, collectifs, squats ; partout, officiellement ou pas, où un individu = une voix ;

90- Réseaux du libre (principalement sur internet : arts graphiques et photographie en général, musique - malgré les lois récentes, littératures, licences CreativeCommons & Copyleft Attitude, logiciels informatiques de type Linux, des réseaux comme Sourceforge)

  • 2 Le PeerToPeer est un système d’échange de fichiers sur internet : à l’aide d’un logiciel spécifique (...)

91- Consommations et partages informels (officieux) mais fonctionnels : échanges de ressources et de services entre amis, P2P2 sur internet, marchés noirs modestes ; plus officiel, le S.E.L.).

92________________

93Peter Handke a écrit « Par une nuit obscure je sortis de ma maison tranquille ».

94Je comprends très bien ce titre en allemand (c’est ma maison qui est tranquille). Je n’entends pas cette phrase en français, parce que je désire trop sortir tranquille sans ponctuation ; femme (ou voix), j’eusse aimé sortir obscure.

Top of page

Notes

1 MMORPG : Massive Multiplayer Online RolePlaying Game, trop rapidement traduit par l’étiquette « jeu de rôle en ligne massivement multijoueurs » ;  type de jeu sur internet développant un univers virtuel (graphique) thématique, permettant au joueur d’incarner un personnage pour y vivre des aventures, généralement en groupe (de joueurs) ; payant, par abonnement ou par acquisition de la boîte de jeu.

2 Le PeerToPeer est un système d’échange de fichiers sur internet : à l’aide d’un logiciel spécifique, l’utilisateur reçoit des films, pistes audio, programmes, etc. choisis dans une liste partagée proposée par l’ensemble des utilisateurs ; en contrepartie, il doit partager les fichiers qu’il possède déjà ou télécharge. Un communisme halluciné qui ne prend pas en compte (économiquement, s’entend) la force de travail dont elle consomme le fruit.

Top of page

References

Electronic reference

Stéphane Lapeyre, « Tentative d’épuisement d’une grammaire des multitudes », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Briefings, 2006, Online since 17 July 2006, connection on 29 March 2017. URL : http://articulo.revues.org/906

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org