Skip to navigation – Site map
Dossier

Le quotidien des systèmes territoriaux

Laurent Matthey

Abstract

Après s’être arrêté sur les spécificités du raisonnement géographique, cet article s’intéresse aux différents statuts attribués au quotidien et à la quotidienneté dans l’interrogation des systèmes territoriaux. Considérés tour à tour comme prise puis objet et enfin paradigme, quotidien et quotidienneté apparaissent aujourd’hui comme une médiation permettant d’organiser les différents sous-champs de la discipline. Permettant ainsi d’approcher le programme originel des sciences sociales, à savoir celui d’une théorie générale du socius.

Top of page

Full text

Le raisonnement géographique

1Comment définir avec certitude une pratique qui, dans sa généralité (la Science), repose sur un usage méthodique du doute ? Comment affirmer qu’une forme spécifique (la géographie) de cette activité générale se caractérise plutôt par un objet donné (la géographie s’intéresse à l’espace), et/ou une méthode privilégiée (la géographie pense par l’intermédiaire de la carte), et/ou un type de questions qu’elle adresse au « réel » (la géographie interroge l’espace en termes de localisation, répartition, densité, etc.) ? Comment donner une réponse certaine à des questions qui impliquent, bon gré mal gré, une opinion, celle du chercheur ?

2Peut-être est-il possible de répondre à ces questions en les prenant à leur niveau le plus général. Le raisonnement géographique cherche les processus à l’œuvre derrière les formes de l’espace (Brunet, 1990 : 31-45). Ici une montagne. Quels sont les événements géophysiques, géologiques, orogénétiques, qui ont conduit à sa formation et à sa structure actuelle ? La tectonique des plaques, l’érosion, etc. Là un semis de villes. Quelle est la raison de leur taille, de leur nombre, de leur répartition ?

3Dans la recherche de ces processus, l’œil du géographe a longtemps été un outil privilégié d’explication (Raffestin, 1977 : 123-134). Le géographe était l’homme du concret qui use d’un vouloir-savoir-pouvoir voir. La tradition morpho-fonctionnelle de la géographie « s’attach[ait] [ainsi] au visible surtout, et parfois même exclusivement » (ibid.). Le concret du paysage, sa forme était un moyen qui permettait d’entrer dans les logiques d’appropriation, de mise en valeur de l’espace par les sociétés. Ici une montagne, là un cours d’eau, là un moulin. Le cours d’eau descend de la montagne et entraîne le moulin. Le moulin est une technique, un usage social et culturel d’une ressource naturelle qui exprime une certaine manière de tirer parti d’un milieu. De là le souci de la géographie classique pour les genres de vie, les techniques, etc. ; ceux-ci manifestant les relations (déterministes, environnementalistes) de l’homme et de la nature. En somme, l’œil du géographe classique se posait sur un objet géographique banal, parce qu’intégré à la quotidienneté d’une société, qui l’autorisait à répondre à son interrogation disciplinaire : pourquoi, comment des hommes ici, dans ce milieu ?

4Depuis sa Révolution dans les années 1960-1970, la géographie humaine reconnaît que les processus producteurs de formes sont sociaux. Pour l’explication de la taille, du nombre et de la répartition des villes, elle mobilisera ainsi non pas la proximité d’un plan de d’eau, un site ou une situation de carrefour, mais privilégiera, par exemple, le seuil et la portée d’un bien dit central, à savoir un bien qui, bénéficiant d’économies d’échelles, est susceptible d’être produit dans des centres urbains.

5Le géographe cherche donc, en première analyse, des processus derrière des formes. Plus précisément, il interroge, dans sa pratique disciplinaire, un espace qui n’est pas physique, mais un construit qui mêle concret et abstrait, matériel et immatériel, faits sociaux, faits physiques, faits d’économie, etc. ; un construit qui ne « saurait être réduit au visible » (Brunet, 1990 : 34). Ce construit, c’est ce que d’aucuns ont appelé, au risque de la tautologie (comme le montre Lussault, 1996), l’espace géographique. Cet espace géographique est le résultat d’opérations intellectuelles, le produit d’« une construction scientifique » (Ferrier, 2003 : 913) qui constitue le troisième moment d’une vaste « réflexion spatiale » (ibid. : 912) et d’un « projet de connaissance ». Il est la reconstruction d’un « champ phénoménologique particulier (le territoire) » en « un objet théorique » (ibid.).

6De fait, dans ce projet de connaissance géographique, la notion de territoire joue un rôle central. En tant que « portion [humanisée] du "réel" » (ibid.), il relève à la fois des « dimensions physiques des lieux » et des « savoirs et pratiques » individuels et collectifs qui y sont relatifs. Le travail géographique consiste à instituer théoriquement ce territoire « réel », empirique. Mais il importe de considérer le territoire en relation avec les notions de territorialisation et de territorialité. La première renvoie à la « connaissance "procédurale" des territoires », au « processus et […] dynamiques […] qui transforment les lieux » (Ferrier, 2003 : 914) ; la seconde appréhende notre « connaissance "subjective" des lieux », les « dimensions phénoménologiques de nos expériences territoriales, leur encadrement politique et réglementaire ». Le raisonnement géographique cherche de fait à « intégr[er] ces trois dimensions », à en « organise[r] les rapports » et à en susciter un « développement théorique » (ibid.).

7J’appellerai ici le système de rapports territoire-territorialisation-territorialité un système territorial. À la question de savoir de quoi parle la géographie humaine, je répondrai donc que la géographie humaine traite des systèmes territoriaux du point de vue de l’espace géographique. Elle est concernée tant par les portions « humanisées de l’espace terrestre », que par les processus qui les ont produites et les travaillent ou, enfin, l’expérience qu’en a l’habitant. Aussi, la modélisation de ces systèmes recourt-elle à des outils qui sont les outils usuels des sciences de l’homme et de la société et qui vont des méthodes quantitatives aux pratiques empathiques ; de même que la façon de les parler est susceptible de mobiliser un langage parfois logico-formel, parfois empirico-formel, parfois herméneutique (Ladrière, 1995). Et les régimes de scientificité sont directement reliés à ces langages. Aux approches empirico-formelles correspondent des critères de réfutabilité tandis que les analyses herméneutiques sont placées sous le signe de la cohérence et de la saturation d’hypothèses. De ce point de vue, le raisonnement géographique est assez peu dogmatique dès lors que des éléments de compréhension du fonctionnement des systèmes territoriaux sont amenés. Développer une approche statistique et modélisante d’un système productif régional peut conduire à une bonne explication géographique. De même, travailler de manière herméneutique sur l’épaisseur symbolique, ou sémiotique, d’un lieu peut être l’occasion d’une bonne explication géographique.

8Par ailleurs, dans sa recherche des bons éléments d’explication des systèmes territoriaux, le raisonnement géographique inscrit ses réflexions à différents niveaux. Il considère le « territoire de la vie quotidienne », le « territoire régional-macro-régional » ou encore le « territoire-monde » (Ferrier, 2003 : 914) en interrogeant de manière systématique les formes prises par l’habiter humain. C’est ainsi que le jour des sociétés, l’allant de soi, le quotidien constitue un des éléments du raisonnement géographique. Par l’observation du quotidien, le géographe cherche à comprendre/expliquer les processus producteurs d’espace/territoire en même temps qu’il éclaire les conditions de vie des habitants.

L’objet transitionnel du quotidien

9L’introduction à la réédition (1970) de la Géographie sociale du monde de Pierre George est significative de cette conception du quotidien comme moyen. La géographie humaine y est définie comme l’« étude des rapports statiques et surtout dynamiques qui influencent la vie quotidienne et le destin d’une collectivité humaine considérée dans son espace propre et à sa place dans le système des rapports planétaires » (cité par Racine et Raffestin, 1983, je souligne). On devine, dans cette définition, une pensée environnementaliste toujours liée à géographie classique (« les rapports […] qui influencent » ; « espace propre »). On y perçoit une lecture du monde, propre à l’auteur, influencée par la pensée marxiste (« sa place dans le système des rapports planétaires »). Par ailleurs, cette définition pose la géographie comme science sociale, puisqu’on s’y intéresse à ce qui « influence » « une collectivité humaine ».

10Ce qui importe néanmoins ici est qu’elle considère, de manière plus ou moins implicite, que le quotidien est un objet qui permet de penser autre chose que cet objet. Un objet qui assure la transition. Un objet transitionnel. On retrouve ainsi, dans la définition que P. George donne de la géographie humaine, le principe même de l’analyse géographique : la dialectique forme spatiale/processus sociaux (Brunet, 1990) appréhendée par l’intermédiaire de ce qui est le plus évident à l’œil, le substrat matériel de la vie de tous les jours. La géographie humaine est donc cette pratique scientifique qui s’intéresse aux formes spatiales, à la spatialité usuelle des uns et des autres, pour remonter vers les processus qui les structurent.

11Dans l’histoire de la discipline, cette remontée du matériel vers les processus s’est effectuée suivant différents paradigmes. Dans le cadre de l’analyse déterministe, les formes sont consécutives d’une influence de la Terre sur les sociétés. Pour l’analyse environnementaliste, les formes résultent d’interactions entre hommes et nature. Néanmoins, encore une fois, ces deux paradigmes n’ont cessé d’interroger le quotidien comme objet qui sert à parler d’autre chose que ce dont il parle. Ce qui intéresse le géographe, c’est ce que cet objet permet d’expliciter.

  • 1  Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, trois grandes questions ont animé l’histoire de la pensée géograp (...)
  • 2  Auteur des Geological Essays parus à Londres en 1799.
  • 3  Auteur des Délices de la Hollande parus à Amsterdam en 1678.

12Souvenons-nous des trois grandes questions qui ont traversé la géographie jusqu’au XVIIIe-XIXe siècle, et remettons-les en situation1. R. Kirwan2 observe les côtes d’Écosse, leur découpe, ce qu’on trouve sur le rivage, les odeurs qu’on y respire ; il observe l’activité des hommes et leur répartition. L’air lui semble vicié. Il ne fait pour lui aucun doute que la Terre a été créé pour l’homme. L’observation du quotidien confirme le récit du Déluge. Le retrait des eaux a laissé les charognes pourrir sur la ligne de côte. L’odeur infecte a incité les hommes à investir les terres plutôt que les littoraux (Corbin, 1988 [1997] : 15) ; l’implantation humaine confirme le récit diluvien. Charles-Victor de Bonstetten passe deux ans de sa vie « en Danemark et, à différentes époques plus de trois ans en Italie » (1798 [1992 : 7]). Il s’y mêle aux hommes, s’interroge et dégage une théorie de l’influence du climat — à titre de cause parmi d’autres — sur leurs mœurs. Jean-Nicolas de Parival3 laisse son regard flotter sur le littoral des Provinces-Unies. Il y voit un alignement de mâts comme une forêt gagnée sur la mer, et il pense à cette activité journalière qui a fait de la Hollande un peuple vainqueur des océans — méditant sur l’action transformatrice de l’être humain (Corbin, ibid. : 49).

13Dans ces trois cas, un intérêt géographique pour le quotidien vise autre chose que le quotidien : une transcendance. Le géographe est cet homme de cabinet puis, à partir de la fin du XVIIIe siècle, de terrain (Claval, 1995 [2001] : 52s) qui porte un intérêt particulier à la matière pour s’en extirper. En ce sens, la vie de tous les jours n’a jamais été un objet géographique au sens strict. Il a toujours été un artefact servant à penser une autre chose. D’ailleurs, pas plus Les Mots de la géographie (1992 [1993]) que le récent Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (2003) ne lui ménagent une entrée. De fait, on peut estimer que la géographie humaine, au moment où elle cherche à faire césure pour se dire nouvelle (i.e. dans les années 1960-1970), s’en éloigne un court instant. Durant cette brève période, il disparaît de la pensée géographique, qui tend à formuler des lois générales de production de l’espace, plutôt qu’à une approche particularisante du jour le jour.

14Pour autant, la bibliographie géographique qui se rapporte à cette thématique est volumineuse et, suivant l’aphorisme de M. de Certeau (1980) selon lequel le quotidien est « ce qui reste », disparate. En témoignent certains mots-clefs : régularité, répétitivité, routine, train-train, « jour après jour », familier, proximité, réalité vécue, prosaïque, concret, vulgaire, « vraie vie », détail, humilité, humeur, trivial, travail, labeur, classes laborieuses, gens de rien, « enlisement » (Lefevbre), aliénation, temps, durée, « attitude naturelle » (Schütz), « rituel » (Goffmann) « monde de la vie » (Husserl), « ordinaire », enfermement, poids des normes, normalité, etc. La bibliographie géographique relative à la vie de tous les jours est touffue, dense, désordonnée. Elle emprunte à la phénoménologie, à l’interactionnisme symbolique, à l’approche scénographique, à la littérature, à la perspective marxienne, etc. Le terme incite à la transversalité, aux recherches buissonnières qui passent par ici et par là.

15C’est sans doute pourquoi le quotidien et la quotidienneté font leur entrée dans la nouvelle géographie par la triple porte de : 1) ce qu’il est possible d’énumérer et de compter dans un but de prévision et d’administration ; 2) ce qu’il faut traquer et dénoncer afin de résistance et combat ; 3) ce qu’il est loisible de décrire, comprendre et interpréter pour exister. Ils interviennent en effet dans le nouveau champ géographique par l’intermédiaire des budgets espace-temps, de la perspective radicale, de l’approche de la humanistic geography. L’intéressant ici est qu’ils suivent, dans ces trois courants, le même parcours épistémique. Leur statut change graduellement. D’objet (ce qu’on étudie), ils deviennent un paradigme (cadre qui structure la pensée) puis médiation (organisation de dimensions préalablement tenues pour hétérogènes). Ainsi, ils ne constitueront pas un nouveau sous-champ de la géographie, mais se profileront au contraire comme une manière de traverser, et dépasser, les différents domaines de la pensée géographique (géographie économique, géographie culturelle, géographie urbaine, géographie du pouvoir, etc.). C’est ce que je voudrais, à présent, m’efforcer de montrer.

Une substantialisation du quotidien : compter et situer

16Le quotidien est une somme d’activités répétitives qu’il est possible de codifier du fait de leur caractère partagé. C’est le banal, l’humble, ce qui fait la chair des jours. Le quotidien est substantiel. Il recoupe une série de nécessités qui approchent les besoins qu’A. Maslow a caractérisé comme « primaires » : ces besoins qui servent la recomposition du corps, la reproduction de la force. La vie de tous les jours est imprégnée d’un temps physiologique qui subsume aussi les activités supposées répondre à des besoins plus psychologiques. On dort, on mange, on se déplace, on travaille, on fait des achats, on voit des amis, on se lave, etc. Ces pratiques « toutes simples » font la vie de tous, et de chacun.

17À fin de planification, des méthodes de codification de ce quotidien-là sont élaborées en Union soviétique dès les années 1920, qui prendront le nom d’enquête budget temps (Javeau, 2003 : 19). Il s’y agit de dégager un temps moyen dévolu à chacun des items d’une liste d’activités, souvent stéréotypées et très officielles. Javeau relève par exemple que, dans le vaste Projet multinational budget-temps, qui visait à donner une image de la vie de tous les jours dans dix pays européens à la fin des années 1970, les vingt mille sondés sont tous « chastes et constipés », « décence oblige » (ibid. : 21).

18Il revient à T. Hägerstrand, en 1975, d’avoir donné, peu après l’étude de A. Szalai sur les budgets temps, la possibilité d’une représentation tridimensionnelle d’une telle journée, en articulant temps et espace sur un système d’axes. L’agrégation de données statistiques fournit l’image moyenne d’un emploi du temps spatialisé. Les budgets espaces-temps permettent alors d’expliciter les temporalités d’un territoire. On y observe les encombrements passagers, les engorgements, les flux et le reflux ; les rythmes d’un espace (Bailly, 1982 [1991] : 76).

19À sept heures, Aude quitte son domicile. Elle s’en va par la rue de Vannes en direction du Zanzibar, à quelque quatre cents mètres. Là, elle boit son premier café de la journée et fume sa deuxième cigarette. À sept heures trente, elle quitte l’établissement, traverse le square de Monssenne et arrive à l’arrêt du bus 4. Elle tâche de trouver une place assise. Vingt minutes plus tard, elle descend à l’arrêt Verger. Trois minutes après, elle arrive sur son lieu de travail, au centre ville. Elle en ressort à treize heures pour aller manger un plat du jour au Général Plattel, restaurant de la ville haute. Une heure plus tard, elle rejoint, en tram, son emploi. À dix-sept heures, elle en ressort. Elle regagne son quartier comme elle s’est rendu au travail. Marche puis bus puis marche. Avant d’arriver chez elle, Aude s’arrête au Super Marché. Elle y achète de quoi se confectionner un plateau-télé. Elle monte les escaliers. Ferme sa porte. Se douche. Se nourrit. Se divertit. S’endort.

20Chacune des activités d’Aude s’inscrit dans un horaire, un cycle, et prend appui sur un espace spécifique. Chacune de ses activités contribue à caractériser ces espaces en même temps qu’elle est impliquée par la position de cet espace. Le territoire urbain constitue une « interface constat/norme » (Piveteau, 1996 : 71) : il enregistre des affectations auxquelles on se réfère ensuite pour agir.

21Ainsi donc, les enquêtes de budget temps montrent que ces pratiques réitérées mobilisent des temporalités et spatialités spécifiques. Comprendre la manière dont s’articulent ces espaces et ces temporalités, saisir leur mise en séquence, la grammaire qui prévaut à leur liaison permet de comprendre comment se fabrique l’étoffe des jours. Les budgets espaces-temps relèvent alors des situations de « structuration » au sens qu’A. Giddens (1984 : 444) donne à ce mot, celui d’un « procès de relations sociales qui se structurent dans le temps et dans l’espace ». Ils permettent d’entrer dans ce que Pred (1981 : 4, ma traduction) a appelé la « tension ‘trialectique’ entre des pratiques situées (ou ce que les gens font sur le terrain), des relations de pouvoir, et ce que les gens font et savent (ou leur forme individuelle et collective de conscience) » ; tension qui met inextricablement en jeu pratique et structure. Les budgets espace-temps sont une manière d’analyser la « dualité du structurel » (Giddens, 1984), à savoir que la structure est à la fois condition et produit des pratiques, « médium et résultat des conduites qu’[elle] organise de façon récursive » (ibid. : 442). C’est ainsi qu’ils renforcent, d’un point de vue méthodologique, une géographie de la « reproduction sociale » dans la « vie de tous les jours » (Pred, 1981 : 5-22).

22D’une somme de gestes qu’il est possible d’additionner et de diviser pour tirer des moyennes, le quotidien change de statut épistémique. Il est graduellement posé comme un ensemble d’activités qui ont pour caractéristique d’être à la fois produites et productrices de structures. Il n’est plus une substance, mais une dimension qui traverse le raisonnement géographique. Une dimension qui mobilise géographie urbaine, géographie sociale, géographie culturelle, géographie politique, géographie économique… S’intéresser à son fonctionnement au travers d’une approche délibérément décloisonnée, transversale, revient à travailler au projet d’une géographie humaine générale, soit une théorie de la spatialité humaine, de ses systèmes territoriaux.

  • 4  C'est-à-dire un « courant critique — porté par des géographes empruntant à Marx concepts, théories (...)

23Mais si les budgets espace-temps offrent l’occasion d’investir la salle des machines du social, en exposant les processus de structuration, la journée d’Aude est toujours susceptible d’être caricaturée sous le forme du métro-boulot-dodo. Elle révèle une forme banale de l’aliénation du sujet dans les sociétés du capitalisme avancé. Elle manifeste un « enlisement » (Lefebvre, 1958). C’est le quotidien de la quotidienneté dans la terminologie de H. Lefebvre. C’est pourquoi il entre aussi en géographie par la porte de l’analyse radicale4.

Le temps de l’aliénation : combat et résistance / stratégie et tactique

24Le quotidien n’est le domaine de l’insignifiance qu’en apparence. Il est une somme d’activités banales. Il résulte d’une organisation spatio-temporelle. Il repose sur une rationalisation de l’emploi du temps et de l’espace, qui sert une rationalisation du corps. Il est la répétition d’une même expérience subjective : une conscience chosifiée en une force de travail.

25Tous les matins, Aude quitte son appartement, elle traverse la rue de Vannes en direction du Zanzibar, à quelque quatre cents mètres. Là, elle boit son premier café et fume sa seconde Claviland, puis elle s’empresse de gagner un moyen de transport qui l’amène jusqu’à son lieu d’activité professionnelle. Son itinéraire s’inscrit de manière évidente dans le tissu urbain. L’urbanisme fonctionnel des années 1950-1960 a dessiné une ligne presque parfaite dans l’épaisseur des vieux quartiers qui la conduit de chez elle à son bureau. Le quotidien est gouverné par un impératif qui est celui du travail (Ploger, 1995 : 65). L’emploi de l’espace-temps d’Aude est subordonné aux rythmes de production qui gouvernent le système économique. Sa pratique spatio-temporelle est soumise à la valeur d’échange, plutôt qu’à la valeur d’usage.

26Néanmoins, consécutivement à un travail de dévoilement (Ploger, 1995 : 65), le quotidien est aussi (et c’est un nouveau temps de théorisation) susceptible d’être un lieu de transformation et de révolution. Pour ce faire, il s’agit de le reconstruire comme totalité vécue. Il cohére le monde de gens sans qualités. Il constitue un « référent » et « un point de référence » du sens commun (Lefevbre, 1996). Il est le « lieu et le milieu des fonctions humaines ». De fait, s’il est tendu par une « passivité organisée » (Lefevbre, 1996), s’il manifeste un enlisement, il est surtout « l’ensemble des fonctionnalités qui lient et relient les systèmes en apparence distincts » (Lefebvre, 1996 : 420). Et c’est pour cette raison qu’il doit être progressivement « élevé au statut de concept critique, non pas pour décrire une expérience vécue mais dans le but de la changer » (Kaplan, Ross, 1987 : 1, ma traduction).

27C’est ainsi en tant que concept critique qu’il est intégré à une pensée qui ne se sait pas géographique (bien qu’elle le soit) — et que les géographes ignoreront longtemps. En effet, tant H. Lefebvre que les Lettristes puis les Situationnistes vont s’attacher à lier leur théorisation libératoire de la vie quotidienne à la question de l’espace, et spécifiquement de la ville. Il s’agira de dépister les terrains de « résistance » susceptibles de supporter le déploiement de détournements, de tentatives de « révolutions » de la vie de tous les jours.

28La critique de la vie quotidienne, notamment celle conduite par les épigones ou simple continuateurs de H. Lefevbre, montrera encore que l’impératif productif gouverne aussi les activités de loisirs qui, en tant que sphère de la reproduction de la force de travail, sont de plus en plus intégrées aux pratiques journalières. Ainsi, est-ce en les étudiant que l’on pourra saisir la manière dont la rationalité économique investit la vie privée (Lipunner, 2003 : 35). La façon dont la marchandise réifie les consciences. Ce glissement se répercutera néanmoins plus tardivement dans le champ géographique. Si la géographie radicale a d’abord questionné l’espace, dans une perspective marxienne et lefebvrienne, en tant que projection au sol d’une société (donc tissé de rapports économiques et sociaux), il appartient, dans les faits, à la géographie féministe et à la géographie du « deuxième tournant culturel » (Werlen, 2003 : 9s) de porter plus significativement l’emphase sur ces activités qui permettent au système économique de fonctionner.

29Cette nouvelle appréhension du quotidien déplace le regard du géographe. Ce n’est plus seulement le travail rémunéré mais aussi les activités non salariées qu’il convient d’analyser ; les nouvelles modalités d’occupation, plus souples. La géographie interroge alors le travail domestique, la vie des femmes dans les villes nouvelles (Coutras, 1985), la féminisation de l’emploi et l’intensification de certaine forme de polarisations urbaines (Villeneuve, 1991 : 385-401 ; Chicoine, Rose, 1989 : 53-64).

30De même, les pratiques de loisir, supposées anodines, innocentes, libérées, doivent-elles être passées à la question géographique. Le tourisme apparaît comme un sous-système de recréation propre au capitalisme (Jaffari, 1988). Les nouveaux espaces de sociabilité, marqués au fer de la décontraction ethnique ou du terroir sur canapé de velours, sont les lieux de consommation de signes qui ouvrent une colonisation de l’expérience, une instrumentalisation des consciences puisque notamment, « we are where we eat » (comme l’affirme le sous-titre d’un ouvrage de Bell et Valentine, 1997). Les centres commerciaux, les parcs de loisirs, offrent un paysage de la consommation au new consumerism.

31Mais dans toutes ces pratiques spatialisées, « quelque chose » se passe dans le sujet. Il ruse et s’échappe. Et c’est encore un nouveau temps de théorisation. Le quotidien balance entre temps aliéné par la marchandise et ouverture d’espaces de rébellion. Le mouvement qui se dessine est déjà compris par M. de Certeau dans son Invention du quotidien (1980). Pour M. de Certeau, des tactiques quotidiennes de déclôturement d’agents dispersés (vous, moi, eux) répondent aux grandes stratégies centralisées des institutions du pouvoir. Ces tactiques de consommations rusées activent une mètis, un art de tromper pour toucher ses propres fins. Elles sont des manières d’un braconnage repris sans cesse, au jour le jour, pour détourner les produits centralisés. Elles sont un art de faire avec. Il existe ainsi une dialectique du « naval » et du « carcéral » (Certeau, 1980). Le fait qu’une route est « toute tracée » libère un potentiel d’échappement, crée une possibilité d’être ailleurs tout en demeurant ici.

32Aude s’assied à sa table habituelle. Le Zanzibar a ce pouvoir qu’ont certains lieux de la transporter ailleurs. Peut-être est-ce dû à ce nom si affreusement exotique, c’est-à-dire de manière convenue. Elle commande son café à Daniel. Elle l’aime bien, Daniel. Il lui rappelle un peu son frère. Le regard d’Aude flotte sur la moulure du plafond. Elle se souvient de l’appartement de la rue Jauffret. Les odeurs au retour des vacances. La pénombre des stores les après-midis d’été. Elle va se mettre en quête d’un nouveau logement. En ce moment précis, Aude échappe au contrôle. Elle se met en scène de manière différente. Elle va changer sa vie de tous les jours.

33Le quotidien, alors qu’il entre en géographie par la porte de la perspective radicale, finit par fournir une grille de lecture à la nouvelle géographie culturelle. Ce qu’il importe de voir ici, c’est que le quotidien a, dans le même temps, encore une fois changé de statut épistémique. D’objet, il s’est transformé en paradigme. Il n’est plus une chose, mais une dimension qui organise des phénomènes. Ce changement de statut épistémique se manifeste également dans la humanistic geography, dernière porte d’accès du quotidien à la nouvelle géographie.

L’humanisme au quotidien : exister et transcender

34Paradoxalement, c’est en effet aussi par l’intermédiaire de la philosophie que la nouvelle géographie va retrouver un intérêt pour les faits particuliers, supposés anodins ; qu’elle va se proposer d’interroger à nouveau le quotidien de telle sorte qu’il soit plus qu’un objet qui sert à la transition vers une transcendance.

35Nous sommes dans les années 1970, et il y aurait un trop plein de Science. Il y aurait une Science arrogante, trop sûre d’elle-même, de son universalisme, trop certaine de la fiabilité de ses méthodes pour appréhender le vrai. Une Science hypnotisée par le chiffre, par la logique mathématique ou formelle, par la pureté supposée des équations. La Science mériterait donc d’être profanée, ramenée à une expression terrestre. Le projet de l’approche humaniste, c’est d’abord celui-là : discuter la prétention scientifique. Non pas détruire la Science, non pas rejeter la perspective scientifique, mais l’examiner dans ses présupposés (Tuan, 1976 : 266).

36L’humanisme en géographie investit donc d’abord le champ de l’épistémologie. Il s’y agit dans l’immédiat de critiquer le hiatus du Sujet et de l’objet (Ley, 1977), la neutralité hypothétique de l’observateur, l’absence de relation. Le champ investi s’apparente à celui de la philosophie de la connaissance. Alors, les philosophes sont convoqués. La phénoménologie et l’existentialisme servent à la démonstration que Sujet et objet ne peuvent s’appréhender que dans « l’unité vécue de l’existence et de l’expérience » (Lussault, 2003 : 636).

37Bientôt, la humanistic geography se cherche une cohérence. De l’épistémologie, elle glisse vers un programme scientifique : analyser le rapport homme-environnement d’un point de vue holisitique. Le holisme est une voie d’accès à la consistance théorique, à la capacité à faire tenir ensemble les éléments d’un système. Dans un trop plein de Science, on redécouvre un vieux paradigme environnementalisme qui incline à une relecture des maîtres anciens de la discipline pour en faire des précurseurs d’une humanistic holiste (Buttimer, 1978). L’objet de la géographie tend alors à être celui d’une « meilleure compréhension de la condition humaine, par l’entremise de la spatialité » (Tuan, 1976 : 266), rejoignant en cela le projet qui, de J.G. Herder à K. Ritter, visait à comprendre la destinée humaine par le milieu (Claval, 1995 [2001] ; Glacken, 1967 [2000-2005]). L’Homme est plus qu’un agent maximisateur d’utilité obnubilé par la réduction du coût de la distance. Il faut s’intéresser à sa « géographicité » (Dardel, 1952 [1990]), à la manière dont la Terre est la condition de l’existence humaine.

38C’est ainsi qu’« il faut faire de l’homme, le référent de toute mesure » (Ley, Samuels, 1978 : 21, ma traduction). Un nouveau vocabulaire apparaît, animé par l’idéal de la césure, et difficile à organiser. Il faut offrir une « alternative perspective » (Pocock, 1981 : 9), s’intéresser à l’« ambiance », à ce qui relève de l’« allegory ». Il convient d’être conscient de la « centrality of meaning and experience » (Ley et Samuels, 1978 : 21), du poids de la « culture », de l’« emotion » (Pocock, 1981 : 10), de l’« expérience existentielle ». Les lieux ont plus qu’une position et une situation : il existe un « genius loci ». Il faut s’intéresser au « sens du lieu ». Le lieu est « symbole » ; on a affaire à une « symbolique des lieux », qui pourrait ouvrir à une « topo-analyse » (Bachelard repris par Bailly, Pocock, 1995 : 170). Par ailleurs, la géographie n’est pas qu’une expérience de l’œil, une « géographie parallèle » (Ferrier, 1990 : 35) anime notre regard. Le géographique est aussi « rêve », « fantasy » (Pocock, 1995), « géopiété », « géopoétique » (White, 1978). Il faut cerner le « référentiel habitant » (Ferrier, 1984), se pencher sur l’« intériorité humaine », l’« intentionnalité » de l’homme. Il s’agit d’adopter une « posture compréhensive » (Retaillé, 2003 : 398) pour approcher, par l’« habiter » d’un sujet humain, la « personnalité d’un lieu », ce qui trame la « topophilie » (Tuan, 1974) ou la « topophobie » (Tuan, 1979). Il convient donc de valoriser l’« imagination », d’oser l’« idéalisme ». Progressivement, une nouvelle pratique scientifique se constitue qu’on aura beau jeu d’identifier à du « chamanisme » (Bailly, 1990 : 155-161). Bien loin en apparence de la « vraie vie » des « hommes sans qualités ». Ce qui avivera le scepticisme.

39Pour les plus classiques en effet, la géographie nécessite le recours aux bottes et cirés de l’homme de terrain adepte d’une géographie du voir (Raffestin, 1977). Pour les plus spatialistes, la géographie a une vocation pratique et organisationnelle. Elle doit se soucier de produire des connaissances réplicables, falsifiables. Dans les deux cas, elle n’est pas une pratique herméneutique qui focalise sur le Sujet, et sa vie de tous les jours.

40Très tôt cependant, la humanistic geography établit sa propre critique (Samuels, 1978 : 23). Le néo-humanisme est menacé d’idéalisme, de solipsisme et de sentimentalisme. Il convient d’aller plus loin qu’une « géosophie » (ibid. : 33). Le concept qui subsume le lexique du projet scientifique de l’approche humaniste est celui d’« espace existentiel » insiste-t-on. Or, si le lexique en question est assimilé, par certains géographes, à du chamanisme, l’espace existentiel n’est pas « étrangement mystique » (ibid.). Bien au contraire, l’espace est toujours-déjà existentiel du fait de l’ontologie spatiale de l’homme, telle que l’a explicitée M. Buber (Lévy, 1990 : 84-85). C’est pourquoi l’espace existentiel relève du banal. La géographie humaniste, dans sa recherche de consistance, dans la formulation de son programme scientifique, dans la spécificité foisonnante de son champ lexical n’aspire à rien d’autre qu’à la formulation d’une géographie de tous les jours. « [L]a perspective humaniste est avant tout une volonté d’incorporer la vie quotidienne à la géographie » (D. Ley cité par Bailly, 1990 : 9).

41C’est là sans doute ce qui explique que la humanistic geography est, dans son programme, intrinsèquement (et paradoxalement) pragmatique. Si l’on projette les lignes idéale-typiques que S. Smith (1984) dégage de la philosophie pragmatique sur l’épistémologie humaniste, il se dégage en effet une homologie intéressante. La pratique humanistique se propose effectivement d’interroger le lien entre « l’intellect et le sens commun » (Smith, 1984 : 353). Elle aspire à comprendre, elle aussi, la « relation entre expérience et action » (ibid.). Toutes choses qui ressortent d’une mise en question pragmatiste du monde. D’une certaine manière, sa critique de la science incite à déplacer le débat sur les « conséquences pratiques », plutôt que sur « les causes métaphysiques » (ibid. : 355, ma traduction).

42Aux modèles abstraits, hypothético-déductifs, de localisation des activités, elle va par exemple proposer le modèle d’un homme attaché à son espace de vie par l’intermédiaire d’un mixte socio-physico-psychologique : l’espace vécu. « [E]ntre l’idéalisme et le matérialisme, le rationalisme et l’empiricisme » (ibid.), l’humanistic geography tend, petit à petit (et c’est manifeste chez Samuels) à la situation concrète de l’homme dans le monde. Elle tend à une certaine « modestie théorique » (ibid.). Des traits qui sont, là encore, ceux de la pragmatique de W. James, J. Dewey ou L. Wittgenstein. Cette inspiration pragmatique se manifeste enfin dans un intérêt croissant pour un monde social qui trouve sa fondation, et sa perpétuation, dans et par la communication (ibid. : 355) journalière. C’est pourquoi le programme de recherche introduit en géographie par la critique humaniste s’oriente sur les modalités communicationnelles, et se soucie de la production intersubjective du Monde dans lequel évolue le sujet. Adoptant souvent le point de vue de l’acteur, cette géographie s’attache alors à rétablir les logiques journalières de l’action.

43Aude s’en va à son travail. Tous les matins, elle emprunte le même itinéraire, à quelques exceptions près. Elle mange presque tous les jours dans le même établissement de la ville haute. Elle rentre chez elle par le chemin qu’elle a emprunté le matin. C’est une manière de faire avec la ville. Une manière qui manifeste quelque chose d’une aliénation. Une manière qui permet aussi de penser à autre chose, et permet d’être ailleurs. Cette manière ouvre l’accès aux logiques de l’agir quotidien. Pragmatiquement, Aude n’est pas aliénée. À chaque pas elle « échappe » aux dominations d’un ordre qui la dépasse. Elle a une façon de se territorialiser par laquelle elle ne cesse de s’inventer des histoires. À tel carrefour, il est arrivé ceci. À tel autre cela. La narration qu’elle accomplit, pour elle, de son parcours, fait de la ville un espace libératoire. Elle voit des choses, les rapporte à d’autres, qui les conduisent à d’autres encore. C’est ainsi que le quotidien est traversé de mythes et mythologies ; qu’il oscille entre profane et sacré ; qu’il est rarement univoque et nécessite une interprétation.

44De fait, la pratique humaniste en géographie va graduellement approcher la vie de tous les jours comme un texte. D’abord en s’attachant à travailler sur des écrits sacrés, philosophiques, littéraires, etc. pour expliciter l’importance du savoir géographique qu’ils contiennent. Ensuite pour comprendre comment ces œuvres travaillent l’espace, produisent du territoire (Duncan et Duncan, 1989), rejoignant alors la géographie culturelle d’après le discursive turn.

45Or, si la vie quotidienne relève de la textualité, comme l’affirme l’ensemble des sciences sociales après les années 1985 (Rogers, 1984 : 165-186), il est possible de la décoder en s’intéressant à ses structures sémiologiques. Il s’agit ainsi de l’analyser dans ses contraintes formelles, et non en termes d’individualité. Ce qui importe ce n’est pas « l’auteur ou l’écriture mais le langage et ses règles » (ibid., ma traduction). L’occasion d’une articulation entre approche macrologique et micrologique se profile ici. Dans les pratiques individuelles, l’intéressant n’est pas tant l’individu lui-même que le social qu’il véhicule. De même que pour le structuralisme littéraire l’essentiel n’est pas tant « l’auteur et l’écriture que la langue et ses règles ». Un travail comme celui que Pred (1990) a accompli autour de l’industrialisation de Stockholm, dans les dernières décennies du XIXe siècle, relève de ce type d’approche. Le quotidien de la classe ouvrière suédoise y est, entre autres, approché par l’intermédiaire du langage. La manière dont il médiatise de nouveaux rapports économiques et sociaux ; la manière dont il manifeste une nouvelle spatialité.

46Alors que la humanistic geography s’attaque à la Science pour la discuter dans ses présupposés, elle propose de focaliser sur les « modalités de l’être dans la vie de tous les jours » (Buttimer, 1976 : 277, ma traduction). Cet intérêt fait du quotidien un objet permettant de mieux comprendre la logique de la production de la connaissance géographique ; mais aussi de mieux comprendre la manière qu’ont les hommes en société d’habiter les lieux ou encore l’organisation, et les rythmes, de l’espace social. Le quotidien sort alors de son statut d’objet pour constituer un véritable paradigme. Enfin, il se profile comme médiation. La métaphore textuelle permet, en puisant dans la caisse à outils du structuralisme, d’en faire le lieu d’articulation du micro- et du macrologique. L’habitant produit une géographie à partir d’un système de l’habiter qui lui préexiste ; les formes qu’il génère sont liées aux contraintes de ce système.

47C’est ainsi que les trois portes d’entrée du quotidien et de la quotidienneté dans la nouvelle géographie convergent. En effet, on retrouve ici le glissement des approches en termes de budgets espace-temps vers la théorie de la structuration au sens de Giddens. On y retrouve encore le passage de conceptions qui en font le temps et le lieu d’un enlisement et d’une aliénation à des conceptions qui se tournent vers une lecture qui dialectise stratégies de domination et tactiques de résistance par le détournement, la réappropriation.

48De fait, quel que soit le lieu théorique par lequel il investit la nouvelle géographie, le quotidien tend à se poser comme une médiation. Il n’est plus un objet qu’on étudie pour lui-même ou pour parler d’autre chose. Il n’est plus un paradigme, une manière d’organiser la recherche par un cadre de référence. Il est posé comme une structure qui traverse tous les sous-champs de la géographie, et permet de produire une théorie générale de la spatialité, de la territorialité humaine. Le parcours d’Aude, dans sa banalité permet d’objectiver l’ensemble des rapports qui font le socius. En ce sens, il est un produit social. Mais il n’est pas pour autant le reflet immédiat de la société, puisque la compréhension de ces rapports nécessite un cadre théorique préalable qui en autorise l’intelligibilité.

La médiation quotidienne

49Le quotidien est une somme d’activités qui, banales, peuvent être comptées et budgétisées. Il est une somme d’activités qui, standardisées, permettent d’envisager la manière dont la marchandise réifie les consciences. Mais il est aussi un lieu de libération. Un lieu où il est possible de profiter des « vides du pouvoir » (de Certeau, 1980), pour détourner des productions, ruser et braconner. Ainsi, le quotidien mérite-t-il d’être réhabilité. Il faut s’y pencher parce qu’il permet l’explicitation des logiques de l’action d’hommes sans qualités, qui sont néanmoins des acteurs géographiques compétents, producteurs d’un « espace légitime » (pour abuser de Lévy, 1994). Des logiques concrètes qui donnent de la chair aux modèles quantitatifs. Des logiques pragmatiques qui dotent l’homme sans qualités d’un statut qui diffère de celle d’une victime toujours-déjà consentante dans sa naïveté ontologique. Cet homme n’est pas un idiot culturel ; il dispose d’une compétence pratique.

50C’est ainsi que l’approche géographique du quotidien balance entre l’attrait du micro et l’ombre du macro, selon qu’on se focalise sur la manière dont les individus produisent, au jour le jour, leur spatialité ou à l’inverse que celle-ci apparaît déterminée par des infrastructures, un jeu de représentations, une place dans le système territorial envisagé. Mais l’intéressant du quotidien est néanmoins le plaisir de l’articulation qu’il génère. De fait (et c’est une évidence), le quotidien n’est jamais entièrement compris dans la forme phénoménologique que représente le geste de fumer (pour reprendre un geste de la quotidienneté décrit par J.-P. Sartre). On ne peut pas plus le ramener à la détermination univoque des façons de faire par une structure économique et/ou social. Il est toujours-déjà dialectique. Il est un espace-temps qui permet de faire jouer des échelles et des durées. Un espace-temps qu’il est toujours préjudiciable d’approcher en procédant par mise entre parenthèses d’une autre dimension (ce que le programme méthodologique de l’analyse des conduites stratégiques incite à faire). Il est le « moment, au sens mécanique du terme, du changement sur fond de continuité, et en même temps celui de la continuité sur fond de changement » (Javeau, 2003 : 17).

51Cette recherche du plaisir de l’articulation se manifeste notamment, en géographie humaine, dans le changement de statut épistémique du quotidien. Il est apparu qu’il permet de penser de manière fine la (re)production du social, la structuration de la société. Il est un ordre significatif qui conduit à réfléchir l’ensemble de la société dans un va-et-vient du particulier au global, du concret à l’abstrait. Il n’offre pas « un calque, un reflet, de la société » mais son objectivation.

52Aude traverse la rue de Vannes et s’en va à son travail. Son itinéraire est lié à une organisation locale des circulations, qui elle-même s’imbrique dans un plan régional relié, dynamiquement, à une gestion nationale du territoire. Son trajet résulte d’un certain mode d’organisation de l’espace, qui est corrélatif d’un temps spécifique d’accumulation du capital. Il s’explique aussi à l’aide de modèles dérivés de celui de la rente ou encore d’analyses des nouvelles polarisations urbaines. Dans une optique plus large encore, l’itinéraire d’Aude est conditionné par une division internationale du travail. Ces facteurs structurent son expérience. De même, des temporalités différentes traversent son parcours. Son arrêt au Zanzibar, son premier café, sa deuxième cigarette parlent d’une expérience sociale relativement récente pour les personnes de son sexe. Elle voyage ici dans le temps de moyenne durée de F. Braudel (1958 [1995]). Alors que son regard flotte sur la moulure, qu’elle se remémore l’appartement de la rue Jauffret, et prend la décision de changer de vie, une temporalité événementielle est activée. Aude est dans la courte durée. Elle se détermine dans un sens qui introduit une modification dans une temporalité plus ample. Mais la manière qu’elle a de « voyager » dans le Zanzibar mobilise sans doute des schèmes esthétiques lointains qui introduisent un temps très long dans cet itinéraire matinal.

53Travailler géographiquement le quotidien revient donc à considérer l’imbrication de ces échelles et temporalités dans l’organisation des systèmes territoriaux. Le programme du géographe est aussi celui d’expliquer et de comprendre comment la structuration de la société, sa production et sa reproduction simultanée passe par les espaces, les territoires qui en sont les produits en même temps que les éléments de transformations.

54Aude inscrit sa pratique sociale dans des lieux. Ces lieux préexistent à cette pratique. Ils sont créés pour l’accueillir. Ils sont dotés d’une fonction. Ils ont une épaisseur historique, une dimension symbolique et sémiotique. Parfois cette pratique détourne les lieux, et va dans le sens d’une transformation de la société. Parfois la configuration des lieux transforme la personne. Au Zanzibar, alors qu’elle se projette dans son passé en observant une moulure au plafond, Aude prend la décision de chercher un appartement dans le quartier populaire dans lequel elle a grandi. Ce sera plus proche de son emploi. La vie y est plus animée. Bien sûr, ce quartier connaît depuis quelques années une modification de la structure sociale de ses résidents. Des diplômés du tertiaire ou de personnes fortement dotées en terme de capital culturel, viennent s’y installer. Mais cela n’incommode pas Aude, qui a fait elle-même de longues études universitaires. Certes, les loyers ont beaucoup augmenté dans ce quartier suite aux nombreuses rénovations qui ont touché ses immeubles les plus anciens. Mais Aude dispose d’un salaire idoine. Encouragée par le cadre du Zanzibar, peut-être déterminée par la mémoire archivée dans les murs de ce vieil espace public, Aude prend une décision qui la fait entrer dans la catégorie des « gentrifieurs » (Clerval, 2005) potentiels. Elle va développer une pratique qui se profile dans le sens d’une transformation (déjà amorcée) du système territorial de la ville où elle réside. Mais la logique de cette action est vraisemblablement à chercher dans une interaction fine entre Aude et le cadre spatial, qui accueille cette pratique journalière qui consiste à boire son premier café.

55Aude se déplace dans la ville. Ce trajet est, pour elle, signifiant. Il raconte quelque chose. Elle y fait l’école buissonnière tout en restant dans le droit chemin. Elle le raconte parfois en usant de procédés linguistiques qui ne sont pas les siens, qui sont à tout le monde et à personne puisque relevant de la langue. Mais elle le dit à sa manière : la langue est aussi parole ; appropriation d’un système linguistique. Son trajet est en partie déterminé par la voirie, le système de transports. Il exprime un enlisement (tous les jours...) et une aliénation (métro-boulot-dodo, pour faire tourner la machine économique). Son trajet exprime encore la façon dont une société se perpétue et se modifie jour après jour. Il appelle une réflexion sur la manière de gérer la ville pour ouvrir la vie.

56Tout cela est banal, répétitif, loin des grands récits théoriques. Tout cela est extraordinaire, inédit, imprégné de grands récits. Tout cela relève pourtant du savoir géographique. Tout cela peut constituer une contribution à la connaissance géographique, à savoir une meilleure compréhension et/ou explication des systèmes territoriaux de l’espace géographique.

Top of page

Bibliography

BAILLY Antoine, 1982 [1993], Introduction à la géographie humaine, Paris : Masson.

BAILLY Antoine, 1990, « L’humanisme en géographie : chamanisme ou empathie », in BAILLY Antoine, SCARIATI Renato, L’humanisme en géographie, Paris : Anthropos, pp. 155-161.

BAILLY Antoine, 1990, « L’humanisme en géographie : réflexions et principes », in BAILLY Antoine, SCARIATI Renato, L’humanisme en géographie, Paris : Anthropos, pp. 9-11.

BAILLY Antoine, POCOCK Douglas C.D, 1995, « L’humanisme en géographie », in BAILLY Antoine et al., Les concepts de la géographie humaine, Paris : Masson, pp. 165-171.

BELL David, VALENTINE Gill, 1997, Consuming geographies: we are where we eat, Londres: Routledge.

BONSTETTEN Charles-Victor de, 1798 [1992], L’homme du Midi et l’homme du Nord : ou l’influence du climat, Lausanne : Aire.

BRAUDEL Fernand, 1958 [1995], « Histoires et sciences sociales : la longue durée », in BRAUDEL Fernand, Écrits sur l’histoire, Paris : Flammarion, pp. 41-83.

BRUNET Roger, 1990, « Espaces produits », in BRUNET Roger, DOLLFUS Olivier, Géographie universelle (tome I) : Mondes nouveaux, Paris et Montpellier : Hachette et Reclus, pp. 31-45.

BRUNET Roger, FERRAS Robert, THÉRY Hervé, 1992 [1993], Les mots de la géographie : dictionnaire critique, Montpellier : Reclus.

BRUNET Roger, FERRAS Robert, THÉRY Hervé, 1992 (1993), « Humanistique », in BRUNET Roger, FERRAS Robert, THÉRY Hervé, Les mots de la géographie : dictionnaire critique, Montpellier : Reclus, pp. 261-262.

BUTTIMER Anne, 1976, « Grasping the dynamism of lifeworld », Annals of the Association of American Geographers, vol. 66, n° 2, pp. 277-292.

BUTTIMER Anne, 1978, « Carism and context: the challenge of la géographie humaine », in LEY David, SAMUELS Marwyn S., Humanistic geography: prospects and problems, London : Crom Helm, pp. 58-76.

CERTEAU Michel de, 1980, L’invention du quotidien, Paris : UGE.

CHICOINE Nathalie, ROSE Damaris, 1989, « Restructuration économique, division sexuelle du travail et répartition spatiale de l’emploi dans la Région métropolitaine de Montréal », Espace, populations, sociétés, n° 1, Villeneuve d’Ascq : Université des sciences et techniques de Lille-Flandres-Artois, pp. 53-64.

COUTRAS Jacqueline, 1985, Des villes traditionnelles aux nouvelles banlieues : l’espace public au féminin, Paris : SEDES.

CLAVAL Paul, 1995 [2001], Histoire de la géographie, Paris : PUF.

CLERVAL Anne, 2005, « Les "Bobos", critique d’un faux concept », Cybergeo : Revue européenne de géographie, 17 mars 2005.

CORBIN Alain, 1988 (1997), Le territoire du vide : l’Occident et le désir du rivage 1750-1840, Paris : Flammarion.

DARDEL Éric, 1952 (1990), L’Homme et la Terre, Paris : CTHS.

DI MÉO Guy, 1999, « Géographies tranquilles du quotidien : une analyse de la contribution des sciences sociales et de la géographie à l’études des pratiques spatiales », Cahiers de Géographie du Québec, vol. 43, n° 118, pp. 75-93.

DUNCAN James, DUNCAN Nancy, 1989, « (Re)reading the landscape », Environment and planning D : Society and space, n° 6, pp. 117-126.

FERRIER Jean-Paul, 1984, Antée I : la géographie, ça sert d’abord à parler du territoire ou le métier des géographes, Aix-en-Provence : Édisud.

FERRIER Jean-Paul, 1990, « Savoir lire les lieux : plaidoyer pour une géographie composante majeure des sciences morales et politiques », in BAILLY Antoine, SCARIATI Renato, L’humanisme en géographie, Paris : Anthropos, pp. 23-39.

FERRIER Jean-Paul, 2003, « Territoire », in LÉVY Jacques, LUSSAULT Michel (dirs), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris : Belin, pp. 912-917.

GIDDENS Antony, 1984, La constitution de la société, Paris : PUF.

GLACKEN Clarence J., 1967 [2000-2005], Histoire de la pensée géographique (tomes 1-3), Paris : CTHS.

JAFARI Jafari, 1988, « Le système du touriste : modèles socio-culturels en vue d’applications théoriques et pratiques », Society and Leisure, vol. 11, n° 1, pp. 59-80.

JAVEAU Claude, 2003, Sociologie de la vie quotidienne, Paris : PUF.

KAPLAN Alice, ROSS Kristin, 1987, « Introduction », Yale French studies, n° 73, pp. 1-4.

LEFEBVRE Henri, 1958-1981, Critique de la vie quotidienne (tomes 1-3), Paris : L’Arche.

LEFEBVRE Henri, 1996, « Quotidien et quotidienneté », Encyclopeadia universalis, corpus 19, pp. 419-420.

LÉVY Bertrand, 1990, « L’apport de la philosophie existentielle à la géographie humaniste », in BAILLY Antoine, SCARIATI Renato, L’humanisme en géographie, Paris : Anthropos, pp. 77-86.

LÉVY Jacques, 1994, L’espace légitime, Paris : Presses de Sciences Po.

LÉVY Jacques, LUSSAULT Michel (dirs), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris : Belin.

LEY David, SAMUELS Marwyn S., 1978, « Introduction: contexts of modern humanism in geography », in LEY David, SAMUELS Marwyn S., Humanistic geography: prospects and problems, London : Croom Helm, pp. 1-21.

LEY David, 1977, « Social geography and the taken-for-granted world », Transactions of the Institute of British Geographers, new series, vol. 2, n° 4, pp. 498-512.

LIPPUNER Roland, 2003, « Géographie, culture et quotidien : un renouveau théorique », Géographie et cultures, n° 47, pp. 29-43.

LUSSAULT Michel, 2003, « Monde vécu », in LÉVY Jacques, LUSSAULT Michel (dirs), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris : Belin, pp. 636-637.

LUSSAULT Michel, 1996, L’espace en actions : de la dimension spatiale des politiques urbaines, Diplôme d’habilitation à diriger des recherches en géographie, Tours : Université François-Rabelais.

MAUSS Marcel, 1923-1924 [1995], « Essai sur le don : forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in MAUSS Marcel, Sociologie et anthropologie, Paris : PUF : pp. 143-279.

PIVETEAU Jean-Luc, 1996, « Notre territorialité n’est-elle pas essentiellement masculine », Géographie et cultures, n° 20, pp. 69-80.

PLOGER John, 1995, « Critique of everyday life », Geografiska Annaler, Series B, Human geography, vol. 77, n°1, pp. 65-66.

POCOCK Douglas C.D., 1981, « Introduction : imaginative literature and the geographer », in POCOCK Douglas C.D. (éd.), Humanistic geography and literature: essays on the experience of place, London : Croom Helm, pp. 9-19.

PRED Allan, 1981, « Social reproduction and the time-geography of everyday life », Geografiska Annaler, Series B, Human geography, vol. 63, n° 1, pp. 5-22.

PRED Allan, 1990, Lost words and lost worlds: modernity and the language of everyday life in late nineteenth century Stockholm, New York : Cambridge University Press.

PRED Allan, 1991, « Everyday articulations of modernity (Vega symposium introduction) », Geografiska annaler, Series B, Human geography, vol. 73, n° 1, pp. 3-5.

RACINE Jean-Bernard, 2003, « Radical geography », in LÉVY Jacques, LUSSAULT Michel (dirs), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris : Belin, pp. 761-762.

RACINE Jean-Bernard, RAFFESTIN Claude, 1983, « L’espace et la société dans la géographie sociale : pour une approche critique du quotidien », in PAELINCK Jean, SALLEZ Alain (dirs), Espace et localisation : la découverte de l’espace dans la pensée scientifique française, Paris : Economica, pp. 304-330.

RAFFESTIN Claude, 1977, « Paysage et territorialité », Cahiers de géographie du Québec, vol. 21, n° 53-54, pp. 123-134.

RETAILLÉ Denis, 2003, « Géographicité », in LÉVY Jacques, LUSSAULT Michel (dirs), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris : Belin, pp. 398-399.

ROGERS Mary F., 1984, « Everyday life as text », Sociological theory, vol. 2. pp. 165-186.

SAMUELS Marwyn S., 1978, « Exitentialism and human geography », in LEY David, SAMUELS Marwyn S., Humanistic geography: prospects and problems, London : Croom Helm, pp. 22-40.

SMITH Susan J., 1984, « Practising humanistic geography », Annals of the Association of American Geographers, vol. 74, n° 3, pp. 353-374.

TUAN Yi-Fu, 1976, « Humanistic geography », Annals of the Association of American Geographers, vol. 66, n° 2, pp. 266-276.

VILLENEUVE Paul, 1991, « Les rapports femmes-hommes en milieu urbain : patriarcat ou partenariat ? », Cahiers de géographie du Québec, vol. 35, n° 95, pp. 385-401.

WERLEN Benno, 2003, « Géographie culturelle et tournant culturel », Géographie et cultures, n° 47, pp. 7-27.

Top of page

Notes

1  Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, trois grandes questions ont animé l’histoire de la pensée géographique occidentale (Glacken, 1967 [2000-2005]) : La terre a-t-elle été créée intentionnellement pour l’homme ? Les formes de la terre influencent-elles « la nature morale et sociale des individus », « la nature de la civilisation humaine » ? Comment l’action humaine transforme-t-elle la surface de la terre ?

2  Auteur des Geological Essays parus à Londres en 1799.

3  Auteur des Délices de la Hollande parus à Amsterdam en 1678.

4  C'est-à-dire un « courant critique — porté par des géographes empruntant à Marx concepts, théories et méthodes — de la géographie […] dominante [des années 1970] » (Racine, 2003 : 761)

Top of page

References

Electronic reference

Laurent Matthey, « Le quotidien des systèmes territoriaux », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 1 | 2005, Online since 24 October 2005, connection on 17 October 2017. URL : http://articulo.revues.org/903 ; DOI : 10.4000/articulo.903

Top of page

About the author

Laurent Matthey

Laurent Matthey is director of the Fondation Braillard Architectes in Geneva. He also is Head of Research at the Centre for Urban Studies and Sustainable Development (OUVDD) of the University of Lausanne and Research Associate at the Institute of Environmental Sciences of the University of Geneva.

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org