Skip to navigation – Site map
Dossier

Les trente Immortelles de Genève. Une intégration précoce des femmes dans le capitalisme financier au service de l’ordre patriarcal

Gilles Forster

Abstract

Les récents débats sur la place des femmes dans les manuels d’histoire et la nécessité de proposer des figures féminines comme modèles pour les jeunes générations interpellent l’historien d’aujourd’hui. Comment répondre à cette demande sociale sans tomber dans une histoire des « Grands Hommes », ou plutôt des « Grandes Femmes » dont l’historiographie contemporaine a eu tant de mal à se dégager ? L’histoire de la banque genevoise du XVIIIe siècle propose un cas intéressant pour alimenter le débat, celui des emprunts viagers dit des trente Immortelles de Genève. En expliquant leur fonctionnement, cet article montrera que même si ces emprunts intègrent les femmes aux formes les plus modernes du capitalisme financier, ils ne constituent aucunement une remise en cause de l’ordre patriarcal et qu’à plusieurs égards ils contribuent à son renforcement.

Top of page

Full text

Introduction

1La question de la place et du rôle des femmes dans l’histoire suscite depuis plusieurs années débats et réflexions. L’historien ne peut être qu’interpellé par cette demande sociale et doit réfléchir à la manière d’y répondre. À partir de la situation genevoise, cet article évoquera les dernières discussions et réalisations dans le domaine de l’histoire des femmes ainsi que les limites d’une approche volontariste désirant dégager des parcours exemplaires pour servir de modèle aux générations futures. Dans un second temps, pour illustrer mon propos, je présenterai et discuterai le cas des trente Immortelles de Genève, un pan méconnu de l’histoire genevoise dans lequel les femmes jouent un rôle central (Lüthy, 1961 ; Cramer, 1946).

Place des Femmes dans l’Histoire : une demande sociale

2Si la place des femmes au sein du pouvoir politique est une thématique désormais incontournable, leur place dans l’écriture de l’histoire est une préoccupation relativement nouvelle. À Genève, cette question a eu le mérite d’être posée par de jeunes collégiennes auteurs d’une pétition qui a récolté plus de 1100 signatures. Elle demande au responsable du Département de l’instruction publique de modifier « le programme scolaire primaire et secondaire qui est discriminatoire envers les femmes  » (Heimberg et Opériol, 2004 : 157). Le pouvoir politique et l’enseignant sont directement interpellés. L’historien ne peut néanmoins pas rester indifférent face à une telle revendication. Il doit aussi proposer sa contribution à une révision, à une réécriture de l’histoire. La discussion devient alors comment intégrer – ou plus exactement réintégrer – les femmes à notre histoire commune ?

Entre histoire des « Grandes Femmes  » et Gender Studies : quelle historiographie ?

  • 1  « Le présent ouvrage répare un oubli en rendant justice à quelques-unes des femmes de Genève qui o (...)

3Le choix de mettre en avant le parcours de femmes remarquables – ou plus exactement célèbres (Deuber-Ziegler et Tikhonov, 2005 : 17) – ne peut pas pleinement satisfaire l’historien contemporain. Certes, c’est sans doute le moyen le plus accessible de confier une place aux « femmes qui ont contribué à l’histoire de l’humanité  » (Heimberg et Opériol, 2004 : 157). C’est le chemin choisi principalement par l’ouvrage dirigé par Erica Deuber-Ziegler et Natalia Tikhonov Les Femmes dans la mémoire de Genève publié en 2005. En partant du constat que « les femmes ont été largement évacuées de l’histoire de Genève », ce livre «  veut contribuer à réparer cette injustice »1 en dressant le portrait de 86 femmes ayant des attaches avec Genève. Il entend « inciter à mieux considérer et à respecter la manière dont les femmes font l’Histoire ».

4Sans doute légitime et plein de bonne intention, cette manière de faire renvoie néanmoins à une conception historiographique plus proche du positivisme que d’une analyse radicale issue des Gender Studies. Après l’histoire des « Grands Hommes » est-on condamné à faire l’histoire des « Grandes Femmes » ? Indubitablement la volonté de développer des modèles féminins est une revendication positive, mais n’y a-t-il pas d’autre moyen que de reproduire au féminin l’image renvoyée par le miroir d’une historiographie patriarcale et dépassée ? Est-ce vraiment la meilleure manière de comprendre la contribution et le rôle des femmes dans l’histoire ? Les auteurs de Femmes dans la mémoire de Genève sont bien conscientes des limites de leur démarche biographique et tentent pour y remédier de proposer quelques perspectives plus générales.

5Pourtant, l’histoire économique de Genève fournit de nombreuses occasions pour sortir les femmes des « zones muettes » de l’histoire (Perrot, 1998) et de les intégrer à un récit universel. Sans rappeler l’apport de la démographie historique (Perrenoud, 1981) ou le rôle éminent d’Elisabeth Baulacre (Piuz, 1985), le cas des rentes viagères dites des trente Immortelles de Genève constitue un cas intéressant pour l’étude de l’intégration des femmes aux formes les plus modernes du capitalisme financier. En rappelant brièvement cette page méconnue de l’histoire, cet article entend poser quelques jalons pour une analyse dans une perspective des rapports de genre de cette forme d’emprunt d’État.

Qu’est-ce qu’une rente viagère et comment fonctionne-t-elle ?

6Avant de discuter du lien entre femmes et rente viagère, il est vital d’en expliquer le fonctionnement. Existante depuis le début du XVIIIe siècle, elle consiste pour une personne fortunée à accorder un emprunt à une institution qui en retour lui verse un intérêt (souvent de l’ordre de 8 %) tant que la personne sur laquelle la rente viagère a été souscrite est vivante. Traditionnellement, ce genre d’opération se réalise au sein d’une famille ou d’un groupe d’associés et permet de garantir des revenus, soit pour ses vieux jours, soit pour ses proches. La rente viagère est aussi un bon moyen pour contourner le droit canonique qui interdit le prêt à intérêt (Lüthy, 1961).

7Quant à son fonctionnement, il faut remarquer que la durée de vie des « têtes » – personne sur laquelle la rente est contractée – influence grandement le rendement de l’investissement. Si classiquement, on estime la durée moyenne d’une rente à 20 ans, on peut, avec une sélection optimale des têtes, espérer toucher des intérêts pendant près de 60 ans. C’est ainsi que dès le troisième quart du XVIIIe siècle, les banquiers genevois vont augmenter la rentabilité de ce type de crédit en exploitant une faiblesse du système, à savoir l’absence de différenciation de taux de rémunération en fonction de l’âge. La rente viagère a néanmoins toujours un gros inconvénient. Il est nécessaire de produire de manière régulière des certificats de vie pour toucher les intérêts. Les souscripteurs sont ainsi contraints de choisir les têtes dans leur proche parenté afin que les certificats de vie puissent être produits régulièrement. Il s’agit donc d’un placement familial fort apprécié, mais qui a encore le désavantage de ne pas pouvoir être négocié en bourse.

8Dans ce domaine, les financiers genevois vont encore innover. L’idée repose sur le fait de choisir trente têtes solidaires entre elles. Concrètement cela signifie que lorsque l’une d’entre elles meurt, la rente diminue d’un trentième et qu’elle est complètement échue à la mort de la dernière tête. C’est donc désormais au banquier de produire les certificats de vie. Cela présente l’avantage de transformer la rente viagère en un « bien uniforme, dépersonnalisé, interchangeable et donc côté en bourse, bref un effet de spéculation courant » (Lüthy, 1961 : 478).

Genève: une ville de riches capitalistes qui se spécialisent dans les emprunts d’État

9Compte tenu du manque cruel de liquidités des marchés d’ancien régime, la grande richesse de Genève et de ses habitants au XVIIIe siècle en fait un lieu de prédilection d’un certain capitalisme financier. En effet, dès le début du XVIIIe siècle, Genève est l’exemple même d’une place de commerce et de banque dont les habitants possèdent des fonds publics ou titres de pays étrangers. En 1709, le résident du roi de France remarquait déjà que « les Genevois, soit négociants, soit particuliers, ont…presque tout leur bien en France et en Angleterre » (Lüthy, 1961 : 56). La souscription d’emprunts d’État constitue la grande majorité des investissements et deviendra une spécialité genevoise. C’est dans la poursuite de ce mouvement que de nombreux Genevois participeront à la constitution et à la souscription de rentes viagères. Elles joueront un rôle important pour les finances françaises, « mais aussi pour la prospérité exceptionnelle des banquiers et des capitalistes genevois à la veille de la Révolution » (Lüthy, 1961 : 468).

  • 2  La question de l’effet sur le long terme d’une telle politique n’est pas traitée ici. Mirabeau est (...)

10Mais avant de nous intéresser aux modalités et aux spécificités genevoises, il convient de rappeler quelques éléments du contexte général. Les guerres – fort nombreuses durant le XVIIIe siècle – coûtent cher et les caisses du roi de France sont structurellement vides. Afin de sortir de cette situation, Louis XVI nomme en 1776 le banquier protestant genevois Jacques Necker directeur général du Trésor royal, puis directeur général des Finances. Le choix d’un banquier étranger ne se mêlant pas de hautes politiques n’a pas pour but de réformer le système fiscal, mais plutôt d’obtenir de l’argent frais pour financer la guerre en Amérique « sans larmes et sans douleur » (Necker cité par Lüthy, 1961 : 466). Necker va dès lors avoir recours massivement à l’emprunt, à travers des loteries, mais majoritairement en utilisant l’expertise genevoise constituée depuis de longues années en matière de souscription de rentes viagères2.

La « formule genevoise » ou l’intégration des femmes dans le capitalisme financier

11La présence de Necker à la tête des finances du Royaume de France n’explique pas à elle seule la place et le rôle qu’occupe Genève dans le financement de la monarchie française. La cité de Calvin est au XVIIIe siècle une petite ville, sans commune mesure avec les places financières de Londres, Paris ou Amsterdam. Le rôle disproportionné de Genève ne peut s’expliquer que par un certain nombre d’avantages comparatifs en matière de rentes viagères que l’on peut résumer sous le nom de « formule genevoise ». En quoi consiste-t-elle ?

12Comme vu précédemment, le choix des têtes apparaît primordial et déterminant dans la rentabilité de l’investissement et donc dans la facilité de trouver des capitalistes qui y souscrivent. Les Genevois sont les premiers à appliquer des méthodes scientifiques pour choisir les têtes et ainsi augmenter le rendement. Bénéficiant d’un état civil très bien tenu et d’une longue tradition généalogique, les banquiers et médecins genevois vont calculer les différents taux de mortalité en fonction de l’âge, du sexe, de la famille, de la situation sociale des parents. Ces calculs vont aboutir à une série de conclusions particulièrement intéressantes dans une perspective genre. Louis Odier (1748-1817), le médecin-conseil des banquiers pour le choix des têtes, conclu en effet qu’il convient de choisir uniquement des jeunes filles. Il s’en explique en 1791 dans un Tableau général de la mortalité, de la probabilité de vie et de la vie moyenne à Genève depuis 1560 jusqu’à 1760 paru dans la revue parisienne La Médecine éclairée. Il y a constitué des tableaux en fonction des sexes « afin de donner un aperçu de la rente viagère constituée sur la tête d’un garçon ou d’une fille dans tous les âges. On verra que ce n’est pas sans raison que nous avons toujours préféré à Genève les filles aux garçons dans les placements de ce genre » (Louis Odier cité dans Lüthy, 1961 : 482). Choisir des femmes comme têtes répond ainsi uniquement à une logique d’investisseur et sans que cela constitue une menace à l’encontre de la primauté du pouvoir masculin. Les calculs de mortalité très poussés vont encore affiner les critères de sélection. Il doit s’agir de jeunes filles de famille aisée et de parents sains, choisies à l’âge où les dangers des maladies infantiles ont disparu. Pour une telle sélection, Genève est aussi avantagée par rapport aux cités concurrentes. Elle est en effet à la pointe de l’hygiène et de la médecine. Le docteur Théodore Tronchet, père de la vaccination, y habite tout comme son disciple le fameux Louis Odier. Cette expertise médicale explique qu’à partir de 1774, la sélection se fait sur des jeunes filles de 7 à 14 ans pour éviter les petites véroles, rougeoles et scarlatine, mais que déjà quelques années plus tard, grâce aux progrès médicaux et surtout de la vaccination, le choix se fait sur des jeunes filles entre 4 et 7 ans, puis même à partir de la première année. Cette évolution est un véritable succès pour les banquiers genevois, car plus les têtes sont jeunes, plus la rente est payée longtemps. La technique semble parfaitement au point, puisque 20 ans plus tard, seules deux jeunes filles sur 30 sont décédées et l’âge moyen atteint par l’ensemble des têtes approche les 63 ans, malgré des périodes difficiles qui suivent la Révolution.

13Enfin, dernier avantage que peut offrir Genève par rapport à ses concurrentes étrangères est la taille réduite de la ville et de sa population. Le contrôle social y est très fort, si bien que la santé et le mode de vie de ces jeunes filles y sont étroitement examinés. Du reste, les banquiers imposent aux jeunes filles une surveillance y compris médicale très stricte en assurant eux-mêmes le règlement des éventuels frais médicaux (Lüthy, 1961 : 481). Le contrôle social est d’autant plus puissant que comme une partie de la fortune des Genevois est mis sur la tête de ces jeunes filles, elles bénéficient d’une grande notoriété. À cet égard, Herbert Lüthy rapporte que lorsque le 16 juillet 1788, Pernette Elisabeth Martin meurt à 18 ans, c’est l’ensemble de la cité qui est en deuil; plus de 2 millions de livres étant placées sur sa tête (Lüthy, 1961). La surveillance permanente jointe à une morale bourgeoise fortement inspirée du calvinisme qu’on peut entrevoir à travers cet exemple laisse présager des existences passablement retenues.

Les trente Immortelles de Genève : un sujet d’étude pour l’histoire des femmes

14La brève description du phénomène des rentes viagères et de l’intégration progressive de jeunes filles de bonnes familles à cette activité bancaire interpelle l’historien intéressé par la perspective de genre. Toutefois bien des questions demeurent sans réponse et dépassent de loin le propos de cette contribution. Nous les avons regroupés en trois champs d’interrogation.

15Le premier concerne la destinée de ces Immortelles. Comment vivent-elles avec ce poids sur les épaules ? Est-ce que le fait d’avoir une rente viagère sur sa tête influence son mode de vie ? Comment acceptent-elles le contrôle social et moral imposée par la société genevoise ? Existe-t-il des moyens de contourner, de s’adapter à une norme sociale édictée par la bourgeoisie protestante dont elles sont elles-mêmes le produit ? Ont-elles intégrées des normes comportementales afin de réduire leur taux de mortalité ? À cet égard, une étude de leur parcours de vie, de leur stratégie matrimoniale pourrait être tout à fait intéressante. La littérature évoque des cas d’Immortelles ayant contracté des mariages, mais est-ce dans la même proportion qu’un échantillon comparable ? Comment envisagent-elles la maternité et les risques qui y sont liés ? Toute une série de questions passionnantes, mais nécessitant des recherches biographiques et démographiques conséquentes dans les archives. À ma connaissance, elles restent à réaliser.

  • 3  Concernant cette problématique, on peut se rapporter au numéro 7 traitant de Femmes, dot et patrim (...)

16Le deuxième champ de recherche consiste à intégrer ces rentes viagères dans la longue histoire des femmes et de leur rôle dans la gestion et la transmission de patrimoine. Quels liens entre dot, prix de la fiancée et rente viagère ?3 Seul un ou une anthropologue chevronné et intéressé au passé pourrait, il me semble, apporter des réponses à ce type de questionnement. Cela présenterait l’avantage d’intégrer cette spécificité de la finance genevoise dans une perspective comparative et de longue durée.

17Enfin, une recherche plus conséquente permettrait de mieux comprendre le rôle et la place réservées aux femmes par une société organisée pour et par les hommes. À travers, l’analyse du rôle social de ces Immortelles n’aboutit-on pas à une sorte d’archétype de la femme bourgeoise du XVIIIe siècle décrite par Segalen (1981 : 15) comme « une femme renfermée, encadrée par le médecin et le prêtre, privée de la jouissance de ses biens, exclue de la vie publique dans la norme et la pratique ». À cet égard ne doit-on pas considérer le XVIIIe siècle comme une période particulièrement noire pour les femmes ? Dans ce sens, il n’est peut-être pas si surprenant qu’il n’existe aucun équivalent pour le XVIIIe siècle, d’un parcours féminin comme celui d’Elisabeth Baulacre qui possédait au XVIIe siècle une des plus importante fabrique genevoise.

18Ces questionnements aboutissent à un constat en partie partagé par l’ouvrage Les Femmes dans la mémoire de Genève. Il faut dépasser les simples parcours individuels pour aboutir à une véritable histoire sociale des femmes. C’est ainsi qu’au-delà de l’impasse historiographique que représente à mes yeux « l’histoire des Grandes Femmes », on peut espérer que la demande sociale symbolisée par la pétition des jeunes collégiennes ou la publication d’un ouvrage comme celui dirigé par Deuber-Ziegler et Tikhonov (2005) fassent débat, contribuent à mettre en évidence les lacunes et limites de la recherches actuelle et, peut-être par-dessus tout, stimulent de nouvelles recherches permettant de rompre le silence des femmes dans lequel l’histoire les a enfermés.

Top of page

Bibliography

CRAMER Marc, 1946, « Les trente Demoiselles de Genève et les billets solidaires », Revue suisse d’économie politique et de statistique, n° 82, pp. 109-138.

DEUBER-ZIEGLER Erica, TIKHONOV Natalia, 2005, Les Femmes dans la mémoire de Genève, Genève : Suzanne Hurter.

DUBY Georges, PERROT Michelle (dirs), 1991-1992, Histoire de femmes en Occident, 5 tomes, Paris : Plon.

HEIMBERG Charles, OPÉRIOL Valérie, 2004, « ‘Il faudrait commencer par parler, à l’école, des femmes qui ont laissé leur empreinte’, entretien avec Roxane Morger et Garance Mugny, deux des initiatrices d’une pétition pour qu’il y ait plus de place pour les femmes dans les programmes scolaire genevois », Le cartable de Clio, n° 4, pp. 155-57.

LÜTHY Herbert, 1961, La Banque protestante en France de la Révocation de l’Edit de Nantes à la Révolution, Paris : SEVPEN.

PERRENOUD Alfred, 1981, « Surmortalité féminine et condition de la femme (XVIIIe et XIXe siècle) », Annales de démographie historique, n° 18, pp. 89-104.

PERROT Michelle, 1998, Les femmes ou Les silences de l’Histoire, Paris : Flammarion.

PIUZ Anne-Marie, 1985, « La fabrique de dorures d'Elisabeth Baulacre », A Genève et autour de Genève aux XVIIe et XVIIIe siècles, Lausanne : Payot, pp. 166-83.

SEGALEN Martine, 1981, « Quelques réflexions pour l’étude de la condition féminine », Annales de démographie historique, n° spécial, pp. 9-22.

Top of page

Notes

1  « Le présent ouvrage répare un oubli en rendant justice à quelques-unes des femmes de Genève qui ont apporté au cours des siècles, par leurs activités, une contribution personnelle marquante à l’existence et à l’épanouissement de la société » (Deuber-Ziegler et Tikhonov, 2005 : 17).

2  La question de l’effet sur le long terme d’une telle politique n’est pas traitée ici. Mirabeau est à cet égard très sévère : «  Les emprunts qu’a faits M. Necker doivent être considérés au nombre des plus chers, des plus mal organisés et des plus ruineux que la France ait été contrainte de payer  » (Mirabeau cité dans Lüthy, 1961 : 467). La Révolution touchera néanmoins de plein fouet ces rentes. L’inflation, les dévaluations, puis souvent faillites de nombreuses banques nuisent grandement aux rendements de ces investissements (Lüthy, 1961).

3  Concernant cette problématique, on peut se rapporter au numéro 7 traitant de Femmes, dot et patrimoine de la revue CLIO (1998) qui illustre la complexité du sujet. S’il est désormais établi que la situation relative des femmes se détériore à Genève dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’explication ne s’applique guère à la bourgeoisie, car elle semble devoir être recherchée dans le développement de l’emploi féminin (Perrenoud, 1981). Je remercie Michel Oris de m’avoir signalé cet article. Toutefois au niveau de ses fonctions et de ses devoirs, la situation des femmes issus de la bourgeoisie n’est guère favorable comme les propos du Genevois Jean-Jacques Rousseau l’illustrent: « Leur plaire (aux hommes), leur être utiles, se faire aimer et honorer d’eux, les élever jeunes, les soigner grands, les conseiller, les consoler, leur rendre la vie agréable et douce, voilà les devoirs des femmes dans tous les temps, et ce qu’on doit leur apprendre dès leur enfance » (cité dans Duby et Perrot, 1991 : 342).

Top of page

References

Electronic reference

Gilles Forster, « Les trente Immortelles de Genève. Une intégration précoce des femmes dans le capitalisme financier au service de l’ordre patriarcal », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 2 | 2006, Online since 17 July 2006, connection on 19 August 2017. URL : http://articulo.revues.org/891 ; DOI : 10.4000/articulo.891

Top of page

About the author

Gilles Forster

Gilles Forster is an Assistant with the Department of Economic History at the University of Geneva. He holds a PhD in contemporary history from the University of Basel (2003). Following a degree in economic history, he participated in the work of the Bergier Commission by conducting a study on rail transit. He currently works on the relations between history and memory, and on the Swiss networks that were involved in the Atlantic trade (18th-19th centuries). Email: gilles.forster@histec.unige.ch

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org