Skip to navigation – Site map
Dossier

Impératifs et limites de la croissance1

Rolf Steppacher

Abstract

La théorie de la croissance domine l’actualité. Pourtant, il devient chaque jour plus évident que la poursuite de ce programme mondial n’est pas indéfiniment réalisable, compte tenu des limites imposées par les écosystèmes. Plus surprenant encore, l’impératif de croissance est parvenu à se dissimuler sous le masque de la durabilité. Devenu « durable » ou « soutenable », le développement s’accommode plutôt bien du capitalisme, sans questionner pour autant le cœur du paradoxe contemporain : comment parler de durabilité sans remettre en cause en même temps le système économique ? Comment maintenir une croissance illimitée – elle-même alimentée par une industrie publicitaire créatrice de désirs illimités – sans remettre parallèlement en question l’utilisation que nous faisons des ressources non renouvelables ?

Plus que jamais et à l’heure où le développement durable s’impose comme le nouveau messianisme technologique, il devient vital de s’interroger sur le fonctionnement nécessairement problématique des économies modernes et de leurs choix énergétiques. Aller au-delà du consensus politique actuel fondé sur la tyrannie de la croissance, ne pas succomber à l’incantation technocratique, penser l’action, l’innovation et les transformations économiques génératrices du bien-être, concevoir que toute société porte en elle un projet qui ne se réduit pas à une capacité gestionnaire, rechercher les sources de la richesse et les raisons de sa fin possible.

Voilà quelques-unes des ambitions de Rolf Steppacher, économiste à l’institut universitaire d’études du développement (IUED) à Genève et observateur critique de l’évolution du développement durable et de son pendant, la décroissance. Il nous livre ici quelques clés d’interprétation. Entretien réalisé par Olivier Walther.

Top of page

Full text

  • 1 Rolf Steppacher aimerait remercier Laurent Matthey, Olivier Walther et Raphaël van Singer pour leur (...)

1Rolf Steppacher, dans le débat contemporain sur l’évolution économique des sociétés capitalistes, vous insistez beaucoup sur l’importance de la propriété. Quelles en sont les raisons ?

L’évolution économique des sociétés capitalistes est centrée autour d’une combinaison institutionnelle et technologique très particulière : l’institution de la propriété et des technologies basées sur des ressources minérales, principalement les énergies fossiles. Ensemble, elles nécessitent et permettent une croissance exponentielle, surtout depuis ce que les historiens de l’environnement appellent le « syndrome des années 1950 » (Pfister 1996).

L’institution de la propriété contient deux potentialités économiques. La première se retrouve dans toute société, qu’elle soit tribale, féodale ou socialiste. Il s’agit de ce que nous pouvons appeler avec Heinsohn et Steiger (1996) « l’aspect possession » de la propriété. Cet aspect définit quels sont les droits et les obligations, mais aussi les privilèges et les non-droits liés à l’utilisation des ressources et des biens. Ces règles répondent par exemple aux questions générales suivantes : qui a le droit d’utiliser un type donné de ressources ? pour combien de temps ? et à quelles conditions ? Il va de soi que ces règles se manifestent différemment selon le contexte écosocial. L’autre potentialité, constitutive du capitalisme, est relative à « l’aspect propriété de la propriété » (Tableau 1).

Source : Steppacher 2006

Il s’agit là de l’engagement de la propriété en tant que sécurité dans les relations de crédit. La propriété est engagée deux fois dans ce type de transactions – et ce de l’émission de la masse monétaire par la banque centrale à n’importe quel contrat de crédit entre une banque commerciale et une entreprise ou une personne privée. Le créditeur doit charger sa propriété, c’est-à-dire constituer une réserve, tandis que le débiteur doit mettre en gage la sienne afin que le crédit soit sécurisé. Les relations de crédit créent, de façon endogène et auto-organisée, quatre phénomènes caractérisant un système économique de propriété: 1) la monnaie (en tant que titre anonyme de la propriété), mais également 2) l’intérêt (considéré comme la compensation de l’engagement de la propriété), 3) la dette et 4) le standard d’évaluation monétaire dans lequel sont évaluées l’ensemble des fortunes et des transactions impliquées dans les activités économiques. L’importance de ces remarques pour notre sujet consiste dans le fait que l’engagement de la propriété dans les relations de crédit impose cette pression économique spécifique – pression à la croissance – qui est particulière à une société capitaliste. En outre, cet engagement définit le point de vue et la hiérarchie de l’évaluation des décisions économiques, y compris la frontière entre ce qui est inclus et exclu de cette évaluation (Figure 1).

Source : Steppacher 2006

2Quelles sont les logiques de ces deux potentialités ?

Les logiques de possession répondent à la question universelle de savoir qui a les droits et les obligations d’utiliser les ressources et les biens de façon différenciée. Elles évaluent, dans des contextes écologique et sociaux concrets, l’utilisation de l’ensemble des ressources écologiques spécifiques à la satisfaction de l’ensemble des besoins spécifiques à une culture particulière. Les usages alternatifs du sol, du travail, des équipements et des ressources naturelles, l’orientation de l’évolution de la technologie, le choix des biens produits et des services rendus, la gestion des déchets et de la pollution ainsi que le partage du résultat de l’activité économique sont guidés par des règles culturellement sanctionnées tenant compte de la matrice des interrelations économiques, écologiques et sociales (Georgescu-Roegen, 1976).

La logique des sociétés de propriété est basée sur un potentiel très différent de celle des sociétés de possession (Tableau 2). L’aspect propriété de la propriété inclut un droit et une possibilité que vous ne trouvez pas dans l’aspect possession de la propriété. Ce droit particulier correspond à la possibilité de charger la propriété et de la mettre en gage dans les relations de crédit. Ce qui est constitutif d’une société capitaliste – qui est une société de propriété et non de possession – c’est ce potentiel économique de créer de l’argent dans les relations de crédit avec les quatre conséquences déjà mentionnées. Ces potentialités ne peuvent exister que dans le cadre d’un régime institutionnel garantissant les droits et les obligations contractuelles liés au crédit, par exemple dans le cadre d’une saisie de biens mis en gage en cas de non-remboursement de la dette et/ou de l’intérêt.

Tableau 2. Ressources naturelles

Source : Steppacher 2006

Une fois établis les droits de propriété – dont la relation de crédit et l’évaluation monétaire sont les conséquences fondamentales – l’ensemble des relations économiques change de nature, comme l’ont montré Heinsohn et Steiger (1996) et de Soto (2001). L’évaluation monétaire permet d’homogénéiser les aspects hétérogènes qui sont liés à chaque ressource et à chaque bien. Elle permet de déduire de ces caractéristiques – identifiées sous une forme abstraite dans le titre de propriété - la valeur potentielle tout en faisant abstraction du contexte écosocial concret et de son utilisation actuelle. Sur cette base, les utilisations alternatives ne deviennent pas seulement imaginables, mais peuvent être orientées également par rapport à l’impact qu’elles ont sur la valeur de ce titre de propriété.

3Avez-vous le sentiment que ces éléments ont été pris en considération par les sciences économiques jusqu’ici ?

Certainement pas. L’ensemble des théories économiques a perdu de vue la double dimension de la propriété et n’a généralement abordé que son aspect possession. Pour ma part, je maintiens que l’évolution économique des sociétés capitalistes est caractérisée par une logique institutionnelle centrée sur l’aspect propriété de la propriété. Les théoriciens de l’économie n’ont pas étudié cet aspect de la propriété. Pour être précis, ni les théories classiques, néoclassiques et keynésienne (Heinsohn et Steiger, 1996), ni la théorie néo-institutionnelle qui traite pourtant des droits de propriété de l’économie (Steiger, 2006), pas plus que l’économie du développement (de Soto, 2001) et de l’environnement n'y ont été attentives. Pourtant, c’est l'aspect propriété de la propriété, essentiellement monétaire, qui impose la croissance exponentielle que nous connaissons (Binswanger, 1991) et qui explique que le point de vue de la théorie économique soit le point de vue d’un propriétaire. Tout cela reste cependant implicite dans les théories économiques dominantes.

Mais ce n’est pas tout. La théorie économique omet aussi de préciser que l’aspect possession de la propriété – qui définit les possibilités d’utiliser, de consommer, de transformer, de manipuler, de combiner les ressources et les biens – est soumis aux lois de la thermodynamique et non pas à celles de la mécanique, comme l'insinuent les opérations de la comptabilité monétaire. Ainsi, d'une part, l’aspect constitutif du capitalisme - l’aspect propriété de la propriété - n’est pas thématisé; d'autre part, l’aspect possession de la propriété est abordé de façon inadéquate, dans le cadre d'une approche mécaniciste aujourd’hui dépassée. Cette double confusion rend extrêmement difficile la compréhension du sujet.

4Quelles sont les conséquences de cette particularité en ce qui concerne la croissance économique ?

L’obligation du remboursement des dettes avec intérêts impose une croissance économique en principe exponentielle sous peine de perdre la propriété engagée. Les délais de remboursement définissent l’accélération temporelle proverbiale de l’économie capitaliste. L’organisation économique plus ou moins compétitive impose une pression continuelle sur les coûts monétaires. L’évaluation économique suit donc une hiérarchie de décisions qui est définie par la perspective de la propriété engagée. Tandis que la valeur monétaire de la propriété engagée, évaluée à la bourse, est le critère d’orientation, la solvabilité en constitue le critère existentiel. Dans le même temps, l’évaluation de l’implication de toute transaction sur les coûts et les bénéfices monétaires forme la routine de tous les jours.

Il est important à retenir que l’aspect propriété de la propriété, c’est-à-dire l’engagement de la propriété dans les transactions monétaires, impose une croissance continuelle, mais que cette croissance est définie, orientée et mesurée dans les statistiques des entreprises et de la comptabilité nationale d’un point de vue très particulier. Ce point de vue est celui de la rationalité économique qui évalue la valeur monétaire de la propriété engagée dans une entreprise. Il est très différent d’une évaluation qui s’intéresse aux conditions sociales et écologiques s’établissant simultanément à la poursuite des objectifs économiques par les entreprises (Figure 1). Cet ensemble de conditions explique en grande partie la capacité d’innovation du capitalisme et permet aussi de comprendre pourquoi l’actualisation de ces innovations ne résout pas de manière satisfaisante les problèmes écologiques et sociaux.

5Vous liez également les aspects de propriété aux problématiques énergétiques…

Avant d’évoquer la différence entre 1) une croissance basée sur une évaluation de la valeur de la propriété engagée dans l’activité économique monétaire et 2) une raison écologique et sociale mesurant la notion complexe de la qualité de la vie sur la base de valeurs explicitées et calculée sous forme d’indicateurs écologiques et sociaux hétérogènes, il convient de se demander comment les sociétés de propriété répondent aux multiples pressions économiques.

Avant la révolution thermo-industrielle, il existait trois moyens principaux de transformer la croissance en propriété : 1) l’appropriation par la colonisation des ressources naturelles et des terres qui étaient en possession des populations indigènes, 2) le commerce inégal et 3) la concentration des fortunes. Ces processus continuent, mais avec la révolution thermo-industrielle (Grinevald, 1976, 1990) il est devenu possible, pour la première fois dans l’histoire, de transformer la pression institutionnelle en faveur d’une croissance exponentielle en une croissance exponentielle de production et de consommation matérielle. La raison en est la suivante : une machine à vapeur, un gisement de charbon et un gisement de fer permettent de produire autant de machines à vapeur qu’il est nécessaire pour extraire tous les gisements de charbon et tous les gisements de fer accessibles et utilisables. Les conditions nécessaires à ces activités sont les moteurs, dont la machine à vapeur était le premier modèle, les ressources minérales (donc non renouvelables) et les machines. Seule cette combinaison permet une croissance exponentielle matérielle.

6Pour quelles raisons les autres ressources énergétiques, notamment celles qu’on dit renouvelables, ne le permettent-elles pas ?

Les ressources renouvelables en général, et les ressources biotiques en particulier, ne permettent ni une croissance exponentielle ni une accélération de la vitesse de la production à volonté. Les ressources vivantes grandissent, atteignent la maturité et meurent. C’est vrai pour les organismes, les biocénoses et les écosystèmes. Un organisme qui continuerait à croître sans fin s’apparenterait à un cancer. Les potentialités des ressources renouvelables sont donc caractérisées par une limite supérieure. Certes, il existe des possibilités de repousser cette limite en modifiant les facteurs limitatifs, comme c’est le cas pour l’agriculture irriguée ou par l’apport d’engrais. Mais une croissance exponentielle n’est possible que sur la base de la consommation et de l’épuisement des stocks de ressources minérales et non sur celle de l’utilisation des services rendus par les fonds de ressources biotiques ! (Tableau 2).

La liberté des choix temporels est un autre facteur qui permet de différencier, du point de vue de leur potentiel économique, les ressources minérales et biotiques. Nous pouvons choisir librement la vitesse avec laquelle nous consommons les stocks de ressources minérales ; en revanche, il en va tout autrement des fonds de ressources renouvelables. Leur temporalité est définie par les cycles biogéochimiques, les saisons du calendrier agricole par exemple, le régime des vents et les précipitations.

Une troisième différence fondamentale est liée à cette distinction : les ressources non renouvelables permettent une organisation de la production en série et ainsi une utilisation intégrale des fonds de production (sols, travail, équipement), tandis que les ressources renouvelables ne rendent possible qu’une production en parallèle, qui implique l’impossibilité d’une utilisation intégrale des capacités de production (Georgescu-Roegen, 1976).

Il y a d’autres différences, mais celles que j’ai mentionnées vont toutes dans le même sens : les avantages économiques des ressources minérales conviennent exactement aux impératifs de la rationalité économique basée sur l’aspect propriété de la propriété. Rien d’étonnant donc à ce que presque toutes les substitutions entreprises depuis un siècle aillent dans le même sens : les ressources renouvelables sont continuellement remplacées par des ressources non renouvelables. Il ne s’agit pas seulement de la substitution du travail humain et animal par des moteurs, des machines et des ressources minérales mais également de la substitution de la matière utilisée dans les processus de production. Ainsi, on recourt à des ressources minérales à la place de ressources végétales et animales. Cette substitution est à ce point fondamentale qu’aujourd’hui non seulement l’industrie, mais également l’agriculture et les services sont fortement basés sur les ressources minérales. Et ce, même si ces deux derniers secteurs ne peuvent pas utiliser les fonds de production de manière intégrale et ne sont donc pas compétitifs avec l’industrie. Loin d’être une société post-industrielle, nous sommes du point de vue de l’utilisation des ressources naturelles, des sociétés super-industrielles.

La correspondance entre les impératifs économiques mesurés par la propriété de la propriété et l’utilisation de ressources non renouvelables définie par la possession de la propriété a créé une orientation de croissance non soutenable. Exceptés quelques efforts rhétoriques, il n’existe que peu de signes d’une réorientation vers un développement soutenable. En Suisse, nous détruisons chaque seconde, un mètre carré de la surface terrestre qui appartient encore à la sphère biotique. Pour relancer la croissance, il y a actuellement une forte pression sur les terres agricoles et la législation qui les protège. À titre d'indicateur, on remarquera que les variétés de maïs génétiquement modifiées que l'industrie biotechnologique a choisi de développer sont celles qui, justement, ont une tolérance remarquable aux herbicides et permettent donc une utilisation plus importante de ressources minérales !

7Quels sont les risques d’une telle orientation basée sur l’utilisation des ressources non renouvelables ?

La croissance basée sur les ressources minérales est dangereuse, parce que les lois qui régissent le niveau des transformations matérielles (le niveau de l’aspect possession de la propriété) ne sont pas mécaniques mais thermodynamiques. Les processus de production et de consommation, ainsi que les processus économiques de toutes sortes, relèvent en réalité du monde des ingénieurs. Les lois qui régissent ce monde sont donc des lois physiques, chimiques et biologiques. À ce niveau, l’efficacité signifie « efficacité de la transformation de l’énergie-matière ». C’est très différent de l’efficacité économique qui évalue les activités économiques sous l’angle de la propriété. L’évaluation monétaire laisse paraître les phénomènes comme homogènes et manipulables selon des lois mécaniques. Mais l’impact de la croissance économique sur les conditions écologiques se définit à partir du niveau quantitatif et de la qualité des transformations matérielles. Ces transformations matérielles ne sont même pas prise en compte dans la comptabilité économique. Or, au niveau de la transformation matérielle, ce sont les lois de la thermodynamique qui prévalent (Georgescu-Roegen, 1971). Les lois thermodynamiques – notamment la seconde, la loi de l’entropie – nous enseignent que le processus économique dégrade irréversiblement l’énergie-matière utilisable (libre) et accessible en un état non utilisable (lié). Les ressources et les biens deviennent des déchets partiellement recyclables, tandis que l’énergie-matière est dissipée sous forme de pollution et d’accumulation de CO2 dans l’atmosphère.

Dans un monde fini comme la biosphère, la croissance illimitée d’un sous-système comme l’économie est impossible au-delà d’une période historique très limitée. Au cours du dernier siècle, une minorité de la population mondiale, celle qui vit dans les pays industrialisés, a modifié les cycles biogéochimiques de façon fondamentale. Aujourd’hui l’activité humaine modifie le cycle du carbone de manière plus importante que l’activité volcanique. Depuis au moins trente ans, la quasi totalité des rapports scientifiques sur l’état de la planète fait état de la baisse inéluctable de la production mondiale de pétrole, du changement climatique, mais également de la diminution de la biodiversité. Ces éléments nous enseignent qu’une croissance continue est impossible. Pourtant nous persistons à agir comme si ce savoir n’avait aucune signification. En outre, nous globalisons l’institution de la propriété qui génère ce type de croissance. Une consommation d’énergie-matière par tête telle que nous la connaissons aujourd’hui n'est possible que pour une minorité de la population mondiale. Pour donner un ordre de grandeur, si la Chine atteignait le niveau de consommation d’énergie-matière des pays du Nord, elle consommerait la totalité de la production journalière actuelle de pétrole, soit près de 80 millions de barils par jour ! Une telle consommation ne peut être projetée ni sur une échelle globale ni sur un horizon temporel excédant quelques décennies.

8Quel peut être l’apport d’une réflexion sur la « décroissance » par rapport à la notion de « développement durable », devenue aujourd’hui incontournable ?

La croissance ne poserait aucun problème si le monde fonctionnait selon une logique mécanique. Comme ce n’est pas le cas, l’économie dominante a eu recours à des mythes pour maintenir sa perspective mécaniciste. Ces mythes, qui concernent la relation entre économie et écologie, ont été clairement identifiés par Georgescu-Roegen en 1976. Ils continuent néanmoins à être véhiculés aujourd’hui par l'intermédiaire de la weak sustainability (Neumayer, 2003). Il n'est donc pas étonnant que la notion de développement durable ait été rapidement assimilée par le discours ordinaire de la croissance.

Pour identifier la spécificité du concept de « développement durable » et les raisons historiques de son acceptation généralisée, il faut rappeler quelques points. Après la conférence de Stockholm en 1972, le concept d’écodéveloppement était établi sans obtenir un succès public. Il combinait une stratégie de développement basée sur les prémices de valeurs comme la self reliance, le développement durable et a satisfaction des besoins fondamentaux (Sachs, 1980). À l’époque, il était encore évident que toute stratégie reposant sur l'usage de ressources non renouvelables ne pouvait en aucun cas être considérée comme durable. C’est pourquoi au début des années 1980 la Stratégie Mondiale de la Conservation de l’International Union for the Conservation of Nature and Natural Resources (IUCN), du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et du World Wildlife Fund (WWF) parlait de « la conservation des ressources vivantes au service du développement durable ». C’est le rapport Brundtland (United Nations, 1987) qui a élargi l’interprétation du concept de développement durable en y incluant les ressources non renouvelables. Il a également rendu possible une réduction de la complexité du concept de développement, permettant dès lors de l’associer à la croissance économique ordinaire, définie selon les critères d’évaluation basés sur les potentiels de la propriété. Ce point est particulièrement important en raison du contexte historique de la fin des années 1980, qui voit l’effondrement économique des pays socialistes et l’endettement des pays du Sud. C’est ainsi que l’espérance d’une société de propriété globalisée s’est concrétisée au travers d’opportunités d’expansion et de croissance économique nouvelles. Depuis lors, la croissance économique dite durable prime sur la soutenabilité écologique et sociale et la durabilité se dilue ainsi dans la croissance économique, devenant inefficiente mais acceptable pour tous. Le terme s’est en effet imposé à tous les acteurs de la croissance économique, à la grande surprise de ceux qui avaient travaillé sur ces questions depuis longtemps. Utilisée à tort et à travers, la valeur conceptuelle du développement durable est aujourd’hui presque nulle.

La décroissance, en tant que terme alternatif, a l’avantage de rendre attentif au fait que la croissance économique ne peut pas constituer une solution valable aux problèmes sociaux et écologiques. Il convient de rappeler ici que la croissance économique est mesurée par le Produit National Brut (PNB), soit le revenu total gagné par les agents économiques d'un pays quel que soit le lieu où ils opèrent. Cet indicateur ne nous informe ni sur l’état des conditions sociales, ni sur celui des conditions écologiques. Or, la détérioration des conditions sociales aussi bien que celle de l’écosystème global vont souvent de pair avec la croissance économique. Pourtant ses défenseurs s’imaginent que ces problèmes peuvent être résolus de manière indirecte par la croissance économique. L’amélioration sociale est censée se réaliser par le biais d’une augmentation de l’emploi générée par la croissance et par l’intermédiaire de la redistribution des revenus supplémentaires. La priorité donnée à la rémunération des valeurs de la propriété aux dépens de la rémunération du travail, ajoutée au remplacement de celui-ci par les innovations technologiques basées sur les machines, les moteurs et les énergies fossiles, rend cette espérance caduque.

L’espérance d’une amélioration écologique est basée, d’une part sur les innovations technologiques qui permettent une consommation réduite d’énergie matière libre par unité de revenu supplémentaire. L’expérience nous montre toutefois que l’amélioration de l’efficacité énergétique par unité de revenu est rapidement compensée par la croissance globale des revenus, qui entraîne au final une augmentation de la consommation d’énergie matière. D’autre part, on postule que les consommateurs, une fois qu’ils auront atteint un niveau supérieur de revenu, choisiront des voies écologiquement plus viables. Dans nos sociétés de propriété, dans lesquelles la manipulation des consommateurs par la publicité est un processus intégré, un tel espoir de changement écologique semble illusoire. Veblen (1923 : 306) disait d’ailleurs à ce propos : « The production of customers by sales-publicity is evidently the same thing as a production of systematised illusions organised into serviceable « action-patterns »-serviceable, that is for the use of the seller on whose account and for whose profit the customer is being produced ». Le revenu supplémentaire engendré par la croissance, qu’il soit alloué à la consommation ou à l’investissement, renforce la nécessité de la croissance. Nous nous trouvons clairement dans une dépendance d’itinéraire.

En définitive, le terme de décroissance indique qu’il y a nécessité de sortir d’une logique de croissance continue. Elle véhicule l'idée d'une maturité. Une maturité sociale qui implique de définir clairement ce que nous entendons par qualité de vie. Par exemple, le maintien des inégalités croissantes qui ont caractérisé les décennies passées ne paraît ni soutenable ni mature d’un point de vue social. Il est également nécessaire que le système hyper-industriel atteigne un état de maturité. Ainsi, l’écologie industrielle propose plusieurs concepts qui sont construits sur le préfixe dé- : dématérialiser les produits et/ou les services, dé-carboniser l’énergie (Erkman, 1998). « Décroissance » signifie donc arrêt d’une fixation sur la croissance, réorientation du système économique vers un état de maturité sociale et écologique, reformulation substantielle des questions sociales et écologiques.

9En quoi le terme de « décroissance » est-il différent de celui de « croissance négative » ?

Nous venons d'évoquer le fait que la maturation d’un système industriel implique par exemple une dé-matérialisation de la production ou une dé-carbonisation de l’énergie. J'insiste sur le fait qu'il s’agit d’aspects positifs qui vont dans le sens d’une maturation et non d’une orientation négative. Lorsque j’utilise le terme « dé-croissance », je souhaite rendre attentif au fait qu’une orientation sur la croissance confond deux phénomènes : 1) croissance et maturité, 2) croissance et développement.

Si on observe un écosystème, on constate qu’il évolue de façon spontanée et auto-organisée d’un état juvénile, caractérisé par un surplus de photosynthèse par rapport à la respiration, vers un état de maturité (climax) où le système trouve un équilibre. Il arrête de grandir, mais continue à évoluer dans une grande complexité. Le vivant s’oriente vers la maturité et corrige les proliférations inappropriées par un processus évolutif permanent.

La croissance économique, basée sur la consommation rapide et irréversible des stocks d’énergie fossile, ne crée pas seulement un déséquilibre du cycle global de carbone. Ce type de croissance économique manifeste également un comportement humain « juvénile », ou même « enfantin », car c’est uniquement durant ces périodes de la vie humaine que la croissance est indispensable. Brûler une ressource aussi précieuse que le pétrole à des fins qui pourraient être réalisées à partir de ressources de moindre qualité (par exemple chauffer une maison avec du mazout alors qu'on pourrait le faire à partir d'une technologie reposant sur la géothermie) ne relève pas d'un état de maturité. Les propriétés particulières du pétrole ne sont ni appréciées pour leurs qualités intrinsèques, ni valorisées d’un point de vue écosocial. Le constat usuel que « cela coûte moins cher » montre que le plus souvent cette évaluation est purement formelle. Elle relève du prix du marché et ne représente que le point de vue d’une logique de propriété. Seule la rareté relative des ressources et le pouvoir d’achat entrent en ligne de compte dans cette évaluation monétaire. Ni la signification écologique de l’utilisation des ressources, ni la signification sociale du pouvoir d’achat ne sont évaluées. Une évaluation « mature » devrait intégrer les conditions écosociales et rendre les valeurs liées à ces conditions explicites et critiquables. Il s’agit d’expliciter les multiples conflits de distribution ainsi que les orientations alternatives possibles.

La « décroissance » s'inscrit dans une perspective qui est celle de la maturité, qui corrige les proliférations d’une croissance inadéquate voire dangereuse. Il s’agirait de faire mieux et non plus, à partir de moins. Encore une fois, elle n’est pas l’inverse de la croissance. Il s’agit d’une réorientation dont les bases conceptuelles existent depuis les années 1960 et qui nous permettrait de sortir de la dépendance d’itinéraire actuelle.

10Mais pour quelles raisons ne pouvons-nous pas nous empêcher de raisonner en termes de croissance ?

La fragilité de la condition humaine à la naissance et son ouverture particulière (Kapp, 1961) a comme conséquence que de son plus jeune âge à l’âge adulte, la croissance d’une personne se construit dans une situation de double contrainte. Il est impossible de développer les potentialités humaines sans passer par un processus d’enculturation, mais ayant passé par un tel processus, l’orientation de l’actualisation est fortement conditionnée par la société dans laquelle nous sommes nés. Devenir quelqu’un (et, en cas d’échec, accepter de n’être personne) signifie suivre les valeurs de la société et actualiser celles des potentialités qui sont valorisées dans cette société. Dans une société de propriété, dans laquelle une personne est évaluée fortement selon son revenu et sa fortune monétaires, devenir toujours plus riche, accumuler toujours plus, correspond à ce conditionnement et exprime une forme ordinaire de valorisation. L’idée qu’« on n’en a jamais assez » est économiquement soutenue par le fait qu’une position forte sur un marché dépend également de la sécurité que représente la valeur de la propriété. Cette constatation est surtout valable dans les transactions de crédit.

Concernant la consommation, il faut distinguer les besoins humains immatériels et matériels. Alors que le système capitaliste est capable de satisfaire les besoins matériels de ses membres qui ont un pouvoir d’achat suffisant aujourd’hui, au détriment des pauvres et des futures générations, rien ne garantit une satisfaction des besoins immatériels. Ces besoins instinctuels, émotionnels, intellectuels et spirituels sont souvent non satisfaits et blessés dès le début de la vie des individus. Ils restent souvent inconscients et sont le fondement de la puissance de la publicité qui les capte au moyen de symboles pour les canaliser ensuite vers une consommation matérielle (Veblen, 1923). Mais, étant donné que ce type de consommation ne satisfait pas le besoin qui se trouve derrière l’achat mais l’illusion de la projection de ce besoin sur la consommation, celle–ci peut croître infiniment. La frontière entre le fini et l’infini est traditionnellement sujet de la spiritualité ou de la religion sous sa forme culturellement spécifique. Si cette frontière est confondue et l’infini n’a pas sa place dans la religion, il est facilement projeté sur d’autres domaines comme la production et la consommation qui prennent alors une amplitude infinie. Comme la mort se situe dans cette frontière entre le fini et l’infini, son refoulement et sa non-intégration dans la vie exerce une pression sur cette fixation sur la jeunesse et la croissance. Ce n’est probablement pas un hasard si notre société de propriété prône à la fois la croissance et le culte de la jeunesse.

Cependant, nous avons perdu de vue que la vie est une suite d’événements qui commence à la naissance, passent par une phase de croissance, puis de maturité, avant d’atteindre le vieillissement et la mort. La peur du vieillissement et de la mort explique peut-être le mieux pourquoi nous restons presque exclusivement centrés sur la croissance alors même que nous savons tous que la créativité humaine ne se manifeste pas dans la croissance mais dans la maturation de ce qui est créé.

Il existe cependant une autre manière de croître, qui s’exprime par un processus de croissance intérieur, qui permet de devenir soi-même, ce qui correspond au processus de l’individuation, à distinguer de l’individualisme. Devenir soi-même est à nouveau un processus de maturation. Cela signifie exprimer nos dons et propriétés individuelles spécifiques, vivre la contribution de notre créativité indépendamment de la rémunération et du pouvoir exercé sur notre créativité, à partir de l’auto-organisation spécifique de qui nous sommes, plutôt que des aspects de ce que la société a fait de nous dans un processus de conditionnement. Mais là encore, dans la mesure où nous sommes incapables de vivre notre individuation de façon auto-organisée, nous projetons cette auto-organisation sur des phénomènes extérieurs tels que le marché, tandis que le conditionnement est facilement projeté sur l’État. Sachant qu’une discussion des processus de projection demande un développement plus approfondi, je suis persuadé que la réponse à cette dernière question nécessite une importante réflexion. La fixation sur la croissance est difficilement compréhensible sans tenir compte du fait qu’elle implique des phénomènes profonds de projections. L’abandon de cette fixation, aussi libérateur qu’il puisse être, fait très peur.

11Quelle différence faites-vous entre croissance et développement ?

Top of page

Bibliography

Le dernier point que j’ai évoqué permet de bien distinguer croissance et différentes formes de développement. Il serait erroné de croire que la société de propriété empêche le développement, si on définit le développement comme un changement qualitatif. Au contraire, les sociétés capitalistes sont continuellement conduites à innover et donc à dépasser la simple croissance. Dans ce sens, la logique de propriété crée continuellement de la nouveauté technologique, institutionnelle et organisationnelle. Le problème réside dans le critère de sélection qui est très spécifique. Il suit la logique de la hiérarchie des décisions économiques selon l’évaluation de propriété mentionnée plus haut et définit ainsi l’orientation de ce développement au détriment d’options alternatives. La liste des potentialités écologiquement et socialement plus soutenables, qui sont des potentialités technologiques et organisationnelles non retenues par cette hiérarchie pour des raisons d’évaluation monétaire, est très longue.

Si le développement était défini par son orientation écosociale, comme l’ancien concept de l’écodéveloppement le postulait, la hiérarchie de décision devrait être inversée. Nous savons depuis longtemps comment améliorer nos performances écologiques et sociales à peu près dans tous les domaines. Mais vous pouvez constater que nous ne les réalisons pas parce que cette amélioration de la qualité de la vie ne correspond pas au critère de la rationalité économique, qui sélectionne les innovations technologiques et organisationnelles selon leur impact sur la valeur monétaire de la propriété engagée et non pas selon leur impact sur la qualité de la vie. À partir d’une orientation écosociale mesurée grâce à des indicateurs écologiques et sociaux plutôt que par le PNB, nous ne pouvons pas dire à l’avance quel serait l’effet sur celui-ci. La décroissance matérielle de la production et de la consommation, la réorganisation de l’économie selon des critères écosociaux, le potentiel nouveau de technologies et de formes organisationnelles alternatives, impliquent des effets contradictoires sur le PNB. Mais vu qu’il exprime une valeur n'ayant que peu à voir avec la qualité de la vie, la question est en tout cas secondaire.

BINSWANGER Hans Christoph, 1991, Geld & Natur, das wirtschaftliche Wachstum im Spannungsfeld zwischen Ökonomie und Ökologie, Stuttgart et Vienne : Weitbrecht.

BROMLEY Daniel W., 1989, Economic Interests and Institutions, the Conceptual Foundation of Public Policy, Oxford : Basil Blackwell.

ERKMAN Suren, 1998, Vers l’écologie industrielle: comment mettre en pratique le développement durable dans une société hyper-industrielle, Paris: Charles Léopold Mayer.

GEORGESCU-ROEGEN Nicholas, 1976, Nicholas, Energy and Economic Myths, Institutional and Analytical Economic Essays, New York: Pergamon Press.

GEORGESCU-ROEGEN Nicholas, 1971, The Entropy Law and the Economic Process, Cambridge : Harvard University Press.

GEORGESCU-ROEGEN, Nicholas 1976, Energy and Economic Myths, Institutional and Analytical Economic Essays, New York : Pergamon Press.

GRINEVALD Jacques, 1976, « La révolution carnotienne: thermodynamique, économie et idéologie », Revue européenne des sciences sociales, n° 36, pp. 39-79.

GRINEVALD Jacques, 1990, « L’effet de serre de la biosphère: de la révolution thermo-industrielle à l’écologie globale », Stratégies énergétiques, n° 1, pp. 9-34.

HEINSOHN Gunnar et STEIGER, Otto, 1996, Eigentum, Zins und Geld: Ungelöste Rätsel der Wirtschaftswissenschaft, Reinbek : Rowohlt.

HEINSOHN Gunnar, STEIGER Otto, 2006, Eigentumsökonomik, Marbourg: Metropolis.

KAPP William K., 1950, The Social Costs of Private Enterprise, Cambridge : Harvard University Press.

KAPP William K., 1961, Toward a Science of Man in Society – A Positive Approach to the Integration of Social Knowledge, La Haye : Martinus Nijhoff.

NEUMAYER Eric, 2003, Weak versus Strong Sustainability: Exploring the Limits of Two Opposing Paradigms, Cheltenham : E. Elgar.

PFISTER Christian, 1996, Das 1950er Syndrom: Der Weg in die Konsumgesellschaft, Berne : Haupt.

SACHS Ignacy, 1980, Stratégies de l'écodéveloppement, Paris: Les éditions ouvrières

SOTO Hernando de, 2001, The Mystery of Capital: Why Capitalism Triumphs in the West and Fails Everywhere Else, Londres : Black Swan.

STEIGER Otto, 2006, « Property Economics versus New Institutional Economics: Alternative Foundations of How to Trigger Economic Development », Journal of Economic Issues, n° 40 (1), pp. 183-208.

UNITED NATIONS, 1987, Report of the World Commission on Environment and Development. Our Common Future, New York : United Nations General Assembly.

VEBLEN Thorstein, 1923, Absentee Ownership and Business Enterprise in Recent Times, New York : Reprints of Economic Classics.

Top of page

Notes

1 Rolf Steppacher aimerait remercier Laurent Matthey, Olivier Walther et Raphaël van Singer pour leurs contributions ayant permis la réalisation de cet article.

Top of page

List of illustrations

Credits Source : Steppacher 2006
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/884/img-1.png
File image/png, 40k
Credits Source : Steppacher 2006
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/884/img-2.png
File image/png, 38k
Credits Source : Steppacher 2006
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/884/img-3.png
File image/png, 53k
Top of page

References

Electronic reference

Rolf Steppacher, « Impératifs et limites de la croissance », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 2 | 2006, Online since 17 July 2006, connection on 26 March 2017. URL : http://articulo.revues.org/884 ; DOI : 10.4000/articulo.884

Top of page

About the author

Rolf Steppacher

Rolf Steppacher est docteur en économie. Il enseigne à l'Institut universitaire d'Études du développement (IUED - Université de Genève).

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org