Skip to navigation – Site map
Dossier

La colonisation de l’expérience politique

Marin Ledun

Abstract

En prenant pour objet les projets expérimentaux publics ou industriels en matière de TIC, dans ou à la marge de la sphère politique française, dès la fin des années soixante, cette recherche analyse, du point de vue des Sciences de l’Information et de la Communication, les enjeux liés à l’extension du dispositif des TIC dans les activités politiques et à la redéfinition de la place du sujet politique dans les procédures démocratiques.

Top of page

Full text

Introduction : cadre de travail

1Des machines à voter au vote électronique, la sphère politique connaît de nombreuses tentatives de modernisation technique de l’exercice de la citoyenneté et de la démocratie, dans ses pratiques et ses représentations quotidiennes. Les trente dernières années voient les pratiques du sondage d’opinion publique se généraliser. Depuis le début des années quatre-vingt, des expériences télématiques de consultation quotidienne des citoyens émergent puis disparaissent dans certaines mairies françaises, au gré des projets et des ambitions des élus locaux ou des acteurs privés. Depuis sept ans, de manière expérimentale, des sites ou portails d’information à caractère politique fleurissent sur Internet, généralement à la suite d’initiatives privées, introduisant ou prétendant réintroduire le ou la politique dans les activités quotidiennes de communication et de consommation des usagers-citoyens.

2De même, les partis politiques, mais aussi leurs sympathisants et des militants de toutes tendances politiques investissent progressivement Internet, en créant des sites, proposant des forums de discussion, mettant à disposition de chaque internaute des centaines et des centaines de pages d’information sur la vie politique française, ses institutions, ses hommes politiques, les comportements électoraux, les résultats par élection, etc. Des sociétés privées proposent également des logiciels d’animation de soirées électorales, de recueil et de traitement des résultats électoraux, poursuivant progressivement le travail d’informatisation des procédures administratives et électorales entamé dès la fin des années soixante-dix avec le développement de la micro-informatique et de la télématique.

3Parallèlement, des grands groupes économiques comme France Télécom, Matra, Bull ou Siemens mettent en œuvre des programmes de recherche et de développement sur les techniques d’information et de communication (TIC) et l’exercice de la citoyenneté. Depuis 1997, les gouvernements successifs ont commandé chaque année une pléthore de rapports sur des thèmes aussi variés que le chômage, l’intégration européenne, la monnaie unique, la place des femmes, la modernisation de l’administration, etc., interrogeant de manière systématique (et illusoire) le rôle des techniques d’information et de communication, et particulièrement de l’Internet, dans la concertation et la participation des citoyens au processus de décision. Des projets aussi variés que Ville Internet, la fête de l’Internet, le site web gouvernemental ServicePublic.fr ou encore les Journées Internationales de la Démocratie Électronique organisées par la mairie d’Issy-les-Moulineaux ont vu le jour au cours des cinq dernières années.

4Il est d’ores et déjà possible, à l’aune du développement de ces dispositifs expérimentaux, de déceler au travers des discours tenus localement ou à l’échelle nationale sur la technologisation du politique un argumentaire cohérent, produit en premier lieu par les « marketeurs » et les ergonomes chargés de penser l’acceptation de la technique, relayé en second lieu par les décideurs politiques, seuls à même de conférer une certaine légitimité à ce processus. Planter le contexte d’émergence et de mise en débat de la question de ces expérimentations et projets industriels revient donc à examiner de prime abord les cadres idéologiques qui ont permis le déploiement d’un certain nombre de productions discursives visant à légitimer, sinon directement les modalités de mise en œuvre des processus de prise de décision dans leur version informatisée, la question même de la réactualisation des dispositifs institutionnels en général et de ceux dédiés à l’exercice de la citoyenneté en particulier.

5Ces pratiques politiques, publiques ou industrielles sont donc également traversées par une multitude de discours, portant sur le rôle social et économique des TIC et véhiculés en partie par la presse de masse, la télévision, la radio, la production cinématographique, publicitaire ou littéraire, les pouvoirs publics, les hommes politiques ou encore le champ universitaire. Ainsi, en France, les trente dernières années ont été particulièrement fécondes en matière de propos optimistes, autour du développement des TIC, notamment sur le thème de la démocratie et de la participation citoyenne. Les différentes expérimentations ou applications techniques mises en place dans la sphère politique sont généralement considérées comme des moyens-fins magiques qui contribueraient à rapprocher gouvernants et gouvernés et qui faciliteraient largement le débat, la participation des citoyens dans la vie de la Cité, la résolution de la crise française du politique, la lutte contre la fraude électorale ou encore l’adaptation des comportements citoyens aux formes de vie contemporaines.

6Pour discutables qu’ils soient, ces différents arguments permettent, entre autres, de justifier les investissements réalisés par de nombreux acteurs ou groupes d’acteurs économiques, politiques, publics, associatifs et individuels dans des projets de démocratisation de la vie politique par le recours aux TIC (Internet, courrier électronique, mobiles, etc.). C’est ainsi que le Premier ministre, M. Lionel Jospin, et son gouvernement proclamaient, par exemple, à Hourtin, le 25 août 1997, l’entrée de la France dans la « société de l’information » comme un « enjeu décisif », pour trois raisons principales : la généralisation de l’usage des technologies et des réseaux, l’accélération de l’évolution technologique et du développement exponentiel du marché et la mondialisation des flux d’information.

7Comme le rappelle justement Chambat (2000 : 77), c’est donc par l’investigation de la médiation technique (dispositif) que nous pouvons éclairer les relations entre TIC et démocratie. Il paraît indispensable de ne pas réduire les pratiques politiques à des pratiques discursives sans prendre le risque d’évacuer toute réflexion sur les dispositifs techniques dans la communication. Il est également fondamental de ne pas poser la technique – et donc les logiques techniques, marketing et économiques dont elle est porteuse – comme un donné extérieur aux pratiques politiques et « oublier que l’identité des machines à communiquer est l’objet d’une construction sociale, c’est-à-dire aussi discursive ».

8Les modalités de développement du dispositif de communication des TIC dans la sphère politique semblent inscrites dans des discours, des pratiques et des dispositifs législatifs, institutionnels, politiques ou techniques déjà anciens. Le dispositif des TIC est profondément enchâssé dans des cadres d’énonciation de discours pré-existants et structurants. Il serait donc déplacé de penser le développement du dispositif des TIC en termes de rupture et de chercher à dater son apparition – a fortiori son avènement –, de même qu’il serait faux de voir, dans le dispositif des TIC, autre chose qu’un phénomène émergent, en cours de structuration, et donc de vouloir prédire sa croissance et le déclin des formes traditionnelles de communication politique.

9Or, dire que le dispositif des TIC est pour partie dépendant des dispositifs existants ne doit pas conduire à renier ses caractéristiques propres, notamment, déjà évoquées : distinction d’une problématique des pratiques politiques et d’une problématiques des pratiques de consommation des TIC ; individualisation des pratiques de consommation des produits-services à caractère politique ; renforcement des techniques disciplinaires de gestion du corps électoral et de contrôle du sujet et de son expérience politique, etc. Comme dans la phase de construction du dispositif du marketing politique en France, dès le milieu des années soixante, le dispositif des TIC est également caractérisé par l’arrivée d’acteurs traditionnellement exclus de la sphère politique, issus des secteurs de l’informatique, du multimédia, de l’édition et de l’Internet investissant ou, plutôt, tentant d’investir le « marché » politique, sur une période couvrant les vingt-cinq dernières années. Les projets industriels ou les expérimentations portés par des acteurs privés, identifiables sous le vocable de démocratie assistée par ordinateur (vote électronique, sites web de partis politiques, etc.), multipliés dans la sphère politique, en sont les traces les plus visibles. Mais ils ne recouvrent, en réalité, qu’une infime partie de l’espace croissant que les TIC investissent, soit directement dans les procédures électorales, soit indirectement en marge de la sphère politique dans la gestion courante des problèmes politiques, sociaux et économiques locaux, dans le choix de procédures techniques et les logiques qui les sous-tendent (logiques commerciales, logiques marketing, etc.).

10Par conséquent, il paraît indispensable de ne pas séparer les cadres d’énonciation de discours du dispositif des TIC des expérimentations et des projets techniques dont ils sont généralement issus ou dans lesquels ils puisent leurs sources de réflexion, leurs modèles de classification, leurs techniques de représentation du sujet et de son expérience politique. D’un côté : des expérimentations de grande envergure mobilisant d’importants moyens techniques, économiques, médiatiques et humains (projets européens de vote électronique en réseau, par exemple). D’un autre côté : de menus projets techniques, modestes réalisations locales, applications discrètes (progiciel de gestion du courrier électronique d’une mairie, par exemple).

  • 1  Pour notre analyse, nous nous appuyons essentiellement sur cinq types de ressources, issues d’un t (...)

11Dans cette perspective, il nous a semblé intéressant de confronter des objets apparemment hétéroclites qui commencent à être analysés depuis quelques années, tels que le vote électronique, à des objets encore peu ou pas étudiés en sciences de l’information et de la communication tels que les sites d’information à caractère politique sur Internet, les progiciels d’aide à la gestion des soirées électorales, les logiciels de gestion des relations élus-citoyens, l’informatisation des listes électorales, etc.1 En référence à la formidable production de discours sur les TIC dont ils se font l’écho quotidien, l’objectif est ici de comprendre ces objets émergents comme autant d’indices, de révélateurs événementiels ou expérimentaux permettant de saisir plus parfaitement certaines des transformations de la communication politique en cours telles que : la privatisation du discours sur le sujet politique ou la diffusion de logiques commerciales. Leur nombre croissant et l’intérêt qu’ils suscitent auprès des investisseurs industriels ou politiques permettent en tout cas de le supposer.

12Il nous a paru indispensable de ne plus les considérer comme des phénomènes autonomes, ni comme de simples niches génératrices de profit, mais bien comme autant d’indices événementiels, d’émergences sporadiques homogènes, témoins visibles d’un processus plus lent, en cours de construction et de maturation, relevant de caractéristiques telles que : la prédominance de logiques marketing, la construction, encore artisanale, d’un modèle marchand hybride de relations sujet/dispositif des TIC et la construction d’un discours rationnel et concerté sur les TIC.

13Qu’il s’agisse d’initiatives de la Commission européenne, de l’État ou des collectivités locales, de petites sociétés privées, de grands groupes industriels ou encore d’initiatives individuelles, et quelles que soient leur taille et leurs objectifs, ces expérimentations et projets industriels ont, dans leur grande majorité, la particularité de faire parler la sphère industrielle du sujet et de son expérience politique. Ils l’amènent à devenir, elle aussi, un lieu d’énonciation légitime de discours sur le sujet politique. Alors que les champs universitaires, législatifs et politiques, mais aussi industriels (instituts de sondage, spécialistes en communication politique, etc.) sont traditionnellement les principaux lieux d’énonciation de discours sur le sujet politique, de nouveaux acteurs privés, a priori inexpérimentés et illégitimes à parler du sujet politique, investissent peu à peu les espaces et les temporalités de production de discours légitimes sur le sujet. Pourquoi et avec quels outils ces acteurs sont-ils amenés à produire un discours cohérent sur et autour du sujet politique ? Autrement dit, comment appréhendent-ils et construire la figure du sujet politique ?

Le rapport sujet / dispositif des TIC

14Les institutions publiques en place lors de la publication du rapport Nora-Minc sur l’informatisation de la société française (1978) ont progressivement libéré et marqué du sceau de l’expertise le savoir sur les techniques d’information et de communication, jusqu’alors enfermé dans les espaces clos de la recherche universitaire et industrielle et de la sphère politique. Le tableau formé pouvait bien être en tel ou tel de ses points brouillé par l’ignorance, dans sa forme générale, il était exhaustif et fermé. Depuis le début des années quatre-vingt-dix, il est désormais prolongé par les tables ouvertes des forums de discussion, des sites d’information (dont la capacité de stockage et de diffusion de l’information ne cesse de croître), du foisonnement des rapports de missions ministérielles, sélectivement et partiellement publiés sous forme papier et mis en ligne, à la portée « numérique » de tous. L’une des fonctions de l’information est ici de donner forme à l’expérience politique des citoyens, de l’articuler par les discours et les pratiques expérimentales en matière de TIC.

15Or, ce qui garantit à toutes ces expériences politiques individuelles d’être un savoir utile à tous les citoyens-consommateurs, c’est leur rapport immédiat au quotidien, aux intérêts immédiats et, finalement, aux pratiques quotidiennes de consommation (Lefebvre, 1947 : 99). Dans la gestion de l’expérience politique, les pratiques et les discours sur les TIC prennent une posture normative qui ne les autorisent pas simplement à distribuer des conseils de vie, mais les fondent à régler les rapports physiques et idéologiques entre l’individu et le social.

16Technique et discours sur la technique semblent ainsi instaurer un incessant va-et-vient entre, d’une part, ce qui isole le sujet politique, ses comportements politiques et sa participation dans la vie de la Cité, ce qui le ferme sur lui-même, dans le secret d’un isoloir ou d’une enveloppe, d’une signature électronique ou de la protection de ses données personnelles, et, d’autre part, ce qui l’ouvre à ses concitoyens, au débat, à la discussion, aux pratiques d’argumentation, dans l’exubérance ou la solennité affichée d’une journée électorale, dans l’enthousiasme et la fête d’une campagne politique, dans le spectacle d’une affiche ou d’une intervention télévisée, sur un forum de discussion sur Internet ou au cours d’un débat public.

17Deux catégories de techniques impliquant le sujet politique, fondamentalement antagonistes et pourtant concomitantes, s’opposent : celle qui restreint et qui sécurise, et celle qui libère et qui ouvre à la discussion. Loi du secret absolu et du règne privatif dans l’une. Circulation de l’information et de l’argument, dans les routes canalisées et codifiées du débat public, dans l’autre. Maîtrise du risque et des dangers du monde extérieur versus « idéologie de la communication ».

18Comment comprendre ces paradoxes ? Comment articuler une réflexion permettant d’analyser les rapports qu’entretiennent pourtant ces deux catégories de techniques impliquant le sujet politique, d’une part, et leurs fonctions communes, d’autre part ? Il convient de construire un cadre conceptuel qui rende compte, même partiellement, de l’investissement de l’action politique, de l’exercice politique du sujet politique : par des logiques de pouvoir d’acteurs de la sphère politique, de la sphère économique et de la sphère scientifique ; par la production d’un ensemble de connaissances et de discours sur les rapports entre technique et exercice de la citoyenneté ; par la technique elle-même. Ce concept théorique et opératoire que nous proposons est celui d’expérience politique. Cette construction nous paraît d’autant plus fondamentale que nous ne pouvons l’aborder d’un seul point de vue empirique. Dans une approche philosophique (Althusser, 1995 ; Marcuse, 1968), socio-historique (Ihl, 2000) et communicationnelle (Mattelart, 1999 ; Breton, Proulx, 1989), il s’agit de concevoir également l’expérience comme « trace », comme transmission ; l’expérience politique étant, au sens large, aussi ce qui permet au sujet politique de se construire et d’être produit.

19On voit bien apparaître, depuis la fin du XVIIIe siècle, une incitation politique, économique et technique à parler de, à extraire, ou à fabriquer, pour mieux l’analyser, l’expérience politique du sujet. L’avènement du marketing et des méthodes sociologiques modernes marque, dans un deuxième temps, une rupture profonde et lente, entre la gestion de l’opinion des foules, caractérisée par la communication de masse, et la volonté de gestion de l’expérience politique dans sa dimension individuelle et quotidienne. Dès lors, il s’agit de régler l’expérience politique par des discours publics et utiles : choix électoraux, préférences en fonction des revenus, du milieu social d’origine, de la catégorie socioprofessionnelle, des sensibilités, de l’âge, du sexe, de la situation familiale, etc. L’expérience politique ne s’observe pas seulement, mais elle s’administre. Elle a même une valeur financière, par le prix qu’on peut lui accorder à travers une étude de marché ou un sondage politique.

20L’importance quantitative des travaux de recherche sur l’expérience politique (le plus souvent limitée à l’acte électoral du vote, aux comportements électoraux et à la formation de l’opinion électorale qui n’en sont pourtant que trois des éléments constitutifs), leur visibilité médiatique et le crédit que leur apporte la sphère politique tendent à masquer la diffusion réelle d’une volonté de régulation et de rationalisation de l’expérience politique au sens large du terme : acte électoral, bien sûr, mais aussi formation de l’opinion électorale et publique, débats publics et choix des thèmes débattus, pratiques politiques et consuméristes, etc. Dit autrement, l’expérience politique ne se limite pas à la seule expérience électorale mais est à élargir à une entité plus large, rendant plus floues encore les frontières entre la sphère publique politique, la sphère du marché et la sphère privée.

21Pour percevoir ce processus, il convient avant tout de comprendre comment l’expérience politique s’est constituée comme domaine de connaissances. Nous pouvons distinguer trois pistes complémentaires de compréhension. En premier lieu, si l’expérience devient un domaine de connaissances en construction, c’est certainement à partir de relations de pouvoir qui l’ont instituée comme objet possible : enjeux électoraux ou économiques, luttes sociales, par exemple. En retour, si le pouvoir a pu prendre l’expérience pour cible, particulièrement depuis la mise en place du suffrage universel ou, plus récemment, depuis l’avènement du marketing politique et le recours aux TIC, c’est parce que des techniques de représentation du sujet et de son expérience politique ont été capables de l’investir. Des techniques aussi variées que l’établissement des listes électorales, les publics relations, les sondages d’opinion ou le marketing politique, en particulier, ont permis de modéliser, de rationaliser de plus en plus finement l’expérience humaine puis politique : découpage des populations électorales en segments, en fonction de l’âge, du sexe, de la catégorie socioprofessionnelle, du milieu d’origine ; recensement ; bases de données ; recoupement de fichier ; etc. Progressivement, s’est constitué un savoir de plus en plus fin sur l’expérience politique, c’est-à-dire sur les comportements des électeurs, leurs choix, leurs cheminements, leurs modes de vie, ce dont ils subissent l’influence, etc. Enfin, se sont également développées des procédures de discours, centrées sur les facultés démocratisantes des techniques de vote, d’élection et de gouvernement et, plus récemment, des TIC, dont l’utopie de la communication, l’idéologie néo-libérale et les projets de société liés au développement des TIC sont des supports privilégiés.

22Pour éclairer ces phénomènes, nous pensons être en mesure de mettre en évidence et d’interroger une série d’ensembles stratégiques qui produisent des dispositifs spécifiques de représentation de l’expérience politique : individualisation des pratiques politiques, volonté de maîtrise de l’expérience politique, fonction stratégique de régulation de l’expérience politique par la technique, etc. Nous pouvons également comprendre comment se met en place un processus de production de l’expérience politique comme entité rationalisable, formalisable et codifiable, qu’il est possible de qualifier, à la suite de Foucault (1976 : 139), de « dispositif historique », c’est-à-dire de grand réseau de surface où l’incitation au discours, la formation des connaissances, le renforcement des contrôles et des résistances, le renforcement du contrôle des arts de faire et l’intensification d’une technologisation du politique s’enchaînent les uns aux autres.

23Dans une perspective communicationnelle, il convient de penser non seulement la médiation technique et les techniques de représentation du monde et du sujet politique qu’elle met en œuvre, mais aussi les stratégies d’acteurs et les logiques économiques qui traversent la sphère politique et qui sont intégrées dans tout dispositif socio-technique. Nous pouvons finalement nous poser la double question suivante : Quelles transformations apportent les techniques de représentation du sujet politique et les cadres d’énonciation des discours sur les TIC dans l’espace public ? Dans quelle mesure permettent-ils l’intégration de l’expérience politique dans le double processus de légitimation du fonctionnement démocratique et de légitimation de l’introduction de logiques économiques et stratégiques dans la sphère politique ?

Premiers éléments d’analyse

24Nous avons observé que l’introduction des technologies d’information et de communication dans la sphère politique dépendait d’au moins trois cadres d’énonciation structurants. En premier lieu, il apparaît que la sphère politique est historiquement cloisonnée par des discours législatifs et institutionnels restrictifs et des pratiques de communication politique partiellement remises en cause mais relativement stables et faiblement évolutives (prégnance du modèle des médias audiovisuels de masse). Par exemple, le discours législatif (notamment : le Code électoral) ne reconnaît pas de spécificité majeure aux TIC et les appréhende sur un même mode que les outils traditionnels de communication politique tels que les sondages d’opinion, les supports télévisuels, l’affichage ou le phoning.

25De même, malgré des propos parfois incantatoires sur l’avènement d’une « société de l’information » (Nora et Minc, 1978 ; Castells, 1996), les professionnels du champ de la communication politique (sondeurs, conseillers en communication, publicistes, journalistes politiques) se montrent globalement réticents à une introduction massive des TIC dans la sphère politique – particulièrement sensibles à l’arrivée d’acteurs potentiellement concurrents en provenance des secteurs de l’informatiques, du multimédia, de l’Internet – et ne les traitent que comme des outils de modernisation des procédures électorales (rationalisation des modalités de recueil, de traitement et de diffusion des données électorales, minimisation des coûts de production, informatisation des procédures d’émargement).

26Deuxièmement, la littérature sur la démocratie assistée par ordinateur (universitaire, professionnelle, politique) invite au contraire à brouiller et redéfinir les frontières de l’espace public, plaçant théoriquement et pratiquement le développement des TIC à la marge du champ traditionnel de la communication politique. Cet argumentaire semble reposer sur une série de présupposés, à la fois idéologiques et pratiques, qui relève d’une certaine conception de l’efficacité démocratique et traduit finalement les nouvelles avancées d’une volonté de rationalisation et de technicisation du politique déjà largement amorcée. Toutefois, malgré les prétentions annoncées et une critique de dénonciation surexploitée, les théories de la société de l’information ne remettent fondamentalement pas en question le modèle de la démocratie représentative et les formes traditionnelles de communication politique. En dépit de leurs intentions, elles ne restreignent pas les fonctions et les pratiques de pouvoir dans le champ de la communication politique et elles coïncident même avec elles et les soutiennent, en ayant recours aux mêmes techniques de représentation du sujet et de son expérience politique.

27Enfin, à mi-chemin entre ces deux positions, les acteurs politiques, publics et industriels pensent le développement des TIC à la marge de la sphère politique, sur un mode expérimental, comme outils de rationalisation des procédures administratives, en s’appuyant sur des mécanismes de régulation sociale par la communication et conférant aux TIC un rôle de coagulateur social et de stimulateur démocratique. Ils réaffirment, précisent et renforcent la prégnance du modèle des relations publiques généralisées et participent d’une redéfinition pragmatique de la place et de l’engagement du sujet dans les processus de prise de décision. Ils semblent conforter la relative étanchéité du champ de la communication politique, sans remettre en cause les structures politiques existantes. Au lieu de promouvoir la réalisation d’une démocratie assistée par ordinateur, il s’agit bien plus de publiciser, au sens habermassien du terme (Habermas, 1978 : 159), l’arrivée d’une démocratie moderne, efficace, progressive et libérale.

28De même qu’il faut se méfier des explications exclusivement économiques ou politiques – cette situation de développement des TIC dans ou autour de la sphère politique n’est pas seulement l’effet d’une marchandisation progressive de toutes les activités humaines ou d’une baisse tendancielle de la participation électorale –, de même nous sommes en droit de nuancer ou de réviser radicalement les interprétations fonctionnalistes ou prospectivistes des processus à l’œuvre. Si Lévy (2002 : 30) croit lire dans le développement marchand ou non marchand des TIC une démocratisation quasi-automatique de l’accès aux processus de prise de décision, de telles corrélations doivent être validées ou invalidées par une analyse empirique des projets et expérimentations réels en matière de TIC intervenant dans ou autour de la sphère politique.

29Cette redéfinition des frontières de l’espace public politique se manifeste de prime abord par l’apparition de conduites produites par le jeu simultané de ces processus antagonistes : une « extension » des discours légitimes et en voie de légitimation sur le sujet politique et une mise en circulation accélérée des produits-services d’information et de communication à caractère politique versus un mode de structuration (institutionnalisation, professionnalisation et contrôle) des pratiques politiques qui tend à renforcer son emprise traditionnelle. De plus, force est de constater que l’informatisation de certaines procédures électorales ou des modalités de l’engagement politique subjectif tend à se développer sans que les principaux protagonistes se demandent si la technologisation des pratiques politiques participe d’une réelle amélioration de l’exercice démocratique. Tout semble se passer comme si l’informatisation n’avait pas à coïncider avec la réalité politique, sociologique et communicationnelle de la communication politique. En effet, savoir que la plupart des projets ayant pour objectif une revivification de la démocratie par le biais des TIC depuis une vingtaine d’années ont échoué de manière systématique, ne peut déboucher sur aucune politique publique ou stratégie commerciale concrète.

30En revanche, en valorisant les aspects économiques (réduction des coûts, par exemple) et organisationnels des TIC (rationalisation des procédures administratives ou électorales), les acteurs industriels comme les pouvoirs publics se donnent les moyens réglementaires et techniques de faire face, notamment, aux impératifs de réformes de l’administration, de libéralisation du service public et de décentralisation des responsabilités économiques vers les collectivités locales.

31Il y a donc là une donnée fondamentale : la question des TIC se pose explicitement en marge du champ de la communication politique, aux frontières de l’espace public politique, mais, en retour, elle remet en question l’ensemble de l’espace public. Les problèmes posés par le développement des TIC en marge de l’espace public politique font retour vers son centre. Ce sont toujours les orientations prises aux foyers de décision du champ traditionnel de la communication politique, toujours dominant – en matière de politiques publiques, de législation, de pratiques de communication politique, de structuration du marché politique, etc. – qui se répercutent dans l’espace public. Mais ils ne sont pas à l’abri du développement des TIC à la marge qui influent, en retour, sur leurs propres pratiques, sur le fonctionnement de l’espace public. Ce sont les conditions de constitution et de maintien de cette unité émergente et en cours d’élaboration que nous avons interrogées.

Techniques dominantes de représentation de l’expérience politique du sujet

32L’analyse d’un nombre limité d’expérimentations et de projets industriels proposant des produits-services à caractère politique et reposant sur l’utilisation des TIC nous permet de comprendre dans quelle mesure l’intérêt pour les rapports entre TIC et démocratie s’est considérablement accru et renouvelé, avec la diffusion de l’informatique dans la société. Une des premières raisons justifiant cet intérêt aux yeux des acteurs industriels observés tient aux caractéristiques techniques des TIC qui permettraient de rompre avec les techniques traditionnelles de communication politique de l’affichage, du marketing politique ou de l’audiovisuel autour desquelles la vie politique démocratique française s’est organisée, en particulier depuis le milieu des années soixante. Le développement des TIC dans la sphère politique, assimilé à tort à une « révolution technologique », s’appuie (et est légitimé) principalement sur une critique de dénonciation des techniques de manipulation du sujet et de distorsion du réel. Cette critique négative a la particularité d’être adressée aux modèles traditionnels de communication politique (propagande, publicité et marketing politiques) d’un point de vue technique et organisationnel.

33Dans les discours industriels, elle revêt essentiellement la forme d’une dénonciation de la défaillance des techniques traditionnelles de communication politique et de mise en relation élus/citoyens et de leur insuffisance technique à permettre une évaluation, une mesure la plus exacte possible des pratiques politiques, c’est-à-dire, de manière réductrice, des « attentes » et des « besoins » des usagers-citoyens en matière de TIC dans les procédures de prise de décision démocratique. Le reproche principal adressé à ces techniques insuffisantes et défaillantes est celui de la non-prise en compte ou de la mauvaise prise en compte du sujet et de son expérience politique dans les procédures démocratiques. Dans ce cas, les TIC sont supposées permettre d’extraire le sujet des rapports verticaux de pouvoir propres aux modèles traditionnels pour le replacer dans un système horizontal caractérisé par la libre production, la libre circulation et le libre accès à l’information politique, législative ou journalistique. Par conséquent, la critique industrielle de dénonciation vise également les modèles organisationnels de production et de circulation de l’information qu’elle propose ensuite de modifier afin de les adapter non pas aux besoins des usagers-citoyens mais en fonction de ses propres contraintes commerciales et productives.

34Dans les discours des acteurs industriels comme dans la littérature sur la démocratie assistée par ordinateur, le sujet politique n’est pas seulement présenté en référence négative aux techniques défaillantes de communication politique. Il est également représenté, de manière positive, à travers le discours expert (marketeurs, sociologues, ergonomes, techniciens, commerciaux) sur les « usages » des TIC. Cette représentation conduit à une redéfinition des modalités de l’engagement subjectif dans les procédures démocratiques.

35Présenté comme alternatif, ce discours expert se manifeste essentiellement dans un contexte de prédominance des logiques marchandes (rentabilité / fiabilité), de développement des outils marketing d’évaluation des pratiques de consommation des TIC, de résurgence du mythe positif de l’individu-consommateur « au centre » de la production et de valorisation de la croyance dans les prétendues vertus égalitaires et émancipatrices des technologies d’information et de communication. Il se présente donc comme un ensemble de pratiques et de discours professionnels alternatifs et à caractère marchand, supposé pallier les insuffisances et les défaillances des dispositifs idéologiques traditionnels de communication politique. Il est seulement construit en référence, positive, à la critique de dénonciation. Les deux principales techniques de représentation du sujet et de son expérience politique (la critique de dénonciation et la redéfinition des modalités de l’engagement subjectif) fonctionnent ainsi selon un principe de conciliation.

36Cette capacité d’expertise revendiquée par les acteurs industriels s’appuie principalement sur une récupération, une instrumentalisation et une rationalisation de l’expérience du sujet politique, sous la forme d’une évaluation quantitative de ses pratiques de consommation des TIC. À travers les exemples retenus dans le cadre de cette recherche, nous voyons, comment les « usages » (i.e. les pratiques de consommation des TIC et les discours produits sur ces pratiques) sont ainsi pensés en amont de la commercialisation des produits–services, par le marketing, par les sciences de gestion, par la sociologie et par l’ergonomie, ou comment ils sont intégrés dans cette production. Autrement dit, pour reprendre la terminologie proposée par de Certeau (1980 : XXXVI) dans L’invention du quotidien, nous considérons que les résistances ou tactiques des usagers-citoyens sont elles-mêmes prises en compte dans la stratégie globale de production. Au-delà du marketing qui tente de coller au plus près des citoyens-consommateurs, nous nous situons dans le cadre d’une offre marchande ou non marchande de produits-services d’information et de communication à caractère politique qui produit elle-même les outils de son détournement et de son appropriation.

37Dans les diverses stratégies mises en œuvre selon les types d’acteurs étudiés, nous observons la représentation (appréhension et production) de l’expérience politique comme entité codifiable, classable, mesurable et formalisable. Selon nous, cette redéfinition de l’engagement subjectif sert essentiellement une triple stratégie industrielle d’introduction des TIC dans la sphère politique, de valorisation de la capacité d’expertise en matière d’analyse des pratiques de consommation des TIC (à des fins de légitimation) et de sécurisation de la relation marchande.

38Sur ce dernier point, nous devons néanmoins rester prudents. Les modalités de l’engagement subjectif, a priori déterminées économiquement, sont étroitement liées, dans notre échantillon d’enquête, au double aspect évènementiel et/ou émergent du développement des TIC dans les activités politiques. Ce résultat dépend, tout d’abord, du choix de notre échantillon. Les prestataires de services d’information à caractère politique sur Internet, les prestataires de solutions informatiques et les projets de vote électronique n’en sont encore, pour la plupart, qu’à un stade expérimental. Ils ne forment qu’un aspect parcellaire et récent du processus de marchandisation de l’expérience politique. Plus profondément, ce résultat traduit la difficulté que rencontrent les acteurs industriels à fédérer, à standardiser et à normaliser des pratiques politiques des TIC, rythmées socialement et historiquement par les échéances électorales. La prédominance incontestable des dispositifs traditionnels de communication (sondages d’opinion, publicité, marketing politique) dans la sphère politique oblige les acteurs industriels à avancer à tâtons, progressivement, sur un mode expérimental et en respectant le plus possible les règles existantes du fonctionnement démocratique.

39Faute d’un soutien inconditionnel des acteurs traditionnels du champ de la communication politique, ils semblent porter toute leur attention au développement de techniques de sécurisation, déjà expérimentées dans la sphère marchande, du rapport (pratique et symbolique) consommateurs/dispositifs de communication. Les acteurs industriels privilégient ainsi les projets expérimentaux en matière de TIC mettant l’accent, tant en pratique que dans les discours, sur les thématiques du volontariat, du renouvellement de la participation des usagers-citoyens, de la proximité, de la convivialité, de l’égalité ou de la solidarité, c’est-à-dire sur des formes renouvelées de contrôle et d’autocontrôle.

Un double principe de contrôle et d’autocontrôle

40La critique de dénonciation et la redéfinition des modalités de l’engagement subjectif, toutes deux propres au dispositif idéologique de communication des TIC, sont d’emblée confrontées à trois fausses contradictions.

41En premier lieu, la critique de dénonciation des techniques traditionnelles de communication politique et des procédures démocratiques existantes est purement illusoire dans le cas des projets expérimentaux analysés. L’accent mis sur l’informatisation des procédures démocratiques existantes en est un bon exemple. En aucun cas, cette critique ne remet en cause les formes contemporaines de la démocratie représentative, ni ne révoque de manière irrémédiable les techniques marketing, publicitaires ou commerciales existantes et sur lesquelles se basent la propagande politique comme le marketing politique. Paradoxalement, les meilleurs supports promotionnels des produits-services d’information et de communication à caractère politique basés sur les TIC demeurent la télévision, la radio, la presse ou l’affichage. Dans ce sens, les modalités de l’engagement subjectif ne sont redéfinies que sur la base de l’introduction de modèles marchands de communication dans la sphère politique. Nous avons pu observer ce phénomène à travers la tentative de réduction et/ou de substitution des pratiques de consommation des TIC aux pratiques politiques. Dans la perspective d’une extension de la régulation marchande au contrôle de l’ensemble des pratiques sociales ou de l’expérience humaine, nous supposons alors que la sphère marchande considère les pratiques politiques et l’expérience politique comme des activités et des produits économiques, susceptibles d’être valorisés et valorisables dans leur dimension économique.

42Le dispositif idéologique de communication des TIC se développe ainsi aujourd’hui dans la sphère politique française de la même manière que les sondages d’opinion à partir des années 1960 et 1970. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une tentative embryonnaire d’extension du « ‘produit’ social spécifique au capitalisme », selon le terme utilisé par Castoriadis (1999 : 69). Nous pouvons accorder une valeur monétaire à l’expérience politique dès l’instant où le sujet politique participe, volontairement ou involontairement, à la définition des règles de conception, de promotion et de production d’un produit-service et à partir du moment où l’activité de production ainsi élargie cherche à exercer une influence sur l’activité de consommation, par des méthodes économiques rationnelles et considérées comme légitimes.

43En second lieu, la critique de dénonciation comme la redéfinition de l’engagement subjectif dont est porteur le dispositif idéologique de communication des TIC sont superficielles. Dans les exemples retenus, les TIC se développent à la marge de la sphère politique. Elles portent sur les procédures démocratiques plus que sur les fondements mêmes des règles de fonctionnement de la démocratie représentative. Ainsi, les acteurs industriels semblent privilégier les lieux où se matérialisent les rapports entre le sujet et les dispositifs de communication, notamment autour des projets expérimentaux proposant des produits-services favorisant l’accès à des bases de données ou à une procédure spécifique (vote électronique, par exemple), le contact avec des responsables politiques et des services administratifs ou encore la relation interpersonnelle, via des forums de discussion ou le courrier électronique.

44Si les termes d’accès, de contact, de relation, etc., érigés en principes démocratiques dans la littérature sur la démocratie assistée par ordinateur, ne sont le plus souvent que les arguments de discours politiques ou commerciaux visant à légitimer le développement des TIC dans la société, ils se matérialisent néanmoins à travers une technologisation des relations et de l’expérience vécue, via la technique individualisante des machines à communiquer. Dans le cas des prestataires fournissant des progiciels aux collectivités locales, la structure technique du produit commercialisé est sensiblement la même, qu’il s’agisse d’un outil d’aide à la gestion du budget des crèches familiales ou de la gestion du courrier des élus municipaux. Ici, le procès de technicisation ne concerne donc plus seulement une procédure (par exemple, écrire à un élu), mais il s’empare aussi d’une forme spécifique de relation sociale, prise alors en charge par un automate relationnel et porteuse d’une idéologie de la participation individuelle.

45De fait, les TIC permettent la rationalisation et la technicisation de procédures matérielles spécifiques en même temps que celles des modalités symboliques (représentations imaginaires, croyances, valeurs, etc.) de la mise en relation du sujet avec le dispositif de communication. Autrement dit, l’expérience subjective étant intrinsèque à tout objet technique, la technologisation par les TIC vise autant certains aspects matériels de la vie politique que certaines des caractéristiques essentielles constitutives de l’expérience politique du sujet telles que le temps et la mémoire individuelle et collective, les systèmes de valeurs, les représentations, etc. Par conséquent, nous observons une tendance à la réduction de la tension existant entre les TIC (comme ensembles de normes sociales intériorisées et actées) et l’expérience politique du sujet. Cette réduction porte sur la redéfinition de l’engagement du sujet et de son expérience politique et sur la reformulation du rapport entre émancipation et domination, sans pour autant remettre en cause les rapports sociaux existants.

  • 2  Précision méthodologique sur ce point qui peut apparaître comme un raccourci trop rapide. Nous avo (...)

46Enfin, la critique de dénonciation et la redéfinition de l’engagement subjectif apparaissent comme des alibis. Présentées comme les garants des principes démocratiques, elles ne valent que par leur modus operandi, ou dit autrement par la mise en œuvre d’un principe de conciliation, selon le terme utilisé par Panofsky (2000 : 119)2 , qui conduit à l’émergence d’un modèle alternatif et à caractère marchand (non substitutif) de communication politique par les TIC. Dans ce sens, l’alibi démocratique – ou, dit autrement, la rhétorique égalitaire – sert de prétexte à l’introduction des TIC et des logiques marchandes dont elles sont porteuses dans les activités politiques.

47En dépit de leur triple caractère illusoire, superficiel et de justification, ces techniques dominantes de représentation du sujet et de son expérience politique sont néanmoins opérantes, sous la forme de ce que nous appelons, de manière métaphorique, le mécanisme de colonisation de l’expérience politique. Dans les discours industriels et dans les projets expérimentaux, la colonisation de l’expérience politique apparaît comme un double principe de contrôle des modalités de mise en relation sujet/dispositif et d’autocontrôle de l’engagement subjectif (i.e. du rapport entre domination et émancipation). Nous observons la production émergente de la figure idéologique du sujet-consommateur politique, par l’introduction, d’apparence technique, rationnelle et gestionnaire, des TIC dans ou à la marge de la sphère politique ou, autrement dit, par l’extension du dispositif idéologique de communication des TIC aux activités politiques.

48Tout d’abord, nous observons une tendance à la sophistication des techniques commerciales, marketing et publicitaires de contrôle des pratiques de consommation des TIC du sujet politique, intervenant dans / en marge de la sphère politique. Cette sophistication s’appuie paradoxalement sur une critique de dénonciation illusoire et superficielle des techniques de manipulation et de distorsion du réel auxquelles les acteurs industriels – comme les acteurs politiques, publics ou universitaires – ont néanmoins recours. Elle repose également sur une prise en compte accrue du tissu relationnel des consommateurs, à tendance continue, même si elle est aujourd’hui fortement dépendante des temporalités électorales et politiques instituées. Elle se manifeste enfin dans les espaces où se développent les TIC, c’est-à-dire au niveau des modalités techniques de mise en relation du consommateur avec les produits-services. Dans ce sens, le contrôle porte en particulier sur la tentative de stabilisation de la relation que le consommateur entretient avec le dispositif de communication (techniques de fidélisation dans le temps, par exemple) et donc de réduction de la tension existant entre l’expérience intérieure subjective et la machine à communiquer, comme constellation de normes sociales intériorisées et actées.

49Mais cette volonté de contrôle des pratiques de consommation des TIC se donne des moyens spécifiques de sécurisation de la relation consumériste : la valorisation de l’engagement du sujet dans les dispositifs de communication, l’insistance portée au caractère authentique de la relation engagée (notamment apportée par la preuve scientifique, i.e. rationnelle et technique, ou par l’alibi démocratique) ou la valorisation des facultés émancipatrices des TIC. Ces techniques de sécurisation symbolique de la relation de consommation reposent sur un contrôle accru des formes de l’engagement du sujet et de l’investissement de sa propre expérience vécue (temps et mémoire individuelle, systèmes de valeurs, croyances, tissu relationnel, etc.) dans le dispositif des TIC.

50Par la tendance à l’individualisation propre aux TIC, la critique de dénonciation et la redéfinition de l’engagement subjectif sont portées par le sujet politique lui-même. Le sujet intériorise la critique de dénonciation des techniques déviantes de communication politique et participe d’une redéfinition de son propre engagement dans les dispositifs de communication. Les activités de production des produit-services d’information et de communication à caractère politique reposent sur la prise en compte et l’élaboration d’un « mythe positif », élaborée conjointement, par le sujet politique et les concepteurs des dispositifs techniques, contre et donc par rapport à la situation de colonisation (autocontrôle). Ce « mythe positif » se matérialise notamment à travers le développement de solutions techniques supposées permettre l’expression politique du sujet et/ou d’outils prétendant mesurer – nous avons vu combien cette prétention était illusoire – les pratiques « citoyennes » de consommation des TIC.

51En effet, la situation de colonisation de l’expérience politique propre au dispositif idéologique de communication des TIC a la particularité d’être unilatérale. Celui qui s’accepte comme colonisateur s’accepte nécessairement comme usurpateur, c’est-à-dire comme privilégié non légitime. Il revendique sa place et peut la défendre, mais il l’admet et revendique une place usurpée, c’est-à-dire qu’au moment même où il triomphe, il admet que triomphe de lui une image qu’il condamne – et notamment le recours, qu’il dénonce par ailleurs, aux techniques défaillantes de la publicité et du marketing. Il n’est donc jamais comblé par ses victoires : il lui faut donc les inscrire dans les lois et dans les principes démocratiques. Il a besoin, en somme, pour en jouir complètement, de se laver de sa victoire et des conditions dans lesquelles elle est obtenue, autrement dit, de transformer son usurpation en légitimité.

52Cependant, dans la relation de colonisation, cette dialectique ne peut être dépassée : l’existence du colonisateur est trop intimement liée à celle du colonisé ou, comme le souligne le sociologue Memmi (1985 : 80), « la situation coloniale fabrique des colonialistes, comme elle fabrique des colonisés ». Il lui faut nier le colonisé et, en même temps, l’existence de sa victime lui est indispensable, sous la forme de données quantitatives et mesurables, économiques et mathématiques, pour continuer à exister. Ainsi, l’affirmation de son expérience politique, les résistances ou les tactiques du colonisé, nées d’une protestation, d’une dénonciation des techniques défaillantes de communication politique, continuent à se définir par rapport à la situation de colonisation. En pleine révolte, le colonisé continue à penser, sentir et vivre contre et donc par rapport au colonisateur et à la situation de colonisation.

  • 3  Cf. Colloque « E-usages », organisé à l’Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications de Paris (...)

53À la question soulevée par le chercheur québécois Tremblay, « Comment le système capitaliste fait-il pour persuader les utilisateurs de consommer des réseaux ? »3, notre propos a été d’expliquer comment le développement des TIC en marge de la sphère politique contribue à investir l’expérience politique du sujet. Pour comprendre ce processus, nous avons choisi de faire un long détour par l’histoire des techniques de représentation du sujet dans les discours et les pratiques politiques. Parcours que nous avons mené sur un nombre restreint de textes, compte-tenu de la période étudiée, donc partiellement. Parcours animé par un principe général.

54Un principe général en ce qui concerne les rapports entre les médias et les pratiques et les discours dominants de communication politique. Il semble qu’il ne faut pas oublier que, depuis les premières études électorales dans les deux dernières décennies du XIXe siècle, jusqu’aux études les plus récentes sur le thème de la démocratie assistée par ordinateur, l’élaboration de la pensée et des pratiques scientifiques, juridiques, politiques, publiques, professionnelles, etc. s’est faite essentiellement autour de deux éléments : d’une part, autour du pouvoir proclamé ou dénoncé des dispositifs de communication et d’autre part, autour de la possible « mesurabilité » ou maîtrise des « effets » psycho-sociaux ou politiques de ce pouvoir sur les individus. Nous retrouvons ces éléments dans les travaux en psychologie sociale (Lasswell, 1927 ; Tchakhotine, 1952). Nous pouvons les identifier, a contrario, dans les études menées au Bureau of Applied Social Research, sur les effets limités des médias de masse et sur le rôle prépondérant de la communication intersubjective (Lazarsfeld, 1964, 1966, 1968 ; Katz, 2001). Nous la retrouvons également dans la constitution de normes juridiques visant le contrôle et l’institutionnalisation des pratiques de communication politique, etc.

55Autrement dit, il apparaît que le moteur principal dans toute la pensée et les pratiques de communication politique consiste à chercher à mesurer, à maîtriser et à prédire les effets de pouvoir ou d’absence de pouvoir des dispositifs de communication. Que ceux qui tiennent ces discours cherchent à assurer la promotion de certains dispositifs techniques ou se constituent comme leurs adversaires, c’est toujours de l’exercice du pouvoir organisé autour des dispositifs de communication ou de leur capacité à reproduire le pouvoir dont il est question.

56Et de ce pouvoir, il est question de deux manières principales. Soit pour montrer de quelle manière tout dispositif de communication est porteur de techniques de manipulation du sujet et de distorsion du réel, et donc pour dénoncer et chercher à limiter ce pouvoir, par le droit notamment. Soit pour l’analyser par des opérations de mise en forme symbolique de l’expérience politique ou, dit autrement, de sophistication permanente de la maîtrise du sujet et de son expérience politique. Dire que le problème du pouvoir des dispositifs de communication est le problème central, cela signifie que les discours et les pratiques de communication politique ont essentiellement pour logique de dissoudre deux choses essentielles, qui tendent à être réduites ou masquées : d’une part, la croyance dans l’exercice vertical du pouvoir des dispositifs de communication ou dans le pouvoir illusoire d’un usager-citoyen au centre ; d’autre part, le processus de rationalisation, de technicisation et de progressive marchandisation de l’expérience politique du sujet.

57Inspiré de la définition althussérienne de l’idéologie (Althusser, 1995 : 205-252) et de l’approche foucaldienne des rapports de pouvoir (Foucault, 1975 : 35-37 ; 1976 : 121-122), le concept de dispositif idéologique de communication permet de faire l’inverse, c’est-à-dire de faire au contraire valoir comme un fait les phénomènes idéologiques ou les rapports de pouvoir traversant les dispositifs de communication. Il montre non seulement comment les discours et les pratiques des TIC sont les instruments de ce pouvoir ou de cette idéologie, mais aussi comment, jusqu’où et sous quelle forme le dispositif des TIC véhicule et met en œuvre des rapports de domination. Par conséquent, il s’agit, premièrement, de court-circuiter ou d’éviter ce problème du pouvoir ou du non-pouvoir des dispositifs de communication et de l’obéissance ou de la désobéissance des individus à ce pouvoir. Deuxièmement, nous avons cherché à faire apparaître le problème de la domination et de l’assujettissement dans le dispositif idéologique de communication des techniques d’information et de communication, notamment à travers la métaphore de la colonisation.

58Le mécanisme de colonisation de l’expérience politique apparaît dès l’instant où les activités de production tendent à intégrer divers aspects de l’expérience politique à des fins stratégiques ou marchandes : non seulement les supports techniques de communication politique, mais aussi les représentations et les comportements individuels, le tissu relationnel, les tactiques ou résistances consuméristes ou la production informationnelle et communicationnelle quotidienne et les moyens nécessaires au recueil et au traitement de l’expérience politique instrumentalisée. En d’autres termes, comme le souligne par ailleurs l’économiste Marazzi (1997 : 106), « la production ne commence pas et ne finit pas dans l’entreprise », puisqu’elle s’appuie en partie sur l’expérience du sujet politique, c’est-à-dire sur un déplacement des frontières entre le marchandisable et le non-marchandisable et un affaiblissement de la distinction entre la vie privée et la sphère industrielle, au profit de cette dernière.

59L’usage instrumental des liens sociaux et du vécu politique de chaque individu à des fins démocratiques n’est pas simple à théoriser. Ainsi, en dépit des bonnes intentions initiales, nous constatons une tendance à traiter le plus souvent l’introduction des TIC dans les procédures démocratiques avec les méthodologies, les techniques et les théories issues de la sphère industrielle. Les TIC peuvent servir au développement matériel et à l’organisation de l’infrastructure technique de formes alternatives d’expression démocratique, telles que l’utilisation qui est faite d’Internet, du courrier électronique, de la visioconférence ou du chat par les mouvements alter-mondialistes.

60Néanmoins, bien qu’elles soient généralement présentées comme des nouvelles médiations politiques et sociales, les TIC nous apparaissent bien plus comme des outils supplémentaires de rationalisation et de technicisation de l’expérience politique du sujet, notamment du fait du recours à l’expertise et au conseil de professionnels chargés d’apporter des solutions techniques et commerciales et des savoir-faire enchâssés dans des grilles de lecture du monde. Devons-nous considérer les TIC comme des supports privilégiés d’extension du système marchand à toutes les activités humaines et, notamment, politiques ? Devons-nous uniquement voir dans le processus de technologisation du politique un renforcement des structures politiques et sociales existantes ? Il est encore difficile d’affirmer ou d’infirmer les hypothèses d’une progressive marchandisation des activités politiques par le biais des TIC, d’un simple développement des TIC à l’extérieur de la sphère politique, sur un mode marchand, ou à sa marge, sur un mode instrumental, ou encore d’une amplification des phénomènes de spectacularisation et de professionnalisation du politique conduisant à une multiplication des propositions politiques alternatives.

Top of page

Bibliography

ALTHUSSER Louis, 1995, Sur la reproduction, Paris : Presses Universitaires de France.

BRETON Philippe, PROULX Serge, 1989, L’explosion de la communication, Paris : La Découverte.

CASTELLS Manuel, 1996, L’ère de l’information, vol. I, La société en réseaux, Paris : Fayard.

CASTORIADIS Cornélius, 1975, L’institution imaginaire de la société, Paris : Seuil.

CERTEAU Michel (de), 1978, « Croire / faire croire », in BIRNBAUM Pierre, VINCENT Jean-Marie (dir.), Critique des pratiques politiques, Paris : Galilée, pp. 11–23.

CERTEAU Michel (de), 1980, L’invention du quotidien : 1. Arts de faire, Paris : UGE.

CHAMBAT Pierre, 2000, « La démocratie assistée par ordinateur », Cahiers Politiques. n°4, Paris : L’Harmattan, pp. 46–80.

CODE électoral, 1999,. Paris : Litec.

FOUCAULT Michel, 1969, L’archéologie du savoir, Paris : Gallimard.

FOUCAULT Michel, 1975, Surveiller et punir, Paris : Gallimard.

FOUCAULT Michel, 1976, Histoire de la sexualité 1. La volonté de savoir, Paris : Gallimard.

HABERMAS Jürgen, 1978 [1962], L’Espace public : archéologie de la Publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris : Payot.

IHL Olivier, 2000, Le vote, Paris : Montchrestien.

JOSPIN Lionel, 25 août 1997, Discours prononcé lors de l’inauguration de l’Université de la Communication : Préparer l’entrée de la France dans la société de l’information, Hourtin.

KATZ Elihu (dir.), 2001, Election studies : What’s their use?, Boulder : Westview Press.

LASSWELL Harold Dwight, 1927, Propaganda technique in world war I, Cambridge, The MIT Press.

LAZARSFELD Paul F., KATZ Elihu, 1964, Personal influence: the part played by people in the flow of mass communications, New-York : The Free Press Edition.

LAZARSFELD Paul F., BERELSON Bernard R., McPHEE William N., 1966, Voting: A study of opinion formation in a presidential campaign, Chicago : University of Chicago Press.

LAZARSFELD Paul F., BERELSON Bernard R., GAUDET Hazel, 1968 [1944], The People’s Choice, New-York : Columbia University Press.

LEDUN Marin, 2005, La démocratie assistée par ordinateur : du sujet politique au consommateur à caractère politique, Paris : Editions Connaissances & Savoirs.

LEFEBVRE Henri, 1977 [1947], Critique de la vie quotidienne. I. Introduction, Paris : Arche Editeur.

LEVY Pierre, 2002, Cyberdémocratie, Paris : Odile Jacob.

MARAZZI Christian, 1997 [1994], La place des chaussettes : le tournant linguistique de l’économie et ses conséquences politiques, Paris : L’Éclat.

MARCUSE Herbert, 1968 [1964], L’homme unidimensionnel, Paris : Minuit.

MATTELART Armand, 1999, Histoire de l’utopie planétaire : de la cité prophétique à la société globale, Paris : La Découverte.

MEMMI Albert, 1985, Portrait du colonisé, précédé de Portrait du colonisateur, Paris : Gallimard.

PANOFSKY Erwin, 2000 [1967], Architecture gothique et pensée scolastique, Paris : Minuit.

PROULX Serge, 1995, « Une lecture de l’œuvre de Michel de Certeau : L’invention du quotidien, paradigme de l’activité des usagers », Communication, vol. 15, n° 2, Montréal : Saint Martin, pp. 171–199.

TCHAKHOTINE SERGE, 1992 [1952], Le viol des foules par la propagande politique, Paris : Gallimard.

Top of page

Notes

1  Pour notre analyse, nous nous appuyons essentiellement sur cinq types de ressources, issues d’un travail de recherche de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, soutenu à Grenoble, le 16 octobre 2003 à l’Université Stendhal Grenoble 3, et mené dans le cadre d’un contrat de thèse avec France Télécom R&D (Grenoble, 2000 – 2003) :
- Un corpus de cent treize textes à caractère scientifique, identifiés comme marquants ou fréquemment cités en référence, dans la littérature académique produite entre la fin du XVIIIe siècle et 2003, sur les liens entre le sujet politique, la communication politique, les dispositifs techniques de communication (presse, radio, télévision, sondages, marketing) et la démocratie.
- Un corpus de soixante et onze textes publics nationaux ou internationaux – rapports, études et discours gouvernementaux officiels, publiés entre 1978 et 2004 – ; des contenus de quinze sites web gouvernementaux ; d'entretiens réalisés dans le cadre de notre enquête auprès de responsables politiques locaux, de concepteurs et de responsables de sites webs publics locaux ou nationaux.
- Le suivi détaillé de cinq expérimentations françaises de vote électronique : les projets européens multi-partenaires E-Poll et Cybervote ; les machines à voter Nedap ; le système de vote par Internet de la société Elections.com ; et le système de machine à voter Bull. Ainsi, notre corpus est : d’une part, constitué d’une série d’articles de la presse écrite, locale et nationale, publiés de janvier 1999 à juin 2003, et portant sur le vote électronique, ainsi que de rapports d’études et de discours gouvernementaux traitant de la « modernisation » du politique ou du vote par les techniques d’information et de communication ; d’autre part, sur 15 entretiens téléphoniques réalisés, 12 entretiens semi-directifs et des observations participantes, auprès du ministère de l’Intérieur, de municipalités françaises ayant expérimenté des procédés de vote électronique, des principaux acteurs industriels à l’origine de ces expériences. Nous avons complété ce corpus par l'observation, le suivi et l'analyse d'un certain nombre d'expérimentations en Europe, en Asie, aux États-Unis et en Amérique du Sud, afin de compléter, voir d'infirmer certaines de nos propositions, ainsi que par l'étude succincte de sociétés proposant des solutions de sécurisation des machines et systèmes de vote.
- Trois séries d’enquêtes téléphoniques, de novembre 2000 à octobre 2002, auprès de vingt prestataires de produits-services d'information à caractère politique sur Internet, créés entre juin 1999 et juin 2001 en France : Civis.net, Conscience-politique.org, Démocratie-électronique, E-Politique, Expression publique, LaPolitique.com, Maison de la démocratie continue, Net-campagne.net , NetPolitique.net, Opinion-way.com, PoliTease, Profession Politique, Politique-Opinion.com, Politique.org, PolitiquementNet.fr, Quielire.com, Scrutin.org, Parti Blanc, Marianne-village.fr, Cityvox.com. Notre corpus repose : sur les verbatim de vingt-quatre entretiens téléphoniques et semi-directifs en face-à-face ; sur une veille hebdomadaire des sites Internet des vingt prestataires de services étudiés, et du développement de leurs rubriques ; et sur le suivi et l'analyse d'articles de presse parus dans Libération et Le Monde Interactif. Les prestataires de services ont été sélectionnés en fonction de deux critères : (1) leur statut juridique, selon qu’ils émanent d’entreprises, d’associations ou de particuliers ; et (2) du milieu professionnel dont sont issus leurs dirigeants ou responsables (professionnels du marketing politique, professionnels de l’Internet, spécialistes du multimédia, élus locaux).
- Une enquête, d'octobre 2001 à juin 2002, auprès de douze prestataires de produits-services informatiques d'information et de communication, créés entre avril 1983 et janvier 1999 en France : logiciels et progiciels de gestion des relations élus-citoyens (sociétés DBX, Bull, Accenture, Arpège et Kynos), logiciels d'animation des soirées électorales (Arpège), gestion de bases de données sur la vie politique en France (Politique Opinion), référencement sur Internet (sociétés 1èrePosition et VuMétrix), outils d'aide à la décision, réalisation de sites webs, sondages (Agence Europe Aquitaine, sociétés Eolas et France Election, deux indépendants), etc. Notre corpus repose : sur les verbatim de treize entretiens téléphoniques et semi-directifs en face-à-face ; sur une veille hebdomadaire des sites Internet des douze prestataires étudiés. Ces entretiens ont été complétés par une série de 22 entretiens menés en parallèle auprès d’élus locaux et de responsables informatiques dans les collectivités locales en relation avec les sociétés étudiées.

2  Précision méthodologique sur ce point qui peut apparaître comme un raccourci trop rapide. Nous avons essayé d’établir que la volonté de maîtrise de l’expérience politique dans le dispositif idéologique de communication des TIC (ou dans les dispositifs idéologiques de communication en général : marketing, propagande, etc.) ne peut se comprendre que par l'analyse de la dénonciation des techniques déviantes de représentation de l’expérience politique. Il s’agit ici d’admettre et d'interpréter rationnellement les contradictions du dispositif des TIC pour lui permettre d'exister, en développant ce que Panofsky (2000 : 119) nomme des « techniques de conciliation ». Pour cela, nous avons cherché de préférence l’ordre qui lie ces textes et ces expérimentations que nous analysons dans notre travail de recherche, les corrélations qui existent entre eux, leur « régularité », la « formation discursive » à laquelle ils se rattachent, fondées non pas sur leur unité, mais sur leur dispersion, selon les termes utilisés par Foucault dans L’archéologie du savoir (Foucault, 1969 : 53). D’une façon paradoxale, comme le souligne Foucault (1969 : 46-47), définir un ensemble d’énoncés dans ce qu’il a d’individuel consisterait à « décrire la dispersion de ces objets, saisir tous les interstices qui les séparent, mesurer les distances qui règnent entre eux,  en d’autres termes formuler leur loi de répartition ». Cet ordre, nous l'avons identifié dans les différents cadres d’énonciation et les différentes techniques de représentation du sujet et de son expérience politique à l’œuvre dans les textes et les expérimentations analysés. Nous avons donc davantage considéré ces textes et ces pratiques (le processus de production et de diffusion de ces textes pouvant également être perçu comme une ou des pratiques spécifiques, en l’occurrence des pratiques discursives) comme des matériaux bruts à traiter, dans lesquels puiser la matière nécessaire à ma démonstration (et seulement celle-là), que comme des productions théoriques cloisonnées. La conséquence première de ce choix a été d’en rendre possible le traitement, indépendamment de leurs qualités et de leurs portées théoriques. Nous considérons que ces techniques de conciliation (ici, dans l'article, la critique de dénonciation et la redéfinition de l'engagement subjectif) fonctionnent selon des lois de dispersion telles que les décrit Foucault, et qu’elles sont intrinsèquement constitutives d’un modus operandi spécifique et donc analysable, propre aux dispositifs idéologiques de communication (tel par exemple que celui des TIC ou du marketing).

3  Cf. Colloque « E-usages », organisé à l’Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications de Paris, le 14 juin 2001, à l’occasion d’une table ronde portant sur la recherche sur le thème de la « société de l’information », France Télécom / ENST, Paris, 12 – 14 juin 2001.

Top of page

References

Electronic reference

Marin Ledun, « La colonisation de l’expérience politique  », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 1 | 2005, Online since 24 October 2005, connection on 28 March 2017. URL : http://articulo.revues.org/865 ; DOI : 10.4000/articulo.865

Top of page

About the author

Marin Ledun

Marin Ledun holds a PhD in Information and Communication Sciences. He currently works as research engineer at France Télécom Research & Development in Grenoble. Email: marin.ledun@francetelecom.com

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org