Skip to navigation – Site map
Dossier

Les théories du quotidien et la mendicité au Niger

Everyday life and begging in Niger
Patrick Gilliard

Abstract

Les sciences sociales en rupture avec le positivisme doivent rétablir le caractère tragique et singulier des acteurs en situation d'extrême pauvreté. Les études quantitatives et macro-économiques menées depuis plusieurs décennies par les organisations internationales au Niger sont des outils mal adaptés pour comprendre la réalité quotidienne d'un pays qui se meurt. Cette contribution tentera de montrer comment à partir de l'étude microsociologique - celle des mendiants et de leur quotidien - les perspectives de la Banque mondiale et des organisations internationales concernant la pauvreté peuvent être enrichies.

Top of page

Full text

Il ne sert à rien de se cacher que la faim dont meurent chaque jour des milliers d'enfants dans le monde n'est pas uniquement matériau pour statistiques et pour rapports d'organisations internationales.

Claude Javeau (2003)

1Depuis quelques mois, le Niger est affecté par une grave crise alimentaire qui nous rappelle l’extrême fragilité des conditions de vie des populations sahéliennes. Dans l’attente des leçons que le gouvernement et les différents partenaires internationaux tireront de cette famine, il paraît opportun de souligner le fait que celle-ci révèle une fois encore les dysfonctionnements existant auprès des différents partenaires nationaux et internationaux, dans leur capacité à anticiper une catastrophe humanitaire (qui en l’occurrence avait été annoncée de longue date).

2Cela fait plusieurs années que toutes les volontés semblent se diriger vers l’urgence d’une éradication de la pauvreté au Sahel. Pourtant, force est de constater qu’au Niger la situation se dégrade et que cette péjoration des conditions de vie de la population n’est pas uniquement imputable aux conditions climatiques et à l’invasion des criquets pèlerins. L’extrême pauvreté progresse indubitablement dans ce pays sans qu’aucune mesure véritablement efficace puisse en inverser le processus. Face à ce constat d’échec, de nouvelles analyses s’imposent ; l’objectif de ces quelques lignes est d’ouvrir un regard quelque peu novateur sur la pauvreté de ce pays à travers l’étude spécifique des mendiants et des personnes en situation de misère permanente. Nous postulerons que l’étude du quotidien, à travers une analyse qualitative et participative, nous permet plus que toute autre forme d’analyse de mieux saisir le drame de la condition humaine dans cette société sahélienne. L’ensemble de mes remarques se situe dans le prolongement d’une étude débutée en 1994 sur la pauvreté au Niger (Gilliard, 2005), et provient d’une relecture de mes travaux à la lumière de certains théoriciens du quotidien, comme Javeau (1991, 2003).

Les théories du quotidien : un luxe de nantis ?

3Il convient d’abord de se demander si les études sur le quotidien sont une approche valide seulement pour la recherche occidentale, et dans quelle mesure les travaux en sociologie issus de Lefebvre (1968) sur « la vie quotidienne » peuvent s’appliquer à la société urbaine nigérienne. Selon le Dictionnaire historique de la langue française (Le Robert, 2003), le terme vient du latin quotidianus et signifie « de tous les jours », familièrement « ordinaire, commun » : une idée de banalité à laquelle le terme est effectivement souvent associé, trop souvent peut-être. Relevons à cet égard, selon le même Dictionnaire de la langue française, que l’adjectif qualifie ce qui doit revenir chaque jour, spécialement dans l’expression « Notre pain quotidien » du Pater. La banalité se résorbe en nécessité à partir du moment où le manque intervient. Le fait de ne pas avoir accès à cette nourriture quotidienne redéfinit le caractère tragique des destinées humaines. Or, ce court détour étymologique nous amène à postuler que les sciences sociales en rupture avec le positivisme devraient rendre au drame humain son importance première. Comme le souligne Javeau (1991), la somme des expériences banales produit l’Histoire. Loin d’être une analyse de « l’insignifiance », la sociologie du quotidien a montré la richesse de son approche en prenant pour objet « les manifestations brutes de l’activité humaine, telles qu’elles apparaissent de manière régulière et jour après jour au sein des divers groupes, majoritaires ou non, dans une société donnée » (Javeau, 1991 : 24). Son champ d'investigation n'est pas la journée, mais bien « la socialité », c'est-à-dire l'organisation des interactions qui sous-tendent l'ensemble de l'édifice social. Son étude dépasse alors, comme nous allons le voir, les frontières de notre monde occidental, et constitue pour l'étude de la pauvreté la mendicité en milieu sahélien une approche des plus fécondes.

L'étude des mendiants : David contre le géant Goliath

Demander à la sociologie de servir à quelque chose, c’est toujours une manière de lui demander de servir le pouvoir. Alors que sa fonction scientifique est de comprendre le monde social, à commencer par le pouvoir.

Pierre Bourdieu

  • 1  La mendicité au Niger existe sous différentes formes et regroupe en réalité une microsociété compo (...)

4L’étude de la mendicité à Niamey nous a montré comment nous pouvons, à partir d’acteurs de la pauvreté, comprendre l’ensemble des transformations socio-économiques de cette société en voie de paupérisation. Nos recherches, effectuées à l’échelle du microcosme social que sont les mendiants, et à partir de matériaux d’enquêtes biographiques, nous ont prouvé que l’analyse des transformations de cette société ne pouvait faire l’économie de l’analyse du quotidien. Nous avons pu voir avec quelle efficacité l’étude « micro » du mendiant traduit le niveau « macro », l’interaction quotidienne entre le mendiant et son interlocuteur étant le lieu d’ancrage de ces niveaux d’analyse. Prenons pour le démontrer, l’exemple des mendiants handicapés1dans le centre de Niamey à la lumière de la réflexion et de la terminologie de Javeau.

5Dans la mendicité, les acteurs sociaux opèrent de part et d’autre une forme de mise en scène, puisque selon notre analyse, nous pouvons y trouver tous les ingrédients d’un scénario comportant les ritualisations reconnues. Pour saisir cette sorte de rite d’interaction, il est primordial d’étudier les normes et les valeurs représentées. En effet, le mendiant joue constamment à travers son discours et son apparence physique sur le sentiment de culpabilité qu’il peut provoquer. Consciemment ou non, il rappelle ainsi les valeurs usuelles du groupe social, comme nous l’avions observé dans les rues du centre de Niamey entre le mendiant souffrant d’un handicap locomoteur et son interlocuteur. Si ce dernier est nigérien, le mendiant se présente comme un orphelin qui n’a pas de quoi se nourrir, faisant spécifiquement référence à l’Islam en récitant des versets du Coran. Entre le mendiant et « sa victime » intervient en filigrane l’idée de la mort, que le quotidien s’efforce de nier ou d’ignorer. Donner, c’est éviter la confrontation avec ce spectre, mais aussi, pour le musulman, s’y préparer. Par contre, si l’interlocuteur est un expatrié, le mendiant doit alors maîtriser le langage et appuyer sa demande sur des objets concrets, car « le Blanc » n’aime pas donner sans un projet explicite : soit contribuer à l’achat d’une voiture-vélo, ou d’un pneu, soit croire (à tort ou à raison) à la volonté de sortir de la mendicité par l’artisanat. La personne handicapée a compris la « culture-projet » de l’expatrié, il peut donc arriver à recevoir des crédits, qu’il garde pour lui sans exécuter le moins du monde ledit projet. Le système fonctionne d’expatrié en expatrié, et le fait que les missionnaires ne restent pas plus de quelques années permet un certain roulement. Le mendiant a réussi à instrumentaliser son handicap en utilisant le stock de connaissances disponibles dans son univers social ; il a interprété à sa manière, sous une forme de mise en abîme, la logique de l’aide internationale. Ainsi la mendicité est un rituel hautement significatif de la vie quotidienne où s’expriment des valeurs et des statuts sociaux, objets dans chaque interaction d’une négociation. On voit donc combien cette approche « par le bas » est finalement révélatrice des structures psychosociales, plus parlante, pour comprendre une société, que toute autre théorie calquée « du dehors ».

6Dans le même esprit, nos enquêtes contrecarraient sous maints aspects les résultats des différentes études macro-économiques (voir République du Niger, 1994, 1995 et 2002). D’après les recherches entreprises sur le budget et la consommation des ménages (République du Niger, 1994), 63 % des Nigériens vivaient en dessous du seuil de pauvreté et 34 % en dessous d’un seuil d’extrême pauvreté, le premier seuil étant fixé à 75 000 FCFA (1 CHF = 400 FCFA) par tête et par an pour le milieu urbain, à 50 000 FCFA pour le milieu rural ; le second seuil correspondant à 50 000 FCFA pour le milieu urbain par individu et 34 000 FCFA pour le milieu rural. À partir de ces seuils, et à travers un ensemble très sophistiqué d’indicateurs nutritionnels, de santé, d’habitat, la République du Niger et la Banque mondiale avaient défini la pauvreté et établi un dispositif de suivi et d’évaluation : la Stratégie de Réduction de la Pauvreté (SRP), qui est en vigueur actuellement. Outre l’indéniable nécessité d’outils macro-économiques qui permettent des comparaisons dans le temps et l’espace — notre propos n’étant pas de leur faire un procès — nous avons pu constater, en définitive, le peu de lisibilité et d’efficacité de ces approches statistiques pour appréhender la pauvreté du Niger. En effet, les instruments de mesure utilisés en Afrique s’adaptent mal à la réalité du terrain, car cette limitation des critères à l’économie des ménages est une négation totale des aspects sociaux et spatiaux.

  • 2  Le revenu social se comprend comme un transfert de revenus provenant des parents ou des connaissan (...)

7Nous avons pu montrer l’importance des revenus sociaux2 dans les ménages observés qui n’étaient pas pris en compte dans les études de la Banque mondiale. Pour des revenus similaires, la situation économique des ménages diffère grandement selon leur degré d’insertion dans leur communauté. L’étude biographique montre le caractère « dynamique » du processus de paupérisation de cette société sahélienne ; elle s’oppose à l’approche standard et « statique » de la Banque mondiale. Comme le souligne Ferrarotti (1983 : 45) « elle permet d’atteindre des faisceaux sociaux et des structures de comportement qui, par leur caractère de marginalité et leur état d’exclusion sociale, échappent irrémédiablement aux données acquises et élaborées formellement ainsi qu’aux images officielles que la société se donne d’elle-même ». Au Niger, la situation économique d’un ménage peut varier considérablement suivant les appuis extérieurs dont dispose le ménage. Que ceux-ci soient d’ordre relationnel, familial ou clanique, ils témoignent tous de l’extraordinaire singularité et de la complexité de cet univers social.

  • 3  On parle plutôt de migrations circulaires (Hoerner : 1995). Les contraintes climatiques du milieu (...)

8En tant que géographe, nous avons également pu remettre en question le cloisonnement caractéristique des approches officielles, qui distinguent trop formellement les situations des ménages selon qu’ils se trouvent en milieu urbain ou rural. Nos biographies nous ont montré les nombreuses dynamiques existant entre la ville et la campagne. L’insécurité croissante des productions alimentaires ont renforcé les migrations temporaires3 vers les villes. On constate que les ménages en milieu rural qui ont développé des stratégies économiques vers les villes bénéficient bien souvent de conditions meilleures que ceux qui sont restés cloisonnés dans leur environnement immédiat. À l’inverse, les habitants des quartiers périphériques des villes qui n’ont pas su conserver des activités agricoles dans leur village d’origine sont dans une situation plus précaire. Ainsi, la pluralité croissante des sources de revenus des milieux urbains et ruraux constitue une réponse indéniable à l’insécurité croissante.

9L'analyse du quotidien centrée sur les acteurs a pu révéler les faiblesses des approches « du haut » et montrer finalement à quel point le changement d’échelle — le retour du sujet — entraîne un changement de paradigme. Plus encore, nos observations contredisent les analyses classiques sur un point fondamental : elles ont démontré que dans ce contexte de raréfaction des ressources, la multiplication des dynamiques entre le milieu rural et urbain nourrit la croissance démographique et implique — n’en déplaise à Malthus — la persistance d’un taux de natalité élevé. En clair, plus on augmente sa descendance, plus on peut multiplier, grâce aux membres de la famille, les sources de revenus. Nos résultats montrent que ceux qui traversent au mieux cette période de récession sont ceux qui ont le plus d’actifs, alors que les résultats officiels corrèlent la pauvreté avec le nombre de personnes dans le ménage. Voilà bien la preuve que les instruments d’analyse officiels ont dû laisser échapper quelques variables. Ainsi, la situation existentielle des ménages urbains ou ruraux dépend de nombreux paramètres, que seule une analyse qualitative participant au « retour du sujet » peut comprendre.

10Selon notre conception, la pauvreté et les mesures qui en découlent doivent être prises par le bon bout, c’est-à-dire en analysant ses acteurs qui se meuvent d’un espace à l’autre et d’une situation sociale à une autre. C’est à partir de ces observations « du bas » que les politiques visant à la réduction de la pauvreté devraient être définies. Or, au Niger, les analyses « du haut » venant de la République du Niger — largement inspirées et conditionnées par la Banque mondiale — ont défini la pauvreté à l’aide de normes occidentales quantitatives, calquées sur nos modèles économiques et culturels. Il en découle que les mesures de lutte contre la pauvreté définies par le SRP s’accompagnent de moyens très proches de ceux qui ont déjà prouvé leur inefficacité ou, paradoxalement leur propension à aggraver en fait cette même pauvreté. Historiquement, les études sur la pauvreté et les mesures qui en découlent s’inscrivent dans la lignée des Politiques d’Ajustement Structurel (PAS).

11Face aux vives protestations d’institutions onusiennes comme le BIT ou l’UNICEF, le FMI et la Banque mondiale redorent leur blason sous couvert de mesures de lutte contre la pauvreté. Celles-ci sont censées diminuer les effets néfastes des politiques d’austérité menées en Afrique, qui ont aggravé la situation économique des pauvres (Gilliard, 2005). Ces programmes dans leur ensemble ne risquent guère d’améliorer fondamentalement la situation sanitaire du pays, car ils restent largement inspirés par les politiques des PAS qui ont pour objectif essentiel de contenir les dépenses publiques au détriment des pauvres. Ils se situent dans le prolongement des visions de personnes extérieures, les outsiders, avec leurs approches normées et impersonnelles qui évacuent bien habilement tous les rapports de domination ou les processus ayant conduit les individus à une situation d’extrême pauvreté. C’est l’une des raisons pour lesquelles la gestion de la crise alimentaire récente a été si désastreuse pour la population nigérienne. Le gouvernement a, par exemple, freiné les distributions de vivres gratuites sous prétexte de ne pas déséquilibrer le marché céréalier. Sans changement de perspective à moyen terme, on peut donc s’attendre à l’avenir au Niger à des famines à répétition. N’est-il pas urgent d’orienter les actions de lutte contre la pauvreté vers l’instauration de mécanismes de redistribution permettant la survie de la population ; et pour ce faire de centrer nos outils d’analyse vers une méthodologie véritablement apte à saisir et à orienter les politiques de développement ?

Top of page

Bibliography

BOURDIEU Pierre, 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris : Minuit.

BOURDIEU Pierre, 1980, Questions de sociologie, Paris : Minuit.

BOURDIEU Pierre, 1993, La misère du monde, Paris : Seuil.

FERRAROTTI Franco, 1983, Histoire et histoires : la méthode biographique dans les sciences sociales, Paris : Librairie des Méridiens.

GILLIARD Patrick, 2005, L’extrême pauvreté au Niger, Paris : Karthala.

GILLIARD Patrick, 2005, « L’instrumentalisation de la pauvreté au Niger », in REYNARD Emmanuel, DAMBO Lawali (éds), Vivre dans les milieux fragiles : Alpes et Sahel, Lausanne : Travaux et Recherches de l'Institut de géographie, n° 41, pp. 327-342.

HOERNER Jean-Michel, 1995, Le Tiers-Monde : entre la survie et l’informel, Paris : L’Harmattan.

JAVEAU Claude, 1991, La société au jour le jour : écrits sur la vie quotidienne, Bruxelles : De Boeck – Wesmael.

JAVEAU Claude, 2003, Sociologie de la vie quotidienne, Paris : PUF.

LEFEBVRE Henri, 1968, La vie quotidienne dans le monde moderne, Paris : NRF-Gallimard.

RÉPUBLIQUE DU NIGER, 1994, Enquête sur le budget et la consommation des ménages, profil de la pauvreté, Niamey : Direction de la statistique et des comptes nationaux.

RÉPUBLIQUE DU NIGER, 1995, Table ronde générale des aides au développement du Niger pour le Développement Durable, Avant-projet de rapport de synthèse, Niamey : Direction générale du plan.

RÉPUBLIQUE DU NIGER, 2002, Document Stratégique de Réduction de la Pauvreté (SRP), Niamey, Secrétariat du SRP.

Top of page

Notes

1  La mendicité au Niger existe sous différentes formes et regroupe en réalité une microsociété composée de plusieurs milliers d’individus. On distingue les mendiants souffrant d’un handicap de ceux qui sont valides.

2  Le revenu social se comprend comme un transfert de revenus provenant des parents ou des connaissances directes. Le revenu social fait partie du capital relationnel et familial, il joue un rôle prépondérant au Niger.

3  On parle plutôt de migrations circulaires (Hoerner : 1995). Les contraintes climatiques du milieu sahélien limitent les activités agricoles à la seule période de la mousson africaine. Pendant la saison morte qui dure de sept à huit mois, les agriculteurs migrent dans de nombreuses capitales de l’Afrique de l’Ouest, pour effectuer des travaux saisonniers.

Top of page

References

Electronic reference

Patrick Gilliard, « Les théories du quotidien et la mendicité au Niger  », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 1 | 2005, Online since 24 October 2005, connection on 17 October 2017. URL : http://articulo.revues.org/829 ; DOI : 10.4000/articulo.829

Top of page

About the author

Patrick Gilliard

Patrick Gilliard is a Researcher at the University of Neuchâtel and a Reader at the HEP Vaud (Switzerland). Email: patrick.gilliard@unine.ch

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org