Skip to navigation – Site map
Dossier

Le quotidien libéral démocratique contre l'État d'exception. Notes à partir de la résurgence de Carl Schmitt

Romain Felli

Abstract

La théorie politique de Carl Schmitt, juriste allemand engagé dans le parti nazi, connaît un renouveau spectaculaire. En particulier, sa critique de la démocratie libérale, fondée sur une conception « décisionniste » de la politique, et ses réflexions autour de l’État d’exception connaissent un succès au sein d’une partie de l’extrême-gauche. Cet article, ébauche de réflexions, s’interroge sur le rejet du quotidien au profit de l’exceptionnel affiché par ces deux courants de pensée a priori opposés. Il conclut sur la démocratie libérale comme régime du normal et du quotidien.

Top of page

Full text

Introduction

1Un étrange attelage parcourt depuis peu le monde des idées. Des auteurs d’extrême-gauche enfourchent une monture issue d’un milieu qui leur est d’habitude défavorable : celui de la droite la plus réactionnaire et conservatrice, pour ne pas dire fasciste. La théorie politique de Carl Schmitt, longtemps laissée de côté tant elle sentait le souffre de la compromission du juriste allemand avec le régime hitlérien, connaît une nouvelle jeunesse grâce à sa réutilisation contemporaine par une fraction de l’extrême-gauche intellectuelle. Ceux qui tentent de faire sens de cet improbable mélange, au-delà de la rhétorique usée du « les extrêmes se touchent », mettent en avant la commune opposition de l’un et l’autre camp à la démocratie libérale. Si cette analyse semble correcte, nous voudrions ici développer un point moins souvent avancé : le même dégoût du normal et du quotidien exprimé à la confluence de ces deux courants de pensée.

La résurgence schmitienne

2On observe actuellement, en France en particulier, un regain d’intérêt important pour l’œuvre du juriste allemand Carl Schmitt. Nombre d’ouvrages, d’articles et de colloques lui sont consacrés. De manière plus inhabituelle néanmoins, les pages « opinions » de grands quotidiens nationaux (Libération, Le Monde) s’ouvrent à des débats d’habitude restreints à un cercle plus académique. C’est que Carl Schmitt était un nazi.

3Les faits ne sont pas disputés. Carl Schmitt a été membre du NSDAP dès 1933, il a été nommé Conseiller d’État prussien par Göring, bien que son influence disparaisse par la suite. Surtout, il n’a jamais regretté sa participation à l’entreprise nazie et a continué jusqu’à sa fin à consigner des propos antisémites dans son journal personnel (Trierweiler, 2004).

4La polémique néanmoins tourne autour de savoir si les textes théoriques et juridiques de Carl Schmitt peuvent être utilisés aujourd’hui comme n’importe quels textes de philosophie politique ou s’ils sont eux-mêmes des vecteurs de l’idéologie nazie. Certains auteurs font une claire séparation entre l’œuvre juridique et théorique de Carl Schmitt – irréprochable – et sa compromission avec le régime nazi, qui aurait été plutôt l’effet d’un opportunisme qu’une réelle adhésion idéologique. D’autres au contraire, soulignent la continuité profonde entre les principaux concepts de la pensée schmitienne (notamment la notion d’ennemi ou l’état d’exception) et leur utilisation dans le cadre national-socialiste (Jaume, 2004 ; Zarka, 2005).

5Quoiqu’il en soit, comme le remarque Zarka (2005 : 92), ce qu’il y a d’étonnant dans l’utilisation contemporaine des thèses de Carl Schmitt, c’est qu'elles sont l’apanage d’auteurs qui se situent à l’extrême-gauche (Giorgio Agamben, Etienne Balibar, Toni Negri ou la revue Multitudes par exemple) plutôt que dans la filiation « naturelle » de Schmitt, à l’extrême-droite. Zarka (2005 : 92) donne pour explication à cette réappropriation « la crise très profonde de la pensée de gauche postmarxiste ». Schmitt offrirait en quelque sorte un substitut à la critique marxiste du « libéralisme, du parlementarisme, de la représentation, de la formalité des droits de l’homme ». Si cette explication semble plausible, j’aimerais évoquer une autre piste qu’il conviendrait d’explorer plus avant.

6La pensée « décisionniste » de Carl Schmitt et la pensée « révolutionnaire » de l’extrême-gauche se rejoignent sur un rejet du normal, de l’ordre existant et du quotidien. Évidemment, ces critiques débouchent sur des projets politiques radicalement opposés, mais elles abhorrent en commun l’ordre de droit constitutionnel « démo-libéral » (comme disent les constitutionnalistes). En négatif, ces critiques dessinent donc la figure du régime démocratique libéral comme régime du quotidien, contre la grande politique sous le signe de l’exceptionnel.

L’exception contre le quotidien

7Pour Carl Schmitt, on se condamne à ne rien comprendre à « l’essence » du politique si l’on s’en tient au fonctionnement normal des institutions, à leurs pratiques quotidiennes. La vérité irréductible du politique est concentrée dans un moment crucial : la décision. Or cette décision n’est jamais aussi visible que lorsqu’elle se manifeste en dehors du fonctionnement normal des institutions. Cet état anormal, c’est l’état d’exception. La vérité du pouvoir politique, c’est-à-dire la souveraineté, se révèle lors de la décision en situation exceptionnelle. D’où la fameuse définition schmitienne de la souveraineté : « Est souverain celui qui décide de (ou dans ) l’état d’exception » (Schmitt, 1988 [1922] : 15).

8Pour Schmitt, seule l’exception révèle l’essence du politique, le fonctionnement normal n’est rien : « L’exception est plus intéressante que le cas normal. Le cas normal ne prouve rien, l’exception prouve tout ; elle ne fait pas que confirmer la règle : en réalité la règle ne vit que par l’exception » (1988 [1922] : 24).

9Cette posture méthodologique est évidemment très discutable. Fondamentalement, elle signifie que les règles de droit, le fonctionnement quotidien des institutions, la justice telle que pratiquée au jour le jour, sont quantité négligeable au regard de la décision souveraine dans sa pureté absolue. On touche ici au sentiment du sublime et ce jugement pourrait apparaître plus esthétique que politique. Néanmoins, il est indissociable de la critique fondamentale que Schmitt adresse au libéralisme (et à ce qui lui est afférent, le parlementarisme, le positivisme juridique…).

10Cette posture méthodologique est partagée par certains de ses épigones d’extrême-gauche. Pour Agamben (2003 : 133) : « ce sont toujours l’exception et la situation extrême qui définissent l’aspect le plus caractéristique d’une institution juridique ». Elle réactive d’ailleurs un vieux ressort d’une certaine pensée marxiste (mais pas de Marx lui-même) qui veut que la superstructure idéelle ne soit rien, si ce n’est les oripeaux dont se couvrent les processus de domination à l’œuvre dans les infrastructures matérielles.

L’État d’exception généralisé

11Agamben aime citer la thèse de Walter Benjamin voulant que nous soyons entrés dans un état d’exception généralisé. C’est pourquoi les réflexions schmitiennes sur cette question (qui seraient en fait une réponse à un autre texte de Benjamin) lui semblent si pertinentes. Or Benjamin tient ces propos dans un contexte très particulier, celui de la montée du nazisme en Europe, et de l’avènement réel de l’état d’exception, d’un point de vue juridique, dans le régime hitlérien. Contre cet état d’exception oppressif, Benjamin (2000 [1940]) en appelle à la lutte pour un état d’exception effectif qui permette de vaincre le nazisme. Cet état d’exception effectif semble correspondre à ce qu’il définit dans un autre célèbre texte comme la « violence pure » tenant à la fois de la révolution marxiste et du messianisme juif (voir Benjamin, 2000 [1921]).

  • 1  Un exemple parmi d’autres : « Avant qu’en Europe on ouvre à nouveau les camps d’extermination (ce (...)

12Agamben étend cette thèse, énoncée dans des circonstances particulières, à l’époque contemporaine sous la forme d’une métaphore qui lui permet de qualifier l’ensemble des systèmes juridiques contemporains. Or justement en parlant d’« état d’exception généralisé » et en sombrant dans l’outrance de la dénonciation1, Agamben s’empêche d’analyser ce qui relève effectivement d’un état d’exception (par exemple le traitement américain des « ennemis combattants » à la base de Guantanamo ou l’enfermement des requérants d’asile. Sur ce point voir Caloz-Tschopp, 2004) de ce qui relève du fonctionnement normal, quotidien, des états libéraux contemporains. Dans la même veine, utilisant le paradigme schmittien de l’État d’exception, Paye (2004) dénonce avec précision (et raison) les dérives policières des régimes libéraux, mais passe étonnamment sous silence les contre-pouvoirs que les régimes démocratiques et libéraux ont instaurés afin de se prémunir de ces dérives (notamment la Cour suprême américaine ou le Conseil constitutionnel en France). Comme si l’immense majorité des pratiques conformes à l’état de droit démocratique libéral n’étaient qu’un paravent pour l’État d’exception généralisé. Comme si les pratiques « exceptionnelles » des États libéraux contemporains se comparaient dans leur nature et leur étendue à l’État d’exception fasciste que dénonçait Benjamin.

13Ainsi la résurgence des thèses schmitiennes, notamment au sein d’une partie de l’extrême-gauche (dont nous n’avons donné qu’un très minime aperçu) signale une critique renouvelée de l’ordre constitutionnel démocratique libéral. Or cette critique ressort, pour une bonne part, d’un rejet du quotidien au profit de la valorisation d’un État d’exception seul à même de porter la vérité du pouvoir politique souverain chez Schmitt, ou d’un acte révolutionnaire qui permette de fonder un nouveau droit, ou d’abolir le droit, à l’extrême-gauche.

La démocratie libérale, régime du quotidien

14La démocratie peut justement être pensée comme mise en risque permanente de la société (voir Chollet, 2005). Le libéralisme, a contrario, est un principe de modération voire de contrainte du pouvoir politique. Le régime libéral-démocratique tente la synthèse de ces aspirations divergentes et légitimes : l’aspiration à la liberté et l’égalité (la démocratie) et le respect des droits individuels (le libéralisme). La démocratie libérale suppose un État de droit, c’est-à-dire un ensemble cohérent d’institutions qui garantissent des droits à l’individu.

15Or ce qui distingue l’État de droit des autres types de régimes politiques, c’est la garantie pour l’individu de ses droits, au quotidien. Si dans un régime despotique, comme dans une démocratie pure, ce qui a été fait hier peut-être défait demain, selon le bon vouloir du souverain (qu’il soit le despote ou le peuple dans sa majorité), l’État de droit vise au contraire à apporter cette stabilité quotidienne à l’individu, cette garantie que ses actions peuvent s’inscrire dans la durée. D’où un principe fondamental de l’État de droit démocratique libéral : la non rétroactivité des lois.

16Quant à savoir si cette garantie des droits et cette sûreté au quotidien répondent à un besoin fondamental de l’être humain (comme chez Simone Weil, 1949), ou plutôt à une nécessité organique du mode de production capitaliste (voir John Dunn, 1993), le débat reste ouvert. Quoiqu’il en soit, c’est à cette stabilité quotidienne que s’en prennent Carl Schmitt et ses épigones.

Top of page

Bibliography

AGAMBEN Giorgio, 1997, Homo Sacer, le pouvoir souverain et la vie nue, Paris : Seuil.

AGAMBEN Giorgio, 1997, Moyens sans fins : notes sur la politique, Paris : Rivages.

AGAMBEN Giorgio, 2003, État d’exception : Homo Sacer, II, 1, Paris : Seuil.

BENJAMIN Walter, 2000 [1921], « Critique de la violence », in Œuvres I, Paris : Gallimard.

BENJAMIN Walter, 2000 [1940], « Sur le concept d’histoire », in Œuvres III, Paris : Gallimard.

CALOZ-TSCHOPP Marie-Claire, 2004, Les étrangers aux frontières de l’Europe et le spectre des camps, Paris : La Dispute.

CHOLLET Antoine, 2005, Par-delà ordre et désordre, Benjamin, Weil et Arendt, mémoire de master, Paris : Sciences-Po.

DUNN John, 1993, « Conclusions », in DUNN John (dir.), Democracy : the unfinished Journey, 508 BC to AD 1993, Oxford : Oxford University Press, pp. 239-266.

JAUME Lucien, 2004, « Carl Schmitt, La politique de l’inimitié », History of political thought, vol. 25, n° 3, pp. 536-550.

PAYE Jean-Claude, 2004, « L’état d’exception : forme de gouvernement de l’Empire ? », Multitudes, n° 16.

SAINT-BONNET François, 2001, L’État d’exception, Paris : PUF.

SCHMITT Carl, 1988 [1922], Théologie politique, Paris : Gallimard.

SCHMITT Carl, 2000 [1921], La Dictature, Paris : Le Seuil.

TRIERWEILER Denis, 2004, « Une étrange édition : Schmitt expurgé », Cités, n° 17.

WEIL Simone, 1949, L’enracinement : prélude à une déclaration des devoirs envers l’être humain, Paris : Gallimard.

ZARKA Yves Charles, 2005, Un détail nazi dans la pensée de Carl Schmitt, Paris : PUF.

Top of page

Notes

1  Un exemple parmi d’autres : « Avant qu’en Europe on ouvre à nouveau les camps d’extermination (ce qui commence à se faire) »). Agamben, 2002 : 35. C’est moi qui souligne.

Top of page

References

Electronic reference

Romain Felli, « Le quotidien libéral démocratique contre l'État d'exception. Notes à partir de la résurgence de Carl Schmitt », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 1 | 2005, Online since 24 October 2005, connection on 20 August 2017. URL : http://articulo.revues.org/828 ; DOI : 10.4000/articulo.828

Top of page

About the author

Romain Felli

Romain Felli is a geographer and holds a PhD in Political Science. He studied at the University of Lausanne and at Sciences Po Paris. He is currently a Visiting Research Fellow in Geography at the University of Manchester with a fellowship from the Swiss National Science Foundation. His research interests lie in the production of nature, political ecology, ecological modernization, democratic theory, and unions, all from a historical materialist perspective. Email: romain.felli@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org