Skip to navigation – Site map
2008

Les débuts du tourisme au Grand-Duché de Luxembourg. Au temps où le Luxembourg était à 6 heures 30 de Paris

The development of tourism in Luxembourg
Marc Jeck

Abstract

Les débuts de l’industrie touristique au Grand-Duché de Luxembourg se situent au XIXe siècle. Les « touristes romantiques » découvrent le côté « pittoresque » d’un pays, jadis appelé « Pays des loups », et diffusent, par le biais de leurs récits, la première propagande touristique pour le Luxembourg. Parallèlement aux regards bienveillants des visiteurs de passage, les Luxembourgeois prennent conscience de leur patrimoine et de sa valorisation. Soucieux de montrer les beautés d’un pays qui, au niveau politique, intellectuel, culturel et économique, s’émancipe au XIXe siècle, quelques pionniers dont l’hôtelier Alexis Heck s’engagent dans le destination management du Luxembourg. Aidés par les nouvelles technologies de la mobilité, les protagonistes du tourisme donnent l’exemple aux autorités publiques qui suivent très vite l’initiative privée pour transfigurer les préoccupations touristiques en une « industrie nationale ». La promotion du pays, qui inclut le tourisme collectif et récréatif, va de pair avec l’affirmation de l’indépendance du Luxembourg.

Top of page

Full text

Introduction

1Quand, vers 1780, les hôteliers de l’ancien duché de Luxembourg s’adressent à l’empereur Joseph II, duc de Luxembourg, afin qu’un séjour minimum de soixante-douze heures soit imposé à tout visiteur de passage dans le pays, le souverain ne réserve pas de suite à cette demande. Quelque temps après, Joseph II va pourtant donner l’exemple touristique par excellence : lors de son entrée au Luxembourg en 1781, l’empereur-touriste ne va pas descendre à la demeure officielle du primas des États généraux, mais à l’auberge des Sept Souabes – et va y séjourner cinq jours. Plus d’un demi-siècle plus tard, l’industrie touristique au Grand-Duché va se développer grâce à quelques pionniers locaux qui sont secondés par une conjoncture favorable dans laquelle vont s’inscrire les nouvelles technologies de la mobilité et une prise de conscience nationale.

2Comprendre les débuts du tourisme luxembourgeois, c’est d’abord saisir le contexte géopolitique d’un pays situé à la frontière des mondes roman et germanique. En effet, au moment où le Luxembourg allait disparaître après les souverainetés étrangères successives, le hasard intervient : lors du Congrès de Vienne (1815), le Luxembourg est érigé en État autonome. Cependant, le nouveau Grand-Duché de Luxembourg vivra jusqu’en 1890 en union personnelle avec le Royaume des Pays-Bas – le Roi des Pays-Bas est en même temps Grand-Duc de Luxembourg – et devient membre de la Confédération germanique jusqu’en 1867. Ce statut d’État est élaboré en-dehors des Luxembourgeois et quand l’autonomie est violée par le Koning der Nederlanden, les autochtones ne protestent guère. Bref, l’État luxembourgeois n’existe que sur le papier (Trausch, 1989). Pendant le XIXe siècle, le Luxembourg passe de l’État-fiction à l’État-réalité. Cette situation géopolitique de l’ancien Département des Forêts français va de pair avec un mouvement d’envergure qui se traduit par une conscience touristique portée par le sentiment naissant de l’appartenance nationale.

3Dans ce contexte, l’objectif de cet article est de comprendre les débuts du secteur touristique au Luxembourg qui aujourd’hui constitue 3 % du PIB. À l’heure où le Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg et le Luxembourg City Tourist Office organisent une exposition intitulée Greetings from Luxembourg, nous nous interrogeons sur les pratiques touristiques et sur l’éventuelle émergence d’un particularisme luxembourgeois.

Du « Pays des loups »  au quartier général du tourisme

4Jusqu’au XVIIIe siècle, les voyageurs essayent d’éviter le Luxembourg, « Pays des loups », réputé pour ses mauvais chemins et ses forêts impénétrables. Le massif des Ardennes, barrière souvent interprétée par les historiens comme l’une des causes d’un certain « particularisme luxembourgeois », en rend l’accès difficile. Avec l’essor du mouvement romantique au XIXe siècle, le regard que les voyageurs portent sur le Grand-Duché change. La nature sauvage qui auparavant était « affreuse » devient « sublime » et « pittoresque » (Thewes, 2008 : 2). À une époque où la capitale du Luxembourg est une forteresse inhospitalière, le tourisme se développe d’abord dans les Ardennes, hérissés de châteaux, et dans le vallon du Mullerthal.

5En 1825 paraît chez Jobard à Bruxelles le premier ouvrage contenant des vues des châteaux et ruines du Grand-Duché : Voyage pittoresque dans le Royaume des Pays-Bas de Jean-Joseph de Cloet et de l’illustrateur Jean-Baptiste Madou. En 1838, l’Établissement géographique de Bruxelles charge Vandermaelen et Meisser de la rédaction d’un gros Dictionnaire géographique du Luxembourg (Noppeney, 1948). En 1844, le chevalier L’Évêque de la Basse-Moûturie qui, à partir de 1824, parcourt à plusieurs reprises les routes du Luxembourg, publie son Itinéraire du Luxembourg Germanique ou Voyage historique et pittoresque dans le Grand-Duché, inspiré de l’album Voyage pittoresque dans le Royaume des Pays-Bas de Cloet. En 1854, le journaliste bruxellois Victor Joly et le graveur hollandais Martinus-Antonius Kuytenbrouwer relatent leur « tournée pittoresque » dans l’ouvrage Les Ardennes, ignorant les frontières politiques qui séparaient depuis 1839 la Belgique et le Luxembourg dit « germanique ». La « sauvage et austère poésie » ainsi que la « religieuse solitude » qui règnent dans les Ardennes impressionnent les deux « touristes » dont l’itinéraire ressemble à une véritable expédition : à défaut d’une infrastructure hôtelière, ils sont souvent obligés de loger à ciel ouvert dans les forêts des Ardennes.

6Parallèlement, des esprits éclairés locaux prennent conscience de l’intérêt de conserver et de valoriser le patrimoine au « Pays des cent trente châteaux ». Aussi des notables se retrouvent-ils dès 1845 au sein de la Société pour la recherche et la conservation des monuments historiques dans le Grand-Duché de Luxembourg.

7Si l’hôtellerie se trouve encore à un stade embryonnaire, l’hospitalité ne manque pas. Victor Joly fait l’éloge de Pierre Scholtus (1801-1860), propriétaire de l’Hôtel de la Poste à Diekirch, « petite ville souriante aux confins de l’Ardenne et du Bon Pays » (Winter, 1934 : 4). Déjà en 1818, à quelques kilomètres de Diekirch, l’aubergiste Dondelinger à Ettelbruck sert un petit-déjeuner comprenant – pour le prix de cinquante centimes – « du pain, du beurre, du miel, du fromage, de la confiture, des radis et des écrevisses, le tout accompagné d’un grand verre de vin » (Noppeney, 1948 : 3). Et l’aubergiste Hemmer à Attert, près d’Arlon, publie l’un des premiers « avis aux voyageurs » dans la Luxemburger Wochenblatt (1822 : 6) en offrant « non seulement des boissons et mets excellents, mais aussi le meilleur des services et une addition bon marché ».

8Les premiers touristes se rendent au Grand-Duché en diligence. Dans les années 1850, les véhicules de Pierre Scholtus relient la station thermale belge de Spa à Diekirch. Les Ardennes avec leurs paysages grandioses et leurs nombreuses ruines deviennent la porte d’entrée vers l’Allemagne, le pays romantique par excellence. Ainsi, le touriste Victor Hugo, armé du sublime ouvrage Les Ardennes de Victor Joly, traverse à plusieurs reprises le Luxembourg dans ses pérégrinations qui le mènent au bord du Rhin allemand. Mais à pied ou en carriole, les premiers touristes devaient se sentir l’âme de pionniers. Adolphe Borgnet alias Jérôme Pimpurniaux, recteur de l’Université de Liège, avertit dans son Guide du voyageur en Ardenne (1857) qu’« avec les moyens de transport actuels, c’est à trembler de partir pour ce pittoresque pays ou d’en revenir » (Thewes, 2008 : 7). La suppression des droits routiers de barrières en 1852 ainsi que l’inauguration de la première ligne de chemin de fer en 1859 facilitent l’arrivée des touristes qui désormais sont de plus en plus nombreux à visiter les sites remarquables du Luxembourg.

9« Depuis la construction des réseaux de chemins de fer, les relations du pays de Luxembourg avec ses voisins ont considérablement augmenté » (Glaesener, 1880 : 8) peut-on lire dans le guide du Dr Glaesener, premier vice-président de la Société d’embellissement de la ville de Diekirch, intitulé Diekirch et ses environs. Esquisse topographique à l’usage des touristes dans le Grand-Duché de Luxembourg. Situé sur la ligne Londres-Bâle, le Luxembourg est desservi quotidiennement par deux trains rapides en provenance de Bruxelles. Dans son guide Walks in the Ardennes, Cycling, Driving, Boating, by Rail, and on Foot with Some Fishing and Shooting Notes, l’Anglais Percy Lindley (1890 : 6) stipule que les Ardennes « are on the direct road to Switzerland, and may be taken as part of a Swiss tour ». Parallèlement à la mobilité, la découverte de la source thermale à Mondorf-les-Bains en 1846 donne un coup de fouet à l’essor du spa tourism. L’édition du premier guide touristique proprement luxembourgeois, le Guide du voyageur dans le Grand-Duché de Luxembourg, par Mathias Erasmy en 1861, répond à ce « décollage touristique » (Thewes, 2008 : 10) après l’installation de la voie ferrée.

10Parmi les premiers touristes figurent des gentilshommes anglais qui rencontrent la population locale (Jeck, 2008a), « sous les espèces de promeneurs paisibles, et portant comme signe distinctif, en bandoulière, une boîte à herboriser, passée au vert arsenical, où la “tartine de jambon” voisinait obligatoirement avec un mouchoir de rechange et une gourde de rhum allongé d’eau » (Lacaf, 1972 : 12). En août 1821, un riche Anglais qui débarque à l’Hôtel de Cologne à Luxembourg « jette son argent par les fenêtres » au sens propre du terme, ce qui fait que la canaille bloque l’hôtel et y met le siège. « By staying at an hotel at Luxembourg one may sometimes be invited to the day’s wild-boar shooting, for there are large forests in the neighbourhood, and the gentlemen who shoot are very civil to Englishmen » (Lindley, 1890 : 6). Les lords britanniques pratiquent assidûment la pêche de poissons blancs dans la rivière de la Sûre, à la hauteur de la ville de Diekirch. « Diekirch est un quartier général charmant pour le touriste qui voudra visiter cette partie de l’Ardenne que nous déclarons la plus pittoresque », affirme Victor Joly (1854 : 13) dans son récit de voyage.

Alexis Heck, le père du tourisme luxembourgeois

11C’est là qu’Alexis Heck (1830-1908), considéré comme le père du tourisme luxembourgeois, va officier à l’Hôtel des Ardennes. Vers 1855, le jeune Heck reprend l’auberge paternelle pour la transfigurer en un établissement de premier ordre. La première adresse hôtelière des Ardennes et le premier wellness & spa resort du Grand-Duché sont nés. En 1905, le Guide Joanne indique que l’Hôtel des Ardennes dispose de 180 lits, de bains chauds et de rivière, d’un lawn-tennis, d’un jeu de quilles en plein air, d’une chambre noire aménagée pour les photographes amateurs, de salles de billards et de danse, de salons de café et de conversation, de deux bibliothèques avec des livres français, allemands et anglais, d’une pêche réservée sur 60 km, d’une chasse gardée pour les pensionnaires, de voitures d’excursion, etc. Les initiatives d’Alexis Heck se caractérisent par leur modernité. L’« hôtelier idéal » (Jeck, 2008b) est le premier « à ripoliner ses chambres de blanc en même temps qu’il relègue au grenier les ciels de lits, les rideaux des fenêtres et les cuvettes minuscules » (Noppeney, 1948 : 21). Heck prend en charge sa clientèle internationale dès leur arrivée à la gare et pendant tout leur séjour. L’hôtelier diekirchois organise des excursions guidées avec des pique-niques dans la vallée du Mullerthal à l’image de l’aubergiste Knaff qui, en 1871, fait servir un luncheon à Victor Hugo au donjon en ruine de Larochette.

Figure 1. Alexis Heck (1830-1908)

Figure 1. Alexis Heck (1830-1908)

Alexis Heck, père du tourisme luxembourgeois
Source : Archives Luxemburger Wort

12Le journal Luxemburger Wort (1982 : 8) dira de Heck : « Cet homme jovial était l’âme de la maison. Il fallait voir partir dans toutes les directions de la rose des vents, ses breaks où régnait la bonne humeur, où les dames exhibaient des chapeaux aux végétations étonnantes et des toilettes à manches bouffantes. Il fallait assister à un de ces pique-niques égayés par le piston et le trombone, pour comprendre la popularité d’Alexis Heck ». Le grand seigneur de l’hospitalité fait découvrir à ses hôtes les manoirs féodaux de Bourscheid, Brandebourg et Vianden. Il est l’un des premiers à comprendre le rôle souverain de la publicité en apposant des affiches touristiques illustrées (dont il ne reste aucune trace) au Charing Cross à Londres et au port d’Anvers (Jeck, 2008b). Dans ses efforts promotionnels, Heck met en avant le bon rapport qualité-prix : « Wer die etwas primitiven Einrichtungen der meisten Hotels in den belgischen Ardennen und der Eifel kennt, wird angenehm überrascht sein, daß ihm hier, bei gleichen mäßigen Preisen, der Comfort und die Zerstreuungen der größten Touristenhotels geboten werden, ohne daß der Gemütlichkeit in irgend einer Weise Abbruch getan würde » (David et Weydert, 2000 : 18).

Figure 2. Hôtel des Ardennes

Figure 2. Hôtel des Ardennes

L’Hôtel des Ardennes à Diekirch
Source : Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg

Figure 3. Dépliant publicitaire de l’Hôtel des Ardennes

Figure 3. Dépliant publicitaire de l’Hôtel des Ardennes

Dépliant publicitaire de l’Hôtel des Ardennes à Diekirch
Source : Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg).

13L’Hôtel des Ardennes« mérite à juste titre l’astérisque que lui attribue Baedeker dans ses guides, où Diekirch est mentionné – affirme Glaesener (1880 : 19) :

Cet hôtel ne serait, sous aucun rapport, déplacé dans une ville ayant quatre ou cinq fois plus d’importance. Il y a une chambre de bains à l’hôtel et dans la bonne saison d’élégantes cabines, établies sur la Sûre, permettent de prendre des bains de rivière, si agréables et si toniques. Le propriétaire de l’hôtel des Ardennes, M. Alexis Heck, a su par ses qualités personnelles se faire l’ami de tous ses hôtes : pêcheur à la ligne, […] il peut donner sous ce rapport les renseignements les plus variés et les plus sûrs aux amateurs de ce sport qui voudront le consulter. L’hôtel prend des voyageurs en pension pour le prix minimum de 5 frs. par personne et par jour, variant à partir de ce prix selon les chambres et selon la durée du séjour. Le séjour doit être au moins de huit jours pour jouir des prix réduits.

14En 1890, Alexis Heck fait éditer un petit guide illustré de 60 pages à l’usage des visiteurs anglais : The Grand Duchy of Luxembourg. A short handbook for travellers. En 1893, paraît une traduction française intitulée Petit guide illustré à l'usage des visiteurs du Grand Hôtel des Ardennes. En 1885, un pasteur néerlandais, Perk de Delft (1885 : 20), publie dans la version française des Schretsen uit Luxemburg un éloge de l’hôtel et de son patron :

[…] quand nous arrivâmes à Diekirch, où nous pûmes nous rendre compte de la situation de la ville, un soupir d’allégement suivi d’un cri de joie s’échappa de nos poitrines quand nous mîmes le pied sur la terrasse derrière l’hôtel. L’hôtel se trouve dans une des rues principales nommée boulevard par les habitants. Les chambres de devant comme celles de derrière ont presque toutes une vue admirable ; seulement quelques-unes du premier étage, du côté de la rue, ont la vue masquée par une petite villa en style gothique. M. Heck a loué le premier étage de ce bâtiment. Les chambres sont spacieuses et très-recherchées à cause de la vue qui est la même que celle de la terrasse. Le jardin entre cette villa et l’hôtel offre beaucoup de charme, et plus d’un voyageur a cherché une heure de doux repos sous son ombrage  […].

Les soirées que l’on passe à l’hôtel sont des plus agréables. M. Heck est un bon flûtiste ; son frère, le commissaire de district, un violoniste expérimenté ; ils exécutent ensemble des duos et, si un pianiste se trouve disponible, des trios. Celui qui joue bien du piano se fait rarement prier. On a donc souvent des concerts très-agréables et pleins de variété, qui finissent la plupart du temps par la danse. Depuis quelques années, un maître de musique est attaché à l’hôtel ; il se met tous les soirs au piano pour fournir aux amateurs ou plutôt aux ferventes de la danse, l’occasion de sacrifier Terpischore. S’il fait beau temps, la terrasse offre un beau coup d’œil, après le dîner, surtout par un beau clair de lune. […]  Quelquefois M. Heck organise un bal et fait éclairer le jardin al giorno ; les musiciens de passage y trouvent également l’occasion de produire leur talent  […].

La grande salle offre un beau coup d’œil, remplie comme elle est par une foule de dames aux toilettes variées, mais surtout charmantes, toutes animées par le plaisir de la danse, rivalisant de beauté entre elles. Ces fêtes sont très-fréquentées par les amateurs des environs de Diekirch et il est difficile alors de se figurer, qu’on n’est que dans une toute petite ville de province. En dehors de l’hôtel, on ne manque pas de moyens pour passer agréablement ses soirées pourvu toutefois qu’on n’ait pas trop de grandes prétentions. Quand on ne fait pas de promenade ou d’excursion, il y a moyen de passer agréablement les heures de la matinée, grâce à M. Heck […].

15Il y a peu d’années, l’hôtel n’était visité que par quelques Belges et quelques Anglais pendant les mois d’août et de septembre ; c’était le meilleur temps et il arrivait parfois que les voyageurs qui ne pouvaient trouver une place ni dans l’hôtel ni dans la villa d’à côté, se voyaient forcés de se loger en ville. Actuellement, le mois de juillet amène déjà beaucoup de voyageurs, surtout des Hollandais. Leur nombre s’accroît d’année en année, même le mauvais temps qui fait paraître d’autres endroits si mornes et si tristes, n’empêche pas les visiteurs de rechercher Diekirch.

16Ce descriptif très détaillé du touriste averti qu’est Perk de Delft recoupe ce que dit un autre contemporain d’Alexis Heck: « C’est de l’Hôtel des Ardennes que partit la première organisation de grande envergure du tourisme luxembourgeois. Anglais et Hollandais accoururent à son appel et c’était un plaisir réconfortant que de constater avec quelle habileté et quel dévouement cet hôtelier se conciliait des sympathies de plus en plus nombreuses, prévoyait tout » (Lacaf, 1972 : 30). À sa mort en 1908, la presse luxembourgeoise présente Alexis Heck comme le fondateur du tourisme luxembourgeois qui par son action « a attiré l’attention de l’étranger sur les beautés de la romantique Suisse luxembourgeoise et de tout le pays » (Thewes, 2008 : 21).

La « granducalisation » du tourisme

17Le travail du pionnier Heck va porter ses fruits. D’autres initiatives privées vont suivre l’exemple diekirchois parce que « le développement du tourisme au Luxembourg est avant tout le résultat d’une action volontariste » (Thewes, 2008 : 51). Si les initiatives émanent d’abord d’individus comme Alexis Heck à Diekirch ou Antoine Amberg du Café Métropole à Luxembourg – ce « Thomas Cook en miniature » (Etringer, 1986 : 23) organise en 1897 les premières visites guidées de la capitale –, il ne faut pas oublier les associations qui jouent un rôle important. En 1877, les habitants d’Echternach créent une société d’embellissement, suivi en 1883 par ceux de Diekirch. Le Touring Club Luxembourgeois (TCL) fondé en 1896 s’inscrit dans les efforts de « granducalisation » du tourisme.

18Faisant preuve d’initiative et d’un sens très net des réalités et des nécessités qui s’imposent à un petit pays toujours plus qu’un autre tributaire de l’étranger, le TCL cherche dès son origine à nouer des relations utiles avec les pays environnants. Il participe en 1897 au congrès international d’Amsterdam et de Bruxelles. Du 2 au 8 août 1898, il organise un congrès international au Luxembourg auquel participent 17 pays (qui comptent près de 500 000 membres). Au cours de ce congrès qui a lieu dans les locaux de l’ancien Casino bourgeois à Luxembourg-Ville est constituée la Ligue Internationale des Associations Touristiques (LIAT), aïeul de l’Alliance Internationale du Tourisme (AIT). La façade illuminée du Casino ainsi que les drapeaux des États-fondateurs de la LIAT deviennent ainsi le symbole d’une certaine « globalisation » du tourisme. À partir de 1898, le Luxembourg vit désormais à l’heure touristique. La presse spécialisée européenne et américaine se fait le porte-voix des travaux du congrès et des excursions à travers le pays qui mènent les congressistes à Diekirch, berceau du tourisme luxembourgeois.

  • 1  C’est peut-être le Dr Glaesener qui introduisit la comparaison en affirmant en 1885 dans son Grand (...)

19Si le congrès international de 1898 donne le coup de fouet à l’industrie touristique, les autorités publiques soutiennent les efforts promotionnels bien avant cette date charnière.  Le ministre d’État Paul Eyschen, originaire de Diekirch, est l’un des premiers hommes politiques à s’intéresser activement au tourisme : il fait voter des crédits en 1877 pour aménager la région du Mullerthal qui deviendra par la suite la Petite Suisse luxembourgeoise1 et racheter les installations thermales de Mondorf par l’État (1885). Après la Première Guerre mondiale, l’État semble à nouveau vouloir abandonner l’action touristique à l’initiative privée. Cependant la crise économique des années 1930 entraîne une prise de conscience de l’importance économique du tourisme et de la responsabilité de l’État. Le tourisme est qualifié d’« industrie nationale » (Thewes, 2008 : 26).

20L’État s’investit dès lors fortement dans la promotion touristique et s’attache aussi à mieux structurer l’organisation touristique. En 1931 est fondée l’Union des villes et centres touristiques du Grand-Duché de Luxembourg, qui deviendra l’Office National du Tourisme afin de mener une action concertée. Soulignons que déjà en 1908, les membres de la société Luxembourg Attractions, l’ancêtre du Syndicat d’initiative et de tourisme de la capitale, lancent l’appel de créer une Fédération des Syndicats d’initiative et d’embellissement et des hôteliers du Grand-Duché de Luxembourg avec le projet « die sämtlichen Anstrengungen zur Hebung des Fremdenverkehrs im ganzen Grossherzogtum in einer Hand zu zentralisieren » (Archives du Syndicat d’Initiative et de Tourisme de la Ville de Diekirch).

Figure 4. Congrès international de Tourisme

Figure 4. Congrès international de Tourisme

En 1898, le Congrès international de Tourisme donne un coup de fouet à l’industrie touristique
Source : Archives privées

  • 2  Archives nationales, Luxembourg. Cote AE 3655 : Office Belgo-Luxembourgeois de Tourisme (OBLUT) 19 (...)

21Par ailleurs, les années 1930 voient la création d’une première « antenne touristique » à l’étranger : l’Office Belgo-Luxembourgeois de Tourisme (OBLUT). Placé sous le Haut Patronage de S.M. le Roi des Belges et de S.A.R. la Grande-Duchesse de Luxembourg, cet « organisme national officiel » localisé à Bruxelles fournit des renseignements touristiques gratuits et des notices illustrées sur la Belgique et le Grand-Duché de Luxembourg. En 1931, 200 000 brochures Belgique-Luxembourg sont diffusées dans le monde tandis qu’en 1933, 27 653 affiches touristiques sont apposées dans les différents marchés-cibles. Placés sous le contrôle de l’OBLUT et sous le patronage du ministre d’État luxembourgeois Joseph Bech, Les Voyages Scolaires Belgo-Luxembourgeois sont organisés jusqu’en novembre 1940, date à laquelle l’occupant allemand met un terme aux activités de l’OBLUT. À l’occasion des festivités du centenaire de l’indépendance luxembourgeoise en 1939, l’Office Belgo-Luxembourgeois de Tourisme devient une vitrine où coïncident le discours touristique et la promotion nationale par le biais d’une exposition d’affiches touristiques luxembourgeoises qui sont réalisées par des illustrateurs luxembourgeois et étranger de renom2.

Figure 5. Diekirch, berceau du tourisme luxembourgeois

Figure 5. Diekirch, berceau du tourisme luxembourgeois

Diekirch, berceau du tourisme luxembourgeois. Affiche touristique réalisée par André Galland dans les années 1930
Source : Bibliothèque nationale du Luxembourg

22Cette coïncidence entre promotion touristique et promotion nationale, entre images de curiosités « à voir absolument » et auto-perception idéalisée, devient davantage manifeste lors des participations du Luxembourg aux expositions universelles. À ces occasions, la stratégie de communication et l’image que le Luxembourg présente de lui-même doivent à la fois encourager la venue des touristes et légitimer l’indépendance nationale. Les tableaux en grand format peints par les principaux artistes luxembourgeois de l’époque dont le genius loci Joseph Kutter pour le pavillon du Luxembourg à l’exposition universelle de Paris en 1937, sont un bel exemple de cette double visée : affirmation de l’identité nationale et invitation à la visite du pays. Promotion nationale, touristique et économique s’entremêlent ici dans un vaste effort de synthèse. « Cette symbiose qui persiste jusqu’à aujourd’hui est bien une spécificité luxembourgeoise. Elle trouve sans doute son explication dans la petite taille du pays » (Linden et Thewes, 2007 : 29).

Tourisme collectif et tourisme récréatif

  • 3  Bibliothèque nationale, Luxembourg. Cote LB 11100 : Anciennes affiches touristiques et artistiques

23Aux côtés des instances nationales, les Chemins de fer d’Alsace et de Lorraine participent aux efforts promotionnels grâce à leur slogan « Touristes, pour visiter l’Alsace, la Lorraine et le Luxembourg utilisez les services automobiles organisées en été » (Guides Diamant, 1931). Les autocars du réseau Guillaume-Luxembourg des Chemins de Fer d’Alsace et de Lorraine proposent entre le 25 juin et le 15 septembre deux circuits menant le touriste soit dans les Ardennes et le Mullerthal avec « les vieux manoirs légendaires du Grand-Duché : Clervaux, Vianden, Larochette, Beaufort », soit à la Moselle luxembourgeoise. Déjà en 1903, les Chemins de Fer de l’Est éditent la plus ancienne affiche touristique conservée au Luxembourg qui véhicule le slogan : « À 6 heures 30 de Paris »3.

Figure 6. Les premières affiches touristiques du Grand-Duché

Figure 6. Les premières affiches touristiques du Grand-Duché

Les premières affiches touristiques du Grand-Duché sont réalisées par les compagnies de chemin de fer. La plus ancienne conservée date de 1903
Source : Bibliothèque nationale du Luxembourg

24Le tourisme collectif s’organise après la Première Guerre mondiale grâce à l’entrepreneur Mathias Lux qui, durant la bonne saison, propose des excursions à travers le Grand-Duché. Mathias Lux organise des tours en « cars alpins » à travers la Vallée des Sept Châteaux jusqu’aux sites et attractions des Ardennes luxembourgeoises. En 1925, l’autocariste, qui « par l’impeccable organisation de son service d’auto-cars, a déjà rendu de si signalés services au tourisme luxembourgeois » (Luxemburger Illustrierte, 1925 : 3), invite les membres du comité du Syndicat d’Initiative, de Tourisme et d’Embellissement de la Ville de Luxembourg (SITE), du TCL, du Conseil communal de Luxembourg et de la presse luxembourgeoise à une excursion en « auto-camions ». La journée est résumée ainsi : « Nous allons vers Diekirch, le vrai centre d’excursions de toutes les merveilles des Ardennes. Là, les portes hospitalières de l’Hôtel du Midi reçoivent une cohorte fatiguée, affamée et assoiffée (qui a bu, boira !), mais combien enthousiasmée par tout ce qu’elle avait vu en cette journée merveilleuse »(ibid., 1925 : 3). Pour ses « excursions journalières en cars alpins », le Syndicat d’Initiative de la Ville fait appel à la maison Lux. À la Belle Époque, les premières illuminations électriques font l’objet d’excursions nocturnes en autocar.

  • 4  Information communiquée par M. Ernest Breuskin.

25Si le tourisme individuel en automobile se développe entre les deux guerres – le premier Guide Michelin Belgique-Luxembourg paraît en 1934 –, le tourisme récréatif se développe dès le milieu du XIXe siècle à Mondorf-les-Bains, « station thermale légitimant les plus audacieux espoirs » (Noppeney, 1948 : 34). La première source minérale y est libérée en 1846. Un an plus tard, l’établissement thermal dirigé par le Dr Schmitt ouvre ses portes (Thewes, 2008 : 77). Entre le 15 mai et le 7 août 1856, année où Édouard Bénazet fait de Baden-Baden la capitale d’été de l’Europe et tente d’établir un casino à Mondorf, la station thermale enregistre 2 950 bains (Courrier du Grand-Duché de Luxembourg, 1856 : 2). Si l’affluence des baigneurs en provenance de Luxembourg, d’Allemagne, de Belgique et de France est considérable dans les premières décennies, la Société des Bains ne dispose pas de ressources financières suffisantes pour assurer le développement de la station. En 1885, le nombre des baigneurs tombe en dessous de 200. L’État rachète alors l’établissement. Mondorf connaîtra un nouvel essor et vivra ses heures de gloire pendant les années qui précèdent la Première Guerre mondiale. En 1911, 1 593 touristes sont recensés. Les huit hôtels qui se disputent la clientèle balnéaire affichent complet et accueillent des curistes venus principalement du Luxembourg, de Belgique, de France, d’Alsace et de Lorraine, d’Allemagne, et secondairement des Pays-Bas et de Grande-Bretagne. Le séjour dure en moyenne trois à quatre semaines. Les excursions sont le complément obligé d’une cure (Thewes, 2008). Le compositeur Maurice Ravel séjourne à plusieurs reprises à Mondorf et, entre les bains, il joue aux cartes avec les membres de l’Orchestre de Radio Luxembourg à la Villa Louvigny à Luxembourg-Ville4.

26Si, après le démantèlement de la forteresse à partir de 1867, les fortifications souterraines des casemates ont perdu leur attrait stratégique, elles sont transfigurées en un havre touristique grâce à Jean-Pierre Koltz (1909-1989), premier directeur du Syndicat d’initiative de la capitale, qui les gère de 1933 à 1977, date à laquelle la gestion est confiée à l’actuel Luxembourg City Tourist Office. Un extraordinaire réseau de 23 km de galeries souterraines taillées dans les rochers de la ville aux XVIIe et XVIIIe siècles constitue la première attraction du pays. L’année de leur ouverture en 1933, les fameuses Casemates du bastion Beck accueillent 3 500 visiteurs. Depuis 1994, elles font partie du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Figure 7. Les Casemates du Luxembourg

Figure 7. Les Casemates du Luxembourg

Les Casemates du Luxembourg constituent la première attraction de la Ville de Luxembourg
Source : Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg

Conclusion

27Nombreux sont les visiteurs qui depuis le XIXe siècle ont foulé le sol luxembourgeois, de la pointe des Ardennes jusqu’à la source de Mondorf, à la recherche des attractions d’un pays qui a toujours constitué une étape privilégiée grâce à sa situation géopolitique. De ce point de vue, la promotion touristique a longtemps véhiculé, à juste titre, l’adage « Luxembourg, le cœur vert de l’Europe ». Aidé par les nouvelles technologies de la mobilité, ce développement s’est accompagné d’un appui des autorités publiques, qui ont très tôt suivi l’initiative privée, pour transfigurer les préoccupations touristiques en une « industrie nationale ». La promotion du Luxembourg, qui inclut aujourd’hui le tourisme collectif et récréatif, peut dès lors difficilement être envisagée séparément de l’affirmation de l’indépendance du pays.

Top of page

Bibliography

David Aloyse et Weydert Marc, 2000, Alexis Heck. Begründer des Luxemburger Tourismus, Luxembourg : Service central des imprimés de l’État.

Etringer Norbert, 1986, « Das Gaststättengewerbe in Luxemburg vor 90 Jahren », Luxemburger Wort, n° 21, pp. 27-28.

Glaesener Jean-Pierre, 1880, Diekirch et ses environs. Esquisse topographique à l’usage des touristes dans le Grand-Duché de Luxembourg, Diekirch : Schroell.

Guides Diamant, 1931, Champagne, Vosges, Lorraine, Alsace et Grand-Duché de Luxembourg, Paris : Hachette.

Jeck Marc, 2008a, « Englische Besucher machten den Anfang. Die Anfänge des Fremdenverkehrs in Luxemburg », DAMALS – Magazin für Geschichte und Kultur, n° 5, Stuttgart : Deutsche Verlags-Anstalt, pp. 68-71.

Jeck Marc, 2008b, « Alexis Heck : der ideale Hotelier », Die Warte, n° 2209, Luxembourg : Saint-Paul.

Joly Victor, 1854, Les Ardennes, Bruxelles : A. Daillet.

Lacaf Roland, 1972, Le tourisme au Grand-Duché, Luxembourg : Université internationale des sciences comparées.

Lindley Percy, 1890, Walks in the Ardennes, Cycling, Driving, Boating, by Rail, and on Foot with Some Fishing and Shooting Notes, Londres : Smith & Son.

Linden André et Thewes Guy, 2007, « Tourisme et identité nationale », Forum für Politik, Gesellschaft und Kultur in Luxemburg, n° 271, Esch-sur-Alzette.

Noppeney Marcel, 1948, Tourisme deux fois millénaire, Luxembourg : Saint-Paul.

Perk Marie Adrien, 1885, Le Luxembourg pittoresque, Luxembourg : Schamburger, pp. 17-22.

Thewes Guy, 2008, Greetings from Luxembourg : un voyage à travers le monde du tourisme, Exposition 26.04 – 12.10.2008, Luxembourg : Musée d’Histoire de la Ville.

Trausch Gilbert, 1989, De l’État à la Nation, Luxembourg : BGL.

Winter Jemp, 1934, « Diekirch, paisible séjour », A-Z : Luxemburger illustrierte Wochenschrift, n° 31, Luxembourg : Hubert Clement.

Top of page

Notes

1  C’est peut-être le Dr Glaesener qui introduisit la comparaison en affirmant en 1885 dans son Grand-Duché de Luxembourg historique et pittoresque que la Suisse « présente une grande analogie avec le Mullerthal » « par la composition et la physionomie de ses rochers ». En 1898, le photographe Jacques Marie Bellwald édite un album-guide sur Echternach et ses environs. Il lui donne le titre de Petite Suisse luxembourgeoise, consacrant ainsi le nom.

2  Archives nationales, Luxembourg. Cote AE 3655 : Office Belgo-Luxembourgeois de Tourisme (OBLUT) 1931-1940.

3  Bibliothèque nationale, Luxembourg. Cote LB 11100 : Anciennes affiches touristiques et artistiques.

4  Information communiquée par M. Ernest Breuskin.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Alexis Heck (1830-1908)
Caption Alexis Heck, père du tourisme luxembourgeoisSource : Archives Luxemburger Wort
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/815/img-1.jpg
File image/jpeg, 700k
Title Figure 2. Hôtel des Ardennes
Caption L’Hôtel des Ardennes à DiekirchSource : Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/815/img-2.jpg
File image/jpeg, 364k
Title Figure 3. Dépliant publicitaire de l’Hôtel des Ardennes
Caption Dépliant publicitaire de l’Hôtel des Ardennes à DiekirchSource : Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg).
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/815/img-3.jpg
File image/jpeg, 196k
Title Figure 4. Congrès international de Tourisme
Caption En 1898, le Congrès international de Tourisme donne un coup de fouet à l’industrie touristiqueSource : Archives privées
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/815/img-4.jpg
File image/jpeg, 44k
Title Figure 5. Diekirch, berceau du tourisme luxembourgeois
Caption Diekirch, berceau du tourisme luxembourgeois. Affiche touristique réalisée par André Galland dans les années 1930Source : Bibliothèque nationale du Luxembourg
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/815/img-5.jpg
File image/jpeg, 648k
Title Figure 6. Les premières affiches touristiques du Grand-Duché
Caption Les premières affiches touristiques du Grand-Duché sont réalisées par les compagnies de chemin de fer. La plus ancienne conservée date de 1903Source : Bibliothèque nationale du Luxembourg
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/815/img-6.jpg
File image/jpeg, 424k
Title Figure 7. Les Casemates du Luxembourg
Caption Les Casemates du Luxembourg constituent la première attraction de la Ville de LuxembourgSource : Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/815/img-7.jpg
File image/jpeg, 121k
Top of page

References

Electronic reference

Marc Jeck, « Les débuts du tourisme au Grand-Duché de Luxembourg. Au temps où le Luxembourg était à 6 heures 30 de Paris », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Briefings, 2008, Online since 10 July 2008, connection on 20 November 2017. URL : http://articulo.revues.org/815

Top of page

About the author

Marc Jeck

Marc Jeck studied history at the University of Strasbourg and at the University of Nancy. He is the author of several articles on the history of Luxembourg, most notably in the 19th and 20th centuries. He is currently Head of marketing with the Luxembourg City Tourist Office and a scientific collaborator with the Initiative and Tourism Union of the City of Diekirch. Email: Marc.JECK@lcto.lu

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org