Skip to navigation – Site map
Dossier

Entre renaissance culturelle et persistance de la question méridionale. Le cas de l’essor touristique du Salento contemporain (Italie)

Between cultural renaissance and the lingering Southern issue. The case of tourist development in contemporary Salento (Italy)
Elina Caroli

Abstracts

This paper studies the link between local identity reconstructions and the spread of cultural and ethnic tourism in Salento (Apulia), where, during the last ten years, cultural politics and territorial marketing have rekindled tourism. This process stemmed from the revalorization of the local Greek-based language (griko) and from the heritage policies concerning tarantism and the pizzica, the music formerly used during the rituals. The success of this so-called “renaissance” is nonetheless ambiguous and its ransom could very well be the showcasing of a society offered to tourists in an aesthetic and exotic fashion. The images offered to and internalized by tourists, actually end up reinforcing the prejudices of a timeless, a-historical land, appealing because of its primitive nature. However, social problems do remain and call for serious consideration, while tourist flows and the number of secondary residences has been on the rise.

Top of page

Full text

Au sud du Sud : le Salento

1En ces derniers jours de juin, les couloirs du métro parisien sont couverts presque exclusivement d’images d’ailleurs séduisants : l’été approche et les voyageurs potentiels sont pris pour cible, n’importe où ils se trouvent. Ainsi, on tombe sur une image amène qui, en nombreux exemplaires, nous annonce : « Au Sud, les Pouilles. L’Italie secrète ». Il s’agit du dernier numéro de la revue Ulysse consacré à l’Italie du Sud et notamment au « talon de la botte », la région des Pouilles, « dernier arrêt avant l’Orient », comme l’annonce l’éditorial : « ‘finis terrae’ italien, sorte d’ultime frontière encore peu traversée par les touristes » (Rampal, 2008 : 5). Et pourtant l’attention même que cette revue porte à une région prétendument undiscovered est à elle seule la preuve du succès des politiques de promotion touristique qui y sont menées dernièrement et de la visibilité nouvelle des Pouilles à un niveau désormais international.

  • 1  Ces données sont incluses dans le Programme Opérationnel approuvé en 2004 par la Région des Pouill (...)

2Or, des six articles qui forment le dossier, quatre se penchent plus directement sur le Salento. Et pour cause. Le Salento, l’extrémité méridionale des Pouilles, le véritable finis terrae de la région qui comprend également le point le plus oriental de la péninsule italienne, connaît un succès extraordinaire et grandissant et un moment de grande effervescence culturelle. Avant de décortiquer le processus, les objectifs des élites responsables du succès et les enjeux de ce dernier à plusieurs échelles, il sera utile de rappeler que les Pouilles – comme d’ailleurs toute l’Italie du Sud, y compris les deux îles majeures – font toujours partie des régions de l’Objectif 1 des Fonds structurels, c’est-à-dire des régions les plus défavorisées de l’Union européenne. Qui plus est, Lecce et sa province – qui représente la plus grande partie du Salento – ont un retard structurel important par rapport au reste de la région ; leur PIB par habitant est le plus bas de la région et représente 54,5% du PIB national alors que celui de Bari, qui est le plus élevé, se fixe à 71,3%1. Il n’est d’ailleurs point nécessaire d’évoquer des statistiques pour comprendre la situation dans laquelle se trouvent les petites villes et les villages du Salento. En sillonnant les centres-villes – et cette remarque est valable pour Lecce aussi, la « Florence du Sud » – on tombe souvent sur des maisons abandonnées ou des ruelles désertes où ne poussent que de mauvaises herbes.

  • 2  L’albergo diffuso est un modèle d’hospitalité nouveau qui a vu le jour en Italie il y a une vingta (...)

3Ces visions sont encore assez fréquentes et le Salento vit en réalité un moment de passage où coexistent à la fois et souvent dans les mêmes endroits les signes de la pauvreté et de l’abandon et les chambres d’hôte ou, plus récemment, les premiers exemples d’hôtels disséminés2 de la région.

La Renaissance des Pouilles et le cas d’école de la Grecìa salentine

4Le Salento est une région pauvre du point de vue de l’économie classique. Mais aujourd’hui les manques qui poussaient autrefois les paysans à émigrer deviennent, dans l’esprit de ses élites, des atouts sur la voie d’un développement qu’elles voudraient alternatif et durable. Alors que les dernières grandes usines de la région se trouvent à Tarente et Brindes, les élites locales ont aujourd’hui conscience du fait qu’il est inutile de suivre le chemin d’une industrialisation tardive et que le territoire se prête très bien au tourisme conçu comme « l’un des secteurs fondamentaux de l’économie post-industrielle ». Finalement, le tourisme peut « faire récupérer à la région le retard sur le développement, avec des coûts inférieurs par rapport à l’industrialisation classique » (Perrotta, 2004 : 151).

  • 3  Au niveau provincial, la considération de ces limites a mené les hommes politiques à se confier à (...)

5Certes, les Pouilles, avec leurs huit cents kilomètres de côtes et leur territoire riche en histoire et traditions, ont toujours attiré les touristes. Et il en va de même pour le Salento. Ce qui a changé dernièrement, c’est la conscience3 des limites d’un tourisme trop lié au thème unique de la « mer », du spontanéisme de l’offre et du besoin de désaisonnaliser les flux touristiques. Depuis, le but principal de la désaisonnalisation est atteint dans le Salento par le biais de la promotion de l’arrière-pays et de la valorisation d’un patrimoine différent, à même d’attirer les touristes hors de la saison classique. Au bout du compte, il s’agit de deux facettes de la même opération dont le cas d’école est représenté par l’histoire récente de la Grecìa salentine, citée par nombre d’hommes politiques de la région comme exemple du succès d’une démarche à la fois de marketing territorial et identitaire.

6La Grecìa salentine est aujourd’hui une union de onze communes de la province de Lecce, l’équivalent d’une communauté de communes française. Ces communes se situent toutes entre les villes de Lecce, Otrante et Gallipoli qui sont trois des pôles classiques du tourisme salentin. La Grecìa se trouve, comme les pancartes de promotion touristique l’affirment, « au cœur du Salento » et pourtant aucun de ces villages n’est trop éloigné de la mer. Ceci a certainement aidé la Grecìa à prendre son essor, mais depuis l’élément culturel l’a emporté.

7L’union a vu le jour en 2001. En avril 1996 et au printemps 1998 il y avait déjà eu la création d’une association et ensuite d’un consortium : il s’agissait des premiers pas d’un volontarisme politique, partagé par les maires des neuf premières communes de la Grecìa, qui misait, comme l’affirmait à l’époque le président de l’union, sur « la seule matière première dont dispose la région, pour un développement social, culturel, civil mais aussi économique » (Manera, 2001 : 108). En fait, la Grecìa, en tant que réalité institutionnelle nouvelle, a été créée à partir de l’élément distinctif de son alloglossie, à savoir l’hellénophonie de ses habitants, mise en avant dans le but de marquer une différence par rapport au reste de la région.

8Si depuis 1999, les gens de la Grecìa bénéficient du statut de « minorité linguistique historique » de l’État italien (d’après la loi 482/99), les élites locales ont su s’approprier également une tradition plus large, celle du tarentisme, rendue célèbre notamment par la fameuse étude d’Ernesto de Martino (1966), et l’associer presque univoquement à leur territoire. Depuis 1998 a lieu dans la Grecìa et des communes limitrophes le festival itinérant La Notte della Taranta (la Nuit de la Tarentule) qui dure environ deux semaines et s’achève avec un grand concert à Melpignano. Les chiffres officiels parlent de cent cinquante mille spectateurs lors du concert final de l’édition 2008 (selon www.lanottedellataranta.it), ce qui est énorme si l’on considère que Melpignano a un peu plus de deux mille habitants et que la population de la Grecìa n’atteint même pas les cinquante-cinq mille unités selon les données ISTAT au 31 décembre 2005 (voir www.greciasalentina.org).

9Ce festival est d’ailleurs le produit le plus renommé de la Grecìa et sans doute du Salento entier, au centre de débats entre les différents opérateurs culturels et les élites salentines, notamment à cause de l’utilisation que l’on fait de la musique traditionnelle et tout en particulier de la pizzica, la musique classiquement liée au rituel du tarentisme. Mis à part les controverses entre les puristes et les innovateurs, il est cependant vrai que non seulement par ce biais la Grecìa a indissolublement lié sa destinée à celle de la revitalisation de la pizzica mais aussi que le Salento entier a pu profiter du succès de cette manifestation et en général des politiques culturelles, identitaires et de la mémoire qui ont vu le jour dans ce que depuis a été appelé « l’empire de l’Araignée » (Nistri, cité dans Mina et Torsello, 2006 : 44).

  • 4  Pour ce qui concerne cette autre « grande “invention patrimoniale” » et pour la mise en patrimoine (...)

10En réalité, il existe un cercle vertueux par lequel les effets des politiques nées dans la Grecìa se généralisent et touchent tout le territoire salentin alors que la Grecìa elle-même non seulement contribue mais profite aussi de la mode du Salento et en général de ce que l’on appelle la « renaissance des Pouilles » de ces dernières années. Ce processus procède d’ailleurs en utilisant de différents outils et pas seulement la promotion touristique classique. La preuve pourrait être que le terme « renaissance » est désormais utilisé non seulement pour parler de l’essor de la musique traditionnelle mais aussi pour la présence de plus en plus fréquente des Pouilles et du Salento au cinéma ou dans des productions destinées au petit écran, pour témoigner du succès des réalisateurs ou des musiciens locaux (même ceux qui ne jouent pas de musique traditionnelle) et aussi pour l’engouement pour le patrimoine œnologique et gastronomique4 de la région.

11Finalement, qu’il s’agisse de musique, cinéma, tourisme culturel ou oeno-gastronomique, tous les chemins sembleraient mener dans ce coin de l’Italie du Sud. Comme on le verra, l’enthousiasme avec lequel de plus en plus souvent on utilise ce concept passe-partout de « renaissance » finit cependant par cacher une réalité plus complexe et souvent plus sombre que celle que l’on promeut lorsqu’on parle du Salento simplement en termes de péninsule de sons et de danses.

Les deux piliers de la construction identitaire locale : le griko et la pizzica

  • 5  Dans cet article, je ne pourrai pas m’étendre sur les caractéristiques des objets de ce processus (...)

12À la même époque, dans les mêmes lieux, dans les mêmes buts et souvent par les mêmes acteurs sociaux, on a procédé à la valorisation, à la revivification et à la mise en patrimoine d’un côté de l’idiome hellénophone, le griko, et de l’autre de la tradition du tarentisme et notamment de la pizzica. Ainsi, le griko et la pizzica sont devenus les étendards de l’identité locale5. Une identité locale que l’on a en un certain sens construit contre les dangers universels de la prétendue homogénéisation culturelle, censée découler de la globalisation actuelle.

13Comme on le verra, ce processus est local ainsi que ses références les plus directes mais il fait partie et se branche aussi sur un mouvement global qui, s’il se conjugue de diverses façons dans diverses parties du monde, découle des mêmes soucis, partage la même idéologie et a toujours les mêmes objectifs. En réalité, alors que partout on craint la perte des différences culturelles, on assiste dans les mêmes lieux au surgissement des identités locales. Alors que les alertes à propos de la disparition des langues, des traditions, du patrimoine tout court de chaque peuple se suivent, la donnée réelle à envisager est celle de « l’irruption de la société de conservation » (Amselle, 2005 : 13).

14Cette société conçoit identités, langues, cultures par le biais d’une métaphore biologiste qui les voit en tant qu’espèces menacées en danger de disparition. On nous dit que nombre de langues disparaissent de la planète chaque jour : « À la fin du XXIe siècle, la moitié des 5000 ou 6000 langues du monde pourrait ne plus être parlée, et une bonne partie d’entre elles pourrait être oubliée sans que leur mémoire en soit gardée » (Israel, 2001 : 815). Qui plus est, la destinée de ces langues et celle de leurs locuteurs se couplent. Le mythe du dernier l’emporte : nous serions en train d’assister sinon à la mort et à la disparition des dernières bribes des civilisations, au moins à ce qui les précède. Et pourtant, on trouve partout des exemples de revivifications et de mise en patrimoine sans doute tardive de ce qui reste (voir le cas du breton en France ou celui du griko et de la Grecìa pour ce qui nous concerne plus directement).

15Dès lors, le problème c’est que « l’affirmation d’identités pures et intangibles devient la règle » (Amselle, 2008 : 272). On crée des isolats, à partir de quelques éléments sélectionnés de ces mêmes identités et cultures et de la sorte on les essentialise et réifie. Si cette construction pose problème du point de vue épistémologique, il est cependant vrai que des identités ou des cultures ainsi constituées représentent un attrait principal pour le tourisme, tout en particulier lorsqu’elles sont perçues comme étant en danger de disparition. De plus, cette société de conservation patrimonialise l’immatériel. Mais l’immatériel par nature n’a pas de forme univoque et figée alors que sa mise en patrimoine, malgré les efforts et les intentions plus ou moins conscientes de ne pas muséifier, finit par lui en donner une. Le patrimoine est identifié, classé, enregistré ; opérations qui débouchent sur sa fixation et réification.

16Le discours se répète, qu’il s’agisse de langues, de musiques, de danses ou de rituels : ce sont toutes des formes de « patrimoine culturel d’une extrême vulnérabilité qu’il faut préserver avec zèle. D’autant plus lorsque nous nous débattons dans le contexte de la mondialisation entre la tentation d’un modèle culturel unique et la possibilité de renforcer et de développer, grâce à ce processus, l’immense trésor de notre diversité » (Pérez de Cuéllar, 2004 : 20). Le processus est bien évidemment celui de la sauvegarde et de la valorisation de toutes ces formes de patrimoine « afin de contrecarrer certaines tendances du phénomène de globalisation […] stérilisantes» (ibid., 24). Cependant, parmi ceux mêmes qui sont responsables de cette démarche commence à se répandre la conscience qu’« en cherchant à protéger le patrimoine culturel immatériel, il y a un danger réel de le tuer, de le momifier. Pourra-t-on faire évoluer des chefs-d’œuvre de l’humanité ? Sauront-ils résister aux assauts de leur popularité et du tourisme spécialisé sans pour autant s’en tenir à une moule dont l’âme disparaît peu à peu ? » (Le Scouarnec, 2004 : 36-37).

  • 6  Cf. le numéro hors-série du Courrier International de l’été 2007 consacré aux peuples amérindiens (...)
  • 7  C’est ce que me disait à propos de sa musique et de la musique traditionnelle salentine en général (...)

17En réalité, localement, c’est bien au tourisme que l’on songe aussi lorsqu’on œuvre pour une nouvelle construction identitaire. Dans le Salento, on parle en fait d’une « identité bonne pour vivre et pour vendre » (Blasi dans Santoro et Torsello, 2002 : 184). Cette identité mise en avant servirait à vivre car, comme nous l’avons vu, la crainte qui transparaît d’ailleurs dans nombre de discours locaux est toujours celle de l’homogénéisation et donc de la disparition de sa propre culture, de sa propre mémoire, voire de soi-même. De ce point de vue, le Salento ne s’éloigne pas des mouvements qui partout dans le monde poussent les populations locales à une nouvelle fierté et à une renaissance basée sur un rapport différent à la tradition et au passé6. Comme le dit Amselle (2008 : 272), aujourd’hui « à l’énoncé de lois universelles se substitue l’affirmation de spécificités culturelles ». Les Griki et les gens du Salento en général, leurs élites et leurs « montreurs de culture » (Doquet, 2002 : 119) en particulier, participent par conséquent à ce qu’Amselle (2001 : 24-25) appelle « le forum international des identités » ou, avec une expression plus appropriée à notre discours, au « marché mondial des identités ». Ainsi, les mots d’origine grecque d’une langue entourée par des parlers romans ou les battements des tambourins qui font le propre et le charme de la pizzica seraient la voix spécifique de ce territoire, celle qu’il faut faire entendre à l’échelle globale pour survivre7.

18Et pourtant, comme l’affirme Doquet (2002) pour ce qui concerne une démarche semblable dans le Pays Dogon au Mali, les motivations des montreurs de culture sont avant tout d’ordre économique. Blasi, maire de Melpignano, commune de la Grecìa où a lieu le concert final du festival La Notte della Taranta, l’avouait ouvertement, comme d’ailleurs tous les maires de la Grecìa pour lesquels l’union des communes n’est finalement qu’une opération très réussie de marketing territorial dans le but d’impulser le tourisme et de favoriser le développement de la région. Cette identité locale est aussi une identité pour vendre.

19Le griko est d’ailleurs devenu très rentable, notamment grâce à la loi nationale pour la sauvegarde des minorités linguistiques historiques (1999) mais aussi grâce aux programmes d’initiative européenne de coopération transfrontalière tels que l’INTERREG entre l’Italie et la Grèce, dont des mesures concernaient directement la Grecìa. La portée de sa rentabilité se mesure non seulement aux financements mais aussi à l’attrait spécifique que la distinction construite sur l’alloglossie produit sur le marché touristique. Il en va de même pour la pizzica, objet d’un véritable engouement qui se déterritorialise et ne connaît plus de limites temporelles : son succès n’est plus simplement celui des concerts et des fêtes foraines de l’été salentin mais aussi celui de cours, manifestations, concerts, voire pratiques thérapeutiques qui se répandent en Italie et à l’étranger.

20Tout cela bien évidemment contribue à l’essor touristique du Salento. Notre discours sur les identités contemporaines touche ainsi plus directement le domaine du tourisme. Cela servira d’ailleurs à montrer les paradoxes ou les limites d’une pensée qui a été plus directement à la base de ce mouvement de construction identitaire, de revivification des traditions locales et de marketing territorial.

21Il s’agit de « la pensée méridienne » du sociologue de Bari, Franco Cassano dont l’ouvrage éponyme est paru en Italie chez l’éditeur Laterza en 1996. Comme on le voit, c’est à la même époque que, plus au sud dans la même région, l’association des communes de la Grecìa salentine et ensuite le festival La Notte della Taranta virent le jour. Il ne s’agit pas d’une simple coïncidence temporelle. Au contraire. La Grecìa salentine représente la mise en pratique des théories de Cassano et par là leur donne une plus-value. On a ainsi parlé du passage « de la ‘pensée’ à l’‘action méridienne’ » (Pizza, 2002 : 46) grâce à l’œuvre des élites politiques et culturelles du Salento. Parmi elles, il y a d’ailleurs ceux qui conçoivent le livre de Cassano comme un véritable « manuel pour les adjoints au maire chargés de la culture » (ibid.).

22De plus, ce sont les mêmes élites responsables des changements majeurs de ces dernières dix années qui se réfèrent ouvertement à Cassano et à sa pensée. Dans le cas des élites intellectuelles, on pourrait citer l’exemple d’un ouvrage central parmi les publications parues au sujet des identités locales, Le rythme méridien, qui non seulement évoque le livre et les théories de Cassano dans le titre mais présente une contribution du sociologue (la première après l’introduction des éditeurs) et cite des passages de cette dernière en quatrième de couverture. Pour ce qui concerne les élites politiques, il suffira de mentionner Blasi qui est tellement convaincu de la validité du point de vue de Cassano qu’il l’a même cité dans le frontispice de son programme électoral (Santoro et Torsello, 2002 : 184).

23Mais, enfin, qu’est-ce qu’affirmait Cassano et comment ses théories ont-elles été déclinées dans le Salento ? Sa pensée méridienne est une pensée sur le Sud, mais surtout elle est une pensée du Sud qui se pense enfin par lui-même et arrête ses efforts infructueux voire nocifs de mimétisme de modèles créés ailleurs. La pensée méridienne, comme le dit Cassano dès l’introduction de son ouvrage, représente le renversement du point de vue classique et par là critique par exemple les exercices de modernisation à tout prix qu’a connus le Sud des décennies durant. D’après Cassano (1998), tout cela a causé l’entrée subalterne du Sud dans le développement, en créant les deux visages du Sud d’aujourd’hui : paradis touristique d’un côté, cauchemar mafieux de l’autre. Le défi que le Sud doit relever est alors celui de se penser par lui-même, de sortir de sa subjection ; la clé pour ceci faire, d’après le sociologue, c’est de « ri-guardare i luoghi », dans le double sens de regarder à nouveau les lieux, c’est-à-dire les ressources locales et d’en avoir soin (Cassano 1998 : 9).

  • 8  Force est toutefois de souligner que certaines ressources font l’objet d’un oubli systématique. Un (...)

24On peut dire que cette ordonnance a été suivie à la lettre dans le Salento. Non seulement on a misé sur les ressources locales8, notamment le griko et la pizzica, mais, ce faisant, on a renversé aussi le stigmate qui faisait de ces derniers l’expression d’une société pauvre et archaïque. Dans les deux cas, en effet, on avait des éléments identitaires jadis honteux qui, une fois revalorisés, sont devenus des emblèmes positifs. Le griko, langue en bribes, presque plus parlée depuis des décennies car considérée comme un sociolecte lié à la classe paysanne et un « grec bâtard », est à nouveau enseigné aux enfants dans les écoles où autrefois les maîtres empêchaient son utilisation. En général, les Griki sont aujourd’hui fiers de se définir en tant que tels et leur sentiment se confirme grâce aux rencontres – de plus en plus nombreuses – avec les Grecs. Le même processus de valorisation a connu la pizzica. Du rituel du tarentisme, désormais épuisé, seuls les éléments vendables ont été conservés et ont contribué à faire du Salento une fête de sons et de danses. On a assisté, ces dernières années durant, à la naissance d’une sorte de pizzica pride (Jean-Loup Amselle, communication personnelle) même si désormais sont nombreux ceux qui se disent las de celle qu’ils considèrent comme une mode superficielle et sans avenir.

La face cachée de la renaissance

25Le succès du Salento et la renaissance de la région ne sont pas sans cacher des problèmes. Ici, on tâchera d’analyser quelques-unes de ces questions. On commencera par reconsidérer quelque prémisse de la pensée méridienne dont a découlé ce mouvement. Cassano (1998) affirme que l’on a modernisé le Sud en transformant tout en marchandise, prostituant le territoire et l’environnement, les lieux publics et les institutions. Ceci a eu lieu car le sud de l’Italie, comme n’importe quel Sud souligne d’ailleurs Cassano (1998 : 5), n’a été longtemps que « périphérie reculée et anonyme de l’empire ». De ce point de vue, cette pensée représente un « sud-alternisme » (Amselle, 2008 : 232) qui veut répondre, en ce qui concerne l’Italie, d’abord à la Ligue du Nord mais aussi, à une échelle plus large, à la globalisation et au « turbocapitalisme » de la société occidentale et en particulier de son modèle atlantique (Cassano, 2007).

26Ainsi, la tradition, revitalisée, devient l’atout qu’une culture possède pour se protéger contre la culture dominante, en y puisant une richesse différente ; finalement, la tradition créerait un mécanisme à frottement à même de faire barrage à la marchandisation généralisée (Cassano, 2002). Or il existe plusieurs remarques à faire à propos de cette marchandisation. En général, il faudrait tout d’abord considérer que « le tourisme est l’industrie la plus grande du monde. […] En se développant, son produit s’est de plus en plus diversifié. Un segment de marché de plus en plus important est devenu celui du tourisme culturel ou ethnique » (Wood, 1997 : 1). Par conséquent, on peut dire que la modernité alternative que l’on chercherait à atteindre dans le Salento via la revitalisation des traditions d’après les théorisations de Cassano n’est pas aussi alternative car ce processus demeure à l’intérieur de la marchandisation qu’il serait censé contrer.

  • 9  Dans La pensée méridienne, Cassano utilise cette métaphore de la course et fait l’éloge de la lent (...)

27De plus, en ce qui concerne une société et sa relation à la culture traditionnelle, il est sans doute vrai que « la façon de garder ses membres intéressés au maintien de leur culture, c’est d’impliquer les jeunes dans la marchandisation de la culture, dans les formes notamment de spectacles touristiques, par le biais de leur musique, de leurs danses, de leur cuisine. […] Cela permet aux jeunes d’avoir des revenus et par conséquent la capacité de participer au marché global plus large » (Firat cité dans Picard et Wood, 1997 : viii). Tout cela est aisément reconductible à la situation actuelle du Salento, où des traditions qui risquaient de tomber dans l’oubli ont été arrachées à leur destinée grâce notamment à leur valorisation liée au tourisme. Le paradoxe serait alors celui de vouloir échapper à la course à laquelle obligerait le capitalisme9 et à la marchandisation générale en misant sur une tradition et sur une identité locale qui risquent de là d’être tout de suite elles aussi touristifiées et marchandisées.

28Alors qu’il est vrai que les jeunes salentins profitent de l’engouement pour leur région et pour leurs traditions en investissant de plus en plus nombreux dans le tourisme ou dans le revival musical, les assertions de Picard (1997) à propos de Bali fonctionnent parfaitement pour notre cas aussi. Par exemple, il est très intéressant de songer au fait qu’aussi bien à Bali que dans le Salento la promotion du tourisme culturel a engendré une forme particulière d’autoréflexivité dans laquelle on oscille entre une certaine anxiété et une fierté par rapport à sa propre culture. On pourrait ainsi expliquer les débats qui ont lieu dans le Salento aussi à propos des opérations de marketing, du revival de la musique traditionnelle et en général de la valorisation de certaines ressources locales et dont on pourrait citer un exemple, sans doute le plus paradoxal : celui du chanteur Giovanni Lindo Ferretti qui, en 2004, exhortait les Salentins à ne pas vendre leur identité pour un plat de lentilles depuis la scène même du festival La Notte della Taranta (actuellement l’opération la plus controversée de trahison de la tradition, comme se plaisent à le dire les détracteurs et les puristes avant la lettre). Pourtant, aujourd’hui, une certaine marchandisation de la culture et des traditions, peut bien représenter la façon de les redécouvrir, et permettre aux populations locales de reconsidérer positivement leur histoire : c’est ce qui s’est passé dans le Salento et la Grecìa avec le passage de la honte à l’orgueil.

29Un autre problème de la pensée méridienne, c’est que, en un sens, il s’agit d’un renversement du stigmate qui reproduit un certain culturalisme par rapport à une identité réifiée. Considérons l’éloge de la lenteur par exemple. À la critique d’un Sud paresseux et parasite, on répond en renversant le stigmate et affirmant que la lenteur permet de profiter autrement de la richesse de la vie. On risque de la sorte pour ainsi dire de faire rentrer par la fenêtre ce que l’on avait chassé par la porte. Cette réintégration est évidente aussi dans la façon exotisante de montrer le tarentisme aujourd’hui. Ainsi, le Salento attire car il est encore perçu comme étant tout d’abord archaïque, exotique, perdu dans le temps. Si les étrangers affirment qu’ils y font l’expérience d’un rapport différent avec la terre et avec soi mêmes, un orientalisme interne et un certain archaïsme des racines sont aussi montrés par nombre de représentations autochtones de la région (cf. les films de Winspeare). Et pourtant dans certaines de ces représentations, transparaissent également les limites et les problèmes sociaux et économiques de cette terre. Si le tarentisme, expression de la misère d’un peuple, représentait jadis une facette de la question méridionale, le néo-tarentisme et la fête des jeunes n’impliquent pas forcément l’émancipation des problèmes d’autrefois. Au contraire.

  • 10  Des maires du bas Salento et le président de la Province de Lecce avaient accueilli chaleureusemen (...)

30Les élites locales considèrent comme étant une preuve ultérieure du succès de leur politique enracinée dans le terroir le fait qu’à la suite de la traduction anglaise de La terre du remords des intellectuels anglophones pourraient découvrir le Salento et y acheter des résidences secondaires10. En outre, les Pouilles suivent désormais la Toscane sur la liste des régions italiennes les plus convoitées par des étrangers désireux de créer là-bas leurs comtés (Brunini, 2007). En réalité le Salento et le Sud en général fascinent surtout les étrangers engoués par un pittoresque qui n’est que l’autre face des problèmes, structuraux et extraordinaires, qui hantent cette terre.

Conclusion

31Finalement, la prétendue renaissance salentine et l’enthousiasme qui l’accompagne posent deux problèmes majeurs : celui de la vitrification (Amselle, 2005) et d’une subséquente vitrinification du Salento et celui de sa gentrification (Yves Bonard, communication personnelle). On finit de la sorte par concevoir cette terre d’une façon purement esthétisée qui fait bon marché de la dimension sociale et des problèmes d’ordre politique et économique. « De retour dans les vieux centres » ou dans les campagnes abandonnées par leurs anciens habitants, la communauté mondiale des gentrifiés qui « sont ici et ailleurs » (Donzelet, 2004 : 36) et son engouement pour ces lieux ne peuvent pas représenter une véritable renaissance locale. Lorsque la gentrification s’applique à la campagne aussi, force est de constater que les résidents secondaires, surtout étrangers, s’impliquent peu, voire pas du tout dans la vie locale, « ils sont à la fois dedans et dehors. Ici et pas d’ici » (Urbain, 2002 : 47).

32Il convient de se demander à quel titre il est possible de parler de « renaissance à l’italienne ». Est-ce le cas lorsqu’un riche étranger rachète une partie d’un village pour en faire un lieu de résidence voué à l’authenticité (Tassy, 2008) ? Jadis, le poète salentin Vittorio Bodini (1997 : 70) exprimait tout le paradoxe d’une terre à la fois envoûtante et maudite lorsqu’il affirmait : « Je ne voudrais pas mourir ici où il me faut vivre, mon pays, aussi désagréable que je me dois de t’aimer ». Aujourd’hui, le Sud charme et séduit surtout ceux qui ne vivent pas là (ou qui n’y résident que de façon marginale, sans se soucier de la vie locale car ils ne sont pas véritablement touchés par cette dernière), ceux qui ne l’aiment pas assez pour le détester à cause de ses tares.

33La voix du Salento s’est répandue effectivement à l’échelle globale. Son succès est indéniable. Mais ce n’est qu’une facette d’une réalité sociale qui est faite aussi d’illégalité, de délinquance et d’ordures à couvrir la beauté dont tous pourraient profiter. Matera, ville labellisée UNESCO, est peut-être le fantasme de la destinée probable d’une terre esthétisée et glorifiée de manière naïve. En appliquant au Salento ce qu’Amselle (2005 : 8) affirme à propos de l’Afrique, on peut dire que s’il fascine, « c’est au prix d’un désintérêt foncier » pour cette terre et que la persistance de sa marginalisation « pourrait bien être la rançon de la fascination d’ordre proprement esthétique qu’elle exercerait ». Enfin, les touristes ne font que passer. Les résidents secondaires vivent plus ou moins engloutis et protégés par leur bulle ambiante. Les autochtones et notamment les jeunes, lorsqu’ils restent, investissent souvent dans la revivification des traditions locales ou dans le tourisme. Si, de ce point de vue, le tourisme demeure d’une grande valeur non seulement du point de vue économique mais aussi par rapport à la persistance de traditions, force est d’observer de plus près cette « renaissance » et d’en cerner les limites théoriques et de réalisation.

Top of page

Bibliography

AMSELLE Jean-Loup, 2008, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes, Paris : Stock.

AMSELLE Jean-Loup, 2005, L’art de la friche. Essai sur l’art africain contemporain, Paris : Flammarion.

AMSELLE Jean-Loup, 2001, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris : Flammarion.

ASSOCIAZIONE MECENATE 90, 2003, I distretti turistico-culturali: un nuovo modello di sviluppo economico locale per la Provincia di Lecce. Rapporto finale, Provincia di Lecce.

ASSOCIAZIONE MECENATE 90, 2002a, Piano per lo sviluppo del sistema turistico-culturale della Provincia di Lecce. Rapporto finale. Analisi di scenario. Volume I, Provincia di Lecce.

ASSOCIAZIONE MECENATE 90, 2002b, Piano per lo sviluppo del sistema turistico-culturale della Provincia di Lecce. Rapporto finale. Strategie e aree prioritarie d’intervento. Volume II, Provincia di Lecce.

BEVILACQUA Salvatore, 2007/2008, « Una tarantola buona da mangiare o le utopie di un patrimonio commestibile », Melissi. Le culture popolari, Nardò: Besa, pp. 107-114.

BODINI Vittorio, 1997, Tutte le poesie, Nardò : Besa.

BRUNINI Federica, 2007, « Febbre d’Abruzzo », L’Espresso, n°34, a.LIII, 30 août, pp. 152-154.

CAROLI Elina, 2008, L’alternative méridienne. La construction du griko et de la pizzica comme éléments d’une culture du Mezzogiorno, Paris : EHESS, Thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie non publiée.

CASSANO Franco, 2007, « Necessità del Mediterraneo », in CASSANO Franco, ZOLO Danilo (éds), L’alternativa mediterranea, Milano : Feltrinelli, pp. 78-110.

CASSANO Franco, 2002, « Danzare contro la solitudine », in SANTORO Vincenzo et TORSELLO Sergio (éds), Il ritmo meridiano. La pizzica e le identità danzanti del Salento, Lecce : Edizioni Aramirè, pp. 15-21.

CASSANO Franco, 1998, La pensée méridienne, La Tour d’Aigues : Aube (1ère édition italienne 1996).

DE MARTINO Ernesto, 1966, La terre du remords, Paris : Gallimard.

DONZELET Jacques, 2004, « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification », Esprit, n° 303, mars-avril, pp. 14-39.

DOQUET Anne, 2002, « Dans les coulisses de l’authenticité africaine », Les Temps modernes, n° 620-621, août-novembre, pp. 115-127.

ISRAEL Paolo, 2001, « Acheminement vers la parole unique. Autour du débat sur les langues en danger », Cahiers d’études africaines, 163-164, XLI-3-4, pp. 815-832.

LE SCOUARNEC François-Pierre, 2004, « Quelques enjeux liés au patrimoine culturel immatériel », in Le patrimoine culturel immatériel. Les enjeux, les problématiques, les pratiques,Internationale de l’imaginaire, n°17, pp. 26-40.

MANERA Massimo, 2001, « Dalla polis greca all’area metropolitana. Storia e problemi di un processo evolutivo », in Atti del convegno-seminario Armonizzare Babele. Lingue e culture minoritarie per costruire la nuova Europa, 21-23 giugno, Corigliano d’Otranto, Provincia di Lecce, Galatina : Editrice Salentina.

MINA Gabriele et TORSELLO Sergio, 2006, La tela infinita. Bibliografia degli studi sul tarantismo mediterraneo 1945-2006, Nardò : Besa.

PÉREZ DE CUÉLLAR Javier, 2004, « La variable culturelle », in Le patrimoine culturel immatériel. Les enjeux, les problématiques, les pratiques,Internationale de l’imaginaire, n°17, pp. 19-25.

PERROTTA Cosimo, 2004, « Un grande sviluppo, tutto da costruire », in ERRICO Antonio, GRECO Giancarlo, MANNI Piero (éds), Salento d’autore. Guida ai piaceri intellettuali del territorio, San Cesario di Lecce : Manni, pp. 150-152.

PICARD Michel, WOOD Robert E. (éds), 1997, Tourism, Ethnicity, and the State in Asian and Pacific Societies, Honolulu: University of Hawaii Press.

PICARD Michel, 1997, « Cultural Tourism, Nation Building, and Regional Culture: the Making of a Balinese Identity », in PICARD Michel, WOOD Robert E. (éds), Tourism, Ethnicity, and the State in Asian and Pacific Societies, Honolulu: University of Hawaii Press, pp. 181-214.

PIZZA Giovanni, 2002, « Lettera a Sergio Torsello e Vincenzo Santoro sopra il tarantismo, l’antropologia e le politiche della cultura », in SANTORO Vincenzo, TORSELLO Sergio (éds), Il ritmo meridiano. La pizzica e le identità danzanti del Salento, Lecce : Edizioni Aramirè, pp. 43-63.

RAMPAL Jean-Christophe, 2008, « Les Pouilles, dernier arrêt avant l’Orient », Ulysse, n° 125.

SANTORO Vincenzo, TORSELLO Sergio (éds), 2002, Il ritmo meridiano. La pizzica e le identità danzanti del Salento, Lecce : Edizioni Aramirè.

TASSY Emma, 2008, « Une renaissance à l’italienne », Ulysse, n° 123, pp. 43-46.

URBAIN Jean-Didier, 2002, Paradis verts. Désirs de campagne et passions résidentielles, Paris : Payot.

WOOD Robert E., 1997, « Tourism and the State: Ethnic Options and Constructions of Otherness », in PICARD Michel, WOOD Robert E. (éds), Tourism, Ethnicity, and the State in Asian and Pacific Societies, Honolulu: University of Hawaii Press, pp. 1-34.

Top of page

Notes

1  Ces données sont incluses dans le Programme Opérationnel approuvé en 2004 par la Région des Pouilles d’après le Cadre Communautaire d’Appui 2000-2006 pour les régions de l’Objectif 1 (http://www.dps.tesoro.it/qcs/qcs_por.asp [consulté le 26 juin 2008]).

2  L’albergo diffuso est un modèle d’hospitalité nouveau qui a vu le jour en Italie il y a une vingtaine d’années. Les chambres ou les divers locaux de l’hôtel, toujours conçu en tant que structure unitaire, sont cependant disséminés – d’où le nom – dans les centres-villes en particulier de petits centres urbains. Il s’agit par conséquent d’un hôtel horizontal qui se développe autour d’une unité centrale, la réception, et dont les chambres sont abritées dans plusieurs immeubles.

3  Au niveau provincial, la considération de ces limites a mené les hommes politiques à se confier à l’expertise de l’association Mecenate 90 afin de développer des projets de marketing territorial dans le but de valoriser les biens culturels et relancer le tourisme culturel. Voir les études accomplies par Mecenate 90 pour le compte de la Province de Lecce (2002a, 2002b et 2003).

4  Pour ce qui concerne cette autre « grande “invention patrimoniale” » et pour la mise en patrimoine combinée «des traditions musicales et des traditions culinaires», voir Bevilacqua (2007-2008). Bevilacqua cite notamment l’exemple de la représentation théâtrale « ethno-gastronomique » Il pasto della Tarantola (Le festin de la Tarentule), mise en scène par les Cantieri Teatrali Koreja. Cette combinaison entre promotion du patrimoine culturel immatériel et de la musique traditionnelle d’une part et marketing des produits typiques locaux semble marcher bien : le 3 avril 2007, par exemple, à Prague eut lieu la manifestation Tarantula Passionata de caractère promotionnel du territoire salentin, qui comprenait une conférence sur les traditions salentines et notamment le tarentisme, un concert et une dégustation œnogastronomique des produits typiques des Pouilles et du Salento. Voir Rivista della Camera di Commercio e dell’Industria Italo Ceca, avril 2007, p. 31.

5  Dans cet article, je ne pourrai pas m’étendre sur les caractéristiques des objets de ce processus local de mise en patrimoine. Je renvoie pour une analyse plus détaillée à ma thèse de doctorat (Caroli, 2008).

6  Cf. le numéro hors-série du Courrier International de l’été 2007 consacré aux peuples amérindiens Fiers d’être indiens. Politique, identités, culture. Ce sont toujours les mêmes mots qui reviennent tout au long du dossier, nous permettant de nous figurer aisément l’idéologie dont ils ressortent. Partout, la même histoire : déjà en jetant un coup d’œil rapide à l’éditorial et aux titres des différents articles, on apprend qu’il y a cinquante ans, ces peuples étaient en plein dépérissement et on imaginait leur disparition par voie d’assimilation. Leurs langues n’étaient plus parlées. Ils oubliaient leurs traditions. Ils étaient victimes d’un véritable génocide culturel. Aujourd’hui, ils obtiennent d’importantes conquêtes politiques et affirment leurs identités ethniques. Leurs langues sont redécouvertes et enseignées à l’école et même à l’université. Leurs musiques revivent. On parle de renaissance, de fierté en vitrine, d’ethnotourisme, voire de boom économique. Mutatis mutandis, on observe la même évolution dans l’histoire récente de la Grecìa salentine.

7  C’est ce que me disait à propos de sa musique et de la musique traditionnelle salentine en général Lamberto Probo en l’hiver 2002.

8  Force est toutefois de souligner que certaines ressources font l’objet d’un oubli systématique. Un des exemples les plus choquants pourrait être celui de la mosaïque du pavement de la cathédrale d’Otrante, remontant au XIIe siècle et pas du tout protégée.

9  Dans La pensée méridienne, Cassano utilise cette métaphore de la course et fait l’éloge de la lenteur. Or le slow aussi est devenu très rentable : c’est en Italie qui est né par exemple le mouvement Slow Food.

10  Des maires du bas Salento et le président de la Province de Lecce avaient accueilli chaleureusement l’actrice Helen Mirren (Oscar en 2007 pour The Queen), lorsqu’elle a acheté une masseria du XVIe siècle.

Top of page

References

Electronic reference

Elina Caroli, « Entre renaissance culturelle et persistance de la question méridionale. Le cas de l’essor touristique du Salento contemporain (Italie) », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 4 | 2008, Online since 04 October 2008, connection on 21 September 2017. URL : http://articulo.revues.org/759 ; DOI : 10.4000/articulo.759

Top of page

About the author

Elina Caroli

Elina Caroli holds a PhD in Social Anthropology and Ethnology from the School of Social Sciences (EHESS) in Paris. Her major research interests lie in intangible cultural heritage, identity reconstruction, territorial marketing, and tourism. Email: elina.caroli@gmail.com

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org