Skip to navigation – Site map
2005

Le Squatteur, le Gentrifieur et le Promoteur. Une leçon de la géographie

Laurent Matthey

Full text

1Posées sur mon bureau : deux photos. Je les regarde. Silencieusement, je les décris et les commente. La première a été prise en novembre 1997. Angle rue Jean-Violette, rue Prévost-Martin, à Genève. On y voit un immeuble, ancien, des échafaudages. Entre cet immeuble et celui qui lui fait face, on a tendu des fanions verts, bleus, orange. Son rez-de-chaussée a été repeint dans une teinte un peu brique.

2La seconde date d’avril 2005. C’est le même immeuble, presque dix ans plus tard, rénové. Jaune, il jouxte un immeuble lui aussi rénové, de couleur brique. Au rez, un café porte le nom d’un romancier français célébré cette année. Sur la gauche, une terrasse amarrée au trottoir. Et une natte de bambous pour protéger les clients des intempéries. Du fer forgé au balcon. Une enseigne en acier frotté. Beaucoup de bois, clair.

3Ces deux images manifestent le désir de signifier. Elles sont traversées de signes qu’on pourrait prendre le temps d’analyser plus précisément. La première est celle d’un squat dans un îlot de squats. Les fanions marquent l’appropriation collective d’un fragment de ville soustrait, pour un temps, au cycle marchand de production et gestion du territoire. Les échafaudages signifient à la rue une rénovation jamais entamée. La peinture au niveau de la chaussée signe la valeur d’usage et une production à hauteur d’Homme.

4Éthique, esthétique et politique s’articulent ici dans un système cohérent, producteur de sens et d’ordre. Ce qui est montré, c’est un quartier en transition, posé comme un espace d’explicitation de l’accélération de l’histoire suscitée par l’accélération de la circulation du capital. Ici, dit cette image, se joue journellement le drame du « vrai » (« le monde que nous avons perdu ») réduit par le « faux » (notre mode de vie consumériste).

5La seconde photographie est ce même squat réhabilité. La gamme chromatique est restée sensiblement la même. De même, la rénovation s’est effectuée dans un respect des matériaux susceptibles de « faire ancien », c’est-à-dire authentique, enraciné. Mais l’impression n’est plus celle d’une accélération de l’histoire. Elle est celle d’un temps arrêté. Le contenu politique a été effacé, et seule reste la nostalgie d’un temps perdu, le regret de ce qui n’est pas, de ce qui n’est plus. L’idée d’une rénovation d’un passé dans lequel il fait bon vivre. Les aspérités sociales ont été policées, lissées sous les caresses à l’émeri du retour en ville des trentenaires à bonne capacité financière.

Cycle de ville…

6La première de ces images manifeste donc un arrêt sur image d’un moment d’un cycle urbain inscrit dans un temps long (Bailly, 1995 : 75). Un cycle en quatre phases, qui voit les populations et les activités situées en ville (concentration) se déverser sur ses proches banlieues (suburbanisation) et des périphéries de plus en plus lointaines (exurbanisation), avant que des jeunes, dotés d’un haut capital économique, se réinstallent dans les quartiers centraux (gentrification).

7L’intéressant ici est qu’à un moment de ce cycle urbain, quelque part entre l’exurbanisation et la gentrification, des squatteurs ont investi un bout délaissé de quartier, qu’ils l’ont réinventé. Ils sont intervenus à leur manière dans la poursuite du cycle urbain. La sociabilité qu’ils ont amenée a produit une nouvelle forme de centralité.

8Ici un immeuble est occupé. On vient voir un(e) ami(e). On se promène ensemble dans le quartier. Au cours de ces ballades, on trouve que le quartier est « sympa ». On commence d’y projeter des valeurs ; on insinue des représentations. Le quartier se fait signifiant. Il change d’« identité ». On y aménage des espaces de délassement (bars, restaurants, discothèques). On y installe des équipements culturels (salles de concerts, cinémas, théâtres). Des populations extérieures au « mouvement » squat sont attirées par un « petit groupe dans une cave sympa », « un dernier verre dans un endroit cosy ». Le quartier prend de la valeur. On le redécouvre. Il devient « branché ». De nouveaux acteurs interviennent qui ont un intérêt économique plus marqué. Il est temps d’évacuer et réhabiliter. La gentrification, stricto sensu, commence.

9La gentrification doit être comprise comme l’investissement des quartiers « anciens » par une nouvelle bourgeoisie, une new middle class (Ley cité par Clerval, 2005) constituée d’une population diplômée du cycle tertiaire, doté d’un fort capital culturel et d’un « pouvoir idéologique indéniable » (ibid.). Cette nouvelle bourgeoisie « serait concurrente de l’élite industrielle et financière traditionnelle, et elle s’en distinguerait et surtout contesterait son pouvoir politique et économique en se parant de l’esthétique contestataire. L’héritage contestataire, dont la portée subversive concernait l’ensemble d’un système et d’une société, serait détourné au profit d’une lutte d’influence au sommet » (Clerval, 2005).

10Ainsi, le Squatteur et le Gentrifieur entretiennent-ils, sans le savoir peut-être, des liens organiques. Non seulement le premier fonctionne-t-il comme un passeur d’altérité, un agent d’atténuation de l’« inquiétante étrangeté » (pour détourner Freud) de certains quartiers, mais il pare les fragments de quartiers en question d’un vague imaginaire contestataire que le second se réappropriera, d’abord, le temps d’une ballade en tongs puis plus certainement dans l’investissement de logements rénovés et lourdement signifiant.

11Le temps du squat apparaît ainsi comme un microcycle d’un cycle plus ample. Mais il permet la venue, dans certaines aires urbaines, de populations qui n’auraient jamais eu le prétexte de s’y rendre auparavant. Ce temps du squat fonctionne ainsi comme un tampon d’altérité. Il est susceptible de réduire le coefficient d’altérité des lieux pour certaines populations dotées d’un certain capital économique et/ou culturel. Il existe des fragments de ville où il n’y a rien pour certaines classes sociales : parce que ces fragments sont trop étranges, trop étrangers, pour qu’elles puissent y lire un mode de vie.

… et cycle touristique

12En somme, l’acteur collectif qu’on caricaturera sous la figure du Promoteur immobilier profite de la mise en squat d’un fragment de ville. On pourrait penser la relation systémique qu’entretiennent Promoteur et Squatteur à l’aide d’une analogie avec un modèle familier des géographes : le cycle touristique. Schématiquement, les lieux touristiques connaissent des phases de développement relativement identiques. La période de découverte est celle où un Pionnier investit un espace encore inconnu dans son aire géographique. C’est donc avec lui que s’engage le processus de modification de la société locale — même si cette modification n’est pas inscrite dans les intentions du Pionnier. Autour de l’arrivée du premier touristique, un processus se met en place pour profiter de son « invention ». Des acteurs aux aspirations hétérogènes, aux objectifs parfois convergents, parfois divergents, interviennent. Le pouvoir circule entre ces acteurs au gré des alliances, et des capacités à créer des médiations, des alliances, avec l’extérieur du système touristique local ; des capacités à mobiliser d’autres acteurs.

13Évidemment, le contexte n’est pas le même. Le tourisme est une pratique de recréation de soi (MIT, 2002), une pratique de reproduction de la force de travail spécifique aux sociétés industrielles (Jafari, 1988), etc. alors que squatter est, en première analyse, un geste politique et social. Il reste néanmoins ce paradoxe : le Squatteur peut se muer involontairement en agent du Promoteur. Il collabore, de manière non intentionnelle, à établir — ou rétablir — l’image d’un lieu, à en augmenter la valeur. Il crée une plus-value, comme le Pionnier du tourisme produit une exportation de la ville et du monde qu’il fuit, vers les territoires « lointains » qu’il arpente.

Le pouvoir dialectique du Capitalisme

14Ainsi, ces deux images ont un autre intérêt ; un intérêt en quelque sorte épistémologique. Elles permettent de réfléchir au pouvoir du Capitalisme en insinuant une question qui ne cesse de se poser : qu’est-ce qui caractérise le plus le Capitalisme, son pouvoir d’invention ou son pouvoir de récupération ?

15En l’occurrence, le Capitalisme n’a rien inventé. Il a réussi à détourner à son profit un temps de contestation, assez radical, de la manière dont il autorégule le territoire. Il est parvenu à recycler certains désirs d’« authenticité », de valeurs d’usage, d’enracinement alors qu’ils se diffusaient dans une portion de la population (la « classe moyenne » dotée d’un certain capital culturel). On touche alors à la nature du Capitalisme, qui est celle de savoir répondre à toutes les tentatives de critique de son hégémonie, et ce en se coulant dans la langue de l’adversaire. La force persuasive du Capitalisme vient de ce qu’il n’invente rien (il est trop occupé à gérer les corps et les lieux), mais donne un autre ordonnancement aux désirs de changements, aux socialités divergentes qui s’esquissent ici ou là. En première analyse, son pouvoir est donc adaptatif.

16Mais si le Capitalisme n’invente rien, ou très peu, il produit beaucoup. Car, en seconde analyse, sa force est dialectique. Plutôt que de s’enferrer dans la contradiction, il préfère intégrer la contradiction et la traduire dans un système qui tourne à son avantage, ce d’autant qu’il est doté d’une capacité inégalée pour construire des alliances, encourager des acteurs divers à adopter ces modes de classement, sa façon de voir le monde, tout en les laissant croire à leur autonomie. Le Capitalisme produit beaucoup parce qu’il est doté de cette capacité dialectique de faire entrer des désirs hétérogènes (qu’il n’ pas su inventer) dans son projet.

Un retour sur nos pratiques sociales

17Posées sur mon bureau : deux photos. Je les regarde. Silencieusement. L’espace est un produit social écrivait Lefevbre (1972). Sous les formes de l’espace, il faut voir des processus sociaux, renchérissaient, par la suite, les nouveaux géographes des années 1970. Ces deux images racontent une histoire. Celle de ces quartiers en transition réinvestis, qui deviennent alors « populo-branchés ». Elles racontent encore une autre histoire. Celle, en somme banale, qui veut que tout acte s’inscrit dans une série d’autre actes, conduisant à ce que Bourdieu (1980) appelait la « double détente » de nos gestes sociaux et personnels. Enfin, ces deux images disent quelque chose de la « nature » du Capitalisme, de la manière dont il se renforce au jour le jour. Elles sont ainsi une incitation à une pratique quotidienne réflexive et critique.

18Par exemple, comment cohérer ce que j’observe du monde, ce que je pense du monde idéal et la manière dont je pense et j’agis dans ce monde ? Comment faire pour que mes productions subversives ne soient pas détournées de leur subversion ? Comment pallier au « deuxième coup », à la conséquence non prévue, de ma pratique sociale ?

Top of page

Bibliography

BAILLY Antoine, 1995, « Comprendre et maîtriser l’évolution urbaine », in BAILLY Antoine et al., Stratégies spatiales : comprendre et maîtriser l’espace, Montpellier : Reclus.

BOURDIEU Pierre, 1980, Le sens pratique, Paris : Minuit.

CLERVAL Anne, 2005, « Les “Bobos”, critique d’un faux concept », Cybergeo. Revue européenne de géographie, http://cybergeo.revues.org/766 (accédé le 2 septembre 2011).

MIT Équipe, 2002, Tourismes 1 : lieux communs, Paris : Belin.

JAFARI Jafari, 1988, « Le système du touriste : modèles socio-culturels en vue d’applications théoriques et pratiques », Society and Leisure, vol. 1, n° 1.

LEFEBVRE Henri, 1972, Le droit à la ville, Paris : Anthropos.

Top of page

References

Electronic reference

Laurent Matthey, « Le Squatteur, le Gentrifieur et le Promoteur. Une leçon de la géographie », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Briefings, 2005, Online since 23 March 2005, connection on 25 July 2017. URL : http://articulo.revues.org/746

Top of page

About the author

Laurent Matthey

Laurent Matthey is director of the Fondation Braillard Architectes in Geneva. He also is Head of Research at the Centre for Urban Studies and Sustainable Development (OUVDD) of the University of Lausanne and Research Associate at the Institute of Environmental Sciences of the University of Geneva.

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org