Skip to navigation – Site map

Avant-gardes et élites : agents de reproduction ou de transformation de la société ? Une présentation

Laurent Matthey and Olivier Walther

Full text

1« Il faut que tout change pour que tout puisse rester comme avant ». Cette affirmation que G.T. di Lampedusa met dans la bouche de Tancrède — le neveu du prince de Salina dans le Guépard (1958) — justifie l’investissement du jeune noble au côté des révolutionnaires garibaldiens, dans un souci bien compris des intérêts de son rang : l’élan social dont est porteur le Resorgimento italien doit en fin de compte permettre la perpétuation d’une aristocratie, assurée d’une nouvelle alliance. Du moins est-ce ce que pressent l’intelligence tactique du jeune homme.

2On peut aussi imaginer que le jeune noble est victime d’un retour du refoulé. Il est fasciné par l’effervescence révolutionnaire du rêve d’une unité italienne, et le projet sociétal qui lui est lié. Mais son inconscient social, l’illusio liée à son habitus, son sens du jeu, l’incline « naturellement » à la subversion de ce champ des possibles. L’espérance des avant-gardes historiques se trouve potentiellement réorientée au profit de l’héritage de cette élite sociale qu’est la noblesse transalpine, notamment dans l’assurance de ses prérogatives foncières.

3L’intéressant de la « petite phrase » de Tancrède est qu’elle nous incite à interroger le rapport qu’entretiennent élites sociales ou économiques et avant-gardes culturelles, politiques ou artistiques.

4Cet intérêt est d’autant plus grand que l’avènement du capitalisme flexible a accru l’importance, pour ces élites, de se servir des mouvements sociaux à des fins reproductrices. Désormais, tout doit changer pour demeurer pareil à tous moments. Les élites contemporaines vivent alors de leur capacité à se servir de la « révolution permanente » du capitalisme générée par l’innovation et la concurrence. En ce sens, les élites dont nous parlons privilégient la modernité, conçue comme « l’irruption de l’inédit au triple plan des techniques, des rapports entre les hommes et de la production de la pensée » (Balandier, 1992 : 24). Leurs relations aux mouvements d’avant-garde apparaissent alors particulièrement ambiguës et conflictuelles.

5Comment définir précisément chacun des termes de ce rapport ? Comment s’élaborent les modalités de ce rapport ? Faut-il concevoir les élites sociales comme des agents de transformation de la société ou bien comme des éléments de reconfiguration ? Faut-il supposer que les élites sociales sont des agents de « subversion de la subversion » ? Et si oui, d’où vient ce pouvoir métasubversif ? Est-il affaire de capital social ? est-il lié à la disposition d’un réseau de relations qui permet de relayer ses propres aspirations ? Renvoie-t-il à une compétence sociale ? à une capacité à sentir les règles du jeu, et de s’en jouer ? Symétriquement, quelle est la relation que les avant-gardes (politiques, culturelles, artistiques, etc.) entretiennent avec les élites sociales ? Cette relation se nourrit-elle d’une fascination implicite devant les attributs de ce qui fait le « rang », dans un culte de l’aristocratique ? Est-elle effectivement subversive ou cherche-t-elle à se ménager une place ? Les avant-gardes d’aujourd’hui sont-elles destinées à devenir les élites de demain ou ne sont-elles que les instruments de ceux qui se servent des mouvements sociaux pour conserver leurs privilèges ? Comment parler d’avant-garde dans un contexte qui impose une « révolution constante », a priori défavorable à toute consolidation des statuts sociaux ?

6Ce numéro 3 d’Articulo tente de répondre à quelques unes de ces questions, et donc d’approcher le rapport des élites et des avant-gardes, dans deux champs particuliers : celui des pratiques culturelles, celui des pratiques spatiales.

7Le premier cherche à éclairer les rapports de pouvoir qui président à la production et consommation de biens ou de service culturels. Ce faisant, le propos est celui de réfléchir à la manière dont les productions avant-gardistes sont subverties par les besoins de récréation d’élites économiques en mal de distractions et de récupération rapide de leur force de travail, rejouant par là le drame du découvreur, de l’exploitant et du consommateur.

8La contribution de Vivien Philizot (« Les avant-gardes et leur relation avec le pouvoir dans le champ du graphisme et de la typographie ») offre ici un point de vue original. Le champ des pratiques graphiques lui permet d’analyser finement la complexité et l’ambiguïté des rapports des élites économiques et des avant-gardes culturelles. L’auteur montre ainsi, qu’en dépit d’une aspiration historique à se démarquer d’une tradition, l’avènement de la communication de masse a mis plus que jamais les arts graphiques au service d’une idéologie. Il étudie alors, faisant jouer l’opposition du « graphiste “producteur” » et du « graphiste-auteur », les relations contemporaines — toujours inscrites dans un champ — de la commande et l’œuvre pour toucher au constat — à portée transitive — que « [c]’est en méconnaissant l’histoire du champ, que les graphistes, à l’avant-garde d’une pratique qui est loin d’être autonome, parviennent à se convaincre d’une liberté et d’une indépendance qui ne peut se gagner sans prendre conscience des enjeux, des rapports de pouvoir, des questions éthiques et politiques qui sous-tendent la création graphique contemporaine ».

9Le second champ s’intéresse à l’inscription spatiale du rapport des élites sociales et des avant-gardes, singulièrement du point de vue de la ville et de l’urbain. Les élites sont en effet souvent thématisées comme agent de transformation et dynamisation des structures géographiques, mais de quelle(s) manière(s) le contrôle de l’espace peut-il également être assimilé à un pouvoir sur la société ? Pourquoi la ville concentre-t-elle les manifestations les plus évidentes du pouvoir des élites sur l’espace ?

10Damien Vanneste, dans « Le marketing urbain comme dispositif de légitimation : actions d’élites et espaces de citoyenneté en milieu périurbain wallon », répond à ces questions en étudiant les formes de production de l’espace local et les modalités d’action des élites en portant un intérêt particulier aux espaces de citoyenneté et de participation. En s’appuyant notamment sur l’étude de plusieurs projets locaux, l’auteur montre la manière dont l’élite locale accompagne les mutations spatiales. L’auteur explicite alors un « système d’action politique cohérent qui mêle visibilisation de l’action, activisme et production d’un consensus », qu’il se propose de penser sous la forme d’un marketing urbain, dont l’enjeu est d’articuler ouverture de l’espace local et politique de proximité. « [C]e marketing urbain perçu comme dispositif de légitimation articulé autour d’un objet, d’un mode communicationnel et d’un rythme d’action incarne [un] processus de gouvernance qui relie perspectives locales et injonctions globales » est, en fin de compte, d’autant plus susceptible« de cristallise[r] les actions d’élites politiques et économiques […] qu’[il] traverse des scènes censées la soumettre à questionnement ».

11S’intéressant plutôt au centre des villes d’Occident, Laurent Matthey tente de montrer, dans son article « Si proche, si loin ! Penser les processus urbains à partir des modèles de la géographie du tourisme ? », comment la complexité des rapports entre élites économiques et avant-gardes artistiques ou culturelles suscite un nouveau type de paysage de la consommation. L’auteur part du postulat que notre modernité géographique est caractérisée par un processus sans précédent d’exotisation du proche. Il accomplit un travail de généalogie de nos façons de vivre en ville qui lui permet de montrer en quoi cette exotisation participe d’un corpus de techniques d’usage des mondes urbains par lesquelles les habitants rapprochent des espaces-temps distincts dans un « transfert analogique » (Lahire, 1998), qui offre l’occasion d’un « déplacement » récréatif. L’accomplissement de ces voyages imaginaires requiert toutefois des lieux dotés d’une épaisseur sémiotique/symbolique singulière, situés le plus souvent dans les quartiers centraux des villes d’Occident. Il peut alors paraître judicieux d’interroger la pertinence des modèles issus de la géographie du tourisme pour penser certains aspects des processus urbains contemporains, notamment celui du retour en ville d’une nouvelle classe moyenne. Le recours à ces modèles semble en effet susceptible de compléter les deux grandes interprétations de la gentrification, soit celles de la rente urbaine et de la consommation ostentatoire. Dans leur quête du bien vivre en ville qui les attire vers les quartiers populaires, se pourrait-il que ces habitants quêtent les conditions d’une « recréation » immédiate de soi, qui leur permette de regagner, régénérés, la sphère du quotidien productif ?

12Hors dossier, la contribution de Samuel Carpentier intitulée « Une analyse exploratoire des liens entre mobilité quotidienne et ancrage résidentiel : vers une approche écologique de la mobilité ? » interroge le thème de la mobilité quotidienne en tant que « fait socio-spatial ». Au travers de 9 entretiens semi-directifs, l’auteur réfléchit à l’importance des représentations dans le choix des modes de déplacement au Luxembourg. Il préconise ainsi une approche écologique qui permette de se distancier des approches techniciennes valorisant traditionnellement l’utilité et la rationalité. Le recours à l’analyse textuelle permet la reconstitution du champ sémantique qui marque d’une part la mobilité (voiture, transports en commun) et d’autre part l’ancrage résidentiel (lieu d’habitation, travail, loisirs, environnement).

Top of page

References

Electronic reference

Laurent Matthey and Olivier Walther, « Avant-gardes et élites : agents de reproduction ou de transformation de la société ? Une présentation », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 3 | 2007, Online since 01 December 2008, connection on 28 June 2017. URL : http://articulo.revues.org/745

Top of page

About the authors

Laurent Matthey

Laurent Matthey is director of the Fondation Braillard Architectes in Geneva. He also is Head of Research at the Centre for Urban Studies and Sustainable Development (OUVDD) of the University of Lausanne and Research Associate at the Institute of Environmental Sciences of the University of Geneva.

By this author

Olivier Walther

Olivier Walther is a Researcher at the Department of Geography, Centre for Population, Poverty and Public Policy Studies in Luxembourg. He holds a PhD from the University of Lausanne and the University of Rouen. His major research interests lie in informal economic networks and cross-border integration in West Africa. Aside from West African studies, Olivier Walther is involved in several research projects dedicated to cross-border metropolitan integration in Europe. Email: olivier.walther@ceps.lu

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org