Skip to navigation – Site map
2007

La mécanique du piston. Perspectives théoriques en physique de l’ascension socio-professionnelle

Piston mechanics: theoretical perspectives on the physics of socio-professional rising
Laurent Matthey and Olivier Walther

Abstracts

The aim of this article is to question the physics of social rising. Building on the analogy of a piston’s movement in an internal-combustion engine, its main ambition it to question the modalities of production and of reproduction of social classes in the professional arena. Literally, a “piston” is a metallic piece whose movement within a cylinder transforms thermic energy into motive power. However, since 1857, the French language also employs it to designate a social tool that favors individuals over others during social competition. Therefore, from induction to exhaust, the four strokes of a piston’s movement provide an analogy that should help verify the hypothesis positing that candidates are intrinsically unequal in terms of chances of success. The second part of the article discusses the model used today to theorize the professional arena, namely the network model. What are the implications of this shift in terminology? Is it related to a tendency to obfuscate the regimes of social reproduction by making use of a democratic lexicon positing the existence of universal equality of opportunities?

Top of page

Full text

« Plus on s’applique, mieux on réussit » ?

Sa carrière, nom de Dieu, il ne serait jamais foutu de faire sa carrière… Que diable, on ne se fait pas une place de médecin à Paris rien qu’avec des bouquins ! Il faut avoir de l’entregent.
Louis Aragon, 1936 [1972]. Les beaux quartiers : 327-328.

1Le travail seul n’est pas un facteur d’ascension sociale. Influencés par la littérature du XIXe siècle, nous sommes souvent enclins à appréhender l’ascension sociale sous la figure de l’ambitieux ou de l’arriviste, autrement dit d’un homme qui n’a rien ou presque mais qui aimerait sortir de sa condition. Eugène de Rastignac est un ambitieux. Il fait le projet de conquérir Paris en s’alliant les faveurs d’une maîtresse riche qui lui serve de guide aux usages du monde et l’introduise dans la Société à laquelle il désire se mesurer. Julien Sorel, fils d’un paysan enrichi, projette une ascension sociale en abusant des carrières militaire ou ecclésiastique. Georges Duroy souhaite réussir en profitant du pouvoir informel qu’ont les femmes du Paris de la fin du XIXe siècle. Ces figures littéraires proposent le parcours d’un individu qui réussit à s’élever dans la société en mobilisant une intelligence tactique, la mètis grecque, cet art de la ruse (Vernant, 1974 [1993]). De ces portraits, nous avons gardé l’idée d’un individu prêt à se compromettre et à abuser de la confiance que des « proches » ou des protecteurs lui ont généreusement accordée. Conformément à la réception de plus en plus péjorative de l’intelligence tactique qui se dessine depuis le XVIe siècle (Almeida, 2003), la figure de l’ambitieux a glissé vers celle du manipulateur.

2Ainsi, nos lectures « morales » des représentations littéraires de l’élévation sociale nous ont laissé l’image d’un arriviste substantiellement infidèle. Ces lectures évacuent sans doute une dimension importante de la physique de l’ascension sociale, à savoir que stratégies et techniques sont vaines dès lors qu’elles ne bénéficient pas du bon relais. Ce relais peut certes se conquérir, mais le plus souvent il est préexistant du simple fait de l’inscription dans le champ social du candidat. La physique de l’ascension sociale fonctionne en effet sur un principe que la sociologie des sciences appelle, depuis R.K. Merton (1968), l’effet Saint-Mathieu, lequel postule que plus un individu publie plus sa probabilité de publier un nouvel article augmente. Ramené dans notre champ problématique, l’effet Saint-Mathieu renvoie à ce que la probabilité de bénéficier d’aides dans un parcours professionnel croît avec la position initiale occupée par le candidat.

3C’est en ce sens que la physique de l’ascension sociale traverse différents champs des sciences de l’homme et de la société, qu’elle mobilise psychologie du travail et management des ressources humaines, sociologie des organisations et de la production, histoire des techniques de production et d’encadrement. L’attention portée aux stratégies et techniques en fait un instrument de régulation des comportements dans les entreprises et les organisations qui ont un intérêt certain à faire de la publicité autour de ces comportements pour « standardiser » leurs employés dans une politique bien comprise des ressources humaines. Mais ces stratégies et techniques tournent à l’auto-exploitation dès lors qu’elles ne s’inscrivent pas dans un champ propice, qu’elles ne bénéficient pas de supports adéquats. La physique de l’ascension sociale est donc une sociologie de la reproduction. Enfin, les formes (notamment discursives) prises par cette physique recourent à des schèmes de pensée, des médiations, qui s’inscrivent dans une histoire des techniques.

4L’article souhaite interroger la physique de cette ascension sociale. En prenant pour analogie la course d’un piston dans un moteur à explosion, il se donne pour ambition, en premier lieu, de questionner les modalités de production et de reproduction des classes sociales dans le domaine professionnel. Littéralement, le « piston » est bien une pièce métallique dont le parcours à l’intérieur d’un cylindre permet de produire du travail mécanique à partir d’énergie thermique. Mais il est aussi, au sens figuré attesté depuis 1857, l’instrument social qui autorise la course victorieuse des individus favorisés. Aussi, de l’admission à l’échappement, les quatre temps du mouvement du piston devraient permettre de vérifier l’hypothèse selon laquelle les candidats demeurent profondément inégaux du point de vue des chances de réussite. La seconde partie de l’article est consacrée à la discussion du modèle qui sert aujourd’hui à théoriser le monde professionnel, à savoir celui du réseau. Quels sont en effet les enjeux d’un tel glissement terminologique ? N’est-il pas en lien avec une propension à opacifier les régimes de reproduction sociale en recourant à un lexique démocratique qui postule que tout le monde bénéficie de chances égales ?

L’entrée ou admission

Tout un éventail de nouvelles carrières se déploie sous mes yeux, comme autant de cartes d’un prestidigitateur.
Martin Amis, 1978 [2001]. Réussir : 265.

5L’entrée constitue le premier temps de la course d’un piston dans un moteur à explosion. Elle correspond au moment où le mélange composé d’air et d’essence gagne la chambre de combustion. À cet instant précis, l’entrée est synonyme d’ouverture de la soupape d’admission et de descente du piston. Dans le parcours professionnel, cette admission correspond aux premiers pas du candidat qui s’offre au moteur de l’ascension sociale. Avec un nombre restreint d’élus, ce pistonné va progressivement gagner les hautes sphères de la carrière si toutefois il maîtrise les usages et les relations qui s’appliquent à cette dynamique. Naturellement, il existe des entrées privilégiées dans les entreprises ou les administrations, à l’image de certaines hautes écoles devenues incontournables, mais fondamentalement, le piston est susceptible de s’exercer quelles que soient les professions.

6L’attitude du candidat au piston dépend beaucoup de sa capacité, plus ou moins intuitive, à adopter un comportement en phase avec son supérieur hiérarchique, capable de décider des promotions. Ce dernier a-t-il ou non atteint son niveau d’incompétence, défini selon le Principe de Peter (Peter et Hull, 1970 [2004]) comme le seuil à partir duquel l’employé d’une structure hiérarchique, publique ou privée, devient incapable de faire le travail pour lequel il est payé ? Si le supérieur hiérarchique n’a pas encore atteint ce seuil, le candidat au piston a avantage à faire valoir ses compétences professionnelles et peut légitimement compter sur une promotion équitable. Le cas échéant, si le supérieur se trouve installé dans une position telle qu’il lui est devenu impossible d’apprécier la marche régulière de son service, le candidat a intérêt à jouer de valeurs abstraites et à montrer qu’il maîtrise les codes qui maintiennent le statu quo. Dans ce genre de hiérarchie dominée par l’inertie de chefs inamovibles, le candidat le plus consensuel ou le plus terne est certain d’emporter la mise car ses supérieurs ne s’appuient plus sur les compétences qui servent aux productions matérielles et intellectuelles du système, mais sur le respect et le bon fonctionnement du système lui-même.

La compression

7Grâce à la course ascendante du piston, actionné par le mouvement ininterrompu et mécanique de la bielle, la compression opère une transformation essentielle. Le mélange précédemment décrit, formé d’air et d’hydrocarbures, se trouve soumis à rude épreuve. La soupape d’admission se ferme brusquement sur le bec des recalés dont on a par ailleurs, « après un examen approfondi », « apprécié les qualités de dossier », « regretté de ne pouvoir lui donner une suite favorable » et « formulé les vœux les meilleurs pour leur avenir professionnel ». Dans le même temps, sous la force de l’effort mécanique, les qualités de l’individu pistonné sont brusquement décuplées. Un ensemble complexe d’appuis et de relais est alors actionné pour produire une avancée rapide du parcours individuel. De même que l’essence n’explose pas spontanément à température et pression ambiante, le pistonné a besoin que l’action d’autrui s’exerce sur son profil, de manière à le transformer radicalement. Il s’agit, en l’occurrence, d’une transformation d’état, dans la mesure où ce ne sont plus les qualités intrinsèques de l’individu qui s’exercent pour le faire accéder à un poste convoité.

8Le candidat au piston est subitement doté d’attributs généralement formels ou abstraits qu’il ignorait posséder. On lui reconnaît par exemple une « grande capacité de synthèse » ou un talent original pour « relier des contenus ». Il s’opère alors un travail de construction sociale de la personnalité. L’agent du piston se convainc généralement des compétences qu’il invente à son candidat. Ce dernier, emporté dans un mouvement ascensionnel, se persuade que s’il monte c’est bien qu’il y a une raison. L’environnement socioprofessionnel dans lequel s’inscrit ce mouvement mécanique finit le plus souvent par adhérer à la fiction initié et, après quelques réticences, le temps polira la grossièreté du parcours du candidat pistonné.

La combustion ou allumage

9L’allumage correspond au moment précis où, l’étincelle de la bougie aidant, le mélange explose, transformant l’énergie thermique en énergie mécanique. À cet instant, qui correspond au troisième temps du moteur, le piston approche de la fin de sa course. La combustion requiert des réglages fins qui permettent au mélange d’air et d’hydrocarbures de produire un effet maximum, en évitant les « retards à l’allumage » ou pire, « l’auto-allumage » qui est synonyme de combustion spontanée et qui produit un cliquetis caractéristique. Rapporté au domaine de l’ascension sociale, la combustion correspond au moment où le candidat est brusquement propulsé au poste convoité. Sa réputation dépend bien souvent de la finesse des réglages internes au processus du piston : alors que des mélanges trop riches provoquent de mauvaises combustions, des fumées noires attestent d’un favoritisme trop grossier. L’effort considérable qui résulte de la mise en mouvement des pièces mécaniques et de l’allumage est naturellement générateur de pertes importantes car, si les quatre temps d’un moteur à explosion servent avant tout à fournir un travail utile (propulser un engin, actionner une pièce), leur fonctionnement produit une dissipation importante d’énergie. C’est pourquoi, en poursuivant notre analogie, le troisième temps de la course du piston n’est pas une garantie de réussite pour le candidat. Mais la règle — d’un point de vue statistique — est plutôt, comme nous l’évoquions précédemment, la mise en place des ressorts collectifs de perpétuation de la fiction. « Finalement, il fait du bon boulot », « il faut lui reconnaître… » sont des expressions qui constituent des indicateurs d’une bonne combustion. L’allumage est d’autant plus réussi que les esprits chagrins ou critiques apparaissent désormais comme des candidats malheureux à l’ascension, des frustrés de la promotion.

L’échappement

Il avait quitté la Carrière sur un coup de tête parce qu’on ne lui avait pas proposé le poste d’ambassadeur à Paris, poste pour lequel il s’estimait tout désigné du fait de sa naissance, de son indolence, du bon anglais de ses dépêches et de sa passion immodérée du plaisir.
Oscar Wilde, 1890 [1995]. Le portrait de Dorian Gray : 77.

10L’échappement s’effectue, dans le cas où le piston n’a pas connu de raté, vers les hautes sphères. Il propulse l’individu de la même manière que, dans un moteur, l’échappement caractérise la phase au cours de laquelle la soupape s’ouvre et chasse les gaz brûlés. Son corollaire est de lier indissociablement l’ensemble des segments qui ont actionné la machinerie tout entière du piston. Arrivé au sommet, ou du moins à l’un des échelons intermédiaires qui constituent le sommet du moment, l’individu pistonné regarde à la fois en arrière en direction de ceux qui n’ont pu jouer de la même rapidité ascensionnelle et vers les prochains pistons qu’il lui faudra actionner pour ne pas rester éternellement entre deux « tours » de moteur. Il s’attend alors à reprendre les quatre moments précédemment cités.

11Mais la course du piston dans un moteur est un facteur d’usure. La résistance du matériau est mise à l’épreuve. Le piston « serre », se fige dans la culasse. Il faut remplacer la pièce. Ainsi, l’individu pistonné doit savoir changer d’écurie. Ce qu’il fait régulièrement puisqu’il est doué d’une qualité particulière : celle de savoir faire travailler d’autres à son avantage. Pour poursuivre l’analogie, l’employé qui se rapproche le plus de la bielle est celui qui effectue les tâches au profit d’autrui, sans possibilité de s’extraire de son rôle mécanique et aliénant. De fait, l’individu pistonné dispose de compétences comportementales et relationnelles qui le dispensent des aptitudes requises à la mobilité professionnelle. L’objectif de l’individu pistonné est celui d’une ascension facilitée. Son travail consiste donc à se profiler de sorte à réduire les frottements. De là une tendance à cloner son piston (Canourel et Lenoir, 2005), à s’assimiler, à user du cambouis de la séduction bien comprise. De là sa propension à susciter la collaboration bienveillante (et toujours à son profit personnel) d’individus d’étages hiérarchiques équivalents ou supérieurs. De fait, à l’état naturel, l’individu pistonné a la consistance informe d’un gaz non comprimé. Libéré de la pression du piston, il se dilate puis s’évapore. Désormais sans énergie, une nouvelle pression extérieure est nécessaire à la poursuite de sa trajectoire ascendante.

Rouages et interactions sociales : travailler son réseau

Quel chef-d’oeuvre que ce soleil de cylindres […] où chaque piston poussé par une déflagration intime vient au juste point et au juste moment ajouter son propre éperon à cet axe central qui recueille l’énergie de l’attelage collectif !
Paul Claudel, 1937.

12Faire un écorché du piston social n’est pas aussi aisé que, pour le dessinateur technique, de représenter les diverses pièces d’un moteur à explosion. Car le piston constitue un objet sociologique peu visible qui ne s’exprime pas mécaniquement mais socialement. Ainsi, l’analogie avec le mouvement mécanique des pièces d’un moteur peut se révéler trompeuse si l’on considère que les événements constitutifs du piston sont eux-mêmes mécaniques. Or, l’ascension est avant tout un processus d’interactions sociales qui prend naissance dans les multiples événements de la vie quotidienne. Il ne faudrait pas, l’analogie aidant, imaginer que l’individu est « déterminé » à gravir les échelons par le seul jeu des rouages qui constituent le système des « relations ». De ce point de vue, les sociétés ne sont pas réductibles aux machines.

13Certains lieux et moments de sociabilités sont plus favorables que les autres au piston. D’une manière générale, la physique de l’ascension sociale se nourrit d’une huile essentiellement informelle. Prenons le cas d’un candidat au brevet d’avocat dont la famille tout entière est passée avec les honneurs à la magistrature. Imaginons ensuite que ledit candidat ne possède pas de dispositions exagérées par rapport aux métiers du droit, mais qu’il soit néanmoins à la recherche d’un stage dans une étude sérieuse. Ses aînés vont-ils subitement décrocher leur téléphone pour s’enquérir d’une place éventuelle auprès de leurs collègues et amis? Pas nécessairement, dans la mesure où certains lieux et certains événements permettent à ce genre de requêtes d’être effleurées. La physique de l’ascension sociale possède des ressorts feutrés. L’individu finit par oublier cette souplesse. Il imagine alors, comme nous l’avons déjà mentionné, qu’il occupe des fonctions à la hauteur de ses compétences.

14De fait, les figures et mécanismes de l’ascension sociale dans les sociétés du capitalisme dit flexible obéissent à des lois qui ne sont plus exactement celles de la mécanique du moteur à explosion. Le piston, du fait de l’impulsion forcée qui lui est associée, se voit substituer une physique sociale du réseau. Ses théoriciens insistent d’ailleurs lourdement sur la différence de nature qui existe entre réseau et mécanique reproductive du piston. Le réseau serait informel. Il se caractériserait par une plasticité. La dynamique du piston révèlerait une rigidité qui l’assimilerait à un autre monde, celui du capitalisme industriel, du « système technique moderne » de la typologie de B. Gille (1978). Or, notre monde ne serait-il pas notoirement différent de celui décrit par l’auteur il y a près de trente ans ? De même que nos systèmes de productions se seraient fluidifiés, que le toyotisme se serait substitué au fordisme, que l’autonomie individuelle aurait gagné en signification pour les ingénieurs sociaux qui organisent nos vies laborieuses, que notre modernité serait celle d’une économie de marché « dirigée » par les impulsions que chacun, dans son rôle de consommateur, lui donne, les mécanismes de l’ascension sociale se seraient flexibilisés, démocratisés. Qui ne connaît pas quelqu’un-qui-connaît-quelqu’un-qui ? Car le réseau ne serait rien d’autre que cela : le fait de bénéficier d’une information et d’en faire profiter un tiers.

15Il est généralement estimé que 60 % des postes de travail pourvus, ou repourvus, n’apparaissent pas sur le marché. Dès lors qu’il s’agit du recrutement de cadres, ce taux approcherait 80 %, selon certaines agences de recrutement (Daumas et Faure, 2003). Plus le travail est qualifié, plus il est judicieux de recourir à quelqu’un-qui-connaît-quelqu’un-qui sera en mesure de vous informer sur les compétences sociales et professionnelles supposées d’un candidat. La logique de transmission de l’impulsion est toutefois plus sophistiquée. Elle mobilise la loi selon laquelle l’amplitude et la réactivité d’un réseau sont toujours liées au capital social d’un agent. Capital lui-même corrélé à la position dans le champ social de l’agent en question. Le réseau récompense les individus les mieux placés dans l’espace social. Plus encore que la mécanique du piston, il est une machine qui assure la reproduction sociale. Ainsi, les acquis de naissance permettent, dans une certaine mesure, de gravir à moindre effort les échelons de la reconnaissance socio-professionnelle et, surtout, d’éviter les placards de l’emploi.

16La théorie du réseau travaille ainsi sur une physique qui est celle du confinement. Connaître quelqu’un-qui-connaît-quelqu’un-qui, c’est toujours rester dans le cercle de ses connaissances. Même s’il s’agit d’activer un deuxième cercle, qui lui est séquent. Le propre du réseau est d’obéir à une clause d’homogamie sociale. La préférence donnée actuellement à une théorie de la logique réticulaire de la promotion sociale aux dépens d’une approche mécanique de la bielle et du piston conduit ainsi à voiler plus encore les mécanismes de reconduction de la structure sociale. Le réseau voile l’énergétique qui assure le statu quo de l’organisation sociale. À l’inverse de quoi, le piston permet encore de laisser croire (de manière illusoire) qu’une certaine intelligence tactique permettrait aux moins dotés de gravir l’échelle sociale par le travail.

« On est jamais aussi bien battu que par soi-même »1 ?

  • 1 On aura reconnu un principe fondamental de la philosophie shadok.

17L’analogie de la course du piston dans un moteur à explosion, pour imparfaite et entachée de cambouis qu’elle soit, n’aura pas été inutile. En montrant que les individus qui souhaitent s’élever dans une hiérarchie pouvaient faire usage d’un accélérateur social comparable à une pièce mécanique, elle aura permis d’illustrer l’importance des relais interpersonnels et la nécessité des lubrifiants de carrière. De l’admission à l’échappement en effet, le candidat aux hautes sphères doit maîtriser un agencement complexe de pièces en mouvement et savoir doser les réglages.

18La physique de l’ascension sociale qui en résulte est néanmoins fortement combattue par les adeptes du réseau. Ceux-ci relèvent que le piston est un mécanisme inégalitaire et individualisant qui laisse de côté les qualités intrinsèques du candidat. Ils relèvent que les promotions à l’intérieur des administrations et des entreprises résultent aujourd’hui d’une dynamique réticulaire. Dans cet entrelacement de relations informelles qui forme un « carnet d’adresses » précieux, chacun est libre de bâtir ses proximités privilégiées au gré des événements structurant la vie professionnelle. Ce faisant, les tenants de l’approche par les réseaux ignorent qu’en réalité ceux-ci ne permettent pas véritablement de sortir d’un « milieu » social et illustrent sans le vouloir le principe de l’homogamie sociale. Le terme de réseau apparaît ainsi comme un mécanisme discursif dont la fonction est de voiler une domination sociale. Sous des dehors égalitaires, il évacue le fait que la position dans l’espace social détermine la « valeur » (en termes d’ascension sociale) des relations des uns et des autres.

19Le réseau est très certainement le meilleur moyen de figer les structures sociales dans leur état actuel. En ce sens, il assure une reproduction optimale de la société. Ce en quoi il est peut-être plus fondamentalement pervers que la dynamique du piston. La connotation péjorative attribuée à ce dernier, son caractère trop manifestement dissymétrique du point de vue de l’égalité procédurale, le rend aisément identifiable en termes de technique de transmission des avantages de position. Le réseau tait cette dissymétrie.

Top of page

Bibliography

ALMEIDA Fabrice (d’), 2003, La manipulation, Paris : PUF.

Amis Martin, 1978 [2001], Réussir, Paris : Gallimard.

Aragon Louis, 1936 [1972], Les beaux quartiers, Paris : Gallimard.

CANOUREL Jean, LENOIR Nathalie, 2005, Comment devenir chef (et le rester) en 10 leçons : guide du cynisme en entreprise, Paris : Bourin.

DAUMAS Cécile, FAURE Sonya, 2003, « Sans réseau, pas de boulot », Libération, lundi 19 mai.

GILLE Bertrand, 1978, Histoire des techniques, Paris : Gallimard.

MERTON Robert K., 1968, « The Matthew Effect in Science », Science, n°159, pp. 56-63.

PETER Laurence J., HULL Raymond, 1970 [2004], Le Principe de Peter ou pourquoi tout va toujours mal, Paris : Stock.

VERNANT Jean-Pierre, 1974 [1993], Les ruses de l’intelligence : la mètis des Grecs, Paris : Flammarion.

Wilde Oscar, 1890 [1995], Le portrait de Dorian Gray, Paris : Garnier-Flammarion.

Top of page

Notes

1 On aura reconnu un principe fondamental de la philosophie shadok.

Top of page

References

Electronic reference

Laurent Matthey and Olivier Walther, « La mécanique du piston. Perspectives théoriques en physique de l’ascension socio-professionnelle », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Briefings, 2007, Online since 10 January 2007, connection on 24 July 2017. URL : http://articulo.revues.org/743

Top of page

About the authors

Laurent Matthey

Laurent Matthey is director of the Fondation Braillard Architectes in Geneva. He also is Head of Research at the Centre for Urban Studies and Sustainable Development (OUVDD) of the University of Lausanne and Research Associate at the Institute of Environmental Sciences of the University of Geneva.

By this author

Olivier Walther

Olivier Walther is a Researcher at the Department of Geography, Centre for Population, Poverty and Public Policy Studies in Luxembourg. He holds a PhD from the University of Lausanne and the University of Rouen. His major research interests lie in informal economic networks and cross-border integration in West Africa. Aside from West African studies, Olivier Walther is involved in several research projects dedicated to cross-border metropolitan integration in Europe. Email: olivier.walther@ceps.lu

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org