Skip to navigation – Site map

« Le Paradis sur Terre » ? Une géographie culturelle et politique du tourisme. Introduction

Laurent Matthey and Olivier Walther

Full text

1Ce quatrième numéro d’Articulo – Journal of Urban Research aborde le tourisme à travers le quadruple regard des marchands de voyages, des chercheurs, des touristes et des acteurs locaux. Bien qu’émanant de disciplines diverses (géographie, mais aussi sociologie et histoire), les contributions rassemblées ici tentent, chacune à leur manière, de répondre à la question de savoir si le tourisme s’apparente ou non à une expérience paradisiaque et de quelle manière l’analyse géographique est appropriée pour traiter de ses dynamiques culturelles et politiques.

2Il est indéniable que le tourisme fait rêver. Lorsque les marchands de voyage parlent du tourisme, ils évoquent des lieux paradisiaques, des édens préservés et uniques, des petits coins de paradis qui échappent miraculeusement à l'emprise du temps et des hommes. Ainsi que le rappelle Amirou (1995 : 115) « les publicités et les guides touristiques sont les seuls médias à nous parler encore du bonheur et du paradis sur Terre ». Dès lors, le discours des marchands de voyage passe par l’émotion, la rencontre et l’authenticité, ces trois piliers du tourisme contemporain. Découvrir et donner l'illusion de la découverte sont deux étapes de l'émergence des lieux touristiques. Alors même que le monde mondialisé est supposé découvert, les professionnels du voyage parviennent toujours à proposer des destinations « reculées » aux touristes en quête de paradis. Anthony Goreau-Ponceaud, dans sa contribution consacrée à l’imaginaire occidental de l’Inde, commente ainsi le décalage persistant entre l’Inde mystique et traditionnelle telle que véhiculée par certains marchands de voyage, et les évolutions contemporaines de ce sous-continent.

3À leur tour, lorsque les chercheurs parlent du tourisme, ils évoquent par exemple des modèles dans lesquels les lieux touristiques connaissent des phases relativement identiques (Butler, 1980). À une période d’exploration durant laquelle un « découvreur » investit un espace encore inconnu dans son aire géographique d’origine succède une phase d’implication qui voit la mise en place progressive d’un système touristique. Le nombre de touristes augmente, mais un premier ralentissement de la croissance apparaît. À terme, cette croissance s’interrompt. Si rien ne relance l’attractivité du lieu, il décline. C’est ce que montrent Olivier Walther, Thierry Renaud et Jonathan Kissling en comparant la dynamique touristique du Pays Dogon (Mali), bien ancrée dans la durée depuis sa « découverte » par les anthropologues français dans les années 1930, avec l’émergence des Monts Hombori, encore largement ignorés des voyageurs.

4Comme Paris, Angkor, le Grand Canyon ou le Taj Mahal, certains lieux sont devenus « incontournables », comme le montre Maie Gérardot dans son analyse du « rythme » d'un symbole parisien (la tour Eiffel). Ces lieux d’élection polarisent les flux et les superlatifs, à l’image des villes de Beihai et de Guilin étudiées par Benjamin Taunay et respectivement qualifiées de « plus belle plage sous le ciel » et de « plus beau paysage » de Chine. La transformation de ces lieux s’inscrit dans une logique qui n’exclut pas la marchandisation du patrimoine urbain. C’est le cas des villes de Lyon et de Pékin étudiées par Yves Bonard et Romain Felli, dans lesquelles l’authenticité urbaine concours aux stratégies de distinction des pouvoirs publics.

5Lorsque les touristes parlent du tourisme, cette fois-ci, il devient possible de montrer que les destinations touristiques sont liées à des profils psychosociaux (Plog, 1979). Les individus « psychocentriques » préfèrent les lieux familiers alors que les « allocentriques » s’orientent vers des espaces encore peu pratiqués. À chacune des phases du cycle de vie du lieu touristique correspond ainsi un public spécifique. Il importe alors de s'intéresser au touriste lui-même et de considérer ce qui fonde les pratiques touristiques (MIT, 2002, 2005). Rachid Amirou, dans « Le Paradis, c’est les autres », évoque à ce propos la rencontre de l’imaginaire propre aux touristes, fondé sur le rêve d’une sociabilité parfaite, et des espaces spécialement créés pour le tourisme.

6L'expérience du touriste n'est que rarement, sinon jamais, « immédiate ». Sa connaissance et sa pratique des lieux nécessite l'existence de « passeurs ». Gwendal Simon analyse ainsi le rôle des guide-interprètes parisiens. Ceux-ci « incarnent une présence physique en mesure d’aider les touristes en les informant sur la ville, ils opèrent comme prescripteurs de choses à voir et à faire ». Pour autant leur pratique est complexe et balance entre la nécessité de « références touristiques “à voir” » et le souhait de « montrer la ville dans sa pluralité ».

7Enfin, lorsque les acteurs locaux nous parlent du tourisme, ils rappellent que le phénomène ne peut guère être interprété seulement en termes de croissance économique, d’acculturation ou d’impact, tant il est vrai que les sociétés locales composent avec le système touristique, au point même de parfois procéder à une certaine invention de la tradition et de l’authenticité (Taylor, 2001). Johan Vincent montre ainsi, dans son analyse de la mise en valeur touristique de la Bretagne entre 1800 et 1839 comment les « politiques touristiques des sociétés locales vont avoir à cœur […] de créer une sorte de paradis sur terre », notamment en oeuvrant pour une professionnalisation de l’activité touristique, tout en développant simultanément un discours sur l’authenticité, qui tend à lisser les effets peu édéniques d'une commercialisation croissante. C’est ce que montre Elina Caroli dans les Pouilles italiennes, lesquelles sont aujourd’hui sujettes à une « renaissance » ambiguë fondée sur leurs aspects les plus traditionnels.

8Au final, malgré leur diversité, les contributions s’accordent à reconnaître que le paradis peut constituer une porte d’entrée originale à une géographie du tourisme. Les paradis recherchés par les touristes se situent bien dans un ailleurs hors du quotidien. En s’appuyant sur le paradigme de l’île tropicale paradisiaque, Vincent Coëffé et Philippe Violier viennent, sur ce point, apporter une conclusion adéquate à ce quatrième numéro d’Articulo. Dans « Les lieux du tourisme : de quel(s) paradis parle-t-on ? », les deux auteurs rappellent tout d’abord que l’opposition souvent postulée entre séjour et découverte n’est guère opératoire pour appréhender le tourisme. « Elle est même nuisible, argumentent Coëffé et Violier, construite dans une société toujours fondée sur les valeurs du travail, de l’épargne et de l’effort, associées à la sédentarité, qui sont justement celles avec lesquelles les touristes souhaitent rompre en se rendant au paradis. L’impératif de découverte vient ainsi débarrasser le tourisme de son contenu subversif en lui donnant un sens admis par la société : une utilité mesurable ». Cette analyse permet, en guise de conclusion, d’insister sur la nécessité d’une analyse géographique du paradis qui appréhende « globalement les effets positifs pour le corps et l’esprit des transmutations que le changement de lieu opère par le tourisme sur les touristes ».

Top of page

Bibliography

AMIROU Rachid, 1995, Imaginaire touristique et sociabilité du voyage, Paris : PUF.

BUTLER Richard W. 1980, « The Concept of a tourism area cycle of evolution », Canadian Geographer, n° 24, pp. 5-12.

MIT Équipe, 2002, Tourismes 1 : lieux communs, Paris : Belin.

MIT Équipe, 2005, Tourismes 2 : moments de lieux, Paris : Belin.

PLOG Stanley C., 1979, « Why destination areas rise and fall in popularity ? », Cornell HCA Quarterly, vol. 14, n° 3, pp. 55-58.

TAYLOR John P. 2001. « Authenticity and sincerity in tourism », Annals of Tourism Research, n° 28-1, pp. 7-26.

Top of page

References

Electronic reference

Laurent Matthey and Olivier Walther, « « Le Paradis sur Terre » ? Une géographie culturelle et politique du tourisme. Introduction », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 4 | 2008, Online since 30 January 2008, connection on 20 September 2017. URL : http://articulo.revues.org/731

Top of page

About the authors

Laurent Matthey

Laurent Matthey is director of the Fondation Braillard Architectes in Geneva. He also is Head of Research at the Centre for Urban Studies and Sustainable Development (OUVDD) of the University of Lausanne and Research Associate at the Institute of Environmental Sciences of the University of Geneva.

By this author

Olivier Walther

Olivier Walther is a Researcher at the Department of Geography, Centre for Population, Poverty and Public Policy Studies in Luxembourg. He holds a PhD from the University of Lausanne and the University of Rouen. His major research interests lie in informal economic networks and cross-border integration in West Africa. Aside from West African studies, Olivier Walther is involved in several research projects dedicated to cross-border metropolitan integration in Europe. Email: olivier.walther@ceps.lu

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org