Skip to navigation – Site map
2008

De Sumer à Seattle, le voyage du bout du monde

Book review of: William J. Bernstein. A Splendid Exchange. How Trade Shaped the World.
Olivier Walther
Bibliographical reference

William J. Bernstein. 2008. A Splendid Exchange. How Trade Shaped the World. New York, Atlantic Monthy Press.

Full text

Full size image
Credits : @ Atlantic Monthy Press

1« Les affaires qui se nouent par-dessus les frontières qui séparent les peuples ne font pas que ces frontières n'existent pas » notait Émile Durkheim en 1895 (1895 : 113). Un peu plus d’un siècle plus tard, l’ouvrage de William J. Bernstein intitulé A Splendid Exchange et sous-titré de manière inspirée How Trade Shaped the World vient apporter une confirmation étayée au sociologue français. De Sumer où fut introduit le commerce du cuivre 3000 ans avant Jésus-Christ, à Seattle où se tint la troisième conférence ministérielle de l’OMC en 1999, l’auteur montre comment la propension à commercer, identifiée comme une spécificité de l’espèce humaine par Adam Smith, a donné forme au monde. En détaillant les routes empruntées au cours des siècles pour approvisionner l’Europe, l’Asie puis l’Afrique et les Amériques en denrées rares ou exotiques, il présente un panorama historique détaillé des « affaires » qui se sont nouées de par le monde tandis que des « frontières » séparaient les peuples et leur mosaïque de nations.

2Ce faisant, M. Bernstein s’inscrit dans la lignée des historiens et des géographes tels que Fernand Braudel, Paul Bairoch, Jacques Lévy ou Peter Taylor, qui ont interprété la spatialité des phénomènes économiques en articulant arguments topologiques (réseaux) et arguments topographiques (territoires). D’un côté, rappelle l’auteur, le monde fut façonné par le flux incessant des réseaux mondiaux destinés à la quête de la soie, de l’encens, des épices, des esclaves, des métaux précieux ou, plus récemment, du café, du sucre, de l’opium et du pétrole. De l’autre côté, souligne-t-il, le monde a également été soumis aux guerres et aux conquêtes territoriales des empires, des royaumes ou des États.

3Logique de réseaux et logiques territoriales entrent parfois durablement en conflit. C’est le cas de la Chine qui, consécutivement à la victoire de la bureaucratie confucianiste au XVe siècle, édicte des décrets impériaux qui interdisent toute construction de vaisseaux. L’Empire s’enferme alors dans un long silence commercial, quand bien même les Chinois avaient précédemment entrepris des voyages les emmenant jusqu’en Indonésie et en Afrique de l’Est. De la même manière, la Pax Islamica qui suit les conquêtes musulmanes en Europe fait de la Méditerranée une frontière séparant Musulmans et Chrétiens alors que cette mer constituait l’un des grands axes de commerce du monde avant le VIIIe siècle. Dans d’autres cas, la logique marchande se fond dans le jeu territorial des pouvoirs politiques, comme lorsque le Doge de Venise consent à acheminer la Quatrième croisade de Geoffroi de Villehardouin en échange de la prise de Zadar située sur la côte de la Croatie actuelle et du sac de Constantinople (1203).

4Ces épisodes historiques permettent à l’auteur de rappeler que le commerce et la violence ont souvent fait ménage commun. Cela est vrai en particulier des Grands Découvreurs, motivés par la recherche de nouveaux itinéraires commerciaux vers les « Indes ». M. Bernstein rappelle alors que si Vasco de Gama (vers 1469-1524) était un navigateur hors pair, capable d’emprunter la route des alizés maritimes qui devait le conduire à franchir le Cap de Bonne Espérance, il était également connu pour sa propension au rapt, au vol et au meurtre. Ce que l’on sait moins, c’est à quel point le quotidien des marchands portugais et hollandais qui suivirent les grands navigateurs sur les côtes de l’Asie était marqué par des violences opérées à l’encontre de leurs partenaires commerciaux. Dans les Iles Moluques longtemps restées inconnues des Européens par exemple, les populations productrices de la muscade et des clous de girofle furent massacrées et réduites en esclavage. Le degré de brutalité, exacerbé par le fondamentalisme catholique, était exceptionnel, même pour l’époque, note l’auteur.

5À partir de 1650, tandis que les Grandes Découvertes ont ouvert la porte des Amériques et que la connaissance du système complexe des vents a permis de rallier plus rapidement qu’auparavant les quatre coins du globe, l’intensité des échanges de biens et de personnes prend une dimension mondiale. Dès lors, la question des bienfaits du libre-échange et du protectionnisme n’aura de cesse de se poser. Sur ce point, l’auteur rappelle que si, comme le soutenaient Adam Smith et David Ricardo, l’abaissement des barrières tarifaires améliore en principe légèrement les conditions de vie moyennes des sociétés, cela a aussi pour conséquence d’accroître les disparités internes entre riches et pauvres et de précipiter certains groupes sociaux dans l’extrême pauvreté.

6M. Bernstein consacre alors plusieurs pages aux fondements (et aux limites) des théorèmes de Heckscher-Ohlin (1933) et de Stolper-Samuelson (1941). Le premier stipule que la baisse des coûts de transport conduit à une intensification des échanges et à une convergence globale des prix des biens échangés comme des rémunérations des facteurs de production. Le second affirme que la hausse relative du prix d’un bien augmentera le revenu réel du facteur de production utilisé le plus intensivement dans la production de ce bien et diminuera le revenu réel du facteur utilisé le moins intensivement. Considérant les trois facteurs de l’économie classique que sont le travail, le capital et la terre, le modèle standard de la théorie du commerce international qui en résulte permet alors de montrer que les principaux bénéficiaires de l’intensification du commerce seront les propriétaires du facteur de production abondant dans chaque pays, alors que les propriétaires du facteur moins abondant s’opposeront à l’abaissement ou à la suppression des droits de douane. Cette grille de lecture permet à l’auteur de présenter plusieurs situations historiques dans lesquelles l’opposition au libre-échange est venue de ceux qui avaient trop à perdre de l’ouverture des frontières, comme les propriétaires fonciers anglais depuis 1750 ou les travailleurs salariés aux États-Unis à partir du début du XXe siècle.

7Un intérêt supplémentaire de l’ouvrage est d’apporter des informations détaillées sur les techniques et sur les facteurs physiques qui ont permis au commerce de se déployer à l’échelle mondiale. Un soin tout particulier est apporté à décrire les moyens de transports, en particulier les différents types de bateaux (caravelles, jonques, clippers) qui ont rendu possible la navigation à l’échelle mondiale alors que plusieurs pages bien documentées sont consacrées à la présentation des alizés maritimes qui ont permis aux marins de circuler entre l’Europe et l’Asie avant l’invention de la machine à vapeur. La maîtrise des moyens de transport maritimes et des vents ont ainsi accru l’importance des passages stratégiques, notamment Hormuz (Iran-Émirats Arabes Unis-Oman), Malacca (Malaisie), Bab el Mandeb (Yémen-Djibouti) ou bien encore Suez (Égypte) et le Bosphore (Turquie). L’intérêt porté par l’auteur au cadre physique le conduit parfois à une certaine surestimation des facteurs naturels sur les comportements sociaux, par exemple lorsqu’il explique les solidarités tribales par l’environnement désertique ou la multiplicité des États européens par la présence de nombreuses montagnes et rivières.

8Il n’en demeure pas moins que les exemples historiques développés par M. Bernstein illustrent de manière convaincante le principe selon lequel, si le commerce a apporté la stabilité entre les nations, il n’a pas pour autant aboli leurs frontières. De Sumer à Seattle, le mérite de l’auteur est de venir rappeler l’intérêt d’une géographie attentive à la diversité du monde et aux manières de réduire ses disparités.

Top of page

Bibliography

Durkheim E. 1895. Les règles de la méthode sociologique. Paris, PUF.

Top of page

References

Electronic reference

Olivier Walther, « De Sumer à Seattle, le voyage du bout du monde », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Book Reviews, 2008, Online since 28 December 2008, connection on 21 September 2017. URL : http://articulo.revues.org/706

Top of page

About the author

Olivier Walther

Olivier Walther is a Researcher at the Department of Geography, Centre for Population, Poverty and Public Policy Studies in Luxembourg. He holds a PhD from the University of Lausanne and the University of Rouen. His major research interests lie in informal economic networks and cross-border integration in West Africa. Aside from West African studies, Olivier Walther is involved in several research projects dedicated to cross-border metropolitan integration in Europe. Email: olivier.walther@ceps.lu

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org