Skip to navigation – Site map
2007

« Que nous disent nos espions ? » L’héritage contemporain de la CIA

Book review of: Tim Weiner. Legacy of Ashes. The History of the CIA.
Olivier Walther
Bibliographical reference

Tim Weiner. 2007. Legacy of Ashes. The History of the CIA. New York, Doubleday.

Full text

Full size image
Credits : @ Doubleday

1« La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre » affirmait le géographe Yves Lacoste en 1976. Il montrait alors de quelle manière la maîtrise de l’espace pouvait également servir à l’exercice du pouvoir et l’impossibilité de séparer radicalement la pensée académique de celle des états-majors. Il n’y a sans doute pas de meilleure illustration contemporaine de ce principe que le dernier ouvrage consacré à la CIA par Tim Weiner, journaliste au New York Times. Car Legacy of Ashes est assurément plus qu’une histoire de la Central Intelligence Agency ; il est également une leçon sur l’espace des guerres menées par l’Amérique depuis la Seconde Guerre mondiale. De sa création sous le président Truman en 1947 à sa remise en question au lendemain de la guerre en Irak en 2003, l’ouvrage de Tim Weiner parcourt les épisodes qui ont principalement marqué la bataille de la CIA contre le communisme, puis contre le terrorisme, jusqu’à sa mise sous tutelle actuelle au profit du Pentagone.

2Tim Weiner connaît son terrain. Prix Pulitzer pour son travail d’investigation sur le financement de la recherche dans le domaine de la défense et de l’armement en 1988, il s’est appuyé sur une somme considérable d’archives aujourd’hui accessibles et d’entretiens conduits depuis vingt ans auprès de milliers d’officiers de la CIA, y compris auprès d’anciens directeurs de l’Agence. Les quelque 150 pages de notes relatives aux sources utilisées témoignent du soin porté par l’auteur à la contextualisation de son propos. Ces notes permettent de replonger dans les moments précis où les renseignements de l’Agence devaient servir à guider l’action de l’Amérique.

3Deux thèses principales structurent l’ouvrage. Toutes deux témoignent de l’éloignement progressif de l’Agence de sa mission première qui est « ‘to assemble all intelligence’ gathered by the United States, and then analyze it, evaluate it, and report it to the White House » (182).

4La première thèse se rapporte à l’incapacité de la CIA à connaître les ennemis des Etats-Unis et concerne plus particulièrement l’éloignement de l’Agence par rapport au terrain du renseignement. Tim Weiner montre alors comment il fut laborieux de vaincre la distance qui séparait Washington des principaux champs de bataille du XXe siècle – la Corée, mais aussi Cuba, le Vietnam, l’Afghanistan des Soviétiques et celui des Talibans, puis l’Irak. L’hypothèse privilégiée par l’auteur est de considérer le surenchérissement des Etats-Unis dans le domaine des technologies (nucléaires et satellitaires notamment) comme une conséquence de son incapacité à véritablement pénétrer le terrain de l’ennemi par le renseignement humain.

5Si l’Agence a souvent échoué à prévenir les crises qui ont agité ces soixante dernières années, c’est donc avant tout parce qu’elle ne savait pas ce qui se passait dans le monde. « “We don’t know what is going on.” […] “We don’t know who is doing what to whom. We haven’t got any idea of their order of battle in terms of political organization and structure. Who hates whom? Who loves whom? We have nothing” » (185). C’est le message qu’adresse le chargé du Bureau cubain de l’Agence Sam Halpern au président Kennedy lors de la Crise des Missiles russes à Cuba en 1962. Les exemples de l’ignorance de la CIA vis-à-vis de la culture et de l’histoire de ses ennemis sont documentés avec insistance par Tim Weiner. Jusqu’à la Chute du Mur, l’Agence n’obtiendra que très peu de renseignements relatifs à la situation de l’URSS, son plus grand ennemi : « What’s happening in Moscow ? What are our spies telling us ? It was hard to confess that there were no Soviet spies worth a damn – they all had been rounded up and killed, and no one at the CIA knew why » note Tim Weiner (430).

6Loin de brosser le tableau d’une Agence omniprésente, l’auteur montre comment, dans certaines occasions historiques pourtant cruciales, la CIA ne disposait d’aucun renseignement de première main. Les exemples choisis parmi les centaines d’opérations menées par la CIA parlent alors tous de la même nécessité : se projeter sur le terrain pour y récolter des renseignements, une intelligence qui peut être gagnée par l’argent, par la violence et, trop peu souvent pour ce qui concerne la CIA selon Weiner, par la connaissance approfondie de l’ennemi.

7En 1531, Machiavel (1531 [1992] : 128). conseillait au Prince désireux de parfaire son art de la guerre d’« apprendre la nature des sites et connaître comment s’élèvent les montagnes, comment s’ouvrent les vallées, comment s’étendent les plaines, et comprendre la nature des fleuves et des marais, et à tout cela apporter le plus grand soin ».Quatre cents ans plus tard, pour ne pas avoir appris à connaître ces « marais » et s’être appuyé sur des relevés cartographiques datant de 1895 qui ne mentionnaient ni la boue ni la mangrove de la Baie des Cochons (sans même parler d’un soutien aérien insuffisant), les troupes cubaines armées par la CIA échoueront à renverser Castro, écrit l’auteur.

8À défaut de comprendre les ennemis de l’Amérique, les espions de la CIA ont été poussés à conduire un nombre toujours croissant d’opérations clandestines (covert operations). A ce propos, Tim Weiner développe l’idée que l’Agence ne tirera jamais véritablement les leçons de ses erreurs et s’éloignera dangereusement de sa mission de protéger les Américains. C’est sa deuxième thèse. Les compromissions qui en résultèrent sont connues, notamment l’Iran à qui les Etats-Unis vendirent secrètement des armes pour financer l’activité des Contras au Nicaragua et l’Afghanistan, où l’appui massif accordé aux ennemis des Soviétiques alimentera, plus tard, la force militaire taliban. En accordant son soutien aux ennemis des ennemis de l’Amérique, la CIA s’est immiscée dans certains des conflits les plus longs et les plus sanglants du siècle. Sur ce point également, les espions de l’Agence s’éloignèrent des recommandations faites par Machiavel au Prince, selon lesquelles : «[l]es amitiés qui s’acquièrent à prix d’argent, et non par grandeur et noblesse d’âme, on les paye, mais on ne les possède pas »(138).

9Avant de se hisser dans l’hélicoptère qui l’évacuait le 29 avril 1975, le chef de la station de la CIA au Vietnam Tom Polgar avait envoyé un dernier message. Il y annonçait en lettres majuscules : « “THOSE WHO FAIL TO LEARN FROM HISTORY ARE FORCED TO REPEAT IT. LET US HOPE THAT WE WILL NOT HAVE ANOTHER VIETNAM EXPERIENCE AND THAT WE HAVE LEARNED OUR LESSON. SAIGON SIGNING OFF” » (343). Presque trente ans plus tard, sur la base de renseignement de la CIA, les Etats-Unis envahissaient l’Irak à la recherche d’armes de destruction massive. Une preuve supplémentaire, selon Tim Weiner, que les leçons d’hier n’ont pas été apprises. Et que les « cendres » qui composent l’« héritage » de l’Agence, selon le mot du président Eisenhower, sont encore brûlantes.

10En définitive, l’ouvrage de Tim Weiner apporte une contribution documentée et convaincante à la géographie politique. En insistant à ce point sur l’éloignement de l’Agence vis-à-vis du terrain de ses opérations et sur les causes de sa relative inefficacité, il met en évidence les liens souvent cachés qui unissent les structures du pouvoir et les formes d’organisation de l’espace.

Top of page

Bibliography

Machiavel N. 1531 [1992], Le Prince. Paris : Garnier-Flammarion.

Lacoste Y. 1976, La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre. Paris : Maspero.

Top of page

References

Electronic reference

Olivier Walther, « « Que nous disent nos espions ? » L’héritage contemporain de la CIA », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Book Reviews, 2007, Online since 30 November 2007, connection on 21 September 2017. URL : http://articulo.revues.org/635

Top of page

About the author

Olivier Walther

Olivier Walther is a Researcher at the Department of Geography, Centre for Population, Poverty and Public Policy Studies in Luxembourg. He holds a PhD from the University of Lausanne and the University of Rouen. His major research interests lie in informal economic networks and cross-border integration in West Africa. Aside from West African studies, Olivier Walther is involved in several research projects dedicated to cross-border metropolitan integration in Europe.

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org