Skip to navigation – Site map
Dossier

Si proche, si loin ! Penser les processus urbains à partir des modèles de la géographie du tourisme ?

So close, so distant! Thinking urban processes through the models of geography of tourism
Laurent Matthey

Abstracts

Our geographic modernity seems to be characterized by an unprecedented process resulting in the attribution of exotic traits to familiar elements. A genealogy of our urban ways of life shows how this process stems from a body of techniques of urban usages by which city-dwellers draw distinct time-spaces closer to each other, through an “analogical transfer” (Lahire, 1998). This provides the opportunity for recreational journeys. However, such imaginary journeys require places characterized by a singular symbolic/semiotic substance, most often situated in the central neighborhoods of Western cities. It therefore seems appropriate to question the relevance of the models of geography of tourism to study certain aspects of contemporary urban processes, particularly the return to the city of a new middle class. Resorting to these models may complete the two main interpretations of gentrification, namely urban income and ostentatious consumption. Their quest for urban life, which draws them towards popular neighborhoods, may betray a search for the conditions of an immediate self-recreation, allowing them to return to the daily sphere of production feeling refreshed.

Top of page

Full text

Au coin de la rue, le vaste monde1

  • 1 En référence à l'ouvrage de Pascal Bruckner et Alain Finkielkraut (1982).

Toute la mer dans le passage de l’Opéra. Les cannes se balançaient doucement comme des varechs.
Louis Aragon, 1926 (2003). Le paysan de Paris : 31.

  • 2 Demeures bourgeoises des siècles passés.

1D’abord, dans mon quotidien, des indices. La compagnie suisse des Chemins de fers fédéraux (CFF) place sa campagne publicitaire 2007 sous le signe d’une injonction (« Découvrez la Suisse ») qu’elle décline en des slogans variés, selon qu’elle appelle à « Explorer l’Ouest » (la région Jura-Neuchâtel), visiter « des peuples rudes » (les Valaisans) ou à découvrir des terres nouvelles (le pays de Vaud). Dans le même temps, le catalogue 2007 de Lausanne Estivale invite à des balades insolites à travers la vallée du Flon ou les cimetières lausannois. Alors que des guides à l’usage des indigènes proposent, depuis des années, des aventures du proche (Corajoud, 2003), à la découverte par exemple des « cossus »2 lausannois ou des quartiers populaires de la ville de Lausanne (Corajoud, 2002). Enfin, l’entrée de cette même ville dans la collection des guides touristiques d’une grande maison d’édition française constitue un événement (local) de librairie — et les Lausannois de se précipiter en tête de gondole pour acquérir leur propre exemplaire.

2Que nous racontent ces anecdotes ? Que nous disent-elles du social qui nous constitue ? Que nous apprennent-elles de notre rapport à l’altérité ? Que nous enseignent-elles à propos de notre relation à la culture, aux agents qui en définissent la légitimité et la hiérarchisent ?

3Ces anecdotes parlent d’un même désir de proximité. Elles travaillent le caractère dépaysant de nos paysages quotidiens. Elles ont propension à réifier l’altérité sous forme de types sociaux. Mais d’où vient ce désir de proximité ? Quelle est son histoire ? Comment nos paysages ont-ils acquis ce pouvoir de nous déplacer dans un ailleurs outre-paysager ? Comment le recours à des types sociaux favorise-t-il la composition de « romans » pratiques, l’imagination d’autres vies possibles à la contemplation des foules urbaines ? Comment ce déplacement participe-t-il de techniques de vivre en environnement urbain conditionnées à la disposition du capital culturel idoine ?

Une généalogie

  • 3 Parmi les plus explicites : Apollinaire G., 1918, Le flâneur des deux rives ; Aragon L., 1936 (2003 (...)

4Ces indices appellent des souvenirs de lectures passées. Il se pourrait en effet que quelques romans urbains (au sens où leur intrigue se déroule en ville) et traités sur l’art de se promener en ville des XIXe et XXe siècles3 offrent l’occasion d’une généalogie de cette exotisation du proche. Qu’ils permettent aussi de montrer en quoi cette exotisation participe d’un certain usage des mondes urbains, une façon de faire des rapports entre une chose et une autre qui anime la matière (Matthey, 2006).

Visages et vies imaginaires de l’homme des foules

La plupart des voyageurs sont des gens qui ont fini leur travail. Elle s’assied parmi eux, elle cherche à surprendre sur leurs visages ce qui peut bien faire l’objet de leur préoccupation.
André Breton, 1964 (2003). Nadja : 77-78.

Ce qu’on voit ici à l’œuvre n’est-ce pas plutôt l’ivresse de la ressemblance, de la superposition, de l’assimilation, qui se révèle plus forte dans les rues de cette ville [Paris] que la volonté de différenciation sociale ?
Walter Benjamin, 1927-1934 (2000). Paris : 436.

5Par exemple, ces anecdotes appellent des souvenirs de « La fenêtre d’angle de mon cousin » (Hoffmann, 1822 [1983]). Deux hommes examinent, depuis leur poste d’observation, l’attroupement occasionné par la tenue du grand marché. Ils conversent ; le cousin apprend au narrateur à « lire » la foule, à décoder les signes qu’elle propose à qui sait voir, à tirer des conclusions de « toutes sortes de détails amusants » (ibid. : 265). La foule est énigmatique. Le cousin et le narrateur observent et interprètent. Des personnages vont ici et là. Ils sont en situation. Ils donnent une pièce à un mendiant. Ils mangent des cerises. Ils font tomber une orange et s’agenouillent pour la ramasser auprès d’une jeune fille. Ils portent de petites chaussures de « satin blanc » ou un habit vif. Quel est le sens de tout cela ? Que signifient ces gestes, ces tenues ? Quelles histoires sont-ils susceptibles de raconter ?

6Cette lecture de foule mobilise un langage qui est celui de l’investigation. Elle nécessite un « entraînement à lire sur les visages » (ibid. : 266). Elle se pose comme une pratique herméneutique dans le sens où il s’agit de décrypter des signes non codifiés. Elle appelle une sémiotique du mouvement et des postures par laquelle l’observateur remonte d’une situation à la personnalité de la personne qui agit.

7Je me souviens alors que L’homme des foules (1841 [2004]) d’E.A. Poe mobilise cette même lecture inductive du monde génératrice de romans pratiques et de décloisonnements quotidiens. Un homme attablé dans un grand café londonien contemple la foule d’une rue populeuse. « Chaque chose [lui] inspir[e] un intérêt calme, mais plein de curiosité » (ibid. : 67). L’homme a lui aussi une méthode. Il procède d’abord par généralisation et abstraction. Il regarde les passants « par masses » et s’intéresse « aux rapports collectifs ». Puis il « descen[d] au détail, et […] examin[e] avec un intérêt minutieux les innombrables variétés de figure, de toilette, d’air, de démarche, de visage et d’expression physionomique » (ibid. : 68). Dans le rapport de la masse au détail, il dégage des types et des sous-types. Les pages 69 à 73 de l’édition que j’ai à présent sous les yeux consistent ainsi en une description d’espèces urbaines (« la race des commis ») et des sous-espèces (« les petits commis des maisons à esbroufe ») qui les composent.

  • 4 Dans ses écrits sur le flâneur, W. Benjamin thématise souvent sa figure comme celle d’un « détectiv (...)

8Or, si cet exercice de taxonomie s’inscrit dans une posture esthétique, il se calque également sur un modèle qui est celui de l’enquête : le texte recourt au vocabulaire de l’intrigue policière4. L’herméneutique à l’œuvre dans la « Fenêtre d’angle de mon cousin » travaille ici encore la narration. Le regard du narrateur dégage des « masses », les considère dans leurs « rapports collectifs », puis descend au détail. Et quand la focale se resserre sur les visages de cette masse, une « physionomie » particulière à « l’absolue idiosyncrasie » intrigue l’observateur. Il veut la décrypter. Il veut savoir l’« étrange histoire [qui] est écrite dans cette poitrine » (ibid. : 73). Il veut en « savoir plus long » sur cette complexion. Le désir de savoir appelle un approfondissement de la mise en examen, la nécessité d’une filature. C’est l’homme en situation qu’espère connaître le narrateur. Alors l’homme se lève, quitte le café et suit, dans la nuit londonienne, cette physionomie qui l’a ému, mis en mouvement. Il le poursuit. Il s’approche, masqué par l’épaisseur de la foule, et peut alors l’« étudier commodément », l’« épier » jusqu’à la trame et imaginer sa vie.

9Je me souviens de ces deux textes et je réalise qu’ils nous apportent des éléments de réponse aux questions que les anecdotes introductives ont insinuées. Tous deux esquissent une technique du vivre en ville qui consiste à imaginer des existences tierces dans une lecture indiciaire et réifiante de l’altérité. Les « autres » sont transformés en type et servent d’embrayeurs à une autre vie rêvée.

Romans pratiques et banalisation des voyages imaginaires

Rempli du désir d’atteindre enfin le lieu où ce que j’avais oublié me reviendrait à l’esprit, je ne pouvais côtoyer la moindre rue sans m’y engager et tourner au coin aussitôt après.
Siegfried Kracauer, 1964 (1995). Rues de Berlin et d’ailleurs : 14.

10Cette lecture indiciaire et réifiante de la réalité collabore à la production de voyages imaginaires dès lors que les personnages l’appliquent non plus à d’autres personnages mais à des fragments de paysage. Ces voyages imaginaires requièrent en effet l’usage d’un œil herméneutique, un œil qui cherche les détails susceptibles de fonctionner comme des tremplins vers un ailleurs outre-paysager. C’est du moins ce que je pense au souvenir des péripéties de des Esseintes, le « héros » de À rebours (1881) de J.K. Huysmans (1848-1907).

  • 5  L’Austin’s Hotel dans l'espace référentiel, selon l’identification qu'en fait Locmant (2005 : 67), (...)

11Rappelez-vous avec moi : au sortir d’une brève maladie, des Esseintes fait le projet d’un long voyage ; le temps pluvieux qui prévaut depuis quelques jours et la lecture de Dickens l’inclinent à partir pour Londres. Le personnage se prépare, anticipant son voyage en Angleterre alors que sa culture littéraire s’entremêle à certains éléments paysagers. Rue de Rivoli, au Galignani’s Messenger,des « étrangères assises » « baragouin[ent], en des langues inconnues, des remarques » [ibid. : 168]) et lui procurent un avant-goût britannique. Ce sentiment d’un déplacement se renforce à la Bodéga tant sont nombreux les éléments d’exotisation (« corbeilles de biscuits Palmers », « assiettes » emplies de « mince-pie », alignement de porto aux « laudatives épithètes » [« old port, light delicate, cock-burn’s very fine »]), si bien que des Esseintes a le sentiment d’évoluer positivement parmi des personnages dickensiens. Des Esseintes se propose enfin de se restaurer à la Taverne5, rue d’Amsterdam, avant de prendre le train pour Dieppe. Un décor saturé de marqueurs de britannicité le plonge à nouveau dans une rêverie profonde et factuelle. L’heure du départ approche. Des Esseintes recule le moment de se lever et décide finalement de ne pas partir. Il est « saturé de vie anglaise depuis [s]on départ », si bien « qu’il faudrait être fou pour aller perdre, par un maladroit déplacement, d’impérissables sensations » (ibid. : 174).

12Des Esseintes « écrit » des romans pratiques en contemplant des objets, qu’il anime de sa pensée. Il joue du « coudoiement » autorisé par les foules anonymes de la grande ville pour migrer dans une existence alternative. Bien évidemment, si des chaussures de satin blanc racontaient — au cousin et au narrateur de la nouvelle d’E.T.A. Hoffmann — la vie d’un ballet, si une physionomie idiosyncrasique laissait supposer — à l’observateur d’E.A. Poe — un monde interlope, la mise en évidence des éléments d’un environnement « physique » susceptible de s’inscrire dans une intrigue qui déplace n’est pas une « pratique » littéraire d’une grande originalité. Elle nous dit néanmoins quelque chose à propos du transfert de ce schème esthétique. Ce qui se cristallise de manière aléatoire, au hasard de la rencontre d’un type d’hommes des foules, s’effectue de la même manière en présence d’un élément du décor urbain. Il gagne ainsi en systématicité, et permet une reproduction de l’expérience : la localisation assure stabilité et persistance. L’espace diégétique du voyage imaginaire repose sur un « regard » banal qui décèle les éléments paysagers susceptibles d’occasionner un « transfert analogique » (Lahire, 1998), c’est-à-dire les points susceptibles de rapprocher, par analogie, un lieu et un autre. C’est ainsi que certains quartiers de ville en viennent à enraciner des identités typiques ou des imaginaires.

  • 6  « La ville en reptation » est une expression empruntée à François Walter (1995 : 203).
  • 7  Une hirondelle est un bateau à vapeur utilisé pour le transport des voyageurs.

13Je me souviens enfin qu’en 1880, G. de Maupassant (1850-1893) publie une courte nouvelle, « Les dimanches d’un bourgeois de Paris », dont l’ironie permet de mesurer indirectement l’ampleur prise par cette quête d’aventures près de chez soi. Patissot, le personnage principal, s’y promène en ville ou dans les futurs territoires de sa « reptation »6 — parcourant « en touriste, toute cette partie de la France qui s’étend entre les fortifications et la province » (ibid. : 7) —, dans une pratique dorénavant banale puisqu’on peut la caricaturer, qui consiste à exotiser le proche dans les activités quotidiennes. Patissot anticipe ses escapades, les prépare à l’avance. Il acquiert un matériel spécifique. Il se met en condition, travaille sa mise en scène. Il « gagn[e] la Seine pour prendre l’Hirondelle7 qui le déposer[a] à Saint-Cloud et, au milieu de l’ahurissement des passants, il sui[t] la rue de la Chaussée-d’Antin, le boulevard, la rue Royale, se comparant mentalement au Juif errant ». L’Hirondelle « pren[d] en son esprit des allures de paquebot, comme s’il allait partir pour un long voyage, passer les mers, voir des peuples nouveaux et des choses inconnues ». Patissot se « pla[ce], tout à l’avant, debout, les jambes écartées à la façon des matelots, pour faire croire qu’il avait beaucoup navigué » (ibid. : 18).

  • 8  Bien entendu, cette altérisation du proche bénéficie d’alliés de taille : l’accroissement des mobi (...)

14Je me souviens, et je me dis que les aventures de des Esseintes et Patissot aident à comprendre les anecdotes évoquées en introduction. Un œil herméneutique fonctionnant sur un principe de « transfert analogique » a collaboré à l’exotisation du proche. O, cette exotisation relève d’une esthétique du quotidien en ce qu’elle est notamment liée aux pratiques occidentales de la mimèsis. Comme l’ont notamment montré Erich Auerbach (1946 [2005]), Mikhaïl Bakhtine (1975 [2004]) et Ian Watt (1957 [2002]), le genre romanesque est une tentative de représenter de la manière la plus réaliste possible la vie de tous les jours de gens ordinaires évoluant dans un environnement banal. C’est dans ce mouvement que la proximité a été magnifiée comme source d’étrangeté, que le proche s’est constitué comme altérisant8 : lieu de transformation, de révélation ou de subjectivation ; lieu où s’exprime « une irréductibilité, […] une singularité dans la ponctualité […] d’une action ». Irréductibilité et singularité par lesquelles le sujet se manifeste, tant par rapport aux autres qu’à soi, par « une indétermination », « des ‘hésitations’, un ‘flottement’, un ‘bougé’ » (Corcuff [1999 : 99] citant Benoist).

  • 9  Pour jouer sur le titre d'un ouvrage célèbre d’Alain Corbin (1988 [1997]).

15Ces textes nous rappellent donc que cette exotisation du proche procède d’un regard interprétatif, qui observe la ville en y traquant les traces d’autres vies possibles, d’existences pittoresques sinon patibulaires, dans la répétitivité des activités quotidiennes. L’exotisation du proche mobilise ainsi une double herméneutique, qui est à la fois celle du sujet qui observe et des lieux — tissés d’existences tierces — observés. La proximité devient ainsi extraordinaire ; elle acquiert un statut d’altérisation qu’elle n’avait pas auparavant. Cette capacité à rendre autre, ce pouvoir de dépaysement sont mobilisés par les traités proposant, dès le début du XIXe siècle, un art de se promener en ville, dont les guides contemporains de P. Corajoud constituent, en quelque sorte, les héritiers. Depuis, la fin du XVIIIe siècle, un désir de proximité s’empare progressivement de l’Occident9.

Un goût ordinaire du sublime

16Les techniques du vivre en ville qu’on peut observer dans ces souvenirs de lecture consistent à sublimer le quotidien ou plus modestement à ouvrir des interstices dans une trame urbaine susceptible d’être aliénante. On retrouve ici le balancement du « naval » et du « carcéral » qu’identifiait déjà Michel de Certeau dans son Invention du quotidien (1980 [1991]). Ces techniques impliquent néanmoins un capital culturel spécifique, accumulé notamment par l’intermédiaire d’études secondaires ou tertiaires. Ce capital culturel se traduit, dans les rhétoriques contemporaines, par ce qu’il est loisible d’appeler un « schème de l’appareil photographique » (Walter, 1996) et un goût ordinaire du sublime.

17Dès lors que l’on cherche à identifier la façon dont les habitants des centres-villes s’approprient leur espace de vie, on s’aperçoit en effet qu’ils se plaisent à esthétiser leur quotidien à partir de l’intuition de la belle image à réaliser, d’une prise de vue possible (Matthey, 2006). Ce schème tient bien sûr de l’histoire sociale du paysage. On y dépiste sans peine des phases historiques de paysagement. Le Beau, le Sublime, le Pittoresque s’y profilent, dans un « entrelacement des codes » (Corbin, 2001 : 81), que ce soit — et je reprends ici des situations tirées de l’étude de cas citée ci-dessus — dans la contemplation de ville depuis l’ascenseur de la terrasse du Seujet, le décalage doucement effroyable né de la tension entre l’imagination d’une rencontre des Alpes et d’un fond sous-marin en plein centre de la ville ou enfin dans le lacis des petits passages, si pittoresque, de la Vieille Ville.Et ce qui affleure dans ces rhétoriques quotidiennes, c’est bien évidemment une « artialisation du regard » (Roger, 1997 [2001] : 16). Or, il n’est pas inutile de s’arrêter sur cette artialisation du paysage urbain pour approcher les modalités de production du regard ordinaire.

18Le caractère conventionnel et classificatoire du schème de l’appareil photographique le rend en effet intéressant dans le cadre de mon propos. Les moments, les situations de mise en paysage de la ville manifestent une normalisation et une ritualisation. Les habitants disent approximativement la même chose, aux mêmes moments, aux mêmes endroits, selon des modalités analogues. Mais on peut supposer que ces moments, ces situations sont plus fondamentalement les lieux linguistiques d’une opération de différenciation sociologique par laquelle des sujets cherchent à se distinguer. De même que la photographie est un « art moyen » (Bourdieu, Boltanski, Castel et Chamboredon, 1965), il semble en effet qu’esthétiser la ville par l’intermédiaire du schème de l’appareil photographique « traduit ou trahit la relation [que le locuteur] entretien[t] avec la culture, c’est-à-dire avec les classes supérieures qui détiennent le privilège des pratiques culturelles les plus nobles, et avec les classes populaires dont elle entendent à tout prix se distinguer en manifestant, dans les pratiques qui leurs sont accessibles, leur bonne volonté culturelle » (ibid.). Les esthétisations sont attendues (et entendues), parce que l’habitant se coule dans une expressivité qui répond à une injonction sociale à s’extasier devant le paysage digne d’attention. Injonction médiatisée par une imitation du plaisir esthétique de classes autrement dotées en capital culturel et qui explique la fréquente maladresse des « emportements » de l’habitant. Ainsi s’accomplit quotidiennement, la dégradation d’une « esthéti[qu]e élitiste » (Roger, 1997 [2001] : 15), dans un processus d’injonction sociétale à l’extase.

19La dimension prescriptive et convenue des esthétisations des habitants des centres-villes rencontrés dans l’étude de cas dont il est ici question relèvent donc d’un jeu de distinction et d’imitation du goût des autres. Ces habitants sont sans aucun doute sincères dans chacune de leurs esthétisations ; ils aspirent à une forme de transcendance et de libération ; mais ils restent traversés d’un désir d’imitation qui rend inoffensives leurs aspirations. Les habitants en question sont bien plus Patissot que Werther.

20Ainsi, il se peut que les techniques de vie en ville soient, au plus intime de chacun, des techniques de survie dans des univers saturés de signes et de symboles sous lesquels l’individu est condamné à ployer, préférant la récréation à la recréation de soi.

21En somme, l’exotisation du proche a une histoire et relève d’une technique du vivre en ville. Mais a-t-elle une fonction, une utilité systémique ? Jafar Jafari (1988) théorisait les activités touristiques comme un système de récréation à l’intérieur du système capitaliste. Ces activités permettraient de se « divertir » avant de regagner la sphère des activités productives. L’Équipe MIT (2002 : 103 sq) reprend cette même idée et l’articule à une approche plus individualiste, postulant que les touristes aspirent à satisfaire un projet « recréatif » qui mobilise les quatre dimension du jeu théorisé par Roger Caillois (c’est-à-dire : l’alea, l’agon, la mimicry, l’ilinx) ; de sorte que le tourisme est une activité « recréative » par laquelle le touriste se voit offrir la possibilité d’un autre soi-même, l’occurrence d’une réinvention — conjoncturelle ou structurelle, circonstancielle ou durable — de soi.

22D’autres chercheurs ont par ailleurs identifié l’existence de « mondes du tourisme » (Cuvelier, 1998), selon que l’on s’intéresse d’une part à l’autonomie ou l’hétéronomie des comportements et d’autre part à la simplicité ou complexité des services consommés par le touriste. Le « monde du tourisme fordiste » s’articule ainsi à un « monde du tourisme sur-mesure organisé », un « monde du tourisme simple » et un « monde du tourisme sur mesure auto-organisé » (Cuvelier, 1998). Ces modes du tourisme peuvent ainsi être compris — et je m’éloigne ici de P. Cuvelier — comme une dispersion des activités touristiques, une extension du domaine du tourisme.

23On pourrait ainsi envisager que cette exotisation du proche constitue une radicalisation du tourisme post-fordiste, une façon de voyager en flux tendus pour se dépayser avec célérité et se recomposer avec rapidité. L’altérisation d’espaces familiers serait ainsi liée à de nouveaux rythmes économiques et à l’avènement d’une nouvelle classe sociale ou new middle class (Ley, 1996). En tant que forme radicalisée des séjours courts et proches plutôt que longs et lointains (Viard, 2000), l’exotisation du proche ne répondrait-elle pas, en effet, à une nécessité, pour les cadres de la « nouvelle économie » à l’état naissant — sommés d’être créatifs et performants —, de s’assurer les conditions d’une maximisation des situations de récupération ?

Espaces gentrifiés et lieux de recréation de soi

24C’est d’un autre texte dont je me souviens à présent : les notes de Walter Benjamin (1927-1934 [2000]) pour son livre des passages. D’abord parce que l’auteur y met aussi en rapport l’apogée du capitalisme de son époque et les pratiques de ville qu’il observe. Ensuite, parce que Benjamin identifie une dimension de l’espace qui est mobilisée par l’exotisation du proche. Cette dimension est ce qu’il appelle le « colportage de l’espace », à savoir cette capacité qu’ont les territoires à lancer « des clins d’œil au flâneur », à l’incliner à se demander : « de quels événements ai-je bien pu être le théâtre? » (ibid. : 437). Le « colportage de l’espace » consiste ainsi à « percevoir simultanément tout ce qui est arrivé potentiellement dans [un] seul espace » et conduit à ce que « dans la flânerie, les lointains — qu’il s’agisse de pays ou d’époques — font irruption dans le paysage et l’instant présents » (ibid. : 438). Chez Benjamin, les alliés de ce colportage sont le panorama, le passage, l’intérieur. Ici, ce sont les mobilités touristiques, les capitaux culturels des habitants, leur socialisation spécifique, le rapport qu’ils entretiennent avec la « haute » culture. L’intéressant néanmoins est que ce « colportage de l’espace » est favorisé dans les quartiers anciens ou populaires des villes d’Occident.

25Une question me vient alors : le « retour en ville » de certains habitants, ceux qu’on a coutume d’appeler les gentrifieurs (et qui s’inscrivent dans la new middle class déjà évoquée) s’expliquerait-elle par ce besoin de dépaysament permanent et près de chez soi ? L’ailleurs social et historique que constitue ces quartiers est-il un moteur de leur investissement ? Autrement dit : les modèles de la géographie du tourisme sont-ils susceptibles de compléter les deux grandes interprétations de la gentrification ?

26Selon Valentine (2001 : 216 sq), en effet, deux façons peuvent être mobilisées pour expliquer l’embourgeoisement des centres-villes. Soit on se réfère aux modèles du rent gap, soit on fait appel aux théories du life style choice. Pour les tenants de la première, le retour en ville des catégories socioprofessionnelles concernées par la gentrification s’explique par un « retour en ville du capital » L’investissement dans la reconversion des centres-villes — qui s’explique par l’existence d’un différentiel défavorable (un gap) entre la valeur marchande et la valeur potentielle des biens immobiliers qui y sont situés — a conduit au retour de la new middle class (Ley, 1996).

27Les partisans de la seconde explication partent du postulat que « la consommation de biens immobiliers, tout comme la consommation d’autres types de biens, est susceptible de jouer un rôle important dans la formation des identités individuelles » (Valentine, 2001 : 216). Cette quête d’identité – par l’intermédiaire d’un style de vie et par la consommation des signes d’un genre de vie – expliquerait le retour en ville de la « nouvelle classe moyenne » (Ley, 1996).

28Or, le recourt aux modèles de la géographie du tourisme et la prise en considération du processus sans précédent d’exotisation du proche qui caractérise notre modernité permettent de préciser le projet possible des usagers des centres-villes. Plus que la consommation de signes qui distinguent (comme l’insinue la thèse du life style choice), ce qui y est peut-être recherché, c’est l’occasion d’une confrontation quotidienne — mais fugace — à des fragments d’exotisme, à savoir des éléments revêtant un caractère extraordinaire d’étrangeté qui permette de se penser — de manière passagère — comme un autre. En somme, ce retour vers les centres anciens serait une manière de « recréation » permanente de soi sous des visages alternatifs, qui offre l’occasion de se recomposer rapidement pour regagner, régénéré, la sphère productive. Les centres anciens se verraient donc attribuer la même fonction que celle que Jafar Jafari (1988) attribue aux espaces touristiques dans le système capitaliste, soit celle d’une reproduction de la force de travail, puisque les lieux touristiques sont, selon J. Jafari, des « systèmes satellites de re-création » (ibid.).

29On observe d’ailleurs d’étranges similitudes (Matthey, 2007) entre les phases de mise en désir des lieux touristiques et les phases du cycle urbain tel que théorisé par certains géographes (Bailly, 1995). C’est ainsi que l’arrivée d’une new middle class dans les quartiers les plus anciens ou les plus délabrés des villes d’Occident requiert qu’un découvreur, puis une « bohème », aient préalablement retravaillé le sens du quartier en question pour en atténuer l’étrangeté. Le temps du squat ou de la bohème un peu arty fonctionne ainsi comme un tampon d’altérité qui permet à certaines populations d’investir des quartiers qu’elles n’auraient jamais eu l’initiative d’aller visiter avant le travail de reterritorialisaiton effectué par certaines avant-gardes culturelles. Ainsi, le temps excentrique de la bohème, reconfigurant l’« identité » initiale du quartier en transition, construit une « lisibilité » spécifique de l’espace en question. Seule la population dotée du capital culturel idoine sera attirée vers ces nouveaux lieux urbains. Puis l’effet d’étrangeté diminuant encore, une nouvelle classe d’habitants intervient. C’est ainsi qu’une avant-garde joue involontairement aux passeurs pour une nouvelle élite économique en quête d’exotisme près de chez soi.

Patissot gentrifieur

30Dans un livre récent, La cité heureuse, Benoît Duteurtre (2007) explore une possibilité de notre vivre en ville. Une société de loisirs acquiert le centre historique d’une grande ville d’Europe — dont la Municipalité se défait d’autant plus volontiers qu’elle n’est plus en mesure d’en assurer la gouvernance. Après s’être opposé mollement à ce rachat, le narrateur accepte de rester vivre dans ces lieux. Il doit à présent, comme tous les habitants du quartier, porter, quelques heures par jour, un costume d’époque qui accentue l’effet de décalage du lieu en question, transformé en parc à thèmes. Le centre-ville s’appelle à présent Town Park et le narrateur s’en va lire son journal au square, dorénavant, dit des Impressionnistes. Coiffé d’un canotier, « ressembl[ant] furieusement à Marcel Proust », il éprouve malgré tout un moment de déclôturement, dans « la douceur automnale, vêtu d’un costume Belle Époque » (Duteurtre, 2007 : 21-24).

31L’intrigue de La cité heureuse permet de réfléchir à la littérarisation, par l’industrie du divertissement, d’un vieil appel formulé pas Novalis en 1798 à romantiser le Monde. Novalis aspirait à « donne[r] à l’ordinaire un sens élevé, au commun un aspect mystérieux, au connu la dignité de l’inconnu, au fini l’apparence de l’infini » (1798 [2002] : 46). Or, de même que la mystique cathare a été profanée par la romance des sociétés modernes (Rougemont, 1938 [1997]), l’absolu poétique du romantisme qui a collaboré à la production de nos techniques de vivre en ville — à la production du désir de vivre toutes les vies possibles à la contemplation des visages et existences imaginaires de l’homme des foules urbaines —, se trouve profanée, vulgarisée dans les pratiques au jour le jour des habitants des centres-villes. Le quotidien est esthétisé dans le cadre de processus qui relèvent de la rivalité mimétique, de l’imitation du goût d’un autre légitime et/ou prestigieux. Le proche est exotisé après avoir été constitué comme emblématique ou typique ; il sert alors de terrain de jeu et de mise en scène à une élite économique en voie de constitution, qui y cherche, outre la consommation d’un mode de vie qui distingue, l’opportunité d’une mise en vacance facilitée, source d’une maximisation des situations de recomposition.

32Ce que recherchent les nouveaux habitants des centres-villes, dans leur quête du bien vivre en ville qui les attire vers les quartiers populaires, ce sont les conditions d’une récréation immédiate de soi, qui leur permette de regagner, régénérés, la sphère du quotidien productif.

Top of page

Bibliography

ARAGON Louis, 1926 (2003), Le paysan de Paris, Paris : Gallimard.

AUERBACH Erich, 1946 (2005), Mimésis : la représentation de la réalité dans la littérature occidentale, Paris : Tel-Gallimard.

BAKHTINE Mikhaïl, 1975 (2004), « Du discours romanesque », in BAKHTINE Mikhaïl, Esthétique et théorie du roman, Paris : Tel-Gallimard, pp. 85-233.

BAILLY Antoine, 1995, « Comprendre et maîtriser l’évolution urbaine », in BAILLY Antoine et al., Stratégies spatiales : comprendre et maîtriser l’espace, Montpellier : Reclus, pp. 41-83.

BENJAMIN Walter, 1938 (2004), « Le Paris du Second Empire chez Baudelaire », in BENJAMIN Walter, Charles Baudelaire, Paris : Payot, pp. 23-146.

BENJAMIN Walter, 1927-1934 (2000), Paris, capitale du XIXe siècle, Paris : Cerf.

BOURDIEU Pierre, BOLTANSKI Luc, CASTEL Robert, Chamboredon Jean-Claude, 1965, Un art moyen : essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris : Minuit.

BRETON André, 1934 (2003), Nadja, Paris : Gallimard.

BROSSEAU Marc, 1996, Des romans-géographes, Paris : L’Harmattan.

Bruckner Pascal, Finkielkraut Alain, 1982, Au coin de la rue, l’aventure, Paris : Seuil.

CERTEAU Michel de, 1980 (1991), L’invention du quotidien : arts de faire, Paris : 10/18.

CORAJOUD Pierre, 2003, Le temps d’une flânerie: impressions d’un aventurier du proche, Lausanne : IRL.

CORAJOUD Pierre, 2002, Flâneries lausannoises : 18 balades à travers des chemins à (re)découvrir, Lausanne : IRL.

CORBIN Alain, 2001, L’homme dans le paysage, Paris : Textuel.

CORBIN Alain, 1988 (1997), Le territoire du vide : l’Occident et le désir du rivage 1750-1840, Paris : Flammarion.

CORCUFF Philippe, 1999, « Le collectif au défi du singulier : en partant de l’habitus », in LAHIRE Bernard, Le travail sociologique de Pierre Bourdieu, Paris : La Découverte, pp. 95-120.

CUVELIER Pascal, 1998, Anciennes et nouvelles formes de tourisme: une approche socio-économique, Paris : L’Harmattan.

DUTEURTRE Benoît, 2007, La cité heureuse, Paris : Fayard.

HOFFMANN Ernest Théodore Amédée, 1822 (1983), « La fenêtre d’angle de mon cousin », in HOFFMANN Ernest Théodore Amédée, Derniers contes, Paris : Phébus, pp. 261-287.

HUYSMANS Joris-Karl, 1881 (1995), À rebours, Paris : Garnier-Flammarion.

JAFARI Jafar, 1988, « Le système du touriste: modèles socio-culturels en vue d’applications théoriques et pratiques », in Society and Leisure, vol. 1, n° 1.

KRACAUER Siegfried, 1964 (1995), Rues de Berlin et d’ailleurs, Paris : Le Promeneur.

LAHIRE Bernard, 1998, L’homme pluriel: les ressorts de l’action, Paris : Nathan.

LEY David, 1996, The new middle class and the remaking of the central city, Oxford : Oxford University Press.

LOCMANT Patrice, 2005, « Le Paris de Huysmans », préface à HUYSMANS Joris-Karl, À Paris, Paris : Bartillat, pp. 9-35.

MATTHEY Laurent, 2007, « L’exotisme du proche : réinvestir les centres pour partir un peu ? », Revue économique et sociale, n° 4, décembre.

MATTHEY Laurent, 2006, Le quotidien des systèmes territoriaux: lecture d’une pratique habitante, Université de Lausanne, Institut de géographie, thèse de doctorat ès lettres.

MAUPASSANT Guy (de), 1880 (2004), Les dimanches d’un bourgeois de Paris, Paris : Mille et une nuits.

MIT Équipe (2002), Tourismes 1: lieux communs, Paris : Belin.

Novalis, 1798 (2002), « Poéticismes », in Novalis, Le monde doit être romantisé, Paris : Allia, pp. 33-74.

POE Edgar Allan, 1841 (2004), « L’homme des foules », in POE Edgar Allan, Nouvelles histoires extraordinaires, Paris : Pocket, pp. 67-78.

ROUGEMONT Denis de, 1938 (1997), L’amour et l’Occident, Paris : 10/18.

ROGER Alain, 1997, Court traité du paysage, Paris : Gallimard.

VALENTINE Gill, 2001, Social geographies: space and society, Londres : Harlow et Prentice Hall.

VIARD Jean, 2000, Court traité sur les vacances, les voyages et l’hospitalité des lieux, La Tour d’Aigues : Aube.

WALTER François, 1995, La Suisse urbaine : 1750-1950, Genève : Zoé.

WALTER François, 1996, Cours d’histoire de l’environnement, Université de Genève : faculté des lettres, département d’histoire.

WATT Ian, 1957 (2002), The rise of the novel, Londres : Chatto and Windus.

Top of page

Notes

1 En référence à l'ouvrage de Pascal Bruckner et Alain Finkielkraut (1982).

2 Demeures bourgeoises des siècles passés.

3 Parmi les plus explicites : Apollinaire G., 1918, Le flâneur des deux rives ; Aragon L., 1936 (2003), Les beaux quartiers et 1926 (2003), Le paysan de Paris ; Baudelaire C., 1869 (1989), « Les foules » ; Hoffmann E.T.A., 1822 (1983), « La fenêtre d’angle de mon cousin » ; Huysmans J.K., 1984 (1995), À rebours et 1881 (2005), En Ménage ; Jauffret R., 2003, Univers, univers ; Kracauer S., 1964 (1995), « Souvenir d'une rue de Paris » ; Le Clézio J.M.G., 1969 (1992), Le Livre des fuites ; 1966 (1994), Le Déluge et 1965 (1991), « La fièvre » ; Maupassant G. (de), 1880 (2004), « Les dimanches d'un bourgeois de Paris » ; Poe E.A., 1841 (2004), « L'homme des foules » ; Rilke R.M., 1910 (1995), Les Carnets de Malte Laurids Brigge ; Schelle K.G., 1802 (1996), L'Art de se promener ; Schiller F., 1795 (1873), « La promenade ».

4 Dans ses écrits sur le flâneur, W. Benjamin thématise souvent sa figure comme celle d’un « détective amateur » (1938 [2004] : 104). Il identifie d’ailleurs le « contenu social primitif du roman policier [dans] l'effacement des traces de l’individu dans la foule de la grande ville » (ibid. : 69).

5  L’Austin’s Hotel dans l'espace référentiel, selon l’identification qu'en fait Locmant (2005 : 67), dans son édition du « Paris » de J.K. Huysmans.

6  « La ville en reptation » est une expression empruntée à François Walter (1995 : 203).

7  Une hirondelle est un bateau à vapeur utilisé pour le transport des voyageurs.

8  Bien entendu, cette altérisation du proche bénéficie d’alliés de taille : l’accroissement des mobilités touristiques et la multiplication des récits (livres, photographies, reportage, etc.) de voyage qui les accompagnent. Les mobilités touristiques nourrissent en effet un regard analogique, une capacité à repérer les indices qui peuvent « faire (contre)sens ».

9  Pour jouer sur le titre d'un ouvrage célèbre d’Alain Corbin (1988 [1997]).

Top of page

References

Electronic reference

Laurent Matthey, « Si proche, si loin ! Penser les processus urbains à partir des modèles de la géographie du tourisme ? », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 3 | 2007, Online since 27 November 2007, connection on 20 August 2017. URL : http://articulo.revues.org/613 ; DOI : 10.4000/articulo.613

Top of page

About the author

Laurent Matthey

Laurent Matthey is director of the Fondation Braillard Architectes in Geneva. He also is Head of Research at the Centre for Urban Studies and Sustainable Development (OUVDD) of the University of Lausanne and Research Associate at the Institute of Environmental Sciences of the University of Geneva.

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org