Skip to navigation – Site map
Dossier

Le marketing urbain comme dispositif de légitimation

Actions d’élites et espaces de citoyenneté en milieu périurbain wallon
Urban marketing as a tool of legitimation. Elite actions and civic spaces
Damien Vanneste

Abstracts

At a time where the strong notion of permanent change and the valorization of democratic spaces intertwine, it seems appropriate to rethink the participation in the production of local space and the modes of elite action. A case study tracing the evolution of different local projects highlights a coherent system of political action, coalescing action visibility, activism and consensus reaching. This tool of legitimation will be conceived of in terms of urban marketing. This analysis will ultimately allow to examine against a democratic backdrop current organizational outlines of politics.

Top of page

Full text

Introduction1

  • 1 L’auteur tient à remercier Philippe Scieur et Laetitia Mouthuy pour leur lecture attentive du texte (...)

1Une réflexion sur l’émergence d’élites s’impose aujourd’hui pour deux raisons au moins : la première émane de l’idée répandue de changement permanent ; la seconde provient de la valorisation d’expériences citoyennes et de dispositifs démocratiques. Nos sociétés, sans pour autant garder une foi inébranlable dans le progrès (Beck, 1986 [2003]), continuent à développer un imaginaire du mouvement. Les discours dominants incitent les organisations comme les individus à aller de l’avant et à être porteurs d’innovations (Boltanski et Chiappello, 1999). De ce fait, il paraît opportun de suivre le positionnement des acteurs dans cette dynamique aussi « normale » qu’effrénée. L’analyse des transformations des modes de vie s’accompagne alors de celle des modalités de reconversion et d’habilitation des élites. Par ailleurs, les discours contemporains, politiques comme scientifiques, vantent les mérites d’une démocratie à retisser. Sont véhiculées pêle-mêle les idées de délibération, de participation ou de citoyenneté (Schnapper, 2000), de telle sorte que s’impose à l’action publique un « impératif délibératif » (Blondiaux et Sintomer, 2002). La mise en pratique de ce mouvement cognitif dans des dispositifs concrets invite à se poser la question de la capacité des élites à orienter ces dispositifs.

  • 2 Par souci de confidentialité, les noms de personnes et de lieux ont été modifiés.

2La combinaison de ces deux motivations analytiques se réalise autour d’un objet de recherche précis : celui de la participation à la production de l’espace local. L’étude de la transformation d’une ville démarre ici à partir d’une question simple : Qu’est-ce qui a changé ces dernières années ? ce qui conduira à remonter les contours de l’histoire récente de la commune de Forcy2 en Belgique.

  • 3 Nous entendons ce terme comme l’activité d’orientation du collectif, et non pas comme l’activité ém (...)

3Cet article vise à comprendre le système de gouvernance de cette petite ville à partir des pratiques émergeant dans les divers lieux de discussion sur la ville et ses quartiers. Pour ce faire, nous procèderons en trois temps. D’abord, de manière monographique, nous décrirons les changements à l’œuvre dans un village et la manière dont ils sont publiquement appréhendés. Ensuite, nous pointerons diverses caractéristiques de la politique3 à l’heure actuelle (sa visibilisation, son activisme ainsi que ses dynamiques réticulaires et participatives) dans le but de les agencer comme système d’action politique cohérent. Nous en parlerons en termes de marketing urbain, considérant qu’il s’agit d’un dispositif d’action et de communication qui vise à répondre à une forte demande sociale et idéologique de transparence, de participation citoyenne dans un espace global concurrentiel. Au final, dans ce double contexte de valorisation du changement et de la citoyenneté, cette analyse permettra de confronter les contours organisationnels actuels de la politique à l’horizon démocratique.

Palin ou la périurbanisation patrimoniale au cœur de l’orientation politique communale

4Située dans la Province du Hainaut, Forcy est une commune de près de 15 000 habitants. Tout à la fois ville provinciale et historique, territoire rural et étendue périurbaine, son statut demeure incertain et fluctue, au gré des paysages peut-être, au gré certainement de ce que ses habitants ou usagers y projettent, en disent ou en font. Certains de ses quartiers, sortis de terre en nombre au cours des années 1970 et 1980, ont assez clairement pris des contours pavillonnaires. Depuis lors, sa population continue d’augmenter mais à un rythme beaucoup plus faible. L’investissement des lieux demeure important, mais il n’endosse plus une forme extensive. Les nouvelles appropriations et compositions des lieux prennent plutôt la forme de réappropriations et de recompositions. Des espaces sont redécouverts. Longtemps isolés, ils se trouvent fortement investis avec toute cette délicate ambiguïté dans la démarche qui consiste à occuper des lieux en les laissant intacts. Plusieurs villages de la commune se voient reconnus, sont valorisés et prennent une importance qu’ils n’avaient jamais éprouvée.

5C’est le cas du village de Palin, lequel ne vit pas un retour à l’autarcie. Il se constitue à partir d’une logique de mobilité, à l’instar des zones pavillonnaires d’hier (Remy et Voye, 1992). La première phase de périurbanisation était largement motivée par le désir de quitter la ville en raison de toutes ses propriétés négatives, issues d’expériences ou de représentations d’un espace urbain condensant désordre, promiscuité et saleté (Wilson, 1992). Tout en mobilisant certains de ces éléments, la phase actuelle semble particulièrement portée par une aspiration, souvent mythifiée elle aussi, à la ruralité comme cadre mais aussi comme mode de vie (Dibie, 2006).

Les contours de la patrimonialisation

6Même si ces phénomènes se retrouvent à des degrés divers dans d’autres entités de la commune, Palin constitue un cas exemplaire du mouvement de patrimonialisation en cours. Ce phénomène se définit comme la préservation et la mise en valeur de l’héritage de biens matériels (bâtiments, paysages) comme de modes de vie, présents ou imaginaires. C’est un processus qui émane du dedans comme du dehors. Ainsi, la labellisation de Palin parmi « Les Plus Beaux Villages de Wallonie » participe de ce mouvement. En l’occurrence, c’est une association locale, composée exclusivement de Palinois « de souche », qui a réalisé les démarches pour obtenir cette certification et, dans le même temps, a fait sortir le village de son anonymat. Ainsi, lorsque l’on demande à un habitant qui a pris part à cette démarche ce qui a changé en 20 ans à Palin, celui-ci répond :

7Ce qui a changé le plus… même, faut pas remonter il y a 20 ans. Le village de Palin a commencé à changer – c’est incroyable – à la labellisation du village. En 2000. Donc c’est pas très loin. Là, vraiment, c’est là que la mentalité du village a commencé à changer. Premièrement, on a eu beaucoup d’achats de jeunes ménages de l’extérieur. […] Donc ça a quand même apporté une mentalité plus jeune…quoiqu’on regrette une chose, c’est qu’ils ne sont pas toujours…qu’ils ne s’intègrent, ils ne veulent pas toujours s’intégrer à la vie palinoise mais enfin – disons – en général ça se passe très bien. La deuxième chose, c’est le nombre de visiteurs. Avec ce nombre de visiteurs-là, la mentalité même des anciens Palinois, qui étaient là au coin du feu, qui ne bougeaient pas, bouge beaucoup plus. Et puis l’arrivée des trois restaurants qu’il y a à Palin…depuis la labellisation. Tous les trois, ce sont des personnes extérieures à Palin mais qui sont venues habiter à Palin. Et puis l’arrivée de la distillerie, en 2002 je crois…et puis les restaurants…et maintenant la prochaine arrivée du golf…à mon avis, ça va encore amener autre chose…quoique situé quand même à la sortie du village. […] Ce qui a eu, avec la labellisation, Palin a eu beaucoup de publicité. Palin est passé à toutes les chaînes de télévision. (Habitant de Palin, qui y vit depuis sa naissance).

  • 4 Au fil du texte, la problématique de l’identité fait écho à celle de la gouvernance locale. La ques (...)

8Sans pour autant affirmer que cette labellisation est la cause de tous les bouleversements à Palin, il est frappant de constater que les changements évoqués sont très récents et s’inscrivent dans une dynamique globale créatrice d’effets d’enchaînements (ouverture de restaurants, réinvestissement d’anciennes maisons) au cœur de laquelle la labellisation joue un rôle de repère extérieur objectivé, voire un vecteur d’identification selon certains4. La mise en avant de l’authenticité de ce village attire spécifiquement de nouveaux habitants qui, eux-mêmes, participent en partie à l’image de Palin vers l’extérieur :

Nous avons une chance – ça, je dis toujours – nous avons une chance, à part une maison, dans toutes les autres habitations, toutes les personnes qui achètent une maison à Palin, lorsqu’elles rénovent – parce que rénover, on rénove toujours – chaque fois, elles ont toujours demandé conseil en demandant : “Qu’est-ce qu’on peut faire pour garder le style du village ?”… mais à 99 %, hein ! Ça, c’est une bonne chose, parce que ces gens-là auraient pu faire du n’importe quoi – non, parce qu’on aurait quand même rouspété un petit peu – mais ils veulent absolument que le style du village reste, ils veulent absolument le respecter dans leurs rénovations. Ça, je pense que c’est une chance incroyable. […] Et, à mon avis, ils choisissent Palin un peu pour ça, pour son style… pour sa tranquillité aussi, parce que c’est quand même un village tranquille. (Habitant de Palin, qui y vit depuis sa naissance).

9L’attrait des jeunes ménages pour cette ruralité, comme patrimoine, comme paysage et comme mode de vie trouve des champs de connivences avec ceux qui se définissent comme étant « du cru », et ce, en particulier à l’horizon du cadre de vie entendu comme champ visuel. D’un point de vue architectural, on est très loin d’un modernisme louant la fonctionnalité de l’objet et intégrant innovations artistiques et techniques, au-delà bien souvent de quelque préoccupation écologique. La patrimonialisation constitue un référent partagé. L’objet « patrimoine » constitue une sorte de « bien commun » et la plupart des acteurs consacrent cette ressource. Tout le monde se l’approprie et la revendique. Les dissensions naissent au cœur de ce processus même, à la fois horizon culturel et écologique indépassable, à la fois promesse économique. Le patrimoine représente en effet un des ressorts majeurs d’une source revendiquée de développement économique : le tourisme, cette activité sociale alliant logique culturelle et logique de consommation d’espaces et de biens matériels, d’ambiances et de rapports humains. Néanmoins, des décalages dans cette apparente harmonie s’esquissent lorsque, des modes de vie des uns et des autres, naissent des différences de conceptions de l’organisation sociale et des sociabilités quotidiennes. Dans certains cas, en particulier lors d’échanges d’idées ou de moments délibératifs, ils surgissent de manière plus aiguë.

Faire usage de la patrimonialisation, le cas du projet de golf

10Le cas d’un projet de golf entrepris dans le village est, de ce point de vue, exemplaire. Un fermier de la localité et son frère ambitionnent de reconvertir l’usage d’une part importante de leurs terres agricoles en vue d’en faire un terrain de loisir réservé au golf. Ce projet se situe à l’entrée de Palin, en face d’une distillerie de renom qui constitue le pôle de visite le plus important de la commune en raison des réceptions, dégustations et ventes qui s’y déroulent :

Un vendredi soir de février. Une centaine de personnes réunies dans la salle communale de Palin. Benoît Cox, via une annonce dans le bulletin communal, a sollicité les gens de l’entité pour qu’il leur présente son projet de golf avant même de faire rentrer le dossier à la Ville et d’entamer les études d’incidence. « Le promoteur a voulu éviter les rumeurs et rassurer les gens sur plein de choses déjà pensées », souligne une personne du Service des Quartiers ayant assisté à cette rencontre.

Dès le début de la réunion, le bourgmestre de Forcy et un représentant de l’intercommunale de développement économique et d’aménagement du territoire prennent la parole pour présenter le statut du projet et celui de la réunion (qui vise à exposer les principales orientations au public afin d’en recueillir ses impressions). Le bourgmestre précise aussi son rôle à cet instant-là. Il est « là en tant que citoyen, pas comme bourgmestre ».

À la suite de cette introduction, le promoteur présente son projet. Comme le rapporte le journaliste d’un blog de Forcy, « [d]e nombreux éléments plaisent d’emblée au public dont l’aspect écologique du projet : matériaux nobles, panneaux solaires, chaudières à biomasse pour le club-house ou les zones d’observation des oiseaux. L’assemblée a été également sensible à l’aspect économique. Dans un avenir immédiat, dix emplois seront créés, mais d’autres seront induits par cette nouvelle activité et celle-ci aura des répercussions au niveau du tourisme dans pratiquement toute l’activité. Aspect positif également : la possibilité pour les enfants des écoles de Forcy de s’initier à un sport en pleine expansion à des conditions particulièrement intéressantes ».

Des craintes ont été exprimées au sujet de la tranquillité perturbée ou de la circulation accrue. Le promoteur du projet rassure bien vite son auditoire en rappelant que le golf n’est pas un sport de masse, qu’« il se pratique par petits groupes tout au long de la journée, ce qui évite les arrivées et départs massifs de véhicules ». Par ailleurs, l’accès aux terrains se fera de la route venant directement de la nationale et ne traversera donc pas le village.

Un conflit éclate cependant lorsqu’un jeune ménage déclare refuser en bloc ce projet qui compte s’implanter en bordure de leur nouvelle propriété, juste derrière leur jardin. Ils viennent d’acheter leur maison pour la tranquillité et voilà qu’un immense projet se dessine à leur porte. Cette critique n’est absolument pas relayée. Elle est plutôt rayée. « Ces nouveaux venus viennent s’installer pour le calme et souhaiteraient qu’il n’y ait plus de vie dans le village ! Ils veulent faire de nos villages des cités-dortoirs ! » Paradoxalement, ce genre de critique défensive renforce en fait un avis général très positif pour ce projet amené par un « local ». Le bourgmestre ne manque d’ailleurs pas de préciser, à ce genre d’occasion, sa perception de ceux qui s’installent dans sa commune pour n’y récolter que sommeil et immobilité.

11Cette réunion apparaît donc comme une discussion ouverte, même si elle démarre par l’exposé d’un projet concret déjà conçu. Elle ne prétend d’ailleurs pas au qualificatif de « participatif », elle se présente comme une consultation publique qui vise moins la remise en question du projet que son appropriation par les habitants. Pour ce faire, le bourgmestre, en adoptant une posture relativement distanciée et critique, amène ses concitoyens à l’accompagner dans son chemin, jonché de doutes successifs, qui mène vers la conviction de la qualité du projet, voire de sa réelle opportunité pour la commune et ses habitants.

« Emballer » l’action : la cohérence du marketing urbain

12Ce récit descriptif, à vocation compréhensive et informative, émane d’un matériau empirique plus large concernant l’ensemble du système politico-administratif de Forcy. C’est à partir de cet ensemble que se construit l’analyse qui suit. Selon le raisonnement développé par Passeron (1991), celle-ci place des concepts derrière les premiers faits évoqués. Nous dégagerons trois points de connaissance relatifs à la logique de légitimation de la politique : une forte visibilisation de l’action politique, un activisme combinant nouveauté et authenticité et, enfin, une dynamique réticulaire, participative et consensuelle. Ces dimensions génèrent la consistance du marketing urbain tel qu’il existe à Forcy. L’analyse aboutira alors à une réflexion relative à la confrontation des enjeux de la politique au sens fort et toute dynamique organisationnelle au sens large, dans ce contexte global de changement et de valorisation de la citoyenneté.

Visibiliser l’action, développer le tourisme

13Les dirigeants politiques communaux ont fait de l’essor touristique un de leurs principaux chevaux de bataille. Parallèlement à cela, se sont développées une dynamique de liaison vers l’extérieur et une politique de proximité. Un Service des Quartiers a ainsi été créé au début des années 2000 pour permettre ce rapprochement vers la population. Il emploie trois personnes, qui organisent notamment une réunion par an dans chacun des 17 quartiers de la commune. Lors des réunions, le bourgmestre prend la parole au début afin de récapituler le bilan global de l’année. Ensuite, l’échevine des Quartiers entame un feed-back des réalisations spécifiques au quartier suite à ce qui s’est dit lors de la réunion de l’année précédente. Enfin, viennent les remarques, demandes, interrogations ou plaintes des habitants à chaque fois ponctuées d’une prise de parole du bourgmestre, voire d’un des échevins. Le va-et-vient des échanges entre habitants, mandataires et acteurs extérieurs se cristallise autour de la personne du bourgmestre. Ce phénomène, comme tout processus social de légitimation, est éminemment relationnel. Il n’est pas question, dans le chef du bourgmestre, de priver la parole de l’un ou l’autre pour arriver à ce résultat. Ce phénomène se réalise à partir de cette conjonction entre une personnalité charismatique et des aspirations d’habitants en large partie comblées :

S’il n’assiste pas aux réunions, ça a moins de poids. Il a crédibilisé le système. Ça m’énerve d’ailleurs parfois. Le fait que le bourgmestre soit là, les gens viennent. C’est très rural ici. Le maïeur, c’est le maïeur ! […] D’ailleurs, je me souviens d’une réunion où le bourgmestre était absent… ça s’est mal passé. Ça peut être terriblement destructeur (Échevine des Quartiers).

14La plupart des participants, élus comme habitants, reconnaissent cette centralité du bourgmestre. Elle est attestée par d’autres cas observés, à l’instar d’éléments de clarification apportés suite à une réponse trop succincte d’un échevin ou encore du fait de tempérer une discussion qui devient houleuse entre habitants ou entre un échevin et un habitant. En situation, le bourgmestre incarne donc le rôle d’un chef au-dessus de la mêlée. La pratique des réunions de quartier constitue à la fois un rapprochement administratif – puisque de nombreuses remarques sont de ce registre-là – ponctuel au moyen de la personnalisation des relations avec le corps politique et à un moment où les élus (en particulier le bourgmestre, puis les échevins) prennent le pouls de la population en fonction du lieu d’habitation.

15La combinaison de cette politique génératrice d’une communication élargie avec des stratégies de pont et une focale sur le domaine touristique génèrent un marketing urbain consistant. La cible très claire de ce dispositif d’action et de communication en est le patrimoine, et de manière indirecte l’emploi :

Ma réflexion était tout de suite : “On n’a pas de pétrole, on n’a pas d’usine”. D’ailleurs maintenant le bourgmestre reprend ce thème, mais c’était vraiment ça ma réflexion. On a vraiment une matière première qui est ça, qui est un produit touristique. Quand je dis touristique, c’est patrimonial… c’est pas Walibi [un grand parc d’attraction situé en Wallonie]. Mais on a un potentiel de développement porteur d’emploi et porteur de développement économique (Échevine du Tourisme).

16Le travail de visibilisation de l’action se combine dès lors particulièrement bien avec le domaine d’action qu’est le tourisme. Plancher sur la réhabilitation patrimoniale par le tourisme produit des résultats nettement plus directs et visibles que travailler spécifiquement dans le domaine de l’emploi, complexe par définition et à l’équilibre entre retombées locales et externes fortement imprévisible. Ainsi, le mode d’action, qui combine communication soutenue et dynamisme, voire activisme, à partir d’un leadership soutenu, se conjugue à une orientation fortement matérialisée. Ces deux éléments qui confèrent une visibilité forte se voient en plus renforcés par les allers-retours entre la démarche bottom-up et celle top-down, qui diffusent l’information, discutent les thèmes primordiaux et donc génèrent une intériorisation de ces éléments. Ceci permet de renforcer une production d’image à l’interne comme à l’extérieur. Le marketing urbain doit donc se comprendre ici comme un système d’action organisée extrêmement cohérent.

L’activisme, conjugaison de nouveautés et d’authenticité

17La cohérence de ce marketing urbain émane de sa combinaison entre un objet d’action – le patrimoine –, un mode communicationnel – la personnalisation des relations politiques – et un troisième élément qui lui donne du rythme, de la légitimité et des ressources. Il s’agit de l’incessant travail de liaisons institutionnelles et partenariales, qui consiste, par exemple, à attirer des investisseurs ou être à la source d’appels d’offre publics. Cette logique d’action, appelée bridging strategy, permet, par définition, d’étendre les frontières de l’organisation (ici en l’occurrence du système politico-administratif local) par la création de « ponts » vers des partenaires comme des pouvoirs subsidiants (Scieur, 2005). Le principe qui rythme cette logique d’action est celui de la réactivité. Comme fondement de la gouvernance, la réactivité s’inscrit dans ce cadre global qui régule le dynamisme d’entités locales à partir de leur mise en compétition. Celles-ci, en même temps qu’elles produisent un développement intégré et endogène sur leur territoire, répondent à ce cadre d’action exogène. Dès lors, un mode d’action publique particulier, réactif dans son suivi de l’innovation, se dévoile.

18La logique de compétitivité inscrite dans les injonctions globales produit un cadre à une action locale qui s’approprie ces dispositifs et les combinent. À Forcy, apparaît ainsi une focalisation forte, voire agonistique, sur les moyens de distinction. Que ce soit à travers les sollicitations extérieures suscitées par le formatage institutionnel des politiques locales, ou les diffusions internes à la localité, se pose la question de l’importance du signe dans l’action. En d’autres termes, la finalité des actions entreprises, plutôt qu’une conviction dans leurs contenus, n’est-elle pas d’une part l’action elle-même, c’est-à-dire le fait d’être en mouvement et d’autre part ce que son contenu symbolise ? Le cadre institutionnel génère donc l’instrumentalisation par la gouvernance locale de différents enjeux tel que le développement durable ou la cohésion sociale, en vue du maintien de la compétitivité (Brenner, 2004).

19Toutefois, la frontière entre une logique du signe et celle de la conviction demeure ténue car la première est devenue un argument directement capable de mobiliser un ensemble hétérogène d’acteurs. Ainsi, lorsqu’il s’agit d’amener des entrepreneurs « écologiques » innovants comme c’est le cas dans le projet de golf, la motivation mentionnée est avant tout celle de l’image de la ville « verte » comme atout de communication et de développement touristique. Par ailleurs, cela doit permettre de situer Forcy à la pointe en matière de production d’énergie propre. Cette logique exogène, que l’on retrouve dans d’autres domaines comme l’économie sociale ou la participation, rend visible le dynamisme des acteurs locaux et, finalement, semble être en mesure de produire une distinction entre communes.

Un système réticulaire, participatif et consensuel

20Au final, ce mode de gouvernance de la ville prend une tournure qui conjugue trois formes de liaison avec diverses élites locales ou régionales : l’attraction, la suscitation et le soutien. Il existe tout d’abord un jeu entre territoires qui vise à implanter des projets sur ses propres terres. Ensuite, il y a celui qui consiste à solliciter et à encourager des gens de la ville à développer de nouvelles activités ou à entreprendre leur reconversion. Enfin, et surtout, dans la plupart des situations, l’action politique locale consiste à relayer ces projets auprès de la population d’une part, à les amener à terme en les accompagnant dans leur traversée des méandres institutionnels et procéduriers d’autre part.

21L’intérêt de l’exécutif politique rejoint rapidement celui de tout promoteur puisqu’il repose sur le pari, en partie vérifié, que toute nouvelle action constructive génère une image positive de la Ville et donc renforce l’évaluation favorable du travail politique. En effet, plus que des indicateurs classiques dits « objectifs » tel que l’évolution du taux de chômage ou la disponibilité de logements, qui permettraient d’attester d’un bilan positif, ce sont plutôt les actions menées qui retiennent l’attention. Les indicateurs se composent alors des rencontres opérées et des projets discutés en perspective ou en cours. Des actions sont produites et connues des habitants. Ceci passe par l’important travail de visibilisation qui prend corps autour de la pratique du marketing urbain au cœur et hors de la Ville de Forcy. Cette visibilisation est bien entendu un instrument politique fort – les résultats électoraux le confirment.

22Elle est toutefois plus que cela. Elle nous informe sur le fonctionnement quotidien de l’action politique et, plus largement, sur les ressorts d’une société locale à l’heure actuelle. Le fait que pour beaucoup Forcy est une « ville qui bouge » indique un rapport positif à la ville. Ainsi, un lien existe entre élus et habitants. Un socle en partie mythique relie les habitants à leur ville et au bourgmestre qui parvient à l’incarner. Ville historique, avec un patrimoine bâti riche et un folklore très vivant, ville d’eau et verte, au relief atypique, Forcy possède des caractéristiques fortes qui servent de ressources à ce type de représentations. Ce mythe, cette forme d’association analogique, sans examen précis, entre deux éléments, se décline ici entre une ville (ses lieux, ses groupes) et des valeurs comme, dans ce cas-ci, la beauté, la singularité. Vivre un rapport mythique envers sa ville n’est pas une question de crédulité béate mais plutôt de capacité à supporter la contradiction (Veyne, 1983 [1992]). Ainsi, dans le cas de Forcy, certains pourraient avancer des arguments négatifs qui, acceptés rationnellement, ne résisteraient guère à quelque chose de supérieur, en partie insondable. La qualité du bourgmestre est en plus de parvenir à forger une identification forte entre sa personne et l’image de la ville, ce qui lui procure une légitimité profondément charismatique.

23La politique est donc plus qu’un partage de pouvoir ; elle est aussi « partage du sensible » (Rancière, 2000). Le pouvoir d’un leader est à cet égard d’autant plus important que l’espace sensible est partagé. Les scènes de proximité y participent largement puisque, de par leur disposition, elles génèrent un socle cognitif en partie commun alimenté par les actions entreprises dans la commune et leur évolution. L’importance d’un système réticulaire puissant, l’usage de dispositifs qui promeuvent une extension de l’exercice démocratique et la capacité à générer un large consensus s’alimentent mutuellement pour, au final, générer et légitimer une dynamique d’action vive et orientée.

Contingences démocratiques et système politique organisé

24Le degré de séduction d’un projet de golf aux critères environnementaux stricts et innovants, les allers-retours entre politiques et habitants qui justifient les actions menées ou encore les apports organisationnels destinés aux initiateurs de projets mettent à tour de rôle en avant des nœuds de cristallisation de l’action sur l’espace urbain. On peut alors observer la constitution d’élites, leur légitimation ou encore leurs soutiens mutuels. De ce fait, ces différents exemples témoignent de modes d’engorgement particuliers dans l’orientation de l’action et aboutissent à la question lancinante de l’effectivité de la démocratie locale.

  • 5 Ainsi, certains auteurs ne manquent pas de parler de « déficit d’élites dirigeantes » à propos de s (...)

25La confrontation entre le projet démocratique et la transformation/reproduction de la société par des élites n’est évidemment pas neuve. Elle est consubstantielle à l’avènement des aspirations de l’individu démocratique moderne telles que décrites par Tocqueville. Cette tension demeure et mérite à chaque fois d’être repensée à nouveau frais. Parmi les intellectuels d’ailleurs, elle demeure irrésolue. Sans refaire ici une histoire de la pensée politique et sociale, dans les formulations des uns et des autres, émane une ambivalence entre une fascination envers cette capacité dynamique des élites et une répulsion face à leur manière d’incarner les restes d’une société hiérarchique5. La pensée sur les élites qui déborde rapidement du cadre strictement analytique navigue entre haine et reconnaissance d’une nécessité.

26Finalement, le défi intellectuel qui semble poindre consiste à assumer la tension existante entre une théorie de la démocratie et l’analyse organisationnelle, au sens le plus large du terme. En effet, cette dernière nous enseigne toute une série de scandales jaillissant à partir du seul horizon démocratique. De la même manière que les « machines politiques » de grandes villes américaines, pourtant contraires aux prétentions démocratiques, étaient discutées par Merton (1949 [1997]) en regard des fonctions qu’elles remplissaient (personnalisation des relations, assistance), ces scandales apparents doivent être resitués dans leur contexte d’émergence pour pouvoir jauger de leur portée fonctionnelle ou émancipatrice, de reproduction ou de transformation, mais surtout de leurs ambiguïtés. La poursuite de l’étude de cas menée ici amène donc à approfondir l’examen des logiques de transformation de l’espace communal faisant appel à ces ressorts organisationnels qui reconfigurent cette « forme sociale » (Simmel, 1908 [1999]) qu’est la démocratie.

27Avec la sortie du système où, à travers le mouvement ouvrier et les partis de masse, la démocratie fonctionnait selon le principe du « socialisme dans un seul village » (Francq et Lapeyronnie, 1990), s’est dissoute la forme du localisme qui produisait des élites extrêmement reliées à leur base, qu’elles représentaient dans l’action sociale ou politique. Aujourd’hui, ce modèle représentatif est épuisé, d’abord du point de vue politique mais, plus largement, comme principe de structuration de la société (Touraine, 2005). L’individu contemporain n’est plus inscrit dans des groupes sociaux structurés et structurants. Des collectifs existent toujours, mais ils se recoupent plus que s’excluent mutuellement. Cette transformation du rapport entre institutions et individus redéfinit les termes de l’horizon démocratique.

28Cette césure potentielle entre les individus et le système est souvent compensée par une communication importante, ce qui compose la forme de l’exercice du pouvoir local. La politique à ce niveau-là s’apparente à une mécanique bien huilée qui tourne constamment et qui fait parler d’elle. Pour se distinguer, elle puise nombre de ses projets dans des référents extérieurs, tels que la Région Wallonne ou l’Union européenne, qu’elle importe. Sa capacité à être à la pointe dans divers domaines comme les loisirs ou le développement durable légitime l’action de l’élite dirigeante. Cette attention accordée à l’innovation conjuguée au respect de l’authenticité est mise en œuvre dans différents projets – nous avons parlé amplement du golf, nous aurions pu évoquer les éoliennes ou le plan communal de développement rural. La publicisation de leur constitution les légitime à deux niveaux : procédurier, mais aussi substantiel. Leur qualité reconnue et défendue habilite la parole des élites soutenue par de nombreux leaders d’opinion. Ces scènes publiques se caractérisent par leur force de rassemblement capable de clore les débats et d’habiliter la parole de ceux qui les occupent.

29La domination charismatique du bourgmestre est véritablement produite dans l’action et dans ces dispositifs qui reconfigurent peu la répartition du travail politique entre gouvernants et gouvernés. Ce constat est d’ailleurs contradictoire pour des espaces qui prétendent élargir la participation à la vie publique. L’activité politique de Forcy connaît bien une double légitimité démocratique : celle de l’élection et celle de la publicisation des enjeux. Cependant, cette action organisée qu’est la pratique politique s’éloigne d’une conception radicale de la démocratie, qui la conçoit non pas comme une forme de gouvernement mais comme le fondement de la politique elle-même, renvoyant toute domination à son illégitimité première (Rancière, 2005). Aussi, on peut admettre avec Sintomer (2007 : 164) que :

ce qu’on appelle aujourd’hui “démocratie participative” n’est généralement que de la “démocratie de proximité”, dans le double sens d’une démocratie qui se limite au microlocal (ou à un secteur précis des politiques publiques) et qui rapproche gouvernants et gouvernés en organisant entre eux une communication plus intense. Cette démocratie de proximité ne remet pas en jeu la division du travail classique, dans laquelle les citoyens se contentent de parler de leurs intérêts particuliers tandis que les élus décident – théoriquement en fonction de l’intérêt général – en pratiquant l’écoute sélective, qui consiste à sélectionner sans règle du jeu certaines des suggestions émises par leurs électeurs.

30Au bout du compte, les dispositifs d’élargissement des parties prenantes à l’action publique ne peuvent être qualifiés d’improductifs. Au contraire, en remettant peu en question les procédures décisionnelles, en octroyant une arène aux élus et à certaines élites locales, en éprouvant les capacités gestionnaires des édiles politiques, c’est-à-dire finalement en reconfigurant la distribution du travail politique dans le sens d’une concentration portée par une légitimité charismatique et stratégique, ils génèrent une forme de gouvernance locale axée sur la visibilisation et la quête de l’action nouvelle.

Conclusion

31L’accroissement des scènes publiques génère cet effet étonnant de miner la contestation sans la bannir. Le processus consiste en réalité à la minoriser par l’accumulation des voix qui se dressent à son encontre de telle sorte que le soutien à l’édile politique s’opère d’autant mieux qu’il est hors du soupçon d’expression d’affinités partisanes. En effet, l’exécutif politique, en développant divers projets, en soutenant leurs promoteurs, travaille pour le bien de la commune, « bien commun » très clair qui consiste à emprunter le chemin de l’ère du temps tout en veillant au respect du cadre de vie. Le marketing urbain perçu comme dispositif de légitimation articulé autour d’un objet, d’un mode communicationnel et d’un rythme d’action incarne ce processus de gouvernance qui relie perspectives locales et injonctions globales. Il en découle un processus de structuration non déterministe mais fortement exogène de l’espace local. En effet, ce système renforce un activisme attentif aux formes de gouvernance et aux domaines d’action contemporains valorisés. Cette démarche surplombe une logique discursive productrice d’une rationalité de conviction suscitée par les méandres des échanges.

32Dans ce contexte, la patrimonialisation comme mode de production de l’espace semble difficilement dépassable en raison, certes, des effets d’enchaînement qu’elle produit mais avant toute chose en raison de son support effectif à une action visible, des espoirs économiques qu’elle suscite et de l’idée de « bon sens » écologique qui la soutient. En somme, elle cristallise les actions d’élites politiques et économiques d’autant mieux qu’elle traverse des scènes censées la soumettre à questionnement, qui l’habilitent considérablement.

Top of page

Bibliography

BAJOIT Guy, 2001, « La Wallonie face au défi de la mondialisation » in DELCOURT Jacques et de WOOT Philippe (dir.), Les défis de la globalisation : Babel ou Pentecôte ?, Louvain-la-Neuve : Presses Universitaires de Louvain.

BECK Ulrich, 1986 [2003], La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Paris : Flammarion.

BLONDIAUX Loïc, SINTOMER Yves, 2002, « L’impératif délibératif », Politix, vol. 15, n° 57, pp. 17-35.

BOLTANSKI Luc, CHIAPELLO Eve, 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris : Gallimard.

BRENNER Neil, 2004, New state spaces : urban governance and the rescaling of statehood, Oxford : Oxford University Press.

DIBIE Pascal, 2006, Le village métamorphosé : révolution dans la France profonde, Paris : Plon.

FRANCQ Bernard, LAPEYRONNIE Didier, 1990, Les deux morts de la Wallonie sidérurgique, Louvain-la-Neuve : Ciaco.

MERTON Robert, 1949 [1997], Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris : Armand Colin.

PASSERON Jean-Claude, 1991, Le raisonnement sociologique : l’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris : Nathan.

RANCIÈRE Jacques, 2000, Le partage du sensible : esthétique et politique, Paris : La fabrique.

RANCIÈRE Jacques, 2005, La haine de la démocratie, Paris : La fabrique.

REMY Jean, VOYE Liliane, 1992, La ville : vers une nouvelle définition ?, Paris : L’Harmattan.

SCHNAPPER Dominique, 2000, Qu’est-ce que la citoyenneté ?, Paris : Gallimard.

SCIEUR Philippe, 2005, Sociologie des organisations : introduction à l’analyse de l’action collective organisée, Paris : Armand Colin.

SIMMEL Georg, 1908 [1999], Sociologie, Paris : P.U.F.

SINTOMER Yves, 2007, Le pouvoir au peuple : jurys citoyens, tirage au sort et démocratie participative, Paris : La Découverte.

TOURAINE Alain, 2005, Un nouveau paradigme : pour comprendre le monde aujourd’hui, Paris : Fayard.

TRIVELIN Bruno, BAJOIT Guy, DASSETTO Felice, 2003, Élites urbaines : le cas de trois villes belges : Wavre, Verviers et Lier, Louvain-la-Neuve : Academia-Bruylant.

VEYNE Paul, 1983 [1992], Les Grecs ont-ils cru en leurs mythes ?, Paris : Le Seuil.

WILSON Elizabeth, 1992, The Sphinx in the City : Urban Life, the Control of Disorder, and Women, Londres : Virago & Berkeley.

Top of page

Notes

1 L’auteur tient à remercier Philippe Scieur et Laetitia Mouthuy pour leur lecture attentive du texte initial.

2 Par souci de confidentialité, les noms de personnes et de lieux ont été modifiés.

3 Nous entendons ce terme comme l’activité d’orientation du collectif, et non pas comme l’activité émanant d’un corps constitué d’élus ou comme un programme d’actions institué.

4 Au fil du texte, la problématique de l’identité fait écho à celle de la gouvernance locale. La question « Comment devient-on Palinois ? » peut être rendue opérationnelle en s’interrogeant sur les épreuves à passer pour le devenir (être écologiste ? être un citoyen « actif » ?). Sans pour autant être approfondie dans cette contribution, cette construction identitaire portée par les garants d’un certain « esprit du village » et les pouvoirs publics, génératrice d’un phénomène concomitant d’exclusion, est au cœur des phénomènes de pouvoir analysés ici.

5 Ainsi, certains auteurs ne manquent pas de parler de « déficit d’élites dirigeantes » à propos de sociétés en crise, telle que la société wallonne par exemple (Bajoit, 2001).

Top of page

References

Electronic reference

Damien Vanneste, « Le marketing urbain comme dispositif de légitimation », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 3 | 2007, Online since 27 November 2007, connection on 17 October 2017. URL : http://articulo.revues.org/601 ; DOI : 10.4000/articulo.601

Top of page

About the author

Damien Vanneste

Damien Vanneste est sociologue aux FUCaM (Facultés Universitaires Catholiques de Mons) et membre du CeRIO (Centre de Recherche et d’Intervention en Organisation). À partir d’une étude réalisée auprès des magasins de nuit bruxellois, il a récemment publié un ouvrage aux éditions Academia-Bruylant : Night-shops. Pratiques et insertions économiques au cœur du commerce ethnique. Actuellement, il oriente ses recherches sur les relations entre espace local, action organisée et politique de la ville à travers l’étude des dispositifs de gouvernance et de développement urbain en Wallonie (Belgique).

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org