Skip to navigation – Site map
2008

L’édition universitaire (américaine) en péril ?

Book review of: Lyndsay Waters. L’éclipse du savoir.
Samuel Carpentier
Bibliographical reference

Lindsay Waters. 2008. L’éclipse du savoir. Paris, Allia.

Full text

Full size image
Credits : © Allia 2011

1« Il nous faut donc faire face à la situation peu plaisante où l’institution universitaire et le libre usage de l’intelligence s’opposent l’une à l’autre ». La quatrième de couverture de l’édition française de l’ouvrage de Lindsay Waters, responsable éditorial dans la section « humanités » des presses universitaires de Harvard, donne le ton de L’éclipse du savoir. Qu’on le considère comme un essai, un pamphlet ou encore un brûlot, ce livre a le mérite de mettre sur la place publique le nécessaire débat sur l’édition universitaire en particulier et sur la production scientifique en général. En effet, les excès maintes fois décriés de l’évaluation bibliométrique des chercheurs, que l’on pensait réservés au monde anglo-saxon et aux sciences dites « dures », ont percolé peu à peu dans l’ensemble du système universitaire. Cet ouvrage, en forme de cri d’alarme, rédigé en 2004 par rapport au contexte américain, trouve en Europe un écho certain en 2008. On pense notamment ici à la levée de boucliers que suscitent les initiatives récentes de classement des revues de sciences humaines et sociales, que ce soit en France avec l’Agence d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES) ou au niveau européen avec l’European Reference Index for the Humanities (ERIH) émanant de l’European Science Foundation (ESF).

2Pour Lindsay Waters, l’édition universitaire est en péril. Si les causes de ce naufrage sont multiples, la principale (de laquelle découlent les autres) consiste en une dérive de l’université vers un modèle d’entreprise et donc de marchandisation et de rentabilité de l’activité scientifique. Au niveau de l’édition universitaire, cette exigence de rentabilité, associée à l’injonction faite aux chercheurs de publier de plus en plus (le fameux publish or perish), est à l’origine d’une augmentation quantitative et d’une baisse qualitative des publications. Cette surproduction, présentée comme le signe avant-coureur d’une crise majeure, est telle que, d’après lui, « on a peine à distinguer la valeur des bons livres dans la quantité de ceux qui sont juste passables et d’autres qui ne le sont même pas » (Waters 2008 : 33). La vogue bibliométrique présente un autre travers majeur, celui de la mécanisation et de l’externalisation de l’évaluation des chercheurs. Les procédures de recrutement se fonderaient alors plus volontiers sur la liste des revues dans lesquelles le candidat a publié que sur un examen approfondi de son travail. L’auteur y voit un signe d’une bureaucratisation à outrance de l’université qui délaisserait peu à peu les idées et les débats pour les sous-traiter via le peer review. Finalement, ces évolutions basées sur un modèle d’entreprises (marchandisation, rentabilité, sous-traitance, etc.) conduiraient à un certain conformisme ambiant, qui confine les jeunes chercheurs dans des travaux convenus, donc facilement publiables puisqu’ils se gardent bien de remettre en cause, ou de seulement critiquer, les travaux de leurs pairs. On concèdera à l’auteur qu’un article rédigé dans le même style que son ouvrage aurait toutes les chances de ne pas être sélectionné par les revues académiques.

3Si l’on peut souscrire au constat dressé par Lindsay Waters concernant les dérives bibliométriques – « surproduction », opacité et endogénéité des procédures de classement, externalisation abusive de l’évaluation des chercheurs par les pairs – le ton délibérément polémique, voire provocateur, de l’ouvrage invite à adopter une lecture critique (selon les vœux même de l’auteur). Parmi les réserves que l’on peut formuler, outre les nombreuses références à Dieu et à la Bible qui n’apportent rien à la démonstration, on peut signaler quelques digressions passéistes (Waters 2008 : 109-117), ainsi qu’un penchant pour la théorie du complot. Pour autant, l’érudition de cet ouvrage, la position d’observation privilégiée de son auteur et l’argumentation chiffrée du propos sont autant d’éléments qui contribuent utilement au débat. En définitive, Lindsay Waters nous livre une réflexion éminemment subjective sur un sujet important, puisqu’il s’agit de l’activité même du chercheur, de sa liberté et de son éthique. Au-delà des prises de positions parfois radicales de l’auteur, cet ouvrage est une invitation à la vigilance et à la réflexivité des chercheurs ; en ce sens au moins, sa lecture est profitable.

Top of page

References

Electronic reference

Samuel Carpentier, « L’édition universitaire (américaine) en péril ? », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Book Reviews, 2008, Online since 28 December 2008, connection on 19 November 2017. URL : http://articulo.revues.org/551

Top of page

About the author

Samuel Carpentier

Samuel Carpentier holds a PhD in Geography. He is a researcher at the Centre for Population, Poverty and Public Policy Studies (CEPS/INSTEAD) in Luxembourg. His major research interests lie in urban geography, mobilities and transportation. Email: samuel.carpentier@ceps.lu  fr

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org