Skip to navigation – Site map
Dossier

Le développement touristique de deux sites chinois « incontournables » : Beihai et Guilin (Guangxi)

The tourist development of two ‘paramount’ Chinese sites: Beihai and Guilin (Guangxi)
Benjamin Taunay

Abstracts

Domestic tourism in the Guangxi Autonomous Region stems mainly from the city of Guilin, known all over China because of its setting and because of the literary expression «the most beautiful landscape is in Guilin». The analysis of the tourist development of this city, as well as the city of Beihai – labelled “most beautiful beach under the sky” – shows places with unique structures and spatial dynamics. The analysis also tries to underscore the growth of an increasingly individual type of tourism in the region.

Top of page

Full text

Introduction

1Les paysages de Guilin, ville située dans la province méridionale du Guangxi (广西), font partie de ceux que tous les Chinois, consciemment ou inconsciemment, rêvent de visiter. Il est effectivement impossible de n’avoir jamais contemplé une peinture prenant Guilin pour objet, les paysages de cette ville ayant depuis bientôt 1000 ans été qualifiés de « plus beaux sous le ciel » (桂林山水甲天下). Cette expression littéraire résume à elle seule ce que viennent chercher les touristes chinois dans la province du Guangxi et explique que la ville se soit développée par le tourisme depuis le milieu des années 1970.

2Cette expression a été reprise à son compte en 1997 par la ville de Beihai (北海), ville la plus méridionale du Guangxi, qui a qualifié par analogie sa plage de « plus belle sous le ciel » (天下第一滩). Cité de la deuxième moitié du XIXe siècle en partie crée par les Occidentaux, située sur le littoral du golfe de Beibu, Beihai est elle pourtant quasiment inconnue de la culture chinoise, culture paysagère par excellence où les « paysages » (山水) formés de « montagne » (山) et « d’eau » (水) sont considérés comme les plus beaux (Berque, 1995).

  • 1 Marie-Claire Bergère montre dans un récent article à propos du capitalisme chinois que : « le carac (...)

3Pourquoi s’intéresser à ces « plus beaux lieux sous le ciel » et étudier les étapes de leur développement touristique ? En Chine à l’heure actuelle, essayer de comprendre comment les Chinois se sont appropriés cette activité, mérite de retenir notre attention : le tourisme est ici un phénomène introduit de l’extérieur qui peut prendre des formes nouvelles par rapport à ce qui est connu en Occident1. De plus, les responsables du Guangxi, province pauvre qui a connu un développement économique plus tardif que les autres provinces littorales de la Chine, ont misé sur le développement touristique car la région de Guilin constituait un atout de premier ordre.

4Notre propos sur le tourisme, « système d’acteurs, de lieux et de pratiques permettant aux individus la recréation par le déplacement et l’habiter temporaire de lieux autres » (Équipe MIT, 2005), s’intéressera donc particulièrement à la région du Guangxi en général et à Guilin et Beihai en particulier, les deux principales villes touristiques (700 000 et 300 000 habitants respectivement), mais le développement pourra également faire référence à d’autres lieux touristiques plus petits, où des enquêtes ont également été menées. Nous interrogerons tout d’abord le « tourisme national » (dit parfois interne ou domestique) au sein du Guangxi. Puis nous réaliserons une étude comparée des mises en tourisme de Guilin et Beihai et indiquerons les particularités de leurs aménagements. Enfin, l’article se penchera sur les pratiques touristiques qui ont cours dans ces deux lieux.

Qu’est-ce que le tourisme national au sein de la région autonome Zhuang du Guangxi ?

5Encore très peu étudié par les géographes occidentaux, le Guangxi est une province assez pauvre du sud-ouest de la Chine. Même si la première activité de la région reste l’agriculture, le Guangxi fonde son décollage économique actuel en grande partie sur le tourisme dont le cœur se situe à Guilin, ville dont l’image, célèbre à travers toute la Chine, est reprise pour asseoir le développement de nouveaux lieux touristiques.

Un tourisme dans une région peu développée mais en émergence

6La région autonome Zhuang du Guangxi (Carte 1) a l’étendue d’un Etat : sa superficie est, à quelques kilomètres carrés près, comparable à celle du Laos, mais sa population est presque dix fois supérieure (environ 50 millions d’habitants). Partie intégrante de l’ouest chinois, le Guangxi reste aujourd’hui une province, quoique littorale, relativement pauvre et sous développée.

Carte 1 : Région autonome Zhuang du Guangxi

Carte 1 : Région autonome Zhuang du Guangxi

Source et cartographie : Taunay 2008

7Le Guangxi est en effet la dernière province littorale à avoir entamé son développement économique. Jusqu’en 1989, le conflit avec le Vietnam bloquait tout décollage économique, d’importantes troupes chinoises étant alors stationnées dans la province. Ce n’est qu’en 1991, avec l’arrivée d’un nouveau gouverneur plus libéral que son prédécesseur, que le Guangxi se lança dans le modèle du développement initié des années auparavant par la province voisine du Guangdong, encore la plus riche de Chine. Aujourd’hui cependant, le Guangxi reste une province assimilée à l’ouest de la Chine ; de nombreuses minorités ethniques étant en outre présentes dans le nord-ouest de la province, le Guangxi reste marqué par une importante dépendance envers les subsides du pouvoir central pour gérer cette partie particulièrement pauvre de la province (Goodman 1997).

8Mais l’état des lieux est en train de changer, notamment grâce au développement impulsé à partir de la ville de Nanning. Située à 400 km d’Hanoi, la capitale du Vietnam, Nanning est, dans les plans de construction d’un « Grand Sud chinois », considérée comme un carrefour important dans les années à venir. Un axe, reliant les provinces du Yunnan, du Guangxi et du Guangdong se met en place et tend à favoriser Nanning qui se retrouve au croisement de plusieurs routes importantes. La route du débouché maritime pour les provinces du Yunnan, du Guizhou, du Hunan et surtout du Sichuan (le Guangxi devenant ainsi un entrepôt à l’exportation pour ces provinces), la route entre la Chine du Sud et le Vietnam (encore récemment encouragée par la visite du président chinois à son homologue vietnamien fin 2005), et la route Nanning-Canton qui mettrait en relation le Guangxi avec le reste des provinces littorales développées. Cette impulsion de l’État central fait que Nanning est l’une des villes chinoises qui grandit le plus vite, ce qui se voit dans la rapide croissance d’une forêt de gratte-ciels, dans l’est de la ville qui accueille depuis peu le nouveau centre économique.

9Nanning est un des lieux de réunions des pays membres de l’ASEAN et c’est pourquoi, grâce aux nombreux investissements des pays membres de ce groupe, l’ancienne « zone d’investissements pour les Chinois d’outre-mer » se trouve actuellement en cours de réaménagement pour devenir la « zone économique internationale Chine-ASEAN » (divisée en 10 parties, une pour chaque pays). Pour attirer les investissements, le Guangxi a déjà planifié 15 nouvelles routes et autoroutes dont cinq sont déjà réalisées, et est en train de restructurer son aéroport pour l’ouvrir plus largement sur l’Asie du sud-est. Grâce à ces délocalisations et au développement d’infrastructures, le PIB de la province a augmenté de 12,3 % en 2004 par rapport à 2003, permettant à la région d’investir d’abord dans l’industrie dans le but de développer les exportations d’aluminium, en particulier sur le littoral. Une autoroute reliant les sites industriels à la côte a été construite constituant l’axe le plus important de la province, cette autoroute s’appelle la Guihai (« 桂海 »), du nom des deux villes qu’elle met en relation : Guilin et Beihai, les deux plus importants pôles touristiques du Guangxi.

Un tourisme polarisé par Guilin

10Le tourisme est la deuxième activité économique de la région du Guangxi. Il participe à l’émergence de la province, notamment grâce à la ville de Guilin, poumon touristique du Guangxi, qui permet aussi à d’autres régions du Guangxi de s’ouvrir au tourisme par son exemple. Guilin jouit en effet d’une aura très importante dans tout le pays. Ville apparue il y a plus de 2000 ans, elle a longtemps été la capitale de la province avant que Nanning ne lui ravisse ce titre à la fin des années 1940. Le caractère gui (桂) reste pourtant celui identifiant les véhicules de la région et celui qui organise la division touristique de la région : tous les documents traitant de tourisme (recueils de cartes, guides touristiques, documents de planification) évoquent la partie ouest du Guangxi comme la « zone touristique de Guilin Ouest » (桂西旅游区), la partie sud comme la « zone touristique de Guilin Sud » (桂南旅游区), et ainsi de suite. Guilin est ainsi un centre régional incontournable.

  • 2 Tous les sites touristiques étant payants en Chine, le tableau n° 1, basé sur les entrées des princ (...)

11Centre touristique incontournable, Guilin l’est en raison de ses paysages si représentatifs de la culture chinoise (Photo 1), et c’est pourquoi Guilin et sa région recueillent plus de 90 % des touristes/visiteurs2 se rendant au Guangxi, comme le montre le Tableau 1 (municipalité (市) correspond dans les données officielles à l’équivalent d’une partie de la région du Guangxi, une « sous-région » en somme. Le Guangxi possède 14 « sous-régions » (14 « municipalités »), et celle de Guilin est la plus septentrionale).

Photo 1 : Paysage de la région de Guilin

Photo 1 : Paysage de la région de Guilin

Source : Taunay 2008

Tableau 1 : Les touristes nationaux par municipalités dans le Guangxi

Municipalités

Proportion des touristes se rendant au Guangxi

Guilin

90,9 %

Beihai

2,9 %

Nanning

2,9 %

Liuzhou

1,8 %

Yulin

0,9 %

Guigang

0,5 %

Fangchenggang

0,2 %

TOTAL

100 %

Source : Annuaire statistique du tourisme au Guangxi 2004

Un tourisme qui se fonde sur la réputation de Guilin

12Les autres sites fréquentés par les touristes dans la région ne sont guère éloignés de la ville de Guilin : on vient surtout au Guangxi pour visiter Guilin et accomplir la croisière sur la rivière Li jusqu’à Yangshuo (Carte 2), cette visite étant décrite comme celle du « paysage évoquant une galerie de peintures » (山水相依画廊) dans le numéro spécial « Les plus beaux lieux de Chine » (中国最美丽的地方) de la revue en chinois China National Geography. Il semble donc logique que la municipalité de Guilin soit la plus visitée du Guangxi, très loin devant la deuxième ville touristique, Beihai. Ville qui n’apparaît même pas dans l’ouvrage précédent, bien qu’elle se targue d’abriter la « plus belle plage sous le ciel », et que l’axe routier reliant Guilin à Beihai soit qualifié de « route touristique en or » (旅游黄金旅带) par les aménageurs du bureau du tourisme du Guangxi.

13La polarité touristique de Guilin apparaît là comme un moteur de mise en tourisme pour la région du Guangxi. Beihai n’est pas la seule à utiliser l’expression « le plus beau » pour planifier une mise en tourisme et pour motiver le déplacement des touristes nationaux : de nombreux autres lieux reprennent à leur compte cette expression pour mettre en tourisme leurs sites. Les rizières en terrasses de Longsheng sont ainsi vendues comme les « incomparables sous le ciel » (龙脊天下绝), les chutes de Detian sont décrites comme un paysage d’une galerie de peinture » (山水画廊) faisant ainsi directement référence à Guilin. La liste exhaustive de ces lieux n’est pas réalisable, mais notons simplement que nombre de lieux, encore pauvres et loin de l’émergence en cours, notamment dans l’ouest de la région, tendent à ouvrir de nouveaux lieux touristiques. Réparties majoritairement dans l’ouest de la province, les villes de cette partie du Guangxi, Baise (白色) en tête, lancent de multiples projets de lieux touristiques. Dans ces nouveaux lieux, la fréquentation, bien qu’encore marginale, tend à augmenter chaque année. Cependant, la capitale touristique, Guilin, aux yeux des Chinois, demeure le premier lieu à visiter. Elle demeure la ville hébergeant le « plus beau paysage sous le ciel ».

Carte 2 : La diffusion du tourisme national dans la municipalité de Guilin

Carte 2 : La diffusion du tourisme national dans la municipalité de Guilin

Source : Plan de développement du tourisme dans la ville de Guilin (2001-2020) (桂林市旅游发展总体规划)

Planification et destins de villes : étude comparée de la mise en tourisme de Guilin et Beihai

14Si Guilin est une ville touristique depuis de nombreuses années et s’est ainsi largement modifié, Beihai est en revanche une station touristique plus récente. Toutes deux ont toutefois profité de l’avènement des congés payés (1999) et se sont trouvé transformées pour répondre aux attentes des touristes chinois.

Une ville anciennement mise en tourisme au nord, une nouvelle station au sud

15À Guilin, la « forêt d’osmanthus » qui produisent des fleurs blanches très odoriférantes semblables au jasmin, les anciens poèmes, chantant la beauté de la ville, se retrouvent partout : à la base des nombreuses collines de la ville, notamment la colline de la trompe de l’éléphant (象鼻山), la colline Fubo (伏波) et la colline des couleurs accumulées (叠彩), toutes trois se trouvant encadrer ce qui a été l’ancien cœur historique de la ville. Car en plus d’être une ville connue pour ses paysages, Guilin aurait été fondée voilà plus de 2000 ans sous la dynastie des Han et a temporairement été la capitale du Guomindang. À partir des années 1950, les visiteurs officiels étaient emmenés dans la ville pour une excursion sur la rivière Li, et après plusieurs années d’arrêt le tourisme a repris alors que la Grande Révolution culturelle n’était pas terminé. En 1973, Deng Xiaoping se rend dans la ville et relance le tourisme d’abord pour les officiels, pour les touristes étrangers à partir de 1978. Ce point est important à souligner car le tourisme national s’est greffé sur les installations mises en place à la fin des années 1970 lors de l’ouverture du pays au tourisme international. La ville est ainsi un des premiers lieux touristiques du pays, dont la publicité apparaissait tant en chinois qu’en anglais dans les brochures de la compagnie aérienne CAAC, alors unique transporteur.

16Beihai, littéralement « au nord de la mer », elle, n’a jamais été une ville connue pour ses paysages. Située sur une presqu’île de la plaine littorale du sud du Guangxi, Beihai n’est devenue une ville que dans la deuxième moitié du XIXe siècle avec son ouverture forcée aux puissances européennes dans le cadre des traités inégaux liés aux guerres de l’opium. À la fin des années 1980, la ville ne comptait qu’une grosse centaine de milliers d’habitants. La ville la plus méridionale du Guangxi n’était alors qu’une périphérie de la ville voisine de Hepu (合浦), toutes deux fondant leur économie sur l’élevage de l’huître perlière. Les premiers touristes datent ici de la fin des années 1980 (visiteurs officiels surtout), puis des années 1990 (Chinois d’outre-mer). Le modèle de développement suivi par Beihai est celui d’une des plus anciennes plages connues en Chine : Beidaihe (au nord est de Pékin), un littoral pratiqué depuis les années 1940 et déjà bien développé au moment de l’émergence de Beihai dans les années 1980, cette dernière ayant été choisie comme l’une des 12 villes littorales ouvertes aux capitaux étrangers en 1984 (Photo 2).

17À la fin des années 1980, Guilin est déjà une ville où le tourisme tient une place prépondérante : 479 378 touristes étrangers la visitent en 1988, dont 23% de Japonais, 34% de Chinois de Hong Kong et de Macao et 12% d’Américains selon l’Annuaire statistique de Guilin (1997). Mais au milieu des années 1990, à Guilin comme à Beihai, chaque municipalité choisit de déplacer le centre-ville. Il est à noter ici qu’il est difficile d’avoir des informations précises sur les plans de villes, les plans d’aménagements et d’urbanismes antérieurs à une dizaine d’années. Auparavant, les gouvernements municipaux ne produisaient pas ce type de documents, mais aménageaient au « coup par coup », sans plan d’ensemble.

Photo 2 : la plage d’argent à Beihai

Photo 2 : la plage d’argent à Beihai

Source : Taunay 2008

Des aménagements pharaoniques

18Pendant les années 1990, le niveau de vie s’élève dans les villes chinoises. De plus en plus d’individus partent pour un séjour touristique même si aucun congé n’est encore attribué par le gouvernement. Ville déjà fortement touristique voulant précéder les congés payés et donc les flux attendus de touristes et forte de sa notoriété, Guilin entame à partir de 1998 des réalisations pharaoniques. Ces réalisations ont eu pour but d’élargir les routes, de rénover ou bâtir des ponts, de planifier et de développer de nouveaux sites touristiques. Le plus important de ces projets est nommé « deux rivières et quatre lacs » (两江四湖). Ce projet visait à relier les deux rivières et les quatre lacs qui entouraient le centre-ville historique a coûté près de 15 milliards de yuans (environ 1,5 milliard d’euros) au gouvernement municipal de Guilin.

19Beihai n’est pas en reste et inaugure à peu près à la même époque plusieurs projets : une nouvelle plage, la « plage d’argent » (银滩), vient prendre le relais de l’ancienne plage au nord de la presqu’île (Carte 3). À l’origine destinée à des touristes internationaux qui ne sont jamais venus, le gouvernement municipal se lance dans de grands projets de « sinisation » de la plage et de la ville : située sur le littoral, espace longtemps considéré comme répulsif et donc d’exil pour les fonctionnaires en disgrâce au cours des empires successifs, ville plutôt assimilée à la culture internationale de par son passé de ville ouverte, Beihai est assez isolée. La ville place donc des pierres calligraphiées un peu partout dans le centre ville, et sur le littoral de la plage d’argent pour faire plus « chinois ». Le centre-ville est ensuite déplacé vers le sud de l’ancienne ville et la voirie développe de grands axes pour faciliter le transport des touristes qui sont attendus nombreux avec le développement de la voiture privée au début des années 2000. Mais malgré ces impressionnants aménagements, les touristes ont tardé à venir dans la ville.

Carte 3 : Les étapes de la mise en tourisme de Beihai

Carte 3 : Les étapes de la mise en tourisme de Beihai

Source et cartographie : Taunay 2008.

La logique du « plus grand », du « plus beau » prévaut dans les équipements

20Guilin a beau être considérée comme la ville qui abrite le plus beau paysage sous le ciel, elle a eu besoin au début des années 2000 de renouveler son offre touristique pour faire revenir les touristes déjà venus visiter la ville. Pour se distinguer de la concurrence touristique de plus en plus forte en Chine, la ville a aménagé son centre-ville à la manière d’un vaste parc, avec ses avenues principales et ses sites « incontournables ». Les principaux sites touristiques précédemment cités comme la colline de l’éléphant, ou la grotte Ludi ont reçu d’importants capitaux pour mettre en place de nombreux et récents aménagements.

21Mais pas n’importe quels aménagements : tous ont été construits pour permettre aux touristes de « contempler la modernité de la ville, observer la culture de la ville (les collines karstiques), et découvrir l’histoire de la ville ». Comme l’affirment les diverses publicités, agences de voyages et sites Internet, tous ces aménagements se veulent être les « plus beaux », les « plus grands », mais l’observateur notera cependant leur grande diversité. Si la plupart évoquent la culture impériale de la Chine, quelques-uns sont plus curieux : notamment un pavillon de style thaïlandais, un pont semblable à celui de San Francisco, une arche rappelant celle des Champs-Élysées, des statues de style Renaissance. Il n’y a donc pas d’unité architecturale dans les aménagements mis en place et surtout beaucoup de ces éléments n’existaient pas autrefois. Par exemple, trois lacs sur les quatre entourant aujourd’hui le centre-ville sont « faux » : ils n’étaient à l’époque Tang « qu’une ancienne nappe d’eau qui protégeait le front sud du mur d’enceinte de la ville » (Roux, 2002). Dans et autour du centre-ville, de nombreux ponts, des kiosques, des pierres calligraphiées, des pagodes, des statues, des fortifications paraissent ainsi anciens mais sont pourtant entièrement neufs. Toutes les rives des lacs et rivières ont été aménagées avec de fausses pierres, des chutes d’eau artificielles.

22Pourtant, les touristes chinois ne semblent pas se préoccuper de cette « incohérence », et pour cause : ils visitent majoritairement de nuit ce système d’eau. Tous les aménagements, et même les collines karstiques environnantes, sont alors illuminés de couleurs variées et diverses qui viennent alors donner des effets d’éclairage « lumineux et multicolores » (五光十色). Dans cet élan Beihai n’est pas en reste, ayant aménagé le centre-ville et le littoral de la plage d’argent avec les mêmes lumières multicolores. Autre exemple montrant la généralisation de ce phénomène à l’échelle de la région est celui de la ville de Xingan (兴安), à 60 km au nord de Guilin. La ville a elle aussi reconstruit son centre-ville (en 2003) selon une architecture « ancienne » mais qui n’a pourtant jamais existé. La « rue de l’eau » (水街), en plein centre-ville, a totalement été rénovée pour devenir le principal argument des publicités qui décrivent toutes Xingan comme une ville « d’histoire et de culture » (兴安历史文化主题游) (Carte 4).

Carte 4 : Le centre de Guilin mis en tourisme

Carte 4 : Le centre de Guilin mis en tourisme

Source et cartographie : Taunay 2008.

  • 3 Il y a là chez les sinologues un débat plus général sur l’authenticité et la modernité auquel en Ch (...)

23Le fait que le pastiche semble l’emporter sur la réalité matérielle constitue une donnée fondamentale de l’aménagement des lieux du tourisme national chinois au Guangxi3. L’examen des pratiques touristiques dans ces deux lieux « incontournables » permet de mieux comprendre cela.

Des lieux reflets de pratiques spatiales encore méconnues

24Une plongée, d’abord dans la culture des lieux, ensuite dans l’évolution actuelle de la société, est maintenant nécessaire pour expliquer l’aménagement des lieux précédemment décrits, ainsi que les pratiques touristiques au sein de ceux-ci.

De la Nature au Patrimoine : retour sur la conception chinoise des lieux

25« De la même façon, les touristes nationaux semblent moins intéressés par les ‘gens’ et plus par les monuments que les touristes internationaux pour qui le thème de la découverte des Indiens et de leur mode de vie peut être surprenant » (Raymond, 1999). Cet exemple péruvien montre les différences notables entre les pratiques nationales et internationales, et suggère de s’intéresser à l’histoire, à la culture, pour expliquer les différences de comportements dans et face à l’espace visité. La mise en tourisme des lieux repose sur des conceptions différentes selon les époques et les lieux, des conceptions sociales issues d’une histoire et d’un mode de pensée propre à une civilisation (voir Sacareau, 2008). Les interprétations hâtives, telles que celles reposant sur le vocable « kitch », doivent être analysées selon des données de civilisation.

26Par exemple, on sait que « les exemples sont innombrables du rôle joué par les artistes et autres découvreurs dans le lancement des lieux touristiques » (Equipe MIT, 2002). Dans le cas du Guangxi, le plus connu des géographes/géologues du XVIe siècle, Xu Xiake, a laissé de ses explorations dans la région de Guilin de nombreuses descriptions : « ce trajet nous montre, alignés devant nous, le lion jouant à la balle, la trompe d’éléphant, le chameau à deux bosses, le sacrifice aux tumulus, les soies de sanglier, les palmes d’oies ; et il y a, bien en ligne au-dessous, le banquet des Arhats, avec sa vaisselle d’or sur une table d’argent » (Dars 1993). Les lieux cités par Xu Xiake sont aujourd’hui parmi les plus visités de Guilin.

27Autre aspect de culture, les lumières précédemment décrites du système d’eau de Guilin, « Deux lacs quatre rivières ». Le même style de couleurs éclatantes se retrouve également dans les nombreuses grottes au cœur des collines karstiques et ceci semble donc un aspect apprécié des touristes. Ces lumières ne sont d’ailleurs pas sans rappeler les couleurs éclatantes des temples anciens, notamment aux niveaux des reliefs des piliers. Ainsi, aujourd’hui si « le touriste contemporain prend en photo des sites que, souvent, il ne se donne même pas le temps de contempler » (Berque, 1995), c’est peut-être qu’il ne regarde que l’image des lieux. Peu importe que les vieilles portes de la ville de Guilin soient reconstruites ou même « rapiécées » avec du béton, que ces portes soient pour certaines en partie couvertes par des murs d’escalade, seule l’image est importante. Car « gagner de la face » – « identité ou considération sociale » (Thireau, 2006) – est notamment fondamental en Chine : le tourisme est un symbole de réussite sociale et la question du vrai et du faux ne semble pas la plus importante pour la majorité des touristes : « Le culte de la mémoire en Chine ne s’exprime pas avec la même déférence pour les constructions prestigieuses qu’en Europe » (Zhang 2005).

Un nouveau regard sur le tourisme et les lieux touristiques

28Toutefois, une petite minorité de jeunes intellectuels tentent de redonner vie à la culture classique, afin « d’en faire une composante de la morale, de la vie quotidienne et du système institutionnel de la Chine contemporaine » (Courrier international, 2005). De plus, le tourisme engendre une nouvelle liberté, celle de se déplacer. « Je me sens 10 ans plus jeune » dit un homme de 53 ans qui a pris cette année pour la première fois une semaine de vacances, un homme qui comme tant d’autres, pense qu’après avoir été un travailleur modèle, prendre des jours de repos est un droit (China Daily, 3 octobre 2005). C’est là un changement fondamental dans les manières de vivre, ce que note un sociologue chinois dans ce même article : « dans le passé, la dévotion et être concerné plus par les besoins et souhaits des autres que par les siens étaient considérés comme des vertus », avant de conclure que les Chinois « prennent conscience que « c’est leur plein droit d’avoir des vacances ». Ainsi, les mentalités changent au fur et à mesure que les « semaines en or » (黄金周), les semaines de congés payés (deux par an), s’écoulent. 2008 est en effet la dixième année que sont lancées ces semaines.

29À Guilin par exemple, si les semaines touristiques voient encore affluer de nombreux groupes de touristes, leur nombre diminue toutefois considérablement. Une fréquentation plus individuelle se met en place, surtout issue de la riche province voisine du Guangdong. Xu Gang notait déjà en 1999, à partir de statistiques de 1993, que la fréquentation de Guilin était surtout le fait des habitants du Guangdong, spécialement de la ville de Canton (Xu, 1999), mais si ces touristes venaient alors massivement en groupe, la voiture individuelle va bientôt remplacer le bus.

  • 4 Ce point est à relativiser. Le Guangxi ne possède pas de grandes villes (Nanning est une ville de m (...)

30À Beihai également la fréquentation est surtout le fait d’individus plutôt que de groupes. Mais la plage est ici le fait d’un tourisme régional (en 2007, plus de 70% des touristes sont originaires des provinces voisines du Guangxi selon le Bureau du Tourisme de Beihai), preuve que ce type d’espace ne fait encore que peu fait « rêver »4. La plage est ainsi ici un espace de vacances pour les Cantonnais (langue également parlée à Beihai) et pour les habitants des provinces sans débouché maritime limitrophes du Guangxi seuls les habitants du Guangxi semblent savoir que la plage de Beihai est « la plus belle sous le ciel ». Les habitants de la province du Guangdong, qui appartiennent au même ensemble linguistique (le « Cantonnais ») le savent également ainsi que les habitants des provinces limitrophes sans débouché maritime (du Sichuan au Hunan en passant par le Yunnan et la Guizhou). La ville de Guilin connaît également un fort développement de pratiques individualistes : les touristes viennent cependant également de provinces plus éloignées, en voiture, en avion ou en train pour ensuite louer une voiture sur place, parfois avec chauffeur. Ces pratiques de location de véhicules deviennent tellement courantes qu’elles sont maintenant proposées sur Internet par des agences de voyage privées. Voyager individuellement devient de plus en plus facile, grâce notamment à la généralisation des services en ligne (commande de billets d’avion, réservation de chambres d’hôtels, consultation d’itinéraires pour les automobilistes, etc.), et à la publication de nombreux guides de voyages, ainsi qu’à l’augmentation des atlas routiers (voir Jin, 2004).

Des pratiques encore différentes de celles du tourisme international

31Au Guangxi, la plage est donc encore un espace touristique marginal et bronzer n’est pas encore à l’ordre du jour. Même si les agences de voyages sur Internet essayent de vendre les trois « S » (Sea (海水), Sun (阳光) et Sand (沙光), ces trois nouveaux concepts ne sont pas encore inscrits dans les mœurs. C’est déjà là une différence de taille avec le tourisme international qui permet en partie d’expliquer que le tourisme soit moins développé sur le littoral qu’à l’intérieur de la province. Le tourisme international en Chine est de plus surtout le fait d’une population est-asiatique (Japon, Corée du Sud, Taiwan et Hong Kong notamment) qui comprend mieux les pratiques chinoises dans le sens où c’est la culture chinoise qui a essaimé dans tout l’Extrême-Orient depuis plus de 1000 ans.

32Une minorité de touristes chinois, plus jeunes, cherchent cependant d’autres lieux que les sites connus comme Guilin, un peu à l’image des Occidentaux. Mais ce sont des lieux de « nature » où l’on retrouve les éléments fondamentaux du paysage à la chinoise, la montagne et l’eau. Un exemple représentatif de ce tourisme est celui d’un groupe de jeunes actifs qui, par le biais de magazines liés à la montagne, d’amis, de publicités dans des magasins spécialisés dans « l’aventure » (vente d’articles de randonnées par exemple), ou par le biais d’annonces sur les sites locaux des villes de Nanning ou Guilin, se retrouve à partir pour deux jours à la « montagne de l’Ouest » (西山, 1200 m), à trois heures de voiture à l’est de Nanning). Le groupe, une fois arrivé à la base de la montagne, part pour environ deux heures de marche rapide, sans arrêt, sans regard sur le paysage, à destination d’un lieu choisi. Une fois sur place, chacun monte sa tente et sort un impressionnant matériel : tables et chaises pliantes, ustensiles de cuisine, hache pour couper du bois vivant, etc. Ceci terminé, le groupe n’a de cesse de se faire prendre en photo (chacun voulant une photo de lui dans le groupe). Ensuite, tous chantent autour du feu et ne s’éloignent pas du camp, chose qui se fera le lendemain avec le retour tout aussi rapide vers la base de la montagne, avant de repartir vers Nanning où ils pourront attester de leur week-end de randonnée et de camping (露营) à la montagne. Un week-end où leur guide touristique, acheté au préalable à la grande librairie de Nanning, justifiera son sous-titre : « une bonne carte est une bonne aide » (好地图好帮手).

Conclusion

33L’étude des deux plus « hauts-lieux » touristiques, des « plus beaux lieux sous le ciel » du Guangxi, a permis de souligner deux réalités des raisons socio-spatiales du tourisme national chinois. Le système touristique du Guangxi est fortement polarisé par la ville de Guilin car les Chinois y voient la quintessence du paysage : les représentations liées aux paysages de montagne et d’eau, sont des images plus fortes que celle de la plage, même si celle-ci est qualifiée de « plus belle sous le ciel ». Ensuite, dans ces « plus beaux lieux », la dimension patrimoniale est souvent absente et les pratiques touristiques se différencient encore de celles du tourisme international.

34En Chine à l’heure actuelle, essayer de comprendre comment les Chinois pratiquent et s’approprient le tourisme, système importé de l’extérieur, mérite donc vraiment de retenir notre attention.

Top of page

Bibliography

BERQUE Augustin, 1995, Les raisons du paysage : de la Chine antique aux environnements de synthèse, Paris : Hazan.

CHI Zhang, 2006, Crise et Modernité : chocs, crise, renaissance de la culture chinoise aux temps modernes, Paris : You Feng.

Courrier International, 2005, La Chine des Chinois : autoportrait d'une société en mutation accélérée, numéro spécial juin-août.

DARS Jacques, 1993, Randonnées aux sites sublimes, Paris : Gallimard.

Équipe MIT, 2002, Tourismes 1 : lieux communs, Paris : Belin.

Équipe MIT, 2005, Tourismes 2 : moments de lieux, Paris : Belin.

GOODMAN David, 1997, Chinas Provinces in Reform : Class, Community and Political Culture, Londres : Routledge.

JIN Siyan, 2004, « L’écriture subjective dans la littérature contemporaine. Le “je” a succédé au “nous” omniprésent jusqu’à la fin des années 1970 », Perspectives Chinoises, n° 83, pp. 58-67.

SACAREAU Isabelle, 2008, « Pratiques et lieux du tourisme domestique en Inde », Colloque Asia 2008, Angers (à paraître).

XU Gang, 1999, Tourism and local economic development in China. Case studies of Guilin, Suzhou and Beidaihe, Padstow : Curzon Press.

Top of page

Notes

1 Marie-Claire Bergère montre dans un récent article à propos du capitalisme chinois que : « le caractère hybride que revêt le capitalisme chinois découle de la rencontre de deux systèmes – indigène et importée » (Gazette du palais, n° 172-173, pp. 12-14).

2 Tous les sites touristiques étant payants en Chine, le tableau n° 1, basé sur les entrées des principaux sites touristiques de la province, permet de distinguer la place de chaque ville dans la hiérarchie touristique de la région. Mais ces données ne distinguent pas touristes et visiteurs, soit mobilité touristique et mobilité de loisir. Un autre problème des statistiques chinoises est qu’elles ne distinguent pas non plus les Chinois de Chine et les Chinois d’outre-mer (qui forment un pourcentage important des visiteurs) une fois sur les lieux touristiques. Toutefois, ces données montrent la prédominance de Guilin en matière de tourisme et fournissent une image d’ensemble des villes proposant une composante touristique au Guangxi.

3 Il y a là chez les sinologues un débat plus général sur l’authenticité et la modernité auquel en Chine. Voir notamment l’ouvrage de CHI Zhang (2006). Dans cette complexe question, le tourisme, pratique importée, est sûrement un phénomène riche d’explications.

4 Ce point est à relativiser. Le Guangxi ne possède pas de grandes villes (Nanning est une ville de moins de 2 millions d’habitants), c’est-à-dire pas de lieux où des évolutions sensibles de la société sont très notables. Les plages proches de Shanghai et de Pékin semblent différentes : ces villes se sont ouvertes et développées il y a plus longtemps, laissant la place à des pratiques différentes, plus « expérimentées ».

Top of page

List of illustrations

Title Carte 1 : Région autonome Zhuang du Guangxi
Credits Source et cartographie : Taunay 2008
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/429/img-1.jpg
File image/jpeg, 68k
Title Photo 1 : Paysage de la région de Guilin
Credits Source : Taunay 2008
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/429/img-2.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Carte 2 : La diffusion du tourisme national dans la municipalité de Guilin
Credits Source : Plan de développement du tourisme dans la ville de Guilin (2001-2020) (桂林市旅游发展总体规划)
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/429/img-3.jpg
File image/jpeg, 176k
Title Photo 2 : la plage d’argent à Beihai
Credits Source : Taunay 2008
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/429/img-4.png
File image/png, 447k
Title Carte 3 : Les étapes de la mise en tourisme de Beihai
Credits Source et cartographie : Taunay 2008.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/429/img-5.png
File image/png, 143k
Title Carte 4 : Le centre de Guilin mis en tourisme
Credits Source et cartographie : Taunay 2008.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/429/img-6.jpg
File image/jpeg, 213k
Top of page

References

Electronic reference

Benjamin Taunay, « Le développement touristique de deux sites chinois « incontournables » : Beihai et Guilin (Guangxi) », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 4 | 2008, Online since 01 June 2008, connection on 28 May 2017. URL : http://articulo.revues.org/429 ; DOI : 10.4000/articulo.429

Top of page

About the author

Benjamin Taunay

Benjamin Taunay est Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER) au département ESTHUA de l’Université d’Angers et rattaché à l’UMR 6250 Littoral Environnement et Sociétés (LIENSs), Université de la Rochelle, France.

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org