Skip to navigation – Site map
2015

Comment raconter un urbanisme fictionnel?

Book review of: Matthey L. 2014. Building up stories. Sur l'action urbanistique à l'heure de la société du spectacle intégré. Geneva, A•Type éditions.
Filippo Zanghi
Bibliographical reference

Matthey L. 2014. Building up stories. Sur l'action urbanistique à l'heure de la société du spectacle intégré. Geneva, A•Type éditions.

Full text

Sciences sociales et prestiges de l’écriture

1Il existe de nombreux travaux qui tentent de construire une histoire des relations entre la littérature et les sciences sociales. Celui de Pierre Lassave (2003), par exemple, s’attache à montrer à quel point «les interactions entre sciences humaines et littérature se sont intensifiées» depuis le début du XIXe siècle, c’est-à-dire depuis l’émergence d’une troisième culture, selon la fameuse expression de Wolf Lepenies (1995). Trois types de relations sont distingués: au «régime de concurrence» initial aurait succédé un «régime de complémentarité», puis un «régime d'interférences», celui qui caractériserait la période contemporaine. Depuis la fin du XXe siècle, en effet, « à [la] reconnaissance progressive du roman comme instrument de connaissance, répondent en écho les réflexions qui se développent sur la dimension narrative de l'histoire, de l’anthropologie et de la sociologie » (Lassave 2003). Le livre de Laurent Matthey s’inscrit pleinement dans cette histoire. Il permet, en l’occurrence, d’envisager la dimension narrative d’une certaine géographie contemporaine et paraît bien symptomatique du «régime d'interférences» que cherche à décrire Lassave.

2L’objet, d’abord: format poche et maniable; couverture bleu acier; titres et nom d’auteur en oblique. Comme un manuel ou un mode d’emploi. Le papier de couverture adhère au toucher. Un livre comme celui-ci ne peut pas nous filer entre les doigts. Ça colle… Titres et nom d’auteur sont insérés dans les intervalles d’empreintes laissées par des boîtes d’allumettes qui figurent une sorte de plan d’aménagement. La deuxième de couverture évoque Arne Jacobsen, architecte et designer danois – moins connu, mais de la même trempe que Gropius ou Le Corbusier –, qui manipulait des boîtes d’allumettes pendant ses cours… Building up stories. Construire des villes de papier. Raconter des histoires de béton. Quelques jalons, en filigrane, sont déjà posés: l’opposition de deux époques, celle du grand récit de l’urbanisme fonctionnaliste et celle des petites histoires de « l’action urbanistique à l’heure de la société du spectacle intégré»; et l’idée, aussi, d’un «travail de décomposition » (147), d’une mise en pièces des pratiques et des discours de l’urbanisme contemporain. Tout cela ne saute pas aux yeux. C’est la traversée du récit qui permettra de le ressaisir.

3Le paratexte, ensuite: dédicace; inscription de l’ouvrage dans le cadre d’un programme de recherche ayant débouché sur « d’autres publications et travaux » (6); épigraphes diverses; en fin de volume, une bibliographie et une table des matières. Formellement, nous avons affaire au genre de l’essai universitaire. Mais ce rapprochement ne dure pas: les deux premières citations sont d’un magistrat, puis d’un animateur télé… Quant aux références, elles associent, entre autres, le Plan directeur cantonal des République et canton de Genève aux Poèmes saturniens de Verlaine et au Cimetière marin de Valéry. Cela précisé – j’y reviendrai –, la caractéristique la plus remarquable est sans aucun doute la mise en page. Certes, les notes que suppose tout travail de nature académique ne manquent pas à l’appel. De même, les titres et sous-titres, réunis dans la table des matières, peuvent être repérés en cours de lecture. Mais ces signes-là ne sont rien de plus: repérables, c’est-à-dire d’une discrétion qui confine à l’invisibilité. Les sous-titres, notamment, qui sont disposés en marge de la page et sur un axe vertical, passent très rapidement à la trappe dès qu’on se met à lire.

4Ce qu’on lit, c’est un récit. Un récit en bonne et due forme. Un récit aux temps du passé comme on n’en fait plus: on y dénombre une quarantaine de subjonctifs imparfaits! Une quantité honorable de passés simples, également, ce temps que Barthes (1994 : 25-26) avait définitivement « retiré du français parlé » pour en faire la « pierre d’angle du Récit, […] partie d’un rituel des Belles-Lettres», c’est-à-dire pour en dévoiler et en dénoncer le pouvoir: temps démiurgique, «instrument idéal de toutes les constructions d’univers», mais aussi, et surtout, «temps factice ». On aimerait ajouter: temps préhistorique ou antédiluvien, comme le subjonctif imparfait. Comment se perdre dans une histoire, en effet, comment y croire, comment oublier le factice, quand on lit, par exemple, « on ne pouvait que se réjouir du fait que les collectivités publiques s’intéressassent à la ville et à l’urbain » (20)? ou bien « il était tout à fait compréhensible que les urbanistes que j’avais rencontrés valorisassent la capacité à s’adapter à un environnement » (139)? Or les prestiges de l’écriture, et d’une écriture qui a longtemps été identifiée avec l’écriture littéraire, continuent d’opérer dans ces pages. Il faudra donc en déterminer les effets.

Un urbanisme fictionnel et spectaculaire

5Le premier chapitre (« La condition d’urbaniste ») est le résultat d’un véritable travail de terrain. Celui-ci a été rendu possible par les circonstances: durant quelques années, l’auteur, géographe de formation, a dirigé la Fondation Braillard Architectes, à Genève, ce qui l’a mis régulièrement en contact avec des urbanistes. A ses yeux – comme aux nôtres –, l’urbanisme est d’abord « une action technique sur une réalité matérielle qui est celle des territoires de la ville » (27). Or, à mesure qu’il visite des agences, des services communaux et qu’il rencontre les acteurs de grands projets urbains, une réalité beaucoup plus complexe lui apparaît. La profession n’est plus ce qu’elle était. En bref, le processus importe maintenant beaucoup plus que le résultat. Il s’agit de «“faire avec” le site, le programme, les partenaires, les dispositifs légaux…» (34) C’est un travail éternellement recommencé qui génère beaucoup de frustration, parce qu’il s’inscrit dans un temps long. «Le métier, c’est piloter une séance» (31), lui dit un jour l’un de ses interlocuteurs. « Son exercice », en d’autres termes, « consiste désormais à gérer des projets, plutôt qu’à produire des formes et de la matière urbaines » (50).

6Le deuxième chapitre (« La leçon de piano ») prend du recul et tâche de penser ensemble les tendances actuelles de la discipline urbanistique et l’avènement, à partir des années 1980, de la nouvelle gouvernance urbaine (new urban governance), elle-même associée au tournant néo-libéral. Par exemple, la multiplication des aménagements éphémères, dans la ville contemporaine, animations musicales, semaines du goût et autres joyeusetés – « un jour culturel (une exposition), un jour sportif (un tournoi de beach-volley), un jour festif (un concert) » (59) – est rattachée aux transformations de la production industrielle post-fordiste: de même que les sociétés privées se concentrent sur leurs produits les plus rentables, l’urbanisme privilégie des actions ponctuelles dans les espaces publics, aux « effets tangibles rapides » (77). Ce rapprochement n’est pas fortuit, puisque «l’articulation optimale des intérêts privé et public» est devenue prioritaire dès les années 1970, quand l’Etat n’a plus été en mesure de financer seul ses équipements, et elle s’est définitivement imposée dès lors que les promoteurs eux-mêmes ont dû faire face à la crise. C’est ainsi que « la rhétorique de l’event » commence à «tenir lieu de projet d’aménagement » (83).

7Le troisième chapitre («Telling stories») détaille les formes de cette rhétorique: les documents d’urbanisme (systématiquement escortés par leurs modes d’emploi), « la nébuleuse des fichiers .pdf disponibles en ligne » (104), les tables rondes (systématiquement escortées par leurs comptes rendus), l’immanquable mention des noms de grands architectes, la variété des supports publicitaires, les divers sous-genres de la balade urbaine, visite de projet urbain ou visites d’opérations modèles et, last but not least, les images de synthèse, en sont les figures-clés. C’est en elles et par elles que s’élaborent les histoires que l’on raconte et qu’opère « la production fictionnelle de la ville » (109).

8Par le biais d’une nouvelle parenthèse historique, cette dimension fictionnelle ou narrative de l’urbanisme contemporain est lumineusement analysée. L’histoire est celle d’un dévoiement. Dès les années 1970, en effet, la « rationalité discursive » s’érige en alternative à la « rationalité technique » (91). Contre le grand récit du progrès, on valorise la petite histoire. Mais cette dernière n’est pas le fait du technocrate. On estime, au contraire, que la langue de l’expert doit faire place à la parole sans qualité du citoyen ordinaire, qui prend le plus souvent la forme du récit : « La narration n’était pas encore une manière de simplifier le projet de telle sorte que des hommes et des femmes ordinaires puissent se l’approprier; elle était la manière dont des hommes et des femmes ordinaires y prenaient part » (94). Mais, dans les décennies suivantes, après qu’il a pénétré la sphère politique, le storytelling, ou « récit de communication », se généralise et devient l’outil obligé pour orienter et contrôler la réception même du discours urbanistique. Si bien qu’aujourd’hui, le renversement est complet : « D’une attention accordée aux histoires racontées par des quidams impliqués dans un dispositif participatif, on avait glissé à l’histoire propre à cohérer les divers intervenants de manière à les enrôler dans le projet – cette bonne histoire ne fût-elle qu’une contre-réalité» (102). Les Genevois se voyaient promettre la réalisation des milliers de logements dont ils manquaient? Eh bien, «les histoires que l’on contait aménageaient l’attente » (109).

9Le quatrième chapitre (« La vie des formes ») gravite autour d’une anecdote. En 2011, l’auteur était convié à une visite organisée à Genève pour « découvrir la ville au spectre de ses chantiers urbains » (112). Au programme, le projet d’agglomération franco-valdo-genevois, le projet Praille-Acacias-Vernets (le « plus grand projet urbain suisse ») et celui de la plage des Eaux-Vives. Alors, surprise: « Certains participants étaient venus assister à cette visite avec… des casques de chantier » (113). Le storytelling urbain faisait donc véritablement merveille, puisque désormais, « du côté de l’habitant, l’annonce de la ville à venir prenait une consistance telle qu’elle était d’ores et déjà en train de se faire » (114). Aux yeux de l’auteur – comme aux nôtres –, la leçon est amère. De l’entrecroisement des «trois modes de gouvernance» analysés – new urban governance, new public management et storytelling – ont résulté une «déréalisation» et une «dématérialisation» de l’action urbaine : « Le projet d’agglomération, le projet urbain, la plage urbaine devenaient des chantiers au même titre qu’un chantier effectif » (123). Et l’auteur de conclure: « C’était précisément cela que l’on pouvait appeler l’urbanisme spectaculaire, c’est-à-dire un urbanisme qui substituait une production narrative contrôlée (seul le maître d’ouvrage pouvant définir le discours et ses éléments saillants) à une production réelle de territoire » (122).

Storytelling et contre-fiction

10On l’aura pressenti : le mot « conclure » est trop fort et convient mal aux lignes à peine citées. L’essai est bien porteur d’une thèse: raconter les projets urbains, aujourd’hui, c’est en fait « déposséder les habitants de l’information nécessaire à leur compréhension » (145). Mais l’auteur est, comme vous et moi, un habitant. Il est, comme vous et moi, « un homo urbanus aestheticus plus enclin à participer à des manifestations ludiques ou culturelles qu’à l’appropriation politique de l’espace public » (143). Il est donc, comme vous et moi, dans le spectacle. Et c’est ici que les interférences entre sciences sociales et littérature sont les plus efficaces et les plus éclairantes.

11Il faut souligner que la «thèse», comme la plus grande partie des assertions qui constituent cet ouvrage, est formulée à l’imparfait. Ce dernier est un temps imperfectif, qui saisit une action, un sentiment « de l’intérieur », sans prise en compte de son début ni de sa fin (Maingueneau 1999). En somme, c’est le temps du temps suspendu. Temps proustien? Le récit de Matthey est bien littéraire, ne serait-ce qu’au sens étroit où il fait référence – le plus souvent en note infrapaginale, mais pas seulement – à des écrivains, et non des moindres. Il l’est aussi dans certaines tournures, qui séduisent. Ainsi, décrire la frustration des urbanistes, c’est ouvrir « les registres d’une amertume » (29). Il l’est, surtout, dans cet usage massif de l’imparfait. C’est un livre qui raconte le projet du livre. Il met en scène « l’acteur qui s’observe en train d’observer » (147). Partant, l’emploi du «je» et de l’imparfait signifie l’impossibilité d’occuper une quelconque position d’extériorité.

12Il est remarquable, à ce propos, que les articulations du récit ne soient pas, d’abord, des arguments. Ce sont d’abord des souvenirs. Simplement, on ne se remémore pas des sensations ou des paysages, mais des expériences de lecture, des formes de pensée. S’entrelacent, au fil des pages, le retentissement de la parole quotidienne des acteurs de l’urbanisme, telle allusion à Thierry Ardisson, telle réflexion de Montaigne… Il s’agit tout à la fois d’un travail de synthèse, d’un travail de terrain et, proprement, d’un travail d’écriture, littéraire en cela qu’il manifeste cette écriture: le signe le plus patent est l’emploi du subjonctif imparfait. Ostentation de littérature qui s’avère être, on l’aura compris, une position épistémologique: « L’urbanisme éta[n]t désormais aussi une pratique culturelle » (144), c’est-à-dire un spectacle, et ce dernier étant « intégré » – Matthey emprunte ici à Debord –, nous ne sommes plus en mesure de faire tomber le rideau. Nous pouvons seulement « rendre insolite et modifiable un monde qui se donne pour naturel et immuable », selon les mots d’Ivernel (2015) résumant la distanciation brechtienne. Distance, ou interférence: voilà ce que la littérature produit; voilà ce qu’elle peut faire aux sciences sociales.

13En marge du storytelling, donc, dans son sillage, mais sur la crête, et visant toujours cette forme de liberté qui nous permettrait de passer au-dessus de la crête – « on pense toujours indissociablement avec et contre ‒ avec et contre ceux qu’on a lus, vus ou entendus, avec et contre ceux dont on espère qu’ils nous liront, verront ou entendront », écrit Citton (2013) –, le récit de Matthey constitue sans doute l’esquisse de ce que le même Citton appelle « une vacuole pour penser-à-part ». Il s’agit de «combattre les médias, qui imposent leurs messages en effaçant leur réalité de medium, en focalisant notre attention sur les propriétés inhérentes au medium lui-même ‒ à sa matérialité, au bruit et aux parasites qu’il émet, à ce qu’on pourrait faire d’autre des moyens qu’il nous offre». Matthey, en ce sens, n’écrit pas contre la fiction. Il raconte. Mais son Building up stories peut sans doute être rangé parmi ces « contre-fictions » qui, d’après Citton, «seront vraies dès lors qu’elles feront voir la puissance de leur medium (plutôt que la cacher derrière une illusoire transparence)» (Citton 2013). Le lisant, c’est-à-dire: là-dedans, nous vivons autrement le devenir de nos villes.

Top of page

Bibliography

Barthes R. 1994. Le Degré Zéro de l’Ecriture. Paris, Seuil.

Citton Y. 2013. Contre-fictions en médiocratie, in Brière E, Gefen A. (eds) Fiction et Démocratie: Revue Critique de Fixxion Française Contemporaine, http://www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/rcffc/article/view/fx06.14/726 (retrieved 17 August 2015).

Ivernel P. 2015. Brecht Bertolt (1898-1956). Encyclopædia Universalis, http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/bertolt-brecht/ (retrieved 17 August 2015).

Lassave P. 2003. «Sciences sociales/littérature: la fin des hostilités?» Sciences humaines 134 (1): 24-34, http://www.cairn.info/magazine-sciences-humaines-2003-1-page-24.htm (page consultée le 16 août 2015).

Lepenies W. 1995. Les Trois Cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie. Paris, éd. de la MSH.

Maingueneau D. 1999. L'Énonciation en linguistique française. Paris, Hachette.

Top of page

References

Electronic reference

Filippo Zanghi, « Comment raconter un urbanisme fictionnel? », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Book Reviews, 2015, Online since 15 September 2015, connection on 06 December 2016. URL : http://articulo.revues.org/2857

Top of page

About the author

Filippo Zanghi

Filippo Zanghi holds a PhD in Liberal Arts and currently teaches at the University of Lausanne (Department of French Literature). His research interest lies particularly in the relations between urban studies and literature. Email: filippo.zanghi@unil.ch

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org