Skip to navigation – Site map
2015

Ville aimable

Book review of: Martouzet D. 2014. Ville aimable. Tours, Presses Universitaires François-Rabelais.
Mischa Piraud
Bibliographical reference

Martouzet D. 2014. Ville aimable. Tours, Presses Universitaires François-Rabelais.

Full text

1L’ouvrage collectif dirigé par Denis Martouzet s’inscrit dans une longue tradition de la ville adjectivée, déclinée en mot-valise : ville-quartz, ville-globale, ville-mangrove. L’adjectif « aimable » ouvre ici d’emblée sur une dimension structurant la ville de l’intérieur : son « habitant-e ». En effet, le propos prend le parti de parler de la ville autant que de celles et ceux qui la traversent et la vivent afin de saisir cette relation qui fait la ville. D’entrée de jeu, « la capacité des individus à aimer et à détester est première et plus forte que la capacité d’un lieu à être aimé ou détesté, à être aimable ou détestable » affirme Martouzet dans son dialogue avec Mathieu : « le lieu n’est pas beaucoup plus que ce que l’on en fait ou que ce que l’on en pense » (p.39). Le commentaire d’un ouvrage collectif orienté vers « l’action » est à vrai dire une tâche bien délicate. C’est en effet l’action elle-même qui performera quelque chose comme un commentaire, mise en acte du propos tenu dans l’ouvrage. Et qui, alors, pourra être commentée. On peut toutefois avancer une série de remarques à la suite de cette lecture stimulante.

2L’ouvrage collectif tient un plan ambitieux dont les parties sont articulées – sans toutefois se raccorder toujours – autour d’un nœud central de cinq chapitres qui fonctionnent comme « état de l’art ». Une « clarification sémantique et théorique du vocabulaire affectif dans le champ de l’organisation des sociétés et notamment leur organisation spatiale » (Feildel et Audas) replace la notion d’affect (entre raison et passion) dans une histoire intellectuelle où l’on croise Simmel, Tönnies et Heidegger (et malheureusement trop peu Spinoza). Cette histoire aboutit à une double ouverture à la fois méthodologique (« récit de vie spatialisé » puis « herméneutique cartographique » (que l’on aimerait parfois voir plus à l’œuvre) et pratique (reposant sur la mise en exergue de « prises affectives », application originale des « prises » de Gibson). Feildel donne une suite à cette analyse en cheminant de « l’organisation des sociétés » aux « principes d’organisation » mais aussi des études urbaines à l’urbanisme : une chapitre-manifeste pour un « urbanisme affectif » qui défend une « conception ‘émorationnelle’ de l’action d’aménager l’espace ». Salomon-Cavin et Mathieu examinent quant à elles une « représentation collective » ayant une « effectivité avérée » , les « idéologies organisatrices des sociétés », et cherchent à voir si celles-ci sont « favorables à la ville » et comment elles évaluent cette dernière. Autrement dit, il s’agit d’explorer les liens qui se tissent entre une conception énonçable (négative) de la ville et des pratiques (sensibles) effectives.

3Cette « urbaphobie » est ensuite déclinée par Martouzet autour de la figure champêtre de Rousseau et la complexité de son rapport à la ville. On tourne alors la focale sur l’individu et les différentes dimensions (« esthétiques et hédoniques, politique et psychologique, éthique ») de l’expérience urbaine. La clôture de cette partie est opérée par Laffont qui traite ici des « imaginaires véhiculés par chacun d’entre nous » à travers une analyse cinématographique des « images de la ville » qui appelle à une confrontation future des « archétypes ou figures où le vécu concret des habitants » afin d’ « asseoir le rôle déterminant que pourrait tenir le cinéma comme outil d’analyse » (p.209).

4Suit une partie plus empirique, qui débute par la construction de figures, de 24 types aux « délimitations floues » (p. 212) de relations à la ville (Martouzet). Plus que de relations, ce sont ici les relata qui sont décrites dont les auteur-e-s déduiront ensuite la relation possible entre figures de postures et figures de ville perçues construites inductivement. Ces deux séries de figures visent à « décrire de façon schématique, l’une, l’individu dans ses différentes postures affectives qu’il peut prendre envers la ville »; l’autre les diverses conceptions de la ville ». Si la dimension spatiale des études urbaines est largement centrale depuis Lefebvre, si ce n’est depuis Soja, la dimension rythmique – justement chère à Lefebvre – de la ville est ici traitée par Audas qui décrit cette double temporalité urbaine (le rythme de la ville) et personnelle (le rythme individuel – pensé notamment à l’aune des parcours de vie) qui structurent l’expérience urbaine. Bien que le temps soit ici trop linéaire, sa ressaisie ouvre la question de la constitution d’un patrimoine et son lien avec les « territoires affectifs » (Bailleul et Martouzet). Bailleul traite quant à elle la question de « l’instrumentalisation des affects dans les politiques d’images des villes » en explorant une série de cas d’études. L’auteure y décrit comment les collectivités publiques tirent sur la corde du sensible plutôt que d’agir sur un régime de publicité : on voit donc comment le marketing urbain mais aussi l’injonction à la participation jouent sur le registre de l’affect (« j’aime mon quartier et je le prouve », « Rennes une envie de ville »). On aboutit toutefois à une analyse d’efficacité de ces campagnes publicitaires plutôt qu’à une analyse (bio)politique des enjeux de telles campagnes.

5Enfin, Feildel crée la surprise : il reprend les travaux de Pierre Livet et abandonne le concept d’affect. En cherchant à montrer comment les émotions entrent dans la fabrique de la ville mais aussi « inversement, comment les délibérations associées à cette fabrique construisent le rapport affectif », il suscite un malaise méthodologique auprès de la lectrice et du lecteur. Cette dernière, enthousiaste jusque-là de voir cette équipe de géographes et d’urbanistes éviter plusieurs écueils des sciences sociales : contourner déjà l’assignation binaire entre des vieilles lunes du holisme ou de l’individualisme (p.52) mais se tenir à distance, surtout, des fièvres plus contemporaines comme celles des fameuses émotions. Saisir la ville par les affects, c’est en effet conjurer un dualisme corps-esprit (body-mind) dans la mesure où l’affect engage la personne transversalement aux coupures traditionnelles. Le lexique des émotions est jusque là écarté au profit de celui d’affects, réduisant ainsi les risques de réduction de la ville soit à un ensemble sensible soit à un ensemble énonçable, plutôt qu’à une grande machine qui mêle le sensible et l’énonçable (Deleuze 1986).

6La confrontation d’ouverture entre Martouzet et Mathieu à propos de leurs concepts respectifs de « rapport affectif à la ville » et de « mode d’habiter » ouvre une piste d’écriture joyeuse, complice et claire. L’idée de mode d’habiter contient cette épaisseur de l’expérience d’habiter contre la notion utilitaire de « résidence » et son écrasement ne laissant au final qu’une simple fonction vitale, voire productive. Toutefois, la notion d’habitant (qui prend sciemment la place de l’individu) n’obère-t-elle finalement pas cet acquis, en faisant de l’habiter une essence humaine et non plus un processus en perpétuelle (re)production ? « Habitant » deviendrait alors le signe d’une conception par défaut de ce que devrait être l’existence humaine. Or, penser « un certain nomadisme qui deviendrait caractéristique de l’Europe » (p.26) nécessite aussi des outils adéquats et on peine sans doute à appréhender ce phénomène si l’on tient l’habitant comme figure par défaut de notre anthropologie philosophique. Autrement dit, si le choix de la personne maussienne ne va pas sans poser de question quant aux compétences et capacités, celui d’« habitant » semble quant à lui opérer une forme de re-stabilisation conceptuelle en terme d’anthropologie philosophique qui court-circuite l’ambition relationnelle de la démarche (39).

7Cette tension de départ entre deux concepts fonctionne de fait comme structure de l’ouvrage et sous-tend théoriquement l’ensemble. Traitées en première personne, les postures théoriques jouent réciproquement une discussion sur la posture philosophique de la chercheuse ou du chercheur : rapport affectif à la ville sous-tendu par le rapport à soi qui « permet de décrypter plus précisément le rapport aux différents objets spatiaux » (p.30) versus le mode d’habiter – mieux chevillé à la matérialité des « (mi)lieux » (p.33) – sous-tendu par un « rapport à la nature », s’opposent notamment quant à la primauté de la nature ou de la ville et leur démarcation très claire (p.32). Une seconde opposition double la première entre « deux niveaux généralement non distingués » de l’« idéel » et des « faits repérables ». Si le but de « relier l’idéel au réel » est annoncé d’emblée, il pourrait toutefois n’être posé que par la coupure opérée a priori entre ces deux catégories de réel et d’idéel. En effet, d’après les chercheur-se-s en sciences sociales, les systèmes de pensée (idéels, mais aussi imaginaires, voire représentationnels) performent et constituent bel et bien la « réalité », la matière même du monde dont il nous faut faire quelque chose.

8Le propos général de ce livre enthousiasmera celles et ceux qui aiment les villes et s’inquiètent de la tendance à l’aseptisation des villes du Nord, ou des villes globales. En cela, la remarque d’ouverture sur les « classements de ces villes » vise particulièrement juste les dynamiques urbaines contemporaines qui aboutissent à des villes « propres sur elles », « insipides » – une forme contemporaine que Breviglieri (2013) avait décrit en « ville garantie ». On peut toutefois se demander si la critique telle qu’elle est construite dans Ville aimable ne manque pas un problème plus fondamental : l’exotisme et la soif d’authenticité qui animent cette amabilité des villes : ce même exotisme contemporain qui a rend aimable le léger frisson provoqué par les squats berlinois ou des méandres populaires de la Mouraria lisboète autant de destinations prisées pour les longs week-ends du fameux « touriste cultivé ». De plus, en laissant de côté sciemment le psychologique et l’économique, le cœur de ce qui fait la ville du néolibéralisme – le renouvellement des modes de gouvernementalité et de pouvoir, c’est-à-dire un état de guerre permanent passe inaperçu. Toutefois, la lectrice et le lecteur jouiront de l’optimisme bienvenu que scande l’ouvrage : la ville est bien ce que l’on en fait.

Top of page

Bibliography

Breviglieri M. 2013. Une brèche critique dans la ville garantie? Espaces intercalaires et architectures d’usage, in Cogato Lanza E, Pattaroni L, Piraud MS, Tirone B (eds) De La Différence Urbaine: Le Quartier Des Grottes/Genève. Geneva, Metis Presses: 213–236.

Deleuze G. 1986. Foucault. Paris, Minuit.

Top of page

References

Electronic reference

Mischa Piraud, « Ville aimable », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Book Reviews, 2015, Online since 22 August 2015, connection on 29 June 2016. URL : http://articulo.revues.org/2853

Top of page

About the author

Mischa Piraud

Mischa-S. Piraud is a PhD student at the Urban Sociology Laboratory (LaSUr) of the Swiss Federal Institute of Technology (EPFL). His research interests revolve around metamorphoses of capitalism and politics of art in the contemporary city. He published De la différence urbaine (Mētis Presses, 2013) with Elena Cogato-Lanza, Luca Pattaroni and Barbara Tirone. Email: mischa.piraud@epfl.ch

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org