Skip to navigation – Site map
2015

La gouvernance de la ville durable, entre déclin et réinventions : Une comparaison Nord/Sud

Book review of: Hajek I, Hamman P. 2014. La gouvernance de la ville durable, entre déclin et réinventions. Une comparaison Nord/Sud. Rennes, Presses universitaires de Rennes.
Mario Carrier
Bibliographical reference

Hajek I, Hamman P. 2014. La gouvernance de la ville durable, entre déclin et réinventions. Une comparaison Nord/Sud. Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Full text

La gouvernance de la ville durable entre déclin et réinventionsFull size image
Credits : © Presses Universitaires de Rennes

1C’est à partir des villes que la gouvernance et le développement durable seraient des vecteurs de transformation de nos sociétés contemporaines. Cette prémisse qui fonde l’ouvrage dont il sera question a été interrogée dans un cycle de trois colloques tenus en 2012-2013 à l’Université de Strasbourg, intitulé « Villes du nord, Villes du Sud : la durabilité, entre prêt à penser et opérationnalité ». De ces colloques sont issues les différentes contributions auxquelles nous réfèrerons dans cette recension. Les responsables de ce colloque voulaient savoir si après plus de deux décennies d’application de ces notions globales, génériques, de réels changements avaient été opérés dans les cadres de pensée et d’action.

2En introduction au volume, Isabelle Hajek répond à cette question en précisant que deux hypothèses sont à la base de l’ouvrage. Une première hypothèse suppose un « essoufflement du projet de ville durable », alors que la deuxième hypothèse suggère que nous serions aussi entrés dans une « période incertaine de résistance et de quête d’alternatives » face à cet essoufflement. En plus d’une introduction générale, le volume est divisé en trois parties et composé d’une dizaine de chapitres, ainsi que d’une synthèse qui tente de questionner quelle serait « l’Ouverture » pour progresser vers la durabilité urbaine.

3Dans la première partie du volume, les chapitres sont consacrés à des analyses et des réflexions sur la transformation des logiques du développement durable. Ainsi, Philippe Hamman, après avoir affirmé qu’il est difficile de nier qu’il existe un écart entre la théorie et les pratiques lorsqu’on parle de développement durable, émet l’avis que les enjeux en cette matière se situent à la fois au niveau micro (quartiers, villes) et macro (la planète) où interagissent le global et le local à travers des modes de gouvernance incarnés dans des processus et des dispositifs. Ici, une approche substantielle, celle qui touche au contenu de l’intersection des trois piliers, ne peut être séparée d’une approche procédurale. Ces deux approches se retrouvent dans les modes d’intervention transversaux au plan organisationnel ou dans les outils de participation citoyenne, permettant de penser dans leur réciprocité, le développement durable urbain à la fois du point de vue de l’institution et du territoire. En dernière analyse, considère Hamman, la question que pose la gouvernance de la ville durable est celle de savoir comment combiner la régulation des grands équilibres et la considération des différences des territoires.

4Pour sa part, Jérôme Dubois s’emploie à expliquer que la ville durable n’est qu’une nouvelle façon de référer à la complexité des villes modernes. Ainsi, pour cet auteur, les débats sur les enjeux de la ville durable et les réformes néo-managériales reliées à un contexte de crise des finances publiques, poursuivent des réflexions sur la diversité des sociétés locales débutées depuis longtemps. Par ailleurs, selon ce même auteur, le déploiement des nouvelles formes de régulation (outils incitatifs, nouvelles normes, audits obligatoires et de libertés surveillées) ramène le débat sur les liens entre le centre et la périphérie. Ici, la question qui se pose, avance l’auteur, est de savoir si le développement urbain durable est une occasion pour l’État de reprendre le contrôle des politiques locales ou pour l’État local de poursuivre sa transformation, à travers les coupes budgétaires, consistant à refléter l’importance toujours plus grande des collectivités et expérimentations locales.

5Puis, Vincent Béal défendra la thèse que la thématique climatique est venue provoquer le déclin du mot d’ordre du développement durable. Le climat est devenu l’enjeu prioritaire de l’action publique urbaine au profit d’une réorganisation de la gestion de l’environnement avec des instruments inspirés du new public management, ceux qui sont plus facilement évaluables, quantifiables, mesurables. Pour Béal, la question se pose, à savoir si ces façons de faire se généraliseront à d’autres enjeux du développement durable, dans un contexte où les politiques de développement urbain durable semblent connaître un essoufflement devant leurs difficultés à offrir un contenu opérationnel et à susciter les mobilisations territoriales.

6Enfin, Damien Vanneste, dans le dernier chapitre de cette première partie, sur la base de l’observation des politiques urbaines et de leur mise en œuvre dans des villes wallonnes en Belgique, insiste sur l’interdépendance entre trois régimes d’interaction, soit ceux reliés aux contenus des politiques urbaines projetés localement, ceux qui réfèrent aux échelles institutionnelles découlant du format de ces politiques, et ceux locaux et réels. Selon l’auteur, l’analyse empirique effectuée en Wallonie suggère que c’est le régime d’interaction lié au format des politiques urbaines qui joue un rôle médiateur déterminant dans les déclinaisons qui résulteront de ces politiques.

7La deuxième partie du volume est consacrée à des études de cas qui, chacune à leur façon, amènent des leçons pertinentes sur les pratiques se réclamant ou pouvant être associées à des politiques de développement durable. Ainsi Madani Safar Zitoun conclut, à partir de situations dans trois pays du Maghreb, que c’est la mobilisation et l’utilisation intelligentes des ressources traditionnelles locales, celles relatives à la solidarité et à l’organisation, qui seraient davantage le gage de la réussite des projets pouvant se réclamer du développement durable que la simple application de recettes d’ingénierie sociale internationale. Ceci dit, l’auteur reconnaît que ces ressources traditionnelles ne sont pas présentes partout et qu’elles ne s’arriment pas toujours facilement avec les attentes de l’État.

8Dans le même esprit, Lise Debout, après avoir analysé la réforme de la gestion des déchets ménagers en Égypte à partir d’une étude de cas locale, note que la nature centralisée des États dans les pays arabes écarte les municipalités et les administrations locales de la gestion des politiques environnementales. Or, son étude de cas révèle qu’une appropriation locale de ces politiques est possible, mais que la centralisation de l’État nuit à celle-ci, d’autant plus que les responsables locaux dans ces pays ont peu de ressources cognitives et financières leur permettant de s’approprier les nouveaux préceptes du développement durable.

9Puis, Antida Gazzola et al., après avoir examiné deux expériences de projet de développement durable en Italie et en Suède, concluent que le rapport entre participation et gouvernance est complexe, autant dans les pays du nord que du sud, et que celui-ci est relié à de nombreux facteurs politiques, économiques, sociaux et culturels.

10Dans le dernier chapitre de cette section du volume, Marie Mangold compare l’action de collectifs d’habitants aux États-Unis et en France dans la gouvernance des villes. Ses études de cas révèlent comment la gouvernance de la ville durable mène parfois à des injonctions pesant sur les citoyens pour qu’ils changent leurs comportements et leurs modes de vie. Celles-ci, selon Mangold, induisent une normalisation des conduites qui, d’une certaine façon, dépolitisent le citoyen, dans la mesure où les actions pour lesquelles on l’invite à participer sont dans un registre limité.

11Dans la troisième partie du volume, deux contributions s’intéressent à des approches analytiques pour mieux comprendre et construire la ville durable. Ainsi, Michel Carrard s’intéresse à la modélisation réflexive, comme une déclinaison de la recherche-action, à partir du projet très controversé de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes en France. L’auteur présente la recherche-action appliquée au cas de l’aéroport, comme une contribution de celle-ci à la prise en compte du développement durable dans des projets reliés à l’aménagement du territoire. Il est précisé qu’une telle démarche ne vise pas à tout prix la recherche du consensus, car il arrive, souligne l’auteur, comme cela semble être le cas avec l’aéroport Notre-Dame-des-Landes, que la conflictualité entre les acteurs en présence soit irréductible.

12Dans la deuxième contribution, Anne Carbonnel et Marie-Pierre Philippe-Dussine s’intéressent à la participation citoyenne dans des projets d’habitat durable en France et en Allemagne. Pour ces auteures, l’urbanisme durable doit s’accompagner d’une représentation collective multi-acteurs. Leurs études de cas leurs suggèrent que la construction de cette représentation collective doit être basée sur un paradigme favorisant un agir plus « communicationnel » que « stratégique ».

13Pour conclure cet ouvrage, « l’Ouverture » de Christine Voiron invite à passer de politiques publiques en matière de développement durable orientées sur le « comment survivre ensemble », à des politiques sur le « comment vivre ensemble ». La réussite de ces dernières politiques dépendrait davantage du rôle confié au territoire, à ses sous-espaces et aux acteurs qui le constituent. De même, l’auteure considère que pour renforcer leur résilience face aux risques divers qui les confrontent, les villes ont besoin de dépasser une conception de la ville durable assumée principalement par des questions techniques, tel que le propose le concept de smart city, avec son caractère normé et sécurisé, pour aller vers une ville plus adaptative et flexible, capable de considérer l’incertitude, la complexité et l’instabilité.

14Comme il a été possible de le constater, les contributions de ce volume sont variées, touchant à la fois à des enjeux théoriques, méthodologiques et pratiques du développement urbain durable, et ce tant dans des villes du nord que du sud, soulevant par là toute la complexité de son application. Un tel volume est bienvenu, car il permet de faire un bilan substantiel de la notion de développement durable, en ce qu’elle est venue remettre en question les modes de penser et de faire en matière de développement urbain, particulièrement au cours des deux dernières décennies. Par la variété, mais aussi la qualité des écrits qui le composent et leur intégration dans un cadre de réflexion générale, cet ouvrage s’avèrera fort utile pour tous ceux et celles qui s’intéressent à l’avenir du développement urbain durable.

Top of page

References

Electronic reference

Mario Carrier, « La gouvernance de la ville durable, entre déclin et réinventions : Une comparaison Nord/Sud », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Book Reviews, 2015, Online since 14 July 2015, connection on 29 March 2017. URL : http://articulo.revues.org/2841

Top of page

About the author

Mario Carrier

Mario Carrier is a professional urban planner and sociologist. He is professor at the Graduate School of Regional Planning and Development (ÉSAD) at Laval University since 2002 where he teaches local and regional development. His research focuses mainly on the issues of economic development, innovation networks of companies, territorial governance, public policy tools relating to development matters, planning and the environment. Since 2002, he has been a member of the Centre for Research in Planning and Development (CRAD) at Laval University. Email: Mario.Carrier@esad.ulaval.ca

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org