Skip to navigation – Site map
Dossier

La puissance prescriptive des guides à Paris

Éléments de standardisation du tourisme ?
The prescriptive power of tour guides in Paris. Standardizing elements of tourism ?
Gwendal Simon

Abstracts

Tour guides are mediators between tourists and spaces. As they embody a physical presence helping tourists and informing them about the city, they also act as prescribers, laying down what is supposed to be seen and to be done. If their recommendations depend on the tourists they travel with, they always mean to produce a discourse on the city. Paris’ museums and heritage have long since been two cornerstones of her enduring appeal. Confronted with this phenomenon, which tends to standardize the way of visiting a city, tour guides try to free their guidelines of symbolic references. This contribution focuses on the tension between must-see tourist references and the desire to show the city in all its diversity. These elements participate in feeding the current, public-authority-driven, reflection on polarized forms of tourism in Paris and on the importance of producing more contemporary urban references.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Ce sont des phénomènes aussi différents que la place de la réflexivité des individus dans les activ (...)

1La question de la médiation est centrale pour comprendre le rapport qui lie le touriste au territoire qu’il investit. Un des éléments de la définition du touriste consiste à spécifier son voyage de loisir comme distant de son quotidien. En effet, il existe un large consensus pour présenter le touriste comme un individu agissant dans des circonstances extérieures à son environnement ordinaire. Si les expression diffèrent, elles s’appuient le plus souvent autour du champ sémantique de l’inhabituel : le hors-quotidien, l’extra-ordinaire voire l’inversion du quotidien (Cohen, 1979 ; Gottlieb, 1982 ; Urry, 1990). Bien que ce dernier soit diversement appréhendé et travaillé par de nombreux processus de déroutinisation remettant en cause les cadres structurant de l’expérience quotidienne1, il relève globalement, pour l’individu, de l’ordre du connu. Dans ce sens, le quotidien est « tout ce qui, dans notre entourage, nous est immédiatement accessible, compréhensible et familier » (Bégout, 2005 : 37-38).

2La distance voire la rupture à des univers ainsi massivement réglés par l’habitude et les savoirs acquis sont en mesure de susciter des formes de désadéquation qui peuvent s’incarner, dans le domaine touristique, par exemple à travers la mauvaise maîtrise du cours des événements (le touriste est désorienté) mais aussi dans des formes plus douces par une envie de mieux comprendre l’environnement qui, du fait de sa méconnaissance, est à découvrir (le touriste est intéressé). Dans tous les cas, il s’agit de se réajuster à une situation en palliant l’absence de savoirs mobilisables qui font défaut, précisément parce que la distance à l’univers familier du quotidien est forte. C’est en partie ainsi qu’il faut comprendre le recours par les touristes à des médiations qui, selon les moments et les supports, permettent l’accord et l’adhérence avec l’environnement. La médiation est initialement un intermédiaire, un élément tiers qui s’interpose entre deux parties. C’est une entremise destinée à concilier deux mondes : ici le touriste et le territoire visité. Concrètement, le guide imprimé d’une ville expose et présente un mélange de données historiques et/ou de conseils pratiques et constitue ainsi une ressource pour l’action en facilitant la recherche d’un hébergement, l’horaire d’un musée ou une information historique. De même, un voyage « organisé » offre l’assurance de bénéficier d’un encadrement privilégié et de déléguer à autrui les formalités pratiques, le recours à la médiation d’une agence de voyage venant ici délester le touriste de multiples contraintes liées à l’organisation. De façon analogue mais à une échelle plus réduite, la carte géographique d’une ville permet au touriste de se (re)positionner dans l’espace, comprimant l’entité complexe de la ville en une représentation accessible. Un livre, un groupe de personnes spécialisées dans le voyage, une carte papier : tous opèrent comme médiateurs entre le touriste et l’espace que ce dernier cherche à parcourir.

  • 2 Si la médiation illustre ici une position objective visant à accommoder le touriste à la ville, la (...)

3Nous nous intéressons ici aux médiations spécifiques réalisées par les « guides-interprètes » à Paris, qui constituent des intermédiaires en tant qu’ils incarnent une présence physique en mesure d’aider les touristes en les informant sur la ville. S’ils officient très diversement selon les touristes qu’ils accompagnent, ils exercent toujours leur pratique dans une logique de production de discours sur la ville ou une partie de celle-ci (un quartier, un monument, une scène). Celui-ci a globalement pour fonction de « commenter » en expliquant et interprétant l’espace de la ville qui est donné à voir et, secondement, à « sécuriser » le touriste par des informations pratiques visant à rationaliser et à pacifier. À ces permanences d’ordre général, les discours produits restent cependant alimentés par les circonstances : contingences liées au parcours, aux caractéristiques des touristes présents jusqu’aux aléas de la météorologie ; bref, à tout ce qui constitue l’environnement in situ de l’exercice du métier de guide. La singularité des situations demande ainsi aux discours de toujours s’ajuster pour que le message soit compris. Mais malgré la diversité des aléas, il reste qu’à Paris les contenus des discours eux-mêmes sont fortement conditionnés par les offres marchandes correspondant au patrimoine classique. En effet, par son ampleur, celui-ci constitue un référent difficilement contournable et tout discours « touristique » sur la ville se doit de l’assimiler. Composé de sites, de monuments et de quartiers formant un cadre architectural et bâti monumental, ce patrimoine active un réservoir d’images mondialement connues, polarise fortement les populations de passage et produit des effets notables de standardisation des offres, des représentations et des pratiques touristiques. Le secteur privé marchand, principal employeur des guide-interprètes à Paris, en proposant massivement une offre dirigée vers ce patrimoine, assigne de fait une majorité de guides à y exercer. C’est ainsi avec cet ensemble de références qu’il est malaisé de contourner (à moins de refuser les missions proposées ou de créer sa propre activité sur un segment de marché plus original) que les guides se doivent de composer. Leurs discours sont donc logiquement empreints de ces références qui sont autant de repères évidents et de marques notables pour rendre intelligible la ville. Dans ce cadre, ils produisent des prescriptions, c’est-à-dire un ensemble de conseils voire de règles à suivre2. Comment, dans ces conditions, les guides organisent-ils leurs discours face à un cadre référentiel préalablement borné ? Cherchent-ils à le singulariser face aux logiques de standardisation des offres et des pratiques touristiques ? Leur mise en récit de la ville passe-t-elle par des formes de négociations discursives entre ce qui est « à voir » ou « à faire » et des prescriptions plus librement choisies ?

4Les discours des guides ne constituant ni des partitions qui se répètent sans variations ni des registres totalement libérés des prescriptions des standards touristiques, leur analyse nous sert ici à comprendre la production de prescriptions touristiques dans un espace urbain fortement référencé à son patrimoine historique. Ces éléments nourrissent la réflexion actuelle sur les formes polarisées du tourisme à Paris et l’importance de la production de référents urbains plus contemporains que promeut la municipalité parisienne.

Les conditions d’exercice du guide-interprète à Paris

Une pratique plurielle et intermittente

5La dénomination de guide-interprète, à la manière d’une double fonction, vient signifier à la fois le rôle du prescripteur comme celui du traducteur. Si son activité peut prendre des formes diverses selon les conditions, elle s’articule globalement autour de deux fonctions : d’une part, l’accueil et la transmission d’informations et de connaissances (activité du guide), d’autre part, la pratique est généralement – mais pas exclusivement – exercée dans une langue étrangère (activité de l’interprète). Au sens large, cette dernière appellation pourrait suffire à elle seule tant elle dit le caractère hétéroclite de cette pratique : commentateur, intermédiaire, acteur. Outre ces fonctions, ce sont deux échelles de lecture qui sont nécessaires pour appréhender leur travail : d’une part, celle plus générale où l’on retrouve les « fondamentaux » du métier de guide, « faire découvrir et apprécier le patrimoine national, régional, local à des visiteurs, individuels ou en groupe » (Fédération Nationale des Guide-Interprètes, 2005). C’est l’aspect du guide comme producteur d’un discours visant à introduire ou présenter tout ou partie du territoire de visite par des commentaires informés et experts. D’autre part, le second niveau de connaissance de la profession relève de situations déterminées par le contexte. En effet, « guider » un groupe en autocar ou un couple fortuné en limousine, effectuer une excursion à la tour Eiffel ou au cimetière privé de Picpus (site prisé par la clientèle américaine car le marquis de Lafayette, acteur de l’indépendance américaine, y est enterré), accompagner des touristes pour une promenade urbaine dans le Quartier Latin ou procéder à un « transfert » entre un hôtel et un aéroport, les formes concrètes de la pratique des guide-interprètes sont multiples et en partie déterminées par ce cadre très souvent changeant. Rares sont les guides à pouvoir s’inscrire dans des formes répétitives de travail. Cette pluralité de possibles en termes de lieux (des sites massivement fréquentés aux lieux plus confidentiels), de temporalités (celle, express, d’une heure dans un grand musée à l’accompagnement d’une semaine) ainsi que de la nature des visites (un « transfert » versus une excursion culturelle classique) donnent à voir une pratique protéiforme selon les contextes où elle s’exerce. Tantôt simple accompagnateur, tantôt guide culturel, parfois informateur pratique, le guide-interprète entremêle ces aspects concrets et dépend de multiples organismes employeurs (pour beaucoup des agences privées de voyages mais aussi d’offices de tourisme, de comités départementaux ou régionaux du tourisme, d’associations, de groupes scolaires, etc.). Le guide se présente ainsi un commentateur qui expose les dimensions historiques et culturelles d’un lieu tout en devant s’adapter à la diversité des publics et des situations.

6Si cet aspect pluriel constitue une résultante directe de la diversité du tourisme, de ses acteurs et de ses offres, une des conséquences de l’exercice de la profession est la flexibilité, un terme qui entend souligner l’aspect contingent et fluctuant de la pratique. Le guide-interprète travaille généralement à la « mission », c’est-à-dire à une charge temporaire et déterminée dans le temps et parfois dans un lieu, laquelle peut s’effectuer sur une très courte durée (une à deux heures dans un musée ou un autocar) comme sur plusieurs jours dans le cadre d’un circuit thématique. Ceci induit généralement que les guides sont soit des salariés à de multiples employeurs où ceux-ci établissent pour chaque missionun contrat à durée déterminée (contrat d’une demi-journée, d’une journée ou plus) qui peut-être renouvelée d’une façon répétitive ; soit que le guide est un salarié indépendant. Dans tous les cas de figures, les guide-interprètes sont dépendants des missions proposées, la plupart de courte durée et fragmentées dans le temps. Si quelques guides travaillent à temps partiel modulable ou bien en contrat à durée déterminée de plusieurs mois, très peu sont employés en Contrat à durée indéterminée (CDI).

7Leur travail s’effectue ainsi de façon intermittente, au gré des offres et du dynamisme du secteur marchand. La courbe de leur activité épouse ainsi la saisonnalité du marché touristique avec des charges de travail plus importantes entre la période de mars à octobre, certes de façon inégale selon les régions et la provenance des visiteurs, où l’hiver voit les sollicitations professionnelles se distendrent.

Échantillon et méthodologie

  • 3 Cependant, si l’on avaitinterrogé de plus jeunes guides, nouvellement entrés dans la profession, l’ (...)
  • 4 D’où l’intérêt et l’initiative du Ministère du Tourisme français de lancer une étude prospective à (...)

8Le corpus constitué est celui d’un ensemble de 23 guides-interprètes interrogés dans le cadre d’entretiens semi-directifs. L’échantillon s’est constitué de guides appartenant à la Fédération Nationale des Guides Interprètes (FNGI), structure créée en 1981 par des guides eux-mêmes pour pouvoir disposer d’une plate-forme permettant de représenter la profession et de mener un ensemble d’actions de valorisation et d’information auprès des adhérents, des acteurs du tourisme. La Fédération regroupe aujourd’hui environ 700 guides diplômés en France dont près de 400 en Ile-de-France. Ils forment une communauté linguistique parlant 32 langues plus ou moins usitées (de l’anglais à l’espagnol certes mais aussi le coréen, l’hébreu, l’hindi, le macédonien, etc.). Le choix des guides ici interrogés résulte d’une construction à partir de cinq critères définis en concertation avec la FNGI : le niveau d’expérience (au moins 15 ans d’exercice de la profession de guide depuis l’acquisition du diplôme), le taux d’emploi durant l’année (un minimum de 130 jours travaillés durant la « saison » touristique, de mars à septembre), la diversité des employeurs (au nombre minimal de six), la variété des clientèles accompagnées (en variant les types de voyage) et enfin une représentativité linguistique permettant de couvrir a priori un large spectre de voyages touristiques et de touristes (des guides exerçant en anglais, en allemand, en espagnol, en portugais, en finnois, en japonais et en mandarin)3. L’activité de guide reste très largement méconnue statistiquement, la FNGI, comme une plate-forme d’information, ne produisant pas d’étude et de recherche. De plus, les informations sur les guides en lien avec le secteur marchand restent difficiles à obtenir par leur résistance à communiquer leurs donnée4. Par sa taille, cette recherche reste exploratoire.

9Le choix méthodologique de l’entretien semi-directif s’explique par la volonté de comprendre la manière dont les guides organisent leur pratique discursive en fonction du contexte touristique parisien ainsi que des contextes d’actions plus situés de leur pratique. Si les entretiens se sont construits sur deux thématiques – la place du guide dans la rationalisation et la standardisation des pratiques touristiques – la première soulignant les informations visant à rationaliser le voyage (prévoir, anticiper, maîtriser, etc.) et la seconde le rapport de conformité aux normes touristiques dominantes (la visite des lieux au fort capital symbolique), c’est essentiellement la seconde qui nous sert ici. Ce type de méthode nous permet d’avoir accès à l’expérience vécue des guides, laquelle a été assimilée et subjectivée par plusieurs années de pratique. Ce sont leur logique et leur rationalité que nous cherchons à mettre à jour, en la liant aux différents contextes d’énonciation qui, malgré leur diversité, sont largement imprégnés de référents classiques.

La prédominance du patrimoine classique à Paris

  • 5 Ces monuments et musées, qui permettent presque tous un panorama sur la ville, cumulent sur l’année (...)

10Les guides exercent à Paris dans un espace urbain où le cadre architectural et bâti ancien constitue toujours le principal ressort de l’attractivité touristique. En effet, celle-ci s’appuie sur un patrimoine essentiellement constitué par des références classiques (les musées, les architectures et les paysages urbains Haussmanniens, reflets de la période impériale) et renvoie largement à un espace urbain classé et fixé, vecteur de forte concentration des flux et donc de visibilité humaine. Il est aussi constitué de foires et des salons, des festivals et des congrès dont le nombre à Paris est considérable mais qui, répétés à un rythme annuel ou biannuel, risquent l’érosion de leur valeur attractive ou du moins l’altération de la fonction de l’événement, qui est de créer une forme de singularité (Urbain, 2005). Les chiffres des flux touristiques soulignent non seulement l’importance actuelle de ce patrimoine, attracteur massif des populations de passage mais aussi ses effets de concentration humaine sur quelques sites connus : la fréquentation des cinq monuments et musées les plus visités à Paris – Notre-Dame de Paris, la basilique du Sacré-Cœur, la tour Eiffel, le musée du Louvre et le Centre Pompidou – avoisine celle de l’ensemble de la Région Ile-de-France5. Ces effets de polarisation, qui résultent pour partie de la structure urbaine centralisée de Paris (Pearce, 1998), se retrouvent dans la logique des pratiques touristiques : un premier séjour à Paris révèle une hiérarchie récurrente dans le programme de visite qui se trouve dirigé systématiquement vers les lieux les plus fortement dotés symboliquement. Même ceux qui reviennent à Paris, au moins pour des motifs de loisirs, incluent de nouveau la visite des hauts-lieux touristiques, certes de manière moins prégnante (cf. les enquêtes menées par Touriscopie en 2001 et 2002 et nos résultats de thèse de doctorat en cours intitulés Les pratiques urbaines des touristes à Paris), d’où la politique de fidélisation des visiteurs portée par la Mairie de Paris.

11Si ce patrimoine classique agit comme un agent fortement actif dans les pratiques touristiques à Paris et semble s’imposer naturellement aux visiteurs, il importe de le rapporter à la construction dont il est l’objet et donc à la mise en récit et en scène qui aujourd’hui le fait vivre. L’attirance pour ce patrimoine ne résulte pas d’un magnétisme magique ou d’une attirance aveugle des touristes mais d’un ensemble de prescripteurs qui recommandent la visite d’un lieu, d’un paysage, d’un spectacle. Le cinéma a largement participé à renforcer ce processus de polarisation du tourisme comme le montrent les analyses de Binh et de Lepinay (2005) les films reprenant pour beaucoup les quartiers qui ont historiquement constitué la bohème parisienne (Montmartre, Montparnasse, Saint-Germain) et ont représenté Paris, notamment le cinéma hollywoodien, comme « un village pour touriste en goguette ou un grand studio de cinéma à ciel ouvert » (Binh, de Lepinay, 2005 : 534). Comme prescripteurs, les guides imprimés produisent également une image touristique de Paris voisine de cette valorisation à partir de lieux chargés d’histoire, « où tout concours à donner de Paris une image passéiste » (Vivant, 2006 : 364), ce qui obture sa contemporanéité.

12Face à la constitution de ce référentiel dominant qui joue comme une force d’ « imposition », les guide-interprètes tentent néanmoins de décentrer le regard par des prescriptions délestées des symboles. C’est cette « tension », au sein des discours prescripteurs, entre cet ensemble de références touristiques « à voir » et le souci de montrer la ville dans sa pluralité que nous analysons.

Les guide-interprètes, entre prescription contraintes et productions singulières

Des circuits urbains ritualisés

13La physionomie des parcours est une donnée objective assignant les guides à des paysages et des espaces urbains préalablement définis. S’ils ont formellement une liberté dans le choix du parcours, il doit néanmoins se cantonner à l’hyper-centre. Une recension non exhaustive des circuits touristiques proposés par les agences réceptives parisiennes montre une mosaïque protéiforme de parcours possibles dans la ville et ses confins, double résultat d’un tourisme dit « rituel » (Urbain, 2001), basé sur la reconnaissance des hauts-lieux et un tourisme plus « expérimental » voire « interstitiel » misant sur une histoire moins référentielle qui valorise ce que la ville a de caché ou d’insolite. Bien qu’il serve aujourd’hui la promotion touristique de Paris en vue de rénover son image de destination classique, ce type de tourisme reste pourtant très marginal en termes de flux, selon J-M Janaillac, ancien Président de l’Office du tourisme de Paris. S’il est certes possible de découvrir Paris par ses toits et ses catacombes, les coulisses de ses théâtres ou le patrimoine artisanal de ses quartiers (cf. notamment www.vusouscetangle.net), les parcours les plus empruntés par les groupes de touristes ressortent néanmoins très largement des avenues Haussmanniennes et des quartiers afférents, selon notre entretien avec M.-P. Delmotte, guide affiliée FNGI.

14La visite la plus usitée par les guides est celle effectuée en autocar et communément nommée le « tour de ville » ou encore « tour d’orientation ». S’ils ne prennent pas la forme d’un parcours fixe et immuable, les aires traversées restent similaires : «techniquement, le circuit est très souvent le même », « c’est le même trajet, sauf surprises », notamment parce que « le tour-opérateur souhaite que ce soit le même circuit ». Ces parcours suivent les arrondissements centraux à la manière d’une boucle autour de la Seine traversant ainsi Paris au travers de ses éléments les plus visibles et connus : l’Opéra, la place Vendôme, le palais Royal, la place de la Bastille, la cathédrale Notre-Dame, le jardin du Luxembourg, les Invalides, la tour Eiffel, etc. Selon le temps, des arrêts sont prévus, généralement au Trocadéro ou aux Champs de Mars, du fait que tous deux enserrent la tour Eiffel : « il faut faire Trocadéro, ou le Champ-de-Mars, pour la tour Eiffel, parce que c’est LE monument de Paris », « c’est quand même une des plus belles vues qu’on a... », « pour les étrangers, Paris c’est la tour Eiffel, donc on fait le Trocadéro ». Esplanade surplombant la Seine et s’ouvrant à la vue frontale de la fameuse tour, « pour ça le Trocadéro […] c’est vraiment l’incontournable ». Si d’autres lieux servent de pause dans ces parcours, ils obéissent simultanément à des aspects et symbolique et pratique : les Invalides pour le tombeau de Napoléon (« c’est facile de s’arrêter avec le car, ils descendent, le temps d’y aller, ils vont voir le tombeau en une demi-heure »), le jardin du Luxembourg (« pour les toilettes »), les jardins des Tuileries (« pour se dégourdir les jambes »), le Panthéon (« facile à visiter »).

Des temporalités de courte durée

  • 6 « [Le tourisme urbain] est la destination pour laquelle la durée de séjour moyenne est la plus cour (...)

15L’élément temporel constitue une forme de contrainte objective en bornant le séjour dans une durée. Cette « limitation » impose un programme et une hiérarchie puisqu’il n’est pas possible de tout faire, réalité redoublée par les temporalités ramassées du tourisme urbain : 2,3 nuitées en moyenne à Paris en 2006 (Office du Tourisme et des Congrès, 2006)6. Le guide tient ici une place prépondérante en orchestrant cette gestion temporelle par des prescriptions qu’il veut adéquates, ce qui n’est pas sans tension puisqu’il faut procéder à des choix : « s’il vaut mieux essayer de montrer le plus de choses, il faut un moment donné faire un choix ». Par exemple, le Panthéon « c’est bien, mais on n’a pas forcément le temps »,le quartier Saint-Germain« j’adore mais j’ai pas tout le temps le temps de passer, on s’adapte », l’église Saint-Sulpice, « maintenant presque tout le monde a lu le Da Vinci Code, j’essaie toujours de passer à côté […], mais je laisse tomber certaines choses, il faut faire un choix ». Corrélativement, toute visite ou segment de parcours trop chronophages sont écartés par « complications », « bouchons », « perte de temps ». La fluidité du parcours est une valeur recherchée pour être réalisé sans heurts et dans le temps imparti. Même la basilique du Sacré-Cœur à Montmartre, lieu très fréquenté, pâtit parfois de sa situation géographique. C’est doublement qu’il convient d’entendre « monter jusque là-haut » : en effet, c’est à la fois gravir l’escarpement pour atteindre la butte, mais également se rendre dans un quartier excentré de quelques kilomètres du « cœur » de la capitale : « faut monter dans le nord de Paris, le boulevard Magenta tout ça... On perd un temps fou au détriment du centre de Paris, des quais, ce qui est quand même le principal quoi ! Et puis après il y a l’arrêt, il faut prendre le temps de monter, le temps de descendre, pffff… ».

16Les prescriptions des guides s’ajustent aux temporalités des touristes à la fois vis-à-vis de la durée de leur séjour comme de leur degré d’acculturation à Paris, illustrée par le nombre de visites déjà effectuées. Plus le séjour est court et plus le voyage relève d’une première fois, plus les guides articulent leurs informations et leurs conseils sur les sites les emblématiques. Il y a ainsi des musées qu’« il faut absolument voir » – « le Louvre », « Orsay », « Beaubourg » – et ce n’est qu’ « ensuite, si vous avez plus de temps, si vous avez déjà vu ces trois musées, allez au Jacquemart-André [collection privée], au palais Galliera [musée de la mode], au musée Érotique ». Rapportée à une perspective temporelle, la dynamique prescriptive consiste à informer et conseiller de façon progressive les « sites » les plus fortement chargés symboliquement vers ceux moins connus, plus secondaires jusqu’à des prescriptions spécialisées – vers une boutique, un événement – aboutissant à une diffraction des visiteurs sur le territoire – vers des arrondissements périphériques et au-delà de Paris intra muros. En conséquence, plus les durées sont longues, plus les modalités de pratiquer la ville tendent à dépasser ce qui a déjà été vu et pratiqué : si, lors de la première visite, « il faut rester généraliste », plus celles-ci sont nombreuses « plus on approfondit » jusqu’à offrir des informations affinées : « les meilleurs restaurants », « ce qui est à la mode maintenant, dans la restauration, les boutiques »parce qu’il« il y a un petit pourcentage de clientèle qui reviennent souvent qui suit assez bien ce qui se passe à Paris, Londres, Berlin dès qu’il y a quelque chose de nouveau ».

Des images à voir

17L’image et l’imaginaire occupent une place essentielle dans tout voyage, notamment dans sa forme préliminaire de projet en incarnant la représentation de l’ailleurs dans une image. Objet convoité, cet ailleurs est ce qui permet de nouer un rapport intentionnel dans lequel l’individu manifeste une appétence vers un lieu : c’est l’image pour laquelle « nous prêtons nos pensées, nos désirs et nos rêves » selon Mondzain (1995 : 18). C’est pourquoi, lors de la concrétisation physique de son voyage, le touriste part à la recherche des images qui l’ont préalablement nourries avec, pour conséquence, le choix de telle ville, tel lieu. Ce panel d’images à voir compose un cadre initial avec lequel les guides se doivent de combiner. Les images agissent si puissamment que déroger à leur vue ou à leur visite est problématique (« les clients, c’est clair, vont flipper si on dit qu’on fait pas Notre-Dame ») comme si cela traduisait une « impossibilité » de ne pas voir certains sites (« ne pas faire la tour Eiffel, c’est presque impossible »). Si la plupart des guides intériorisent ce rapport de conformité aux grands sites (« il faut voir le Louvre », « il faut forcément visiter Orsay, Versailles », « faire absolument les Champs-Élysées »), ils procèdent différemment selon leurs représentations quant à ce qui est à voir et à faire à Paris. Soit la justification de ces visites s’expose sans détours, par l’adhésion à des pratiques polarisées en premier lieu sur ces sites. Ceux-ci sont alors légitimés par leur magnificence (de grands monuments « extra-ordinaires », des perspectives « magnifiques », des vues « formidables ») et leur singularité irréductible (des endroits « uniques », « il n’y a ça nulle part »). Cette croyance dans les vertus « touristiques » des composantes du patrimoine classique se double d’une réserve vers les lieux moins pittoresques et plus « ordinaires » («qu’est-ce vous voulez faire là-bas ? »). Soit la justification de ces usages touristiques s’empreint de doute ou de scepticisme : « absolument passer du temps sur les Champs, c’est un truc que j’entends souvent et que je ne comprends rien du tout parce que les Champs, je trouve vraiment sans grand intérêt mais bon...c’est comme ça… », « Paris, ça a des incontournables, c’est sûr mais j’aimerais bien faire autre chose, j’ai même parfois envie de faire le contraire, faire des trucs originaux ».

Les formes singulières de la prescription touristique

18Si le contexte du tourisme parisien encourage voire appuie les discours « touristiques » que portent les guide-interprètes en constituant un cadre « obligé » avec lequel s’accorder, la teneur prescriptive ne se joue néanmoins pas sans variations ni écarts. Il faut compter avec lavariabilitédes contextes dans lesquels se produisent les discours (contexte du voyage, type de touristes) et des différences entre les guides eux-mêmes qui prescrivent individuellement, selon leur intérêt pour la réalité quotidienne de la ville, leurs dispositions et leur souci de mise en scène.

L’espace public et l’inopiné

19Comme dimension située, la visite peut-être marquée par de l’inattendu, c’est-à-dire des éléments qui, de l’extérieur, viennent la modifier et demandent au guide d’intégrer ce qui apparaît et surgit inopinément. Un grand nombre de visites s’effectuant en autocar, la visite se trouve dépendante des conditions de circulation, une grève demandant de modifier le parcours et donc adapter son discours à ce qu’il sera donné à voir, la densité du trafic imposant ses ajustements : allonger son propos quand « ça roule trop et que t’as fini le tour de ville trop vite » ou à l’inverse « quand il y a de la circulation partout, on bouge pas du tout, donc il faut meubler et là il faut vraiment faire l’acteur et trouver quelque chose pour les amuser, les distraire ». De même, sur ce registre circulatoire, l’inattendu peut se cacher au coin d’une rue trop étroite pour que l’autocar se faufile ou qu’une voiture mal stationnée empiète sur la voie : « le car il est coincé, donc il faut demander aux gens de descendre du bus, de pousser la voiture [rires], donc là, c’est marrant ». Le caractère fortuit de l’espace public demande un ajustement in situ selon la nature de l’inattendu : « si vous restez coincés pendant trois quarts d’heure parce qu’y a une voiture qui bloque, ben vous avez intérêt à avoir de très bons commentaires, là, faut en raconter des choses ».

  • 7 Festivité qui devance le mariage qui réunit en une journée la future mariée et ses amies, avec obli (...)

20Comme « chose publique » (Joseph, 1998), la ville est soumise au regard touristique et constitue un lieu pour l’action du guide où celui-ci peut puiser des ressources pour discourir : la tenue d’élection, publicisée par l’affichage (« ça rentre dans mon discours […], expliquer ce qui est en train de se passer et quels sont éventuellement les enjeux, par exemple »), les formes de l’autorité publique (« si on voit des voitures de police ») mais aussi « les commerces, les boutiques », « les gens qui traversent ». La vue d’un établissement scolaire, par exemple, devient matière à développement : « si c’est l’heure et les gens sortent, à ce moment-là je parle des heures des écoles » puis, par digression« éventuellement ce qu’ils mangent à l’école ». Mais l’aléa qui vient apprécier la visite peut surgir sans que le guide, pourtant « maître à bord » de l’autocar, n’intervienne directement: c’est, par exemple, devant le musée du Louvre, une jeune fille qui fête son enterrement de vie de jeune fille7, qui demande à monter dans le car, se voit offrir une petite bouteille de vin mousseux, prononce quelques mots en allemand et qui enchante son monde : « ça rigole, c’est mignon, ça c’est Paris, il faut vivre Paris voilà. Ça, c’était un tour [de ville] qui était réussi. Bon, je ne peux pas toujours commander le petit chaperon rouge [rires] ».

L’ajustement aux publics

21La diversité des touristes, qui sont essentiellement des clients ou une clientèle dans le vocabulaire des guides, demande un ajustement dans le travail discursif de monstration de la ville, pour lequel « il y aura différents discours », qui « [essaient] de s’ajuster par rapport à la clientèle ». Est-ce que ce sont des adultes, davantage des personnes âgées voire des enfants ou est-ce l’ensemble à la fois ? La composition du public influe sur la nature de la relation entre le guide et son public de touristes (« s’il y a pas mal de familles, je parle de système d’école, des vacances »), de même que l’état de forme du groupe conditionne leur réceptivité : « après une nuit d’avion, on n’a pas démarré qu’ils dorment déjà tous ». Si l’on doit « guider » des groupes de jeunes, l’interaction est davantage celle d’une nécessaire captation de leur attention et d’une interactivité renforcée (« il faut toujours que je parle avec eux… »). Au contraire, le public « adulte » demande, un travail de discernement préliminaire sur leur provenance géographique, leur région ou leur ville d’origine : « Est-ce que c’est des gens qui se connaissent entre eux, est-ce que c’est une association etc. On essaie toujours de...voir si on peut faire des comparaisons. De quelle ville, par exemple, ils viennent ? ». Parler des inondations « s’ils viennent de Dresde », développer certains détails selon la nationalité, réinscrire le discours en relation avec leur histoire collective en cherchant, des liens filiaux dans les dynasties royales, parler de la maison de Danton s’ils sont Français, aborder le séjour de l’Ayatollah Khomeiny à Neuf-le-Château avec des Iraniens, détail qui ne serait pas abordé avec des Américains.

Le récit de l’ordinaire d’une ville « vivante »

22Il y a, chez les guide-interprètes interrogés, un souci de réinscrire leurs commentaires dans un espace urbain plus global et moins cantonné aux lieux polarisants en renvoyant à une urbanité qu’ils estiment plus proche de la réalité parisienne : c’est la référence à une ville plus « vivante ». Cet aspect du discours est perçu comme « un truc moins formel » afin que cela « les secoue par rapport aux incontournables ». Formant l’essentiel de l’espace géographique de la ville une fois dépassés les lieux touristiques emblématiques, cette ville plus diffuse est décrite comme animée, passante et quotidiennement investie, afin de « voir qu’on y vit, et comment on y vit ». Il y a une description des quartiers via leur composante sociologique, la différence entre la Bastille (quartier commerçant et animé jour et nuit) et le XVIe arrondissement (emblème des classes aisées) ou de Montmartre (quartier bourgeois bohème). De cette vision et division de l’espace résulte une partition entre les lieux touristiques et le reste de la ville « je parle même d’aller à Paris car je vis dans un endroit où il y a des restaurants, des cafés, des supermarchés, la poste, la banque, l’église…donc j’essaie de leur expliquer que Paris, c’est aussi ça […]. J’essaye de faire vivre Paris comme autre chose qu’un musée. » Il y a une volonté de décentrer le regard afin de saisir Paris dans ses dimensions plurielles et des singularités qui s’offrent au regard : « essayer de parler d’un petit truc là dans un coin, un petit truc que personne ne voit, mais personne, c’est ça, ça c’est le bonheur, parce que bon, on a tous vu Notre-Dame, on a tous vu la tour Eiffel…».

23Ces prescriptions apparaissent comme relativement libres (« je jette là-dedans deux ou trois choses que moi j’ai choisies parce que je les aime »), d’où il ressort un souci de déporter le regard de la trame obligée des sites symboliquement forts en direction du commun d’une grande ville et de son ordinaire (« les éboueurs », « les transports en commun », « les affiches électorales, les affiches pour ‘‘Paris 2012’’»). Ce peut être également le souci de singulariser la visite par des détails, des questions de vocabulaire par exemple (« en anglais, pour les feux [de circulation] on dit ‘traffic lights’ et j’ai découvert qu’en Afrique du Sud on dit ‘robots’. Je trouve que c’est mignon [rires] ! Donc j’essaye de choper quelque chose qui est spécifique d’où ils viennent. Et que ce soit pas un bla-bla anglais pour tout le monde ». Un des ressorts d’une urbanité vivante se retrouve dans le récit du quotidien. Il constitue ici une référence à la vie d’une communauté (les Parisiens) considérée dans ce qu’elle a de répétitif et d’habituel. Le discours sur le quotidien se nourrit de propos anecdotiques, c’est-à-dire se contentant du détail des circonstances sans qu’il soit dégagé une quelconque portée générale (les ascenseurs dans les immeubles, la taille des appartements, de la température du soir, des revenus, « combien on gagne »).

Jeux d’acteurs et présentation de soi

24Une autre possibilité offerte aux guides pour renforcer la singularité des visites et des parcours consiste à se mettre en scène. Très souvent, en effet, lors des entretiens avec des guide-interprètes, le vocabulaire employé rappelle explicitement celui du champ artistique, notamment le théâtre. Interrogés pour décrire concrètement la manière dont ils transmettent leur savoir sur la ville, ils énoncent régulièrement l’idée d’une posture dans l’espace (« être sur une scène ») avec une tenue particulière du corps (« une gestuelle ») ainsi que d’une narration spécifique (« une histoire à raconter »). Partant, c’est le champ sémantique du travail d’acteur qui apparaît dans les propos : « rôle », « comédie », « imiter », « conter », actions parfois reliées à la fonction de transmission du savoir (ce sont les références au « professeur », au « journaliste ») pour tenter de décrire par analogie la nature singulière de leur métier. Ainsi, « il y a toute une mise en scène » dans la présentation de la ville, une nécessité de « faire vivre les lieux » et une « façon d’être » correspondante : « être toujours de bonne humeur », « avoir de l’humour », « être animateur », « mettre de l’ambiance » puisque que c’est le guide « qui porte le groupe ».

25Le guide fait d’un site, d’un monument, d’une anecdote le sujet d’une représentation scénique qu’il organise concrètement. Cela lui demande de « jouer » et donc de « faire l’acteur » sur un registre qui consiste à produire un effet – bien souvent comique et/ou ironique – à destination du public. En ce sens, le guide n’est pas interprète qu’au travers de ses seules compétences linguistiques, il joue. Et il raconte, parce que si le jeu est le corollaire du discours (« quand on a un discours à prononcer, on entre dans un rôle d’acteur »), il vient supporter un récit :« si je fais du bla-bla, voilà, c’est ça, la tour Eiffel bla-bla…Personne ne s’intéresse. Mais si je raconte une petite histoire alors là…c’est beaucoup plus intéressant », « c’est des petites histoires que je raconte comme si j’étais un conteur […] mais pour les adultes ». La représentation se traduit matériellement dans l’interprétation: « je me mets dans les personnages, c’est beaucoup plus intéressant. À Versailles quelquefois je joue Louis XIV hein […] : le roi a dit…Et puis j’imite le roi, ou alors, je refaisune situation, les dragueurs, donc j’imite un peu une histoire, comment on fait pour draguer, ça les amuse ». De façon significative, le jeu d’acteur est porté par une diction (« mettre du mouvement dans la voix ») et une gestuelle (« je gesticule énormément ») qui composent une énonciation à l’écoute de son public et qui cherchent à en apprécier l’interaction : « faire des pauses, que les gens ont le temps de rire ou d’être choqués » et « laisser de la place aux gens pour qu’ils répondent mais c’est sûr que tout ça, c’est de l’acteur ».

Conclusion 

  • 8 Si une analyse plus fine du champ des pratiques professionnelles des guide-interprètes ferait appar (...)

26Si les guide-interprètes opèrent à Paris en majorité dans l’espace touristique clairement circonscrit par l’hyper-centre, condensateur des traces les plus évidentes de l’histoire, leur discours cherchent néanmoins, de façon circonstanciée, à exporter le regard du touriste au-delà de cet espace de référence. L’exercice de la prescription s’opère ainsi dans un balancement entre un cadre « imposé » (par la logique du secteur marchand et par des séjours relativement courts et marqués par des logiques de reconnaissance in situ des lieux connus) et la volonté d’un décentrement qui rende compte de la réalité d’une urbanité plus complexe et moins archétypale. Ce sont deux villes qui se donnent à voir dans un même espace, l’une polarisée et l’autre plus diffuse, qui s’enchevêtrent, dans la « mise en récit » des guides, avec toutefois une primauté pour la première. Elles produisent cependant des frictions notamment depuis que la municipalité, auparavant plus conciliante, entend modifier l’ordre institué en régulant plus drastiquement la gestion des flux, l’accessibilité aux sites et l’offre d’hébergement. Représentants de la « ville touristique », les guides arguent d’une coercition extérieure trop forte à même de diminuer leur activité8. Au contraire, les pouvoirs publics jugent à la fois nécessaire d’encadrer la mobilité voyante des transports collectifs privés – supports logistiques de la concentration touristique en ville – et de promouvoir, par des actions ciblées (développer l’offre pour les jeunes, décentrer l’offre d’hébergement et difracter les parcours sur l’ensemble de la ville) des images plus contemporaines de Paris.

Top of page

Bibliography

BARON-YELLÉS Nacima, 1999, Le tourisme en France : territoires et stratégies, Paris : Armand Colin.

BÉGOUT Bruce, 2005, La découverte du quotidien, Paris : Allia.

BINH Nguyen Trung, de LEPINAY Jean-Yves, 1995, « Paris », in JOUSSE Thierry, PAQUOT Thierry (éds), La ville au cinéma, Paris: Cahiers du cinéma, pp. 519-535.

COHEN Erik, 1979, « A phenomenology of tourist types » , Sociology, n° 13, pp. 179-201.

DIRECTION DU TOURISME, 2008, : « Métier de guide – Interprète et guides – conférencier », Etudes et recherches, projets 2008-2009, http://www.tourisme.gouv.fr/fr/home.jsp.

FÉDÉRATION NATIONALE DES GUIDES-INTERPRÈTES, 2005, Guide en France, Paris.

GOTTLIEB Adolph, 1982, « Americans vacations », Annals of Tourism Research », n° 9, pp. 165-87

JOSEPH Isaac, 1998, La ville sans qualités, La Tour d’Aigues : L’Aube.

MONDZAIN Marie-Josée, 1995, L’image naturelle, Paris : Le Nouveau commerce.

PEARCE Douglas, 1998, « Tourist districts in Paris : structure and functions », Tourism management, vol. 19, n° 1, pp. 49-65.

OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, 2006, Le tourisme à Paris. Chiffres-clés 2006, Paris.

TOURISCOPIE, 2001, Ile-de-France, le marché britannique des habitués : retour sur image, Office du Tourisme et des Congrès de Paris/Touriscopie.

TOURISCOPIE, 2002, La stratégie du changement, Office du Tourisme et des Congrès de Paris/Touriscopie.

URBAIN Jean-Didier, 2001 (1991), L’idiot du voyage, Paris : Payot.

URBAIN Jean-Didier, 2005, « Du tourisme au touriste ou le monde inépuisable », Tourisme et Culture, colloque à Barcelone, non publié.

URRY John, 1990, The tourist gaze, Londres: Sage.

VIVANT Elsa, 2006, Le rôle des pratiques culturelles off dans les dynamiques urbaines, Université Paris 8, Thèse de doctorat en Aménagement, urbanisme.

Top of page

Notes

1 Ce sont des phénomènes aussi différents que la place de la réflexivité des individus dans les activités sociales, les possibilités de dé-localisation permises par les NTIC ainsi que la reconfiguration du système vacancier vers des séjours plus fragmentés et moins continus sur l’année.

2 Si la médiation illustre ici une position objective visant à accommoder le touriste à la ville, la prescription est une orientation spécifique du discours vers ce qui est « à faire » et « à voir ».

3 Cependant, si l’on avaitinterrogé de plus jeunes guides, nouvellement entrés dans la profession, l’analyse aurait été plus nuancée par leurs volontés affirmées de proposer des formes de tourisme plus originale et moins conditionnée par les formes classiques : c’est « sortir du tourisme à papa » (entretien avec un guide affilié à la FNGI).

4 D’où l’intérêt et l’initiative du Ministère du Tourisme français de lancer une étude prospective à ce sujet : « Métier de guide – Interprète et guides – conférencier » (Direction du tourisme, 2008).

5 Ces monuments et musées, qui permettent presque tous un panorama sur la ville, cumulent sur l’année 2005 environ 39 millions de visiteurs contre environ 40 millions pour la région Ile-de-France (Office du Tourisme et des Congrès de Paris, 2006).

6 « [Le tourisme urbain] est la destination pour laquelle la durée de séjour moyenne est la plus courte » (Baron-Yellès, 1999 : 175).

7 Festivité qui devance le mariage qui réunit en une journée la future mariée et ses amies, avec obligation de procéder à des jeux qui lui sont imposés.

8 Si une analyse plus fine du champ des pratiques professionnelles des guide-interprètes ferait apparaître des discours plus nuancés voire divergents quant à l’exercice d’une profession marquée par des formes classiques de tourisme, les guides interrogés qui portent un discours de « défense » de leur activité perçoivent les propositions municipales comme une remise en cause de leur liberté de gestion des déplacements collectifs, notamment dans l’accès aux sites. Alors que l’on pourrait supposer un consensus sur le développement de formes alternatives aux circuits globalement formatés (et donc vers des discours touristiques plus originaux), la motivation des guide-interprètes, telle qu’elle lisible dans les discours des principaux représentants de la FNGI, est davantage « économique », dans la sauvegarde des acquis d’une profession. Selon eux, la restriction des mouvements entraînerait une perte d’attraction des circuits et un amoindrissement des retombées économiques.

Top of page

References

Electronic reference

Gwendal Simon, « La puissance prescriptive des guides à Paris », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 4 | 2008, Online since 04 October 2008, connection on 21 September 2017. URL : http://articulo.revues.org/279 ; DOI : 10.4000/articulo.279

Top of page

About the author

Gwendal Simon

Gwendal Simon est Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER) en sociologie à l’université de Bretagne Sud et doctorant à l’Université Paris-Est (laboratoire Ville Mobilité Transport). Il s’intéresse aux pratiques urbaines des touristes et aux dynamiques du tourisme urbain. Il a récemment publié « Un jeu sur l’image. Aspects symboliques de la mise en valeur du tourisme à Paris », in De Coninck F., Deroubaix J.-F. (dirs) (PUCA, à paraître).

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org