Skip to navigation – Site map

Entre stigmates et mémoires : dynamiques paradoxales de la rénovation urbaine

Between stigma and memoirs: paradoxical dynamics of urban renewal
Barbara Morovich

Abstracts

Actors of urban renewal use discourses on the degradation of the popular neighborhoods that reinforce the stigma of these places and their inhabitants. Meanwhile, we enhance the “inhabitant” and his memory, whose valorization is a must, a necessary step before any change or rehabilitation. In this context, artists are called to restore meaning in the period of urban upheaval: they participate to the creation of a new neighborhood identity and to the removal of the stigma. These art projects that emphasize the memory of the inhabitants have an ambiguous role: how operating a memorial work in places that will be erased?

Top of page

Full text

Nous remercions Christophe Gleitz (IEN Strasbourg) et Florence Rudolf (INSA-AMUP Strasbourg) pour leur relecture et leurs conseils avisés. Nous restons toutefois responsables des propos tenus dans cet article.

Introduction

1Des nombreux projets de rénovation urbaine en France, portés par l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), sont actuellement caractérisés par des démolitions-reconstructions d’un ou de plusieurs immeubles et des déplacements de familles (Desponds 2010, Donzelot 2012, Fol 2009). La dynamique d’effacement de l’héritage urbain des classes populaires n’est pas nouvelle : elle s’inscrit dans une logique historique qui passe par l’éradication des taudis selon les principes hygiénistes au XX siècle (Dufaux et al. 2003, Lévy-Vroelant 1999) et par la mise en place progressive des démolitions des grands ensembles à partir des années 1980, une pratique qui s’est « décomplexifiée » dans les années 1990 (Veschambre 2008). La principale nouveauté est la mise en place de plus en plus significative de projets artistiques ayant comme but de valoriser la mémoire des habitants. Une contradiction apparaît, car on souhaite opérer un travail sur la mémoire de lieux qu’on efface. Telle demeure, pourtant, la volonté des projets ANRU, à travers la création, en juin 2013, d’un groupe d’experts intitulé Mémoire et histoire des quartiers populaires, par le ministre délégué chargé de la Ville François Lamy (voir notamment sa tribune dans Libération du 27 juin 2013). Le comité a pour but « de favoriser et valoriser les démarches mémorielles et historiques des quartiers populaires » et de « valoriser les initiatives déjà entreprises au niveau local et national, de réfléchir à leur diffusion et leur transmission, de les compléter et de les promouvoir par un programme d’envergure nationale sur l’histoire des quartiers populaires » comme on peut lire sur le site de l’ANRU. Le comité, dirigé par l’historien Pascal Blanchard, a soumis en octobre 2013 un rapport avec des propositions. Ce rapport est critiqué par Fourcaut et Tellier (2014), selon lesquels il offre un diagnostic et des « préconisations contestables » sur les « histoires, patrimoines et mémoires dans les territoires de la politique de la ville ».

2Au delà de ces intentions, nous souhaitons nous pencher sur quelques projets artistiques récents afin d’analyser de quelle manière ils favorisent l’effacement de certaines mémoires stigmatisées. De plus, quelle est la part d’une réelle « mise en mémoire » par ces projets, à côté d’une logique plus thérapeutique qui voudrait atténuer les effets de la violence des démolitions ? On affirme, à travers l’intervention artistique, vouloir permettre aux habitants d’appréhender les changements en cours, mais ceci est souvent fait dans une urgence et une logique de l’œuvre éphémère qui se prête mal à accompagner le moment de rupture que la démolition engendre. En outre, si les rénovations urbaines dans les quartiers populaires ont comme objectif final la « mixité sociale » (Blanc et Bidou-Zachariasen 2010), c’est-à-dire un changement de population qui favorise le retour des classes moyennes, on peut se demander quelles mémoires on met en avant dans un contexte qui prépare aux changements de groupes sociaux ?

3Si le concept de renouvellement urbain, puis de rénovation urbaine renvoie à l’idée du nettoyage déjà caractéristique de l’imaginaire hygiéniste, les discours actuels sur les saletés et les dégradations employés à l’occasion des rénovations urbaines des quartiers populaires renforcent une manière de regarder ces lieux déjà fortement médiatisés et leurs habitants. Ceci a un impact fort sur la sélection des logiques mémorielles. Aujourd’hui, à côté des nombreux discours sur les dégradations et les saletés, dans de nombreux projets ANRU on exalte « l’habitant » et sa mémoire comme un passage obligatoire avant de basculer vers le changement. Mais comment ce changement peut-il advenir et s’ancrer dans la mémoire du quartier ?

4Cet article prend appui sur un terrain anthropologique mené depuis 2008 sur la rénovation urbaine à Strasbourg et, plus particulièrement, sur le suivi d’un projet artistique qui s’est déroulé, en 2011-2012, dans le quartier de Hautepierre dans le cadre d’une commande de la rénovation urbaine à une association située dans le quartier, l’association Horizome. La première démolition à Hautepierre, ainsi que la politique de rénovation urbaine menée dans la capitale alsacienne, sont l’occasion de mettre à plat des dynamiques d’éloignement, ou d’enrayement d’un imaginaire de dégradation, à travers notamment l’intervention artistique et par les démolitions des lieux stigmatisés dans lesquels des mémoires s’enracinaient. Les projets artistiques sont sensés révéler des mémoires. La tentative de sacralisation du changement d’image (et donc de mémoire) à travers l’art n’est pas indemne d’un brouillage, notamment lorsque certains projets artistiques échappent partiellement aux commanditaires. Malgré cela, ces travaux créatifs semblent surtout préparer et justifier le changement. Si, comme l’affirment des élus strasbourgeois « l’avenir ne se construit jamais sans mémoire » dans le livret intitulé Une rénovation ordinaire (2012), on pourrait se demander pour qui cet avenir se prépare.

5Du point de vue méthodologique, nous utilisons un corpus constitué d’une dizaine d’entretiens semi-directifs longs sur les parcours de vie et les parcours résidentiels d’habitants de Hautepierre et sur une méthode de « participation observante » au sein de l’association Horizome pendant toute la durée du projet artistique (2011-2012). Nous avons comparé ce dernier à un autre projet artistique à la Meinau à Strasbourg, également en rénovation, et ayant obtenu des financements beaucoup plus importants. Pour ce deuxième projet artistique, la méthode se base sur la récolte d’éléments issus de la presse, sur une analyse des travaux artistiques, du site internet et des vidéos produites par l’association Art Puissance Art. En outre, nous nous sommes à plusieurs reprises entretenues avec les élus des quartiers concernés, dont l’un est en charge de la vie associative et de la rénovation urbaine. Les deux projets ont, comme point commun, le fait d’avoir été réalisés en accompagnement du « volet humain » des rénovations urbaines, qui implique un travail sur la mémoire des habitants, fortement souhaité par l’ANRU.

Stigmates et mémoires : une contradiction apparente

6Les quartiers populaires semblent marqués de manière inéluctable par la stigmatisation qui empêche la constitution d’une identité sociale unitaire et solidaire, à cause de l’effet de rebondissement des stigmates d’un groupe à l’autre. Selon Goffman (1975), il y a stigmate lorsqu’il existe un désaccord entre l’identité sociale réelle d’un individu et son identité sociale virtuelle ou potentielle. Le stigmate est donc lié à des stéréotypes. Au sein du groupe de ses semblables, l’individu stigmatisé catégorise les siens en fonction d’une plus ou moins grande visibilité ou importance de leur stigmate. Les dynamiques de rénovation urbaine qui poussent à la « mixité » semblent également participer à la méconnaissance des classes populaires car, comme l’affirme Kirszbaum (2008), la mixité « reste un argument potentiellement discriminatoire ». Nous verrons que la saleté et la mémoire sont deux ensembles fortement dialectiques dont la mise en relation provoque un paradoxe.

7Il apparaît utile d’expliquer, à ce stade de l’argumentation, de quelle manière nous utilisons le concept de saleté. Dans De la souillure, l’anthropologue Mary Douglas (1971) affirme que la relation d’une société à ce qui est considéré sale est anthropologique. A travers ces discours on touche aux discriminations : qui est sale, pourquoi c’est sale ? Les processus de rénovation urbaine, promus par l’ANRU, sont souvent présentés comme autant d’occasions pour « changer le visage » des quartiers, or selon Veschambre (2008 : 128-129), elles renforcent la logique de stigmatisation : à travers la « mise à mort » du bâtiment c’est un mode d’habitat populaire qu’on détruit. Cette manière d’habiter est en effet souvent critiquée et liée à des différentes formes de saleté et à des déviances car non conforme à celle des classes dominantes.

8Les discours sur la saleté concernent plus particulièrement certains immeubles destinés à la disparition, qui subissent un processus de dégradation progressive, une mort annoncée nécessaire à une catharsis supposée être apportée par la rénovation et, dans certains cas, par les travaux artistiques. Cependant, avant la démolition, les habitants assistent à la déliquescence de l’immeuble qui contribue encore plus à donner une image destroy au quartier. Duarte (2000 : 30) traduit le terme par « détruit », indiquant que cette destruction ne s’applique pas aux bâtiments de manière neutre, car elle est interprétée comme un signe de dégradation morale. En effet, la démolition renvoie également à la détérioration comme signe majeur d’une population qui n’aurait pas de souci de sa propreté.

9On peut, à ce propos, analyser un processus de sélection mémorielle à travers des démolitions dans le quartier de logements sociaux de Hautepierre, à l’ouest de Strasbourg, construit dans les années 1970 et classé Zone à Urbaniser en Priorité (ZUP) et Zone Franche Urbaine (ZFU). Ce quartier souffre aujourd’hui d’une image négative que la rénovation urbaine se propose de changer. Il compte 70 ha de superficie et 4400 logements dont 3700 logements locatifs sociaux. Le Projet de Rénovation Urbaine est lancé en 2009 par la Municipalité grâce à des financements ANRU. Il prévoit notamment des démolitions et des reconstructions selon la volonté d’introduire de la mixité au sein du quartier, comme on peut le lire sur le site de la ville de Strasbourg. Dans les discours publics des chargés de projet, le choix des bâtiments à démolir repose d’abord sur la difficulté à rénover des immeubles trop dégradés, une affirmation souvent contredite par les habitants notamment lors des différentes phases de la concertation (Morovich 2012). On est bien forcé d’admettre alors les véritables raisons : le quota ANRU des démolitions à respecter afin d’obtenir les subventions étatiques, la « mixité » déjà évoquée et surtout les poches de déviance les plus résistantes à éloigner. Les pratiques déviantes sont liées au deal, au squat et à l’image de populations fortement défavorisées. Une saleté morale, une souillure, en plus de la saleté physique est donc attribuée à ces lieux. Les immeubles démolis permettront d’honorer les objectifs liés à la rénovation urbaine : le désenclavement, la création de rues supplémentaires, la dispersion de familles défavorisées.

10L’immeuble 75 de la place B. a été le premier à être « déconstruit » en aout 2011. Au sein des projets de rénovation urbaine, le terme « déconstruction » est aujourd’hui désormais largement préféré à celui de « démolition ». La « déconstruction » renvoie à un procédé différent et plus écologique par rapport à la démolition par implosion. Il correspond aussi à une prise de conscience de la violence symbolique que les démolitions « spectacularisées » exerçaient sur les habitants (Veschambre 2009 : 129-131).

11Pour Hautepierre, selon le discours officiel, cette solution était souhaitée « par tout le monde » et permettait de marquer la lutte à la saleté que l’immeuble 75 représentait. « Tout le monde pensait qu’il fallait le démolir » affirme Bernard Matter, directeur général de CUS Habitat, le bailleur social propriétaire du bâtiment, dans un article des Dernières Nouvelles d’Alsace du 1er juin 2011. L’adjoint du quartier Serge Oehler renchérit : « Le 75 était un nid de délinquance ». Cette apparente unanimité fait écran à une manipulation de la mémoire qui efface d’autres récits autour du bâtiment. Les discours officiels ont tendance à généraliser les dégradations et la production de la saleté comme si elles venaient des occupants.

12Le 75 avait accueilli ses premiers habitants au milieu des années 1970. Les récits de certains d’entre eux, menés par Camille Chan, Nathalie Dolhen et nous-mêmes dans le cadre d’un projet de l’association Horizome, renvoient à la fabrication d’une mémoire positive et riche qui prend vie dans des espaces liés à l’immeuble et à l’élaboration d’un passé solidaire, perçu comme définitivement lointain. Pour Madame C., par exemple :

Il y a eu tout le monde ici. Il y a mon grand-père, mon père, mes frères… Mes enfants… J’aurais bien voulu qu’il y ait leurs enfants, les enfants de mes enfants… Mais c’est pas possible... […] On pouvait faire ce qu’on voulait ! On pouvait mettre la musique à n’importe quelle heure. C’était vraiment… le 75. On appelait ça le 75 parce que… on pouvait tout y faire… Par rapport à la fête de la musique, je mettais les hauts parleurs à la fenêtre ici, et les jeunes ils faisaient des barbecues ici […] Maintenant, c’est pas pareil. Tout le monde est dispersé, en plus il n’y a plus personne qui traîne ici… C’est fini. Tout ça c’est fini.

13Les témoignages renvoyant à un imaginaire de saleté caractérisent aussi les souvenirs d’un lieu qui semble pénalisé du fait qu’« il n’y a que peu de Français ». Comme l’affirme Monsieur A. :

Par exemple, moi j’aime bien que mes voisins soient des Français et Arabes, c’est bien ! Faire connaitre d’autres cultures... Mais là-bas, c’était tous des… des, des… Quoi, des immigrés ! Des étrangers, là !

14C’est le groupe, très flou, des « jeunes » qui demeure le plus stigmatisé. Les habitants de l’immeuble extériorisent ainsi la cause de la saleté et dénoncent les pratiques déviantes qui font que le 75 porte en soi une mémoire salissante et contagieuse qui permet notamment de classer des individus par rapport à leur proximité avec ce lieu. Dans les entretiens, les habitants rappellent des nombreuses tentatives d’éloigner les stigmates : les nettoyages qui sont, à tour de rôle, assumés par chacun d’entre eux, les nombreuses lettres au bailleur pour dénoncer les dégradations et les conditions d’insalubrité restées sans réponse, des déplacements chez le bailleur pour demander réparation. Le bailleur, CUS Habitat, met en place en 2000 un nettoyage commun, puis un gardiennage et demande aux locataires de procéder à une réfection de fond du bâtiment à travers un « projet de rénovation participative » qui a coïncidé avec l’arrivée du gardien. Mais ce ne sont que des solutions palliatives qui ne durent pas. Les pouvoirs publiques semblent en revanche démunis face aux causes les plus profondes des dégradations : le sentiment d’injustice et d’exclusion, le chômage dramatique des « jeunes » et la stigmatisation les concernant, signalés à plusieurs reprises par des habitants excédés et compréhensifs à la fois. Ceci génère un amalgame : le bâtiment, c’est les gens, les gens ce sont le bâtiment, ainsi, tous les locataires du 75 sont vus comme des familles « à problèmes ». Pour certains, cet amalgame est insupportable : « Donc c’est… Comme on dit c’est estampillé, après ; t’es marqué, t’es marqué », affirme Monsieur A. « Nous, on est ceux des quartiers, vous voyez… on nous regarde différemment, ... on n’est pas entendu… on est ceux des quartiers ! », relève Madame S. « Parce qu’on avait un… Un sale immeuble, qui était squatté, qui était pas entretenu, et on avait un loyer très très cher… Bon après on n’a pas eu le choix non plus ! [rires] On est des bêtes de foire, hein ! Puisqu’on vient d’ici ! On n’a pas le choix ! », renchérit Madame C.

15Les mémoires des habitants de l’immeuble se réfèrent également à l’absence d’une lutte commune de grande envergure, car la honte de la stigmatisation (la saleté qu’on leur attribue) et la non-considération de la part des décideurs amènent au découragement. Pourtant, des réactions ont existé par le passé. Mais ces tentatives de légitimation de la parole, notamment en appelant aux responsabilités du bailleur, sont restées les plus souvent sans suite. Les habitants ont un sentiment d’abandon et d’injustice car ils sont jugés tout d’abord en tant qu’« assistés ». Une telle complexité des discours, des souvenirs, des réactions est effacée. La mémoire des résistances, grandes ou petites, est perdue.

16Le 75 est déconstruit pendant l’été 2011, presque en sourdine. La déconstruction dure quelques jours et aucun événement n’est créé à cette occasion, seuls quelques artistes engagés sur un projet sur la mémoire du quartier (dans le cadre de l’association Horizome) et prévenus très tardivement, parviennent à filmer et enregistrer pendant que la croqueuse démolit l’immeuble. Ce bâtiment ne sera pas reconstruit. Le projet de rénovation urbaine prévoit de créer une nouvelle « centralité » à travers un lieu de mixité qui offre des logements diversifiés et des services à côté de l’arrêt du tram, à proximité du 75. L’éloignement physique de la saleté à travers la démolition d’un symbole de la déviance s’impose donc aux décideurs et fabrique des mémoires sélectives, à travers des œuvres d’artistes. Ces derniers sont vus comme pouvant participer au nettoyage symbolique des lieux considérés comme souillés, à travers l’emphase sur des mémoires qui se trouvent à être renouvelées.

Rénovation et actions artistiques : de nouveaux rites de passage ?

17La sensibilité artistique se prête bien à travailler à partir des traces, des souvenirs et des vécus, d’habitude peu visibles et plus ordinaires, notamment par le biais de la photographie et de la vidéo. Les artistes auraient la capacité de donner forme et corps à un sentiment commun, à des « mémoires empêchées » (Milliot 2005) et le travail minutieux à partir d’objets et souvenirs pourrait permettre la reconnaissance de groupes oubliés ou stigmatisés. De plus, certains artistes montrent une évidente propension envers ces traces de vie urbaine destinées à la disparition et souvent leur travail est mené en parallèle à des restitutions mémorielles écrites par le biais d’ateliers d’écriture. Cependant, dans le processus artistique, le type de commande joue un rôle essentiel : dans les cas analysés, le travail de l’artiste n’est pas compréhensible s’il est dissocié de la commande qui vient du volet « humain » lié aux projets de rénovation urbaine ANRU. Les artistes sont appelés à redonner du sens dans un contexte de bouleversement urbain : ils participent à la création d’une nouvelle identité du quartier et à l’éloignement des stigmates. Les œuvres artistiques en lien avec les rénovations urbaines révèlent certes des mémoires jusqu’à alors occultées, mais elles sont aussi mises au service de deux autres objectifs : elles permettent la mise en place d’une sélection mémorielle et facilitent le deuil des groupes sociaux touchés par les démolitions avant de « passer à autre chose ». Dans cette dernière phrase, ce qui est important est le mot « passer ». Il se trouve en effet que l’action ponctuelle des artistes qu’on justifie à travers le besoin d’accompagner les traumatismes des démolitions, facilite le changement à travers des événements propices à fonctionner comme des « rites de passage » dans le sens de Van Gennep (1909), selon lequel un rite de passage a besoin d’un lieu et d’actes précis pour permettre le passage d’une étape de la vie à une autre.

18La dimension rituelle de l’art a été mise en avant à plusieurs reprises par les anthropologues. Certaines formes d’art contemporain, comme la performance et l’installation, se prêtent plus particulièrement à des interactions avec le public et à l’invention d’une expérience partagée dans laquelle le spectateur parcourt un trajet sensé le transformer « comme dans un périple initiatique rituel » (Fellous 2006 : 110). Pas thaumaturge, mais déclencheur et canalisateur, l’artiste peut devenir complice de celle que Fellous (2006 : 1111) appelle la « mythologie la plus puissante de notre temps », l’industrie culturelle. Dans ce sens, les rituels mis en place visent à créer du lien social et à enraciner des individus dans une mémoire.

19Les projets artistiques mis en place par l’association strasbourgeoise Art Puissance Art dans le cadre de l’action Trait d’Union nous semblent bien incarner un rite de passage, notamment à travers des étapes qui jalonnent la démarche de façon à la structurer très clairement dans une phase préliminaire, une phase liminaire et une phase postliminaire.

20Vingt-quatre artistes s’installent dans la tour à démolir dans le quartier populaire de la Meinau au sud de l’agglomération strasbourgeoise. Ils procèdent, pendant sept mois, à une transformation radicale des espaces de vie, modifiant les appartements des 12 étages de l’immeuble. Les détournements spatiaux sont si importants qu’on ne reconnaît plus les couches de vie, tout est effacé sous des strates de peinture, d’installations et de sculptures différentes. Ce processus de transformation spatiale peut s’apparenter à une phase préliminaire. Le projet a donné lieu à deux week-ends événementiels en 2012 et en 2013 (phase liminaire), inscrits dans les Journées du Patrimoine de la Ville de Strasbourg. Les concerts, animations plastiques, performances et le Musée éphémère réalisé par les artistes ont été largement couverts par les médias. Dans le Journal de la Rénovation Urbaine du quartier de la Meinau de mars 2013, l’adjoint du quartier qui est aussi en charge de la Rénovation urbaine, affirme :

Ainsi, le succès de l’édition 2012 du projet artistique et culturel Trait d’Union a mis en lumière la rénovation urbaine et le quartier de la Meinau sous un autre jour. Place aujourd’hui à l’édition 2013 qui fera la part belle à une collaboration approfondie entre habitants, associations, écoles et artistes.

21Malgré la volonté affichée d’un lien fort avec les habitants et associations du quartier, et celle de mettre en avant « l’humain » distingué par rapport à « l’urbain », les œuvres exposées sont une réinterprétation, la tour devenant un objet, support d’actions artistiques ayant un lien très faible avec des histoires individuelles et collectives et des mémoires habitantes. Le côté festif est particulièrement accentué dans un lieu où tout sentiment de nostalgie se veut évacué. L’association se définit comme une Zone Artistique Temporaire et détourne le registre engagé d’Hakim Bay. Ce dernier, créateur de la Zone Autonome Temporaire (TAZ en anglais) est une figure de l’anarchisme et de l’avant-garde artistique. Dans un tout autre esprit, l’association strasbourgeoise se propose notamment de relooker la tour et présente un mapping sur la façade de l’immeuble : se servant d’un langage politiquement correct et en présence de nombreux élus, l’association se conforme à la commande politique d’un travail « avec les habitants », des activités d’animation à travers des ateliers de street art. Cette spectacularisation des phases qui précèdent la démolition rappelle, dans son effervescence, la période décomplexée des implosions à répétitions, fréquentes jusqu’aux années 2000 (Veschambre 2008 : 121-131). Certes, un tel projet d’envergure ouvre une population défavorisée à des formes d’art et à des nombreux ateliers, cependant le lien avec la mémoire des habitants est quasiment évacué. Une phase post-liminaire peut être reconnue dans une vente aux enchères en octobre 2013, pendant laquelle les œuvres des artistes en relation avec la tour sont vendues. Rien n’est dit de la prochaine, et inéluctable, démolition en 2014. Symboliquement, la tour est déjà démolie, puisque on en a vendu les simulacres, les réductions, les images diverses.

22Une autre sorte de mise en mémoire concerne la première démolition à Hautepierre, car le bâtiment lui même n’a pas été physiquement le réceptacle d’événements artistiques. Peut-être à cause du fait que le bâtiment était trop stigmatisé pour accueillir des événements marquants (écartant notamment une proposition de projet de musée éphémère en 2009 par l’association Horizome), ou peut-être à cause d’un budget limité, les acteurs de la rénovation urbaine ont fait le choix de le démolir « silencieusement ». Malgré cela, et selon les recommandations de l’ANRU, plusieurs projets artistiques sur « la mémoire » ont été encouragés. Ces projets ont d’abord concerné les écoles. Des artistes ont tissé des histoires et ont exposé le fruit de leur travail avec les enfants au sein des établissements scolaires : leurs productions sensibles ont eu comme but d’inventer, avec les plus petits, des univers autour du bâtiment.

23C’est le cas d’un projet d’une classe de CE2 qui porte le titre Quand les élèves imaginent le nouvel espace de la place B. Une initiation créative architecturale. Il s’agit de maquettes de l’immeuble avec des espaces de vie inventés par les enfants selon leurs souvenirs. Dans un autre projet photographique avec une classe de CP, l’artiste tisse, avec les enfants, l’histoire d’une dégradation progressive et de la démolition en jouant avec les peurs enfantines et le happy end suite à une histoire de brigands. Quelle est l’utilité et le sens de ces travaux ? On pourrait imaginer qu’ils servent à dédramatiser un lieu chargé d’une mémoire et d’une identité problématique ainsi que la démolition, mais font-ils œuvre de mémoire ? Ces petites histoires inventées avec des artistes extérieurs, qui ne connaissent ni les enjeux de la rénovation ni les lieux, se superposent à la réalité complexe et aux souvenirs des habitants. Au final, de tels projets ont surtout un but de communication : utilisés largement dans des différents Journaux de la Rénovation Urbaine à côté des « mots des élus », ils sont filmés par les télévisions et montrés dans des expositions. L’utilisation des enfants dans de tels projets est une constante qui dévoile l’instrumentalisation de l’image enfantine, sur laquelle l’unanimité est toujours présente.

24Un autre travail de plus longue durée (deux ans) a été mené par deux artistes vidéastes, Hervé Roesch et Nathalie Dolhen, au sein de l’association Horizome, qui fédère des artistes, des urbanistes et des chercheurs en sciences sociales. Nous faisons partie de cette association et avons participé à la démarche d’entretien avant de nous en écarter, notamment dans sa phase de communication par le Projet de Rénovation Urbaine (PRU). Basé sur des entretiens biographiques semi-directifs avec des habitants relogés, ce projet a abouti à une production sonore, une installation partant des traces des habitants, un film documentaire, une petite publication et une exposition. Un travail sonore transdisciplinaire révèle des bribes des témoignages, des confessions, telle une partition à plusieurs voix. Le travail des artistes s’appuie sur la parole habitante qui donne une place importante aux mémoires ; les lieux de vie sont explorés à travers des vidéos ; des objets symboliques sont montrés au sein de dispositifs artistiques. Finalement, le travail d’Horizome porte une vision assez critique de la rénovation urbaine propre à certains habitants qui, après quelques hésitations, ont participé à la démarche. Un aspect positif réside dans la liberté de parole : les travaux artistiques ont été menés dans une grande autonomie par un manque de temps avoué des responsables de la rénovation urbaine à les piloter, selon les affirmations des chargées de mission en septembre 2012. Mais au delà de la liberté de parole, ce n’est pas en premier lieux la sauvegarde des témoignages des habitants qui intéresse le PRU, mais surtout le fait de pouvoir en faire une œuvre communicable afin de passer à autre chose. De plus, le caractère éphémère de la plus part des œuvres contribue à la difficulté à faire émerger des mémoires habitantes légitimes. On assiste en revanche à un certain lissage : dans les mots, filmés et enregistrés des habitants, notamment dans la vidéo A chantier ouvert, le vidéaste met en avant la bonne opinion du quartier et une vie apaisée. Ce film de 40 minutes relate les récits parallèles d’un homme et d’une femme habitant le quartier, relogés à cause des démolitions de leurs immeubles. Malgré certaines critiques, leur amour du quartier et les bons souvenirs peuvent tout à fait convenir aux rénovateurs car ils permettent de penser Hautepierre autrement (un quartier où il y a tout, où l’on vit bien, un quartier normal où il peut faire bon vivre), et d’imaginer la nouvelle mixité tant souhaitée.

Figure 1 – Une rénovation ordinaire

Figure 1 – Une rénovation ordinaire

Images tirées du film d'Hervé Roesch, livret Une rénovation ordinaire.

© Association Horizome et Hervé Roesch.

25Les travaux d’artistes sur la mémoire que nous avons analysés ont en commun le but de servir des discours politiques fortement médiatisés : soit en évacuant la mémoire au profit du spectacle, soit en inventant des petites histoires enfantines pour dédramatiser certains secteurs du quartier, soit en sélectionnant des mémoires heureuses et des discours apaisés, malgré les quelques critiques les rendant encore plus crédibles, qui peuvent attirer des nouvelles populations dans un quartier devenu attractif.

26Dans les exemples analysés, on procède à plusieurs égards à la capture d’images et de discours sélectionnés qui nous font penser à « l’invention de traditions » en reprenant le concept développé par Hobsbawm et Ranger (2006) : ce qui est transmis (tradere transmettre en latin) profite à des groupes particuliers, des futurs habitants, appelés à venir dans des quartiers dont on essaye de « nettoyer » l’image.

Conclusion

27Quelles sont les mémoires que l’on met en avant dans un contexte qui prépare au changement de groupes sociaux dans un quartier populaire ? Dans l’analyse de ces situations de rénovation urbaine à Strasbourg, nous avons d’abord montré que la saleté et la mémoire sont deux ensembles fortement dialectiques : les personnes stigmatisées ne semblent pas pouvoir « faire mémoire ». La rénovation urbaine leur reconnaît une parole dans la mesure où cette dernière permet l’imagination d’une nouvelle phase du quartier, celle de la mixité qui exclut leurs pratiques afin de se conformer à un vivre moyen de la ville. Les souvenirs liés à des tentatives de structuration interne afin d’éloigner la saleté, physique et morale, de l’immeuble étudié, n’intéressent pas. Ces petites luttes, ces souvenirs de solidarités, ces micro-histoires de difficultés et, aussi, des déviances et désaffiliations ne sont pas mis en avant par les commanditaires des travaux sur la mémoire, mais peuvent intéresser les associations. L’association Horizome notamment, est impliquée dans un projet mémoriel qui concerne les mémoires dominées à travers les outils numériques. L’amalgame entre la souillure des bâtiments et celle des gens qui y habitent, ou y ont habité, est l’une des causes des démolitions d’ailleurs. Les mémoires des habitants de ces lieux ne semblent pas destinées à survivre au bâtiment démoli. Nous signalons tout de même la naissance, depuis quelques mois, de plusieurs groupes Facebook qui s’adressent aux anciens habitants de Hautepierre, notamment ceux des « mailles » concernées par la rénovation urbaine. Nous faisons l’hypothèse, qui reste à vérifier par des enquêtes et des entretiens, qu’une telle prolifération pourrait être, au moins en partie, liée à l’effacement de lieux mémoriels et à leur déplacement dans des lieux virtuels, à travers des photos, des mémoires, des récits.

28Les artistes seraient-ils réellement en mesure de faire émerger des mémoires occultées ou seraient-ils des médiateurs, des passeurs au service de la rénovation urbaine qui met en place des rites de passage pour la requalification symbolique d’un territoire, afin de préparer le changement de population ? En effet, c’est la cohérence générale de ces œuvres sur la mémoire qui manque. Selon Foret (2005 : 31-32) qui analyse ces volontés mémorielles en lien avec la rénovation urbaine, les actions sont menées dans le désordre, sans réflexion méthodologique, elles ne sont pas mises en relation les unes avec les autres, ni en lien avec des archives. Il en résulte que le travail sur la mémoire de certains se fait aux dépens de celle d’autres. En ce qui concerne les travaux artistiques, Milliot (2004) insiste sur la difficulté de telles réalisations à jouer un rôle de médiation car elles font l’objet d’interprétations différentielles et conflictuelles.

29Finalement, malgré la sensibilité de certains travaux artistiques analysés, il semble bien qu’ils servent surtout à opérer une sélection mémorielle et à l’invention d’une tradition, afin de mettre en place, à travers l’œuvre, des rites de passage qui marquent et communiquent les bouleversements urbains en cours. L’enjeu de la mémoire dans les quartiers en rénovation urbaine est, dans les cas examinés, effectivement paradoxal, car au service d’un changement. Cependant, les discours répétés sur les saletés et les dégradations employés à l’occasion de telles rénovations urbaines renforcent la stigmatisation qu’on essaye fortement d’enrayer à travers les interventions artistiques et mettent à mal le nettoyage symbolique, car le stigmate ne fait que se déplacer.

Top of page

Bibliography

Blanc M, Bidou-Zachariasen C. 2010. Éditorial. Les paradoxes de la mixité sociale. Espaces et Sociétés 140-141 : 7-20.

Desponds D. 2010. Les enjeux urbanistiques et sociaux autour d’une opération de rénovation urbaine en périphérie parisienne. L’exemple de la Croix-Petit à Cergy. Revista Ciudades 13 : 83-102.

Donzelot J. 2012. A quoi sert la rénovation urbaine ? Paris, PUF.

Douglas M. 1971. De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou. Paris, Maspero.

Duarte P. 2000. Les représentations de la dévalorisation urbaine. Les Annales de la Recherche Urbaine 88 : 30-38.

Dufaux F, Fourcaut A, Skoutelsky R. 2003. Faire l’histoire des grands ensembles : bibliographie (1950-1980). Lyon, ENS Editions.

Fellous M. 2006. Du rite comme œuvre : l’art contemporain. Médium 2(7) : 106-116.

Foret C. 2005. La Duchère, mémoires en concurrence. Questions sur les « actions mémorielles » en cours dans l’agglomération lyonnaise, in Foret C, Garin-Ferraz G. (eds) Les lieux et les gens dans le devenir des villes. Séminaire du programme interministériel cultures, villes et dynamiques sociales, Ecomusée du Creusot-Montceau : 25-32.

Fol S. 2009. La mobilité des pauvres. Pratiques d’habitants et politiques urbaines, Paris, Mappemonde Belin.

Fourcaut A, Tellier T. 2014. Les quartiers populaires vont-ils perdre la mémoire ? Métropolitiques, 10 janvier, http://www.metropolitiques.eu/Les-quartiers-populaires-vont-ils.html.

Goffman E. 1975. Stigmate : Les usages sociaux des handicaps. Paris, Minuit.

Hobsbawm E, Ranger T. 2006. L’invention de la tradition. Paris, Editions Amsterdam.

Kirszbaum T. 2008. Rénovation urbaine, une mixité très peu sociale. Projet 307 : 30-37.

Lévy-Vroelant C. 1999. Le diagnostic d’insalubrité et ses conséquences sur la ville, Paris 1894-1960. Population 4-5 : 707-743.

Milliot V. 2005. La place du Je et celle des autres : analyses des modes d’implication des artistes dans des actions sociales et urbaines, in Foret C, Garin-Ferraz G. (eds) Les lieux et les gens dans le devenir des villes. Séminaire du programme interministériel cultures, villes et dynamiques sociales, Ecomusée du Creusot-Montceau : 33-36.

Morovich B. 2012. Concertation et projet urbain à Hautepierre (Strasbourg). La structuration d’une démocratie participative. Revue des Sciences Sociales 47 : 64-73.

Van Gennep A. 1909. Les rites de passage. Paris, Picard.

Veschambre V. 2008. Traces et mémoires urbaines, enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition. Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 – Une rénovation ordinaire
Caption Images tirées du film d'Hervé Roesch, livret Une rénovation ordinaire.
Credits © Association Horizome et Hervé Roesch.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2529/img-1.jpg
File image/jpeg, 325k
Top of page

References

Electronic reference

Barbara Morovich, « Entre stigmates et mémoires : dynamiques paradoxales de la rénovation urbaine », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 5 | 2014, Online since 21 July 2014, connection on 26 June 2017. URL : http://articulo.revues.org/2529 ; DOI : 10.4000/articulo.2529

Top of page

About the author

Barbara Morovich

Senior lecturer. National School of Architecture of Strasbourg. AMUP Research team (Strasbourg) and UMR LAA-LAVUE (Paris). Contact: barbaramorovich@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org