Skip to navigation – Site map

Le centre historique de Naples : patrimonialisation contre pratiques populaires ?

The historic centre of Naples: heritagization versus popular practices?
Marta Pappalardo

Abstracts

The historic centre of Naples, a Unesco World Heritage Site, is affected by a significant decay. As a response, in 2009, the Municipality of Naples launched the Great Programme Naples Historic Unesco Centre: a comprehensive strategy that combines the rehabilitation of built heritage with a wider urban redevelopment. One of its main operations is the reconversion of the bassi traditional dwellings into shops. Most of the bassi are located in the Quartieri Spagnoli, which is today a significant poverty pocket but also a territory with high potential and value due to its proximity with the Toledo main shopping street of Naples. By analysing the practices of the bassi, and of the public space in this central urban area, one can question how urban planning can function as a domination and deligitimization tool of the poorest dwellers identity and practices. Could urban planning reflect the desire to dominate poor groups in the city most coveted area?

Top of page

Full text

1Cet article se propose de questionner le processus de patrimonialisation et, plus largement, de planification urbaine dans le centre-ville de Naples, à travers l’analyse des pratiques de l’habitat et de l’appropriation de l’espace urbain de la part des différents groupes de sa population. Le centre historique de Naples, Patrimoine de l’Humanité Unesco, est touché par une dégradation importante qui investit surtout les quartiers d’habitation autour des monuments. Pour reprendre en main ce territoire la Municipalité a lancé, en 2009, le Grand Programme Centre Historique Naples Unesco, une stratégie d’ensemble qui associe la réhabilitation du patrimoine bâti à un réaménagement urbain plus large. L’une des opérations phare du Grand Programme est la reconversion en commerces des bassi, des locaux traditionnellement utilisés comme des logements. La plupart des bassi sont concentrés dans la zone des Quartieri Spagnoli, une importante poche de pauvreté mais également un territoire très convoité pour sa valeur foncière potentielle et sa proximité avec la rue commerçante de Naples par excellence, la rue Toledo. Dans le cadre de notre thèse de doctorat, nous avons mené des enquêtes ethnographiques dans le quartier sur une période de six mois en 2013, en particulier des observations prolongées, des relevés habités et des entretiens auprès de trois catégories d’acteurs : les habitants et les commerçants du quartier, les associations travaillant dans la culture ou le social dans les Quartieri et ailleurs dans le centre historique, et les institutions et les professionnels chargés du Grand Programme. Nous avons ensuite entamé un travail (en cours) de mise en perspective des observations et des informations obtenues avec les discours officiels, les médias et la littérature sur le centre historique, l’objectif étant de décortiquer les mécanismes de domination dans le processus de patrimonialisation.

2À travers cette analyse, nous avons constaté que les mémoires et les identités locales subissent un processus d’invisibilisation dans la production de la ville historique. Nous faisons ainsi l’hypothèse que les pratiques populaires sont utilisées par les groupes dominants comme argument de délégitimation des populations pauvres dans les « visions » de la ville globalisée. Cette stigmatisation se nourrit des stéréotypes de la ville en retard et de l’immobilisme de la « plèbe », mais également des conflits entre les différents groupes d’habitants du centre pour l’appropriation de l’espace au quotidien. La domination exercée résulte alors d’un enchevêtrement complexe entre des conditions sociales réelles et des discours stéréotypés. A travers l’étude des pratiques micro-locales d’occupation du logement et de l’espace urbain, ainsi que du processus de construction et de manipulation de la catégorie stigmatisante de « plèbe », nous verrons comment les détenteurs de ces pratiques, si ancrées dans l’histoire et dans les mémoires collectives de la ville, subissent la transformation de leur espace de vie sans en bénéficier. Postulant l’intériorisation de la condition subalterne de la part des populations pauvres, les aménageurs revendiquent en effet le monopole de la prise de décision, surtout dans les espaces de représentation. Nous verrons, au contraire, que des interprétations et des appropriations de l’espace urbain patrimonialisé « par le bas », sont mises en place par des habitants du centre historique.

3Ce processus de « nettoyage urbain » mené par des institutions qui effacent ou manipulent les pratiques locales pour le développement de la ville et sa promotion sur la scène internationale, peut s’expliquer à travers l’analyse de la planification urbaine en tant que stratégie d’accroissement du capital symbolique de la ville, avec pour but la captation de rentes de monopoles dans le système capitaliste globalisé (Harvey 2008). Ces stratégies urbaines, misant sur l’image de la ville attractive comme moteur principal de son développement, se concrétisent dans une politique de valorisation du patrimoine culturel, de grands évènements et de « normalisation » de la population locale (Berry-Chikhaoui, Deboulet, Roulleau-Berger 2007, Pérouse 2011). L’urbanisme de la globalisation ainsi défini, dans le but de construire une identité patrimoniale valorisante et consensuelle, projette dans une position de promotion culturelle et touristique ces mêmes centres historiques où se construisent, depuis des siècles, les mémoires et les identités populaires.

Les Quartieri Spagnoli dans le centre historique de Naples : « visions » d’un territoire convoité

4De fondation grecque, Naples se stratifie sur l’ancienne Neapolis depuis plus de 2 400 ans : aujourd’hui encore, cette structure urbaine est lisible et son usage est l’un de ses atouts culturels et touristiques majeurs. Pour protéger ce patrimoine unique, l’Unesco a depuis 1995 déclaré Patrimoine de l’Humanité une aire de 981 ha, comprenant l’ensemble du centre historique (Unesco 1995). Dans ce contexte, une reprise en main du centre a été jugée indispensable par les pouvoirs en place : le Grand Programme Centre Historique Naples Unesco a ainsi été lancé officiellement en 2009, deux ans après l’accord signé entre la Région Campanie, la Municipalité de Naples, le Ministère de la Culture, la Diocèse de Naples et l’Unesco. L’innovation de ce projet consiste, selon les institutions, en son caractère stratégique. Le programme prévoit notamment des interventions dans plusieurs secteurs – la qualité urbaine, l’environnement, la culture, le welfare, la mobilité, le tourisme – organisées en deux axes : l’axe « culture », qui a pour principal objectif la préservation du patrimoine matériel et intangible, et l’axe « accueil », plus social, avec un intérêt particulier pour les étudiants, les touristes et les travailleurs (Comune di Napoli, 2009).

Figure 1 – Le périmètre du Grand Programme Unesco à l’intérieur du PRG de Naples

Figure 1 – Le périmètre du Grand Programme Unesco à l’intérieur du PRG de Naples
Source: Comune di Napoli 2009

5Le Grand Programme s’insère dans une stratégie globale qui vise à réorganiser la région de Naples, en vue notamment de sa transformation, en 2015, en « ville métropolitaine ». Le PRG de Naples (équivalent du PLU français) a pour but de rendre la ville plus attractive, d’un point de vue économique, touristique et culturel. Le financement du projet, qui se développe dans les différents PIU (projets intégrés urbains) de chaque zone, est garanti par les fonds européens PO FESR (en France PO FEDER - Programme opérationnel Fond européen de développement régional) 2007-2013. Plusieurs projets pilotes, comme celui qui prévoit la reconversion des bassi dans les Quartieri Spagnoli ou la transformation de l’Auberge des Pauvres, un ancien hospice, en une « Cité des Jeunes », ont été intégrés au Grand Programme (Figure 1). Ainsi les Quartieri, comme la plupart des quartiers historiques fortement dégradés, se retrouvent sur un foncier très convoité, car extrêmement bien situé dans l’ensemble urbain (Deboulet 2012).

Figure 2 – La trame orthogonale des Quartieri Spagnoli dans le tissu de la ville historique

Figure 2 – La trame orthogonale des Quartieri Spagnoli dans le tissu de la ville historique

Source: Google Earth 2014

6Les Quartieri Spagnoli prennent leur nom de leur fonction première, celle de quartiers des garnisons militaires de la cour espagnole, construits aux environs du XVIe siècle. La grille orthogonale de parcelles se développe en hauteur, délimitée en haut, à l’ouest, par la colline de San Martino et à l’est, en bas de cette dernière, par la célèbre rue Toledo (Figure 2). Sous la domination espagnole, le quartier avait une fonction de contrôle et de maintien de la sécurité dans la ville. À cause de cette morphologie sécuritaire, le quartier est aujourd’hui très difficile d’accès pour les voitures et il est le théâtre d’un fort malaise social (Figure 3). Le quartier, qui accueille environ 15 000 habitants, a été historiquement peuplé par trois groupes majeurs : 1) les familles pauvres mais non marginales, qui occupent en location les appartements aux étages et vivent d’emplois précaires ; 2) les familles considérées déviantes, qui vivent principalement dans les bassi ; 3) les travailleurs de la classe moyenne, qui supportent mal la cohabitation avec les deux autres groupes et qui, surtout parmi les nouvelles générations, cherchent à quitter le quartier. À ces trois groupes « historiques » et traditionnellement napolitains, il s’ajoute trois « nouveaux » types de population, récemment installés dans les Quartieri : 1) les immigrés, réguliers ou non, qui depuis une vingtaine d’années sont les nouveaux occupants majoritaires des bassi ; 2) les habitants temporaires : étudiants, artistes, squatteurs, qui choisissent le quartier pour son potentiel de créativité artistique et urbaine, et en apprécient le meltin’ pot ; 3) les « bobos », qui ont acheté à bas prix le patrimoine immobilier dégradé et le rénovent, exploitant la centralité du quartier et ses activités culturelles (Laino 2012).

7La zone des Quartieri Spagnoli est extrêmement centrale et très bien connue dans la ville, un véritable symbole du potentiel du centre historique. Après le tremblement de terre de 1980 et jusqu’à aujourd’hui, les politiques urbaines ambitieuses dans le quartier se sont multipliées. Certaines, comme les Programmes Urban 1 et 2 sous la période Bassolino, ont produit des changements qui ont amené certains à s’interroger même sur un éventuel processus de gentrification du quartier (Barbagli, Pisati 2012). Mené dès 1994 dans 118 villes européennes, dont seize italiennes, le Programme d’Initiative Communautaire (PIC) Urban a permis dans les Quartieri la requalification des commerces et la mise en place de projets sociaux avec les habitants. Cependant, l’échec personnel du maire Bassolino, ainsi que de sa « Renaissance Napolitaine », la période de politique fortement symbolique dont les Urban faisaient partie (Savonardo 2003), a arrêté tout changement significatif du quartier sur la longue durée.

Figure 3 – Le développement en hauteur et les ruelles étroites rendent difficile l’accès au quartier

Figure 3 – Le développement en hauteur et les ruelles étroites rendent difficile l’accès au quartier

8Les Quartieri restent en effet un territoire complexe et fragmenté. La partie inferieure jouit du rayonnement de la rue Toledo et des quelques bénéfices des Urban : les commerces sont plus ouverts aux passants et des restaurants « branchés » font leur apparition. Les habitations ont également été transformées par une classe intellectuelle qui a fait de la centralité populaire des Quartieri son lieu de vie privilégié (Laino op. cit.). Les deux théâtres, le Teatro Nuovo et le Teatro Galleria Toledo sont connus au niveau de l’ensemble de la ville et organisent de nombreuses initiatives culturelles. Cependant, si l’on monte vers la partie haute du quartier, en quittant le centre de la consommation gentrifiée (Cattedra, Memoli 2003), l’habitat se fait de plus en plus dégradé, les théâtres et les restaurants typiques laissent la place aux ateliers de mécanique et aux dépôts des magasins et les rues sont plus désertes. Le lien avec l’espace urbain du centre se perd progressivement et l’enfermement, qui était la caractéristique principale du quartier lors de sa création, devient plus accentué, tant dans les paysage urbain que dans les pratiques des habitants.

Pratiques de l’habitat et appropriation de l’espace urbain : la ruelle comme prolongement du chez-soi

9L’une des principales caractéristiques architecturales des Quartieri est la présence massive des bassi, des locaux en rez-de-chaussée ou semi-enterrés traditionnellement utilisés comme habitations. Les bassi symbolisent « l’autre visage » de Naples, celui de la saleté et de la misère, qui constituerait le frein principal aux ambitions de modernisation et de normalisation de la ville. L’histoire des bassi remonte au Moyen Âge, quand les dépôts et les magasins des palais étaient utilisés par les plus pauvres comme boutiques-dortoirs pendant l’hiver. Une pièce d’environ 12m² pouvait héberger jusqu’à dix personnes. Ce phénomène de surpeuplement de logements informels eut des conséquences encore plus lourdes, en termes d’insalubrité, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, quand Naples était la ville avec la plus haute densité démographique en Europe. Les percées urbaines du XIXe siècle, menées pour « éventrer » Naples et ainsi éliminer en même temps les ruelles sombres et les maladies qu’elles causaient, furent condamnées par de nombreux intellectuels napolitains, qui dénoncèrent l’absence d’une réelle volonté politique et des interventions de façade (Serao 1884). En 1965 on comptait plus de 300 000 personnes dans 45 000 logements de ce type, malgré la loi de 1940 qui en interdît officiellement la fonction d’habitation (Pugliariello 2009). De nos jours, les espaces à l’origine de ces images de maladies et de saleté ont laissé la place à des habitations très modestes, mais mieux organisées. D’autres formes de pauvreté sont néanmoins apparues, comme le phénomène migratoire qui a vu se peupler les Quartieri de migrants venus du Sri Lanka, du Cap-Vert ou de Chine. Ces « nouveaux pauvres » s’entassent dans les bassi dans des conditions proches de celles des Napolitains d’il y a quelques décennies.

10Historiquement, les occupants des bassi, à cause des espaces exigus, passaient la plupart de leur temps dans la ruelle sur laquelle s’ouvrait la porte, seule ouverture de leur logement. La vie dans les ruelles, faite de ces petites occupations précaires, du travail à la journée aux expédients plus ou moins légaux, a nourri le stéréotype du napolitain qui survit sans travailler, grâce à « l’art de la débrouille » (Cotugno, Pugliese 2002). Aujourd’hui, tout en réfutant l’image des bassi qui a fait fortune dans la littérature sur Naples, qui associe l’insalubrité de l’habitat avec la déviance de ses occupants (Celotto 2012), nos enquêtes montrent que les conditions de vie des habitants des bassi sont encore fortement conditionnées par la morphologie de leur habitat. D’après ce qui émerge de l’enquête ethnographique que nous avons conduite en 2013, les pratiques quotidiennes et l’appropriation de l’espace se font à cheval entre le dedans et le dehors, non seulement parce que le « dedans » est trop étroit, mais parce que les activités se structurent à travers les relations avec les autres. Les habitants interrogés affirment conduire la plupart de leur vie quotidienne dans le quartier, où ils tissent des relations de confiance avec les commerçants et les voisins. Les pratiques se structurent selon l’âge, le sexe et la composition familiale : les personnes âgées organisent des tournois de cartes devant la porte de leur basso, tandis que les femmes étendent le linge sur des structures montées sur les murs à côté de la porte. Le mobilier de jardin, installé devant l’entrée, permet aux mères de famille d’accueillir les voisines en même temps qu’on surveille les enfants jouant dans la rue. Dans les entretiens, les habitants affirment habiter « une rue » plutôt qu’un basso. Ces activités quotidiennes, propres de la vie intime et de la sociabilité d’un voisinage très proche, où tout le monde se connaît, donnent l’impression, quand l’on parcourt les Quartieri, de pénétrer dans une grande maison, dont les ruelles seraient de longs couloirs (Celotto op. cit.).

11L’appropriation micro-locale de l’espace limitrophe au logement, en plus d’avoir des fonctions pratiques, sert également de marquage symbolique du territoire urbain, afin de donner du décor à une habitation autrement considérée misérable. Des petits murs délimitent un espace d’environ 1 mètre de profondeur devant la porte, décoré avec un sol carrelé et agrémenté de plantes vertes ; les menuiseries et les portes sont recherchées en tant que signe d’une dignité à réaffirmer. En dernière instance, les enquêtes permettent d’affirmer que le basso n’est pas qu’un logement, il est le noyau d’une appropriation de l’espace urbain qui mélange privé et public, intime et collectif, activité économique et loisir (Figure 4), bref le signe d’une lecture différente de l’espace et de ses fonctions.

Figure 4 – La ruelle comme prolongement du chez-soi

Figure 4 – La ruelle comme prolongement du chez-soi

Source: auteur

L’appropriation « par le bas » de l’espace patrimonialisé

12Dans les siècles précédents, la ruelle était le lieu central de la vie du quartier et la hiérarchie sociale était spatialement structurée dans le microcosme de l’immeuble. Après la Seconde Guerre Mondiale, le centre historique de Naples a commencé à se dégrader, l’expansion sur les collines attirant les classes aisées vers de nouveaux quartiers résidentiels. Cet exode de la bourgeoisie a entraîné une paupérisation progressive du patrimoine immobilier et une dégradation sociale.

13Si l’existence de cette « économie de la ruelle » dans la Naples d’autrefois fait débat parmi les chercheurs (Cotugno, Pugliese op. cit.), on peut néanmoins affirmer que de nos jours la ruelle est une ressource indispensable pour les occupants des bassi, qui ne sont plus maintenant les prolétaires au service de la bourgeoisie, mais les petits commerçants, les migrants plus ou moins irréguliers et même la main d’œuvre de la camorra (la mafia napolitaine). Toutes ces catégories, que leur travail soit légal ou illégal, construisent leur activité économique sur l’extrême centralité du quartier. Les ressources économiques sont en effet pour la plupart issues d’activités qui se développent au niveau micro-local : les commerces de proximité ou les petits stands de souvenirs, souvent informels, animent l’espace public et structurent la fréquentation du centre historique en tant que quartier.

14En plus d’être une ressource économique, le quartier est également un lieu d’appartenance. En faisant référence à la théorie de Lynch (1960), selon laquelle les espaces sont interprétés de manière différente suivant les systèmes de valeurs propres aux individus et aux groupes qui les fréquentent, une opposition entre les lectures de l’espace (et donc l’appropriation et la signification de ce dernier) est visible entre ceux qui habitent le centre-ville et ceux qui l’investissent sans y habiter. Si pour les premiers le centre-ville est un espace de représentation, pour les habitants prévaut la fonction de « quartier », c’est-à-dire de cadre de la vie quotidienne. Le sentiment d’appartenance au centre-ville des habitants des bassi est issu de leur appropriation marquée du logement et de son espace limitrophe, fortement transformés en brouillant les limites entre le privé et le public, les destinations d’usage officielles et les pratiques réelles. Ce lien affectif ainsi créé, sur la base des pratiques d’appropriation et de transformation physique de l’espace, devient alors un rapport de réciprocité (Cavaillé 1999, cité dans Ripoll et Veschambre 2005 : 5) pour lequel l’espace et ses occupants s’appartiennent et se caractérisent mutuellement. L’appartenance au centre historique devient ainsi une question d’attachement à un quartier qui est un cadre de vie (Guérin-Pace 2007), une ressource économique, un lieu de capital social et un espace de création identitaire. Mais cette identité ainsi construite peut être dérangeante et stigmatisante, ce qui entraîne ce sentiment défini par Arcidiacono « l’appartenance qui refuse » (2004 : 45) [notre traduction] : être issu des Quartieri est une raison d’orgueil et de honte en même temps, et reste la première caractéristique identitaire des individus quand ils se présentent « à l’extérieur ».

15L’appropriation des lieux qui est à la base de cette appartenance forte contraste avec le rôle de représentation culturelle internationale que le centre historique devrait revêtir selon le Grand Programme, le dénominateur commun des interventions étant, entre autre, la « compatibilité avec l’identité du site Unesco ». Le Grand Programme souhaite, en plus de valoriser le patrimoine historique, intervenir sur la manière de vivre le centre, d’investir l’espace urbain et architectural, comme l’indique l’un des objectifs : « favoriser de nouveaux modes de vie et d’utilisation des logements » (Comune di Napoli, doc. cit.) [notre traduction]. Le label Unesco sert donc d’instrument pour définir ce qui est « patrimonialement correct » : « […] la patrimonialisation assure non seulement la légitimation des objets, mais également celle des catégories sociales qui sont au principe de sa définition et de sa diffusion dont les modes d’emprise sociale permettent le renforcement et la reproduction des positions sociales de domination de ces catégories » (Amougou Mballa 2012 : 210-211). Cette définition rejoint celle de « monument intentionnel » : « les monuments s’inscrivent dans un projet politico-culturel de production de la mémoire guidé et orienté, si non hégémonique, par ceux qui gèrent la politique culturelle dans certaines conjonctures historiques et sociales » (Massa 2002 : 79) [notre traduction]. Dans ce processus de patrimonialisation « par le haut », des interprétations « différentes » des monuments, leurs appropriations « par le bas » (ibid.), et plus largement les pratiques populaires d’occupation des logements et des espaces publics dans le centre historique, deviennent « incompatibles » avec l’image consensuelle que les institutions souhaitent créer et faire partager à l’ensemble de la population. Censée affranchir la ville et ses habitants des stéréotypes d’arriération et d’immobilisme (Signorelli 2002), la protection du patrimoine devient une question de « sens civique » : selon Dines, les pratiques populaires ne sont pas dénoncées en elles-mêmes en tant que pratiques illégales ou antisociales, mais « parce qu’elles menacent, surtout dans les espaces les plus symboliques, la régénération du centro storico en tant que lieu de patrimoine collectif » (Dines 2013 : 317) [notre traduction]. Le « discours patrimonial autorisé » ou « citoyenneté patrimoniale » ne reconnaît pas le différent rapport au territoire des habitants pauvres, leurs relations préexistantes avec le centre historique, ou leurs pratiques alternatives d’occupation de l’espace (xi.).

16La patrimonialisation ainsi menée contribue à l’invisibilisation des pratiques et des mémoires populaires. Ces mémoires dominées, se structurant non pas autour des monuments « officiels », mais autour des logements populaires et des pratiques de la ruelle, risquent alors d’être manipulées et dénaturées au service de la mise en tourisme et de la compétitivité internationale. En suivant cette hypothèse, la domination des mémoires collectives et la transformation des espaces de représentation deviennent l’instrument principal de l’urbanisation globalisée, telle qu’elle est décrite par Harvey (op. cit.). Le processus de patrimonialisation, analysé au prisme de la stratégie de captation des rentes de monopoles, peut être considéré comme un instrument fondamental d’accroissement du capital symbolique de la ville, à travers la marchandisation de la culture, car il exploite les singularités culturelles locales basées sur des éléments matériels tels l’environnement bâti, les pratiques culturelles et le tissu urbain.

17Les institutions transforment donc l’espace urbain et sa population, dans le but de créer une image consensuelle de la ville et construire une « citoyennisation par le haut » (Pérouse op.cit. : 80) à laquelle tous les Napolitains doivent adhérer. La domestication des populations pauvres devient alors indispensable, car ces dernières sont « à la fois une source de vitalité et une menace potentielle » (Dines op. cit. : 317) [notre traduction] pour l’image de la ville.

18Le projet de reconversion des bassi dans les Quartieri Spagnoli est un exemple significatif de cette politique d’accroissement du capital symbolique d’un quartier pour atteindre des objectifs de compétitivité économique nationale et internationale. Il prévoit la requalification de la partie basse des Quartieri Spagnoli, derrière la rue Toledo, à travers des interventions sur les espaces publics et les parties communes des immeubles, mais surtout à travers la reconversion des bassi en locaux commerciaux. Le projet n’a pas encore été porté assez loin pour traiter les questions relatives au relogement des habitants actuels des bassi, prévu (sur le papier) dans le quartier même, mais les transformations physiques et d’usage, telles qu’elles y sont annoncées, constitueraient une rupture irréversible dans l’occupation de l’espace de la part des couches populaires.

19Le Projet Bassi entre en effet de plein droit dans ce processus de « recyclage » de l’urbain (Veschambre 2005) qui se fait à travers l’appropriation des espaces à transformer, en leur conférant de nouveaux usages, valeurs et destinations, qui symbolisent la domination exercée sur les populations pauvres. Si le processus d’altération du territoire devient très visible en temps de guerre, à travers les nombreux démolitions et effacements des espaces urbains et architecturaux (Bulle 2002, cité dans Veschambre op. cit.), la transformation patrimoniale peut à son tour être lue comme une dépossession du territoire micro-local qui comporte un réel effacement des mémoires populaires dominées, une transformation de l’espace à l’impact aussi fort qu’une véritable démolition. L’espace, ainsi modifié, ne correspond plus aux références connues et appropriées par la population locale et c’est toute la pratique de l’espace urbain qui est remise en cause.

20Les habitants des Quartieri, interrogés pendant les enquêtes de terrain, gardent la mémoire des Programmes Urban, mais peu d’entre eux connaissent le Grand Programme, et personne ne connaît le Projet Bassi. Les réactions à un éventuel projet de réhabilitation mobilisent le registre de « l’appartenance qui refuse » : les habitants dénoncent l’état de dégradation du quartier, mais ils ne sont pas disposés à le quitter. Cependant, aucune résistance au Grand Programme n’est visible, car les habitants ne le connaissent pas suffisamment. Les interviewés racontent qu’avant le lancement des Urban, un employé de la mairie était chargé d’aller dans les boutiques ou auprès des gardiens d’immeuble pour notifier qu’ils auraient pu bénéficier de subventions à la réhabilitation architecturale. Ni le Projet Bassi, ni l’ensemble du Grand Programme bénéficient de cette même information capillaire. Ce dernier est bien connu et maîtrisé seulement par les institutions, les professionnels et les associations locales. Les entretiens conduits auprès des professionnels font en effet émerger comment l’information de la population soit considérée par eux une étape ultérieure de la programmation, qui surviendrait à un stade avancé du projet. La concertation en amont, qui était l’une des caractéristiques les plus médiatisées des Programmes Urban, dans le Grand Programme a plutôt pris la forme de réunions pour informer les associations locales. Dans ce processus, qui voit la concertation comme un dialogue entre professionnels, les groupes démunis se retrouvent totalement dominés, car ils subissent le projet sans aucune possibilité d’expression (Spivak 2006).

La « plèbe », « eux », les irrécupérables : dominations et légitimations dans la pratique de l’espace urbain

21Si l’utilisation du centre historique au quotidien peut constituer un folklore qui fascine les touristes, cette même utilisation a son revers de médaille : les boutiques alimentaires et les logements habités produisent des déchets, des mauvaises odeurs, du trafic. Cette frontière entre l’absence de sens civique et le folklore, souvent instrumentalisée par les institutions, est également la source d’une profonde fracture entre les habitants du centre.

22Presque invisible dans les évènements de promotion de la ville, lors d’initiatives culturelles ou de citoyenneté active, un groupe fait néanmoins sentir sa présence dérangeante dans les discours exaspérés des acteurs, ainsi que dans la littérature sur Naples et dans les médias. Ces derniers dénoncent, plus ou moins explicitement, l’existence à Naples de la « plèbe », une populace ignorante et non civilisée, qui (sur)vivrait d’assistanat et d’expédients, occupant les espaces urbains dans un état semi-sauvage. Ce sous-prolétariat urbain, qui ne prendrait jamais part à la production de la ville « officielle », semble alors indirectement désigné comme responsable de la dégradation et du retard de la ville de Naples. Un débat de longue date enflamme les esprits sur cette question et chacun s’est forgé sa propre opinion sur le rôle, réel ou fantasmé, de la « plèbe », qui aurait survécu à la catégorisation historique bourgeoisie-peuple (La Capria 2012) : les écrits du journaliste Giorgio Bocca en 2008 ont fait scandale parmi les Napolitains et alimenté le débat sur la fracture Nord-Sud du pays : il fait notamment la différence entre « peuple » et « plèbe », la deuxième étant en dessous du premier en raison d’un capital social, culturel et économique pratiquement inexistant et de sa propension à la délinquance et à l’immobilisme. Ce groupe serait le produit, tout napolitain, de siècles de domination et de misère et pour cela totalement irrécupérable.

23Les habitants des bassi sont le groupe le plus touché dans ce processus de délégitimation ancrée jusque dans le langage courant : le terme vasciaiolo, littéralement « habitant des bassi » est dans le dialecte napolitain une insulte qui veut dire non civilisé, sauvage, inculte. Cette stigmatisation opérée dans le langage de tous les jours (Goffman 1963) est d’autant plus visible dans les tons de dénonciation que les intellectuels, les classes moyennes, ou les institutions adoptent en parlant de l’utilisation quotidienne de l’espace public. Les mémoires populaires se retrouvent ainsi déchirées entre l’instrumentalisation folklorique des aménageurs, qui utilisent la « napolitanité » (Signorelli op. cit., La Capria op. cit.) en tant qu’argument de vente dans une promotion identitaire de la ville sur la scène nationale et internationale, et la délégitimation par ces habitants au capital culturel et social plus élevé, dans le conflit de l’appropriation quotidienne de l’espace urbain.

24L’étude « Le tournant napolitain : des victimes qui subissent aux citoyens qui décident » conduite pour le Grand Programme par la Préfecture de Naples, est une analyse des exigences de protection et de prévention de la délinquance dans le centre historique et souligne ce sentiment d’usurpation de l’espace public que les citoyens « comme il faut » vivraient par rapport à la « plèbe » (Prefettura di Napoli 2009). Les associations No Comment et A.S.C.A. (Associazione per lo Sviluppo del Centro Antico), ont constitué avec d’autres résidents du Centre Antico le comité S.O.S. Qualité de vie, travaillant à la documentation de cette occupation du centre historique qu’ils définissent « sauvage » : des graffitis sur les façades des monuments, des touristes dérangés sinon agressés, jusqu’aux déchets entreposés aux coins des rues et aux jeunes qui jouent au ballon dans les places (Figure 5). Le président du comité affirme dans un entretien : « Les institutions devraient songer, dans leurs projets, à éduquer ces « tribus » au sens civique, sinon on court le risque que la gentrification ne pousse à l’extérieur que les gens honnêtes, mais avec peu de revenus, et laisse les délinquants maîtres du quartier » (No Comment 2013) [notre traduction]. Dans les Quartieri, le territoire fait également l’objet d’un conflit d’appropriation au quotidien. Les habitants interviewés, appartenant au groupes plus aisés de la population, affirment jouer tous les jours le « jeu du compromis » : tandis que certains restent indifférents aux occupations illégales ou aux appropriations trop marquées de l’espace pour éviter des répercussions, d’autres affirment même se plier à des pratiques incontournables, comme celle de payer la place de parking « informelle » au propriétaire du basso en bas de l’immeuble pour ne pas être obligés de se garer trop loin de la maison. La fracture entre deux fronts, celui d’une population « comme il faut », limitée et conditionnée dans son usage de l’espace urbain par une autre qui serait incontrôlable et irrécupérable, est visible également dans la presse et dans la littérature.

25La désignation de la « plèbe » en tant que cause de la dégradation urbaine, qui a beaucoup de la stratégie du bouc émissaire, sert également à expliquer (et à excuser) l’échec des politiques urbaines dans le centre historique. Les masses sont accusées « d’immobilisme urbain » (Petrillo op. cit.), de résister tenacement au changement, quel qu’il soit. Le conflit pour la désignation de ce que l’espace urbain « devrait être » contre son appropriation « sauvage » de la part des couches populaires, des migrants, des commerçants informels et des autres minorités urbaines, fait rage surtout dans les espaces de représentation. Fortement investis par les « visions » institutionnelles de l’aménagement urbain globalisé, des territoires-symbole tels que le Centre Antico, les Quartieri Spagnoli ou le Lungomare, deviennent des indicateurs importants pour l’analyse des inégalités sociales dans le centre-ville (Ripoll et Veschambre op. cit.). Si le Centre Ancien fait débat entre les intellectuels quant à la nécessité de démolir le bâti au profit de la valorisation des fouilles archéologiques, le Lungomare, la côte qui longe le golfe de Naples, est au centre de nombreuses polémiques surtout après le récent projet de piétonisation. En détournant le célèbre slogan du maire Luigi De Magistris, le « Lungomare libéré » (des voitures) est devenu le « Lungomare occupé » (par les vendeurs ambulants, les couches populaires ou les immigrés). Les détracteurs dénoncent non seulement le commerce informel qui exploite l’affluence continue de touristes et de locaux, mais également la présence très massive de couches populaires : « une fois le soleil couché, la rue se remplit de petites tables et de chaises ; les gens crient et s’amusent, pire que dans une ruelle. » (Tammaro 2013) [notre traduction, nous soulignons]. Le langage utilisé met l’accent sur la ressemblance entre le Lungomare ainsi pratiqué et la ruelle, espace par excellence de cette « plèbe » dont les vasciaioli font partie. Dans les mots utilisés pour décrire ce sentiment d’usurpation de l’espace, le jugement négatif sur l’utilisation populaire des espaces publics est très présent. Dans ce sens, la pratique de l’espace devient un symbole qui informe sur l’identité sociale des individus (Goffman op. cit.) en tant qu’individus stigmatisés, qui occupent un espace de représentation selon des pratiques non acceptables, dévalorisantes et incompatibles avec l’identité que l’on essaie de construire. Le processus d’attribution de valeurs (symboliques, historiques, esthétiques) à l’œuvre dans la patrimonialisation devient alors un moyen de légitimer officiellement et collectivement certains objets et certaines pratiques dans l’espace de la ville.

Figure 5. Une occupation « sauvage » du centre historique ?

Figure 5. Une occupation « sauvage » du centre historique ?

Source: captures d’écran de vidéos sur la chaîne YouTube du comité S.O.S. Qualité de vie : http://www.youtube.com/​user/​gentedinapoli?feature=watch

Conclusion : repenser la patrimonialisation

26Cinq ans après son lancement et malgré les médiatisations périodiques, le Grand Programme Centre Historique Naples Unesco semble être au point mort. Les rhétoriques sur la récupération du centre historique sont en majeure partie restées des mots, avec un impact quasi nul sur les conditions matérielles et sociales de la zone (Petrillo op. cit.). La reconquête du centre-ville garde cependant une portée symbolique très forte qui en est le moteur principal. Pour affirmer Naples en tant que ville globalisée, les institutions multiplient les manifestations culturelles (festivals de musique, évènements sportifs, expositions d’art, etc.), sans descendre à l’échelle micro-locale, où le malaise des habitants est très visible. L’image du centre historique tel un grand monument unique, contraste avec un tissu micro-local fragmenté socialement et spatialement.

27Les institutions napolitaines, à travers le Grand Programme, souhaitent attribuer une nouvelle identité au centre, plus moderne et internationale. Le slogan du Grand Programme est, significativement, « La modernité entre dans la ville historique » [notre traduction]. Ce grand projet assume alors tout le sens d’une reprise en main du territoire central afin de rétablir dans l’espace la hiérarchie sociale (Gasparini 1982) perdue après la Seconde Guerre Mondiale et le tremblement de terre de 1980. Les « pratiques dominées » se manifestent aujourd’hui dans le micro-territoire de la ruelle, sorte d’appropriation informelle de la ville historique, à l’ombre des monuments et des espaces de consommation culturelle internationalisée. L’habitat historique informel devient alors le témoignage d’identités et de mémoires dominées, vouées à la disparition dans les « visions » des aménageurs de l’urbanisme globalisé. Dans ce sens, la patrimonialisation sert d’instrument de domination, tendant à légitimer certaines pratiques et à en laisser de côté d’autres. La production de la ville historique peut alors être lue comme un processus conflictuel, qui tend à exclure, de manière plus ou moins raisonnée, la partie la plus démunie de la population.

28Pour inverser cette tendance, le processus de patrimonialisation se doit d’être complètement repensé, afin de valoriser les mémoires et les pratiques populaires. La question qui se pose est alors celle de rendre patrimoine non seulement ce qui répond aux critères esthétiques et symboliques « officiels », mais tout objet autour duquel se construisent les mémoires collectives d’une population (Massa op. cit., Rautenberg 2010). Un certain nombre d’associations locales travaillent non seulement à l’ouverture du patrimoine à la population locale, mais également à en faire une ressource pour les habitants. Des projets associatifs comme l’organisation de visites guidées par les jeunes du quartier Sanità aux catacombes San Gennaro et San Gaudioso, mise en place par la coopérative La Paranza, ou encore la création d’ateliers d’artisanat ou de laboratoires de pizza destinés aux jeunes déviants, comme ceux de l’association Scugnizzi, connaissent des beaux succès. Le comité Centro Storico travaille également dans le sens de la réappropriation de l’espace urbain patrimonial par les habitants du quartier, avec, entre autre, l’organisation d’un cinéma en plein air dans la cour de l’église Santa Chiara. Fermée depuis sa restauration, la cour de Santa Chiara est devenue dans les années un passage sombre, un lieu de délinquance et de dégradation. La projection de films, mais également l’organisation de marchés bios hebdomadaires, permettent de rouvrir cet espace à la fréquentation quotidienne et de reconnecter le patrimoine et les pratiques locales. Dans les Quartieri, pour l’instant, il n’y a pas encore eu aucun projet associatif « par le bas » autour du patrimoine culturel. Selon ce qui émerge de nos enquêtes, les évènements dans le domaine de l’art ou du spectacle, menés par les deux théâtres du quartier ou même par des artistes de rue comme Ciop&kaf, n’arrivent pas à impliquer directement les habitants pauvres. Les associations les plus connues, comme l’association Quartieri Spagnoli, travaillent, quant à elles, plutôt dans le social. Un chemin à parcourir dans le quartier pourrait être celui de la réinterprétation des bassi en tant qu’architecture traditionnelle en relation avec ses pratiques, pour ensuite arriver à la définition d’une nouvelle catégorie de patrimoine. À travers des projets sociaux de ce genre, qui travaillent avec les habitants défavorisés à une interprétation différente du patrimoine matériel et immatériel, la patrimonialisation pourrait perdre son caractère élitiste et s’ouvrir au plus grand nombre. Autrement dit, il est possible de mettre en œuvre un travail collectif en amont, qui se nourrisse d’une approche alternative à l’espace urbain historique, des mémoires et des pratiques populaires ; mais il est nécessaire, au préalable, de déconstruire cette notion si stigmatisante de « plèbe », pour arriver à cerner la multiplicité des groupes qui composent la population du centre historique, leurs attentes et leur capacité de « faire » la ville.

Top of page

Bibliography

Amougou Mballa E. 2012. Les processus de « patrimonialisation » et réflexivité, in Khaznadar C (ed.) Le patrimoine, oui, mais quel patrimoine ? Arles, Actes Sud : 205-236.

Arcidiacono C. 2004. Il fascino del centro antico. Napoli Firenze Berlino. Risorse per la vivibilità. Napoli, Edizioni magma.

Associazione No Comment. 2013. Napoli S.O.S. vivibilità urbana, http://www.associazionenocomment.it/Napoli%20SOS%20vivibilit%C3%A0%20urbana.htm [consulté le 02/05/2013].

Barbagli M, Pisati M. 2012. Dentro e fuori le mura. Città e gruppi sociali dal 1400 a oggi. Bologna, Il Mulino.

Berry-Chikhaoui I, Deboulet A, Roulleau-Berger L (eds.) 2007. Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants. Paris, La Découverte.

Cattedra R, Memoli M. 2003. La réappropriation du patrimoine symbolique du centre historique de Naples, in Bidou-Zachariasen C (ed.) Retours en ville. Des processus de gentrification urbaine aux politiques de revitalisation des centres. Paris, Descartes & Cie : 147-173.

Celotto C. 2012.‘O vascio. Breve storia dei « bassi » napoletani. Napoli, Intra Mœnia.

Comune di Napoli. 2009. Documento di Orientamento Strategico e Preliminare di Programma Integrato Urbano per il Centro Storico Patrimonio UNESCO, http://www.comune.napoli.it/centrostorico [consulté le 02/04/2013].

Cotugno P, Pugliese E. 2002. Il lavoro di Napoli: stereotipi e realtà, in Signorelli A (ed.) Cultura popolare a Napoli e in Campania nel Novecento. Napoli, Guida: 97-111.

Deboulet A. 2012. Villes globales convoitées et inégalités. Idées économiques et sociales 167 : 37-47.

Dines N. 2013. Heritage politics and the governance of the abject in the centro storico of Naples, in Castagneto F, Fiore V (eds.) Recupero, Valorizzazione, Manutenzione nei Centri Storici : Un tavolo di confronto interdisicplinare. Siracusa, LetteraVentidue : 314-317.

Gasparini A. 1982. Crisi della città e sua reimmaginazione. Effetti simbolici e valori di progettazione nel recupero del centro storico e delle aree urbane. Milano, Franco Angeli.

Goffman E. 1975 (éd or. 1963). Stigmate : Les usages sociaux des handicaps. Paris, Les Éditions de Minuit.

Guérin-Pace F. 2007. Le quartier entre appartenance et attachement : une échelle identitaire ?, in Authier J-Y, Bacqué M-H, Guérin-Pace F (eds.) Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales. Paris, La Découverte : 151-162.

Harvey D. 2008. Géographie de la domination. Paris, Les Prairies Ordinaires.

La Capria R. 2009. Napoli : L’armonia perduta-L’occhio di Napoli-Napolitan graffiti. Milano, Mondadori.

Laino G. 2012. Il fuoco nel cuore e il diavolo in corpo. La partecipazione come attivazione sociale. Milano, Franco Angeli.

Lynch K. 1960. The image of the city. Cambridge, MIT Press.

Massa P. 2002. Lo spazio simbolico: riflessioni su alcuni luoghi della memoria popolare napoletana, in Signorelli A (ed.) Cultura popolare a Napoli e in Campania nel Novecento. Napoli, Guida: 75-83.

Pérouse J-F. 2011. Istanbul capitale culturale dell’Europa-2010: consacrazione, chance o cache-misère?, in Palidda S (ed.) Città mediterranee e deriva liberista. Messina, Mesogea: 71-84.

Petrillo A. 2011. Napoli globale: discorsi, territorio e potere nella “città plebea”, in Palidda S (ed.) Città mediterranee e deriva liberista. Messina, Mesogea: 45-70.

Prefettura di Napoli. 2009. La svolta napoletana: da vittime che subiscono a cittadini che decidono – Progetto per l’analisi delle esigenze di sicurezza al fine di prevenzione dal crimine e per il risanamento delle aree urbane a Napoli e provincia.

Pugliariello F. 2009. Storia dei bassi napoletani tra poesia, degrado e influenza suina. L’Occidentale, http://www.loccidentale.it/node/81393 [consulté le 19/02/2012].

Rautenberg M. 2010. Patrimoine et populaire sont-ils compatibles ? Éléments pour une discussion critique, in David J-C, Müller Celka S. Patrimoines culturels en Méditerranée orientale : recherche scientifique et enjeux identitaires. 4e atelier (25 novembre 2010) : Patrimoine institutionnel et patrimoine populaire. L’accession au statut patrimonial en Méditerranée orientale. Rencontres scientifiques en ligne de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Ripoll F, Veschambre V. 2005. Introduction. Norois 195, http://norois.revues.org/477 [consulté le 28/12/2013].

Savonardo L. 2003. Cultura senza élite. Il potere simbolico a Napoli nell’era Bassolino. Napoli, Edizioni Scientifiche Italiane.

Serao M. 2012 (éd. or. 1884). Il ventre di Napoli. Milano, Rizzoli.

Signorelli A. 2002. La cultura popolare napoletana : un secolo di vita di uno stereotipo e del suo referente, in Signorelli A (ed.) Cultura popolare a Napoli e in Campania nel Novecento. Napoli, Guida: 11-24.

Spivak G C. 2006. Les subalternes peuvent-elles parler ? Paris, Amsterdam.

Tammaro G. 2013. Napoli e il Lungomare occupato. Linkiesta http://www.linkiesta.it/blogs/o-pernacchio/napoli-e-il-Lungomare-occupato [consulté le 19/08/2013].

Unesco. 1995. 19COM VIII.C.1. Inscription : Centre historique de Naples (Italie), http://whc.unesco.org/fr/ [consulté le 22/03/2011].

Veschambre V. 2005. Le recyclage urbain, entre démolition et patrimonialisation : enjeux d’appropriation symbolique de l’espace. Norois 195, http://norois.revues.org/548 [consulté le 28/12/2013].

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 – Le périmètre du Grand Programme Unesco à l’intérieur du PRG de Naples
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2479/img-1.jpg
File image/jpeg, 264k
Title Figure 2 – La trame orthogonale des Quartieri Spagnoli dans le tissu de la ville historique
Caption Source: Google Earth 2014
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2479/img-2.jpg
File image/jpeg, 368k
Title Figure 3 – Le développement en hauteur et les ruelles étroites rendent difficile l’accès au quartier
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2479/img-3.jpg
File image/jpeg, 128k
Title Figure 4 – La ruelle comme prolongement du chez-soi
Credits Source: auteur
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2479/img-4.jpg
File image/jpeg, 140k
Title Figure 5. Une occupation « sauvage » du centre historique ?
Credits Source: captures d’écran de vidéos sur la chaîne YouTube du comité S.O.S. Qualité de vie : http://www.youtube.com/​user/​gentedinapoli?feature=watch
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2479/img-5.jpg
File image/jpeg, 116k
Top of page

References

Electronic reference

Marta Pappalardo, « Le centre historique de Naples : patrimonialisation contre pratiques populaires ? », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 5 | 2014, Online since 10 July 2014, connection on 21 August 2017. URL : http://articulo.revues.org/2479 ; DOI : 10.4000/articulo.2479

Top of page

About the author

Marta Pappalardo

PhD student in Urban Geography. University of Paris Ouest Nanterre La Défense. UMR 7218, LAVUE CRH. Contact: marta.pappalardo@u-paris10.fr

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org