Skip to navigation – Site map

Production et effacement des lieux de mémoires dans une commune-centre anciennement industrielle : le cas de Villeurbanne (France)

Rise and diseapperance of memorial sites in an ancient industrial suburb: the case of Villeurbanne (France)
Vincent Veschambre

Abstracts

It is in a heightened tension between the display of a working memory and the profound transformation of the urban landscape that lays the interest of this case study. Villeurbanne is an ancient industrial suburb of Lyon, where population growth and landscape transformation are very fast. Its study highlights the “filtering process” between legitimate mark-memories and fragile trace-memories in building memorial places.

Top of page

Full text

« Dans le lieu, fabriquer le souvenir : honorer la mémoire des anonymes est une tâche plus ardue qu’honorer celle des gens célèbres  » (Enard, Marqués 2013, p. 112)

Introduction

1Ancienne banlieue industrielle de Lyon, aujourd’hui composante du centre de l’agglomération selon l’INSEE, Villeurbanne affiche depuis la fin du XIXe siècle par la voix de ses élites politiques, la volonté farouche de maintenir son autonomie vis-à-vis de sa puissante voisine. Cet affichage passe par la convocation des « mythes fondateurs » de Villeurbanne l’ouvrière, la résistante, l’immigrée. Les derniers chiffres du recensement (144 751 habitants au 1er janvier 2009, soit + 1,5% en moyenne annuelle durant les dix dernières années) révèlent que Villeurbanne est la grande ville de la région qui a connu le plus fort taux d’accroissement de sa population et par là même, la densification la plus rapide durant la dernière décennie, dépassant aujourd’hui les 10000 habitants au km2. Dans le même temps, même si Villeurbanne reste en dessous de la moyenne du Grand-Lyon du point de vue du revenu moyen, la proportion de cadres et professions intellectuelles supérieures dépasse aujourd’hui les 25% (+ 4 points en 10 ans) et celle des ouvriers est descendue à moins de 15% (- 6 points en 10 ans). C’est dans ce contexte de pression foncière exacerbée et de transformation urbaine et sociale accélérée qu’a été créée à la fin des années 2000, une institution municipale à caractère mémoriel, Le Rize, qui fait aujourd’hui figure de référence au plan national. Voulu par l’actuelle municipalité au début des années 2000, inauguré en 2008, le Rize a pour mission de promouvoir les mémoires villeurbannaises, notamment ouvrières et migrantes.

2Les mémoires partagées, publicisées durablement ne flottent pas dans l’air, ne sont pas seulement dans les têtes, mais sont « externalisées », matérialisées, localisées. C’est le cas à Villeurbanne des mémoires de la Résistance : mises à part quelques rares figures nationales, les résistants dont le nom est inscrit dans la ville (odonymes, plaques, monuments…) sont associés à des lieux significatifs : lieux d’arrestation, d’assassinat, de répression, lieu de travail, de naissance… Depuis le regain d’intérêt pour l’œuvre d’Halbwachs à la fin du siècle dernier, anthropologues (Rautenberg 2003), sociologues urbains (Barrère, Lévy-Vroëlant 2011), géographes (Veschambre 2008)… pour ne citer que des auteurs français, se réfèrent volontiers aux cadres sociaux de la mémoire (Halbwachs 1950) pour penser la construction et la transmission des mémoires collectives et plus particulièrement à ce que l’on pourrait appeler la « dimension spatiale des cadres sociaux de la mémoire ». En d’autres termes, les sciences sociales de l’espace sont aujourd’hui attentives à la manière dont les mémoires s’arriment à des lieux, ces « lieux de mémoire [qui] sont finalement, ceux qui évoquent les évènements fondateurs du présent » (Barrère, Lévy-Vroëlant 2011, p. 25). Des lieux de mémoire envisagés dans un sens moins métaphorique et abstrait que celui développé autour de Nora (1997), selon une acception délibérément spatialisée, en référence à des édifices, des sites… associés à des évènements du passé (qui « ont eu lieu ») et qui sont supports de formes de remémorations et de commémorations dans le présent.

3La question se pose de cette transmission, de la survivance des mémoires quand les lieux disparaissent, comme c’est le cas avec la rénovation du logement social :

Je sais que pour chaque résident il restera à jamais en mémoire un évènement fêté à la Poudrette […] il faut savoir que lorsque la Poudrette disparaîtra, elle restera gravée en moi et en beaucoup d’autres (Lovato, Marichal 2005, p. 50).

4Si l’on en croit Halbwachs, la transmission des mémoires, après la démolition d’un habitat et la dispersion de ses habitants, reste possible :

Quand on dispersait les Messieurs et les religieuses de Port-Royal, rien n’était fait tant que l’on n’avait pas rasé les bâtiments de l’abbaye, et que n’avaient pas disparu ceux qui en conservaient le souvenir (Halbwachs 1950, p. 196).

5Mais la transmission mémorielle ne semble plus garantie après la disparition des personnes porteuses d’une mémoire incorporée.

6A ce propos, il est intéressant de mobiliser Verret (1995) et sa notion de « conservatoire de l’espace », qui permet de lire le clivage entre les dominants, qui ancrent leur mémoire dans des objets, des écrits, des lieux et les dominés (les ouvriers ici) dont la mémoire, liée au corps, est plus difficile à rendre visible et légitime et à pérenniser. Veillons cependant à ne pas essentialiser ce qui serait du ressort des mémoires populaires, qui passeraient de manière exclusive par le corps. Il s’agit de lire des capacités d’accès inégales au « conservatoire de l’espace », plutôt que des formes de constructions mémorielles de nature différente selon les classes sociales.

7Cette notion de mise en mémoire renvoie dans mon propos à l’idée de marquage de l’espace, au sens de production d’une signature contemporaine pour revendiquer un lien spécifique à cet espace (Veschambre 2008). Une autre manière de définir le lieu de mémoire, c’est de le considérer comme résultat de la mise en mémoire, par et pour certains individus et groupes sociaux.

8Pour dépasser une opposition réductrice entre des mémoires qui seraient spatiales, celles des classes supérieures et d’autres qui seraient aspatiales (ne serait-ce que parce que les corps sont aussi des espaces) celles des classes populaires, on peut suivre Patrick Chamoiseau quand il propose de pister des traces-mémoires spatialisées :

Qu’est-ce qu’une Trace-mémoires ? C’est un espace oublié par l’Histoire et par la Mémoire-une, car elle témoigne des histoires dominées, des mémoires écrasées et tend à les préserver […]. La Trace-mémoires n’est envisageable ni par un monument, ni par des stèles, ni par le document-culte de nos anciens historiens  (Chamoiseau 1994, p. 16).

9Pour analyser les rapports de domination du point de vue des mémoires, je propose ainsi de distinguer des marques-mémoires, signées, reconnues, aisément mobilisables et des traces-mémoires, anonymes, supports potentiels mais fragiles de mise en mémoire, sur la base de la distinction entre trace et marque proposée par Fabrice Ripoll (Ripoll 2006), que j’ai reprise et développée par la suite (Veschambre 2008). Cette distinction me servira de grille de lecture pour analyser le caractère inégalitaire et sélectif de la mise en mémoire des lieux.

10Mon propos vise ainsi à repérer, à travers un premier tour d’horizon, quels sont les grands types de lieux de mémoire qui sont aujourd’hui donnés à voir dans la ville de Villeurbanne et inversement quels sont ceux qui sont transformés, voire effacés dans un contexte de densification urbaine accélérée. Je fais l’hypothèse, dans un tel contexte de changement urbain et social, d’une tendance à la disparition des points d’ancrage potentiels des mémoires ouvrières et populaires, en contradiction avec les discours identitaires tenus par les responsables politiques locaux. Je ciblerai dans un second temps quel peut être le rôle d’une institution mémorielle comme le Rize, qui se situe au cœur de ces injonctions contradictoires, entre fidélité à la tradition populaire villeurbannaise et accompagnement des profondes transformations morphologiques et sociales en cours.

11Pour mener cette approche des lieux de mémoire, j’ai procédé à un inventaire des publications qui se réfèrent explicitement aux mémoires « villeurbannaises » (dans leur titre ou en introduction…) et qui désignent, revendiquent et font parler de tels lieux. En me contentant pour le moment de remonter aux années 1990, au cours desquelles les questions mémorielles se sont imposées. Une lecture systématique de ces publications (brochures, ouvrages) m’a permis d’identifier les types de lieux de mémoire désignés et inversement les types de lieux dont l’effacement a été constaté. J’ai pu également analyser les évolutions thématiques en matière de lieux de mémoire et repérer certains des acteurs engagés dans la publicisation des mémoires locales. La médiathèque du Rize et plus particulièrement son rayon histoire locale m’ont permis de constituer ce corpus. A ce stade de la recherche, il n’est donc pas question des pratiques ordinaires de la « remémoration sociale » (Degnen 2007), mais plutôt de ce qui est désigné par certains groupes, certains acteurs, avec plus ou moins d’effets, comme référents spatiaux des mémoires collectives. Si certains « entrepreneurs de mémoires » seront ainsi identifiés, ce type de méthode ne me permettra pas d’aller très loin dans l’identification des jeux d’acteurs et des concurrences mémorielles.

12Pour mieux comprendre les missions du Rize, j’ai collecté et analysé les documents de préfiguration de l’institution mémorielle, de description de ses projets actuels, ainsi que les documents (catalogues d’exposition notamment…) produits : on se réfèrera aux références fournies en bibliographie. J’ai réalisé des entretiens avec des responsables du Rize, du service de l’urbanisme et j’ai participé à des réunions publiques ou informelles avec des acteurs concernés par les questions de mémoire, de patrimoine, d’urbanisme à Villeurbanne (habitant et élue référents de « l’interquartiers mémoire et patrimoine », chercheure au service régional de l’inventaire général du patrimoine culturel). Il s’agissait d’être attentif, en analysant ces documents et ces entretiens, aux conceptions exprimées en matière de promotion et valorisation des mémoires collectives, afin de repérer notamment l’importance accordée à leur ancrage spatial.

Dynamiques mémorielles actuelles à Villeurbanne 

13Au-delà des « mythes fondateurs » convoqués par la communication institutionnelle (Projet de service 2011), quelles sont les marques-mémoires, voire les traces-mémoires identifiables à Villeurbanne ? Mais aussi, quelles sont les marques et surtout, quelles sont les traces dont on a pu constater l’effacement ? A quels types de mémoires, de groupes sociaux, d’entrepreneurs de mémoire sont-elles associées ?

14Suite à mes réflexions relatives au marquage et à la mise en mémoire de l’espace (Veschambre, 2006, 2008), je propose de distinguer trois grands types de marquage mémoriel, tels qu’on peut les identifier dans le corpus analysé : signalétique, architectural, cérémoniel. Même si des combinaisons sont bien entendu possibles entre ces trois registres, on peut distinguer les deux premiers types de marquage, qui s’inscrivent plus ou moins durablement dans l’espace, du dernier, qui passe par le rassemblement des corps, récurrent mais ponctuel.

Une signalétique diffuse dans la ville : remobiliser la mémoire résistante… et la mémoire des migrants

15S’il est une forme classique de marque-mémoire, c’est celle des plaques (de noms de rue, commémoratives…) associées à des hommes illustres. La dernière guerre a donné lieu à de nombreuses dénominations, poses de plaques, voire production de monuments à la mémoire des figures de la Résistance. Et ce très tôt, puisque selon Avet, suite à la première Libération de Villeurbanne, le 26 août 1944, « dès 9 heures, les sous-comités de libération de quartiers déposaient des gerbes sur l’emplacement où tombèrent les meilleurs d’entre eux» (Avet 1997, p. 3). Certaines mises en mémoire ont été plus longues que d’autres, comme celle du bataillon Carmagnole-Liberté (Francs-tireurs et partisans de la main-d’œuvre immigrée FTP-MOI), qui fut en première ligne dans la libération de Villeurbanne, ce qui a été longtemps occulté comme le souligne l’ouvrage de Collin (1994). Il a fallu attendre en effet l’année 1982 pour que soit posée une plaque par Charles Hernu dans un petit square de la ville.

16Mais comme le souligne Avet, ces marques ne parlent pas (ou plus) forcément :

Souvent, à l’occasion d’un trajet habituel ou bien au hasard d’une promenade à travers les rues de la ville, notre regard est attiré par quelques lettres et chiffres gravés dans la pierre ou dans le métal d’une plaque commémorative scellée en façade d’un immeuble ou d’un bâtiment public. Mais au-delà de cette simple lecture rapide, il est regrettable, faute de sources plus précises, de ne pouvoir s’interroger davantage sur l’historique du personnage ou de l’évènement dont il est question. Rappel de destins tragiques, véritable aide-mémoire destiné à retenir l’histoire fugitive, l’ensemble de ces plaques forme assurément une conscience commune : le souvenir villeurbannais ! Et, patrimoine communal pour la plupart, elles constituent à leur manière une sorte de panthéon municipal à ciel ouvert (Avet 1997, p. 3).

17Le recensement lancé en septembre 1996 par le maire de l’époque, à l’occasion de la cérémonie d’anniversaire de libération de la ville, est à l’origine de l’ouvrage La rue se souvient : le but était précisément de remobiliser ces marques-mémoires.

18Il faut souligner que ces marques sont mobilisées pour expliciter et promouvoir la diversité des origines nationales, culturelles, qui composent la société locale, à travers des figures de résistants italiens, juifs d’Europe centrale… C’est également le sens qui peut être associé à des formes de mise en mémoire plus récentes, commémorations liées à l’action des Justes, au génocide des arméniens (monument inauguré en 2005), en référence à ces populations juives et arméniennes qui sont bien présentes et visibles dans la ville. Ce type de référentiel mémoriel a été mis en exergue par Sonia Bove en tant qu’adjointe à la mémoire, au patrimoine et aux anciens combattants (2001-2007), durant le premier mandat du maire actuel Jean-Paul Bret (PS).

Architecture et lieux de mémoire : entre consécration et disparition

Un ensemble urbain et architectural emblématique : les Gratte-ciel

19S’il est un lieu qui est valorisé et mis en mémoire sur le plan architectural, c’est bien le centre des Gratte-ciel. Composé à la fois d’équipements, tels que le Palais du travail (théâtre, salles de réunions, piscine, brasserie), la mairie, le bâtiment de la sécurité sociale… et de logements sociaux (1300), ce centre a été construit entre 1928 et 1934 par la volonté du maire socialiste de l’époque, le Dr Lazare Goujon : il s’agissait à la fois d’améliorer la situation des ouvriers et de positionner Villeurbanne face à Lyon. Ces fonctions ont perduré jusqu’à nos jours : il s’agit ainsi d’un des rares centres-villes français constitué d’un (grand) ensemble de logements sociaux. Cet ensemble urbain est le seul à être protégé à Villeurbanne, depuis le début des années 1990. C’est un lieu de mémoire consacré : les 80 ans sont commémorés en cette année 2014. Les autorités locales se réfèrent ainsi à la fondation symbolique de la ville moderne, sociale et ouvrière, face à l’hégémonie lyonnaise bourgeoise : « l'ensemble Gratte-ciel a joué un rôle essentiel à l'origine de la constitution d'une véritable identité et perpétue l'image de la ville » (Grand Lyon 2002, p. 9). Il s’agit ici d’une marque-mémoire particulièrement mobilisée.

Du côté des usines : entre effacement et artefactualisation.

20En revanche, alors que le discours officiel se réfère pourtant fréquemment au passé industriel de la ville, la mise en mémoire des anciennes usines reste ténue. Alors que des pans entiers de l’activité industrielle ont disparu à partir des années 1960, la pression foncière a fait qu’il n’y a pas eu ce temps de latence propice à la patrimonialisation, contrairement à ce qui s’est produit dans certaines régions anciennement industrielles (agglomération lilloise, Haute-Normandie…). Villeurbanne participe de cette spécificité lyonnaise de refoulement d’un passé industriel qui a largement contribué à son développement, à travers une pratique fréquente de la tabula rasa (Archéologie industrielle 2009).

21Rares ont été les mobilisations par rapport à cette disparition rapide des héritages artisanaux et industriels villeurbannais : on ne peut guère signaler que l’action de l’Interquartier mémoire et patrimoine pour sauvegarder trois métiers à tisser construits à Villeurbanne, suite à l’arrêt et la démolition en 2004 de l’usine Commarmon. Mais de manière significative, aucune de ces machines monumentales n’est restée sur le territoire communal. Selon le directeur du Rize, qui connaît bien le tissu associatif local, l’intérêt manifeste pour le patrimoine local ne concerne pas plus d’une dizaine de personnes à Villeurbanne.

22Depuis le début des années 2000, à la faveur du changement d’équipe municipale et à l’arrivée du nouveau maire PS Jean-Paul Bret, un certain nombre de réhabilitations de grandes usines ont été mises en exergue par les élus. Mais il s’agit toujours de réhabilitations partielles (Grands Moulins, Baily, Bayard), de nombreux éléments étant détruits à cette occasion. Ce processus « d’artefactualisation » du patrimoine (Périgois 2006), réduit à un élément symbolique de faible emprise au sol, a été poussé à son terme avec la mise en scène d’une cheminée d’usine par l’artiste Felice Varini :

Villeurbanne, première ville industrielle de l’agglomération au début du XXe siècle, a réussi sa mutation économique vers les activités tertiaires. Du paysage parsemé de cheminées d’usines, la ville a voulu garder une mémoire en confiant la réalisation d’une œuvre d’art à Felice Varini, au parc du Centre (Collectif 2003, p. 56).

Figure 1 - Cheminée de l’ancienne usine textile Boissier

Figure 1 - Cheminée de l’ancienne usine textile Boissier

Cheminée de l’ancienne usine textile Boissier, transformée en 2001 par l’artiste suisse Felice Varini, dans le cadre de l’aménagement du Parc du centre.

Source : auteur (septembre 2012)

23A peu près au même moment était abattue celle de l’usine Baily, à deux pas des Gratte-ciel : dans l’exposition « Villeurbanne la laborieuse ?» qui s’est tenue en 2011 au Rize, le propos relatif à la désindustrialisation de la commune était d’ailleurs illustré par cette cheminée en train de s’effondrer. Le message est clair : on peut désormais laisser disparaître les quelques cheminées d’usine subsistantes (nous n’en avons inventorié que six sur le territoire communal), puisque l’une d’entre elles a été choisie et transformée en lieu de mémoire. Même si marquage mémoriel est quelque peu brouillé par le processus d’artialisation. Malgré leur verticalité monumentale, les cheminées d’usine correspondent tout à fait, par leur fragilité face aux transformations urbaines, à cette notion de traces-mémoires proposée par Patrick Chamoiseau.

24Une recherche psychosociale dirigée par Valérie Haas, en partenariat avec le Rize, a mis en évidence les effets d’un tel effacement :

Les cartes cognitives […] font état d’une absence d’indicateurs concernant le passé industriel et laissent à penser que tout élément patrimonial à ce propos a totalement disparu de la mémoire spatiale des habitants (Villeurbanne la laborieuse ? 2011, p. 26).

25Ceci dans un contexte de fort renouvellement de la population communale, dont une forte proportion n’a pas connu le Villeurbanne d’avant la désindustrialisation des années 1960-1970.

Marquage cérémoniel : une réinstauration récurrente de lieux de mémoire

26A la fois registre de marquage spécifique, par le rassemblement récurrent et éphémère des corps, et « catalyseur » de la mise en mémoire des lieux, le marquage cérémoniel renvoie aux rassemblements, notamment de type commémoratif. Il est généralement associé à des éléments signalétiques et/ou architecturaux : c’est ainsi que chaque 1er mars, des commémorations sont organisées à l’ancienne gare de Villeurbanne, par la mairie, les associations de mémoire de la Shoah et de la déportation, à la mémoire des déportés de la rafle du 1er mars 1943. Une plaque commémorative est apposée sur cette gare d’où sont partis les hommes raflés.

27Les évènements festifs peuvent également contribuer à marquer certains lieux par leur capacité de mobilisation et de mise en scène de ces lieux, entrant en résonnance avec leur historicité. Le rendez-vous le plus médiatisé localement est le festival des arts de la rue Les Invites, qui depuis 2002 vise à « transformer en profondeur la ville de façon éphémère » (site des ateliers Frappaz). Une fois de plus, l’accent est mis sur la mise en scène et en valeur des Gratte-ciel, dont on cherche à valoriser l’image à travers ces grands rassemblements festifs :

Autre point fort des Invites : leur capacité à transformer en profondeur la ville de façon éphémère. Et notamment le centre-ville de Villeurbanne et son architecture rare : les Gratte-ciel, vaste ensemble de 1 500 logements construit à la fin des années vingt par Môrice Leroux, qui figure aujourd’hui en bonne place dans la plupart des manuels d’architecture de la planète. Depuis 2002, c’est ce centre-ville si singulier qui sert de terrain de jeu aux Invites pour l’installation d’une gigantesque scénographie urbaine (ibid.).

De la mémoire « héroïque » à la mémoire « prosaïque »

28Mémoire d’un urbanisme social, mémoire de Résistance font l’objet de marquages architecturaux et signalétiques, régulièrement réinvestis par les autorités locales, par les associations et participent de ces mémoires jugées fondatrices de l’identité de Villeurbanne.

29Une évolution se dessine cependant à travers la chronologie des brochures et ouvrages mémoriels consultés. Depuis le tournant des années 90/2000, on se situe plutôt sur le versant des « mémoires prosaïques » que du côté des « mémoires héroïques », pour reprendre les formules de l’historien Philippe Videlier (Pour que la mémoire vive ! 2002). Comme le laisse entendre la collection Instants de mémoire (Collectif 2003, Collectif 2005), tous les lieux de vie peuvent théoriquement prétendre au statut de lieux de mémoire, dans le registre plus modeste et discret de traces-mémoires : écoles, crèches, places, salles et terrains de sport, de boules… pour autant qu’ils soient mobilisés de manière récurrente, associés à des mémoires revendiquées et marqués comme tels. Ce qui nécessiterait, pour s’en assurer, une analyse plus fine et dans la durée, des pratiques et représentations des habitants mais aussi des « entrepreneurs de mémoire », associations, élus... dans une approche de type anthropologique visant à capter les «discussions de mémoire », et non seulement les « récits de mémoire », tels qu’ils sont consignés dans les ouvrages consultés (Degnen 2007).

30Les moments de vérité pour ces traces-mémoires sont l’élaboration des projets de réaménagement, de renouvellement urbain et la capacité de ces lieux (ou plutôt des habitants qui s’y identifient) à résister à la mutation spatiale ordinaire (et rapide dans le cas de Villeurbanne). C’est ainsi qu’a été posée, dans le cadre de l’élaboration du plan local d’urbanisme, la question de la conservation des boulodromes, aujourd’hui considérés par certains comme lieux de mémoire de la culture populaire, au moment où ils tendent à disparaitre du paysage urbain, alors qu’il représentent des espaces facilement valorisables et des traces-mémoires encore peu légitimes.

31La trace-mémoires ne devient lieu de mémoire que lorsque la question de son effacement est posée, que certains acteurs se mobilisent et qu’elle accède finalement au statut de patrimoine. Ce qui nous conduit à envisager le rôle que peut jouer en la matière une institution culturelle comme le Rize.

Le rôle d’une institution culturelle dans la mise en mémoire : le cas du Rize

32Lorsqu’on lui demande de présenter les missions du Rize, Delphine Guedra (2013), chargée des expositions, en poste dès 2004 dans la phase de préfiguration de l’institution, confirme la volonté de dépassement des approches en terme de « mémoires combattantes », de « mémoires tragiques », même si elle précise que ce registre mémoriel est présent politiquement dans le lancement du projet (campagne électorale de 2001), sans pour autant être exclusif. Le Rize revendique une actualisation des enjeux mémoriels et une contribution à une fabrique mémorielle participative.

Une institution mémorielle « sur une seule jambe » ?

33La lecture comparée des documents de préfiguration (2002) et du projet en cours (2011) révèle une évolution significative du projet du Rize. Les documents de 2002 et 2005 proposent un projet où mémoire et patrimoine sont convoqués en parallèle, l’entrée patrimoniale impliquant logiquement une référence aux lieux dans lesquels se cristallise la mémoire :

La valorisation et la confirmation de l'identité villeurbannaise, qui s'est construite collectivement au XXe siècle, feront appel à la mémoire sociale et ouvrière des Villeurbannais (« celle que les gens ont apporté avec eux ») dont témoignera la (re)découverte du patrimoine bâti (Pour que la mémoire vive ! 2002, p. 10).

34Le document daté de 2011 révèle que le Rize a été entre temps thématisé prioritairement « mémoire » et que la question patrimoniale n’est plus explicitement mentionnée. Comme le souligne le sous-titre « mémoires, cultures, échanges » accolé au Rize, l’acception retenue est très clairement du côté de la promotion d’une interculturalité sans ancrage matériel et spatial spécifique. Le Rize lui-même, ancien lieu d’archivage du Crédit Lyonnais se référant à l’architecture industrielle, n’a d’ailleurs pas été conçu comme un lieu de mémoire, comme le révèle la démolition de l’ancienne maisonnette du gardien lors de la réhabilitation, que le projet de 2002 proposait pourtant de conserver sur des arguments mémoriels :

L'accueil dans une maison qui plus est représentative du bâti à usage privatif que l'on rencontre souvent à Villeurbanne (emprunt d'une certaine modestie), illustrerait l'éthique du projet en miroir à l'identité de la ville (Pour que la mémoire vive !, p. 6).

Figure 2 - Le Rize, ancien centre régional d’archivage du Crédit lyonnais

Le Rize, ancien centre régional d’archivage du Crédit lyonnais (reconversion : architecte Benoît Crépet/Mimesis architecture)

Source : Actophoto 2008

35Nous faisons l’hypothèse que la question patrimoniale, par sa dimension matérielle très prégnante dans l’espace urbain, notamment quand il s’agit d’anciennes emprises industrielles, est jugée plus embarrassante que la question mémorielle, plus facilement située par les élus du côté de l’immatérialité. L’orientation spécifiquement mémorielle du Rize relèverait d’un choix politique visant à ne pas contraindre les objectifs de densification et de gain de populations, assumés par l’équipe municipale actuelle. Ce choix politique de découplage entre mémoire et patrimoine, explique selon Delphine Guedra les difficultés initiales à ancrer le Rize dans « son territoire ».

Assumer une entrée par les lieux

36C’est à partir du travail mené sur l’ancienne cité Olivier de Serre, que selon la responsable des expositions « l’ancrage du Rize dans la ville » s’est amorcé. Construite dans les années 1960, devenue un véritable ghetto algérien, la cité a été l’une des toutes premières de sa génération à avoir été entièrement démolie, à partir de 1978 :

On pouvait montrer des mémoires très différentes sur un lieu qui en plus a disparu, mais dont le nom est toujours dans la mémoire collective […]. C’est parce qu’il y a eu cette expo-là qu’on a décidé de faire une expo par an qui parle d’un quartier, d’un lieu précisément, il y a Saint-Jean, on a travaillé sur le Palais du travail […] c’est quand même un repère spatial… l’exposition sur les maisons… c’est très intéressant pour nous ne serait-ce que par opportunité, parce que quand on parle d’un lieu, les gens ils connaissent […] c’est vraiment un repère d’appartenance qui peut motiver un public à venir ici (Guédra 2013).

37Outre le fait qu’entrer par les lieux permet de toucher plus facilement un public, Delphine Guedra dit avoir pris conscience à ce moment-là du rôle légitimant d’une institution comme celle-ci :

[Le Rize] peut apporter une certaine légitimité à faire rentrer la vie d’un quartier, la vie d’un immeuble, qui plus est s’il n’existe plus… ou l’histoire d’un bâtiment dans une espèce de lieu officiel… oui… comment dire… c’est un lieu d’expression des mémoires de façon publique (Guédra 2013).

38Comme le dit Benjamin Tremblay, doctorant en sociologie accueilli au Rize, la cité Olivier de Serre, en une sorte de mise en abyme, c’est la « mémoire fondatrice du Rize », à partir de laquelle se déploie la réflexion sur les lieux de mémoire villeurbannais.

Des quartiers et des formes urbaines et architecturales à révéler et légitimer

39A raison d’une exposition par an, le Rize a donc proposé des coups de projecteurs sur différents lieux, soit dévalorisés, soit peu perçus. C’est le cas du quartier Saint-Jean, le plus excentré, puisque séparé du reste de la commune par le périphérique et le canal de Jonage. Les habitants rencontrés ont souligné l’importance des quatre tours HLM qui longent le canal, dans l’identification du quartier : il s’agit là de traces-mémoires, certes de grande ampleur, mais dont on sait également de nos jours la fragilité, la rénovation urbaine ciblant bien souvent les tours de logements sociaux.

40A l’inverse, le travail réalisé sur les maisons, qui ne représentent que 7% des logements de la commune, met l’accent sur cette forme plutôt modeste (même s’il y a des maisons d’industriels) que l’on peut très bien ne plus percevoir, mais qui est historiquement associée au logement ouvrier (cités), à l’autoconstruction, à l’accès au rêve de la propriété individuelle. A travers une sélection de neuf maisons, ce sont neuf lieux de mémoire plus ou moins modestes qui ont ainsi été proposés dans le cadre de l’exposition (Des maisons à Villeurbanne 2013).

Le Palais du travail : repolitiser l’œuvre de Lazare Goujon

41Le Palais du travail, dont la restauration s’est achevée en 2011, ne fait pas partie des lieux invisibles et dévalorisés de la ville. Mais le géographe Bonneville pointait en 1984 « une banalisation amnésique de l’œuvre de Lazare Goujon », même si l’installation du TNP en 1972 lui a redonné du sens (Bonneville 1984). Premier élément des Gratte-ciel (construction engagée en 1928), il a été occulté dans l’imagerie locale par l’hôtel de ville et son beffroi, ainsi que par les deux tours qui marquent l’entrée du quartier, constitutives du logo de la Ville et à l’origine même du nom du quartier. Le travail du Rize a consisté à rappeler « l’utopie sociale » associée initialement à ce lieu, conjuguant équipement culturel, sportif, de santé et lieu de réunion syndicale, tout ceci à destination de la population ouvrière ciblée par le projet dans son ensemble. Comme pour l’inventaire des plaques dédiées aux figures de la Résistance locale, revisiter ainsi l’histoire de cet édifice lui redonne potentiellement valeur de marque-mémoire.

Au-delà des coups de projecteur : quelle mise en mémoire ?

42Ces expositions, mais surtout le travail qui est mené, avec les habitants, les chercheurs, sont de nature à identifier des traces-mémoires, à donner du sens à certains lieux : des traces écrites, des pages internet sont accessibles, peuvent circuler, être mobilisées. Mais est-ce que cette démarche peut aller jusqu’à contribuer à la construction de lieux de mémoire ? Il est sans doute encore trop tôt pour le dire, même si les limites de l’exercice sont bien visibles. Pour la cité Olivier de Serre, il n’y a pas encore de marquage avéré : même le nom de la rue a été effacé et remplacé. Les maisons de Villeurbanne s’avèrent souvent en sursis dans un contexte de rapide densification. Le meilleur exemple en est sans doute la démolition en 2012 de l’ancienne maison du Docteur Goujon, frappée d’alignement, alors que celle-ci est évoquée dans certaines publications mémorielles (Villeurbanne telle quelle 1999) et figurait en bonne place dans l’exposition sur le Palais du travail en 2011, pour évoquer cette figure de maire progressiste.

Figure 3 - Ancienne maison du Dr Goujon, avant sa démolition

Source : auteur (mai 2012)

43On peut citer également parmi les démolitions récentes celle de l’ancienne usine Obsession (fabrication de sous-vêtements) en novembre 2011, associée dans la mémoire locale à une longue occupation par les ouvrières à la fin des années 1970 pour éviter la fermeture. Mais comme le laisse entendre le « ? » qui ponctue le titre de l’exposition du Rize Villeurbanne la laborieuse ?, la pérennité des héritages industriels et des mémoires qui y sont potentiellement associées semble fortement remise en question dans le contexte actuel.

Conclusion

44De manière significative, l’année 2012 a vu la disparition de deux traces-mémoires qui auraient pu prétendre au statut de marques-mémoires, si l’on en croit les discours tenus par les autorités locales à propos de l’identité de « Villeurbanne la laborieuse » : la maison du Docteur Goujon, fondateur d’un urbanisme destiné aux classes populaires, et l’usine Obsession, symbole de la mobilisation ouvrière. Faute de traduction d’un tel discours dans les documents d’urbanisme, et dans un contexte de rapide densification, le tissu urbain villeurbannais est en train de se banaliser et les traces-mémoires de l’industrie, des pratiques culturelles populaires (boulodromes), de disparaître. Ceci dans une large indifférence, en l’absence de mobilisations associatives dans le domaine du patrimoine. Par-delà les discours, les équipes municipales qui se sont succédées depuis les années 1970 ont misé sur l’attractivité de la commune, sur sa désindustrialisation et sa transformation sociale. Alors que l’équipe municipale actuelle convoque plus que jamais le discours sur l’utopie sociale, à l’occasion des 80 ans des Gratte-ciel, le décalage entre références identitaires et logiques de valorisation foncière est plus que jamais exacerbé.

45Institution originale axée sur la coproduction mémorielle, le Rize joue depuis 2008 un rôle à la fois important de visibilisation et de légitimation de certaines mémoires (immigration, logement populaire…) et limité sur le plan de leur ancrage spatial, certains lieux mis en exergue à travers les expositions ayant déjà disparu. Un retour au projet initial du Rize, qui associait étroitement mémoires des gens et mémoires des lieux (patrimoine) positionnerait plus clairement cette institution municipale du côté de la production participative de lieux de mémoire. Mais cela supposerait un choix politique de claire articulation entre les services de l’urbanisme et le centre « mémoires, culture, échanges » et la mise en débat en ce lieu des questions d’aménagements urbains, pour associer étroitement politique mémorielle et fabrique urbaine contemporaine.

46Les deux démolitions emblématiques de 2012 ont suscité la mise place d’un groupe informel, à l’initiative du directeur du Rize, regroupant outre lui-même, la responsable des expositions du Rize, une chargée de mission du service de l’urbanisme, une chercheure à l’inventaire du patrimoine, un président d’association et l’auteur de ces lignes. Ce groupe s’est emparé de la question du patrimoine villeurbannais, dans le contexte de révision du PLU-H, considérant qu’elle ne pouvait être traitée indépendamment de la question mémorielle et devait être mise en débat.

Top of page

Bibliography

Avet M. 1997. La rue se souvient. Ville de Villeurbanne.

Barrère C, Lévy-Vroëlant C. 2011. Hôtels meublés à Paris : enquête sur une mémoire de l’immigration. Paris, Créaphis éditions.

Bonneville M. 1984. Images et imagerie des gratte-ciel. Les Villeurbannais jugent les immeubles de grande hauteur. Urbanisme 204 : 62-63.

Bulot T, Veschambre V (eds) 2006. Mots, traces et marques : dimensions spatiale et linguistique de la mémoire urbaine. Paris, L’Harmattan : 15-36.

Chamoiseau P. 1994. Guyane : traces-mémoires du bagne. Paris, CNMH.

Degnen C. 2007. Mémoire des lieux et lien social à Dodworth. Ethnologie française 2/37 : 285-293.

Enard M, Marquès P. 2013. Tout sera oublié. Arles, Actes sud.

Grand Lyon. 2002. AVAP Gratte-ciel. Dossier d’arrêt de projet.

Halbwachs M. 1950 (2002). La mémoire collective. Paris, Albin Michel.

Lyon et son patrimoine industriel 2009. L’Archéologie industrielle. 54.

Nora P. (dir.) 1997. Les lieux de mémoire. Paris, Gallimard.

Périgois S. 2006. Signes et artefacts. EspacesTemps.net, http://espacestemps.net/document1963.html

Rautenberg M. 2003. La rupture patrimoniale. Bernin, A la croisée.

Ripoll F. 2006. Réflexions sur les rapports entre marquage et appropriation de l’espace. In

Verret M. 1995. Chevilles ouvrières. Paris, Editions ouvrières.

Veschambre V. 2006. Commémoration, construction mémorielle et marquage de l’espace urbain. In Bulot T, Veschambre V (eds) Mots, traces et marques : dimension spatiale et linguistique de la mémoire urbaine. Paris, L’Harmattan.

Veschambre V. 2008. Traces et mémoires urbaines. Rennes, PUR.

Site mentionné dans l’article

http://www.ateliers-frappaz.com/navigation/les-invites/editions-2002-2011-scenographies, consulté le 30 janvier 2014.

Publications constitutives du corpus d’ouvrages sur Villeurbanne à caractère mémoriel

Collin C. 1994. L’insurrection de Villeurbanne a-t-elle eu lieu ? Grenoble, PUG.

Ottavi J. 1995. Des années blanches et noires : du Front populaire à l'insurrection de Villeurbanne. Lyon, BGA Permezel.

Avet M. 1997. La rue se souvient. Hommage, seconde guerre mondiale (1939-1945), guerre d’Algérie (1952-1962). Ville de Villeurbanne.

Collectif 1998. Passés recomposés, petite suite de mots simples. Ville de Villeurbanne, Office villeurbannais des personnes âgées et des retraités.

Collectif, 1999. Villeurbanne telle quelle. Ville de Villeurbanne.

Maman Y. 2001. Chroniques d'une communauté juive. Villeurbanne 1945-2000. Villeurbanne, Grym.

Collectif 2003. Rires et sourires. Ville de Villeurbanne, Instants de mémoire.

Collin C, Deveaux-Thomas D, Chambon D, 2004. Août 44. Villeurbanne se soulève. Genouilleux, La Passe du vent.

Clémençon AS. 2004. Les Gratte Ciel de Villeurbanne. Besançon, l'Imprimeur.

Collectif 2005. Jeux d’enfance. Ville de Villeurbanne, Instants de mémoire.

Lovato L, Marichal S. 2005. Mémoires de La Poudrette. Vie et vues d’un quartier de Villeurbanne des années 70 à nos jours. Villeurbanne, Paroles toutes.

Collectif sd. Le guide du mieux vivre ensemble. Ville de Villeurbanne, Conseil de quartier Ferrandière-Maisons-Neuves.

Catalogues des expositions du Rize consultés

Les sens de la ville. 2009. Villeurbanne, Le Rize.

Radiographie d’une cité ghetto. 2009. Villeurbanne, Le Rize.

Faites passer le mot : une histoire de Villeurbanne en plusieurs langues. 2010. Villeurbanne, Le Rize.

Musiques ! Voyages sonores à Villeurbanne. 2010. Villeurbanne, Le Rize.

Villeurbanne la laborieuse ? 2011. Villeurbanne, Le Rize.

Le Palais du travail de Villeurbanne. Un projet social et politique innovant des années 1930. 2011. Villeurbanne, Le Rize.

Des maisons à Villeurbanne. 2013. Journal d’exposition. Villeurbanne, Le Rize.

Documents internes produits par le Rize consultés

Pour que la mémoire vive ! Automne 2002.

Le centre de la mémoire de Villeurbanne : projet culturel et scientifique. Mars 2005.

Projet de service 2011-2013. 2011.

Entretiens cités dans l’article

Entretien réalisé avec Delphine Guedra, responsable des expositions, le 4 juillet 2013.

Entretien réalisé avec Benjamin Tremblay, qui fait sa thèse de sociologie sur la construction des mémoires à Villeurbanne, sous la direction de Michel Peroni, le 24 mars 2014.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - Cheminée de l’ancienne usine textile Boissier
Caption Cheminée de l’ancienne usine textile Boissier, transformée en 2001 par l’artiste suisse Felice Varini, dans le cadre de l’aménagement du Parc du centre.
Credits Source : auteur (septembre 2012)
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2451/img-1.jpg
File image/jpeg, 508k
Caption Le Rize, ancien centre régional d’archivage du Crédit lyonnais (reconversion : architecte Benoît Crépet/Mimesis architecture)
Credits Source : Actophoto 2008
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2451/img-2.jpg
File image/jpeg, 260k
Credits Source : auteur (mai 2012)
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2451/img-3.jpg
File image/jpeg, 395k
Top of page

References

Electronic reference

Vincent Veschambre, « Production et effacement des lieux de mémoires dans une commune-centre anciennement industrielle : le cas de Villeurbanne (France) », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 5 | 2014, Online since 10 July 2014, connection on 26 March 2017. URL : http://articulo.revues.org/2451 ; DOI : 10.4000/articulo.2451

Top of page

About the author

Vincent Veschambre

Professor of social sciences. Lyon National School of Architecture and University of Lyon. UMR CNRS Environnement, ville, société. Contact: vincent.veschambre@lyon.archi.fr

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org