Skip to navigation – Site map

Le mythe du ghetto de la Mouraria à Lisbonne: la mise en récit d'un territoire plastique

The myth of the Mouraria ghetto in Lisbon: a plastic memory
Jacques Galhardo

Abstracts

The Mouraria Neighborhood, in Lisbon, bears numerous memories. Though, from 2008, new residents produce and disseminate in the public space a new myth – the myth of the Arab Moorish ghetto –, which functions as leverage to the recent rehabilitation process of the area. At first, this new memory has destabilized the neighborhood and emphasized conflicting logics. Then, it integrated other memories elements and adjusted itself to this particular territory. The myth of the Moorish ghetto offers a response to new socio-spatial issues of the area. Its adaptability and flexibility makes it a plastic memory, which explains the ability of transformation and adaptation of the territories themselves.

Top of page

Full text

1La Mouraria est l’un des quatre quartiers du centre ancien de Lisbonne. Il doit son nom à un espace concédé aux Maures vaincus par les Chrétiens au XIIe siècle. Ces populations musulmanes sont progressivement remplacées par les Chrétiens au gré des persécutions. A partir du XVe siècle, les voyages de découvertes restructurent l’espace urbain lisboète (Pavel, 2011) : les élites quittent les collines pour la partie basse de la ville (quartier de la Baixa-Chiado autour de la place du Comercio) ; les populations liées à l’activité maritime les remplacent sur les versants situés en face de l’estuaire du Tage (quartiers de l’Alfama et du Bairro-Alto) ; tandis que les populations en marge de ces dynamiques, s’installent dans la partie basse du dernier quartier du centre ancien (la Mouraria). Elles sont alors protégées par l’Eglise dont l’une des institutions de bienfaisance (« Nossa Senhora do Socorro » / Notre Dame du Secours) donne le nom administratif à la principale paroisse du quartier entre 1646 et 2012 (« freguesia do Socorro »).

2La Mouraria est partiellement touchée par le tremblement de terre de 1755 (Ribeiro 2005) et continue, après cette date, de jouer le rôle de carrefour des flux migratoires. La fonction résidentielle et l‘habitat précaire dominent le quartier autour d’un marché de gros qui favorise les trafics illicites. C’est aussi le lieu d’une prostitution plus ou moins domestique (Machado Pais, 1987) qui contribue à la dégradation de l’image du quartier. Le recensement de Tovar de Lemos (1947), nous permet d’évaluer à 20% les « maisons de tolérances » situées dans la Mouraria en 1841 et à 30% en 1947. Les gitans s’y semi-sédentarisent au XIXe siècle, aux côtés des Galiciens qui ont fui la misère : les premiers font de la Mouraria une base arrière de leur activité marchande ; les seconds développent un réseau de débit de boissons, de restauration et sont parfois maréchaux-ferrants. Au XXe siècle, avec l’industrialisation et l’exode rural, la Mouraria accueille des populations très pieuses, venues principalement des régions du nord (Minho), mais aussi du sud (Algarve). L’installation de ceux dont les descendants se font appeler les « fils du quartier », est facilitée par le régime fasciste au détriment des classes moyennes, propriétaires et souvent proches des républicains. Par ailleurs, l’afflux de nouveaux fidèles réjouit une Eglise confrontée à une certaine déchristianisation dans cette période.

3Après la Révolution des Œillets (1974) et surtout l’entrée du Portugal dans la CEE (1986), la fonction d’accueil et de transition du quartier très souvent étudiée, perdure (Malheiros 1996, Fonseca 2007 ; Fonseca et al., 2010) : la Mouraria reçoit les ressortissants des anciennes colonies portugaises, auxquels s’ajoutent les populations originaires d’Europe de l’Est, puis les Indiens, les Pakistanais et les Chinois. L’institut National de Statistique (INE) révèle des taux de populations étrangères plus élevés dans la Mouraria que dans le centre ancien ou la municipalité : 8,44% contre 5,43% pour l’Alfama, 7,63% pour le Bairro Alto et 4,71% pour Lisbonne, lors du recensement 2001. En 2011, la tendance à la dispersion vers les périphéries n’altère pas fondamentalement les résultats.

4Entre les « fils du quartier » et les ressortissants étrangers, s’immisce à la fin des années 1990, une troisième catégorie de population à la recherche de biens immobiliers bons marchés relativement plus disponibles dans la Mouraria que dans le reste du centre ancien en partie saturé (Mendes 2008 ; Malheiros, Carvalho, Mendes 2012). A partir de 2008, une partie de ces nouveaux habitants s’organisent en association et créent assez rapidement le mythe du « ghetto arabe ». Nous chercherons, dans cet article, à montrer que ce mythe peut se définir comme une « mémoire plastique ». L’expression n’est pas nouvelle, puisque Italo Calvino (1972, 1974) l’utilise pour analyser la rencontre entre la « mémoire collective » signifiée par les éléments matériels du lieu, et ce qu’en font les « souvenirs personnels ». Toutefois, nous empruntons principalement le concept de « plasticité » aux travaux de l’économiste Paulo Neto et de la sociologue Maria Serrano. L’un et l’autre ont développé une approche de la transformation des territoires en évoquant leurs « plasticités » c’est à dire leurs « capacités de s’adapter aux défis internes et externes, de s’ajuster », de « se reconvertir » ou de « se façonner » (2012).

5Dans la Mouraria, cette plasticité s’appuie sur la mobilisation, ad libitum, d’un ensemble de « traces mémorielles » attribuées aux différents groupes sociaux et aux lieux qu’ils occupent dans le quartier, soit par des tiers, soit par des usagers du quartier eux-mêmes. Arantes (1984) a rappelé que les « lieux et objets sont évoqués comme signaux topographiques et vases, récipients de l’histoire, des sensibilités et de la formation des émotions ». Ils ouvrent donc la possibilité d’un façonnage plus ou moins durable d’une « mémoire collective ». Ce travail mené par les entrepreneurs de mémoires à partir des « communautés vivantes », consiste alors à exhumer et ou mettre en lumière un « souvenir ou (un) ensemble de souvenirs conscients ou non, d’une expérience vécue ou non et/ou mythifiée » (Halbwachs 1925). Nous entendons donc par « traces », à la fois les souvenirs du passé, mais aussi les vestiges matériels ou immatériels mobilisables par les acteurs publics (Veschambre 2008). Ces « points d’appuis » favorisent d’autant plus la transmission d’une idée collective qu’ils deviennent, à travers les mises en récits des acteurs publics, des « marques », présentées comme incontestables, d’un lien qui existerait entre un groupe social et un territoire. Dans le cas du quartier de la Mouraria, la toponymie joue le rôle essentiel de preuve évidente : quartier des Maures (Mouraria), Martim Moniz (héros de la « reconquista »), Capelão (responsable de la communauté musulmane), Severa (figure du fado)...

6Pour reprendre l’analyse de Pontual et de Milet à propos d’Olinda au Brésil (2007) : la combinaison des processus d’homogénéisation (liés aux politiques publiques) et de construction de l’identité du lieu a comme effet la dilution de la culture et de la mémoire du lieu. Dans la Mouraria, ce processus d’effacement (oubli) mémoriel a conduit certains souvenirs au repli et à la préservation, à l’intérieur de chaque groupe social. La recherche d’une « mémoire collective » tient compte de cette « évanescence » et « dilution » des souvenirs entre les usagers du territoire (Pontual, Millet 2007). Néanmoins, au lieu de construire une mémoire solide, unique et uniforme, les entrepreneurs de mémoire varient, adaptent, arrangent en permanence leur récit mémoriel en fonction d’un territoire dont la plasticité résulte de la diversité des acteurs publics et des effets des politiques publiques. Si tous ces acteurs locaux sont susceptibles de tels usages, nous réservons le terme d’entrepreneurs de mémoire à ceux qui ont des stratégies inscrites dans le temps et à l’échelle de l’ensemble du quartier. Ceux-là combinent trois dimensions essentielles de l’action publique : l’engagement pour les autres (devoir qui appelle des droits), la reconstruction d’une identité perdue ou fragilisée par la mobilité (certains viennent d’autres quartiers ou reviennent dans le quartier de leurs ancêtres) et la revendication d’une place dans le lieu.

7Le travail que nous avons mené s’appuie sur l’analyse de trois types sources : la production municipale, facilement accessible par la mise en ligne de données dématérialisées (programme « OPEN Data Lx ») ; les productions des différentes associations de quartier (pétitions, journaux de quartier, sites et blogs) ; et les articles des médias locaux (Jornal das Noticias, O Publico…). L’analyse de ces sources a été confrontée à la production scientifique de l’histoire du quartier : les travaux archéologiques mis en valeur par le Musée de la Ville (Museu da Cidade) et les ouvrages spécialisés. Parallèlement une série d’entretiens ont été conduits auprès de plusieurs types d’acteurs locaux : dirigeants des associations locales et fonctionnaires détachés dans la Mouraria, mais aussi des étudiants, des habitants installés depuis plusieurs générations, des commerçants portugais ou étrangers… Ces entretiens ont été réalisés selon la méthode semi-directive et toujours dans les lieux familiers ou fréquentés habituellement par chaque individu. Trois entretiens itinérants ont été réalisés : un habitant de la Mouraria, un lisboète qui avait fréquenté le quartier dans son enfance et un chercheur qui travaille sur l’articulation du centre ancien avec l’aire métropolitaine. Tous avaient la liberté de choisir leurs parcours et la consigne de le commenter. Nous avons articulé l’ensemble de ces entretiens avec trois séquences d’observations participantes : les portes ouvertes d’une association culturelle (Casa da Achada) ; l’organisation de la fête du quartier (Arraial) par l’association Renovar a Mouraria ; et une opération de distribution de tracts par cette dernière, à l’occasion du lancement de la revue de quartier « Rosa Maria » (dont nous avons analysé les 5 premiers numéros par la suite). Enfin, Renovar a Mouraria a mis en place des visites guidées (« visitas guiadas ») du quartier pour les touristes, auxquelles nous avons participé et enregistré les commentaires. Des parcours sont choisis selon des critères décidés par l’association (histoire, patrimoine, multiculturalisme, gastronomie…), puis des bénévoles formés par l’association guident les visiteurs. La plupart de ces moments ont été enregistrés.

Les trois principales mémoires du quartier

8Les vagues de peuplement successifs dans la Mouraria s’accompagnent de la promotion de nombreuses mémoires qui cohabitent, se sédimentent ou s’entremêlent. Nous en retiendrons trois à la fois présentes dans l’espace public et les discours des acteurs locaux. La première est la mémoire des gitans autour de laquelle s’est construite, depuis le XIXe siècle, celle du fado. Il s’agit d’un genre musical et poétique très populaire au Portugal, issu notamment de la tradition arabo-andalouse et classé au patrimoine culturel immatériel de l’humanité depuis 2011. Le fado est l’un des vecteurs de la mémoire gitane et de la mauvaise réputation d’un quartier stigmatisé pour son désordre social chronique : prostitution, vol, alcoolisme, drogue, bagarres… Lors des derniers recensements, on comptait moins de dix familles gitanes dans la Mouraria (sources municipales 2008 et INE 2001). Le dernier recensement montre une dispersion de ces populations dans la périphérie de Lisbonne. La mémoire gitane est véhiculée par les « fils du quartier » à travers l’art populaire du fado, mais aussi par les promoteurs du tourisme dans le centre ancien lisboète. En effet, le nomadisme culturel des touristes peut trouver dans la figure du gitan lyrique une symétrie intéressante.

Figure 1 – Le « Mercado fusão » (marché fusion)

Figure 1 – Le « Mercado fusão » (marché fusion)

Le « Mercado fusão » (marché fusion), place Martim Moniz est le lieu des interactions mémorielles mises en spectacles par les acteurs publics : dragon chinois, tentes berbères, produits multiculturels, conquête chrétienne, hôtel Mundial…

Source: auteur

9La seconde est celle des migrants étrangers : mémoire composite puisqu’elle agrège les mémoires africaines, galiciennes, brésiliennes, asiatiques… Leurs expressions publiques sont relativement discrètes et limitées dans le temps : nouvel an chinois, fête du ramadan ou certaines fêtes de quartiers. Ce sont, au contraire, ceux qui sont étrangers à ces mémoires (« gentrifieurs » et élus) qui les valorisent le plus. Ainsi la municipalité promeut depuis 2009, au moment des journées du patrimoine, le festival « Todos, caminhada das culturas » (Tous, le cheminement des cultures), dont le slogan est : « voyager dans le monde sans quitter Lisbonne ». A cette occasion, les différentes communautés étrangères sont invitées à exhiber leurs traditions et cultures dans l’espace public (Fonseca, Amaro, Pereira, Esteves 2011). La municipalité et l’association de quartier se sont appuyées sur cette mémoire composite pour publiciser l’idée d’une multiculturalité présentée comme « historique » dont le « marché fusion » de la place Martim Moniz (Figure 1) fait figure d’emblème spatial. Les acteurs locaux exhibent ainsi une Mouraria présentée comme le quartier pionnier d’une municipalité qui se veut « carrefour des Mondes » (titre-slogan du cabinet municipal chargé de l’opération), conformément aux « nouvelles mythologies sociétales » (Parsanoglou 2004) promues par les instances internationales (UNESCO, 1996).

10Enfin, la dernière est la mémoire des habitants d’origine portugaise qui se présentent comme les « fils du quartier » ou les « fils de la Mouraria ». L’expression a été relevée par Menezes lors des entretiens qu’elle a conduits en 2004 et repris ensuite par de nombreux chercheurs. Larangeiro et Vasconcelos ont montré (2012) que cette manière de se désigner renvoyait à un ensemble de rites, de mythes et d’usages solidaires observables sur le territoire. En mettant en scène des souvenirs partagés, selon des modalités spatio-temporelles précises, les « fils du quartier » produisent durablement une mémoire propre. Si la Mouraria a souvent constitué une étape provisoire pour de nombreux migrants, il en est autrement pour ces habitants-là. Ce régime salazariste, de type fasciste, a favorisé leur installation et maintien entre les années 1930 et 1960 par de nombreuses lois sur le logement (Silva 1987, 1994 ; Nunes 2013). Pour s’assurer l’encadrement et le soutien de ces populations, l’Etat a également subventionné le Grupo Desportivo da Mouraria (Groupe sportif de la Mouraria) dont l’activité s’étendait, au-delà du sport, à la religion, au fado et aux solidarités envers les plus démunis. Ce processus d’enracinement est à l’origine de l’affirmation dans l’espace public d’une légitimité qui combine à la fois l’identité du groupe, la mémoire prolétaire (au sens étymologique) et un territoire particulier. Ce processus prend forme dans les usages ritualisés et l’appropriation (y compris privées) de l’espace public : fêtes populaires de quartier (« Marchas Populares » – Marches populaires), « sardinhadas » (sardines grillées entre voisins sur les petites places…), linge aux fenêtres, travaux domestiques et mécaniques dans la rue, pratiques catholiques ostentatoires... La plus ancienne procession religieuse lisboète (« Nossa Senhora da Saude » – Notre Dame de la Santé) se déroule dans la Mouraria depuis le XVe siècle, pour conjurer la peste.

11Simmel insistait beaucoup sur la réciprocité du couple dominant-dominé (auquel il préférait « dominant-subordonné ») et considérait les relations unilatérales comme l’apparence de phénomènes sociologiques plus subtiles et complexes (1908, 2010). Nous partageons aussi l’idée dans le sillage de Battegay (2004) que :

Le jeu des mémoires n’est pas seulement celui qui ne viserait qu’à renforcer, conforter la mémoire endogène des groupes et à renforcer leur existence en contribuant à leurs récits. Il y a aussi des mémoires croisées à l’œuvre dans les villes, des chevauchements de mémoires, des conflits de mémoires et des arrangements de mémoires, des mémoires en interactions inégalement valorisées par les villes et les sociétés urbaines dans lesquelles elles prennent place. Des manières de faire avec les mémoires des autres.

12Dans le cas de la Mouraria, nous avons bien constaté des transferts mémoriels importants, des arrangements et des appropriations réciproques. Ainsi, la mémoire prolétaire a largement puisé dans la mémoire gitane les éléments qui la caractérisent. L’un des mythes fondateurs du fado en offre la principale marque : la gitane Severa Onofriana, semi-sédentarisée et prostituée, habite la Mouraria au début du XIXe siècle. Elle est considérée comme la première grande chanteuse du fado. La légende raconte qu’elle aurait vécu une passion amoureuse avec un noble chrétien portugais, avant de mourir assez jeune d’une pneumonie. Cette histoire est reprise par une multitude de chansons portugaises véhiculées par les « fils du quartier » (« A Severa » d’A. Mourão, « Fado da Severa » de Sousa do Casacão, « rua do Capelão » de F. de Freitas, « Aï Mouraria » de A. de Vale etc.) et constitue l’archétype d’un amour impossible. Psychologiquement, ces derniers s’inscrivent dans la filiation de ce couple mythique. Symboliquement, ils apparaissent comme le produit d’un processus d’ennoblissement de la mémoire gitane et les héritiers de cette conjugaison mémorielle. Les habitants de la Mouraria produisent, détournent et arrangent en permanence les mémoires. Cette activité participe des relations qui s’établissent entre les différents groupes sociaux du centre ancien de Lisbonne, mais aussi entre ces groupes et le territoire lui-même. Une telle hypothèse nous conduit à penser qu’Il existe bien une « relation réflexive » (Melé 2009) entre les mémoires constamment façonnées par les usagers de la Mouraria, et le territoire en transformation. C’est dans cette relation dynamique que naît la plasticité mémorielle.

Le ghetto arabe : une mémoire plastique

13Fin janvier 2008, deux habitants lancent un appel sur Internet (Association Renovar A Mouraria, notée RAM 2008a) pour dénoncer l’abandon du quartier par la municipalité, et exiger sa « rénovation » et sa « revitalisation ». Le premier est un « fils du quartier » qui a quitté la Mouraria pour vivre dans la périphérie lisboète, mais qui conserve en héritage la maison peu confortable de son enfance. Intermittent du spectacle au chômage, ce cinquantenaire peu diplômé n’a pas fondé de famille et vit d’expédients. Le second est une trentenaire célibataire et qualifiée, qui travaille dans le secteur social et qui se trouve, à ce moment-là, à la recherche d’un emploi. Elle vient d’acheter dans le quartier un petit logement qu’elle restaure. Les deux habitants se sont rencontrés dans les réseaux socioculturels qui traversent le quartier : théâtre et festivals pour l’un, et aide aux plus démunis pour l’autre. Au moment où ils s’engagent, il apparaît que la Mouraria est le dernier quartier du centre ancien à ne pas avoir tiré tous les bénéfices des politiques publiques de réhabilitation menées par la municipalité depuis les années 1990.

14Ils s’appuient alors sur une série de photographies qui montrent des immeubles en ruine, mais aussi quelques éléments du mobilier urbain à l’abandon et, enfin, les infrastructures défoncées et jonchées de détritus. Rien n’évoque une référence à l’une des mémoires du quartier. A la suite de l’appel, un Internaute du nom d’Adalberto Alves réagit :

C’est honteux l’état dans lequel les pouvoirs publics ont laissé un quartier qui symbolise l’une des plus anciennes mémoires culturelles et historiques du pays […]. Il pourrait être un fantastique pôle d’attraction pour le tourisme culturel. Suggérons une récupération avec le petit coup de pinceau mauresque qui s’impose, autant dans la Mouraria que pour l’Alfama. Voyez ce que les Espagnols ont fait, par exemple dans les vieux quartiers arabes de Grenade […] (RAM 2008b).

15Adalberto Alves préside le Centre des Etudes Luso-Arabes de Silves (Algarve). Il est poète arabophone et arabophile et a reçu le prix international « Sharjah » en 2008, attribué par l’UNESCO à des personnalités qui font la promotion de la culture arabe. Enfin, il est l’auteur d’un ouvrage d’érudition (2007) qui se propose de présenter les traces de cette culture dans Lisbonne. Avec son post, le mythe arabe du quartier est né : « Renovar A Mouraria » (Rénover la Mouraria) se constitue en mars. Les derniers mois de l’année sont consacrés à la construction et la diffusion d’un récit avec l’aide des internautes (souvent extérieurs au quartier) et Adalberto Alves, devenu membre d’honneur de l’association. Il anime les premières conférences publiques et les visites du quartier à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine de septembre.

16Pour les acteurs locaux, la première difficulté est de trouver des traces matérielles d’un « ghetto maure » dans le quartier : plusieurs séismes dévastateurs et les vagues successives de peuplement ont eu raison des vestiges archéologiques. Après le tremblement de terre de 1755, le Marquis de Pombal (Premier ministre) avait engagé des travaux importants dans le centre ancien laissant apparaître une forte maîtrise de l’urbanisme (plan en damier de la Baixa). A contrario, la structure labyrinthique actuelle des rues de la Mouraria n’a rien à voir avec une médina et témoigne plutôt de la faible emprise des pouvoirs publics sur l’urbanisme local depuis plus d’un siècle. En outre, la période fasciste a été un moment de tolérance qui a vu les populations ouvrières de la Mouraria négocier entre elles et s’approprier l’espace public dans le cadre d’arrangements de voisinage, sans contrôle municipal. Le résultat de ces échanges est encore visible dans l’espace public et privé : certaines ruelles ont été murées, des places sont devenues des cours privées ou partagées, des morceaux de trottoirs apparaissent inclus dans les maisons particulières ou les bistrots (la Taverna do Poço tire son nom du puits qui se trouve à présent dans le débit de boisson). A l’évidence, la mémoire ouvrière est bien travestie en mémoire arabe. Les entrepreneurs de mémoire proposent de cette manière un contrepoint à la mémoire des « fils du quartier », qui a trois objectifs : l’inscription personnelle dans un projet qui réhabilite l’estime de soi ; l’expression d’un processus d’ennoblissement socio-spatial général ; et enfin la volonté d’éclairer et d’attirer l’attention sur les besoins des usagers du quartier.

17La notion de « ghetto » pose également problème, puisque les membres de l’association – qui utilisent rarement le terme – décrivent un quartier fermé à l’instar du ghetto de Varsovie, avec des murailles, des portes, un règlement strict et des gardes :

[Le roi] leur donne la possibilité de continuer à vivre dans ce bourg, c’est-à-dire dans cette zone alentours, mais confinés dans un espace urbain qui a cinq portes. Celles-ci, à une certaine heure de la nuit, sont fermées. Lorsque les portes sont fermées, les Maures ne peuvent plus sortir. Disons que c’était ce que nous appelons aujourd’hui un couvre-feu... En cas de guerres civiles et d’autres choses de ce genre, il y a toujours un couvre-feu. Ici, à l’époque de (du roi) Dom Afonso Enriques il y avait également un couvre-feu. Les Maures pouvaient mener leurs vies extra-muros, mais devaient retourner intra-muros à partir d’une certaine heure, normalement au coucher du soleil. Et à partir de là, si un Maure était attrapé en dehors des murailles, il était immédiatement puni. Je ne sais pas quelles étaient les punitions, mais je pense que cela devait être des punitions corporelles, et dans certains cas la mort... C’était une manière habile que Dom Afonso Enriques avait de maintenir cette population sous surveillance (entretien du 10 février 2010 avec le vice-président, « fils du quartier » et co-fondateur de l’association).

18Une simple vérification auprès du musée de la ville et dans des ouvrages spécialisés (Azevedo 1890) montre que loin d’avoir été un quartier fermé par des murs qui emprisonnent les Maures, la Mouraria reste une cuvette ingrate, située en dehors des murailles construites avant et après la conquête chrétienne. Ce « val des vaincus » (Menezes 2003) est ouvert sur de vastes terres agricoles que possèdent et cultivent les Maures. La charte de 1170 qui autorise le maintien des « vaincus », semble surtout révéler l’opportunisme économique des vainqueurs. Les Maures peuvent commercer avec les Chrétiens situés à l’intérieur des fortifications, mais la nuit venue, ils doivent quitter la ville pour des raisons de sécurité. Il n’y a probablement jamais eu, dans le sens des entrepreneurs de mémoires, de « ghetto arabe », mais une présence, rappelée par le nom de l’espace réservé (« mouraria » c'est-à-dire quartier maure) et de quelques voies (la rue du Capelão où a habité Severa Onofriana, évoque la fonction de recteur de la mosquée médiévale selon de Azevedo).

Figure 2 – Moucharabieh selon les acteurs locaux

Figure 2 – Moucharabieh selon les acteurs locaux

Source: auteur

19Il faut donc produire les preuves matérielles du récit mémoriel. Parmi celles-ci, nous trouvons les azulejos (carreaux de faïence, principalement de couleur bleue, qui recouvrent les murs et les façades des maisons). Cependant les panneaux présents dans la Mouraria sont postérieurs au XVIe siècle et représentent surtout des scènes du Nouveau Testament, conformes à la mémoire chrétienne des « fils du quartier ». Les entrepreneurs de mémoire rappellent alors que ces panneaux s’inscrivent dans l’héritage d’un savoir-faire transmis par la « brillante culture arabo-musulmane » installée dans le quartier depuis longtemps. La logique de substitution mise en œuvre peut aller assez loin. Ainsi, l’association de quartier organise des visites guidées pour les touristes au cours desquelles elle présente les grilles de portes datant du XIXe siècle comme des moucharabiehs (Figure 2). Les heurtoirs (Figure 3) constitués d’une main tenant un globe, apparus dans l’Europe chrétienne du XVIIe siècle, sont présentés aux visiteurs comme les ancêtres des mains de fatmas à l’instar des pendentifs arabes (« khomsa ») utilisés comme porte-bonheur (visite guidée du dimanche 4 novembre 2012 à 10 h 00. Thème « Mouraria. Da sua origem à actualidade multicultural e bairrista. 900 anos de história »La Mouraria. De son origine à l’actualité multiculturelle et de quartier typique. 900 ans d’histoire).

Figure 3 – Main de fatma selon les acteurs locaux

Figure 3 – Main de fatma selon les acteurs locaux

Source: auteur

20L’un des effets de la production de la mémoire du « ghetto arabe » est de faciliter la « montée en généralité » pour les acteurs publics. La mémoire gitane, celle des « fils du quartier », et à fortiori celle des communautés étrangères apparaissent insuffisantes pour susciter une vaste mobilisation du public au-delà de la Mouraria. Au contraire, le mythe du « ghetto » mobilise de nombreux soutiens vivant en dehors du quartier et sensibles à « l’allégorie du patrimoine » (Choay 1992) et à la « célébration » de ce dernier (Lévy 1987). C’est le cas des premiers adhérents de l’association socioculturelle, mais aussi des élus qui vont s’appuyer sur la publicisation de ce mythe pour proposer un partenariat avec les entrepreneurs de mémoire et relancer la réhabilitation de la Mouraria. Bien que la référence aux Maures soit rappelée par les acteurs locaux lors des visites guidées auxquelles nous avons participé, elle ne paraît pas être un argument majeur de l’attrait pour le quartier des rares touristes qui y passent. Ces derniers viennent chercher dans la Mouraria une ambiance et des sensations entre le passé et le présent, l’authenticité et l’artifice, l’interdit et l’autorisé… Une fois la visite terminée, ils repartent avec l’image de quelques habitants « typiques » rencontrés dans les ruelles étroites, le goût d’une gastronomie locale quasi-domestique, et le sentiment d’avoir traversé un quartier où l’interdit et la transgression seraient accessibles. Les guides maintiennent l’idée du « ghetto maure » entre la « trace » et la « marque ». Ils peuvent ainsi en adapter les contours sans avoir à se justifier. Ils maîtrisent leur récit et offrent simultanément une explication cohérente de la microsociété qu’ils énoncent et vendent comme un produit touristique. C’est davantage cette cohérence que semblent rechercher les touristes, plus que des faits historiques vérifiables et vérifiés.

21Le mythe du « ghetto », porté par les « gentrifieurs » (habitants, municipalité médias…), ne se pose pas en rival des autres mémoires : ce récit fabriqué démultiplie des « espaces de possibles » (Battegay 2008), tant sur le plan des identités que des projets qui traversent le quartier. Les membres de l’association sont fortement impliqués dans l’animation des autres mémoires : concours de fado, festival multiethnique, participation aux fêtes religieuses, promotion des bistrots traditionnels (route des « tascas »)… Un usager de la Mouraria est alors potentiellement un gitan, un migrant ou un « fils du quartier ». Aucune de ces facettes ne s’oppose et chacun est libre de choisir parmi l’offre proposée. La mémoire arabe enrichit cette offre au moment où certains historiens et musicologues (Néry 2004 ; Lopes 2011) rappellent l’origine arabo-andalouses du fado. Loin de vouloir écarter, ce mythe arabe permet aux acteurs publics de rassembler tout le quartier sans exclusive en cultivant une image cosmopolite et multiculturelle. Ils y parviennent là où les autres mémoires font défaut. Ainsi en valorisant la coprésence de l’islam et du christianisme au XIIe siècle, et en mettant cette coprésence en parallèle avec celle des musulmans et des catholiques aujourd’hui, les entrepreneurs de la mémoire arabe proposent une solution à la problématique sociale du quartier, et simultanément valorisent ce dernier sur le plan économique, grâce à la thématique multiculturelle.

22La plasticité n’est pas uniquement une façon d’établir des ponts entre les mémoires, c’est aussi l’expression d’usages variables de la mémoire en question. Ainsi, les acteurs locaux utilisent le mythe tantôt pour stigmatiser ou demander l’exclusion d’une partie de la population, tantôt pour promouvoir l’inclusion des populations marginales. Le vice-président de l’association explique :

La Mouraria a été stigmatisée durant des siècles parce que ces Arabes, ces individus sont réellement confinés derrière leurs murailles, puis après, la Mouraria a été stigmatisée à cause de la pauvreté des personnes qui vivent ici. Les Maures […] étaient un peuple extrêmement cultivé et étaient un peuple créatif […] » (entretien déjà cité).

23L’histoire du ghetto sert à expliquer l’exclusion sociale et la stigmatisation contemporaine du quartier, mais aussi l’arrivée de nouveaux habitants et de nouvelles pratiques culturelles. Il ajoute ensuite :

Cette zone-là est la zone où se trouvent les trafiquants. Et là, la situation est très claire: les familles qui font du trafic […] bref qui sont analphabètes, qui n’ont pas beaucoup de revenus, qui sont au chômage, font des problèmes, ce sont des personnes […] qui ont un passé très lourd. Personnellement, je défends la thèse suivante qu’il y a trois ou quatre générations leurs arrières-grands parents étaient les fameuses prostituées qui vivaient dans le quartier. Elles ont eu des enfants, qui à leur tour en eurent d’autres jusqu’à la génération actuelle.

24Les trafiquants sont l’avatar moderne des Maures du XIIe siècle : des marginaux (au sens spatial et sociologique) vivant de trafics divers, enfermés sur eux-mêmes, et ne respectant pas les règles communes. Comme les Maures sujets à la punition s’ils ne sortent pas de la zone interdite, les trafiquants sont eux-mêmes sujets à la prison, s’ils se font attraper pour trafic illicite. Le rôle de la prostituée dans le récit permet d’expliquer une sorte de filiation immorale et dégénérée entre les populations issues des Maures et les familles de trafiquants. Ce récit peut également expliquer l’usage de certains termes qui renvoient à la métaphore du corps et de la santé (Menezes 2005) : la « revitalisation » pour l’association de quartier ou la « régénération » pour les élus. Ces derniers expliquent à propos de la Mouraria : « il faut trouver une manière d’aborder dans son ensemble le centre historique de Lisbonne, sous peine de voir les territoires qui ne feraient pas l’objet de programmes de régénération accentuer leur stigmatisation et ghettoïsation » (Programme d’action municipal « As Cidades dentro da Cidade » – les villes dans la ville).

25Malgré ce discours, l’association a soutenu publiquement le projet des Soeurs Oblates (congrégation religieuse installée dans le quartier) de créer une « maison des prostituées » à des fins sanitaires et sociales. Le projet a provoqué un scandale politico-médiatique et fut vite abandonné (Diario Noticias 2012). L’une des conséquences fut le maintien, conforme à la tradition, des prostituées dans l’espace public. Au-delà des considérations politiques et morales avancées par les différents acteurs, la prostitution semble jouer un rôle majeur dans les processus d’adaptations et d’arrangements qui émergent de la plasticité mémorielle. Claude Raffestin (2013) rappelle le rôle de la prostituée envoyée par Gilgamesh (le civilisé) à Enkidu (le sauvage) : après la relation, Enkidu ne peut plus retourner à l’état de nature antérieur. Les prostituées de la Mouraria révèleraient les tensions et les jeux entre les marginalités et la normalité qui affectent les acteurs locaux, les mémoires qu’ils mobilisent et le territoire qu’ils « façonnent ». La place de la prostitution met en lumière l’état d’arrangement et le degré de plasticité socio-spatial. L’association a également soutenu un programme de lutte contre la toxicodépendance, financé par l’Etat. Discours exclusifs et pratiques inclusives, le mythe apparaît comme une réponse aux tensions sociales du quartier : il permet de rappeler certaines valeurs, sans pour autant les traduire en actes, offrant ainsi l’une des caractéristiques de la fonction plastique.

Le rôle de la plasticité mémorielle

26L’apparition d’une mémoire arabe reliée à la problématique du multiculturalisme, a d’abord déstabilisé la mémoire des « fils du quartier ». Ainsi, se lamentant des changements observés dans le quartier, une habitante explique à une journaliste qui accompagne les entrepreneurs de la mémoire pour un reportage :

[…] Ce qui vient n’a plus rien à voir avec ici, n’a plus rien à voir avec les situations, n’a plus le même intérêt… N’a plus le même intérêt pour les fêtes, celles-là, ni rien. […] Je n’ai rien contre les Brésiliens, mais bon, les Brésiliens, les noirs, Chinois, les Capverdiens… ça n’a rien à voir avec nos traditions et n’apportent rien à nos traditions.

27Encouragée à poursuivre, elle ajoute :

parce que maintenant il y a beaucoup de mélanges… de communautés… qui ont perdu les traditions des choses que nous faisions. Avant, celui qui venait, cherchait à s’adapter davantage au quartier. Maintenant non » (enregistrement de l’interview lors d’une distribution de tracts par RAM le 13 février 2010).

28Dans un deuxième temps, les interactions mémorielles ont révélé une recherche de compatibilités, puis de possibilités de transferts réciproques, et enfin d’une certaine plus-value. Adalberto Alves n’est que le créateur (extérieur au quartier) du mythe à l’origine de la transformation de leaders associatifs locaux en entrepreneurs de mémoire. Le rôle de ces derniers est de produire un récit public en reliant le mythe énoncé par Alves, aux souvenirs qui fondent les mémoires particulières des groupes présents dans la Mouraria. Enfin, l’ensemble des acteurs publics contribuent et se partagent les plus-values. La transformation des « traces » en « marques » d’un passé maure par A. Alves, constitue bien une mémoire originale du quartier capable de fédérer les usagers et les acteurs politiques autour d’un projet de réhabilitation. Par ailleurs, l’association montre que la mémoire maure est compatible avec les autres mémoires puisqu’il existe des points communs entre chacune : le fado appartient bien à toutes les mémoires du quartier ; l’urbanisme non-planifié fait écho à la semi-sédentarité des gitans, à l’habitat précaire des ouvriers ou à la médina arabe. Il reste la question de la plus-value. Celle-ci intervient à plusieurs niveaux :

  • Celui de l’individu et de la construction de sa propre identité. Il voit s’élargir l’offre des possibles dans laquelle il peut puiser (ou pas) pour s’engager, s’adapter, construire une estime de soi et répondre aux contraintes rencontrées dans l’espace social. La trajectoire personnelle des deux entrepreneurs de la mémoire arabe montre le rôle fondamental de celle-ci sur la reconstruction d’une estime de soi qui accompagne le processus de territorialisation : depuis 2008, les initiateurs ont eu les honneurs de la presse et des institutions, ont trouvé un travail et construit une vie affective.

  • Celui de l’action publique : la « plasticité de la mémoire » est utilisée comme un instrument de l’action publique locale capable de mobiliser les individus, ou simplement de les soutenir, d’exclure et d’inclure des catégories sociales du quartier, de solliciter des investissements publics, tout en cherchant à conserver la maîtrise du territoire. La Mouraria reste le quartier lisboète du centre ancien qui a bénéficié des investissements les plus importants pour sa réhabilitation (UE, Etat et municipalité).

  • Enfin, la mémoire arabe apporte une réponse aux angles morts issus des processus de mise en concurrence des territoires et des individus : la recherche de la performance exclut ce qui n’est pas performant, quand la mémoire arabe réhabilite la Mouraria et ses usagers. Cette réhabilitation passe par la capacité de prise en compte des nouvelles normes internationales, quand les autres mémoires semblent disqualifiées : la mémoire arabe permet de répondre à la tension contradictoire entre l’exigence d’originalité et la promotion de modèles standards par les nouvelles normes publiques globalisées.

Conclusion

29Le mythe du « ghetto arabe » de la Mouraria, comme toute mémoire, s’arrange avec l’histoire. Ce qui peut frapper ici c’est son degré d’arrangement, hors du commun. Nous l’appelons mythe car cette mémoire est fondatrice d’une pratique sociale, elle emprunte le mode de l’oralité des acteurs locaux et vise la fondation d’une communauté, théorique et provisoire, avec des objectifs précis. En phase de publicisation, le sens du récit peut varier de manière importante : lorsqu’il s’agit de stigmatiser une partie de la population marginale, l’association évoque les conséquences de la consanguinité propre aux descendants des Maures qui seraient prisonniers du ghetto depuis le XIIe siècle ; lorsqu’il s’agit de solliciter des financements publics, les leaders rappellent l’intérêt touristique et patrimonial d’un quartier héritier de la brillante civilisation arabo-musulmane ; quand les immeubles menacent de s’effondrer, ils s’alarment de la ghettoïsation d’habitants oubliés par les élus ; enfin, lorsque le multiculturalisme apparaît comme un argument municipal du « marketing urbain » (Mendes 2008), alors ils réhabilitent un creuset « glocal » issu de la transformation pseudo-historique du ghetto. Loin d’être un handicap, la « dilution » et « l’évanescence » des souvenirs constituent un remarquable atout pour l’action publique et la négociation entre les acteurs.

30Instrument de stigmatisation et d’exclusion de l’Autre, argument émotionnel de la construction d’un « nous », scénario efficace pour la promotion du quartier, levier de la légitimité politique des acteurs locaux…, le mythe du « ghetto arabe » semble tout permettre : à la fois « mémoire dominante » et « mémoire dominée » ; il l’est selon les circonstances, les lieux et les interlocuteurs. Il s’agit bien d’une « mémoire plastique » parmi d’autres « mémoires plastiques » qui permettent aux acteurs locaux de changer de registre, de glisser d’une échelle à une autre et d’atteindre des objectifs particuliers. Or c’est bien cette « plasticité mémorielle », appuyée sur des « traces » présentes (ou pas) dans l’espace public, qui construit le « territoire plastique » de la Mouraria.

Top of page

Bibliography

Alves A. 2007. Em Busca da Lisboa Árabe, Lisbonne, éd. CTT.

Arantes A.A. (coord.) (1984). Produzindo o passado : estratégias de construção do patrimônio cultural. São Paulo, éd. Brasiliense/Secretaria de Estado da Cultura/Concelho de Defesa do Patrimônio Historico, Arqueologico, Artistico e Turistico (Condephaat), 1984.

Azevedo P.A. de. 1890. Do Areeiro a Mouraria, O archeologo portugues, vol.5, n°9-10.

Battegay A. 2004. Interpréter les mémoires urbaines dans le présent des villes : une activité publique ? Séminaire organisé par l’Université Lumière Lyon 2 et le Région Rhône-Alpes.

Battegay A.  2008. Les redéploiements des « nous » du patrimoine et de la mémoire en France, Culture et Recherche, n°114-115.

Calvino I.  1974. Les villes invisibles. Paris, seuil. 1ère édition italienne en 1972.

Choay F. 1992. L'Allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, coll.  La Couleur des idées.

Diario Noticias, 2012. Falta de legislação para criar bordel. Article en ligne non signé : http://www.dn.pt/inicio/portugal/interior.aspx?content_id=2334933 [consulté le 25 octobre 2012].

Fonseca M.L. 2007. Inserção territorial – urbanismo desenvolvimento regional e políticas locais de atracção. in Vitorino A. (coord.). Imigração : oportunidade ou ameaça ? Fondation Calouste Gulbenkian. Lisbonne.

Fonseca M.L. et al., 2010. Lisbon city survey report. Projet GEITONIES. Lisbonne, Centro de Estudos Geográficos, Université de Lisbonne.

Fonseca M.L., Amaro M.R., Pereira S., Esteves A. 2011. Imigração, Diversidade e Politica Cultural em Lisboa. Centro de Estudos Geográficos, Université de Lisbonne.

Halbwachs M. 1925. Les cadres sociaux de la mémoire. Paris, éd. Alcan. Réed. PUF, 1952, coll. Bibliothèque de philosophie contemporaine.

Laranjeiro C., Vasconcelos C., 2012. Imagens, memórias e histórias ou o que significa dizer “Eu sou da Mouraria”. Cadernos de Arte e Antropologia, vol. 1, n°1.

Lévy J.-P. 1987. Réflexion sur l’évolution contemporaine des centres-villes. BAGF, n° 4.

Lopes S. 2011. Fado Portugal. 200 Anos de fado, Seven Muses Music Books.

Machado Pais J. 1987. A prostitução na Lisboa boémia dos inicios do século XX. Análise Social, vol.XIX (77, 78, 79). Instituto das Ciencias Sociais de l’Université de Lisbonne.

Malheiros J. 1996. Imigrantes na região de Lisboa : os anos da mudança. Lisbonne, Ed. Colibri.

Malheiros J., Carvalho R., Mendes L. 2012. Etnicização residencial e nobilitação urbana marginal : processo de ajustamento o pratica emancipatoria num bairro do centro historico de Lisboa ? Sociologia. Faculté de Lettres de l’Université de Porto, n° thématique : Imigração, Diversidade e Convivência Cultural.

Melé P. 2009. Identifier un régime de territorialité réflexive. In Martin Vanier (dir.), Territoires, territorialité, territorialisation, controverses et perspectives, Presses universitaires de Rennes.

Mendes L. 2008. O marketing urbano e a promoção imobiliaria de novas formas de gentrificação. 11ème Colloque Ibérique de Géographie, La perspectiva geográfica ante los nuevos retos de la sociedad y el medio ambiente en el contexto ibérico, Université de Alcalá de Henares.

Mendes M-M.  2012. Bairro da Mouraria, território de diversidade : entre a tradição e o cosmopolitismo. Sociologia. Faculté de Lettres de l’Université de Porto.

Menezes M. 2003. Mouraria : entre o mito da Severa e o Martim Moniz. Estudo antropológico sobre o campo de significações imaginárias de um bairro típico de Lisboa, Lisboa, LNEC.

Menezes M. 2004. Mouraria, Retalhos de um Imaginário: significados urbanos de um bairro de Lisboa, Oeiras, Celta Editora.

Menezes M. 2005. Património Urbano : por onde passa a sua salvaguarda e reabilitação ? Uma Breve visita à Mouraria. Cidades – Comunidades e Territorio, n°11.

Nery R. V. 2004. Para uma História de Fado. Lisboa. Ed. Público.

Neto P., Serrano M.  2012. Identidade e a plasticidade territorial e os processos de regeneração urbana. 7ème Congrès portugais de sociologie, Université de Porto.

Nunes J.P., 2013. O programa Habitações de Renda Económica e a constituição da metrópole de Lisboa (1959-1969). Análise Social, vol.1, n°206, Instituto das Ciencias Sociais de l’Université de Lisbonne.

Parsanoglou D. 2004. « Multiculturalisme(S) ». Socio-anthropologie, n°15.

Pavel F. 2011. Bairro Alto : renovação e reabilitação, identidade e risco de gentrificação. 8ème Congrès ibérique d’urbanisme : a mudança do ciclo : um novo urbanismo.

Pontual V., Milet V., 2007. Olinda : Memoria e esquecimento. Centro de Estudos Avançados da Conservação Integrada (CECI), Olinda.

Raffestin C. 2013. Et si les marges étaient les éléments d’un paradigme indiciel susceptible d’alimenter de nouvelles interprétations ? Marges en géographie et géographie des marges, Institut de Géographie de Paris. https://sites.google.com/site/journeeigparis/edition-2013/communication-de-claude-raffestin

RAM 2008a. Pétition. http://www.petitiononline.com/renovar/petition.html [consultée en 2009].

RAM 2008b. Post (28 février). http://renovaramouraria.blogspot.fr/ [consulté en 2009].

Ribeiro J.A. (coord.), 2005. Memorias de uma cidade destruida. Ed. Aletheia.

Silva C.N. 1987. Planeamento Municipal e a Organização do Espaço em Lisboa : 1926-1974. Lisboa, CEG/INIC.

Silva C.N. 1994. Mercado e políticas públicas em Portugal : a questão da habitação na primeira metade do século XX. Análise Social, vol.29, n°127, Instituto das Ciencias Sociais de l’Université de Lisbonne.

Simmel G. 2010 (1908). Sociologie, études sur les formes de la socialisation, chap.3, domination et subordination, coll. Quadrige, PUF Paris.

Tovar de Lemos A. 1948. O Serviço de Inspecção de Toleradas no Ano de 1947, Lisboa.

UNESCO, 1996. Our creative diversity. Commission internationale pour la culture et le développement, Paris. http://unesdoc.unesco.org/images/0010/001055/105586e.pdf [consulté en 2013].

Veschambre V. 2008. Traces et mémoires : enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la destruction. Rennes, PUR.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 – Le « Mercado fusão » (marché fusion)
Caption Le « Mercado fusão » (marché fusion), place Martim Moniz est le lieu des interactions mémorielles mises en spectacles par les acteurs publics : dragon chinois, tentes berbères, produits multiculturels, conquête chrétienne, hôtel Mundial…
Credits Source: auteur
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2430/img-1.jpg
File image/jpeg, 160k
Title Figure 2 – Moucharabieh selon les acteurs locaux
Credits Source: auteur
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2430/img-2.jpg
File image/jpeg, 204k
Title Figure 3 – Main de fatma selon les acteurs locaux
Credits Source: auteur
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2430/img-3.jpg
File image/jpeg, 62k
Top of page

References

Electronic reference

Jacques Galhardo, « Le mythe du ghetto de la Mouraria à Lisbonne: la mise en récit d'un territoire plastique », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 5 | 2014, Online since 10 July 2014, connection on 23 June 2017. URL : http://articulo.revues.org/2430 ; DOI : 10.4000/articulo.2430

Top of page

About the author

Jacques Galhardo

PhD student in Geography. UMR 7324, CITERES-CoST. François Rabelais University (Tours). Contact: alhogard37@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org