Skip to navigation – Site map
Coda

Du paysagement diffus à la condensation économique du paysage (2) : la valeur de l’ordinaire

Laurent Matthey

Abstracts

Where is the landscape in the city, when the landscape is everywhere? What is landscape when « men without qualities » – as defined by Robert Musil – find themselves thrown into an unknown city (Saint Petersburg)? What is landscape when a geographer (Laurent Matthey) and an economist (Christophe Mager) try to answer this question according to their city practices, always a little impregnated with disciplinary knowledge ? These issues raise ontological (what is it the landscape ?), epistemological (how to think about the landscape ?) and political concerns (what is collectively done when we generate landscape value?). We nevertheless tried to answer it practically : 1) by turning to a methodological principle borrowing at the same time from a landscaped transect (across town) and a situationist drift (crossing the city in all directions), 2) by using a technical mediation (a smartphone) likely to introduce a double framing and distancing effect and, 3) by defining some elementary formal constraints (a reflexive and critical dialogue anchored in disciplinary knowledge and sensibilities both different; a role play because the geographer will toughen the impressionistic side of his notations, whereas the economist will stress the apprehension of the reality through a priori categories).

Top of page

Full text

Les auteurs expriment leur gratitude à leurs collègues Elena Tykanova et Alexander Tavrosky de l’Université d’État et du Centre universitaire français pour leur accueil et leur aide lors de leur séjour académique à Saint-Pétersbourg

L’enquête pétersbourgeoise

1Dans ses notes pour un Livre des passages, Walter Benjamin s’arrêtait sur une étrange propriété spatiale. Celle qu’il appelait le « colportage de l’espace ». Benjamin remarquait que l’espace lance « des clins d’œil au flâneur », l’incite à se demander « de quels événements [ai-je] bien pu être le théâtre ? » (Benjamin 1927-1934 [2000] : 437). Le colportage d’espace permet de « percevoir simultanément tout ce qui est arrivé potentiellement dans [un] seul espace » et conduit à ce que « dans la flânerie, les lointains — qu’il s’agisse de pays ou d’époques — font irruption dans le paysage et l’instant présents » (Benjamin 1927-1934 [2000] : 438). Chez Benjamin, le panorama, le passage, l’intérieur étaient les alliés de ce colportage (Matthey, 2007).

2Mais le colportage d’espace tient aussi à une histoire longue du paysage et à la manière dont il se reconfigure alors qu’il fait irruption dans le monde de la grande ville (Matthey 2008). Cette entrée en ville du paysage procède d’une manière de lire l’espace dont il est possible de faire la généalogie au moyen de textes littéraires notamment (Matthey 2008 : 127-224). On y voit s’élaborer un procédé qui mobilise une façon inductive de produire des « romans pratiques », d’inventer des histoires à partir de fragments d’espace ou des mouvements des corps composant les foules urbaines. L’observateur les repère et les interprète, dans une propension à s’imaginer d’autres vies. Cette lecture inductive conduit à ce que l’on analyse avec plus d’acuité que jamais les sollicitations du paysage urbain. Elle participe de « techniques » spatiales, au sens d’« action[s] socialisée[s] sur la matière » (selon l’expression de Lemonnier, 2002 : 697) ; de moyens d’un usage des mondes urbains. Ces techniques correspondent à une habileté à faire parler l’espace. Nous nous promenons, et un élément du paysage architectural nous transporte dans un ailleurs spatial et temporel. Ce transport n’est pas naturel. S’il est intuitif, métabolisé, il n’en mobilise pas moins une « technologie », une manière de regarder la ville, qui permet d’animer la matière. Elles fondent une capacité à faire des rapports entre un lieu et un autre. Elles facilitent les « transferts analogiques ».

3Dans l’univers de la grande ville, le paysage est dans le corps d’homme et de femmes sans qualités. En ce qu’ils composent les foules anonymes que d’autres mobilisent dans des romans pratiques, les imaginant pressés par quelques drames, volant à la rencontre d’un nouvel amour, etc. Mais également en ce que ces corps sont aussi ceux de poètes à l’état pratique. D’individus composant spontanément des « tableaux » et des « romans » à la vue d’un morceau d’espace urbain. Des sujets en prise avec des fragments d’une totalité, cherchant à relier des bouts à un horizon. Des sujets socialisés, dotés de capitaux culturel, scolaire mais aussi disciplinaire (au sens des disciplines académiques) qui cherchent à articuler une observation contextuelle, une sensation ponctuelle, une émotion au tout de son expérience (Matthey, Bonard, Guinand, 2009).

4Où est le paysage dans la ville, quand le paysage est partout ? Dans un panorama ? Dans des façades patrimonialisées ? Dans les prospectus touristiques ? Dans la mise en circulation d’une valeur iconique propre à attirer les élites circulantes ? Ou plus simplement dans l’œil du regardeur ? En somme : qu’est-ce qui fait paysage quand des hommes sans qualités se retrouvent projetés dans une ville inconnue (Saint-Pétersbourg) ? Qu’est-ce qui fait paysage quand un géographe qui aimerait être littéraire (Laurent) et un économiste (Christophe) se posent la question au gré de leurs pratiques de ville, toujours un peu imprégnées d’un savoir disciplinaire ? Ces questions qui relèvent de l’ontologie (de quoi parle le paysage ?), de l’épistémologie (comment penser le paysage ?) et de la politique (que fait-on collectivement quand on produit de la valeur paysagère). Nous avons néanmoins cherché à y répondre pratiquement : 1) en recourant à un principe méthodologique qui tient tout autant du transect paysager (il s’agissait de traverser la ville) que de la dérive situationniste (il s’agissait de traverser la ville dans tous les sens), 2) en usant d’une médiation technique (un téléphone portable dit intelligent) susceptible d’introduire un double effet de cadrage et de mise à distance et, 3) en définissant quelques contraintes formelles élémentaires (un dialogue réflexif et critique ancré dans des savoirs disciplinaires et des sensibilités distincts ; un jeu de rôle puisque le géographe radicalisera le côté impressionniste de ses notations, tandis que l’économiste accentuera l’appréhension de la réalité au travers de catégories aprioriques). Cet exercice constituait une partie de notre enquête pétersbourgeoise, relevant, pour reprendre une expression de Véronique Nahoum-Grappe (2013), d’une « phénoménologie baladeuse ». Elle se déploie en deux points de vue, le premier focalisant sur la valorisation de fragments urbains pétersbourgeois, le deuxième sur la valeur de l’ordinaire. Ces deux points de vue, constitutifs de deux textes différents, s’éclairent et se complètent.

Du lieu ordinaire au paysage

5Paradoxalement, c’est sous terre que j’ai pour ma part trouvé du paysage. À l’endroit où le paysage ne pourrait a priori pas exister. Parce que l’horizon y serait absent, parce que le rapport au cosmos y serait évanescent, parce que les confins y seraient imperceptibles. Sous terre, dans les couloirs du métro (figure 1). La topographie des lieux dessinait quelque chose d’un cadre, contourné et baroque, qui me rappelait les cadres dorés et ouvragés que ma grand-tante appliquait à des gravures sans doute produites au mètre, qui représentaient des sites historiques vus en perspective cavalière. J’avais soudain le sentiment d’être dans le tableau, d’y exister enfin. D’autant qu’il s’agissait pour moi d’un paysage en écho. Je retrouvais, dans ces couloirs des éléments qui me renvoyaient aux photographies contemplées, adolescent, dans des catalogues de voyage que j’allais retirer à l’agence Aeroflot de la rue du Mont-Blanc à Genève, alors que je rêvais de visiter l’Union des républiques socialistes soviétiques. Le cadre, l’écho existentiel permettaient de rétablir les confins alors qu’ils étaient physiquement hors d’atteinte. Un horizon s’établissait, sous terre, dans le même temps que ce que Henri-Frédéric Amiel aurait appelé au « paysage d’âme » se cristallisait. Mais ce paysage d’âme était bien plus qu’une simple vignette biographique. De dérivation en dérivation, des pans d’une culture toute scolaire venaient animer les corps qui s’y mouvaient. Je vérifiais que la mise en paysage du quotidien procédait ainsi d’un mouvement par lequel un sujet cherchait à activer le présent-absent d’un lieu. Le métro pétersbourgeois pendant le siège. Les annonces que l’on devait y diffuser durant la période communiste. Le rythme lent des escalators. L’odeur moins lourde que celles des métropolitains de Londres ou Paris. Différentes réminiscences et sensations se recomposaient en une image paysagère, que je souhaitais cadrer, en pensant à la délicate élégance des lampes.

6Je vérifiais que le paysage procède effectivement d’opérations très simples (un cadrage, une mise à distance)  qui transforment un fragment de ville ordinaire en un paysage d’abord ordinaire puis possiblement extraordinaire dès lors que l’on s’attachera à le protéger en le faisant reconnaître par des tiers. C’est sans doute de cela dont on parle quand on parle de valeur et de qualité paysagères…

Figure 1. Grand escalator du métropolitain pétersbourgeois

Figure 1. Grand escalator du métropolitain pétersbourgeois

Photo : © Matthey, juin 2013.

7J'écoute Christophe. Il parle de bien privé, de bien commun, de bien de club, de bien public pur… À mon sens, la valeur du paysage procède toujours-déjà des biens libres. Mais ce qui m’interpelle dans l’approche de l’économiste un peu géographe, c’est le travail sur des éléments paysagers. Trouver du paysage dans la ville nécessite effectivement que l’on active quelque chose d’une esthétique fragmentaire (Matthey 2008, Matthey et Meizoz 2009). Une flaque qui offre un point de vue sur l’étendue du ciel. Un reflet, sur une vitre, qui fait entrer le monde et son horizon dans l’univers minéral de la grande ville telle qu’elle a été planifiée par l’architecte. Cette esthétique est celle de la deuxième modernité européenne. Elle mobilise des techniques au sens le plus strict (par exemple, le travail de surimpressions photographiques qui permet aux avant-gardes des années 1920 puis aux surréalistes d’« établir une perception et une compréhension nouvelles du paysage urbain de la capitale française » (Pocry 2009). Mais aussi des techniques du corps (par exemple la capacité à susciter des configurations kinesthésiques qui permettent d’initier des voyages imaginaires à la lecture de signes qui font insinue la remémoration à d’un ailleurs).

8Je pense ici au voyage à Londres de Des Esseintes dans À Rebours de Joris-Karl Huysmans. Au sortir d’une brève maladie, Des Esseintes fait le projet d’un long voyage. Le temps pluvieux qui prévaut depuis quelques jours et la lecture de Dickens l’inclinent à partir pour Londres. Sa culture littéraire s’entremêle alors à certains éléments paysagers. Rue de Rivoli, au Galignani’s Messenger, des « étrangères assises » « baragouin[ant], en des langues inconnues, des remarques » [1881 [1995] : 168]), lui procuraient le sentiment d’être dans une métropole étrangère. Cette illusion se renforçait à la Bodéga tant étaient nombreux les éléments d’exotisation (« corbeilles de biscuits Palmers », « assiettes » emplies de « mince-pie », alignement de porto aux « laudatives épithètes » [« old port, light delicate, cock-burn’s very fine »]), si bien que Des Esseintes a le sentiment d’évoluer positivement parmi des personnages dickensiens et finit par renoncer à son voyage...

9L’Helvetia participe de cette logique. Il est lui aussi un condensateur d’altérité qui permet ainsi de se sentir un peu en Suisse sans y être. En somme, le paysage procède d’une exotisation du proche. Mais, pour ma part, c’est ailleurs (bien que tout contre l’Helvetia) que j’ai encore trouvé du paysage. C’était le dernier jour de notre périple. Juste avant l’orage. Je me souviens du vent qui, par bourrasques, charriait un peu du sable des bandelettes de gazon asséchées et érodées que l’on trouve le long de certaines rues de la ville. Nevsky prospekt, sombre, était presque silencieuse, pour la première fois du séjour. Je me souviens du sable encore, au moment où, pour prendre une photographie, j’ouvrais, je ne sais pourquoi, grands les yeux. Le sable, rien qu’un grain, sous ma paupière. Et le vent, plus fort alors qu’enfin la pluie tombait et que je fermais mon œil droit, cherchant à faire glisser le grain de sable. N’y parvenant pas, je fermais – je ne sais pourquoi – les deux yeux. J’entendais alors les pneus encore cloutés des voitures pétersbourgeoises filer sur la chaussée mouillée. Je pressai le pas et réalisai que, pour la première fois du séjour, je voyais des voitures tous feux allumés. Je me disais que la lumière du jour devait être celle d’un début d’après-midi de décembre, juste avant le crépuscule. Les météores m’avaient fait là aussi entrer dans le tableau d’un centre-ville labellisé, m’avaient propulsé dans une outre-ville où les façades pastel se décomposaient enfin. Sur le boulevard marchand, j’avais le sentiment paradoxal de m’émanciper – dans un étourdissement – des logiques du tourisme culturel et des plaisirs vains des « élites cinétiques » (figure 2).

Figure 2. Nevsky prospekt, avant l’orage

Figure 2. Nevsky prospekt, avant l’orage

Photo : © Matthey, juin 2013.

10À l'écoute de Christophe, je me rappelle que Sharon Zukin (1991) évoquait la transformation des centres villes consécutivement à leur réappropriation par de nouvelles classes sociales au moyen d’une formule qui doit sa célébrité à son ironie : il y était question de neutralisation par le cappuccino...

11L’enseigne active dans le domaine des boissons crémeuses, parfois sucrées et à mon goût souvent fadasses participe bien entendu de ce que la géographie anglo-saxonne a appelé les paysages de la consommation. Simultanément, l’enseigne mondialisée assume aussi un rôle qui est celui des « passeurs d’altérité » (Équipe MIT 2002) : elle rend l’étranger un peu moins étranger. Elle établit un seuil qui permet de passer d’un monde à l’autre, comme les portes du film L’Agence permettent de naviguer d’un monde à l’autre, de court-circuiter les transitions entre ici et là-bas.

12Moi, c’est à la gare Moscou, de la ville qui se vend comme « la métropole la plus septentrionale d’Europe », que j’ai été ainsi déplacé. Sans doute en raison du temps et d’un logotype (une tasse de café chaud) qui, situé sous le plan du réseau ferroviaire russe, insinuait une forme de « transfert analogique ». Soudain, j’étais un peu en Italie. Et mon environnement m’apparaissait tout à la fois familier et étrange. Si bien que, dans un mouvement de distanciation, du paysage est à nouveau apparu devant et autour de moi. La disposition des sièges dans le quadrilatère de béton du hall central de la gare Moscou donnait l’impression d’une vitrine d’exposition (figure 3). Je pensais à ces personnages de Duane Hanson, touristes ordinaires des années 1960.

13Le paysage urbain survient quand des formes ordinaires sont le réceptacle de pratiques spontanées de picturalisation. Mais une fois encore, le tableau est dans l’œil du regardeur, dans la diffusion de ce que François Walter, je crois, a nommé un « schème de l’appareil photographique ». Si bien que le bien de club présuppose l’existence d’un collectif pour avoir une valeur. L’accès à la gare était filtré (par des vigiles en l’occurrence), mais la gare ne devenait un « paysage » qu’en raison de la diffusion extensive d’un art moyen devant beaucoup au fait que j’ai grandi à une époque où l’Instamatic® puis le Polaroïd® étaient devenus des biens de consommation de masse qui avaient conduit à une certaine forme d’appréhension des fragments des pays étrangers visités…

14Le hall central de la gare Moscou à Saint-Pétersbourg n’est, au sens strict, assurément pas du paysage. Tout au plus pouvait-elle être appréhendée comme un tableau. Mais il est associé à une émotion qui pour moi relève du paysage – des lointains, des confins, du cosmos. Encore une fois, l’œil paysageant, ses petites esthétisations quotidiennes font déborder l’art sur l’espace public, questionnant la pertinence des lieux qui lui sont réservés.

Figure 3. Hall de la gare Moscou à Saint-Pétersbourg

Figure 3. Hall de la gare Moscou à Saint-Pétersbourg

Photo : © Matthey, juin 2013.

15Devant une photographie de l’Ermitage, on parle de sa collection impressionniste. D’une certaine manière, on évoque les tableaux dans le tableau. Un peu comme Giovanni Paolo Panini peignant la Galerie de Vedute di Roma au XVIIIe siècle.

16Cela me rappelle que le paysage nait aussi, historiquement, de la confrontation du grand texte (les classiques de l’antiquité) au site narré (l’Italie, la Grèce…), du tableau (tel que représenté par la peinture) au lieu (les Alpes, le littoral). Le paysage tenait alors un mouvement de l’âme consécutif à un déplacement. Celui du grand tour, par exemple. Il incarnait le jeu de la stase et du mouvant décrit par Laurent Jenny (2013) : un arrêt dans le flux continu des impressions et du vivant.

17Cette stase, je l’ai éprouvée au même endroit (devant l’Ermitage). Mais pour une autre raison. Sur cette place où, quelques jours auparavant, des membres de quelques sociétés de jeunesses répétaient avant le spectacle des unités pétersbourgeoises de lutte contre le feu, j’étais arrêté par une scène qui tenait pour moi de l’incongru – insinuant une forme de stupéfaction, sinon de sidération au sens de Jean Baudrillard (figure 4). Cette scène, symptomatique d’une volonté d’être une « métropole européenne ». Cette scène qui introduit la stase dans le mouvement justement : un attroupement devant un podium ridiculement petit à l’échelle de la grande place. Trois corps musclés et élastiques, haranguant la foule, l’incitant à faire de l’exercice, sur des rythmes hybrides (une zumba russisée), illustrant la circulation tout à la fois des modèles culturels (la variété), des modèles urbains (le centre-ville muséifié) et des modalités de gouvernance urbaine (la « métropole internationale »). Arrêté, j’éprouvai alors le sentiment d’être confronté à un de ces moments de subjectivation dont parle Philippe Corcuff (1999 : 99), un de ces des moments où s’expriment un « flottement », un « bougé » par rapport à soi et aux autres. Il y a peut-être du paysage dans la ville quand au terme d’une esthétisation minuscule, je prends la mesure d’une singularité.

Figure 4. Zumba hybride pour nouvelle métropole européenne ?

Figure 4. Zumba hybride pour nouvelle métropole européenne ?

Photo : © Matthey, juin 2013.

18Christophe finit sur un clin d'œil aux petits cadenas d'amour comme paysage mobile... Je réalise que, en fin de compte, là où survient le paysage urbain, c’est toujours-déjà dans sa quintessence fragmentaire, dans cette étrange capacité qu’à l’espace lancer « des clins d’œil au flâneur » (pour reprendre la formulation de Walter Benjamin), à l’inciter à cadrer un pan plus ample, à prendre de la distance, le temps d’une obturation. Le paysage est dans l’œil du regardeur. Dans les fictions qui l’ont institué. Dans son savoir disciplinaire. Peu importe. Le paysage est toujours-déjà porteur d’histoires (figure 5), quand bien même ses signes et ses élites ne circuleraient plus.

Figure 5. Figure contemporaine du « colportage d’espace » benjaminien

Figure 5. Figure contemporaine du « colportage d’espace » benjaminien

Photo : © Matthey, juin 2013.

Top of page

Bibliography

Benjamin W. 1927-1934 (2000). Paris, capitale du XIXe siècle. Paris, Cerf.

Corcuff P. 1999. Le collectif au défi du singulier : en partant de l’habitus. In LahireB, Le travail sociologique de Pierre Bourdieu. Paris, La Découverte : 95-120.

Huysmans J-K. 1881 (1995). À rebours. Paris, Garnier-Flammarion.

Jenny L. 2013. La vie esthétique. Stases et flux. Paris, Verdier.

Matthey L, Bonard Y, Guinad S, 2009. Esthétique des paysages urbains et tourisme de proximité. In Westphal B., (eds.), Flabbi L. (eds.). Espaces, tourisme, esthétiques. Limoges, Presses universitaires : 177-187.

Matthey L, 2008. Le quotidien des systèmes territoriaux : lecture d’une pratique habitante. Généalogie et description herméneutique des modalités de l’habiter en environnement urbain. Berne, Peter Lang.

Matthey L, 2007. Si proche, si loin ! Penser les processus urbains à partir des modèles de la géographie du tourisme ?. Articulo - Journal of Urban Research 3 [http://articulo.revues.org/613].

Matthey L, Meizoz J. 2009. De fragments en totalité : le paysage, un analyseur des mondes urbains. Introduction. Articulo - Journal of Urban Research 2 [http://articulo.revues.org/1248].

MIT Équipe. 2002. Tourismes 1: lieux communs, Paris : Belin.

Nahoum-Grappe V. 2013. « Pour toujours » et « à jamais ». Esprit 3 : 201-204.

Pocry H. 2009. Surimpressions naturelles et volontaires chez les surréalistes. Un regard multiple sur Paris. Articulo - Journal of urban research : special issue 2 [http://articulo.revues.org/1162].

Zukin S. 1991. Landscapes of Power. From Detroit to Disney World. University of California Press, Berkeley.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Grand escalator du métropolitain pétersbourgeois
Credits Photo : © Matthey, juin 2013.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2341/img-1.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Figure 2. Nevsky prospekt, avant l’orage
Credits Photo : © Matthey, juin 2013.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2341/img-2.jpg
File image/jpeg, 64k
Title Figure 3. Hall de la gare Moscou à Saint-Pétersbourg
Credits Photo : © Matthey, juin 2013.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2341/img-3.jpg
File image/jpeg, 100k
Title Figure 4. Zumba hybride pour nouvelle métropole européenne ?
Credits Photo : © Matthey, juin 2013.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2341/img-4.jpg
File image/jpeg, 68k
Title Figure 5. Figure contemporaine du « colportage d’espace » benjaminien
Credits Photo : © Matthey, juin 2013.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2341/img-5.jpg
File image/jpeg, 108k
Top of page

References

Electronic reference

Laurent Matthey, « Du paysagement diffus à la condensation économique du paysage (2) : la valeur de l’ordinaire », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 4 | 2013, Online since 25 November 2013, connection on 23 October 2017. URL : http://articulo.revues.org/2341 ; DOI : 10.4000/articulo.2341

Top of page

About the author

Laurent Matthey

Directeur scientifique. Fondation Braillard Architectes. Contact : laurent.matthey@braillard.ch

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org