Skip to navigation – Site map
Coda

Du paysagement diffus à la condensation économique du paysage (1) : la valorisation de fragments urbains pétersbourgeois

Christophe Mager

Abstracts

Where is the landscape in the city, when the landscape is everywhere? What is landscape when « men without qualities » – as defined by Robert Musil – find themselves thrown into an unknown city (Saint Petersburg)? What is landscape when a geographer (Laurent Matthey) and an economist (Christophe Mager) try to answer this question according to their city practices, always a little impregnated with disciplinary knowledge ? These issues raise ontological (what is it the landscape ?), epistemological (how to think about the landscape ?) and political concerns (what is collectively done when we generate landscape value?). We nevertheless tried to answer it practically : 1) by turning to a methodological principle borrowing at the same time from a landscaped transect (across town) and a situationist drift (crossing the city in all directions), 2) by using a technical mediation (a smartphone) likely to introduce a double framing and distancing effect and, 3) by defining some elementary formal constraints (a reflexive and critical dialogue anchored in disciplinary knowledge and sensibilities both different; a role play because the geographer will toughen the impressionistic side of his notations, whereas the economist will stress the apprehension of the reality through a priori categories).

Top of page

Full text

Les auteurs expriment leur gratitude à leurs collègues Elena Tykanova et Alexander Tavrosky de l’Université d’État et du Centre universitaire français pour leur accueil et leur aide lors de leur séjour académique à Saint-Pétersbourg

Les comptes pétersbourgeois

1Travaillant dans un Institut où géographes, économistes et sociologues se mêlent, l’économiste que je suis se voit avant tout comme un chercheur en sciences sociales, pour lequel les frontières disciplinaires ne sont pas claires, ni dans les objets ni dans les méthodes, mais auquel il appartient, comme le soulignait Joseph Schumpeter, de savoir répondre à au moins une question : qu’est-ce que cela vaut ? L’histoire de la pensée économique montre que trois façons d’y répondre se sont successivement imposées. D'abord celles des classiques (Ricardo, Marx), pour lesquels la valeur reposait sur la quantité de travail que les biens incorporaient, puis l'approche des néoclassiques originels (Jevons, Menger, Walras), considérant que la valeur était consubstantielle de l'utilité des objets. Ces interprétations étaient de fait fondées sur un même présupposé : la valeur économique serait une substance objective présente dans les biens, une grandeur qui s'imposerait aux gens et dont on pourrait rendre compte au travers d’un prix, supposant un rapport à ces biens de nature strictement utilitaire, non passionnel. Plus tard, les économistes cognitifs (Walliser, Orléan) ont quant à eux démontré que la valeur ne pouvait être libérée des croyances et des représentations collectives. Toutefois, et quel que soit le paradigme auquel l’économiste se réfère, reste à savoir comment méthodologiquement rendre compte de la valeur, et notamment celle des ressources pour lesquelles il n’existe pas de prix, comme les paysages. A cette fin, la microéconomie fait depuis longtemps appel à diverses techniques dites de préférences révélées et de préférences déclarées permettant de calculer tant les valeurs d’usage que celles d’ordre patrimonial, culturel ou esthétisant des éléments paysagers non mis en marché, faisant ressortir « le prix consenti pour jouir des paysages, les sauvegarder ou les embellir » (Cavailhès et al. 2007 : 72). Ces méthodes sont toutefois économétriquement contraignantes et nécessitent une information géoréférencée rarement disponible.

2La difficulté, pour un économiste, à évaluer un paysage urbain tient également à la diversité de la nature des biens qui composent les villes qu’il observe. Toutes les catégories de biens économiques – différenciés selon Paul Samuelson (1954) selon le degré de rivalité (l’usage d’un bien par un agent économique diminue la quantité ou la qualité du même bien pour les autres consommateurs) et d’exclusion (l'usage du bien par un agent économique peut toujours être empêché) – y sont en effet potentiellement représentées (Lifran et Oueslati 2007) :

  • les biens privés (rivaux et exclusifs), marqués par l’intervisibilité exclusive, soit la nécessité d’acheter à la fois le point de vue d’observation et le site observé (Ormaux 2005) ;

  • les biens communs (rivaux et non exclusifs) dont l’accès ou la visibilité ne sont limités que par leur congestion ;

  • les biens de club (non rivaux et exclusifs) pouvant être consommés sans entrave, mais avec un accès contrôlé (péages, billets d’entrée) ;

  • les biens publics purs (non rivaux, non exclusifs) observables sans contraintes, y compris par ceux qui ne concourraient pas à son financement.

3Partant, les dérives urbaines que nous entreprenions avec Laurent (encadré 1) n’étaient guère aptes à me permettre de réunir les informations nécessaires à l’estimation de la valeur monétaire de la demande sociale paysagère pétersbourgeoise.

Encadré 1 : Objet et méthode d’une enquête pétersbourgeoise

Où est le paysage dans la ville, quand le paysage est partout ? Dans un panorama ? Dans des façades patrimonialisées ? Dans les prospectus touristiques ? Dans la mise en circulation d’une valeur iconique propre à attirer les élites circulantes ? Ou plus simplement dans l’œil du regardeur ? En somme : qu’est-ce qui fait paysage quand des hommes sans qualités se retrouvent projetés dans une ville inconnue (Saint-Pétersbourg) ? Qu’est-ce qui fait paysage quand un géographe qui aimerait être littéraire (Laurent) et un économiste (Christophe) se posent la question au gré de leurs pratiques de ville, toujours un peu imprégnées d’un savoir disciplinaire ? Ces questions qui relèvent de l’ontologie (de quoi parle le paysage ?), de l’épistémologie (comment penser le paysage ?) et de la politique (que fait-on collectivement quand on produit de la valeur paysagère). Nous avons néanmoins cherché à y répondre pratiquement : 1) en recourant à un principe méthodologique qui tient tout autant du transect paysager (il s’agissait de traverser la ville) que de la dérive situationniste (il s’agissait de traverser la ville dans tous les sens), 2) en usant d’une médiation technique (un téléphone portable dit intelligent) susceptible d’introduire un double effet de cadrage et de mise à distance et, 3) en définissant quelques contraintes formelles élémentaires (un dialogue réflexif et critique ancré dans des savoirs disciplinaires et des sensibilités distincts ; un jeu de rôle puisque le géographe radicalisera le côté impressionniste de ses notations, tandis que l’économiste accentuera l’appréhension de la réalité au travers de catégories aprioriques). Cet exercice constituait une partie de notre enquête pétersbourgeoise, relevant, pour reprendre une expression de Véronique Nahoum-Grappe (2013), d’une « phénoménologie baladeuse ». Elle ici se déploie en deux points de vue, le premier focalisant sur la valorisation de fragments urbains pétersbourgeois, le deuxième sur la valeur de l’ordinaire. Les deux points de vue s’éclairent et se complètent.

4Fallait-il pour autant abandonner l’idée de porter sur le paysage de Saint-Pétersbourg un regard d’économiste ? S’il n’était pas possible d’analyser les consentements à payer, tant l’ampleur des rénovations urbaines – qu’illustraient, ci et là, des photographies de la ville d’avant la campagne de restauration liée au 300e anniversaire de la fondation de Saint-Pétersbourg en 2003 – que celle des flux de touristes russes ou étrangers admirant les façades pastel et les dorures récentes me rappelaient toutefois que le paysage urbain pouvait aussi être appréhendé au prisme des contributions de Tina Rambonilaza et al. (2010) et de Walid Ouestali (Ouestali 2011, Oueslati et Salanié 2011), témoignant de l’intérêt de travailler sur la relation entre l’aménagement paysager et le développement économique local. Dans cette perspective, réconciliant l’économiste et le géographe :

l'analyse de la relation entre paysage et développement local fait intervenir un double lien de causalité : - l'impact économique des paysages d'une part, et les conséquences paysagères des dynamiques économiques d'autre part (Rambonilaza et al. 2010 : 5).

5Étudiées dans un contexte de diminution des entraves à la circulation des facteurs de production, les interrelations entre les activités paysagères et le développement local ont montré, dans ce domaine déjà bien balisé, l’importance – pour préserver la capacité à ancrer, dans un monde fait de territorialités labiles, les personnes et les entreprises les moins susceptibles d'être captives d'un espace donné (Cook et Lara 2013, Dissart et Vollet 2011) – de réfléchir et de promouvoir la qualité paysagère autour d’une stratégie composite : créer une offre de paysage attractive et créatrice de valeur ajoutée, tant économique que sociale (pride building) (Kotler et al. 1999, Mager et Matthey 2010). Cette instrumentalisation du paysage – ou plutôt des fragments qui le constituent – à des fins de compétitivité territoriale est concomitante du passage, esquissé déjà par David Harvey en 1989, d’une gouvernance managériale cherchant à fournir aux usagers des services collectifs « à une approche entrepreneuriale fortement axée sur une stratégie de croissance économique, la prise de risque, l’innovation et le recours au secteur privé » (OCDE 2007 : 3). Lorsqu’ils sont mobilisés par un marketing urbain travaillant la signification et l’appropriabilité des lieux (Paddison 1993), ces fragments paysagés peuvent favoriser la compétitivité en participant à la (re)définition de l’image de la ville (Eshuis et Edwards 2013).

6À titre d’exemple, Maria Kaika (2010) montre que les tours sont désormais promues/lues comme un marqueur essentiel des villes globales – rappelons la controverse liée au projet Gazprom de la tour du « Centre Okhta » à Saint-Pétersbourg (Dobryanskaya 2011). Elles sont, en tant que biens immobiliers et éléments du paysage, à la fois des infrastructures du capitalisme mondialisé et des mises en scène participant au triptyque « visibilité/lisibilité/compétitivité » des territoires et des groupes qui les ont portées (Appert 2011). Reprenant Leslie Sklair (2001), c’est l’existence d’une classe capitaliste mondiale – faite d’une coalition d’acteurs internationaux de l’immobilier des métropoles (investisseurs, promoteurs, architectes...) – qui promeut l’utilisation d’une grammaire architecturale transnationale contraignant les villes à décliner leur empaysagement sur les mêmes thèmes, de crainte d’être rejetées dans une périphérie ignorée des investissements internationaux et des « élites cinétiques » (Florida 2008, Marchal et Stébé 2011). Partant, d’un point de vue économique, un paysage est de qualité si, sur un substrat local, il est conforme aux standards globaux, ou homogènes, que les investisseurs et les classes sociales supérieures apprécient (Park 2009).

7Il serait ainsi illusoire de croire que le paysage urbain doit être impérativement singulier pour être économiquement attractif : l’essentiel est qu’il offre une expérience émotionnelle susceptible de rencontrer une demande de consommation (Anholt 2009, Urry 1995). Ce qui n’exclut donc pas un degré substantiel d’homogénéité paysagère en raison d’une circulation de modèles architecturaux et urbanistiques (Söderström et al. 2010).

8Ceci posé, il convenait de chercher – a minima – à Saint-Pétersbourg des biens faisant paysage et couvrant l’ensemble de la typologie de Paul Samuelson – un bien privé, un bien commun, un bien de club, un bien public pur. Et de tenter de les réfléchir sous forme de fragments susceptibles d’être considérés comme des marqueurs paysagers transnationaux de qualité, construits ou préservés pour capter les ressources et l’intérêt des élites circulantes, qu’elles soient russes ou étrangères.

D’un bien à l’autre : attendus paysagers transnationaux

9Relevant de la catégorie des biens privés, l’hôtel Helvetia, dans lequel nous résidions, y correspondait bien. Composé de deux bâtiments du XIXe siècle donnant sur la rue Marata et inscrits au patrimoine architectural de Saint-Pétersbourg, la Suisse y avait ouvert en 1998 son premier consulat depuis la Révolution d’Octobre. Si l’activité consulaire a depuis été transférée ailleurs, l’hôtel continue d’y faire référence, par son nom et en décorant sa façade avec des drapeaux de cantons suisses (figure 1). Malgré leur incongruité dans un paysage bâti russe patrimonialisé, l’hôtel revendique la pertinence de leur usage, se voulant être un rappel de la capacité de l’hôtel à capter une clientèle étrangère :

Due to the excellent relations between Switzerland and the hotel, Swiss travellers regularly stay at the Helvetia on visits to St. Petersburg, and the flag of Switzerland is proudly displayed in front of the hotel (Hotel Helvetia 2013 : 5).

Figure 1. Façade de l’Hôtel Helvetia, rue Marata

Figure 1. Façade de l’Hôtel Helvetia, rue Marata

Photo : © Mager, juin 2013.

10Suisses séjournant dans un hôtel helvétisé à des fins commerciales, Laurent et moi contribuions sans doute à convaincre de la pertinence de cette stratégie. En sortir ne nous a pas pour autant fait échapper à cette paradoxale banalisation transnationale des objets singuliers. A quelques dizaines de mètres de l’hôtel Helvetia, la Perspective Nevsky bien commun marqué par une congestion récurrente minutieusement et ironiquement décrite dès 1835 par Nicolas Gogol (Lévy-Bertherat 2009) – donne à Saint-Pétersbourg l’avenue commerçante attendue dans les villes appartenant aux rangs supérieurs de la hiérarchie urbaine. Permettant aux shopaholics d’y consommer et aux moins fortunés de s’y étourdir, la Perspective Nevsky incarne, sur quelques 4 kilomètres, la « consuming place » de John Urry (1995) : un espace public marchandisé, consommé à la fois visuellement et concrètement. Variant les contenants mais guère les contenus – les enseignes multinationales y sont autant représentées qu’ailleurs –, il y manquait manifestement aux yeux des chalands un Starbucks Coffee pour quel le bonheur consumériste soit total : l’on en venait ainsi, en juin 2013, à photographier comme un événement majeur l’annonce de son ouverture prochaine (figure 2), conséquence paysagère de dynamiques économiques globales.

Figure 2. Annonce d’ouverture d’un Starbucks Coffee, Perspective Nevsky

Figure 2. Annonce d’ouverture d’un Starbucks Coffee, Perspective Nevsky

Photo : © Mager, juin 2013.

11L’exigence de conformité aux standards globaux s’exprime toutefois aussi, à une échelle plus collective, par une homogénéisation des propositions ludico-culturelles urbaines servant les marchés de l’art et des loisirs :

L’urbanisme ludique qui se met en place comporte des éléments de la même nature et souvent les mêmes expressions architecturales, que se soit dans les zones de loisirs ou dans les grands musées de la  « globalisation culturelle » (Gravari-Barbas 2006 : 55).

12A Saint-Pétersbourg, l’on pense évidemment au Musée de l’Ermitage, bien de club datant d’une époque où l’aristocratie russe regardait avec gourmandise l’Occident et ayant permis à la ville à la fois d’échapper à Frank Gehry et d’être une escale majeure du tourisme culturel mondial. Si consubstantiel du brand saint-pétersbourgeois que, menacé au printemps 2013 d’une dépossession d’une partie de sa collection impressionniste au profit du musée des beaux-arts Pouchkine de Moscou, l’Ermitage fut soutenu par l'assemblée des députés de la ville de Saint-Pétersbourg qui vota une loi interdisant tout déplacement des tableaux de l'Ermitage (Chevelkina et Gyldén 2013). Fragment paysager relique, le Musée de l’Ermitage ne peut être morphologiquement découplé de la Place Dvortsovaya. Si les collections du premier l’inscrivent dans une histoire de l’art dépassant la Russie, la seconde était, lorsque nous l’avions traversée pour nous rendre au musée, un espace public – un bien commun – culturel vivant réanimant, par les préparatifs d’un spectacle, la mémoire du Blocus (figure 3). Laurent allait me montrer, quelques jours après, que j’avais faussement interprété ce moment comme représentatif d’une volonté de réserver à cette place ce qui relevait d’une « russitude soviétisée ».

Figure 3. Musée de l’Ermitage et défilé sur la Place Dvortsovaya

Figure 3. Musée de l’Ermitage et défilé sur la Place Dvortsovaya

Photo : © Mager, juin 2013.

13On pourrait parler d’une circulation plus large des modèles d’ailleurs. Même en ce qui concerne les biens publics purs, visibles de tous et sans contrainte. Situés près du Palais de Tauride et récemment décrits par Véronique Nahoum-Grappe (2013), les « cadenas d’amour » d’un des ponts des Jardins Tavrichesky (figure 4) « qui porte bonheur aux amoureux qui le traversent en s’embrassant » (Nahoum-Grappe 2013 : 1), m’apparaissaient relever de ces biens publics purs reproduisant des fragments paysagers globaux attendus, clonant à Saint-Pétersbourg ceux que l’on trouve sur les ponts de Loujkov à Moscou, de Brooklyn à New York, des Arts à Paris, du Rialto de Venise ou encore de Hohenzollern à Cologne. Leur origine essentiellement « made in China » rappelait également que la circulation internationale des biens de production facilite le mimétisme des comportements (Lévy 2007).

Figure 4. Cadenas sur un pont des Jardins Tavrichesky

Figure 4. Cadenas sur un pont des Jardins Tavrichesky

Photo : © Mager, juin 2013.

Les cache-misères pétersbourgeois

14« Ville-musée instituée pour la contemplation esthétique des façades grandioses » (Mons 2013 : 6), Saint-Pétersbourg captait en 2012, avec quelques 6 millions de visiteurs, une bonne partie du tourisme en Russie. Ceci permet de répondre au moins partiellement à notre question initiale : le paysage pétersbourgeois vaut en tout cas les recettes induites par ces flux. Ces dernières se montaient, selon l’Office du tourisme, à environ 2.5 milliards d’euros en 2011. D’un point de vue économique et en comparaison avec d’autres villes russes, l’articulation paysagère des biens privés, communs, de club et publics purs pétersbourgeois – allant bien au-delà des fragments dont nous avons rendu compte – est une réussite. En respectant à bien des égards une grammaire transnationale, Saint-Pétersbourg répond manifestement aux attentes des consommateurs mobiles. Reste que les quelques 40 km2 patrimonialisés par l’UNESCO ponctuellement visités ne constituent qu’une très faible part de la réalité de la ville. S’éloigner de quelques rues de la Perspective Nevsky et du Triangle d’or pétersbourgeois en révèle très vite l’exceptionnalité dans un paysage urbain encore largement marqué par son récent passé soviétique et les vulnérabilités sociales des années de transition. S’il appartient à l’économiste de dire ce que valent les choses, il est aussi de sa responsabilité d’en rappeler les coûts. « Village potemkine » d’une Russie supposée économiquement occidentalisée, le centre historique pétersbourgeois occulte la triple réalité du développementalisme poutinien et de ses externalités négatives : une économie où l’État, par des prises de participations, continue de jouer un rôle central, protégeant ses secteurs d’exportation et quelques entreprises choisies; un marché où la faiblesse de l’actionnariat dispersé profite à quelques oligarques redistribuant au sein de l’élite le contrôle des actifs et des flux de richesses; une corruption érigée en mode de gouvernance fragilisant la confiance envers l’État et le système judiciaire. Le scintillement de la Perspective Nevsky fait oublier le façadisme cache-misère, la pauvreté de ses marges et les luttes urbaines qui s’y déroulent (Khokhlova et Tykanova 2013). Dans ces lieux périphériques, l’on ne trouve nulle trace d’élites cinétiques. Ils n’en existent pas moins.

Top of page

Bibliography

Anholt S. 2009. Places : Identity, Image and Reputation. New York, Palgrave Macmillan.

Appert M. 2011. Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d'une métropole globale. Revue de l'Observatoire de la société britannique 11, http://osb.revues.org/1243 (consulté le 10 septembre 2013).

Cavailhès J, Brossard T, Hilal M, Joly D, Tourneux P-F, Tritz C, Wavresky P. 2007. Le prix des paysages périurbains. Économie rurale 297-298, http://economierurale.revues.org/2003 (consulté le 11 octobre 2012).

Chevelkina A, Gyldén A. 2013. Russie : controverse autour de la collection impressionniste du musée de l'Ermitage. L’EXPRESS, 13.06.2013, http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/russie-bisbille-autour-de-la-collection-impressioniste-du-musee-de-l-ermitage_1256633.html#X2yU1wQR4HThgjZV.99 (consulté le 10 septembre 2013).

Cook E, Lara J. 2013. Remaking Metropolis: Global Challenges of the Urban Landscape. New York, Routledge.

Dissart JC, Vollet D. 2011. Le Paysage moteur du développement local, in Ouestali W (éd.) Analyses économiques du paysage. Paris, Quae : 89-116.

Dobryanskaya O. 2011. Gagner un combat inégal: étude de la mobilisation contre la construction de la tour Gazprom à Saint-Pétersbourg. Saint-Pétersbourg, Collège universitaire français de Saint-Pétersbourg, http://sosparis.free.fr/bu11tins/m_olga.pdf (consulté le 10 septembre 2013).

Eshuis J, Edwards A. 2013. 
Branding the City: The Democratic Legitimacy of a New Mode of Governance. Urban Studies 50: 1066-1082.

Florida R. 2008. Who's your city? How the Creative Economy is Making Where to Live the Most. Toronto, Random House of Canada.

Gravari-Barbas M. 2006. La ville à l'ère de la globalisation des loisirs. Revue Espaces 234 : 48-56.

Harvey D. 1989. From Managerialism to Entrepreneurialism: The Transformation in Urban Governance in Late Capitalism. Geografiska Annaler. Series B, Human Geography 71(1): 3-17.

Hotel Helvetia. 2013. The HELVETIA HOTEL. The fascinating history of a graceful mansion, http://www.helvetiahotel.ru/userfiles/History(2).pdf (consulté le 20 mai 2013)

Kaika M. 2010. Architecture and crisis: re-inventing the icon, re-imag(in)ing London and re-branding the City. Transactions of the Institute of British Geographers 35 : 453-474.

Khokhlova A, Tykanova E. 2013. Local Communities in St.Petersburg: Politicization of Claims to Contested Urban Spaces. Articulo – Journal of Urban Research Special issue 4 [http://articulo.revues.org/2320].

Kotler P, Haider DJ, Rein I. 1999. Marketing Places: Attrackting investment, industry, and tourism to cities, states and nations. New York, The free Press.

Lévy J. 2007. La mondialisation: un événement géographique. L'Information géographique 71(2) : 6-31.

Lévy-Bertherat D. 2009. Le vertige du détail dans les récits pétersbourgeois de Gogol. Revue de littérature comparée 3(331) : 309-327.

Lifran R, Oueslati W. 2007. Éléments d’économie du paysage. Économie rurale 297-298, http://economierurale.revues.org/2031 (consulté le 11 octobre 2012).

Mager C, Matthey L. 2010. Sages comme des images ? Le leurre du marketing urbain. Tracés 10 : 10-12.

Marchal H, Stébé JM. 2011. Exister ou disparaître dans le jeu économique de la globalisation: un défi pour Londres et Paris. Observatoire de la société britannique 11 (consulté le 15 septembre 2013).

Matthey L, Meizoz J. 2009. De fragments en totalité : le paysage, un analyseur des mondes urbains. Introduction. Articulo - Journal of Urban Research 2, http://articulo.revues.org/1248 (consulté en septembre 2013).

Mons A. 2013. La force des fissures, Sociétés 2(120) : 91-104.

Nahoum-Grappe V. 2013. « Pour toujours» et « à jamais ». Esprit 3 : 201-204.

OCDE. 2007. Villes et compétitivité. Un nouveau paradigme entrepreneurial pour l’aménagement du territoire. Paris, OCDE

Ormaux S. 2005. Le paysage, entre l'idéel et le matériel, in Chételat J, Miéville-Ott V (éds) La polyphonie du paysage. Lausanne, PPUR : 71-100.

Ouestali W. 2011. Analyses économiques du paysage. Paris, Quae.

Oueslati W, Salanié J. 2011. Landscape valuation and planning. Journal of Environmental Planning and Management 54(1) : 1-6.

Paddison R. 1993. City Marketing, Image Reconstruction and Urban Regeneration. Urban Studies 30: 339-350.

Park J. 2009. Consommation, marketing territorial et attractivité, in PUCA (éd.) L’attractivité des territoires: regards croisés. La Défense, PUCA : 73-77.

Rambonilaza T, Amblard L, Aznar O, Dépres C, Mann C, Revol H, Vollet D, Dissart J-C, Oueslati W, Salanié J, Enengel B, Penker M. 2010. Les nouveaux enjeux économiques des actions paysagères, éléments pour une nouvelle orientation de l'économie du paysage. Rapport final de recherche. CEMAGREF, Unité ADBX, http://hal-agrocampus-ouest.archives-ouvertes.fr/docs/00/72/97/27/PDF/19572.pdf (consulté en septembre 2013).

Samuelson P. 1954. The Pure Theory of Public Expenditures. Review of Economics and Statistics 36 : 387-389.

Sklair L. 2001. Transnational Capitalist Class. London, Wiley-Blackwell.

Söderström O, Dupuis B, Geertman S, Leu P. 2010. La mondialisation des formes urbaine à Hanoi et Ouagadougou, version provisoire en quatre parties. Neuchâtel, Institut de géographie et Fonds national suisse de la recherche scientifique.

Urry J. 1995. Consuming places. London, Routledge.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Façade de l’Hôtel Helvetia, rue Marata
Credits Photo : © Mager, juin 2013.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2339/img-1.jpg
File image/jpeg, 88k
Title Figure 2. Annonce d’ouverture d’un Starbucks Coffee, Perspective Nevsky
Credits Photo : © Mager, juin 2013.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2339/img-2.png
File image/png, 626k
Title Figure 3. Musée de l’Ermitage et défilé sur la Place Dvortsovaya
Credits Photo : © Mager, juin 2013.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2339/img-3.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Figure 4. Cadenas sur un pont des Jardins Tavrichesky
Credits Photo : © Mager, juin 2013.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/2339/img-4.jpg
File image/jpeg, 105k
Top of page

References

Electronic reference

Christophe Mager, « Du paysagement diffus à la condensation économique du paysage (1) : la valorisation de fragments urbains pétersbourgeois », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 4 | 2013, Online since 19 November 2013, connection on 28 April 2017. URL : http://articulo.revues.org/2339 ; DOI : 10.4000/articulo.2339

Top of page

About the author

Christophe Mager

Maître d’enseignement et de recherche. Institut de géographie et durabilité. Université de Lausanne. Contact : Christophe.Mager@unil.ch

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org