Skip to navigation – Site map
Varia

Itinéraires dans la périurbanité « molle » : entre tout-fonctionnel et résistance

Routes in the “soft” peri-urban zone: between functionality and resistancel
Eric Chauvier

Abstracts

If we sometimes evoke the "softness" of cottage suburban areas, this judgment is primarily a default of investigation. This contribution aims to show  ambivalence of these modes of life unknown to the anthropological level: highly standardized, they also contain unsuspected forms of resistance. It remains however to learn to discover these interstices of peri-urban life.

Top of page

Full text

1Le terme de « périurbain » est pour la première fois employé par l’INSEE en 1976. La périurbanisation désigne un processus d’extension spatiale de la ville vers la campagne. Il prend effet à partir de la fin des années 1960 et du début des années 1970. La périurbanisation a des conséquences plus ou moins remarquables sur le milieu rural : « un apport très important de population active, l’implantation d’un nouveau mode de vie, une modification des paysages, une cohabitation entre les anciens ruraux et les rurbains, une redynamisation d’espaces ruraux, l’intensification des phénomènes de déplacement pendulaire » (selon Wipikedia).

2La périurbanité que je vais évoquer n’est pas assimilable aux banlieues riches, non plus aux banlieues pauvres. Elle est composée de friches industrielles, d’aires commerçantes dotées de panneaux publicitaires surdimensionnés, de secteurs pavillonnaires et d’axes routiers semblant reproduire ad nauseam leurs ronds-points et leurs échangeurs, mais aussi des prairies, des bois et, de façon plus clairsemée, des zones dévolues à l’élevage. Si nous sommes presque tous amenés à traverser cette périurbanité, notre attention ne fixe pas véritablement ses reliefs. Nous demeurons à sa surface. À y regarder de plus près, elle apparaît pourtant par contrastes, voire en contradictions : comme un groupe faussement homogène, tout à la fois banal et difficile à décoder à taille humaine — environ 15 millions de personnes y résident en 2012. Quant aux médias, certains parlent aujourd’hui de « banlieues molles », mais ce mot semble indirectement renvoyer à leur incapacité à désigner ces paysages à la fois très disparates et étrangement unifiés. L’hypothèse qui porte cette réflexion s’inspire de l’ordinaire inconnaissabilité de ces zones prétendument « molles ». Que signifie l’usage de cet adjectif ici ? Peut-on parler de « mollesse » sans occulter une partie plus « dure », propre à ces territoires ? Je souhaiterais ici montrer l’ambivalence de cette vie périurbaine et le caractère inadéquat de l’adjectif « mou ». Si la ville périurbaine est fortement standardisée, elle est aussi productrice de formes de résistance insoupçonnées.

3Pour engager cette réflexion, j’ai utilisé deux axes de recherche, dans deux villes périurbaines situées dans la banlieue de Bordeaux.

4Le premier s’appuie sur un corpus d’entretiens enregistrés par le collectif « Jesuisnoirdemonde ». Le second réside dans la mise à jour de « fragments », notion empruntant à ce que de Certeau entend par « itinéraire », soit une approche de ce qui se fait « avec les pas et au ras du sol » (1990 : 147). De façon plus spécifique, je me suis posé la question de la possibilité de la communication humaine que révèlent ces fragments. Par exemple, la découverte, dans la parcelle d’un pavillon, d’un panneau publicitaire représentant des cerises et vantant les mérites d’un supermarché engage plus largement le fait de parler ensemble dans ces lieux : comment évoquer le temps qui passe et les saisons dans des lieux rythmés par ces rappels publicitaires qui suivent aussi les saisons ? C’est ainsi que chaque fragment glané à mesure des itinéraires semble donner des clés pour aborder la question du vivre-ensemble. En mettant en perspective les propos recueillis durant les entretiens, ces fragments articulent deux points de vue complémentaires : le premier, issu des propos tenus par les périurbains eux-mêmes ; le second, incorporé dans des routines (Goffman, 1973) que les périurbains ne voient plus avec le temps et la force de l’habitude. Ces deux axes de recherches se complètent et s’éclairent mutuellement en essayant de révéler, d’une part ce qui est incorporé dans les usages ordinaires, d’autre part ce qui influe sur eux de façon moins consciente.

5Concernant les itinéraires, une autre précision s’impose : je suis indigène dans une des deux villes observées, occupant moi-même, avec ma famille, un de ces pavillons que je décris dans ces pages. Les trajets effectués me sont par conséquent familiers. En même temps, j’ai cherché à questionner l’étrangeté de ce « matériau phénoménologique » permettant d’approcher la « réalité fragmentaire de la ville » (Du, Meyer 2008). Pour ce faire, je me suis inspiré des « breaching experience » mises à jour par Garfinkel (2007). Il s’agit de revenir sur des situations familières en biaisant légèrement son regard de façon à décaler un point de vue soumis à la routine du quotidien. Ainsi, les déplacements à pied — dans les rues, à hauteur des pavillons, dans l’hypermarché — ont été effectués avec une attention nouvelle. Le seul fait de quitter la voiture pour adopter un rythme de marche suffisait à opérer ce décalage.

Le regard

6Un itinéraire dans la zone périurbaine engage d’abord la question du regard de ceux qui y résident. Comment voit-on ? Est-il possible de scruter ? Je cite ici les entretiens effectués avec le collectif « Jesuisnoirdemonde » :

Une femme : Ici, c’est complètement isolé, y’a aucun commerce.

Le Collectif : Quel est le secret du bonheur selon vous ?

Une femme : Des commerces, qu’on puisse se promener, parce que à part les banques et les agences immobilières… (ton las).

7En général, la promenade n’est pas une activité susceptible d’inclure la proximité des banques, peu appropriées au lèche-vitrine. Le regard semble désamorcé, comme s’il perdait de son pouvoir ordinaire. En ville, il sert généralement à appréhender ce que Hannerz nomme « les rapports de trafic » (1983), ce que Simmel entend par « conglomérat d’échanges » (2007) ou encore un « théâtre social » selon Goffman. Il s’agit dans tous les cas d’un regard à l’affut. Marcher dans la ville périurbaines emble au contraire reposer sur une visualisation minimale des itinéraires d’usagers (Kauffman et al. 2001, Capron 2005 ; Pink 2007), par opposition à la ville-centre, qui est très codifiée, et qui produit beaucoup de stimuli pour le marcheur (des enseignes marchandes, des panneaux de signalisation référés aux usages de la ville, une sectorisation plus visible des lieux et des usages). Ici, l’itinéraire se fait sans « flânerie », au sens où l’entend Joseph — le flâneur est celui qui peut se rendre disponible au monde qu’il traverse par « l’hypertrophie de son œil » (1984). L’itinéraire du passant dans les rues de la ville périurbaine est comme anémié, sans prise avec les objets, avec les situations et, par là, avec les autres passants.

8Le regard du marcheur périurbain (en tant qu’anthropologue, j’utiliserai le mot « périurbain » non pas pour désigner le « monde » ou le « territoire » périurbain voire même une entité, mais les résidants eux-mêmes. Je suis conscient en outre que les périurbains ne sont pas réductibles à un groupe homogène, et qu’il convient d’introduire certains traits de nuances) semble produit par défaut, par rapport à ce qu’il n’est pas et à ce qu’il ne peut pas, ce qui accroît son caractère indéterminé. Il ne s’agit pas du regard « averti et expérimenté » de l’indigène dans ses usages quotidiens de sa ville. Dans la ville-centre, le résidant peut exploiter de façon optimale sa position indigène. Si l’on repense au « corner boy » de Whyte (ces jeunes gens issus de l’immigration italienne dans les années 1920 à Boston), il faut admettre qu’ils représentent une version très poussée de l’indigène expérimenté (Whyte, 2002). L’usage du regard révèle une très grande maîtrise des contextes urbains — presque un art selon Whyte. Au contraire, alors que le périurbain est aussi un résidant, son regard semble peu exercé aux contextes de la ville. Les usages du regard sont des révélateurs de cette appropriation de la ville. Là où le « corner boy » affirme une identité, un style de vie, par des coups d’œil incessants, par des signaux codifiés dans la vie foisonnante de la rue, le regard éteint du périurbain traduit une identité qui ne se trouve pas — qui ne se cherche peut-être même pas.

9D’autres signaux, tirés des itinéraires, abondent dans le sens d’un manque de marqueurs identitaires. Si les villes ont traditionnellement des emblèmes ou des récits fondateurs élevés au rang de symboles, qui finissent par se doter d’une valeur identitaire, dans les deux villes observées, de telles marques ne se rencontrent pas - et ce, malgré l’histoire respective des deux villes en fonction de leurs activités passées (celle du port autonome pour l’une, celle de l’industrie et de la vigne pour l’autre).

10Dans ce cas, comment qualifier ce regard ?

11Ce n’est pas le regard « flottant et curieux de l’étranger qui cherche les prises et les repères » (Du, Meyer 2008); car, de façon indéniable, le périurbain connaît les lieux qu’il parcoure. Pourtant, ce regard indigène demeure — paradoxalement — en partie « exogène ». S’il peut se repérer dans la ville, faire des choix de parcours sans se tromper, se pose la question de la valeur de cette connaissance obtenue de la sorte. Elle paraît superficielle, sans prise, comme si les repères croisés étaient abstraits, nichés dans un stade éthéré du monde vécu. Au demeurant, les banques et les agences immobilières incarnent bien cette forme de déconnexion en offrant des services désincarnés. Ces rues pourraient apparaître comme des sortes de « non-lieux » (Augé 1992) en ce qu’elles ne peuvent représenter la dimension identitaire et, par là, fédératrice de la ville. Au contraire, elles produisent des vecteurs d’indifférence et de repli sur soi.

12L’absence de centre abonde dans le sens d’une impossibilité d’accroche visuelle:

Une femme : (elle montre un endroit) C’est un peu moche la place là… « Elle est ou ta ville » on me dit toujours ici, elle est où la ville ? C’est vrai à part la mairie… On reconnaît pas le centre-ville. Les autres ils ont tous un centre-ville, mais pas nous, on a pas de centre-ville quoi…

13Ce manque, souvent mentionné, s’explique par le fait que ces zones sont généralement constituées d’un agglomérat de villages, qui forment ensuite des quartiers. Ce manque peut sembler préjudiciable pour le flâneur qui souhaite aiguiser son regard. Sans doute voudrait-il que son itinéraire le guide en traversant des cercles concentriques de plus en plus réduits jusqu’au centre, qui est en général perçu comme un lieu de vie où se trouve le cœur des activités humaines. Mais la ville périurbaine donne plutôt l’impression d’une succession de zones sans épicentre, simplement juxtaposées. Cet échec du regard donne finalement une impression de vie diluée, ou de « non-lieux », encore.

14Ne plus parvenir à fixer le visible, à le transformer en image-repère rend en outre difficile l’élaboration d’une réflexivité (Piette 2007). Cet élément d’analyse sera questionné dans la suite de l’itinéraire, car il ne va pas sans interroger la perception que l’on a du quotidien et, par extension, sa capacité à être en prise avec lui.

La mesure du temps

15Si les lieux sont sans prise, le temps l’est d’une autre façon. Sa mesure semble se combiner à ce que fixe le regard.

Dans la parcelle d’un pavillon, un panneau de publicité de trois mètres sur quatre vante les mérites d’un supermarché maxi-discount ; sur l’affiche, des cerises indiquent que nous sommes au printemps. Sur cette même affiche, nous trouvons, selon les saisons, des gambas au moment de Noël, de l’agneau, des asperges et des fraises au printemps, des brugnons en été, des champignons en automne.

16En anthropologie, le temps n’a pas d’autonomie par rapport à l’action. Il est l’action, soit un ensemble de pratiques, d’expériences vécues. L’action incarne le temps. Dans ce cas, que vaut ce temps, ou plutôt ce type de repères temporels — l’affiche avec les cerises —, qui est à la fois omniprésent et désincarné, exempt de toute initiative humaine ? Par opposition, dans la ville-centre, le temps est perceptible par des horaires de transport en commun, par des prises de rendez-vous, par des pensées programmatiques, qui étalent le planning de la journée. Mais que dire de cette perception du temps produite au moyen de repères déconditionnés ? Que vaut ce « temps sans contexte », ce temps de propagande marchande via l’affichage publicitaire ? Ce qui semble perdu, c’est bien le libre choix d’incarner le temps à sa mesure. Une impression de parodie domine. Le panneau de publicité indiquant le printemps par la représentation de cerises, renvoie à un temps non seulement désincarné, mais qui est aussi un ersatz de printemps.

17Dans le même ordre d’idée, et ouvrant des perspectives :

Le collectif : Et la vie ici ?

Un homme : On part le matin, on rentre le soir.»

18L’idée même de « ville-dortoir » est en général associée à un temps sans contexte. Ici, cet homme évoque une vie qui se déroule ailleurs, un emploi du temps professionnel, des collègues, une cantine, des relations amicales, amoureuses peut-être. Il faut cependant relever cette étrangeté : cette vie qui émane d’un territoire lointain, c’est bel et bien sa propre vie. Sur ce point, il convient de se demander ce que vaut à ses yeux la « vie ici », cette vie qui, par opposition, serait nocturne ? Le temps pendulaire de la zone périurbaine mène à la perception d’une vie sans contexte, une vie qui se limite à partir, à revenir et à dormir. Il faut cependant apporter une nuance : ce temps sans contexte se superpose à un temps chronologique. Les périurbains produisent effectivement des actions lors des journées chômées, mais ce temps incarné n’est qu’une surface de leur existence. De façon plus profonde, le temps paraît s’imposer de manière mécanique et quasi inconsciente, hors d’une action humaine délibérée : c’est la perception diffuse des bruits des voitures aux heures de pointe ou bien le calme total aux heures creuses ; ce sont aussi les panneaux des enseignes Maxi-discount. Ce type d’indication constitue une mesure du temps que les personnes paraissent subir davantage qu’elles ne la produisent.

La dépolitisation

19Si le temps n’est pas dissociable de l’action, l’action (ce que nous faisons) apparaît avant tout par la parole. Parler des choses revient à les faire exister. Or, dans la zone périurbaine, cette communication semble souvent a minima. Une petite expérience vécue conforte cette idée :

Devant l’école où je mène mes enfants, je repère deux hommes qui habitent dans mon quartier. Je les connais assez bien. Nous échangeons quelquefois des propos, souvent anodins et presque toujours stéréotypés – au sujet de résultats sportifs, de la météo, de l’éducation que nous dispensons à nos enfants ou de nos potagers respectifs (ces quatre thèmes reviennent immanquablement). Mais ce jour-là, je souhaite parler d’autre chose – sans doute parce que je me sens suffisamment à l’aise. À brûle-pourpoint, j’évoque la baisse de notre président dans les sondages, sans entrer trop dans les détails, sans colère ni enthousiasme particulier, optimisant mes chances d’engager la conversation. Je pense sur le coup que mon attitude est en tout point conforme à ce que je me figure de la communication dans la zone périurbaine entre parents d’élèves. Mais à ma grande surprise, quelque chose, dans mes propos, les déstabilise. Leurs regards biaisent ; ils ne répondent pas, ou alors seulement des soupirs d’acquiescement me signifiant de ne pas poursuivre. Puis ils changent aussitôt de sujet – se forçant à évoquer les activités sportives de leurs enfants.

20Pour avoir vérifié cela dans d’autres contextes, le problème ne concerne pas ici un conflit d’idées. Ces deux hommes ne sont pas spécialement partisans du président. Ils ne sont ni pour, ni contre d’ailleurs ou, en tout cas, cela ne se dit pas en public selon eux. C’est le fait même de parler de « politique » qui provoque cet évitement et cette attitude défensive.

21Ce que j’appelle « dépolitisation », ce n’est pas le fait de parler ou non de sujets politiques, mais de ne pas parler de son implication, de son positionnement dans la vie collective, dans un projet d’existence commune. Parler du président offre par exemple une façon, certes stéréotypée, de parler de soi dans le « contexte » de la zone. De telles « techniques » (Certeau 1990) permettent de transformer le quotidien en une matière politique, surtout dans un univers où le regard n’accroche pas de relief, où le temps n’accroche pas de repères.

22J’ajoute que si je rapporte cette expérience, c’est parce qu’elle n’est pas isolée – je l’ai souvent vérifiée devant l’école, à l’hypermarché ou dans des lieux institutionnels (associations sportives par exemple). Cette petite expérience semble révélatrice des stéréotypes de communication en vigueur dans la zone périurbaine.

23Un extrait d’entretien abonde dans ce sens :

Le collectif : Vous vous plaisez ici ?

La femme : Euh, (hésitation), je sais pas ce que ça veut dire, j’y vis, euh… j’y vis plutôt bien, voilà…

24« Je ne sais pas ce que ça veut dire ». Ne pas savoir ce que veut dire « se plaire », « se contenter », « se satisfaire ». Il s’agit là d’une tendance de la vie dans la périurbanité : en public, on évoque difficilement la question de son épanouissement personnel. Or, ne pas parler de son épanouissement constitue déjà une entrave à l’épanouissement. Cet extrait d’entretien s’inscrit dans le prolongement de la scène avec les deux hommes qui refusent de parler de politique. Dans les deux cas, ce qui est mis entre parenthèses, c’est la mise en question et en réflexivité de sa condition.

25Il faut aller plus loin : la zone périurbaine se caractérise par une absence de lieu « politique », ou encore de situations où pourrait s’exprimer une communication affinée, qui intègrerait cette possibilité d’émettre des commentaires sur soi, ce que de Certeau entendait par la « ruse » (1990), c’est-à-dire des procédés pour être en prise avec ce qui arrive au quotidien. Il est à noter que les bars permettaient autrefois de telles pratiques — « autrefois » car il reste très peu de bars dans la zone périurbaine, ou alors ce sont des bars conçus pour s’adonner aux jeux de hasard, notamment des jeux que l’on suit sur écran ; en bref des lieux où l’on n’apporte pas de commentaires sur ce qui arrive – où l’on subit, de façon standardisée, ce qui arrive.

La vie fonctionnelle

26L’absence de bars peut trouver des éléments d’explication si l’on admet que ce lieu de réflexivité s’oppose à une certaine idée de la fonctionnalité. Or, la zone périurbaine est justement bâtie sur ce principe du tout fonctionnel.

Une femme : Ici c’est calme, tranquille, on a tout à proximité

Le collectif : Qu’est-ce qui manque ?

La femme : Rien. On a la boulangerie, la pharmacie, pour moi j’ai tout, et au pire j’ai la voiture… Moi je suis plutôt renfermée, on aime pas trop sortir, là c’est tout ce que j’aime.

27Cette femme semble se satisfaire de la fonctionnalité de la zone : les ronds-points, les transports en commun, les services pour la petite enfance, la zone marchande, les réseaux urbains : tout, dans on quotidien, apparaît de façon très fonctionnelle. Cet argument apparait souvent, cependant, comme le premier temps d’une réflexion plus profonde et plus critique. Par exemple, une limite est atteinte par des témoins rappelant l’usage inévitable de la voiture (d’ailleurs, cette femme rappelle l’usage qu’elle fait de son automobile). Pour les périurbains, la voiture et les réseaux fonctionnels qu’elle induit peuvent constituer un problème dans la mesure où cet usage est exclusif- en particulier de la marche, de l’itinéraire à pieds. En ce sens, l’usage de l’automobile incarne une « sur-fonctionnalité » qui peut être mal vécue, surtout lorsqu’il y a une saturation du trafic — très fréquente le matin et le soir.

28Une autre limite à ce tout fonctionnel se fait jour dans la communication, comme si le cadre physique du quotidien périurbain déteignait sur nos façons de parler. Elles semblent elles-mêmes soumises à cette logique du tout fonctionnel, ce qui expliquerait en partie la dépolitisation observée plus haut. Des éléments de réponse apparaissent si l’on observe que la plupart de nos relations, dans le quartier, viennent de ce que nous créons des connaissances » de façon institutionnelle, par le biais de l’école où sont nos enfants, par les associations sportives ou culturelles. « Si nous sommes, les uns pour les autres, des connaissances, voire des amis, c’est avant tout parce que nous sommes des parents d’élèves » (Chauvier 2011) et il faudrait rajouter des membres de clubs sportifs ou d’associations. Pour le dire autrement, la rencontre spontanée devient improbable. Seule s’impose la rencontre par le biais institutionnel. La question est alors de savoir comment penser ce type d’interactions qui s’opposent « aux lois élémentaires de l’affinité, qui veulent que nous nous choisissions les uns les autres pour ce que nous apprenons à leur sujet et non par suite d’un « déterminisme social ».Nous obtenons là des éléments d’explication concernant la dépolitisation qui est en œuvre dans la zone périurbaine : cette tendance programmatique et non réflexive de la communication empêche, dans une certaine mesure (nous allons le voir), les « techniques » et les « ruses » qu’évoquent de Certeau au moment de penser une politisation du quotidien.

 « Décrocher » dans la vie fonctionnelle

29Lorsque les personnes ne connaissent pas de problème dans leur vie, ce déni de réflexivité semble ne pas importer ; chacun reste dans le confort d’un entre-soi. Mais lorsque des accidents de la vie surgissent, la vie fonctionnelle ne répond plus du tout aux attentes des personnes :

Une femme, au sujet d’un homme de sa connaissance : « X est au chômage, mais il ne dit rien, il n’en parle pas. »

30Qu’est-ce que se désocialiser ou se paupériser dans la zone périurbaine ? Qu’est-ce que devenir pauvre, par exemple après la perte de son emploi, dans une zone où, dans l’espace public, la réflexivité est difficile à élaborer comme « technique » au sens certalien de ce mots ? Il s’agit là d’une toute autre approche du pauvre dans la ville. Il n’est plus réductible au seul SDF. Il est aussi celui qui ne peut exprimer sa détresse psychologique et matérielle dans une zone où tout fonctionne, une zone où prédomine un discours « opérationnaliste », au sens unidimensionnel que lui accorde Marcuse (1973 : 111). — « les noms des choses indiquant immédiatement leur mode de fonctionnement ».

Les anomalies

31La zone périurbaine est constituée d’un agencement, souvent étrange, de zone de bois ou de prairies sectorisées selon une logique fonctionnelle : pavillonnaires, marchandes, commerçantes, dévolue à la circulation ou aux espaces verts. Par extension encore, il faut se demander ce que devient la nature dans le projet d’un tout fonctionnel. Une réponse est esquissée au travers de cette observation :

Les habitants du quartier observent que des oiseaux, surtout des buses, se cognent et s’assomment sur leurs baies vitrées. Ils font part de leur répulsion à l’idée d’avoir à saisir les corps des oiseaux morts. Ils mentionnent aussi leur désarroi de ne pas savoir où jeter ces dépouilles. Ils n’osent les déposer dans une de leurs poubelles. Dans celle qui est destinée au « papier » un tel acte est inconcevable ; dans la poubelle « alimentaire », cela leur pose un problème qui les perturbe également.

32Des repères exclusivement naturels, comme la vie animale sauvage, ne peuvent pas être intégrés dans une zone dévolue à la fonctionnalité. La nature devient une anomalie.

33Et dans la zone fonctionnelle, la moindre anomalie peut devenir un objet d’angoisse. Ici, la présence de l’oiseau mort est perturbante. Elle renvoie au rapport mutilé que l’homme entretient à la nature, autrement dit, au sens d’Adorno, à une impression de vie parodique et à l’impossibilité d’exprimer ce désarroi. Dans la vie périurbaine, l’anomalie est fréquente, concernant le rapport à la nature, mais aussi le rapport aux autres résidants.

Une femme : J’avoue que j’ai un petit chemin, et des fois y’a des jeunes avec des voitures et des pack de bières, j’ose pas sortir les poubelles.

34Aucune communication affinée ne se produira entre cette jeune femme et les jeunes. Moins elle ose sortir ses poubelles et plus les petites peurs s’accumulent, autour d’elle et en elle, produisant une angoisse d’insécurité sourde et indicible. L’entre-soi domine la vie de cette femme. Mais ces angoisses reposent sur un effet de cercle vicieux. Elles sont induites par une absence de communication et, en même temps, elles induisent de l’entre-soi. Elles sont à la fois la cause du problème constaté et sa réponse, sous forme de fantasmes, voire de rumeurs. Elles découlent d’une impossibilité à faire l’épreuve de la différence avec les autres. Le malaise demeure. Cette femme reste avec sa « croyance » en l’incivilité possible de ces jeunes, mais elle ne franchit pas la frontière d’une communication non-stéréotypée, qui lui permettrait de rencontrer directement ces jeunes. La situation est vécue par elle comme une anomalie dans la mesure où elle échappe à la fonctionnalité de la communication, à ce qui est prévu pour vivre ensemble. Mais que deviennent les anomalies dans la zone périurbaine molle ? Comment fait-on lorsque les choses ne fonctionnent plus dans un cadre ultra-fonctionnel, où l’anomalie ne peut être intégrée, verbalisée- de même que la détresse de celui qui perd son emploi (d’ailleurs, perdre son emploi et souffrir de cela est perçu comme une anomalie) ? Comment comprendre ce qui n’a pas visiblement de fonction ?

L’adolescence

35À l’inverse de la séquence précédente, l’absence d’anomalie peut devenir un objet d’angoisse pour les adolescents de la zone périurbaine :

Q : Est-ce que tu dirais qu’il y a de la délinquance au collège ?

La jeune fille : Non pas du tout.

Q : Pas du tout ?

La jeune fille : Oui, y a rien (rire).

36Les phénomènes dits « d’incivilité » sont banalisés (sans doute exagérément) pour exprimer le désœuvrement de cette jeune fille. L’absence d’anomalie est déplorée pour exprimer l’ennui. De façon plus large, dans le regard des adolescents, l’anomalie devient un instrument de transgression et un objet de fantasme. Il faut dire qu’ils s’accommodent en général assez bien de la dissonance de la vie périurbaine. Ces enchevêtrements de zones pavillonnaires, industrielles, naturelles ou semi-naturelles produisent des non-lieux qui deviennent de vastes terrains de jeux mobilisant toute leur créativité. Cette inventivité devient possible parce que la zone périurbaine, aussi fonctionnelle soit-elle pour les adultes, demeure inadéquate pour les adolescents. Comme il n’y a pas de square, de piste de skate, de salle de jeux, de bar ou de foyer (la fonctionnalité de la zone est prévue pour les adultes), tous ces lieux vont être réinventés de façon spontanée : la clairière d’un bois pour se retrouver, une pente et un bout de trottoir pour faire une piste de du skate, un terrain vague pour jouer au football. Si la zone périurbaine provoque souvent le désarroi mutique des adultes, ses anomalies, ses interstices de dissonance deviennent des terrains d’exploration pour les adolescents :

La dissonance s’exprime aussi par les hurlements que les adolescents – c’est ce que j’ai observé — lancent à destination des adultes. Cacher dans les arrière-cours de la zone pavillonnaire, ils se prennent subitement à pousser des cris de fauves, des cris déchirants, d’effroi et de colère, provocateurs, qui jouent sur nous comme des rappels d’une vie non mécanique, non fonctionnelle.

Marques de résistance

37Ce besoin de hurler des adolescents marque un besoin, brutalement exprimé, de forcer les conventions stéréotypées de la communication. Cette observation est pertinente si on prête attention à certaines tentatives des adultes eux-mêmes dans les conversations ordinaires :

Une femme : Mon intégration n’a pas été facile avec le voisinage. Mais oui… au bout d’un an, maintenant on est soudés, on s’entraide. Ça a été à moi à faire les premiers pas, au début on me regardait avec des yeux comme ça, alors est-ce que ça veut dire que les gens sont fermés ? Il faut aller vers eux, ce n’est pas eux qui viendront vers vous comme ça, et après ça passe ou ça passe pas.

38Il est possible de se rencontrer de façon spontanée, mais il faut en payer le prix. Sur la communication de la zone pavillonnaire, pèse la menace de s’exposer en passant en force dans la communication ou, pour le dire autrement, le risque de ne plus sembler fonctionnel — précisément.

39Ma tentative de parler de politique aux deux hommes n’est pas isolée. Simplement, chacun a l’impression qu’en agissant ainsi, il agit de façon isolée. En ordre dispersé. Dans la zone périurbaine, des tentatives tentent parfois de briser la glace. Il faut prêter l’oreille et aiguiser le regard :

Une femme : pour la fête de la musique, nos voisins nous attendaient à 5 ou 6., ils avaient installé les instruments et on a passé une excellente soirée, ça été fait au pied levé et c’était super.

40« Lever le pied » apparaît comme une perspective pour endiguer une vie « mutilée ». La création d’un « espace de spontanéité » passe par une réappropriation du lieu, sa réinvention, sa réaffection, une place laissée à l’imagination et à sa mise en pratique. Mais ce n’est que dans les marges de la vie institutionnelle, ici la fête de la musique, que cette libération peut devenir effective, au travers d’un discours non programmé, non opérationnel, non institutionnel, qui s’épanouirait dans une spontanéité retrouvée.

41L’invisibilité vue d’en bas, vue des discours « mineurs » ou « locaux », pour reprendre les mots de Foucault, semble liée à cette difficulté à promouvoir l’ordinaire comme cadre d’une communication affinée, ce qui engagerait une re-politisation du quotidien, à la fois un exercice critique et réflexif, qui donnerait les outils pour mettre le quotidien en mots. Partant de là, l’ordinaire n’est pas ce tout-fonctionnel sans stimuli et sans prise, mais l’épreuve possible de nos différences, un lieu d’épreuve sceptique au sens où le pense le philosophe Cavell : « 

42Comment puis-je parler au nom des autres ? Comment les autres peuvent-ils parler en notre nom ? »

43Voilà les questions qui semblent difficiles à poser dans la zone périurbaine dite « molle ». C’est en cela que ces zones, en dépit de nuances que j’ai essayé de montrer, tendent à devenir indicibles : ceux qui les occupent peuvent (de plus en plus ?) difficilement formuler le malaise d’y vivre. Cette périurbanité glisse lentement vers l’invisibilité, vers la dépolitisation et vers le repli sur soi, et ce malgré des signaux de résistance.

Des non-lieux par défaut

44 « Si un lieu peut se définir comme identitaire, relationnel et historique, un espace qui ne peut se définir ni comme identitaire, ni comme relationnel, ni comme historique définira un non-lieu » (Augé 1992).

45La catégorie de « non-lieu » renvoie selon Augé à des espaces qui ne construisent pas de références communes à un « groupe ». Un non-lieu est assimilable à un endroit dans lequel l’individu demeure « anonyme et solitaire ». Dès lors, la tentation est grande de concevoir les zones décrites ici comme des variantes atténuées du « non-lieu », qui renverraient effectivement à leur prétendue « mollesse ». Des indices abondent en ce sens : le caractère stéréotypé des relations humaines, la difficulté pour établir des marqueurs identitaires forts (le symbole impossible de la ville périurbaine, par exemple), l’absence de raison historique (peu, voire pas d’actions de patrimonialisation ou d’évènements ayant trait à la mémoire périurbaine). Si nous ne sommes pas à proprement parler dans des non-lieux tels qu’un aéroport ou une aire d’autoroute, la périurbanité « molle » peut-elle être comprise en fonction de ces critères d’analyse ?

46Le problème mérite d’être posé autrement. Il faut plutôt se demander ce qu’exclut de facto l’usage de la catégorie de « non-lieux » dans une perspective heuristique? Définir ainsi ces territoires revient à les maintenir dans l’angle mort de la connaissance, à les faire exister d’un seul bloc, comme un ensemble de zones plus ou moins homogènes, mais dont l’homogénéité tient surtout à un défaut d’enquête. Dans ces conditions, sans doute entendrons-nous, pour longtemps encore, parler de « banlieues molles ».

47Une alternative consisterait, d’une part à caractériser les différents modes de vie périurbains en fonction des villes (en dépit de leurs apparentes similitudes représentationnelles, les deux villes observées ont des histoires et des sociologies différentes) ; d’autres part à envisager une restitution du monde vécu des périurbains, multipliant les combinaisons d’entretiens et d’itinéraires, autrement dit de savoirs conscients et de pratiques plus routinisées. C’est ainsi que pourrait prendre forme une anthropologie qui ne s’attacherait plus à la mise à jour d’une identité périurbaine, mais, de façon plus fine, à l’examen des marqueurs de dissolution de cette identité. Par effet de miroir, réapparaîtraient les techniques de résistance utilisées par les résidants eux-mêmes afin de rester en prise avec leur quotidien, révélant alors une périurbanité plus ambivalente et moins « molle » qu’il n’y paraît.

Top of page

Bibliography

Althabe G. 1984. L’ethnologie urbaine : ses tendances actuelles. Terrain 3 : 3-4.

Auge M. 1992. Non-lieux, introduction à une anthropologie de la surmodernité. Paris, Le Seuil.

Capron G., Cortes G., Guetat-Bernard H. 2005. Liens et lieux de la mobilité. Ces autres territoires. Paris, Belin.

Cavell S. 1996. Les Voix de la raison. Paris, Le seuil.

Chauvier E. 2011. Contre Télérama. Paris, Allia.

De Certeau M. 1990. L’Invention du quotidien. Paris, Gallimard.

Du M., Meyer M. 2009. Photographier les paysages sociaux urbains. Itinéraires visuels dans la ville. Ethnographiques.org 17.

Foucault M. 1976 [1997]. Il faut défendre la société. Paris, Gallimard.

Garfinkel H. 2007. Recherches en Ethnométhodologie. Paris, Presses Universitaire de France.

Goffman E. 1973. La Mise en scène de la vie quotidienne – t. 1 : la présentation de soi, Paris, Minuit.

Goffman E. 1973. La Mise en scène de la vie quotidienne – t. 2 : les relations en public. Paris, Minuit.

Goffman E. 1967. Les Rites d’interaction. Paris, Minuit.

Hannerz U. 1984. Explorer la ville. Paris, Minuit.

Joseph I. 1984. Le Passant considérable. Essai sur la dispersion de l’espace public. Paris, Méridiens-Klincksieck.

Kaufmann V., Jemelin Ch., Guidez J.-M. 2001. Automobile et modes de vie urbains : quel degré de liberté ? Paris, La Documentation française.

Mangin D. 2004. La ville franchisée. Formes et structures de la ville contemporaine. Paris, Éditions de la Vilette.

Piette A. 2007. L’Être humain, une question de détails. Marchienne-au-Pont, Promarex.

Pink S. 2007. Walking with video. Visual Studies  22(3) : 240-252.

Simmel G. 2007. Les grandes villes et la vie de l’esprit. Paris, L’Herne.

Whyte W.F. 2002. Street Corner Society. Paris, La découverte.

Top of page

References

Electronic reference

Eric Chauvier, « Itinéraires dans la périurbanité « molle » : entre tout-fonctionnel et résistance », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 8 | 2012, Online since 29 June 2012, connection on 28 June 2017. URL : http://articulo.revues.org/1996 ; DOI : 10.4000/articulo.1996

Top of page

About the author

Eric Chauvier

Docteur habilité à diriger des recherches en anthropologie. Université Victor Segalen Bordeaux 2. echauvier@free.fr

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org