Skip to navigation – Site map
Dossier

Les condominios brésiliens : des territoires politiques sans peuple

Brazilian condominios: political territories without People
Patrick Le Guirriec

Abstracts

Changes in contemporary society, and globalization in particular, have led to cultural homogenization and the weakening of membership groups. The reaction to these phenomena is an increase in various forms of communities (ethnic, religious, residential, etc.) where individuals seek new identities. If socio-spatial segregation in the form of common-interest housing is a response to this desire for withdrawal and to a need to assert identity, these homogeneous urban spaces could be seen to be part of a process of ‘communalization’, as defined by Weber, and a form of territorialization of social relationships, at a time when it is more often phenomena of deterritorialization that are evoked. To some extent at least, the Brazilian condominios seem to correspond to this notion of withdrawal, and it is interesting to study the relationships which develop both within their walls and with society as a whole, looking also at whether they constitute political territories and hence represent a form of secession from the state.

Top of page

Full text

1Les résidences surveillées qui ne cessent de se multiplier dans le monde font l’objet de recherches de plus en plus abondantes et sont le plus souvent interprétées, d’une part, comme résultat d’une recherche de l’entre soi dans un cadre sécurisé et, d’autre part, comme forme d’affirmation d’un statut élevé dans la hiérarchie sociale. Ces deux motifs ne sont pas absents des choix résidentiels, mais dans les deux villes brésiliennes où nous avons travaillé, la violence est peu présente et ne constitue pas une menace que l’on perçoit quotidiennement et, si nos informateurs évoquent ce critère pour justifier leur choix résidentiel, les conversations approfondies font apparaître d’autres facteurs qui mettent en évidence une volonté de différenciation entre soi et les Autres, entre le dedans et le dehors. Quant à l’expression du statut social, elle a sûrement été un facteur de choix important au début des condominios, lorsque ceux-ci étaient encore peu nombreux et réservés aux couches supérieures. Mais tel n’est plus le cas. D’une part, le nombre de condominios n’arrête pas de se multiplier, de se banaliser et d’autre part, ils s’adressent à un éventail de populations de plus en plus large. À Natal, par exemple, l’Université Fédérale a, avec l’appui de la Caixa Economica, financé un condominio pour ses fonctionnaires dont les revenus mensuels étaient inférieurs à deux salaires minimum, soit environ 1000 R$, 600 US $. Par conséquent, habiter un condominio n’est plus aujourd’hui une marque de prestige et de distinction et le sera de moins en moins à mesure que leur nombre augmentera.

2Sans écarter ces deux facteurs comme raisons des choix résidentiels, on peut aussi interpréter cet enfermement résidentiel comme une forme de repli communautaire lié aux conséquences de la globalisation. Il constitue un aspect particulier de la ségrégation sociospatiale dans l’espace urbain, une forme de fragmentation sociale souvent présentée comme une sécession sociale, territoriale, politique des populations concernées. Afin de discuter cette notion souvent utilisée, mais peu définie, d’évaluer le risque de fragmentation politique que constitue la fermeture résidentielle, il nous paraît fécond de mettre en perspective l’organisation interne des condominios ainsi que leurs relations par rapport à l’extérieur avec les caractéristiques des systèmes politiques tels qu’ils ont été décrits par l’anthropologie classique (un territoire, des limites qui opposent le dedans et le dehors, des lois spécifiques, un appareil político-administratif, et un peuple qui s’identifie à ce territoire) dont Balandier (1978) a effectué une synthèse éclairante à partir de configurations du politique tel qu’il s’exerce dans une grande diversité de sociétés allant de la bande de chasseurs-cueilleurs à l’État dans sa forme la plus accomplie.

3En recherchant dans quelle mesure les condominios peuvent être considérés comme des organisations politiques, nous pourrons évaluer leur niveau d’indépendance par rapport à l’État et nous serons en mesure d’évaluer le potentiel de sécession que comportent les résidences surveillées.

4À  partir des études que nous avons réalisées à Natal (ville de 800 000 habitants sur la côte du nord-est), et à São José do Rio Preto (ville de 450 000 habitants, dont 15 % vivent dans des condominios de maisons, située à l’intérieur de l’État de São Paulo), en nous appuyant sur environ 40 entretiens avec les habitants de 3 condominios, considérés comme idéaux-typiques (Le Guirriec 2009) et leurs représentants, en étudiant les règlements internes, je présenterai les réflexions en trois étapes : les rapports entre mondialisation et choix résidentiels, nous étudierons ensuite si ces territoires peuvent être considérés comme politiques à partir des critères identifiés par l’anthropologie lorsqu’elle essayait de trouver une définition générale du politique quelque soit le lieu, le temps ou le type de société considérés. Nous nous demanderons enfin si les habitants, au sein de l’espace de résidence, peuvent être considérés comme un Peuple disposant de prérogatives citoyennes et exprimant des revendications sécessionnistes comme on le lit souvent.

Les communautés face à la mondialisation

5Depuis quelques décennies déjà, les termes de communauté et de territoire ne constituent plus un ensemble organique aux éléments inséparables. Deleuze et Guattari (1980) ont été les premiers à parler de déterritorialisation et de reterritorialisation, et depuis on a vu apparaître les expressions d’a-territorialité, de « territoires circulatoires », de « nomadisme », de « non-lieux », de « multi-appartenance », etc. pour désigner les formes d’espaces occupés par des groupes mouvants aux identités en recomposition permanente. Il s’agit d’autant d’expressions qui mettent l’accent sur l’union instable qui s’est instaurée entre un peuple, un groupe et son espace de vie. Or, dans le cas des condominios, il semble bien que nous assistions à un mouvement inverse d’appropriation d’un espace par un groupe humain.

6Par ailleurs, depuis les années 1990, la globalisation a fait l’objet d’une littérature abondante dans toutes les disciplines et parmi celles-ci, nous retiendrons les réflexions novatrices, dans le champ de l’anthropologie, d’Appadurai (2005) qui la caractérise par des innovations techniques en matière de transport et de communication, portant sur la marchandise, les hommes, les idées et les capitaux ; par un brassage culturel qui semble s’opérer au bénéfice de la culture occidentale et de manière privilégiée au bénéfice de la culture anglo-américaine concernant principalement la langue, les modèles de consommation, le modèle politico-juridique jusqu’aux modèles de comportement ; et enfin par la mobilité et la déterritorialisation qui touchent principalement les populations paysannes et qui multiplient les diasporas. Appadurai, prolongeant les travaux de Levi-Strauss (1971), souligne que toute tendance à l’uniformisation provoque une réaction inverse qui conduit à rétablir la diversité et l’identité. En réponse aux trois phénomènes évoqués, il souligne diverses formes d’ancrage à travers notamment les réactions de défense territoriale et identitaire : poussées nationalistes, enfermement résidentiel, multiplication des Églises (principalement protestantes), etc. La tension entre ces deux réalités repose sur l’hypothèse minimale d’une relation de concomitance entre globalisation et communalisation. On se souvient en effet que la fin du XIXe siècle a été marquée par une forte industrialisation perturbant les sociétés rurales et a provoqué, en Europe, de fortes poussées de replis régionalistes et nationalistes. Il est tentant de faire le parallèle avec la situation actuelle où globalisation et replis communautaires semblent de nouveau aller de pair.

7L’idée d’une relation entre fragmentation, recherches de nouveaux espaces communautaires et mondialisation a ensuite été largement reprise par divers auteurs dont il est impossible de faire une liste exhaustive, tant la littérature sur ce sujet est vaste. Cette relation entre les deux types de phénomènes a été analysée soit sous l’angle théorique, soit comme outil d’analyse des données empiriques : la multiplication des tribus, l’affaiblissement des États Nations, la reformulation des revendications identitaires, les replis résidentiels, etc. Sous cet éclairage, les condominios constitueraient des formes de sociabilité défensive face à la menace réelle ou imaginaire d’une homogénéisation des modes de production, de diffusion des idées et des modes de vie. Pour cela, on peut analyser la diffusion des condominios à travers certaines caractéristiques des sociétés modernes et les réponses que tentent d’y apporter les populations en suivant les réflexions de Madoré (2004) et de Mongin (2005) qui sont les premiers en France à avoir abordé la question du repli résidentiel en soulignant la relation entre la globalisation et de nouvelles formes d’appropriation territoriale, en particulier dans les espaces résidentiels contemporains, considérés comme particulièrement favorables à l’émergence des communautés, des processus identitaires et de la ségrégation. Mongin (2005 : 225), qui s’inscrit dans la ligne tracée par Deleuze et Guattari (1980), constate que « l’urbain généralisé s’accompagne du même coup de lignes de démarcation qui donnent “lieu” à des fragmentations spatiales et à des séparations sociales. Les lieux n’ont pas disparu avec la globalisation, la dé-territorialisation va de pair avec une re-territorialisation ».

8Ce processus peut être abordé sous divers éclairages complémentaires qui constituent autant de conséquences et de réponses de et à la globalisation. Celle-ci a conduit à une perte de repères, à une dispersion des groupes d’appartenance, à un accroissement de la mobilité, situations auxquelles le territoire résidentiel permet de répondre. Lorsqu’il est fermé, il s’agit en effet d’un lieu parfaitement délimité et producteur d’identité qu’il est possible de gérer selon ses propres valeurs, valeurs qui constituent le plus souvent le fondement même du regroupement résidentiel. On peut aussi se demander si les formes de regroupement à l’intérieur desquelles on se retrouve avec ses pairs ne symbolisent pas une tentative de reconstruction de la communauté perdue. La globalisation, loin d’entraîner mécaniquement une disjonction identité/territoire, créerait par contrecoup des alternatives socioculturelles fortement associées à un ancrage territorial. Mais ce repli est souvent présenté comme une forme de sécession de la société globale par une frange de la société, quel que soit son statut socio-économique, et comme une menace pour la cohésion sociale et le pouvoir d’État.

9En France, la thèse de la sécession, comme « nouvelle question urbaine » a fait l’objet d’un débat dont un numéro de la revue Esprit de 1999 présente les divers arguments. Si Donzelot et Jaillet ont souligné le risque de sécession, Béhar réfute cette hypothèse en raison, selon lui, de l’impossibilité d’autonomie politique de ces territoires. Cependant, la menace de sécession a été fortement alimentée par les recherches sur les quartiers sécurisés qui, par leur enclosure et leurs systèmes de sécurité, semblaient illustrer la réalité de la sécession. Sociale et territoriale dans les villes, où elle constitue un corollaire de la ségrégation (Maurin 2004), elle devient politique aux États-Unis par l’acquisition de l’autonomie de certaines gated communities et certains chercheurs ont établi une relation quasi mécanique entre ségrégation et indépendance politique, comme le rappelle Boudreau (2004 : 232) : «il existerait un lien quasiment inévitable à plus ou moins court terme entre homogénéité résidentielle et indépendance politique ou, en d’autres termes, une situation d’homogénéité résidentielle aboutirait forcément pour les résidants à une volonté identitaire de repli sur soi politique ». Cette relation est également suggérée par Le Goix (2006 : 131) qui voit les gated communities comme « une structure locale de gouvernance urbaine, reposant sur une micro-démocratie réduite au quartier ». Concernant l’Amérique du Sud, Capron se montre plus nuancée et observe (2002 : 28) que « la sécession telle qu’elle, n’a fait l’objet d’aucune véritable demande de la part de citoyens latino-américains vivant dans des ensembles résidentiels enclos, on peut se demander si le processus de fermeture, dans un climat de violence généralisée et d’hyperinflation médiatique, n’est pas aussi menaçant pour la vie démocratique que la sécession ».

10Mais pouvons-nous réellement parler de sécession politique ? Les quartiers fermés ont-ils les moyens de se métamorphoser en des sortes de villes-États ? Pour tenter d’apporter des éléments de réponse à cette question, que nous n’épuiserons pas, nous allons voir quelles sont les caractéristiques des systèmes politiques que nous trouvons dans les condominios.

Les caractéristiques politiques des condominios

11Au Brésil, le terme condominio possède plusieurs sens puisqu’il peut être une copropriété résidentielle, verticale ou horizontale, mais aussi les charges de copropriété. Dans le langage courant, ce terme est employé pour désigner toute forme d’habitat ceinte de murs dont les loteamentos fechados qui se distinguent des condominios du fait que juridiquement tous les espaces communs (places, rues) créés par le lotissement devraient être publics et la fermeture, l’usage exclusif de l’espace au profit des seuls résidants, légalement interdite. Si la copropriété, et donc le condominio, est la seule forme juridique dans le cas des immeubles résidentiels, la plupart des ensembles fermés de maisons sont des lotissements. Cependant, la terminologie locale les désigne par le mot condominio, terme que j’utiliserai également.

12D’un point de vue anthropologique, le politique ne constitue pas un champ autonome, mais un domaine d’activité à l’intersection de l’économique, de la parenté et de l’idéologie. Sa définition n’a jamais été établie définitivement et il a été tout au plus possible de repérer ce domaine spécifique au sein de l’ensemble de l’activité sociale à travers certains critères comme le système politico-administratif, les lois, les frontières.

L’organisation politico administrative

13Malgré la grande diversité de sociétés, tous les sociologues y ont repéré une distinction entre dirigeants et dirigés, qu’il s’agisse d’une bande de chasseurs-cueilleurs ou d’un État formellement constitué. Cette distinction est formalisée par l’organisation plus ou moins complexe de la société et la distribution des tâches qui touchent à la gestion des affaires publiques. Dans tous les condominios, on trouve ces organes spécialisés, comme le montre l’exemple ci-dessous de l’organisation du condominio Recanto Real à Sao José do Rio Preto.

14

Figure 1 : L’appareil politico-administratif du condominio Recanto Real (Sao José do Rio Preto)

Figure 1 : L’appareil politico-administratif du condominio Recanto Real (Sao José do Rio Preto)

15Selon le niveau de prestige et la taille du condominio (à S. J. do Rio Preto, le nombre de maisons va de 35 à 900. À Natal la majorité des condominios se situe également dans cet éventail, mais on en trouve aussi qui ne sont constitués que de quelques maisons, moins d’une dizaine) son système de gouvernement est plus ou moins sophistiqué et les organes qui le constitue plus ou moins spécialisés. On y trouve toujours l’association des propriétaires et le sindico qui est soit un propriétaire soit un salarié. Dans le premier cas, la fonction est exercée bénévolement, le sindico étant néanmoins dispensé des charges de copropriété. Dans les petits condominios, l’ensemble des tâches est effectué par ces deux instances. L’organisation du Recanto Real est la plus sophistiquée dont j’ai eu connaissance, mais aussi la plus fréquente. On y distingue nettement les institutions législatives (l’association des habitants, le conseil fiscal et le conseil délibératif), des organes exécutifs (le Sindico qui coordonne et fait exécuter les décisions prises par les directions exécutives et les commissions de travail). Les différentes directions exécutives montrent quelles sont les priorités des habitants : la sécurité, les relations entre les habitants à travers le sport et l’organisation de diverses activités de convivialité, le budget et enfin les questions techniques. Ces quatre orientations se complètent pour construire au sein du territoire les meilleures relations possibles, le protéger de l’extérieur et préserver sa valeur.

Territoire et frontières

16L’activité politique a longtemps été liée à l’existence d’un territoire et, depuis Maine et Morgan, ce critère apparaît dans la majorité des définitions de l’organisation politique. Il sera repris par Radcliffe-Brown ainsi que par Max Weber qui caractérise l’activité politique par le fait qu’elle se réalise à l’intérieur d’un territoire bien délimité, aux frontières précises, instituant une délimitation claire entre le dedans et le dehors. Comme le rappelle Schulz (2004) : « [l]a “frontière” est habituellement comprise comme la limite de souveraineté et de compétence territoriale d’un État ». Mais en raison des transformations que connaît le monde, cette acception westphalienne du terme ne couvre plus les divers types de frontières qui sont apparus, principalement dans les villes. Elle en donne alors la définition suivante :

La frontière est une limite politique signifiante d’un territoire. C’est un objet dont l’émergence s’inscrit dans un processus de territorialisation. Aussi, tout territoire qui se construit porte en lui les germes de frontières. Mais la frontière est également un objet mis en place par un pouvoir dont le projet politique est de s’affirmer et de se distinguer des autres entités territoriales.

17Concernant les condomínios, la réalité d’un territoire délimité est incontestable et les murs qui les entourent, le filtrage des entrées, constituent même les marques les plus visibles de leur existence. Par ailleurs, posant la limite entre soi et l’Autre, ils peuvent favoriser l’émergence d’une conscience identitaire.

Les lois

18Les relations au sein des condominios reposent principalement sur le fait que les habitants ont à gérer un patrimoine commun (les espaces publics privatifs : rues, équipements, espaces verts, etc.) dont l’existence et l’entretien influencent fortement la valorisation de l’enclave. Cette gestion nécessite la participation et la coopération interne de tous les habitants dont les rapports entre eux et au territoire sont réglés par la mise en place de lois spécifiques. La rédaction du règlement intérieur et le respect des règles qui s’y trouvent sont la principale source des relations, de coopération ou de conflits, qui existent entre les habitants.

19Le contenu des règlements intérieurs est souvent assez semblable et comporte trois grands chapitres : le premier précise l’organisation et la gestion du territoire. Le second, son aspect général qui dépend en grande partie des équipements collectifs et des maisons qui s’y trouvent. Très souvent, une commission est chargée de donner un avis sur les projets de construction de maisons, celles-ci devant être conformes au niveau de prestige du condominio, tant en ce qui concerne la qualité de l’architecture que la surface bâtie qui doit correspondre généralement à 60 % au minimum de la surface du terrain qui varie de 400 à 1500 m2. Le règlement précise aussi la hauteur des murs qui séparent les lots, les matériaux de construction qui doivent être utilisés, etc.

20Le dernier chapitre concerne les règles de sécurité et d’usage des espaces communs : les heures d’utilisation des équipements, la propreté, la vitesse dans les rues, l’autorisation ou non de posséder un chien, la gestion des déchets, les précautions à prendre envers les invités et les employés, etc. En cas d’infractions à ces règles est prévu tout un éventail de sanctions qui vont de l’avertissement écrit à des pénalités financières élevées exprimées en nombre de salaires minimum. Le résidant peut également perdre son droit de vote, ce qui constitue une perte de citoyenneté dans le cadre du condominio. L’objet de ces lois est bien entendu de préserver la qualité des liens entre les habitants et d’éviter la dévalorisation des condominios et des patrimoines individuels, mais comme l’exprime ce Sindico, leur application n’est pas simple :

Le principal problème est que les personnes qui viennent s’installer ici ne savent pas ce qu’est habiter dans un condominio. Beaucoup d’entre elles pensent que les espaces communs sont leur espace exclusif et ne respectent pas les règles. C’est vrai qu’au Brésil, on est habitué à enfreindre les règles parce qu’il est difficile de punir. Alors, les gens roulent à contre sens, laissent les chiens en liberté. Lorsque cela arrive, il y a des amendes, mais on n’a pas les moyens de les faire payer.

21Il faut bien constater que d’un point de vue « technique », le condominio possède certaines caractéristiques importantes des territoires politiques. Il leur manque néanmoins un attribut dont l’importance a été soulignée par Weber notamment, il s’agit de la coercition légitime et donc de la souveraineté, dans la mesure où le condominio n’a pas de pouvoir judiciaire. De plus, on doit s’interroger sur la présence d’un peuple dont il est difficile de voir l’émergence, au sein de ces territoires, à partir d’un sentiment commun d’appartenance.

Un territoire politique incomplet

22Il serait absurde de recherche l’esprit d’une Nation dans un condominio. Il manque la profondeur de l’histoire au cours de laquelle se succède le partage d’expériences qui créent ce « plébiscite de tous les jours », sur lesquelles se construisent une identité collective et un sentiment d’appartenance. Trouvons-nous alors une relation entre les habitants qui pourrait faire penser à un processus tel que le présente Weber (1971 : 41) pour qui on peut parler de communalisation lorsque « l’activité sociale se fonde […] sur le sentiment subjectif des participants d’appartenir à une même communauté ». Ou dans un sens plus contemporain, sous la plume de Schulte-Tenckhoff (2001 : 57) : « [t]o speak of communities, one must be able to identify among their members a form of solidarity and a sense of belonging, a common interest, as well as a given level of (active or passive) participation and (more or less formal) organisation including representation ».Dans les condominios, on trouve bien cette organisation formelle, il existe aussi cet intérêt commun dans le partage et la gestion d’un territoire et d’un patrimoine, mais cela suffit-il à créer un sentiment d’appartenance, une identité collective?

23Le terme de communauté est souvent employé par les résidents des condominios qui se fondent sur l’homogénéité des habitants qui partageraient des valeurs et des normes de vie identiques et entre lesquels existeraient des relations d’interconnaissance, voire de solidarité.

Je vois ce condominio comme une communauté, comme une grande famille. Ça ressemble à une petite villa. Il y a réellement des relations de famille dans ce condominio.

24Il s’agit donc d’espaces qui favoriseraient les liens sociaux. Il est remarquable à ce propos, de constater que les habitants, lorsqu’ils sont chez eux, ne ferment pas la porte d’entrée de la maison. Symbole d’ouverture sur le semblable et manière de montrer qu’ici, ils ne craignent pas les intrusions indésirables. Par ailleurs, les multiples équipements dont ils disposent (piscine, terrains de sports, salles de gymnastique, espaces « gourmets »), les fêtes qui y sont organisées et qui y rythment l’année, ont pour objet de créer du lien social, mais servent surtout à marquer le niveau de prestige de l’espace dans la mesure où ces équipements sont très largement sous-utilisés à l’exception des terrains de sports où se regroupent les adolescents.

25La majorité des condominios où les résidents évoquent l’existence d’une communauté sont récents, peu peuplés et la majorité des gens se connaissent. Cette représentation de participer d’une communauté est liée à divers facteurs, dont l’homogénéité, dans la mesure où les habitants ont des âges et des situations socio-économiques comparables, vivent la même expérience résidentielle, se rencontrent souvent pour discuter du contenu du règlement de copropriété dans l’objectif de construire et de gérer un espace de vie confortable et sécurisé dans un contexte d’entre-soi. Il s’agit néanmoins d’un moment éphémère que les condominios ne connaissent qu’à leur création. Très vite, la population s’accroît et se diversifie conduisant à une évolution des relations vers l’anonymat, voire le conflit en cas d’émergence d’une hétérogénéité trop forte (Le Guirriec 2009).

26Il peut se développer des liens de solidarité au sein de réseaux, mais cela ne suffit pas à créer un sentiment collectif d’appartenance, ni une identification au territoire. Personne n’appartient à un condominio comme il pourrait appartenir à la Nation, on n’y trouve aucun des symboles sur lesquels se fonde l’État. De plus, le sentiment d’appartenance n’y dure que tant que son niveau de prestige est en conformité avec l’image que l’on se fait de soi-même :

Ici, il y a 5 ou 6 personnes qui ne devraient pas vivre dans ce condominio. Ce sont des personnes qui ont du mal à payer leurs charges, qui n’ont pas les mêmes façons de vivre. Ce n’est pas l’endroit idéal pour elles.” Ce à quoi, l’une des personnes concernées répond : “Ici, au début, les gens avaient beaucoup plus de relations entre eux, puis des groupes se sont formés, par intérêt personnel, financier. Untel qui se lie avec une autre personne plus puissante. Maintenant, je me sentirais plus à l’aise dans un autre condomnio, à cause de l’élévation du statut de celui-ci.

27Les habitants ont le sentiment d’appartenir à un groupe spécifique, vivant dans un territoire propre qu’ils gèrent selon leurs propres règles, à l’inverse de ce qui se passe dans la ville « ouverte ». Mais il convient de souligner que le plus souvent le discours sur les liens de sociabilité est idéalisé, correspondant plus à une volonté qu’à une réalité, et que les habitants qui tiennent ce discours sont généralement issus des couches moyennes. Ayant atteint leur rêve, ils ne peuvent accepter un échec financier et symbolique. En réalité, le sentiment d’une identité spécifique n’émerge pas tant en raison de ce que se passe à l’intérieur du condominio que dans l’opposition avec ce qui existe à l’extérieur, qu’il s’agisse de la ville englobante ou de l’organisation de l’État.

Le dedans et le dehors

28La relation au voisinage et au contexte urbain dans lequel s’insère le condominio, varie sensiblement entre Natal et Rio Preto. Dans les deux cas, les condominios sont construits dans les périphéries des villes, mais à Rio Preto, cette périphérie est constituée de terrains agricoles qui ont été rendus constructibles et le paysage de la périphérie est constitué d’une juxtaposition de condominios dont les habitants n’ont pas de relations privilégiées entre eux. Lorsque celles-ci existent, c’est principalement à travers les enfants qui fréquentent les mêmes écoles, ou dans les commerces qui se sont installés à proximité de ces condominios. À Natal, les périphéries où s’installent les condominios, sont le plus souvent constituées de favelas ou de quartiers très modestes et les murs représentent une rupture radicale entre le dedans et le dehors. Cette installation des condominios représente un rapport de domination territoriale, les riches occupant un espace en rejetant les pauvres un peu plus loin, et ce rapport de domination est renforcé par le fait que les employées de maison qui travaillent à l’intérieur sont bien souvent issues de ces favelas. Comme le dit O. Mongin (2005 : 222) « [l]a lutte des lieux a remplacé la lutte des classes ». Mais les habitants des condominios n’utilisent en aucun cas les commerces existant aux alentours, et n’ont aucun contact de sociabilité avec la population environnante. Il s’agit de quartiers, occupés par une population qu’ils ignorent ou qu’ils fuient, qu’ils traversent sans les voir pour se rendre dans des lieux qui leur sont plus familiers.

29Le condominio constitue alors une déchirure du tissu urbain, une mise à l’écart volontaire, une fuite de la société urbaine, de la circulation, du désordre, des risques d’agression, des rencontres indésirables.

Ici, ça paraît plus sûr que dehors. Le Brésil est un pays merveilleux, mais ce qui ne va pas, c’est le peuple, parce que les gens volent, n’ont pas à manger à la maison, n’ont pas d’éducation. Alors, c’est pour ça que les gens s’enferment.

La violence n’explique pas tout ce nombre de condominios. Il y a la sécurité, mais il y a aussi la volonté des gens de s’enfermer, de s’isoler, de rechercher une communauté meilleure. Les gens cherchent un espace exclusif pour s’isoler plus du contexte social. Ils ont dans les condominios des services qu’ils n’ont pas besoin de partager avec le reste de la société.

Ici c’est un monde différent de la réalité. Il n’y aura personne demandant l’aumône dans les rues. Ici, il n’y aura jamais ce désordre qu’il y a dans le centre. Quand vous arrivez à la maison, vous trouvez le calme et vous devenez une autre personne.

30Ces réflexions, où apparaissent de manière particulièrement criante la perception des ruptures au sein de la société brésilienne, constituent une illustration presque caricaturale de cette volonté de sécession telle que l’entend Jaillet (1999 : 145) lorsqu’elle y voit « une volonté de s’abstraire de la collectivité pour n’avoir pas à supporter l’effort d’une solidarité au bénéfice de ses membres les plus fragiles ».

31Le condominio constitue donc bien pour ses habitants un monde spécifique, séparé du dehors et du désordre qui le caractérise, même si l’essentiel des activités, travail, école, commerces, loisirs, se déroulent à l’extérieur. Mais ces lieux extérieurs sont aussi choisis et prolongent, dans la mesure du possible, la ségrégation que l’on trouve entre les espaces résidentiels :

Quand je vais faire des achats, je ne vais pas au centre-ville, je vais à Natal shopping parce que c’est le plus près et le plus élitiste. J’ai l’air conditionné, un parking sûr pour ma voiture et moins de risques d’être agressé dans la rue. Les boutiques dans les shoppings sont plus chères et ceux qui appartiennent aux couches basses de la population ne vont pas dans les shoppings.

32Le sentiment d’appartenir à une communauté, le sentiment de partager une identité commune se construit donc tout autant, sinon plus, dans la relation au-dehors, dans le rejet de l’Autre que dans les relations internes. Lorsqu’on interroge les habitants sur l’intensité de ces relations, ils restent le plus souvent très vagues, mais évoquent immédiatement ce qui se passe dans la ville ouverte. Ils expriment ce qu’ils sont en disant ce qu’ils ne sont pas. Comme le rappelle Barth (1995), c’est dans l’opposition à l’Autre que se réalise la conscience de soi.

33Enfin, le condominio s’oppose à l’État et à ses représentants, aux pouvoirs publics qui sont accusés de ne pas être en mesure, faute de moyens ou de volonté, de gérer les affaires publiques :

On paie des impôts, mais on n’a pas de retour. Les pouvoirs publics ne font pas ce qu’il faut pour qu’on puisse habiter le centre. Il y a des prostituées qui sont arrivées, des drogués et les maisons sont devenues des commerces.

34Condominios et loteamentos fechados ne respectent pas la loi à plusieurs niveaux (Capron 2006 : 220 et sq.), parfois les municipalités brandissent la menace de détruire certains murs d’enceinte, mais elles ne sont jamais mises à exécution, les associations de propriétaires étant souvent plus puissantes que les municipalités. Il se serait donc opéré une désolidarisation entre l’État et une partie de la société brésilienne et si l’État ne se sent pas obligé de gérer l’espace public, à son tour, la société s’émancipe des lois et se sent peu concernée par certaines activités de l’État. On peut évoquer le refus par les habitants de remplir les formulaires de recensements qu’ils considèrent comme une atteinte à leur vie privée. Il ne s’agit pas d’un fait anecdotique, car ce comportement symbolise à lui seul les représentations que se font les habitants de l’intérêt pour la chose publique. Si celle-ci existe à l’intérieur des murs, elle ne semble pas faire partie des préoccupations des résidents lorsqu’elle émane de l’État. Il semble bien y avoir un divorce entre ces deux entités. Si l’on suit Buarque, le Brésil constitue une société particulièrement sensible à ce type de repli, lorsqu’il affirme (1995 : 155) : « [c]haque individu s’affirme, face à ses semblables, indifférent à la loi générale, lorsque cette loi contrarie ses affinités émotives ».

Conclusion

35Le condominio possède la plupart des caractéristiques traditionnellement employées par les anthropologues pour définir le territoire politique et il s’agit ici de faire de la politique pour soi, à l’écart des systèmes politiques d’État, afin de préserver son bien-être et d’assurer la valorisation de son patrimoine. Par conséquent, le phénomène de multiplication des condominios n’aurait pas seulement à voir avec les questions de sécurité ou de statut social, même si ces causes ne sont pas indépendantes de leur existence, mais aurait à voir avec la volonté de se regrouper avec ses semblables. L’intensité des liens qui les unissent exprimerait plus un idéal qu’une réalité, dans la mesure où les relations sont le plus souvent anonymes, mais cet idéal revendiqué est très symbolique de la recherche des liens que la vie moderne tend à diluer. Ni une Nation au sens de communauté politique et culturelle aux traditions spécifiques, ni un Peuple en raison de l’absence de souveraineté, ces condominios apparaissent plus comme une réponse à la dilution du lien social dans les villes qu’une cause de cette dilution. Certes, ils constituent une forme particulièrement visible de ségrégation sociospatiale qui pourrait être interprétée comme l’expression d’une volonté de sécession, mais il existe dans toutes les villes des frontières symboliques souvent aussi hermétiques que les barrières matérielles qui entourent ces espaces résidentiels. En tous les cas, il est bien difficile de voir dans la population de ces espaces des Peuples de telle sorte que la sécession définitive est improbable et qu’il faut considérer le condominio, plus comme une forme spécifique de ségrégation que comme un morceau de société ayant la possibilité d’obtenir son autonomie.

Top of page

Bibliography

Appadurai A. 2005. Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation. Paris, Payot.

Arbaret-Schulz C. et al. 2004. La frontière, un objet spatial en mutation. EspacesTemps.net [http://espacestemps.net/document842.htm].

Balandier G. 1978. Anthropologie politique. Paris, PUF.

Barth F. 1995. Les groupes ethniques et leurs frontières, in Poutignat P. et Streiff-Fénart J. Théories de l’ethnicité. Paris, PUF : 203-249.

Behar D. 1999. En finir avec la politique de la ville ?Esprit : 209-218.

Boudreau J.-A. et al. 2004. Homogénéisation résidentielle et indépendance politique : de la sécession urbaine et autres incorporations à Los Angeles. L’Espace géographique 2(33) : 131-148. 


Buarque de Holanda, S. 1995. Raizes do Brasil. Sao Paulo, Companhia das letras.

Caldeira T. 2000. Cidade dos Muros. Crime, Segregação e Cidadania em São Paulo. Sao Paulo, Edusp.

Capron G. (dir) 2006. Quand la ville se ferme. Quartiers résidentiels sécurisés. Paris, Editions Bréal.

Debrie J., Steck B. 2001. L’enclavement, réévaluation théorique et application à l’Afrique de l’Ouest. L’Espace géographique 1 : 26-36.

Deleuze G, Guattari F. 1980. Mille plateaux. Paris, Minuit.

Donzelot J. 1999. La nouvelle question urbaine. Esprit 258 : 87-114.

Genestier P. 1991. Pour une intégration communautaire. Esprit 169 : 48-59.

Grafmeyer Y. 1996. La ségrégation spatiale, in Paugam S. L’exclusion. L’état des savoirs. Paris, La Découverte : 209-217.

Jaillet M.-C. 1999. Peut-on parler de sécession urbaine à propos des villes européennes ? Esprit : 145-167.

Le Goix R. 2006. Les gated communities en France et aux États Unis : une innovation dans le développemnt périurbain ? Hérodote 122 : 107-137.

Le Guirriec P. 2009. As relações de sociabilidade nos condominios horizontais. Abordagem comparativa Natal - São José do Rio Preto.  Cronos 9(1) : 367-378

Levi-Strauss C. 1971. Race et culture. Revue internationale des sciences sociales XXIII(4) : 647-666.

Madore F. 2004. Les ensembles résidentiels fermés en France. La forme d’habitat d’une société d’incertitude. Les Annales de la recherche urbaine 95 : 99-106.

Maurin E. 2004. Le ghetto français. Enquête sur le séparatisme social. Paris, Seuil.

Mongin O. 2005. La condition urbaine. La ville à l’heure de la mondialisation. Paris, Seuil.

Renan E. 1882 [1991]. Qu’est ce qu’une Nation ? In Forest Ph. Qu’est-ce qu’une nation ? Littérature et identité nationale de 1871 à 1914. Paris : Bordas : 12-48.

Rodrigues S. 2006. Loteamentos fechados e condomínios residenciais em São José do Rio Preto. PUC-Campinas, mémoire de master non publié.

Santos M. 2000, O espaço Cidadão. S. Paulo, Ed. Studio Nobel.

Schulte-Tenckhoff I. 2001. The Concept of Community in the Social Sciences and its Juridical Relevance. Rapport de recherche pour la Law Commission of Canada.

Tonnies F. 1977. Communauté et société. Paris, Retz-GEPL.

Weber M. 1971. Économie et société. Paris, Plon.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : L’appareil politico-administratif du condominio Recanto Real (Sao José do Rio Preto)
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1953/img-1.png
File image/png, 46k
Top of page

References

Electronic reference

Patrick Le Guirriec, « Les condominios brésiliens : des territoires politiques sans peuple », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 8 | 2012, Online since 29 June 2012, connection on 27 April 2017. URL : http://articulo.revues.org/1953 ; DOI : 10.4000/articulo.1953

Top of page

About the author

Patrick Le Guirriec

Professeur des Universités. Université François Rabelais à Tours. UMR 6173 CITERES. Professeur invité. Université fédérale de Rio Grande do Norte (Natal, Brésil). leguirriec@univ-tours.fr

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org