Skip to navigation – Site map
Dossier

La construction rythmique de l’incontournable touristique. L’exemple de la tour Eiffel

The rhythmical construction of a tourist must-see. The example of the Eiffel Tower
Maie Gérardot

Abstracts

At first laughed at and looked down upon, the Eiffel Tower quickly established itself in the collective Parisian, French and even world imagination as an inescapable tourist attraction. How did a place built for the World Fair of 1889 become a landmark of tourism, the symbol of Paris and of France? We put forward the hypothesis that this change in the Tower’s status is linked to the growing importance of pace in the venue’s tourist activity.

Top of page

Full text

Introduction

1La tour Eiffel a été construite à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889. Moquée et critiquée avant même sa construction, plusieurs fois menacée de démolition, elle est pourtant, plus de cent ans plus tard, devenue un lieu touristique incontournable, un haut-lieu du tourisme français et mondial. La question qui se pose est de savoir comment s’est effectué le changement de statut de ce lieu. En d’autres termes, comment un lieu touristique devient-il un haut-lieu ?

2Nous faisons l’hypothèse que ce qui arrivé à la tour Eiffel, c’est la monorythmie. La monorythmie peut être définie comme une situation dans laquelle le rythme du tourisme est dominant, organisant et structurant le lieu, transformant son esprit et excluant les autres rythmes, comme ceux des loisirs ou des Parisiens.

3Pour comprendre comment la monorythmie s’est imposée à la tour Eiffel, il importe de revenir sur l’histoire de ce monument, pour en dégager les moments charnières pendant lesquels le rythme du tourisme s’impose. Il sera également nécessaire de définir le rythme, et plus précisément le rythme du tourisme, pour décrire ensuite comment la monorythmie organise aujourd’hui le lieu.

La tour Eiffel : du monument de l’Exposition Universelle de 1889 au lieu touristique incontournable contemporain

Du projet à 1909 : la durabilité en question

4L’Exposition universelle de 1867, la première organisée sur le Champ-de-Mars, marque l’apogée du Second Empire. Celle de 1878 n’a connu qu’un succès mitigé : 16 millions de visiteurs selon Marrey (2001 : 32), mais avait permis à la France de reprendre après la défaite de 1870 sa place dans le concert des nations. La France du début des années 1880 vit dans un état de crise économique et politique chronique. Soucieuse de célébrer ses principes fondateurs, elle décide de fêter le centenaire de la Révolution française avec solennité, tout en démontrant sa modernité et sa capacité à innover. L’organisation d’une nouvelle exposition en 1889 apparaît donc à la fois comme un moyen de relancer l’économie en mettant en chantier de grands travaux, et comme l’occasion de recréer un consensus politique autour des célébrations du centenaire. La course à la hauteur stimule alors l’imagination des ingénieurs, qui rêvent de dépasser la hauteur symbolique de 300 mètres. En France, Jules Bourdais propose une tour de granit pour illuminer Paris, mais le concours lancé en 1886 pour décider du « clou » de l’exposition de 1889 lui préfère le projet d’Eiffel. Dès la proclamation des résultats du concours se manifeste une forte opposition au projet, comme en témoigne la pétition publiée dans Le Temps en février 1887 « contre l’érection […] de l’inutile et monstrueuse Tour Eiffel » (Hamy, 1980 : 33) et signée par Guy de Maupassant, Charles Garnier, Alexandre Dumas Fils, Leconte de Lisle ou encore Sully Prudhomme.

5La tour est achevée en mars 1889. Lors de l’exposition, son succès est immédiat : elle accueille en tout 1 900 000 personnes, du monde entier : « des Américains vinrent en canot, des Italiens à vélo, un moujik à pied et trois Viennois en brouette » (Marrey, 2001 : 33). Maupassant (cité par Hamy, 1980 : 54) note avec amertume que Paris est : « envahi par l’univers. Dès le jour, les rues sont pleines, les trottoirs roulent des foules comme des torrents grossis. Tout cela descend vers l’exposition, ou en vient, ou y retourne. Sur les chaussées, les voitures se tiennent comme les wagons d’un train sans fin. Pas une n’est libre, pas un cocher ne consent à vous conduire ailleurs qu’à l’exposition […] pas de coupés […] ils travaillent maintenant pour le rastaquouère étranger ».

6Mais une fois l’exposition finie, la curiosité retombe vite, de même que le nombre de visiteurs : 393 414 en 1890, 149 580 en 1899. Il faut attendre l’Exposition universelle de 1900 pour que la fréquentation remonte, avec un peu plus d’un million de visiteurs. Mais une nouvelle fois, à la fin de l’Exposition universelle, la fréquentation chute (131 724 visiteurs en 1901). L’avenir est loin d’être assuré quant arrive en 1909 la fin de la concession.

  • 1  Eiffel publie en 1906 le premier atlas météorologique de la France.
  • 2  Eiffel contribue à la construction d’une science nouvelle, l’aérodynamique, avec Ludwig Prandtl.
  • 3 1905 : premières liaisons TSF avec les places fortes de l’Est ; en 1907, liaison avec Bizerte.

7Pour éviter la démolition, Eiffel met en avant les diverses utilités de la tour : laboratoire météorologique1, observatoire astronomique, soufflerie2, relais pour la télégraphie sans fil3. C’est en mettant la tour au service du ministère de la guerre qu’Eiffel la sauve de la démolition. En 1910, la concession est renouvelée pour 70 ans.

De 1910 à 1960 : la naissance d’un symbole

8Pendant les deux conflits mondiaux, la tour est fermée au public. Elle devient un symbole de la France dès 1939 en étant représentée avec des drapeaux français ou alliés et des coqs gaulois, avec des slogans comme « on les aura » ou « la victoire aux alliés ». Le 24 août 1944, un FFI hisse le drapeau sur la tour. Rendue aux civils en 1946, elle accueille plus d’un million de visiteurs dès 1947. Entre les deux conflits mondiaux, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1937, des travaux ont été menés sur la tour par André Granet : restructuration du premier étage, suppression des arcades, remplacées par des galeries rectilignes, lustre lumineux et nouvel éclairage. L’exposition se traduit une nouvelle fois par une augmentation notable de la fréquentation : plus de 800 000 visiteurs en 1937, contre 264 000 en 1936 et 258 000 en 1938. Comme l’écrit Barthes (1964 : 73), la tour Eiffel est en fait peu à peu devenue « le symbole de Paris », « Paris par métonymie ».

9Elle s’est parallèlement insérée dans la vie artistique française. Des peintres (Delaunay, Bonnard, Signac, Bonnard, Chagall ou encore de Staël), des poètes (Apollinaire, Cendrars, Aragon, Queneau), des auteurs de théâtre (Cocteau, Rousseau), des romanciers (Fargue, Mac Orlan, Buzzati), des photographes (Petit, Durandelle, les frères Neurdein, Doisneau), des cinéastes (Méliès, Clair, Gance, Lubitsch) ou encore des auteurs de bandes dessinées (Tardy, Hergé) en font un objet artistique doté d’une puissance esthétique forte. La tour est également « inlassablement copiée, multipliée, c’est-à-dire simulée […] sous forme d’une infinité de breloques souvenirs ou d’ornements excentriques » (Barthes, 1964 : 70). Le côté glorieux et scientifique du monument s’efface et la tour devient pour Roland Barthes un « monument total » car « pleinement inutile » (Barthes, 1964 : 28). Elle s’impose comme symbole de Paris et moyen de percevoir « l’essence » de la capitale : « la carte postale […], l’encrier, le porte-plume, le rond de serviette et le buvard de bureau que l’on rapporte de Paris ne prennent leur valeur parisienne intégrale que si la tour Eiffel apparaît, en quelque gravure, impression ou ciselure » (Romy cité par Hamy, 1980 : 135).

10Mais la véritable naissance de la tour Eiffel comme lieu touristique incontournable commence seulement dans les années 1960.

Depuis les années 1960 : le changement de statut de la tour Eiffel

11La fréquentation de la tour est en constante augmentation à partir du début des années 1950. En 1963, elle accueille plus de 2 millions de visiteurs. En 1974, le cap des 3 millions est franchi, puis en 1984 celui des 4 millions, en 1989 celui des 5 millions et en 1998 celui des 6 millions. L’année 1963 marque un autre tournant, quand la délégation permanente de la Commission supérieure des Monuments historiques formule le vœu d’une protection de la tour au titre des monuments historiques, signe qu’elle est devenue un élément fondamental et indispensable de la capitale. Dès 1964, la tour est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Elle gagne ainsi un nouveau label, un statut qui attire encore plus de visiteurs et l’assurance de n’être jamais démolie.

  • 4  Société nouvelle d’exploitation de la tour Eiffel (1980-2005) détenue à 30% par la ville de Paris (...)

12Dans les années 1970, une nouvelle période commence pour la tour. En effet, en 1977, Paris devient une commune de plein exercice, dirigée par un maire élu et non plus par un préfet. En 1979, le maire de Paris décide de ne pas renouveler la concession accordée à la société de la tour Eiffel, de fonder une société d’économie mixte4 pour gérer le monument et de lancer une série de grands travaux, dont le nouvel éclairage imaginé par Pierre Bideau est le symbole. L’éclairage est encore amélioré pour le passage à l’an 2000, avec le scintillement de 20 000 ampoules, devenu quotidien à partir de 2003. Les différents maires de Paris ont en commun la volonté de faire de la tour un centre majeur de l’animation culturelle et touristique de la capitale : Chirac et ses grands travaux, Tibéri et le compteur de l’an 2000, Delanoë et le scintillement. Les grands événements, de toutes sortes, se multiplient au pied de la tour, comme le départ du Paris-Dakar en 1978, le concert de Jean-Michel Jarre en 1995 ou encore la venue de Jean-Paul II en 1997. Le feu d’artifice parisien du 14 juillet est également devenu indissociable de la tour.

Le rythme du tourisme comme facteur d’explication de la construction d’un haut-lieu touristique

Le rythme du tourisme

13Nous définissons le rythme comme l’organisation et la désorganisation de l’espace, la façon dont un phénomène donné organise ou désorganise spatialement et temporellement un lieu. Le rythme du tourisme, c’est donc la façon dont le tourisme organise ou désorganise spatialement et temporellement un lieu. Nous distinguons sept critères de variation d’un rythme : trois critères spatiaux (durée, régularité et continuité), trois critères temporels (échelle, métrique, substance) et un critère englobant, le nombre.

Figure 1. Les sept critères de définition et de variation du rythme

Figure 1. Les sept critères de définition et de variation du rythme

Source : Gérardot 2008.

14La durée est un espace de temps qui s’écoule entre deux limites observées. La continuité, c’est celle du rythme, discontinuité qui crée de la continuité. La régularité est à mettre en lien avec les conduites et les pratiques, pour expliquer une action. En effet, « toute forme d’explication dépend d’une conception de la régularité des conduites » (Chauviré et Ogien, 2002 : 9). La métrique est le « mode de mesure et de traitement de la distance » (Lévy, 2003 : 880), elle permet de prendre en compte le mouvement, sa vitesse ou l’absence de mouvement. L’échelle est à mettre en lien avec les mobilités urbaines. Elle permet de distinguer des « types d’attitudes, correspondant à une intégration plus ou moins grande de l’ensemble des échelles de l’agglomération, la vraie différence portant sur le nombre d’échelles qui cohabitent » (Lévy, 2003 : 219). La substance correspond à la « composante non spatiale d’une configuration spatiale » (Lévy, 2003 : 607). L’espace est en effet toujours qualifié, il est toujours l’espace de quelque chose. Le nombre, enfin, détermine l’intensité d’un rythme : plus il y a d’acteurs partageant le même rythme, plus ce rythme est dominant et plus il structure un lieu.

Typologie des lieux rythmiques

15Nous distinguons trois types de lieux rythmiques. Nous employons trois termes pour qualifier ces lieux : monorythmique, polyrythmique et polyrythmique dominé. Un lieu est dit monorythmique quand un seul rythme en détermine l’agencement temporel et spatial. Il domine tous les autres rythmes et leur laisse peu de place. Au contraire, un lieu est dit polyrythmique quand plusieurs rythmes organisent conjointement l’organisation d’un lieu. Les rythmes sont dans ce cas juxtaposés. Enfin, un lieu est dit polyrythmique dominé quand le rythme étudié est minoritaire parmi d’autres rythmes, participant de ce fait de façon minoritaire à l’organisation du lieu.

Tableau 1. Rythmes et lieux rythmiques

Rythme

Agencement spatial et temporel

Lieu rythmique

Fort

Dominant

Monorythmique

Faible

Dominé

Polyrythmique dominé

Médian

Mixte

Polyrythmique

Source : Gérardot, 2008

16Pour illustrer ce tableau, il est possible de donner des exemples de lieux touristiques parisiens où le rythme du tourisme se déploie de façon différente. Le château de Versailles est un lieu touristique monorythmique, où le rythme du tourisme domine les autres rythmes (comme celui des loisirs) et organise le fonctionnement du lieu. Le château de Vincennes est au contraire un lieu touristique polyrythmique dominé où le rythme du tourisme est minoritaire par rapport au rythme des habitants, pour qui le château est un lieu de loisirs et du quotidien. La Bibliothèque nationale de France (site François Mitterrand) est un lieu où le rythme du tourisme se développe de façon récente et de plus en plus fortement, faisant passer le lieu de la polyrythmie dominée à la polyrythmie.

Le rythme du tourisme à la tour Eiffel : de la polyrythmie à la monorythmie touristique

17La tour Eiffel est un lieu touristique qui, de polyrythmique, est devenu monorythmique. En reprenant l’un après l’autre les sept critères de définition et de variation d’un rythme, il est possible de comprendre comment le rythme du tourisme s’est progressivement imposé dans ce lieu, dominant et écartant les autres rythmes.

18Le nombre de touristes est, nous l’avons vu, toujours plus élevé. Le nombre apparaît dans le cas de la tour Eiffel comme le critère principal expliquant le passage de la polyrythmie à la monorythmie touristique. Les touristes sont omniprésents sur la tour Eiffel, le Champ-de-Mars et au Trocadéro. Ils sont Français ou étrangers et confèrent au lieu une échelle qui dépasse la seule échelle parisienne. Tous les moyens de transport sont employés pour venir à la tour : bateaux-mouches, cars, métro, RER, marche à pied ou encore vélo. Sur place, les visiteurs sont mobiles (passage du Trocadéro à la tour via les jardins et le pont d’Iéna par exemple) ou immobiles (pour faire la queue, regarder le panorama ou prendre des photos). La superposition de ces mouvements et immobilités produit un lieu particulier, organisé par le tourisme, comme le montre cette carte représentant les flux de visiteurs (Carte 1).

Carte 1. Flux de visiteurs vers et depuis la tour Eiffel

Carte 1. Flux de visiteurs vers et depuis la tour Eiffel

Source : Gérardot 2008

19Le rythme du tourisme est continu, même si les touristes qui le produisent changent, et ce phénomène s’inscrit dans la durée, depuis plus d’un siècle. Cela se traduit par une substance totalement touristique. En témoigne la régularité des pratiques associées au lieu : la tour est devenue un incontournable du tourisme parisien, un moyen de s’imprégner de la ville et de la découvrir. Barthes (1964 : 47) en fait d’ailleurs la « Porte » qui « marque le passage à une connaissance », un « rite d’initiation dont seul […] le Parisien peut se dispenser ». Cette phrase de Barthes indique un fait majeur de la fréquentation de la tour : les Parisiens, et par extension, les Franciliens, n’y vont pas. La tour Eiffel est par conséquent un lieu à la faible corythmicité : le rythme du tourisme organise seul le lieu. Les Parisiens et Franciliens ne représentent d’ailleurs que 8 % des visiteurs. La tour Eiffel est donc l’un des rares lieux parisiens que les touristes se sont totalement appropriés. Les Parisiens en ont été progressivement exclus et ne le fréquentent presque plus. Il est d’ailleurs courant d’entendre les Parisiens critiquer la tour et son quartier, car trop touristiques. La tour est désormais pour la majorité des Parisiens un lieu évité, auto-censuré, dans lequel on se rend généralement avec des amis non Parisiens. Coexistent ainsi deux images bien différentes d’un même lieu, associées à des pratiques et des stratégies spatiales également différentes.

Photo 1. Stand de souvenir à proximité de la tour

Photo 1. Stand de souvenir à proximité de la tour

Source : Gérardot, 2008.

20Dans la catégorie des visiteurs de la tour (qui sont donc en majorité des touristes), nous pouvons par exemple distinguer deux grands types de pratiques : celles de ceux qui montent dans la tour et celles de ceux qui n’y montent pas. Ces deux grands types de pratiques ne sont pas opposés mais juxtaposés, dans la mesure où les visiteurs qui montent dans la tour et ceux qui n’y montent pas ont en commun de déambuler sous la tour. Cette déambulation sur le parvis existe d’ailleurs depuis la construction de la tour. Que font les visiteurs au pied de la tour ? Ils lèvent la tête pour regarder la tour, se promènent entre les quatre piliers pour la voir sous tous les angles, prennent des photos, font des films, regardent des plans, lisent leurs guides de voyage, mangent et boivent, se reposent, attendent leur tour pour atteindre les caisses, achètent des souvenirs aux vendeurs à la sauvette, cherchent le car dans lequel ils doivent remonter ou la station de métro la plus proche. Des couples et des familles se font prendre en photo devant le monument. Des enfants courent dans tous les sens, font peur aux pigeons, regardent des vendeurs de ballons ou des mimes. Une fois montés dans la tour, que font les visiteurs ? Aux deux premiers étages de la tour, ils peuvent déjeuner, acheter des souvenirs. À tous les étages de la tour, le rituel est le même : marche le long des galeries, découverte de Paris vu d’en haut, photographies et films.

21La domination du rythme du tourisme sur tous les autres rythmes se voit dans l’organisation actuelle du lieu. Les flux et les pratiques en témoignent, mais également les activités commerciales liées à la tour. La tour Eiffel forme en effet « un ‘petit monde’ familier » dont touristes et « marchands de cartes postales, de souvenirs et de bibelots » (Barthes, 1964 : 50) sont les habitants.

22Il faut enfin noter que le rythme du tourisme ne fait que se renforcer. En témoigne, nous l’avons dit, le nombre de visiteurs qui ne cesse d’augmenter (6,8 millions de visiteurs en 2007, ce qui constitue un record absolu de fréquentation) et la multiplication des grands événements (concerts, illuminations). En témoignent aussi les multiples reproductions de la tour dans le monde entier, qui ne font que renforcer la substance touristique du lieu, sa puissance symbolique à toutes les échelles. Des reproductions de la tour existent à Las Vegas, Shenzhen, Slobozia, Parizh ou encore Paris, Texas.

Conclusion

23La tour Eiffel, lieu construit à l’occasion d’une exposition universelle, est devenue un lieu touristique incontournable, connu et reproduit dans le monde entier, un lieu touristique que nous qualifions de monorythmique. Le rythme du tourisme s’est en effet imposé dans ce lieu, en déterminant progressivement et massivement son organisation, son fonctionnement et son esprit, au détriment des autres rythmes, comme celui des loisirs ou celui des Parisiens et Franciliens. Pour se déployer avec de plus en plus d’intensité, le rythme du tourisme s’est appuyé sur des éléments variés : image quasi mythique du monument, classement à l’inventaire des monuments historiques, amélioration des éclairages ou encore organisation de grands événements.

Top of page

Bibliography

BARTHES Roland, 1964, La tour Eiffel, Paris : Delpire.

MARREY Bernard, 2001, La tour Eiffel, Paris : Éditions du Patrimoine.

HAMY Viviane, 1980, La tour Eiffel, Paris : Éditions de la Différence.

LÉVY Jacques, 2003, Articles « Échelle », « Métrique », « Substance », in LÉVY Jacques, LUSSAULT Michel (dirs), Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, Paris : Belin.

CHAUVIRÉ Catherine, OGIEN Albert (dir.), 2002, La régularité. Habitude, disposition et savoir-faire dans l’explication de l’action, Paris : Éditions de l’EHESS.

Top of page

Notes

1  Eiffel publie en 1906 le premier atlas météorologique de la France.

2  Eiffel contribue à la construction d’une science nouvelle, l’aérodynamique, avec Ludwig Prandtl.

3 1905 : premières liaisons TSF avec les places fortes de l’Est ; en 1907, liaison avec Bizerte.

4  Société nouvelle d’exploitation de la tour Eiffel (1980-2005) détenue à 30% par la ville de Paris et à 70% par la SAGI (société anonyme de gestion immobilière), remplacée en 2005 par la société d’exploitation de la tour Eiffel détenue à 60% par la ville de Paris et à 40% par des partenaires privés (Eiffage, LVMH, EDF…).

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Les sept critères de définition et de variation du rythme
Credits Source : Gérardot 2008.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/195/img-1.jpg
File image/jpeg, 200k
Title Carte 1. Flux de visiteurs vers et depuis la tour Eiffel
Credits Source : Gérardot 2008
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/195/img-2.png
File image/png, 393k
Title Photo 1. Stand de souvenir à proximité de la tour
Credits Source : Gérardot, 2008.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/195/img-3.jpg
File image/jpeg, 339k
Top of page

References

Electronic reference

Maie Gérardot, « La construction rythmique de l’incontournable touristique. L’exemple de la tour Eiffel », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 4 | 2008, Online since 01 November 2008, connection on 22 October 2014. URL : http://articulo.revues.org/195 ; DOI : 10.4000/articulo.195

Top of page

About the author

Maie Gérardot

Maie Gérardot holds a PhD in Geography and Land Management. She is a Professor (PRAG) at the University of Cergy-Pontoise. Her research interests lie in tourism, heritage, and the city. Email: maie.gerardot@wanadoo.fr

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org