Skip to navigation – Site map
2011

L’actualité de Karl Polanyi

Book review of: Karl Polanyi. Essais.
Nicolas Postel
Bibliographical reference

Karl Polanyi. 2008. Essais. Paris: Seuil.

Full text

Full size image
Credits : © Seuil 2008

1Karl Polanyi est un auteur souvent cité et peu lu. Cet auteur complexe, anthropologue, historien, économiste, a produit une œuvre protéiforme qu’il n’est pas toujours simple d’aborder de manière analytique. Son ouvrage majeur, The Great Transformation (Polanyi 1944), propose une interprétation radicalement nouvelle des liens entre l’économie et la société ainsi qu’entre le libéralisme et le fascisme qui devrait, aujourd’hui encore, nous aider à comprendre les tensions sociales inhérentes au capitalisme. La prise de conscience de cette actualité de Polanyi est grandement facilitée par la parution, en 2008, de ce recueil traduit de divers essais de l’auteur. Ces Essais regroupent des textes très différents, pour la plupart inédits en français et les organisent selon les trois éléments fondamentaux de la pensée polanyienne.

2Polanyi est connu pour son concept de marché autorégulateur. La thèse de Polanyi qui se détache de plusieurs de ces essais consiste à démontrer que l’émergence d’un marché autorégulateur à la fin du XVIIIème siècle, et durant tout le XIXème siècle, constitue une radicale nouveauté dans l’histoire de l’homme. Pour Polanyi, en effet jusqu’à cette expérience qui naît en Angleterre au moment de la Révolution industrielle, l’économie a toujours été contenue dans les structures sociales, insérée dans un ensemble d’institutions qui l’encadre et détermine son mode de fonctionnement.

3Au contraire, l’émergence de ce que Marx qualifiera de capitalisme suppose une inversion de ce rapport : l’économie s’autonomise puis domine et dirige la société, lui donnant à son tour son mode de fonctionnement et ses règles. Cela se passe, rappelle Polanyi, dans le cadre de la marchandisation fictive de trois piliers de la vie sociale artificiellement soumis aux règles marchandes : le travail, les ressources naturelles et la monnaie de crédit. « Mais il est évident que travail, terre et monnaie ne sont pas des marchandises : en ce qui les concerne le postulat selon lequel tout ce qui est acheté et vendu doit avoir été produit est carrément faux » (Polanyi 1983 : 107-109). Ils doivent pourtant être traités comme tels pour satisfaire les besoins de fonctionnement et d'accumulation du capital productif (Postel et Sobel 2008, 2010). La confusion entre cette place singulière qu’occupe l’économie dans le capitalisme et l’identification du fait économique en général est, selon Polanyi, à l’origine de l’une des plus graves confusions intellectuelles qui soit, entre l’économie formelle et l’économie substantive.

4C’est de cette confusion que traite la première partie des Essais. L’économie formelle, rappelle Polanyi dans un des premiers essais ici republié (53-79), se comprend comme l’étude du choix efficace des moyens alternatifs en vue de la réalisation d’objectifs donnés dans un contexte de rareté. Autrement dit, l’économie formelle se confond avec le fait d’être économe, d’obtenir le plus par le moins, d’être, au sens instrumental, « rationnel ». Elle s’érige ainsi en science de la rationalité. Pourtant, toutes les actions économiques ne sont pas rationnelles et certaines actions rationnelles ne relèvent pas intrinsèquement de l’économie. Elles ne relèvent pas en tout cas de l’économie en tant qu’ensemble des activités de production et d’échange. La définition de l’économie formelle ne correspond donc en rien à celle de l’économie « substantive », à savoir le « procès institutionnalisé d’interaction entre l’homme et son environnement, qui se traduit par la fourniture continue de moyens matériels permettant la satisfaction des besoins » (57) que défend Polanyi.

5En fait ces deux définitions visent deux choses tout à fait différentes qui coexistent fortuitement dans une économie capitaliste fondée sur le marché autorégulateur. En effet, l’agent économique marchand se contente d’être rationnel, lorsque l’économie correspond au périmètre marchand d’un univers fondé exclusivement sur la libre concurrence et la loi de l’offre et de la demande, dans ce cas, et seulement dans ce cas, étudier l’économie « substantive » revient à se faire spécialiste du choix rationnel. Mais cette superposition est doublement fautive. Elle n’a, tout d’abord, aucune légitimité historique ni géographique, comme le montrent les nombreux travaux de Polanyi dans ce domaine (49-281). L’économique existe dans toute société humaine et constitue même l’une des premières questions qu’une collectivité doit résoudre, mais elle ne prend pas systématiquement la forme d’un marché autorégulateur qui s’autonomise. La validité de l’économie formelle est donc restreinte au système capitaliste et ne dispose d’aucune extériorité par rapport à lui. Qui plus est, elle « essentialise » un système économique qui, précisément, n’est pas viable : le système de marché autorégulateur, littéralement, dissout la société. En effet ce « désencastrement » de l’économique vis-à-vis du social, uniquement repérable depuis une posture d’économiste « substantiviste », mettrait selon Polanyi la société en péril.

6Cette menace sociale que porte en lui le principe de marché autorégulateur est longuement étudiée par Polanyi dans la seconde partie des Essais. Polanyi y souligne en particulier un phénomène rarement analysé : l’étroite relation entre le libéralisme, une certaine dislocation sociale liée à la poussée de l’individualisme, et le fascisme. L’analyse de ce phénomène n’est pas secondaire. Elle est au cœur des préoccupations de Polanyi, traumatisé par le fascisme et arc-bouté dans la volonté de comprendre la mécanique qui a pu mener les sociétés occidentales les plus cultivées à s’y abîmer.

7Pour Polanyi – en particulier dans ces différents essais consacrés au fascisme (359-419) – le lien est clair. L’extension du marché autorégulateur se traduit par la marchandisation des trois piliers de la vie sociale que sont le rapport à la nature (marché des « ressources naturelles »), la conception du travail (marché du « travail » qui n’est autre que la vie humaine) et la détermination de la valeur (conditionné par le marché de la monnaie). Cette marchandisation place l’individu seul (sans la médiation du collectif) face à la logique marchande de l’efficacité et sans autre échappatoire : « ainsi celui qui aurait refusé de reconnaître qu’il agissait seulement par amour du gain serait passé non seulement pour un être immoral mais aussi pour un fou » (513). L’individu est donc soumis à la logique marchande et « doit » se comporter en automate de marché. La société se disloque. Le lien social tend à disparaître.

8En réalité, la société ne disparaît jamais vraiment, elle « réagit » à cette menace de dissolution. Mais elle ne peut le faire de manière démocratique, car l’organisation d’une prise de décision collective suppose a minima l’existence d’un lien social, comme le montre d’ailleurs dans le champ de l’économie dominante le célèbre théorème d’impossibilité de Arrow. Elle se reconstitue donc de la seule manière possible : par la fusion de tous les individus en une totalité fictive, en l’occurrence, dans l’entre-deux-guerres, le sang et le fascisme. Le totalitarisme fasciste est ainsi la seule manière de faire société entre des individus qui n’ont plus la capacité d’établir entre eux des liens sociopolitiques. Ainsi, « C’est la réalité d’une société de marché que l’on perçoit dans le totalitarisme » (386). Phrase et séquence démonstrative saisissante s’il en est, en particulier lorsqu’on s’est habitué au truisme habituel consistant à identifier démocratie et économie de marché !

9Polanyi apparaît ainsi dans ces Essais comme un des premiers penseurs, avant Arendt, Habermas ou Castoriadis, du lien entre libéralisme, primat d’une rationalité instrumentale diluant la « cité politique », et fascisme. La singularité de son œuvre trouve ici sa force, forgeant cette démonstration philosophique à partir d’une étude historique et anthropologique. Elle s’affirme ainsi comme l’une des plus fortes critiques de l’économie politique et plus précisément de sa version néoclassique (formelle), aujourd’hui encore extrêmement dominante. Contre l’économie formelle, Polanyi invite à penser les conditions de possibilité d’un encastrement de l’économie (y compris dans sa composante marchande), faute de voir l’illusion formelle mener, malgré elle, au chaos totalitaire.

10La dernière partie des Essais regroupe précisément des réflexions sur la manière de sortir du piège du marché autorégulateur sans sombrer dans le totalitarisme. L’acuité de Polanyi, évidemment, y est moins frappante, dès lors qu’il pressent, dans l’après-guerre que la Grande Transformation va précisément amener à conjurer définitivement ce sort. L’ère des Etats sociaux, interventionnistes, guidés par des représentations keynésiennes du fonctionnement de l’économie et par une représentation marxiste de la société de classes, lui semble promettre un avenir social apaisé. Rapidement, on perçoit dans les essais les plus tardifs de ce volume (parus en 1959 pour cette partie) une prise de conscience des difficultés effectives d’articuler liberté, socialisme dans sa version social-démocrate et efficacité productive permise par le marché.

11Toutefois, Polanyi ne peut pas délivrer les clés « actuelles » d’une sortie par le haut de la logique productive marchande : il n’est pas conscient de l’imminence de la révolution néolibérale qui interviendra peu après sa mort en 1964, changeant radicalement le contexte sociopolitique. Cela périme évidemment les « solutions » qu’il envisage. Mais cela ne périme pas du tout l’actualité de sa réflexion qui vise à penser les modes possibles de démocratisation du capitalisme. A la recherche d’une voie médiane entre libéralisme et communisme, attentif au lien entre démocratisation et recul de la domination marchande, il est un apôtre avant la lettre du développement des initiatives de socialisation de la production marchande (dans le tiers secteur ou dans le cadre des expériences autogestionnaires) voire de la prise en compte de la dimension éthique de la production, remise au goût du jour à travers les thématiques du développement soutenable, de la responsabilité sociale de l’entreprise et du commerce équitable. Ainsi la philosophie politique qui se dégage de ces Essais, quoique plus imprécise et moins circonstanciée, n’en est pas moins extrêmement précieuse aujourd’hui tandis que les sociétés occidentales cherchent à recombiner souci d’efficacité économique et exigence d’équité.

12Pourquoi donc lire ces Essais et y trouvera-t-on des pépites de sens ? Oui, si l’on est convaincu qu’une « dislocation » liée au primat de l’économique et plus encore à l’avidité financière menace les sociétés occidentales. Oui, si l’on est convaincu que l’économie doit être socialement réencastrée et que les sciences économiques doivent d’urgence réintégrer le giron des sciences sociales dont elles se sont évadées. Oui, enfin, si l’on pense que la question de l’équilibre écologique est aujourd’hui posée et qu’il faut renouveler la critique sociale en lui adjoignant cette critique essentielle de l’impasse que constitue une « marchandisation » de la nature. Il faut lire et relire d’urgence les Essais de celui qui apparaît aujourd’hui, rétrospectivement, comme l’un des auteurs les plus importants et les plus méconnus du XXe siècle.

13Ceci paraît d’autant plus nécessaire que l’actualité politique, en Europe et dans les pays capitalistes « avancés », est marquée par la montée des partis et/ou des idées de l’extrême droite. Alors même que cette tendance semble provoquer sidération, incompréhension et panique chez les élites de ces pays, on serait même tenté de dire que la lecture de Polanyi devrait être obligatoire ! Il ne s’agit pas là d’un phénomène intrinsèquement politique, circonstanciel et passager mais d’une tendance lourde qui menace les sociétés capitalistes lorsqu’elles cessent de se donner les moyens de contrôler la sphère économique : leur effondrement politique est un symptôme de l’autonomisation de l’économique (permise par la financiarisation) et du risque de dislocation sociale que cette autonomie porte en elle.

Top of page

Bibliography

Polanyi K. 1983. La Grande Transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps. Paris, Gallimard.

Postel N, Sobel R. 2008. Économie et rationalité. Apports et limites de l’approche polanyienne. Cahiers d’économie politique (54): 121-148.

Postel N, Sobel R. 2010. Le concept de « marchandise fictive », pierre angulaire de l'institutionnalisme de Karl Polanyi ? Revue de philosophie économique 11(2): 3-35.

L’auteur remercie l’Agence nationale de la recherche (ANR) pour son soutien à la publication de ce compte rendu (Projet RSTI n°09-JCJC-0132-01).

Top of page

References

Electronic reference

Nicolas Postel, « L’actualité de Karl Polanyi », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Book Reviews, 2011, Online since 01 July 2011, connection on 28 March 2017. URL : http://articulo.revues.org/1778

Top of page

About the author

Nicolas Postel

Nicolas Postel is an Assistant Professor in Economics at the University of Lille 1 and at the CLERSE Laboratory (UMR 8019, CNRS). He specializes in the history of economic thought and of institutionalist approaches of economics. Among these objects, the analysis of Corporate Social Responsibility occupies a central place. On a more epistemological level, he tries to design the re-emergency of an institutionalist paradigm in economics. He contributed to the building of the French Association for Political Economy, which works towards more pluralism in economics and towards bringing back economics in social sciences.

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org