Skip to navigation – Site map

Valka-Valga: recomposition d’une agglomération frontalière entre Lettonie et Estonie ?

Valka-Valga: the recomposition of a cross-border urban agglomeration between Latvia and Estonia?
Pascal Orcier

Abstracts

Valka (Latvia) and Valga (Estonia) form a cross-border urban continuum of 20 000 inhabitants. The article first proposes to examine the singularity of the local cross-border configuration, within the context of national restoration, which has characterized Baltic States since 1991, and then their integration to the EU. The border is nowadays completely open, but is still part of the identity and everyday life of the city. To date the urban fabric has hardly been affected by this change of status, and obstacles still prevent the development of a more intense cross-border activity. However, economic strategies do exist to mend the urban fabric, with the help of EU funds. Can an exploitation of the border be an element of conversion of a local economy weakened by the decline of industrial and agricultural activities? The economic and demographic decline is a reality, and was formerly increased by the disadvantages brought about by the border proximity and a peripheral situation in the national territories. Can the re-united city become again an important regional center, as it used to be during the past centuries?

Top of page

Full text

Introduction

1Dans un contexte de mondialisation et de « sans frontière », il semble que précisément les réflexions ayant pour objet l’étude et le fonctionnement des enveloppes étatiques n’aient jamais été aussi nombreuses. Ce champ d’étude initialement très politique a progressivement été investi par les sciences sociales au rang desquelles la géographie mais aussi l’histoire, l’ethnologie (Bromberger et Morel 2001) et la sociologie (Urry 2005). En géographie francophone, dans la lignée des travaux de Claval (1974), Raffestin (1974, 1980), Foucher (1988, 2006, 2007) et Renard (1994, 1997, 2007), la thématique de la frontière a été déclinée sous l’angle des discontinuités spatiales (Gay 1995, Carroué et Claval 2002), à travers ses interactions à l’échelle locale (Kotek 1996) et de nombreuses études de cas régionaux. Le champ d’étude a suivi l’évolution des conceptions de la frontière, à l’heure où de nouvelles approches culturelles transfrontalières voyaient le jour (Dörrenbächer et Brücher 2000), ainsi que des formes inédites de coopération transfrontalière faisant de l’espace transfrontalier un espace central dans la construction européenne (Reitel 2002, Moine et Reitel 2005).

2Le champ régional baltique a été relativement peu investi, rendu secondaire au regard des changements survenus en Europe centrale et orientale depuis 1990. Ce sont surtout les historiens et géographes allemands, suédois et finlandais qui se sont particulièrement intéressés aux questions touchant aux frontières dans la région baltique (Forsberg 1995, Polvinen 1995, Paasi 1996, Waack 2000). « L’expérience » finlandaise en termes de gestion de son voisinage avec l’Union soviétique entre 1945 et 1990 et de sa frontière orientale imposée par Staline est singulière dans le champ géographique. Paasi (1996) a en particulier mis en évidence le rôle du changement dans la conscience des Finlandais, dans une approche à la fois théorique et empirique incluant la géographie, la sociologie, les études culturelles, les sciences politiques et l’histoire. La question des frontières dans la région balte a été largement biaisée par la question des minorités russophones et par la politisation des traités frontaliers. Elle offre pourtant un champ d’étude étendu et varié, à l’échelle de jeunes Etats dont l’empreinte sur le territoire est encore fraîche.

3Comme le montre la Carte 1, Valka (Lettonie) et Valga (Estonie), situées de part et d’autre de la frontière entre les deux pays, forment une agglomération de 20 000 habitants, qui en fait une curiosité pour le géographe s’intéressant aux frontières. D’autant que les Etats de la région balte, dont les indépendances n’ont été restaurées qu’en 1991 et qui ont fait leur entrée dans l’Union européenne en 2004, ont peu fait l’objet d’études de ce genre, alors même que le fait frontalier y est récent et lourd de signification pour ces Etats ayant subi le joug de l’URSS pendant cinquante ans. Précisément, à l’échelle locale, Valka-Valga, en concentrant les phénomènes propres au fonctionnement de la dyade esto-lettonne, justifie son intérêt dans une étude sur les effets de la défonctionalisation des frontières et parallèlement les formes d’inertie qui l’accompagnent dans les pratiques urbaines. L’agglomération constitue un cadre d’étude particulièrement sensible aux changements liés au processus d’intégration communautaire. L’article propose d’envisager dans un premier temps la singularité de la configuration frontalière locale, au regard de l’histoire, et dans le contexte de restauration nationale qui a caractérisé les Etats baltes depuis 1991. Il développe ensuite un certain nombre d’observations effectuées sur place en lien avec l’ouverture progressive de la frontière, afin de déterminer dans quelle mesure le processus reste inachevé. Il envisage enfin, dans une démarche prospective, un éclairage sur les freins qui perturbent les dynamiques frontalières ou les facteurs susceptibles de les relancer.

Carte 1. Valka-Valga : agglomération transfrontalière

Carte 1. Valka-Valga : agglomération transfrontalière

Source: carte satellite de la Lettonie, villes de Valka et Valga, carte 1 : 20 000 Jāņa sēta. Cartographie: Orcier 2009

4L’article développe en particulier les interrogations suivantes. A-t-on assisté à un accroissement des échanges entre les deux entités, à une disparition complète de la frontière dans les pratiques des riverains ? Quelle part occupe-t-elle dans la définition des identités locales ? L’exploitation de la frontière peut-elle jouer comme élément de reconversion d’une économie locale fragilisée par le déclin des activités industrielles et agricoles ? La ville réunifiée est-elle en mesure de redevenir un pôle régional à part entière, comme elle l’avait été pendant les siècles précédents, alors qu’elle continue à perdre de la population ?

Valga-Valka, un doublon insolite, accident de l’histoire ?

5Valga côté estonien, Valka côté letton. La situation actuelle est le résultat d’une partition, décidée en 1919 dans des conditions politiques très particulières. Lors de l’établissement de la frontière entre les deux jeunes républiques indépendantes, les parties estonienne et lettonne, qui étaient alliées face aux troupes allemandes et aux Bolcheviks, n’avaient pu s’entendre sur le sort de la ville. Celle-ci comptait en 1914, selon le dernier recensement de l’empire tsariste, une majorité de Lettons. Or la guerre avait provoqué d’importants déplacements de populations. La ville a même été le siège du gouvernement de la république soviétique autoproclamée de Lettonie (Iskolata), avant que les Bolcheviks n’en soient délogés en janvier 1919 par l’armée de Lettonie du Nord. De nombreux Lettons, plutôt favorables à la révolution bolchevik avaient quitté la ville. De leur côté, les troupes estoniennes avaient pris une part active dans la libération du nord du territoire de la Lettonie, tombé aux mains des Bolcheviks au lendemain de l’armistice du 11 novembre 1918. Le fait est que les équilibres locaux entre populations résidentes s’étaient trouvés bouleversés à la fin du conflit, les Estoniens étant devenus majoritaires.

6Faute d’entente entre les deux jeunes Etats sur l’appartenance de la ville, ceux-ci eurent recours à un arbitrage international. La commission dirigée par le Britannique Stephen George Tallents, appliquant le principe des nationalités, attribua la majeure partie de la ville à l’Estonie, fixant la frontière sur un ruisseau affluent de la rivière Pedele. Le tracé de la frontière esto-lettonne décrit ainsi un coude au niveau de la ville, suivant dans sa partie nord une orientation nord-sud, puis prenant une orientation est-ouest. Valka-Valga représente un cas original de partition à l’échelle locale qui n’a pas été par la suite une source de frictions entre les deux Etats.

7Cette partition a représenté un tournant dans l’histoire pluri-centenaire d’une ville qui s’était trouvée au centre géographique de la Livonie, région de la rive orientale de la Baltique correspondant à la Lettonie et à l’Estonie actuelles, dominée successivement du XIIIe au XXe siècle par l’Ordre teutonique, les Polonais, les Suédois et les Russes (Cabouret 2003). Située exactement à mi-chemin entre Riga et Pskov (170 km), sur la route terrestre remontant la vallée de la Gauja vers Tartu, Tallinn et Novgorod, la ville tirait parti de sa situation de carrefour au contact d’importants courants d’échanges impulsés par la Hanse, puis relancés par la proximité de la capitale des tsars. Elle jouissait d’une zone d’influence importante et se trouvait parmi les premières villes de la hiérarchie urbaine régionale. La partition de 1919 a mis fin à cet état de fait, et sa zone d’influence s’est trouvée amputée par l’établissement de la frontière, faisant de Valga l’estonienne une petite ville provinciale périphérique et excentrée sur le territoire, éloignée de la capitale Tallinn (à 245 km).

8Quant à Valka la lettonne, elle a dû faire l’objet d’importants aménagements pour être viable. L’Estonie ayant reçu la plus grande partie du bâti de la ville, avec la gare ferroviaire et le centre-ville, la Lettonie a dû engager un important effort pour bâtir de nouvelles infrastructures. Logements, bâtiments administratifs, édifices de culte, réseaux de voirie ont dû être construits rapidement pour répondre aux besoins de la population. La desserte de la ville lettonne a souffert de la perte de la gare, ce qui a accentué sa marginalisation économique et démographique à l’échelle du territoire national. La frontière, sous la forme de bornes rayées blanches et noires et de barrières, est devenue un élément du paysage urbain, au même titre que le rituel du contrôle à son passage.

9Paradoxalement, l’annexion soviétique de 1940 a permis pendant cinquante ans la réunification de la ville, ce qui est un phénomène rare. La frontière ayant été rabaissée au rang de simple limite administrative, elle ne posait pas de problème de franchissement pour les habitants. La reconstruction à partir de 1945 avait jeté les bases d’une entité municipale unique, bien qu’une forte inertie se soit maintenue dans la répartition spatiale des groupes estonien et letton. En revanche, le rétablissement des indépendances estonienne et lettonne en 1991 a de nouveau perturbé la vie locale, bien que les populations se soient exprimées majoritairement en faveur de l’indépendance lors des référendums nationaux organisés sur la question en 1990. Le rétablissement de la frontière internationale s’est fait sans tenir compte de la modification du bâti pendant la période soviétique ni des pratiques des habitants, qui possédaient souvent de l’autre côté des terres, des garages ou même… des sépultures !

Quelles réalités urbaines et paysagères contemporaines ?

10Valga s’étend sur 16,5 km² et compte 12 917 habitants en 2010. Chef-lieu de l’un des 15 comtés estoniens, la ville occupe le 12e rang des villes estoniennes. Ville industrialisée pendant la période soviétique, elle en garde les traces à travers de nombreuses friches et un habitat collectif qui abrite encore une importante population russophone. Du fait de ce double héritage, la ville a connu sur la période 1991-2010 un important déclin économique et démographique (-25 %, selon les instituts statistiques nationaux), supérieur à la moyenne nationale, et qui se poursuit. Valga a rétrogradé de trois places dans la hiérarchie urbaine estonienne depuis 1989, dépassée désormais par sa voisine Võru. Côté letton, Valka, 6 157 habitants répartis sur 14,5 km², est à la tête d’un des 21 rajoni lettons mais n’occupe que le 32e rang des villes lettonnes pour sa population. Elle n’est d’ailleurs que la seconde ville du rajons, derrière Smiltene. La dissymétrie démographique entre les deux entités municipales en présence est manifeste et continue à jouer en faveur de la ville estonienne.

11Néanmoins, s’il existe un léger écart de développement en faveur de l’Estonie, celui-ci est relativement faible à l’échelle locale. Les deux villes se trouvent à l’écart du principal axe routier de la région, la Via baltica mais constituent néanmoins le second point de passage entre les deux pays en terme de trafic routier. L’examen du réseau ferré semblerait indiquer une situation plus avantageuse : la ville se trouve à l’intersection des voies ferrées vers Riga, Tartu et Pskov via Võru. La représentation ne reflète pourtant pas la réalité du terrain en termes d’accessibilité et d’ouverture de la ville sur les régions environnantes. Le fait est que la ville se trouve « en bout de ligne ». Valga joue néanmoins un rôle de carrefour d’importance régionale, disposant de liaisons par autocar avec les petites villes du sud de l’Estonie et les principales localités du district. Les liaisons passagers ont été interrompues pendant plusieurs années entre Valga et Riga, l’exploitation de la ligne étant jugée non rentable du point de vue estonien. La Lettonie a néanmoins continué à exploiter la ligne Riga-Lugaži (pagast mitoyen à la ville de Valka, dont la gare est distante de deux kilomètres), sans doute afin d’éviter une marginalisation économique de la région. L’Estonie a de son côté privatisé ses chemins de fer à la fin des années 1990 ; la loi du marché a imposé ses règles : la ligne Valga-Võru, en mauvais état et traversant des zones économiquement peu dynamiques, a été fermée. Seule la ligne vers Tartu et Tallinn a continué à être exploitée, à raison de seulement deux trains de passagers quotidiens. Les temps de parcours la rendent peu compétitive par apport aux autocars.

12Le contexte singulier de l’agglomération, dont le seul nom évoque dans les deux pays la frontière commune (qui n’est ailleurs qu’une ligne à travers la campagne et la forêt), en fait un espace particulièrement symbolique du processus d’intégration européenne dans la région. C’est précisément sur ce lieu associé à une image forte et précise de la frontière que se sont déroulées des cérémonies officielles à l’occasion de l’entrée de la Lettonie et de l’Estonie dans l’espace Schengen le 21 décembre 2007 : les présidents letton Valdis Zatlers et estonien Toomas Hendrik Ilves ont officiellement levé ensemble la barrière qui coupait la rue Rainis/Sõpruse. Auparavant, comme le montre la Carte 2, les autres barrières avaient toutes été retirées le long de la frontière. L’entrée dans l’espace Schengen, assurant la libre circulation des personnes a libéré la ville de la contrainte de l’utilisation des points de passages. Les rues précédemment barrées sont désormais libres.

13Un véritable bouleversement du paysage urbain s’est produit, dégageant des espaces jusqu’alors fermés à la vue et à la circulation. L’ancien « sentier des douaniers » est désormais libre d’accès et donne une toute autre perception de la ville ; l’emprunter permet de prendre conscience – mais ce n’est pas une nouveauté – à quel point la frontière a guidé localement l’urbanisation et déterminé l’agencement des unités d’habitation elles-mêmes. On peut observer, du côté estonien, le long de la rue de Viljandi (au nord de la ville), l’alignement des maisons individuelles le long de la frontière, et l’absence d’urbanisation au-delà côté letton : chacune des municipalités avait son propre schéma de développement et des dynamiques démographiques différenciées. Peut-on aussi y voir la traduction d’une volonté de « boucher » la frontière à cet endroit ? L’examen de la Carte 2 montre des situations semblables au sud, où la frontière interrompt le tissu urbain et la trame du réseau des rues. La frontière correspond à des limites de propriétés, qui ne sont d’ailleurs pas toujours matérialisées par des clôtures. Surtout, la frontière constitue l’arrière-cour, la partie des propriétés qui est invisible depuis la rue, cachée et généralement peu esthétique : espace de stockage et de réserves, poulailler, etc. Qu’en est-il des pratiques des riverains ?

Carte 2. Valka-Valga : l’ouverture de la frontière, 2004-2008

Carte 2. Valka-Valga : l’ouverture de la frontière, 2004-2008

Sources et cartographie : Orcier 2004-2008

14D’autre part, la pratique du terrain a révélé à quel point dans ce contexte local la frontière faisait office de repoussoir : en premier lieu, l’observation a révélé que la frontière était utilisée pour le dépôt sauvage de gravats et d’ordures par les riverains. Cela vaut également pour le cimetière, côté letton, pour lequel la frontière est utilisée comme décharge où s’entassent bouquets et fleurs fanées, dans leurs emballages plastiques. Enfin, sur le même registre, il est à noter que les anciens WC publics de la gare routière de Valka, construits dans un bâtiment contre la frontière aujourd’hui à l’abandon semblent y avoir été installés sciemment.

15Ailleurs, les effets de la présence de la frontière sont assez peu visibles dans le paysage urbain : pas de duty free, ni d’enseignes de grandes marques, ni de files de véhicules indiquant des flux d’achats frontaliers. L’absence de forts différentiels de prix ou de législation sur des produits de consommation courante ou occasionnelle n’a pas généré l’apparition de magasins spécialisés caractéristiques au contact immédiat de la frontière. Des phénomènes de ruée sur des produits disponibles de l’autre côté de la frontière ne se sont produits que sur de courts laps de temps, suite à l’introduction d’une nouvelle législation ou d’une nouvelle taxe (alcools, sel). De même, l’observation des véhicules sur les parkings des supermarchés des deux côtés de la frontière n’a pas révélé la présence de résidents de l’Etat voisin. Cela n’est guère étonnant du fait de la continuité urbaine et de la grande proximité des enseignes pour les riverains des deux villes. Ceux-ci se déplacent à pied pour traverser la frontière et utilisent principalement les produits de consommation courante des marques nationales respectives, plutôt que les marques « exotiques » du pays voisin.

Une vie transfrontalière inachevée

16Plusieurs visites sur place entre 2004 et 2008 ont permis d’effectuer des observations et de mener quelques enquêtes de terrain. L’entrée dans l’Union européenne avait contribué à abaisser progressivement les contrôles frontaliers. A partir de 2004, le contrôle ne s’effectuait plus que par le pays d’entrée. Mais à l’époque, s’approcher de trop près d’une borne ou d’une barrière était encore passible d’un coup de sifflet de rappel à l’ordre ! Il est banal de dire que l’ouverture, ou la réouverture de points de passages intra-urbains simplifie désormais la vie des riverains. La perception de la ville et certaines pratiques locales se trouvent modifiées. Des sentiers qui n’existaient pas ont été spontanément créés ou recréés par les passages répétés de riverains. Ce phénomène peut être interprété comme une forme de réappropriation de la frontière, un besoin fonctionnel d’établir des passages « informels » évitant des détours. Cette pratique contribue à réarticuler les deux parties de la ville.

17Le constat que l’on peut dresser est qu’en dépit du voisinage immédiat, la barrière de la langue demeure un obstacle et l’origine d’un certain repli sur soi de la part de chaque entité. Le bilinguisme letton-estonien est assez peu répandu. Les deux langues n’appartiennent pas au même groupe linguistique (le letton est une langue indo-européenne du groupe balte, l’estonien appartient à la famille finno-ougrienne) et d’un point de vue « idéologique », l’usage du russe est « inconcevable » pour la communication entre les deux parties, étant la langue « honnie » de l’ancien occupant. Des témoignages fournis par des agents du secrétariat commun, institution locale de coopération transfrontalière mise en place dans les années 2000 ont révélé que les réseaux de sociabilités restaient déterminés par le critère linguistique et circonscrits dans le territoire respectif de chaque ville. Il existe ainsi une forte inertie, sans doute antérieure à la période soviétique.

18D’un point de vue sociologique, il a été intéressant également d’observer le comportement de groupes d’adolescents qui semblent avoir pris l’habitude de se retrouver derrière des garages à proximité de la frontière. Là, à l’abri des regards, ils peuvent en cachette fumer leurs premières cigarettes et échanger leurs premiers baisers. La frontière jouerait un rôle de refuge, donnant lieu à des pratiques – certes modestes – caractéristiques des marges urbaines. Reste à savoir dans quelle mesure ces observations ponctuelles sont révélatrices de pratiques généralisées et si elles correspondent à un « vécu » de la frontière comme lieu de la transgression et de la permissivité. Ces pratiques sont-elles amenées à disparaître du fait de l’ouverture ? S’achemine-t-on également vers un renforcement des liens humains de part et d’autre ?

19En raison de systèmes éducatifs distincts, les élèves des écoles de Valga et Valka ont peu de contacts entre eux dans le cadre scolaire, ne se rencontrant qu’épisodiquement lors de compétitions sportives ou de concours de chant organisés par les deux villes. C’est sans doute une limite aux pratiques transfrontalières. D’autres témoignages ont fait état du faible taux de mariages « mixtes » entre les deux villes : une vingtaine seulement en quinze ans, dont seulement quatre entre des nationaux lettons et estoniens (dans les deux Etats, on distingue la nationalité – au sens ethnique – de la citoyenneté). Il semble que dans ce domaine la proximité géographique ne fonctionne que chez les russophones des deux villes, qui représentent respectivement, toujours selon les instituts statistiques nationaux, 27,3% de la population de Valga et 20,8% de celle de Valka, pour lesquels la barrière linguistique n’existe pas !

20Qu’en est-il des flux commerciaux transfrontaliers ? Observation surprenante, il n’a pas été possible d’effectuer le moindre achat dans la monnaie du pays voisin pourtant distant de quelques dizaines de mètres. L’expérience a été faite plusieurs fois dans les deux villes en 2007, puis renouvelée en mai 2008 alors que se déroulait pour la sixième année le « Marché de la frontière », foire annuelle mettant précisément à l’honneur l’identité transfrontalière de la ville. L’observation sur le terrain fait apparaître des limites à cet événement : si la programmation culturelle de la journée avait établi un partage entre artistes et musiciens des deux pays, le marché se déroule entièrement du côté letton, à Valka ; les commerçants et artisans présents sont uniquement des Lettons ; la fréquentation est en revanche mixte.

21Aucune raison n’a pu être avancée par les différents interlocuteurs pour justifier leur refus d’accepter une monnaie autre que le lats letton. L’argument d’une rigueur de la comptabilité ne tient pas dans la mesure où les transactions ne font pas l’objet d’un enregistrement systématique ni de la délivrance d’un ticket. S’agit-il d’un blocage « mental » lié au souvenir des fortes variations de change dans les années 1990, ou au rôle symbolique de la monnaie comme signe de l’indépendance retrouvée des deux pays ?

22On peut avancer l’argument de l’inertie : ces attitudes pourraient s’expliquer par le choix de la simplicité, voire par conservatisme. Tant que rien ne les y oblige, les commerçants préfèreraient n’avoir qu’une monnaie de référence, celle qu’ils utilisent le reste du temps, quitte à perdre des clients ! Le fait que certains commerçants présents sont originaires de communes plus éloignées de la frontière les rendrait sans doute peu concernés par le phénomène transfrontalier ? Le commerce transfrontalier ne représente qu’une faible part de leur chiffre d’affaire : ce marché de la frontière ne se tient qu’une fois l’an, et ces commerçants ne vendent pas sur les marchés estoniens. Des entretiens avec des responsables locaux, au sujet de la réalité des pratiques transfrontalières des habitants, ont aussi révélé que la frontière restait encore une barrière dans les échanges commerciaux au niveau local. Il n’y a pas eu d’initiative pionnière visant à encourager localement l’usage des deux monnaies.

23La place des nouvelles technologies dans la vie quotidienne a sans doute permis de « dépasser » les contraintes monétaires liées aux transactions transfrontalières : la plupart des ménages sont équipés de cartes bancaires de paiement utilisables dans les deux pays. Le réseau bancaire est en outre le même, dominé par les groupes suédois, finlandais et allemands. L’intégration financière de la région favorise ici une fluidité monétaire dématérialisée que n’a pas acquise la monnaie numéraire. Il faudra sans doute attendre la circulation concrète de l’euro dans les deux pays pour que cette barrière soit surmontée. L’Estonie a adopté l’euro le 1er janvier 2011 ; la Lettonie l’envisage seulement pour 2014.

La frontière dans les stratégies de communication, entre patrimoine commun et outil marketing

24Comment la frontière intervient-elle dans les stratégies de communication de l’agglomération ? Comment connaît-elle un regain d’intérêt de la part des habitants et des visiteurs ? C’est au moment de son effacement que la frontière semble devenir un objet de curiosité et un élément du patrimoine commun : installation de panneaux d’information, mise en avant du caractère binational de la ville. Le fait est que celle-ci fait partie de l’identité et du quotidien des habitants. Les nombreuses reproductions de photos et cartes postales exposées au musée de la ville de Valga, dans certains restaurants et dans les nombreuses brochures disponibles sur place figurent les postes frontières dans l’entre-deux-guerres, faisant de ceux-ci un symbole partagé de la ville et de son identité duale.

25Elément de l’identité locale, la frontière est reprise dans la communication municipale et l’imaginaire local des événements sportifs et culturels. Chaque ville utilise différemment l’image de la frontière comme vecteur de son identité. Comment se définissent-elles par rapport à elle ? La ville de Valga valorise sur ses prospectus et son site internet le logo de la ville transfrontalière, la frontière incarnée par un oiseau blanc symbole de paix et de coexistence pacifique des deux villes, surmonté de la devise en estonien « Une ville, deux pays ». La ville estonienne, qui est la plus grande des deux, entend visiblement valoriser l’appartenance binationale de l’entité urbaine, comme élément de singularité par rapport aux autres villes estoniennes. Le choix de l’adresse de son site officiel www.valgalv.ee, plutôt que www.valga.ee est en cela significatif, en faisant apparaître les indicatifs nationaux des deux Etats concernés (ee et lv). Elle donne une image positive de la frontière, facteur de communication et d’échanges entre les peuples.

26La ville de Valka fait en revanche figurer la devise Pilsēta, kur sākas Latvija qui signifie « La ville où la Lettonie commence ». Le choix de valoriser la dimension nationale lettonne est manifeste, alors que Valka est démographiquement minoritaire au sein de l’entité urbaine. Le slogan choisi ne va pourtant pas de soi, si l’on se place du point de vue letton : Valka est loin d’être la porte d’entrée principale du pays comme cela est suggéré, si l’on se réfère aux données du trafic routier. En considérant l’accessibilité de la ville, Valka serait plutôt « La ville où s’achève la Lettonie », le terminus letton des trains et des autocars en provenance de Riga, un point de rupture de charge pour les voyageurs devant poursuivre leur route vers l’Estonie. On ne dispose toutefois pas d’information concernant l’impact réel de ces stratégies sur l’image de la ville auprès des publics nationaux respectifs ou des entrepreneurs. Difficile de savoir quelle plus-value l’image de la frontière apaisée apporte la ville.

27De fait, la curiosité géographique que constitue cette ville à cheval sur deux pays constitue une nouvelle attraction touristique que viennent observer aussi bien les nationaux que les visiteurs ouest-européens. La municipalité de Valka a par ailleurs installé rue Rainis, à proximité de l’ancienne cahute de garde-frontière, un panneau trilingue retraçant l’histoire de la frontière et de son évolution. Emblématique de la coupure engendrée par la frontière dans le tissu urbain, cette rue était coupée par des barrières. Ces trois vues montrent l’évolution de la rue en même temps que celle du statut de la frontière. La première est prise du côté estonien, les autres du côté letton. Entre les deux premières vues on constate que la chaussée, très dégradée côté estonien a été refaite, tandis qu’apparaît un bâtiment neuf à l’arrière plan. Côté letton a été installée une reproduction d’un ancien abri de garde-frontière, devant lequel les touristes se font photographier. Une borne a été ajoutée, fleurie et entretenue comme un monument. De séparation, celle-ci est devenue symbole d’unité. C’est à cet endroit que les deux Présidents de la République ont ouvert le passage le 21 décembre 2007. Depuis lors, les piétons franchissent librement la rue. La mise en scène de la frontière reste modeste, d’autant que sur ce créneau touristique, Valka-Valga se trouve aujourd’hui supplantée par une autre ville estonienne, Narva, qui se trouve au bord d’une frontière nettement plus matérialisée et surveillée, celle avec la Russie, qui est aussi la frontière de l’Union européenne (Lundén 2009).

Illustration 1. La rue Rainis/Sõpruse en 2005, 2007 et 2008

Illustration 1. La rue Rainis/Sõpruse en 2005, 2007 et 2008

Source : Orcier 2005, 2007, 2008

28Toutefois, le tissu urbain ne semble pour l’instant guère affecté par ce changement de statut. La coopération transfrontalière existe, encouragée par les financements européens. Un secrétariat commun a été créé en 2003 et une coopération interrégionale engagée en 2005 avec la Région Alsace, sous l’impulsion notable du maire de Valka, Vents Krauklis. La ville héberge depuis 1999 l’Institut letto-estonien, tandis que de chaque côté existe une école dans la langue du voisin. La frontière ne semble pas générer de dynamique urbaine transfrontalière, bien que des opérations aient eu lieu à proximité immédiate des bornes. Il existe pourtant des stratégies économiques visant à recoudre la trame urbaine, avec l’aide des fonds européens INTERREG. Confrontée à une dynamique démographique décroissante et à un vieillissement de la population, l’agglomération a du mal à impulser une dynamique à même de la relancer.

29Cette situation est-elle vouée à perdurer ? La renaissance du carrefour ferroviaire de Valga va dépendre de la concrétisation du projet Rail baltica, présenté sur la Carte 3, qui vise à établir une voie ferrée au standard européen entre Varsovie et Tallinn, passant par Riga.

Carte 3. Rail baltica et Via baltica

Carte 3. Rail baltica et Via baltica

Source : Rail baltica report 2007. Cartographie : Orcier 2010

30La réalisation de cette infrastructure pourrait avoir, comme cela a été le cas pour la Via baltica, un effet d’entraînement sur l’attractivité urbaine, d’autant que les fonds européens offrent des opportunités pour remettre à niveau les infrastructures. La liaison ferroviaire Riga-Valga (quatre heures de trajet pour 170 km) a été rétablie en mai 2008 puis renforcée, mais sans pour autant permettre la correspondance vers Tartu, signe de l’absence de coordination des compagnies ferroviaires de part et d’autre de la frontière.

Conclusion

31A travers cette étude du cas de Valka-Valga se décline un ensemble de thématiques communes aux villes et régions frontalières, notamment le passage de la coupure à la couture urbaine ainsi que de nouveaux phénomènes d’attraction versus certaines pratiques répulsives. La frontière tend à perdurer sous de nouvelles formes, dans les mentalités et les pratiques. Le contexte d’abaissement des frontières internes au sein de la construction européenne offre de nouvelles opportunités au développement de la ville. Le fait est que des freins d’ordre national et des héritages de différentes natures demeurent. La disparition des barrières a été diversement vécue par les populations riveraines, pour qui sa proximité continue à être un élément fort de l’identité locale. Dans le cadre de jeunes Etats de taille modeste, les partis nationalistes continuent d’y enregistrer des scores supérieurs à leurs scores nationaux. L’effet de localisation, au sein de régions en marge des territoires nationaux respectifs et économiquement défavorisées ne joue pas pleinement, alors même que le financement du projet Rail baltica, qui a pris du retard, se trouve menacé par la crise économique qui a touché la région à partir de 2008. Il n’est en outre pas assuré que ce projet ait sur la ville le même effet que le volet routier. Les projets transfrontaliers ont sans doute bénéficié d’un effet d’aubaine et font office de vitrine pour les acteurs institutionnels. L’introduction de l’euro en Estonie étant confirmée pour le 1er janvier 2011, il serait intéressant de poursuivre les enquêtes de terrain après cette date pour mesurer la vitesse des changements.

Top of page

Bibliography

Aunap R. 2007. Eesti atlas [Atlas de l’Estonie]. Tallinn, Avita.

Cabouret M. 2003. Note sur une ville frontière, Valga/Valka entre Estonie et Lettonie. Bulletin de l’Association des Géographes français 6: 175-180.

Carroué L, Claval P. (eds) 2002. Limites et discontinuités en géographie. Paris, Sedes.

Claval P. 1974. L’étude des frontières et la géographie des frontières. Cahiers de Géographie du Québec 18(43): 7-22.

Dörrenbächer H.P, Brücher W. 2000. Espace transfrontalier et culture mixte: l’exemple sarro-lorrain. Géographie et Cultures (36): 57-70.

Forsberg T. 1995. Contested Territories, Border Disputes at the Edge of the Former Soviet Empire. Ipswich, Edward Elgar.

Foucher M. 1988. Fronts et frontières. Paris, Fayard.

Foucher M. 2006. L’union politique européenne: un territoire, des frontières, des horizons. Esprit 11: 86-114.

Gay J.-C. 1995. Les discontinuités spatiales. Paris, Economica.

Gobert S. 2009. Rail baltica : le chaînon manquant de la Baltique ferroviaire. Regard sur l’Est 7, http://www.regard-est.com/home/breve_contenu_imprim.php?id=974 (Retrieved 16 March 2011).

Kotek J. 1996. L’Europe et ses villes frontières. Bruxelles, Complexe.

Lundén T. 2009. Valga-Valka, Narva-Ivangorod : Estonia’s divided border cities – cooperation and conflict within and beyond the EU, in Jañczak J. (ed.) Conflict and Cooperation in Divided Towns and Cities. Berlin, Logos Verlag : 133-149.

Ministry of Transport of Latvia. 2009. Annual report. Riga.

Moine A, Reitel B. 2005. Entre Rhin et Jura, des espaces transfrontaliers où émergent des dissymétries spatiales. Mappemonde 1: 1-8.

Paasi A. 1996. Territories, Boundaries and Consciousness : The Changing Geographies of the Finnish-Russian Border. Chichester, John Wiley & Sons.

Polvinen T. 1995. Imperial Borderland. Bobrikov and the Attempted Russification of Finland 1898-1904. Durham, Duke University Press.

Raffestin C. 1980. Pour une géographie du pouvoir. Paris, Librairies techniques.

Raffestin C, Guichonnet P. 1974. Géographie des frontières. Paris, PUF.

Reitel B, Zander P, Piermay J.-L, Renard J.-P. 2002. Villes et frontières. Paris, Economica.

Renard J.-P. 1994. Frontière et recomposition territoriale. Hommes et Terres du Nord 2-3 : 61-70.

Renard J.-P. 1997. Le géographe et les frontières. Paris, L’Harmattan.

Renard J.-P, Picouet P. 2007. Les frontières mondiales: origines et dynamiques. Nantes, Editions du Temps.

Turlajs J. 2005. Latvijas Vēstures atlants [Atlas historique de la Lettonie]. Riga, Jana Seta.

Top of page

List of illustrations

Title Carte 1. Valka-Valga : agglomération transfrontalière
Credits Source: carte satellite de la Lettonie, villes de Valka et Valga, carte 1 : 20 000 Jāņa sēta. Cartographie: Orcier 2009
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1683/img-1.png
File image/png, 600k
Title Carte 2. Valka-Valga : l’ouverture de la frontière, 2004-2008
Credits Sources et cartographie : Orcier 2004-2008
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1683/img-2.png
File image/png, 619k
Title Illustration 1. La rue Rainis/Sõpruse en 2005, 2007 et 2008
Credits Source : Orcier 2005, 2007, 2008
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1683/img-3.png
File image/png, 1.5M
Title Carte 3. Rail baltica et Via baltica
Credits Source : Rail baltica report 2007. Cartographie : Orcier 2010
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1683/img-4.png
File image/png, 229k
Top of page

References

Electronic reference

Pascal Orcier, « Valka-Valga: recomposition d’une agglomération frontalière entre Lettonie et Estonie ? », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 6 | 2011, Online since 18 March 2011, connection on 28 April 2017. URL : http://articulo.revues.org/1683 ; DOI : 10.4000/articulo.1683

Top of page

About the author

Pascal Orcier

Pascal Orcier is a graduate from the Ecole Normale Supérieure of Lyon. He holds a PhD in geography from the University of Lyon (Territorial effects of EU integration in the Baltic States and Finland, 2009), and is a cartographer. Author of a French-Latvian atlas of Latvia “Latvia in Europe” (Riga, 2005) and co-author of the world atlas “The battle of maps” (Paris, 2010), former cultural assistant at the French Embassy in Latvia (2003-2005), he is Research and Teaching Assistant (ATER) at the Biogéophile Laboratory at the University of Lyon 3, France (UMR 5600) since 2006.

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org