Skip to navigation – Site map

L’interaction urbain-rural : une problématique renouvelée

Urban-rural interaction revisited
Christian Vandermotten

Abstracts

The distinction between urban and rural was clear under the Ancien Régime, as societies featured a low level of mobility. The industrial revolution increased the identification between cities, manufacturing and modernity. After the Second World War, growing road traffic freed industries from urban locations and suburbanisation thus increased. Simultaneously, the increase in food productivity required fewer and fewer agricultural workers. After more than two centuries of rural exodus, rurbanisation transformed rural areas, even as this very process of rurbanisation should be seen as part of a global megapolization process. This pattern implies new kinds of relations between the rural and the urban, including from a political point of view.

Top of page

Full text

1Avant la révolution industrielle, la distinction entre l’urbain et le rural était aisée : pour la ville, une enceinte, un statut juridique spécifique, des fonctions non agricoles, des institutions propres, en particulier de contrôle politique, religieux et économique. C’est du moins là la théorie, parce que même à cette époque il s’en fallait de beaucoup que toutes les villes possédassent l’ensemble des caractéristiques alors censées les distinguer du monde rural. Mais au moins y avait-il un contact franc entre le rural et le bâti continu de type urbain, y compris celui d’éventuels faubourgs, hors des portes. Si la ville d’Ancien Régime rassemblait de nombreuses activités artisanales, elle n’était toutefois pas, loin s’en faut, le lieu exclusif, ni même principal, de la proto-industrie. La brasserie était tout autant rurale qu’urbaine, sinon plus ; la meunerie était dispersée au gré des moulins à vent et à eau, ces derniers fixant la papeterie ; l’artisanat textile à domicile occupait la paysannerie pendant les temps morts de l’activité agricole ; la métallurgie était très largement forestière, employant bien plus de personnes au charbonnage dans les bois qu’à la forge elle-même ; les puits de charbon de terre étaient isolés dans les campagnes et travaillaient souvent en fonction des temps morts de la main-d’œuvre agricole. L’industrie rurale échappait aux réglementations corporatives et pouvait se révéler très innovante. Mais toutefois, beaucoup de ces activités implantées à la campagne étaient contrôlées par des marchands résidant en ville et la bourgeoisie urbaine tendait à étendre son emprise foncière sur les campagnes, en tout cas là où les villes étaient les plus puissantes, la marchandisation de l’activité rurale la plus poussée et le fermage le plus généralisé.

2Les prémisses de la révolution industrielle elles-mêmes ont émergé, pour une part importante, en dehors des villes historiques, entre autres hors de la contrainte des régimes corporatifs. Mais ces premiers développements donneront vite naissance à une intense urbanisation, s’ajoutant à celle fixée par des villes historiques. Toutefois, les villes nouvelles spontanées de la révolution industrielle fixeront moins les sièges des grandes entreprises capitalistes que les capitales et les grandes métropoles, où pouvoir politique et économique se rencontraient, qui étaient au cœur des marchés les plus solvables et qui fourniront les mains-d’œuvre les plus qualifiées et les plus diversifiées au fur et à mesure que les exigences de la formation s’accroîtront. Dès lors, dès la seconde moitié du XIXème siècle, les plus grandes villes deviendront les lieux les plus dynamiques de la croissance économique.

  • 1  Christaller (1933) a théorisé la structure spatiale des réseaux de villes en se fondant sur leur r (...)

3La révolution industrielle va donc accentuer l’identification entre l’urbain, l’industrie et la modernité. En miroir, le monde rural apparaît dès lors comme un espace mal desservi, caractérisé par des services déficients, un monde d’exode et de déprise. La seule caractéristique de forts pourcentages d’actifs agricoles suffit à le définir. Dans le meilleur des cas, là où il est le plus dynamique parce que moins isolé, il est bien encadré et desservi par des villes, dont la répartition et les fonctions s’inscrivent dans une logique christallérienne1.

4Après la Seconde Guerre mondiale, le développement du transport routier affranchit l’industrie des localisations urbaines et des proximités ferroviaires. L’accroissement des productivités agricoles libère de plus en plus de main-d’œuvre paysanne, alors même que beaucoup de campagnes – mais pas toutes – conservent plus longtemps que les villes des fécondités supérieures. Dès lors, dans un contexte de plein emploi et de hausse considérable des salaires réels, certaines parties du monde rural et les abords des petites villes qui l’encadrent deviennent, du moins en Europe du nord-ouest, des espaces privilégiés de déconcentration industrielle, pour des activités de montage se satisfaisant d’une main-d’œuvre peu qualifiée ou moins syndicalisée, ou pour des industries issues de traditions artisanales qui s’étaient maintenues dans le monde rural et redémarrent en se modernisant sous le contrôle de petits et moyens entrepreneurs locaux.

5Dans le même temps, les portions du monde rural les plus proches des grandes villes accueillent les premières vagues de la périurbanisation, encouragée par la diffusion de l’automobile, voire par les politiques d’accès au logement individuel promues par les pouvoirs publics et par les modèles idéologiques. Le tourisme, social ou non, s’inscrit aussi de plus en plus dans les régions rurales les plus attractives par leurs sites, leurs paysages, leurs ressources en plans d’eau. Durant cette phase fordiste, ces diffusions de l’urbain vers le rural sont encouragées par les politiques de développement régional, qui visent à la réduction des écarts de développement entre la ville et la campagne, et par les politiques d’aménagement du territoire, même si celles-ci proclament leur volonté de préserver de grands espaces d’un seul tenant pour l’agriculture remembrée et les massifs forestiers. De fait, le mitage physique et sociologique de l’espace rural va s’accélérer et les agriculteurs vont y devenir de plus en plus minoritaires. Ce mécanisme de minorisation des agriculteurs dans le monde rural, très précocement entamé en Angleterre, où la révolution agraire était déjà bien entamée au XVIIIe siècle, progresse partout en Europe, tant à l’ouest qu’à l’est ; le faible pourcentage d’agriculteurs parmi les actifs est pratiquement devenu un indicateur de niveau de développement (Tableau 1).

Tableau 1. Évolution de la population rurale et agricole

Part de la population rurale

(% de la population totale)

Part des agriculteurs parmi les actifs

(%, y compris la pêche et la sylviculture)

1960

2002

1930

1960

2005

Gde-Bretagne

14,3

10,4

6,1

3,8

1,4

Suède

27,4

16,7

36,0

13,8

2,0

Allemagne

23,9

12,1

29,5

14,8

2,4

Pays-Bas

15,0

10,3

20,6

10,7

3,1

Danemark

26,3

14,9

35,3

17,5

3,1

France

37,6

24,3

36,1

21,8

3,8

Italie

40,6

32,7

47,7

30,3

4,2

Finlande

61,9

41,0

64,6

35,5

4,8

Hongrie

57,4

34,9

53,0

38,4

5,0

Espagne

43,4

21,9

54,0

41,3

5,3

Irlande

54,2

40,4

50,6

35,6

5,9

Bulgarie

51,4

31,7

80,7

57,6

8,9

URSS/Russie

61,4

27,1

80,7

43,0

10,2

Portugal

46,3

33,2

48,0

43,0

11,8

Grèce

77,9

39,4

53,2

54,6

12,4

Pologne

57,1

37,2

66,1

47,7

17,4

Roumanie

65,8

44,5

78,7

63,0

32,1

Albanie

69,4

56,4

58,4

Sources : Würzburger et Roesener 1932, Bairoch et al. 1968, Annuaires démographiques des Nations Unies, Eurostat.

Note : Les définitions nationales de la population rurale sont variables (voire inexistantes) et les chiffres doivent donc être interprétés avec prudence

6Du point de vue démographique, le mouvement migratoire centripète qui pouvait encore s’observer dans les années 1960 à trois échelles spatiales – depuis la périphérie éloignée des grandes villes ; depuis les régions périphériques des territoires nationaux ; depuis la périphérie européenne vers l’Europe du nord-ouest – s’affaiblit, puis s’inverse durant les dernières décennies.

7L’inversion concerne d’abord les communes rurales situées à une distance des grandes villes permettant la navette quotidienne en voiture, en même temps que la distance de ces navettes s’allonge (en kilomètres, pas nécessairement en temps, du fait de la substitution du transport public par le transport individuel – dont le coût réel est sous-estimé, sous-évalué, voire pris en charge, du moins partiellement, par l’employeur) (Tableau 2). Ainsi, en Belgique, la plupart des communes du Brabant wallon situées à l’est de Wavre perdaient encore des habitants entre 1947 et 1961, notamment du fait d’un bilan migratoire négatif, tendance qui s’inverse durant la décennie 1960 ou au plus tard la décennie 1970.

Tableau 2. Evolution de la navette vers Bruxelles-Capitale

Nombre

de navetteurs

Part de l’emploi

Part de l’usage des transports privés

Part des navettes de plus de 50 km

1896

1910

1947

1970

1981

1991

2001

9 000

27 000

137 000

246 000

283 000

314 000

407 000 (a)

25 %

38 %

51 %

57 %

59 % (a)

10 %

34 %

49 %

60 %

...

4 %

13 %

13 %

25 %

28 %

32 %

...

Sources : Vandermotten 2003, d’après les Recensements de la population, Enquête socio-économie INS de 2001.

Notes : (a) Estimation, tenant compte du nombre élevé de non-réponses lors de l’enquête socio-économique relativement à la relation entre le lieu de domicile et le lieu de travail et de l’emploi international non recensé.

Carte 1. Bilans migratoires durant la décennie 1960

Carte 1. Bilans migratoires durant la décennie 1960

Source : Banque de données IGEAT, Université Libre de Bruxelles

Carte 2. Bilans migratoires entre 1995 et 2005

Carte 2. Bilans migratoires entre 1995 et 2005

Source : Banque de données IGEAT, Université Libre de Bruxelles

8Au niveau des périphéries nationales et européennes, la comparaison des cartes des bilans migratoires de la décennie 1960 et de la décennie 1995-2005 est spectaculaire (Cartes 1 et 2). La carte des années 1960 révèle encore l’importance des mouvements migratoires nationaux de la périphérie vers le centre (ou vers l’étranger) : on part des zones rurales nordiques, des marges britanniques, de l’ouest français, des espaces non métropolitains ibériques, du nord-est, du centre et du sud de l’Italie, et des processus similaires de vidange frappent les campagnes des économies socialistes. Aujourd’hui, du moins si on ne considère pas les nouveaux membres de l’Union européenne, les régions périphériques sont pour la plupart devenues attractives, sauf certaines portions du Mezzogiorno italien et le Grand Nord européen. Cette attraction relève, dans des proportions variables, de plusieurs phénomènes : retour d’émigrants arrivés à l’âge de la retraite ; primo-immigration résidentielle de personnes âgées dans des régions touristiques ; immigration de jeunes ménages, attirés par des coûts de la vie et de l’immobilier plus faibles, pour des activités de service autorisant des localisations périphériques, voire liées à cette situation quand il s’agit de fonctions touristiques ou induites par le tourisme ; dans le cas des pays méditerranéens, lieux d’arrivée initiale pour une immigration transméditerranéenne, mais aussi localement pour une main-d’œuvre agricole plus ou moins temporaire, éventuellement en provenance de l’est. Il est vrai toutefois qu’une analyse à un découpage spatial plus fin que celui proposé sur les Cartes 1 et 2 pourrait révéler la persistance de mouvements migratoires négatifs depuis les portions les plus périphériques des régions périphériques. Ainsi, en France, même si les départements du Massif central n’enregistrent plus de bilans migratoires négatifs, les départs dominent toujours aux limites de ces départements, mais sont plus que compensés par des bilans positifs dans leurs portions centrales.

9Si, dans les années 1960, on pouvait encore admettre que la suburbanisation ou la périurbanisation rognaient les bordures du monde rural pour les transférer à l’urbain, même s’il s’agissait d’un urbain très lâche et vert, il n’en va plus de même aujourd’hui. La rurbanisation pénètre en profondeur un monde rural renouvelé, dont une part de la croissance est devenue endogène et n’est plus imputable uniquement à des migrations depuis la ville, même si ce phénomène existe et est entretenu entre autres par la hausse des prix de l’immobilier urbain. Mais, de toute manière, cette nouvelle attractivité du monde rural postfordiste n’est pas une attractivité agricole.

10Toutefois, si le monde agricole est devenu très minoritaire, même dans le monde rural, il n’en va pas de même pour les espaces agricoles : les surfaces artificialisées ne représentent que 5 % de l’espace européen et les surfaces agricoles (hors forêts), 55 % (60 % en France). Mais ces surfaces agricoles considérables, outre les mitages qu’elles subissent, sont de moins en moins des espaces de biodiversité, du fait des remembrements, des usages de l’agriculture mécanisée, des pesticides et herbicides. Ces pratiques mettent en question des équilibres écologiques, comme la qualité des eaux, pour laquelle l’agriculture devient un facteur majeur de pollution, mais entraînent aussi le monde rural dans de nombreux conflits internes, entre agriculteurs et non-agriculteurs, éventuellement néo-ruraux, dont une partie sont des seconds résidents qui à ce titre n’apparaissent pas dans les statistiques de population. Ces conflits ne concernent pas seulement les espaces à dominante agricole, mais aussi le domaine forestier, qui doit satisfaire aux intérêts contradictoires de ses usagers économiques – au rang desquels on peut inclure les chasseurs – et de ceux, touristes et promeneurs, qui le fréquentent pour bénéficier – le plus souvent gratuitement, mais en toute légitimité sociale – de ses externalités.

11La rurbanisation, la reprise post-agricole du monde rural, s’accompagne d’une mutation complexe, dialectique des rapports de ce dernier avec l’urbain. D’un côté, l’habitant rurbain apparaît disposer de services similaires à ceux dont dispose l’urbain. L’espace rurbain semble aussi plus autonome que ne l’était l’espace rural traditionnel par rapport aux fonctions de service jadis exclusivement fournies par les centres des (grandes) villes. Mais, contradictoirement, le rurbain est plus encore que l’urbain touché par les conséquences des phénomènes de concentration capitaliste : toute une série de services ubiquistes, jadis disponibles localement dans chaque village, ne le sont plus. La rurbanisation s’inscrit aussi intrinsèquement dans les logiques induites par les phénomènes de concentration mégapolitains observables à l’échelle mondiale au profit des principaux pôles métropolitains, en particulier ceux des pays de la Triade. Dans l’Union européenne à 15, plus la Suisse et la Norvège, les 23 principales aires métropolitaines, avec leurs bassins fonctionnels de main-d’œuvre, fournissent 35 % de la valeur ajoutée et abritent 28 % de la population. Elles restent les lieux de concentration de la décision, de la localisation des services de haut niveau, de l’insertion dans les réseaux de la mondialisation. A plus petite échelle, l’espace mégapolitain central européen, qui s’étend du centre de l’Angleterre au nord de l’Italie, concentre 60 % de la population et fournit 72 % du Produit Intérieur Brut (PIB) de l’Union européenne (plus la Suisse et la Norvège), sur 19 % de sa surface. Le PIB par habitant augmente avec les densités de population et la place des bassins urbains fonctionnels dans la hiérarchie urbaine.

12Analyser le renouveau apparent du monde rural dans les pays centraux ne peut donc se faire que moyennant une attentive précision des échelles de l’analyse : les reprises rurbaines postmodernes apparaissent finalement comme des formes spécifiques de la mégapolisation mondiale, formes spécifiques médiatisées par une idéologie de la « nature », mais fondées en dernière analyse sur les arbitrages entre rente foncière et coût des transports, dans le cadre du système de régulation. L’impact du système de régulation se marque à différents niveaux : régulation des disparités sociales, en particulier des poches de pauvreté, du logement social, maîtrise ou non du foncier et de la rente par les pouvoirs publics, politique d’aménagement du territoire et environnementale, politique des transports, etc. Mais à plus petite échelle, la rurbanisation est aussi fonction des rapports économiques et sociaux mondiaux, largement imposés par les forces économiques dominantes du centre, comme la sous-estimation du coût réel des transports, permettant tout à la fois la périurbanisation/rurbanisation et le transfert de productions vers les pays de la périphérie pour maintenir les taux de profit, qui entraîne à son tour un sous-investissement dans les secteurs productifs des pays centraux et une concentration des capitaux disponibles sur des investissements spéculatifs, comme l’immobilier urbain, avec pour conséquence une tendance accrue à rechercher des résidences loin des centres des plus grandes villes.

13La rurbanisation ne doit donc pas tant s’interpréter comme la conséquence de la crise urbaine, mais plutôt comme un des aspects, une forme nouvelle, d’une crise globale du couple urbain – rurbain dans le contexte de mégapolisation.

  • 2  Mais les paysages ont de tout temps évolué, en tant que reflets des usages sociaux et économiques (...)

14Dans une telle interprétation dialectique globale, les impacts négatifs de la rurbanisation relèvent de la consommation d’espace, de la déstructuration des paysages2 et des valeurs patrimoniales, d’un accroissement désordonné des mobilités, principalement individuelles, de surcoûts énergétiques, de difficultés accrues d’accès au logement pour les populations rurales de souche, confrontées à la pression et aux possibilités financières des néo-ruraux. Dans les espaces urbains « centraux », ces impacts négatifs sont, malgré une reprise de la croissance de la population dans les grandes villes (immigration et amélioration des bilans naturels, gentrification), un affaiblissement de la base fiscale des villes centrales – alors même qu’elles doivent financer des infrastructures utilisées par les périurbains – et une augmentation des charges immobilières et des contraintes environnementales pesant sur les populations urbaines.

15Le dépassement de ces contradictions et les problématiques de la (post-)ruralité dans les espaces centraux caractérisés par un maillage urbain dense, des réseaux serrés de villes, une forte emprise de la périurbanisation et de la rurbanisation sur les campagnes, les conditions d’un développement plus équilibré et plus soutenable de ces espaces, imposent dès lors une densification des villes, une régulation rigoureuse de l’usage du sol, une régulation du prix de l’immobilier urbain et/ou une mise à disposition d’une quantité suffisante de logements sociaux de qualité, une amélioration de l’environnement urbain, une augmentation du coût des transports, surtout individuels, pour rencontrer le coût de leurs externalités. Cela passe aussi par la mise en place de formes de gouvernance à l’échelle des grandes aires métropolitaines, y compris leurs franges rurbaines, impliquant des péréquations fiscales entre les villes et leurs aires périurbaines prospères, ou à défaut par des modèles de fiscalité homogénéisés à l’échelle nationale, par des politiques coordonnées entre communes urbaines et périurbaines à l’échelle des bassins d’emploi, par une urbanisation concentrée dans les espaces périurbains, en particulier sur les nœuds de transport public, par un volontarisme métropolitain, intégrant le rural proche, à opposer aux tentations de repli politique (et fiscal) des grandes banlieues aisées.

16Dans les espaces ruraux périphériques les plus éloignés, la problématique est différente. Consolider le monde rural y signifie plutôt améliorer la desserte en services, l’accessibilité, développer les activités non agricoles, favoriser les initiatives endogènes et l’accueil de nouvelles populations ; en tout cas mener une politique rurale globale, plutôt que de se limiter à une politique agricole productiviste. Mais ne peut-on pas aussi, parfois, dans certaines zones, assumer une déprise contrôlée, mise au service de fonctions récréatives ou de conservation écologique : quelle est l’échelle à laquelle il convient d’assurer la cohésion territoriale ?

17Et, au-delà, quelle est l’échelle de la légitimité démocratique ? Les ruraux ont-ils seuls le droit de prendre des décisions politiques relatives au territoire qu’ils habitent, alors que d’autres en font aussi un usage légitime, par exemple pour leur détente ? Les urbains ont-ils seuls le droit de choisir l’aménagement de leur ville, alors que des périurbains pratiquent la ville chaque jour ? L’exercice de la représentation et de la légitimité démocratiques est fondé sur le lieu de résidence : c’était conforme aux usages de l’espace par des populations peu mobiles lorsque le découpage municipal a été mis en place à la fin du XVIIIe siècle ; ce ne l’est plus aujourd’hui.

18Dans les deux situations en tout cas, qu’il s’agisse du rurbain central ou du rural périphérique, les objectifs de cohésion territoriale imposent une politique des rapports entre l’urbain et le rural intégrée au niveau national ou régional.

Top of page

Bibliography

Bairoch P. et al. 1968. La population active et sa structure. Statistiques internationales rétrospectives. Vol. 1, Bruxelles, ULB, Institut de Sociologie.

Christaller W. 1933. Die zentrale Orte in Süddeutschland. Jena, Gustav Fischer.

Vandermotten C. 2003. La navette de travail vers Bruxelles : des abonnements ouvriers au RER, in Laconte P. (dir.) La gare et la ville. Grands axes et réseau express régional : enjeux et perspectives. Bruxelles, Publication de la Fondation pour l’Aménagement Urbain : 49-57.

Würzburger E, Roesner E. (dirs) 1932. Hübners Geographisch-statistische Tabellen aller Länder der Erde. Vienne, Seidel & Sohn.

Top of page

Notes

1  Christaller (1933) a théorisé la structure spatiale des réseaux de villes en se fondant sur leur rôle d’encadrement et de desserte des marchés. Son modèle propose une localisation théorique des villes selon des réseaux hexagonaux emboîtés, en fonction de leur niveau hiérarchique. La base empirique sur laquelle il fonde sa construction est celle de l’Allemagne du sud, région alors encore à dominante rurale : la localisation (et la raison d’être) de la ville se définit encore avant tout pour Christaller par rapport au rural.

2  Mais les paysages ont de tout temps évolué, en tant que reflets des usages sociaux et économiques de l’espace. Le moindre paradoxe n’est dès lors pas que ceux qui revendiquent au premier chef la protection des paysages « traditionnels » sont justement ces néo-ruraux ou ces usagers urbains de l'espace rural qui contribuent largement, par leurs propres pratiques de l’espace, à cette déstructuration. Mais les acteurs de cette déstructuration ne doivent pas être individuellement stigmatisés : leurs comportements, qui contribuent à construire de nouveaux paysages et cette contradiction entre espace rêvé et espace pratiqué, sont largement surdéterminés, voire encouragés, par les logiques du fonctionnement global du système économique et social et leurs projections spatiales.

Top of page

List of illustrations

Title Carte 1. Bilans migratoires durant la décennie 1960
Credits Source : Banque de données IGEAT, Université Libre de Bruxelles
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1604/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Title Carte 2. Bilans migratoires entre 1995 et 2005
Credits Source : Banque de données IGEAT, Université Libre de Bruxelles
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1604/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Top of page

References

Electronic reference

Christian Vandermotten, « L’interaction urbain-rural : une problématique renouvelée », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 3 | 2010, Online since 15 December 2010, connection on 17 October 2017. URL : http://articulo.revues.org/1604 ; DOI : 10.4000/articulo.1604

Top of page

About the author

Christian Vandermotten

Christian Vandermotten est docteur en sciences géographiques et licencié en urbanisme. Il enseigne la géographie économique, politique et urbaine et l’aménagement du territoire à l’Université Libre de Bruxelles. Il est Président de la Société Royale belge de Géographie, membre de la Classe des Lettres de l’Académie Royale de Belgique et de la Commission régionale de développement de la Région de Bruxelles-Capitale. Ses travaux portent principalement sur Bruxelles, la Wallonie et l’Europe.

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org