Skip to navigation – Site map

L’urbain et le rural dans les discours de l’aménagement en Suisse

The urban and the rural in the discourses of town-planning in Switzerland
Marius Schaffter

Abstracts

Within the context of local and regional planning in Switzerland, urban and rural categories no longer make up distinct entities. Different discursive registers on the opposition – in terms of functional, morphological, lifestyle and social features – no longer coincide, neither spatially, nor semantically. However, they still hold much normative and prescriptive value, most notably by means of symbolic objects, such as the village or the greenhouse.

Top of page

Full text

« Alors, maintenant que je suis dans du rural, alors rural sous forme… alors je dessine du rural et pas de la campagne… ou je dessine de la campagne ? C’est la question ! Parce que là je vous ai fait de l’urbain “ville”… C’est difficile de dessiner un concept sociologique, en fait ! Parce que là, je vous ai dessiné la limite de ce que moi je perçois morphologiquement, quand je me dis… moi je vous ai dessiné la limite de la ville, je vous ai pas dessiné… Pour moi l’urbain c’est tout ça. Tout ça c’est urbain. Tout est urbain là dedans. Il n’y a rien de rural ».

Anne (nom d’emprunt), Urbaniste-aménageur

Crise du couple urbain-rural1

  • 1  L’auteur remercie l’équipe de recherche PNR 54 à Genève, à savoir Bernard Debarbieux, Gianluigi Gi (...)

1Les débats qui agitent les sphères des aménagistes, des géographes et des sciences humaines en général autour de l’opposition urbain-rural semblent loin d’avoir trouvé une issue consensuelle. La proposition de ce colloque, qui invitait à revisiter ces catégories au travers des pratiques et des représentations sociales, témoigne certainement de la persistance de cette question. Mais de quoi s’agit-il précisément ?

2Le problème peut être appréhendé sous deux angles distincts. Le premier, dont je ne ferai pas ici une analyse approfondie, est à vrai dire très simple : l’évolution et le développement territorial qui caractérisent nos sociétés depuis une quarantaine d’années – plus ou moins selon les pays et les régions – a produit une réalité spatiale nouvelle qui semble ne plus pouvoir être pensée au travers des catégories d’urbain et de rural, telles qu’elles ont été définies et utilisées dans la pensée spatiale moderne. Cet angle de vue qui met en avant un changement de la réalité matérielle nécessitant une évolution des façons de la décrire est notamment à la base d’une prolifération de néologismes sur laquelle je reviendrai par ailleurs. S’il ne fait aucun doute que l’étalement urbain plus ou moins généralisé a sensiblement modifié les espaces dans lesquelles nous vivons, la perspective selon laquelle les outils linguistiques et conceptuels n’ont qu’à être renouvelés pour retrouver une correspondance entre réalité et discours est, elle, plus critiquable. D’abord, la longue histoire de la ville et de la campagne et le maintien de ces concepts par-delà les (r)évolutions majeures de nos systèmes territoriaux, telle que l’industrialisation pour n’en citer qu’une, laissent penser que le cœur du problème se situe ailleurs. Ensuite, il faut rappeler que, malgré la nécessité de « redéfinir les catégories fondant le vieux couple ville-campagne [...], l’analyse des représentations reflète le maintien du clivage rural-urbain qui motive toujours des comportements, des choix et des stratégies » (Arlaud, Jean et Royoux, 2005 : 15). Tenir compte de ce maintien est essentiel, à l’heure de l’avènement de la participation publique, notamment. Plus largement, la crise des représentations, qui a mis en doute la suprématie du discours scientifique sur les autres types de discours, impose de ne point laisser cette question de côté, arguant du fait que ces conceptions en sont scientifiquement plus fondées.

3A l’inverse, le deuxième angle d’approche – celui que j’adopterai dans cet article – se réclame d’une conception pragmatique et constructiviste. Les discussions autour des catégories de l’urbain et du rural ainsi que des termes associés, et de l’existence (ou non) d’une troisième catégorie sont, sous cet angle, l’expression d’une reconfiguration des manières de décrire l’espace, de le conceptualiser et de l’objectiver. Il n’est plus alors question de se mettre en quête de concepts correspondant exactement à la réalité, mais bien de saisir comment les différents acteurs font usage de différents termes, en refusent certains, en adoptent d’autres, redessinant par là même les objets qui composent la réalité spatiale.

4Cet article se penche ainsi sur la question du couple urbain-rural avec deux objectifs particuliers. Premièrement, il s’agit de saisir les usages contemporains des catégories de l’urbain et du rural en contexte. Plus précisément, les discours qui ont servi de base à ce travail ont été récoltés dans le cadre de deux projets d’aménagement locaux et régionaux en Suisse. Deuxièmement, j’ai cherché à comprendre comment ces catégories définissent des objets spatiaux sur lesquels s’appuient ces projets d’aménagement, qu’ils soient porteurs de controverses ou de consensus. Parallèlement, certains objets spécifiques permettent aux acteurs de redéfinir l’urbain et le rural, d’en donner une forme et un contenu, d’en ressaisir la portée et les limites. C’est donc ce double processus d’objectivation et de catégorisation qui est au centre du présent travail.

Discours, catégorisation et configuration spatiale

5Ces dernières années, différents auteurs ont défendu l’idée selon laquelle les discours ne sont pas le reflet de la réalité matérielle dont le scientifique pourrait évaluer la plus ou moins précise fidélité. Les recherches menées par la sociolinguiste Mondada (2000) sur la constitution des espaces urbains par le langage y jouent un rôle central. L’ensemble des voix – parfois discordantes – qui composent ce qu’elle appelle la « polyphonie urbaine » (Mondada, 2001) esquissent dans leur multiplicité ce qu’est la ville. Autrement dit, comme le souligne Lussault (2007 : 219), « les langages [...] constituent des instruments en même temps que des manifestations [de la spatialité] ». Le langage est donc tout à la fois un certain reflet de la réalité et le moteur de pratiques spatiales. Qualifier une portion d’espace en tant que quartier permet non seulement d’en fournir une certaine image, mais aussi d’y réaliser des actions qui conviennent à cette qualification (se retrouver dans le quartier, y apprécier la vie de quartier, etc.).

6Cette efficace sociale et spatiale des discours se manifeste particulièrement dans les phénomènes de catégorisation. En effet, Mondada (2005 : 197) a bien montré qu’« en catégorisant un lieu, un quartier, une zone, une ville d’une certaine manière, on ne fait pas que produire une certaine image, mais plus radicalement on structure des raisonnements et des conduites rendus appropriés par cette image ». Derrière le concept de catégorisation se cache un processus cognitif extrêmement banal et complexe à la fois, qui consiste à mettre en rapport une entité singulière perçue avec une catégorie générale (Debarbieux, 2004). Ainsi d’un objet non identifié aperçu au loin qui s’avère finalement être un hameau. Je laisserai de côté les déterminants cognitifs et physiologiques à la base de ces phénomènes pour retenir l’idée que l’objet – singulier – et la catégorie – générique – sont dans une relation dialectique au travers de laquelle chacun d’eux est systématiquement redéfinis.

Devenir de l’urbain et du rural

  • 2  Schubarth (2007) a réalisé un travail analytique conséquent sur ces nouvelles appellations. Il y a (...)

7La critique du couple urbain-rural se fonde généralement sur le développement d’espaces qui ne se situent plus tout à fait dans l’une ou l’autre des catégories. La production de néologismes qui tentent de se faire une place comme troisième catégorie est pléthorique2 : de la « ville diffuse » (Secchi et Ingallina, 2006) à la Zwischenstadt (Sieverts, 1998), en passant par la « ville-campagne »(Berque, 2008), ou encore le « tiers espace » (Vanier, 2000). Tous ces termes décrivent des espaces de l’entre-deux dont l’appréhension au travers de la « vieille »opposition urbain-rural ne serait plus possible. Cependant, il ne faut pas oublier que cette opposition a longtemps représenté, en Occident, le paradigme spatial par excellence, au sens où elle « permettait de construire un monde aux qualités exceptionnelles : un monde ordonné, visualisable, mythique et politiquement régulé » (Debarbieux, 2005 : 35).

8Quatre dimensions de l’opposition sont mises ici en avant : l’ordre, l’image, le mythe et le politique. La force de l’opposition aurait plutôt résidé dans une conjonction de facteurs, une correspondance, que dans un antagonisme unidimensionnel. Autrement dit, l’appréhension de l’espace au travers de cette opposition voyait coïncider spatialement une forme ordonnée, une certaine iconographie, une mythologie et une forme de gouvernance. La redondance venant qui plus est soutenir des actions qui prolongeaient et consolidaient cette construction sociale d’un monde structuré. Il ne fait aucun doute que d’autres dimensions peuvent être ajoutées à cette liste, comme par exemple l’existence de sociétés différenciées, aux pratiques sociales (et spatiales) et aux sociabilités tout à fait distinctes. Les fonctions attribuées à l’urbain et au rural ont de la même manière été opposées, sur le mode de la complémentarité notamment (fonction de défense et de protection versus fonction productive). Bien sûr, cet antagonisme fonctionnel a évolué au cours du temps. Il ne faut cependant pas négliger le fait que la conception de l’espace sur laquelle s’est fondée jusqu’ici la Législation de l’aménagement du territoire en Suisse (LAT), par exemple, relève directement d’une lecture géographique dualiste et, en grande partie, fonctionnelle.

Complexification du couple urbain-rural

9La première hypothèse qui guide cet article s’inspire directement de cette analyse : la remise en question actuelle de l’opposition urbain-rural découle d’une divergence spatiale et conceptuelle des dimensions qui la fondent. Autrement dit, si les différentes dimensions évoquées (politique, fonctionnelle, sociétale, etc) ont pu historiquement coïncider au sein d’une entité spatiale sensiblement délimitée et identifiable, elles semblent aujourd’hui ne plus se superposer, ni spatialement, ni conceptuellement.

10Une remarque s’impose pour préciser la portée de cette hypothèse. L’intuition qui sous-tend cette hypothèse est que les processus à l’œuvre ne relèvent pas forcément d’une uniformisation générale de l’espace, souvent par ailleurs considérée comme une urbanisation morphologique, fonctionnelle, mais aussi des pratiques et des modes de vie. Au contraire, l’évolution en cours mènerait plus significativement à une complexification, dans la mesure où, justement, l’opposition urbain-rural se déclinerait en plusieurs niveaux spatiaux et conceptuels dont la discordance ébranlerait la capacité à décrire et expliquer la réalité géographique actuelle.

11La présentation de la seconde hypothèse nécessite, elle, un bref retour en arrière. J’ai souligné précédemment que les catégories et les objets entretenaient une relation dialectique, dans la mesure où l’objet est saisi au travers des catégories qui lui préexistent, mais que parallèlement ces dernières sont produites et définies, partiellement au moins, à partir des objets qui les composent. L’évolution du couple urbain-rural pourrait dès lors s’expliquer par l’existence de certains objets qui remettraient directement en question l’un ou l’autre des pôles, voire l’ensemble du couple, d’où notre seconde hypothèse selon laquelle l’opposition urbain-rural est contestée par l’existence d’objets qui apparaissent comme hybrides par rapport à ces deux catégories génériques. Certains objets spatiaux auraient des caractéristiques relevant à la fois du champ sémantique de l’urbain et du rural et brouilleraient en quelque sorte cette dualité.

12Ces deux hypothèses mises en parallèle laissent entrevoir l’idée générale de cet article. Dans la mesure où certains objets ne correspondent plus pleinement à l’une ou l’autre des catégories de l’urbain et du rural, celles-ci sont remises en question. Cependant, l’appréhension même de ces objets se fait justement au travers de critères qui sont autant de dimensions constitutives de l’urbain et du rural.

Méthode et enquête de terrains

13Les études de cas qui serviront à discuter ces hypothèses sont issues d’un projet de recherche intitulé « Les objets pour durer : Comment contribuer à des objectifs de durabilité grâce à des objets géographiques pertinents et négociés ? » financé par le Fonds National Suisse (FNS) dans le cadre du Programme National de Recherche 54 « Développement durable de l’environnement construit ». Dirigée par le Professeur Debarbieux à l’Université de Genève et initiée en 2007 pour une durée de deux ans, cette recherche avait pour objectif d’étudier ces questions en parallèle sur trois projets d’aménagement.

14La volonté de voir comment certains objets spécifiques s’agencent dans la dualité urbain-rural ou la remettent en question nécessitait de travailler à une échelle suffisamment fine pour que ces objets apparaissent en quelque sorte, d’où le choix de se pencher sur des périmètres restreints à l’échelle locale, voire régionale.

15Par ailleurs, le cadre général de l’aménagement comme domaine d’étude offrait l’avantage de proposer des espaces et des objets déjà en discussion, qu’ils soient porteurs de controverses ou non. Ainsi, les entretiens ont été réalisés, dans chaque cas, avec des acteurs que l’on peut qualifier d’initiés, dans la mesure où ils étaient, à titre divers, partie prenante dans les projets en question (aménageurs indépendants ou cantonaux, représentants d’association de défense des agriculteurs, de protection de la nature et de la mobilité durable, élus locaux).

Deux terrains d’étude

16Pour cet article, deux cas d’études ont été sélectionnés au sein du projet de recherche intitulé « Les objets pour durer ». Ils avaient comme point commun de porter sur des projets d’aménagement qui ont eu lieu dans des périphéries urbaines en Suisse, et ceci dans deux contextes linguistiques différents (italophone et francophone).

17Le premier terrain est le Piano di Magadino. Cette plaine d’environ 40 km2 encore majoritairement agricole se trouve au centre du système urbain du canton du Tessin, en Suisse italienne, plus précisément entre les agglomérations de Locarno et de Bellinzone (env. 50’000 habitants chacune). Bonifiée au XIXe siècle, cette étendue marécageuse est devenue l’une des plus productives de Suisse. En outre, on y trouve différentes zones humides dont les qualités écologiques, notamment pour l’avifaune, sont internationalement reconnues. Toutefois, depuis une quarantaine d’années, elle s’est passablement urbanisée du fait notamment qu’elle se trouve à l’interface de tous les réseaux de transports tessinois. Des activités industrielles, puis commerciales et résidentielles, s’y sont développées. Cette plaine a par ailleurs été le réceptacle de différentes installations contrastant avec sa fonction principalement agricole, mais qui ne trouvaient pas de place ailleurs dans la région, telles que les décharges, un aéroport, un thermo-valorisateur, etc.

  • 3  Ce projet qui combinait la réalisation du parc et la liaison autoroutière a été refusé en votation (...)

18Récemment, le projet de construction d’une importante connexion autoroutière, traversant de part en part le Piano di Magadino en majeure partie sur des terres agricoles, a généré une vaste controverse, centrée notamment sur le statut actuel et le devenir de cet espace. Ce projet était en outre associé à la création du Parco regionale del Piano di Magadino, prévu dans le Plan directeur cantonal, visant à garantir une protection à une partie importante de l’espace agricole et naturel de la plaine3.

19Le second terrain se situe sur un périmètre au sud de l’agglomération transfrontalière genevoise (env. 700’000 hab.), le long d’un axe de 8 km environ, de Plan-les-Ouates à Saint-Julien-en-Genevois, en passant par la Plaine de l’Aire. Dans ce cas également, il est question d’une plaine agricole, anciennement marécageuse et asséchée afin d’y aménager des terres agricoles. Ce Périmètre d’aménagement coordonné d’agglomération (PACA) fait partie du Projet d’agglomération franco-valdo-genevois et devrait accueillir environ 14’000 emplois et 32’000 habitants supplémentaires à l’horizon 2030.

20De nombreuses caractéristiques communes existent entre le Piano di Magadino et la Plaine de l’Aire. Cette dernière est aussi traversée par des axes de transports importants (notamment l’autoroute de contournement de Genève et, à moyen terme, une ligne de tram). On y retrouve de même une grande variété d’activités : résidentielles, agricoles, industrielles, commerciales et de loisirs. Toutefois, il faut souligner que des différences de législation entre le Tessin et Genève font que le périmètre du PACA Saint-Julien-Plaine de l’Aire a été, jusqu’à aujourd’hui, plus préservé de l’urbanisation que celui du Piano di Magadino.

Éléments méthodologiques

  • 4  Les expressions sélectionnées au Tessin étaient : zone industriali ; centri commerciali ; il resid (...)

21Sur chaque terrain, l’étude a été conduite en deux temps distincts. Dans un premier temps, il s’est agi d’identifier les termes à enjeu sur chaque terrain. Au travers de l’analyse d’un vaste corpus de documents (articles de journaux sur la question, prises de position d’acteurs impliqués, émissions radiophoniques et télévisées, documents d’aménagements spécifiques aux projets, etc.), complété par quelques entretiens exploratoires, il a été possible de définir une liste des concepts, objets spatiaux et autres toponymes qui étaient au cœur des débats sur chaque terrain4. Dans un second temps, par le biais d’une méthodologie originale pour chaque projet, une dizaine d’acteurs impliqués ont pu s’exprimer sur ces différents termes.

22Les entretiens se composaient de trois phases successives de discussion. Durant la première, les acteurs recevaient des petits papiers sur lesquels l’un des termes sélectionnés était respectivement inscrit. Il leur était alors demandé d’une part de définir ce terme et de le commenter et, d’autre part, de le positionner par rapport aux concepts génériques urbain et rural sur un support ad hoc. Dans un second temps, une série de photographies prises sur chaque terrain était présentée aux acteurs qui les commentaient individuellement. Finalement, les acteurs recevaient une seconde série de petits papiers qu’ils étaient alors invités à représenter (dessiner) sur une orthophoto du terrain concerné.

23L’objectif du protocole étant de susciter des discours et des prises de position des acteurs par rapport à un ensemble d’éléments prépondérants dans les projets étudiés, c’est principalement une analyse de discours qui a été réalisée à partir de ce matériau.

Les registres de discours de l’urbain et du rural

24Les façons d’approcher, d’évoquer, de définir l’urbain et le rural qui apparaissent lors des entretiens sont multiples, hétérogènes, voire parfois contradictoires. D’abord, elles sont éminemment contextuelles, différentes d’un acteur et d’un terrain à l’autre, mais aussi et surtout au fil d’un même discours selon les situations, les objets ou les lieux dont il est question. Doit-on pour autant conclure à un brouillage complet de ces deux catégories, à une impossibilité d’en observer certaines récurrences ou logiques ? Sûrement pas. La disposition des interlocuteurs à mobiliser ces concepts, de même que le caractère fréquemment évident qui malgré tout recouvre l’urbain et le rural lors des entretiens, témoignent de l’efficacité actuelle de ces termes pour opérer des distinctions et des qualifications des espaces. Pour saisir en quelque sorte cette multiplicité, j’ai repéré différentes façons de qualifier l’urbain et le rural, appelées ici des registres. Ces derniers, de nature principalement empirique et analytique, ont pour principale vertu de dégager différentes conceptualisations de l’urbain et du rural qui, dans certains cas, se recouvrent, et dans d’autres, façonnent des objets différents, concurrents et, parfois, incompatibles.

Le registre fonctionnel

25La lecture la plus présente, tant sur le Piano di Magadino que la Plaine de l’Aire, est d’ordre fonctionnel. Dans ce registre, l’urbain et le rural se définissent par le rôle particulier qu’ils jouent au sein d’un système territorial. La qualification fonctionnelle des espaces se fonde principalement sur des activités ou des affectations spécifiques. Outre les fonctions connues de l’aménagement (commerciales, industrielles, résidentielles), apparaissent aussi, plus largement, tous les types de fonctions que les entités en question peuvent assumer (fonction touristique, de mobilité, écologique, etc). L’urbain et le rural, entendus d’un point de vue fonctionnel, sont définis synthétiquement par un assemblage de fonctions, c’est-à-dire par la coprésence, dans un espace donné, de plusieurs fonctions qui, généralement, sont reliées et ont donc une certaine cohésion.

26La fonction principale qui caractérise l’espace rural reste indéniablement l’agriculture. Sur les deux terrains étudiés, la fonction productive tient ainsi une place importante, sachant que les terres y ont une grande valeur agricole, assurant un dynamisme certain au secteur primaire. Dans un ouvrage récent, Perrier-Cornet et Hervieu (2002 : 13-17) proposent de distinguer trois figures principales à travers lesquelles est pensée la ruralité en France : « la campagne ressource » qui correspond largement à cette fonction productive, « la campagne cadre de vie » qui regroupe les fonctions de loisirs et de résidence, et « la figure de la nature » qui caractérise certaines qualités écologiques « objectives » de la ruralité. De fait, ces trois figures ont fréquemment été évoquées lors de ma recherche. Cependant, les acteurs les présentaient généralement comme des fonctions de l’espace rural. La coexistence de ces fonctions est au centre de nombreux conflits, comme l’indique l’extrait suivant :

« Les serres de la Plaine de l’Aire. Pour moi, c’est un des problèmes, c’est une des incohérences de ce qu’on poursuit, parce qu’on a choisi un mode de développement un peu, de la ville en étoile, le long d’axes de circulation avec, entre ces axes de circulations et de transport en commun, des remontées vertes, qu’elles soient naturelles ou agricoles, dont la fonction principale est quand même de servir de respiration au monde urbain et là, on introduit dans ce... dans ces espaces agricoles, une logique un peu industrielle qui fait que ces espaces ne sont ni urbanisés, ni agricoles, ni de détente ».

Pierre, Conseiller municipal en charge de l’urbanisme.

27Au Tessin comme à Genève, les serres sont par exemple un objet de discorde important. Leur rôle et leur légitimité dans l’espace rural sont généralement reconnus, dans la mesure où elles font partie de l’agriculture actuelle. Toutefois, comme on le voit dans l’extrait précédent, elles ne trouvent pas leur place dans un espace où les fonctions de loisirs et écologiques sont mises en avant. De la même manière, les rapports entre la fonction de loisirs et la fonction écologique ne vont pas de soi, car la valorisation des attributs écologiques implique régulièrement une limitation de l’accès à certaines zones. Il est intéressant de remarquer qu’à une échelle large et surtout dans les discussions générales ces trois fonctions du rural sont articulées sans que cela semble poser problème. L’exemple du projet de Parc du Piano di Magadino incarne parfaitement cette volonté de valoriser ces trois dimensions, comme en témoigne la fiche du Plan directeur le concernant :

« Le Parc du Piano di Magadino ne concerne pas un territoire exempt d’activités. Au contraire, il doit devenir un instrument qui, dans la gestion des contraintes existantes, crée principalement une opportunité de développement sur la base de contrats volontaires, afin d’atteindre un objectif territorial qui puisse satisfaire simultanément les exigences des trois composantes du parc : agriculture, nature et loisirs ».

Canton du Tessin, Plan directeur, fiche signalétique A8 (traduction de l’auteur).

28Néanmoins, à une échelle plus fine et sur des objets concrets, ces fonctions peuvent rapidement entrer en conflit : faut-il accepter ou non la réalisation de serres ? Quelles sont les restrictions d’accès d’un « couloir écologique » ?

Le registre morphologique

29Une seconde façon, très prégnante, de définir l’urbain et le rural fait appel à une lecture morphologique. Des formes spécifiques de nature très variée leur sont ainsi directement associées, comme le montre l’extrait suivant :

« Les villages, ça me fait plutôt penser au rural, parce que quand je pense au village, je pense à un noyau identifiable dans un contexte autre. Donc où il y a aussi de la nature ou de l’agriculture ».

Renato, urbaniste-aménageur (traduction de l’auteur).

30Dans certains cas, ce sont précisément des formes spatiales ou géométriques qui correspondent à une représentation cartographique et zénithale de l’espace en question ; ainsi de la figure du village qui est appréhendée sur le modèle de l’entité dense, de petite taille et clairement délimitée au sein d’un contexte  principalement agricole. Dans d’autres cas, la morphologie des objets ou leur matérialité (bâti, non-bâti, forêt, champs) est mise en avant. Deux types de distinctions morphologiques principales ont été l’occasion de discussions questionnant l’opposition urbain-rural. La première renvoie à l’idée selon laquelle le bâti correspondrait à l’urbain et le non-bâti au rural. On retrouve alors l’exemple des serres évoqué précédemment. Le problème des serres s’explique principalement par le fait qu’elles ne correspondent pas à une certaine conception de la morphologie de l’espace rural comme espace ouvert, vert et non-bâti :

« Si j’associe le rural à l’agriculture et puis je dis ‘c’est l’activité agricole qui me génère les serres’, je tends à ramener la serre vers le rural. Si la clef de lecture que j’utilise n’est pas celle de l’origine des serres, mais bien celle de la perception que j’ai des serres sur le territoire, alors je les place dans un contexte urbanisé ».

Claudio, Office du paysage et de la nature (traduction de l’auteur).

31Différentes propositions ont été faites pour régler le problème des serres, témoignant de l’importance de ces enjeux. A Genève comme au Tessin, des projets ont été mis sur pied pour créer des « zones serres» visant à les regrouper (le projet a été finalement abandonné au Tessin, alors qu’à Genève, il a été accepté par le Grand Conseil en 2007). Préalablement, il avait aussi été imaginé à Genève de placer les serres dans des zones industrielles, partant du principe que la production y est de moins en moins tributaire du sol. Par ailleurs, certains projets architecturaux, tels que l’Ecotower de Soa Architectes à Paris, nourrissent la réflexion sur le devenir de cet objet éminemment problématique que sont les serres, en proposant de les placer en milieu urbain dans des gratte-ciel à la morphologie elle aussi délibérément urbaine.

32Un autre problème qui découle de la correspondance entre bâti et urbain est celui du bâti villageois. Dans certains cas, cela implique une oblitération de la spécificité des entités villageoises, en les considérant comme des îlots d’urbanisation de taille restreinte. Cette approche a été critiquée par certains acteurs qui, reconnaissant une valeur patrimoniale au village, s’interrogent sur les transitions et liaisons morphologiques possibles entre des quartiers nouveaux et le village historique. Comme on le verra dans un deuxième temps, la distinction entre ces formes de bâti est aussi le support de discours sur les modes de vie et les formes de sociabilité qui y ont cours.

33Un dernier élément est à souligner concernant le registre morphologique. Lorsqu’ils ont présenté leur vision des terrains d’études, les acteurs interrogés ont fréquemment ancré leur lecture sur des discontinuités morphologiques préexistantes. Plus précisément, les structures spatiales proposées s’appuient sur des éléments pouvant servir de limite, de frontière « naturelle ». Au Tessin, la voie ferrée joue ce rôle de «césure», délimitant des zones dont les contenus différents doivent être maintenus : d’un côté, le bâti et de l’autre le domaine agricole. Le même type d’appréciation se retrouve à Genève où une bretelle autoroutière circonscrit des espaces « déjà perdus [pour l’urbanisation] » et propose en quelque sorte une structure spatiale. La récurrence de ce genre de lecture de l’espace montre l’importance de maintenir des entités aux limites matérialisées et fortement contrastées dans leur nature.

Le registre du mode de vie

« Ça fait partie pile du milieu [entre urbain et rural] parce qu’en réalité, c’est un fonctionnement totalement urbain du point de vue sociologique, du mode de vie des habitants, mais en même temps, ils recherchent une image du rural qui est une fausse ruralité ».

Anne, urbaniste-aménageur.

34La question du mode de vie est un enjeu important dans la redéfinition de l’opposition urbain-rural. Comme l’affirment Perrier-Cornet et Hervieu (2002 : 15), « le constat est largement partagé aujourd’hui qu’un modèle dual de vivre et d’habiter entre villes et campagnes est révolu ». On peut s’interroger sur ce qu’est un « modèle de vivre et d’habiter » et sur quelles notions il repose. Mes interlocuteurs ont souvent fait leur ce constat de disparition de la dualité des modes de vie. La pratique sociale et spatiale qui le justifie est avant tout celle de la pendularité. Le fait d’être mobile au quotidien, pour des raisons professionnelles, pour réaliser ses achats ou pour ses loisirs ne correspond pas à l’image de la ruralité. Plusieurs interlocuteurs mettent ainsi en doute le caractère rural de certains espaces (des villages notamment), du fait de la vraisemblable diffusion de ces pratiques au sein de la population qui y réside.

35Cependant, une différentiation forte apparaît ici selon les types d’acteurs. Les urbanistes et aménageurs ont généralement considéré ces pratiques de mobilité comme relevant clairement de l’urbanité, qualifiant ces lieux de périurbains ou comme dépendants de l’urbain. Si cette conception exclut de considérer ces lieux comme ruraux, une certaine spécificité est maintenue, dans la mesure où leur urbanité est vue négativement. En effet, ces espaces périurbains sont alors stigmatisés, comme étant les supports résidentiels de pratiques urbaines non durables (mobilité automobile), voire antisociales (individualisme). A l’inverse, les différents représentants des autorités locales rencontrés, bien que reconnaissant d’emblée les pratiques socio-spatiales de leurs habitants, y voyaient moins une urbanisation des modes de vie qu’une uniformisation des modes de vie. Cette uniformisation, n’étant pas comprise comme un basculement dans l’urbain, ne s’oppose pas, pour eux, à une certaine identité rurale de leur commune ou de leur village.

36Quelques remarques peuvent être formulées à ce propos. Premièrement, l’urbanité apparaît comme une forme d’identité sociologique par défaut, au sens où elle s’applique à tout ce qui n’est plus rural. Les défenseurs de cette conception de l’urbanisation des modes de vie ne se sont pas étendus sur les critères qui la fondent. Bien au contraire, ils ont paru maintenir une différenciation forte entre un mode de vie urbain et périurbain, dont l’unique point commun serait la mobilité. Mais on peut légitimement se demander en quoi la mobilité est une pratique urbaine. Ainsi, les communes périurbaines sont stigmatisées car elles ne sont plus reconnues comme rurales, mais pas non plus comme de l’urbain, de qualité tout au moins. Deuxième remarque, l’image de la ruralité qui ressort en négatif de ces discours est celle d’un territoire dont l’autonomie est la valeur constitutive. Finalement, et l’on retombe ici sur la question de l’identité urbaine par défaut, tout territoire qui n’est pas autonome, indépendant par rapport à la ville, serait de facto urbain.

Le registre de l’être ensemble

« Les habitants de la commune, ils insistent beaucoup, ils disent qu’ils sont conscients de l’urbanisation de toute la zone, et qui touche à un certain moment le territoire de la commune, mais ils aimeraient bien, dans la mesure du possible, préserver toujours ‘l’esprit villageois’. [...] L’esprit villageois pour les [habitants], ça veut dire qu’il y a toujours une certaine convivialité dans le rapport entre les habitants ».

Bruce, Conseiller municipal en charge de l’aménagement.

37Le dernier registre de différentiation urbain-rural apparu lors des entretiens renvoie à la qualité des interactions sociales qui y prennent place. Ce registre a été l’occasion, à nouveau, d’une réelle distinction entre, d’une part, les urbanistes et aménageurs et, d’autre part, les représentants des autorités locales. Le regard porté sur les sociabilités caractéristiques de l’urbain et du rural sont diamétralement opposées. Les élus locaux soulignent l’existence d’une sociabilité villageoise particulière, fondée sur l’interconnaissance et sur un certain nombre de pratiques communautaires (fêtes et autres animations). Ils précisent fréquemment que ces pratiques sont plus le fait des habitants des parties historiques des villages que des nouveaux quartiers, faisant correspondre la qualité de la sociabilité à une entité spatiale spécifique (ce type de phénomène a été évoqué par Bouchat en Belgique, voir ce numéro). Parallèlement, deux élus locaux dont les communes se composent chacune d’une partie historique et de nouveaux quartiers ont précisé que les formes d’être ensemble qui y ont cours divergent de celle du village historique, dans le sens où le principe de communauté villageoise y serait moins, si ce n’est pas du tout, important. Il faut souligner que les deux cas évoqués ici sont très différents en termes d’évaluation normative. Dans le premier cas, le conseiller communal ne voyait strictement aucun problème au fait que sa commune se compose de plusieurs entités plus ou moins indépendantes et différentiées, en termes de pratiques communautaires. A l’inverse, dans une autre commune, le maire considérait comme nécessaire et difficile l’intégration du quartier satellite construit dans les années 1980. Cette appréciation est, semble-t-il, à la base de sa position largement réfractaire au développement conséquent de sa commune, tel que le prévoit le PACA.

38Les urbanistes et aménageurs ont eux aussi évoqué ces questions de sociabilité dans leurs discours. Ce sont étrangement les mêmes valeurs que celles qui servaient à caractériser la sociabilité villageoise qui sont invoquées ici : l’interconnaissance et le lien social. Cependant, dans ce cas, ces valeurs sont associées à une certaine forme d’urbanité. C’est la figure du quartier urbain, de l’immeuble haussmannien qui incarne alors la sociabilité de qualité, selon un phénomène identique à celui évoqué précédemment pour le village historique, par lequel sont spatialisés des concepts intrinsèquement non spatiaux, comme pour le cas du registre mode de vie (pour une réflexion théorique plus poussée sur les enjeux de spatialisation d’entités géographiques, voir Schaffter, Fall et Debarbieux, 2009).

39Rappelons à ce propos que la croyance selon laquelle la forme aménagée détermine la qualité des relations sociales qui s’y développent est à la base même de l’architecture et de l’urbanisme. Plusieurs interlocuteurs, principalement les professionnels de l’aménagement, ont opposé à cette sociabilité urbaine valorisée, une (non-)sociabilité périurbaine, fondée, elle, sur l’individualisme, l’entre-soi, voire le repli sur soi. Là encore, certaines formes spatiales semblent incarner ce type de relations sociales, généralement appelées zones villas en Suisse, qui correspondent plus ou moins au concept français de zones pavillonnaires. De manière générale, ces entités étaient très fortement dévalorisées et stigmatisées par ces acteurs. Lors de l’exercice de spatialisation des concepts sur l’orthophoto, les acteurs tessinois n’ont eu aucune difficulté à identifier des entités correspondant à ce périurbain diffus. A Genève, en revanche, mes interlocuteurs ont souvent eu de la peine à repérer des zones villas. Le terme mitage qui leur était proposé suscitait des discours parfois vifs qui contrastaient avec l’embarras des acteurs devant l’absence d'entités spatiales correspondant à ce concept sur le périmètre étudié. Les différences de forme de développement des communes périurbaines, liées à des échelles de gouvernance divergentes (communale au Tessin et cantonale à Genève), peuvent expliquer aisément ces enjeux. Il est néanmoins intéressant de relever que ces phénomènes d’étalement urbain suscitent un rejet des acteurs interrogés plus fort à Genève, alors qu’il y paraît, du moins sur le périmètre étudié, bien moins présent.

Conclusion

40Revenons-en à notre question de départ : où en sont les catégories urbain-rural aujourd’hui ? Ont-elles encore une pertinence dans les pratiques et situations concrètes, notamment d’aménagement ? Et si oui, comment sont-elles invoquées, utilisées et définies ? Cette étude apporte deux réponses qui peuvent apparaître contradictoires. D’un côté, les différents acteurs interrogés ont, dans leur écrasante majorité, exprimé leur doute et leurs réserves quant à la pertinence actuelle de cette opposition. Ainsi, les préoccupations et les débats à ce propos, présentés brièvement en introduction, dont fait montre la sphère scientifique trouvent un écho et une certaine forme de validation dans ces situations concrètes. Cependant, les catégories de l’urbain et du rural sont loin d’avoir disparu des manières de concevoir l’espace, de même que des critères d’évaluation à partir desquelles se définit l’acceptable et l’inadmissible, le bon et le mauvais, le beau et laid, le juste et le faux. C’est donc notamment dans leur caractère normatif et prescriptif que ces catégories sont encore à l’œuvre, au travers des modèles dont elles sont porteuses.

41On l’aura remarqué la persistance des catégories de l’urbain et du rural passe par des objets prototypiques, des emblèmes et autres figures archétypales. Certaines sont rejetées (la« zone villas »), d’autres sont valorisées (le« village historique »). Sur le terrain, les objets et entités ne correspondent que très rarement avec exactitude à ces images de référence et les controverses jaillissent souvent de la reconnaissance ou non d’une entité comme suffisamment ressemblante au prototype pour être intégrée à la catégorie. La polémique autour des villages est exemplaire à ce propos. Le village, un des emblèmes de la ruralité, est, on l’a vu, une réalité complexe à laquelle sont associés une morphologie, certaines fonctions, une sociabilité et un mode de vie spécifique. La décomposition en registres permet de localiser en quelque sorte la controverse. En effet, la morphologie, de même que les fonctions qui sont attribuées au village sont objet de consensus, alors qu’à l’inverse, les relations communautaires et la sociabilité qui en découlent n’ont pas la même importance aux yeux des différents acteurs. La diffusion d’un mode de vie basé sur une forte mobilité est certes reconnue par tous, mais n’est pas forcément comprise de la même manière.

42Les enjeux liés au second emblème de la ruralité ici exposé, l’agriculture, sont aussi éclairés par une décomposition en registres. A nouveau, certaines entités et objets sont largement acceptés, car fondés sur des images archétypales. Le champ ouvert, entouré d’un « cordon boisé », ne suscite aucun débat, alors que la localisation et l’existence même des serres provoquent des controverses majeures.

43En définitive, si les catégories urbain et rural ne permettent plus d’ordonner un monde-puzzle où chaque pièce ne relèverait que d’une seule catégorie, ne négligeons pas le rôle qu’elles jouent aujourd’hui encore, non seulement dans les pratiques habitantes, mais aussi et surtout dans celles de l’aménagement.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Arlaud S, Jean Y, Royoux D. 2005. Rural-urbain : nouveaux liens, nouvelles frontières. Rennes, PUR.

Berque A. 2008. Ce qui est en jeu dans la ville-campagne, in Monteventi L, Deschenaux C, Tranda M. (dirs) Campagne-ville : le pas de deux. Enjeux et opportunités des recompositions territoriales. Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes : 199-210.

Debarbieux B. 2004. Présentation générale. De l’objet spatial à l’objet géographique, in Debarbieux B, Fourny M.-C. (dirs) L’effet géographique : construction sociale. Appréhension cognitive et configuration matérielle des objets géographiques. Grenoble, MSH-Alpes : 11-33.

Debarbieux B. 2005. Obsolescence ou actualité des objets géographiques modernes ? A propos de la ville, de la campagne, du périurbain et de quelques autres objets conventionnels, in Arlaud S, Jean Y, Royoux D. (dirs) Rural-urbain : nouveaux liens, nouvelles frontières. Rennes, PUR : 33-43.

Debarbieux B, Schaffter M. 2008. Y a-t-il une question périurbaine ?, in Loudiyi S, Bryant C, Laurens L. (dirs) Territoires périurbains et gouvernance. Perspectives de recherche. Montréal, Université de Montréal : 13-21.

Lussault M. 2007. L’homme spatial : la construction sociale de l’espace humain. La couleur des idées. Paris, Seuil.

Mondada L. 2000. Décrire la ville : la construction des savoirs urbains dans l’interaction et dans le texte. Paris, Anthropos.

Mondada L. 2001. Polyphonies urbaines : dires pluriels dans et sur la ville, Grenzgänge 8(15) : 5-22.

Mondada L. 2005. Pratiques discursives urbaines et mode d’émergence de figures de la ville, in Pousin F. (dir.) Figures de la ville et construction des savoirs. Paris, CNRS : 195-203.

Perrier-Cornet P, Hervieu B. 2002. Les transformations des campagnes françaises : une vue d’ensemble, in Perrier-Cornet P. (dir.) Repenser les campagnes. La Tour d’Aigues, Aube – DATAR : 9-31.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Schaffter M, Fall J, Debarbieux B. 2009. Unbounded boundary studies and collapsed categories : Rethinking spatial objects, Progress in Human Geography, published online, July 8, doi: 10.1177/0309132509105009 (consulté le 10.11.2010).
DOI : 10.1177/0309132509105009

Schubarth C. 2007. Qui et quoi est diffus, dans la ville diffuse ? Nommer l’étalement urbain contemporain, GEA 22, www.gea-ticino.ch/rivista/22.pdf (consulté le 21.10.2008).

Secchi B, Ingallina P. 2006. Première leçon d’urbanisme. Marseille, Parenthèses.

Sieverts T. 1998. Zwischenstadt : zwischen Ort und Welt, Raum und Zeit, Stadt und Land. Braunschweig, Vieweg.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Vanier M. 2000. Qu’est-ce que le tiers espace ? Territorialités complexes et construction politique, Revue de géographie alpine 88(1) : 105-113.
DOI : 10.3406/rga.2000.4626

Top of page

Notes

1  L’auteur remercie l’équipe de recherche PNR 54 à Genève, à savoir Bernard Debarbieux, Gianluigi Giacomel, Christian Schubarth et Hy Dao, pour le travail en commun et les échanges fructueux.

2  Schubarth (2007) a réalisé un travail analytique conséquent sur ces nouvelles appellations. Il y a notamment développé une représentation synthétique extrêmement parlante de ce foisonnement terminologique. Pour une analyse plus spécifique à la question périurbaine, voir Debarbieux et Schaffter (2008).

3  Ce projet qui combinait la réalisation du parc et la liaison autoroutière a été refusé en votation le 30 septembre 2007. Toutefois, les oppositions portant spécifiquement sur la construction de la route, et le parc bénéficiant d’un large consensus, la réalisation de ce dernier n’a pas été remise en question.

4  Les expressions sélectionnées au Tessin étaient : zone industriali ; centri commerciali ; il residenziale ; zone edificabili ; abitati ; montagna ; parco ; svago ; agricoltura ; natura ; paesaggio ; qualità ; disordine ; collegamento A2 – A13 ; discariche ; palude ; serre ; inceneritore ; Pian Scairolo ; [Nom d'une commune du périmètre – différente selon les acteurs] ; il Locarnese ; il Canton Ticino ; Città-Ticino ; Piano di Magadino. A Genève, il s'agissait de : zone agricole ; village ; zone villas ; agriculture ; mitage ; densification ; serres ; ZIPLO ; site d’Archamps ; [Nom d'une commune du périmètre – différente selon les acteurs] ; Plaine de l’Aire ; Porte Sud de Genève ; canton de Genève ; Projet d’agglomération franco-valdo-genevois.

Top of page

References

Electronic reference

Marius Schaffter, « L’urbain et le rural dans les discours de l’aménagement en Suisse », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 3 | 2010, Online since 13 December 2010, connection on 21 October 2014. URL : http://articulo.revues.org/1562 ; DOI : 10.4000/articulo.1562

Top of page

About the author

Marius Schaffter

Marius Schaffter est assistant d’enseignement et de recherche au Département de Géographie de l’Université de Genève. Il réalise actuellement une thèse de doctorat intitulée « Les catégories en mouvement: Analyse de la catégorisation des objets géographiques et spatiaux et de leur mobilisation dans des contextes d’aménagement ». Il participe par ailleurs à une recherche sur les trajectoires résidentielles et les identités géographiques en Suisse.

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org