Skip to navigation – Site map

Introduction

Jeanne E. Glesener and Sonja Kmec

Full text

Urbain-rural : dichotomie ou dialectique ?

1Les articles réunis dans ce hors-série s’appuient sur un paradoxe : tandis que le processus de périurbanisation rend caduque toute opposition binaire entre urbain et rural, les identifications spatiales continuent de reproduire cette vieille dichotomie. La force des discours et des dispositifs est telle qu’elle a une influence non négligeable sur les pratiques mêmes (par exemple le choix du lieu de résidence, la mise en valeur politique d’un certain endroit, le prix de l’immobilier, etc.). Les auteurs font écho au changement de paradigme « interprétatif » qu’a connu la géographie humaine ces dernières années (Lefebvre, 1986 ; Berndt et Pütz, 2007). Parallèlement au cultural turn de la géographie, les autres sciences humaines ont connu un spatial turn (Koselleck, 2003 ; Bachmann-Medick, 2006 ; Döring et Thielmann, 2007), ce qui rend possible un regard transdisciplinaire sur les interactions entre les pratiques et les représentations spatiales. Cette perspective croisée met en valeur que l’espace « matériel » n’existe pas en soi, mais se trouve toujours en relation avec la manière dont il est décrit, approprié et vécu.

2Ce numéro cherche à rassembler des contributions qui s’intéressent à cette interaction entre représentations et pratiques des zones interstitielles entre l’urbain et le rural. Reprenant certains thèmes déjà examinés par Articulo – Journal of Urban Research dans son numéro 5 (2009) intitulé Splendeur et misère du périurbain, le présent volume a pour vocation d’être également pluridisciplinaire et de mettre en dialogue la géographie avec la psychologie, l’anthropologie, la sociolinguistique et l’histoire. Il se compose d’une sélection de contributions présentées lors du colloque Revisiting the ‘Urban’ and the ‘Rural’ : Spatial Representations and Practices qui s’est déroulé à Luxembourg en décembre 2008, à l’initiative des Humanités Associées asbl. Cette association de jeunes chercheurs en sciences sociales et humaines fut créée en 2007 pour combler un manque d’échanges entre les doctorants et post-doctorants de l’Université du Luxembourg (créée elle-même en 2003), du CEPS/INSTEAD et surtout des boursiers du Fonds National de la Recherche du Luxembourg. A sa fonction de mise en réseau correspondent les efforts de créer des contacts scientifiques internationaux et ce notamment par l’intermédiaire du colloque mentionné, mais aussi des Cafés des Humanités proposant des débats d’actualité sur des sujets aussi variés que « Citoyenneté, nationalité : quels enjeux identitaires ? » (mars 2008), « La politique linguistique du Luxembourg » (octobre 2008), « Les sciences humaines : un luxe nécessaire ? » (novembre 2008) ou « Pornographie et médias : du cinéma de la Belle Epoque au Web 2.0 » (mars 2010).

3Les éditrices – épaulées par Roberto Gomez et An Schiltz – ont choisi un sujet fédérateur et ont fait appel à un comité scientifique pour faire le choix des conférences et la relecture anonyme des articles de ce volume. Nous tenons à remercier chaleureusement Geoffrey Caruso, Michel Pauly, Christophe Sohn et Christian Vandermotten pour le temps qu’ils ont consacré à ce travail non négligeable. L’édition a été une tâche commune, tandis que le secrétariat fut assumé par Jeanne E. Glesener et Rachèle Raus. L’introduction fut en outre relue par nos co-éditrices Tonia Raus et Christiane Weis. Le colloque a pu être réalisé grâce au soutien financier du Fonds National de la Recherche du Luxembourg, du CEPS/INSTEAD et des unités de recherche IPSE et LCMI de l’Université du Luxembourg.

La ténacité des clichés

Les nouveaux espaces interstitiels

4En introduction, Christian Vandermotten retrace l’évolution des mondes ruraux et urbains depuis la Révolution industrielle et montre leur interpénétration croissante à l’échelle européenne. L’émergence d’un habitat « rurbain » est liée au triomphe de l’automobile et au phénomène de la métropolisation. Vandermotten associe cette nouvelle forme d’interaction entre urbain et rural également à l’idéalisation de la nature, qui n’empêche pas – voire provoque – la déstructuration des paysages. Il s’interroge sur l’impact politique de cet engrenage en termes de gouvernance et de légitimité démocratique.

5Les discours qui se tissent autour de ces nouveaux espaces rurbains, mais aussi périurbains et interurbains, sont l’objet d’analyse de Markus Hesse. L’auteur examine comment la construction culturelle et linguistique de ces espaces évolue au fil du temps sous la forte influence des discours scientifiques et professionnels (gouvernementaux). Ces derniers font souvent abstraction de l’évolution « matérielle » très variée des zones périurbaines et dessinent une image globalement négative, basée sur des développements récents aux Etats-Unis. Hesse révise cette image, tout en soulignant sa force discursive dissuasive et persuasive.

6Marius Schaffter se propose d’interroger le couple urbain-rural par une analyse de discours menée dans le cadre de deux études de cas en Suisse, portant sur des projets d’aménagement du territoire. De nouveaux registres discursifs se dégagent et reflètent, selon une perspective fonctionnelle ou morphologique, les efforts de dénomination et de désignation des espaces de l’entre-deux, entre la ville et la campagne.

« Ruptures » persistantes

7Samuel Carpentier montre comment les statisticiens établissent une distinction entre l’urbain et le rural avant de remettre en question ces catégories. Il met en évidence une continuité entre modes d’habiter urbains et ruraux en s’appuyant sur le cas du Luxembourg. Son étude du choix de résidence en fonction de caractéristiques morphologiques et fonctionnelles des espaces montre que certaines « ruptures » entre urbain et rural persistent, notamment en termes d’ancrage et de mobilité.

8Vincent Banos et Bruno Sabatier effectuent une analyse des espaces périurbains non bâtis en France, en focalisant leur regard sur les processus sociaux qui les animent. Après une analyse de la notion de périurbain, les auteurs présentent une grille de lecture fondée sur des processus croisés de publicisation et de privatisation de ces espaces non bâtis. Ils en tirent un constat à première vue paradoxal : malgré une grande hétérogénéité et une hybridation poussée des sociabilités, l’opposition structurelle entre le rural et l’urbain est maintenue par différents dispositifs.

Identifications et sentiments d’appartenance

9Prenant le cas d’Athènes, Irene Theodoropoulou montre que la construction discursive de la banlieue n’a rien d’unifié, mais qu’elle contribue à une pratique de distinction entre habitats huppés et délaissés. En s’appuyant sur une analyse linguistique de la littérature dite « rose », l’auteure explique comment les images des différentes banlieues se nourrissent des pratiques langagières des protagonistes. Malgré leur caractère hybride, les zones périurbaines restent ainsi étroitement liées aux clichés du parler urbain (prétentieux, ironique, cosmopolite) et rural (franc, sincère, mêlé de patois).

10Céline Bouchat livre un aperçu de l’enquête ethnographique qu’elle mène depuis trois ans sur les pratiques festives et folkloriques du monde rural, plus spécialement les marches folkloriques dans l’Entre-Sambre-et-Meuse en Belgique. La dichotomie urbanité/ruralité est abordée à travers le prisme du maintien et/ou du renouvellement des traditions rurales dans des espaces déterminés non plus par des spécificités territoriales mais par les sentiments d’appartenance ou non à ces espaces, et par conséquent, à ces collectivités.

11La contribution d’Ulrich Ufer introduit une perspective historique sur les entreprises d’aménagement du territoire et leurs effets sociaux et ce en prenant pour exemple les Provinces-Unies du XVIIe siècle. Cette analyse en histoire anthropologique retrace l’avènement et la construction identitaire de quatre types sociaux idéaux qui émergent dans le sillage d’une urbanisation de l’espace à grande échelle et d’un marché économique florissant. En se référant notamment à des textes littéraires de l’époque, l’auteur montre que la conception de ces types dérive notamment de l’opposition entre la vie civilisée des citadins et les coutumes perçues comme rétrogrades des ruraux. La déconstruction de chaque type permet en revanche de relever que leurs caractéristiques positives et négatives ne sont guère limitées à un espace particulier mais que la part d’idéalisation et de dégradation de l’un vaut aussi pour l’autre.

Top of page

Bibliography

Bachmann-Medick D. 2006.Cultural turns.Neuorientierungen in den Kulturwissenschaften. Reinbek, Rowohlt.

Berndt C, Pütz R. (éds) 2007. Kulturelle Geographien. Zur Beschäftigung mit Raum und Ort nach dem Cultural Turn. Bielefeld, Transcript Verlag.

Döring J, Thielmann T (éds) 2007. Spatial turn. Das Raumparadigma in den Kultur- und Sozialwissenschaften. Bielefeld, Transcript Verlag.

Koselleck R. 2003. Raum und Geschichte, in Zeitgeschichten. Studien zur Historik. Frankfurt am Main, Suhrkamp : 78-96.

Lefebvre H. 1986. La production de l’espace. Paris, Anthropos.

Top of page

References

Electronic reference

Jeanne E. Glesener and Sonja Kmec, « Introduction », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 3 | 2010, Online since 04 January 2011, connection on 28 March 2017. URL : http://articulo.revues.org/1521 ; DOI : 10.4000/articulo.1521

Top of page

About the authors

Jeanne E. Glesener

Jeanne E. Glesener is an Assistant Researcher for Luxembourgish Literatures in the Department of Linguistics and Luxemburgish Literatures at the University of Luxembourg. She holds a PhD from the University of Provence I. Her main research areas are literatures in Luxembourg, migrant and migration literatures, postcolonial literatures and the multicultural crime novel. Email: jeanne.glesener@uni.lu

Sonja Kmec

Sonja Kmec is an Associate Professor (History, Cultural Studies) at the University of Luxembourg. Email: sonja.kmec@uni.lu

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org