Skip to navigation – Site map
2010

Tourisme culturel et patrimoine : quelques analyses pour un Monde habitable

Cultural tourism and heritage
Olivier Lazzarotti

Abstracts

This text puts into perspective the words that define cultural tourism, building both on official international documents and tourist practices that qualify it. Both approaches highlight two processes through which memory is produced and recast into specific places. The first process consists in the appointment by scholars and pundits who designate monuments. The second process is one of election. Tourists, by their physical presence in places, activate memory at the time of its transmission: cultural heritage. In the first case, tourists disturb what already exists. In the second case, on the contrary, tourists actually shape place and memory...

Top of page

Full text

1Culturel, le tourisme passe communément pour une activité intellectuellement enrichissante, à la différence d’autres formes touristiques qui seraient, quant à elles, plus portées vers et par les corps. Elle vaudrait également comme pratique socialement valorisante, à la différence d’autres modes de tourisme facilement qualifiées massives. Or, à y regarder de plus près, ces assertions ne vont pas d’elles-mêmes. Il en est de même pour l’expression de tourisme culturel dont une des formulations problématiques tiendrait dans l’alternative du pléonasme ou de la contradiction.

2Pléonasme, en effet, parce le tourisme, favorisant l’expérience de l’autre et de l’ailleurs serait, de fait, une pratique « culturelle ». Contradiction, encore, parce que le tourisme, conçu comme pratique, ne pourrait engager que des corps écervelés. La culture s’arrête-t-elle ainsi là où commence le tourisme ?

3L’un ou l’autre voire l’un et l’autre, la notion de tourisme culturel ne s’impose donc pas si aisément comme définition catégorique claire d’un type touristique. Du coup, ses fausses évidences, ambiguïtés et autres contradictions font aussi la richesse si ce n’est l’intérêt de son étude.

4Pour engager le débat, partons de l’exemple de la Piazza di Spagna de Rome comme illustration de sa définition courante (Figure 1).

Figure 1. Piazza di Spagna, décembre 2001

Figure 1. Piazza di Spagna, décembre 2001

Source : © R. Knafou.

5Une première lecture est celle des mots. Ils sont ceux des architectes, des historiens, etc., et de tous les représentants de l’érudition savante. Ils pourront au passage faire remarquer que cette prise de vue tourne aussi le dos à la très belle fontaine Maffeo Barberini, alias le pape Urbain VIII. Du coup, la seule présence de tous ces touristes dérange la pureté architecturale du lieu.

6Une seconde lecture épouse le point de vue des pratiques, considérées comme ce que les hommes « font et la façon dont ils le font » (Foucault, 2004 : 83). Il est celui de la présence dans le lieu et de son irremplaçable émotion. Du coup, ce que l’on voit aussi est la grande diversité de cette société éphémère.

7La réflexion est-elle achevée au moment même où l’on pouvait la penser engager ? Sans doute, en campant sur une telle problématique. Mais on peut aussi développer une autre hypothèse : et si le tourisme culturel, en tant que notion, ne valait pas comme moyen de comprendre les conditions de production et d’échanges des savoirs générés par le tourisme ?

Le tourisme « culturel », la « bonne » parole

8En tant que discours, le tourisme culturel se formalise dans les années 1970, en particulier à travers la très officielle « Charte du tourisme culturel » de novembre 1976, alors rédigée par l’Icomos (Conseil international des monuments et des sites), fraîchement fondé dans la foulée de la Charte de Venise de 1965. La Charte internationale du tourisme culturel est la seconde source. Rédigée par le même Icomos en octobre 1999, elle reprend sous le jour actualisé du « développement durable » et du « patrimoine » ses pétitions de principes.

9Selon les termes de 1976, « le tourisme culturel est celui qui a pour objet, entre autres objectifs, la découverte des sites et monuments ». Le tourisme culturel se définit donc par la présence des touristes sur les lieux désignés comme culturels par l’Icomos. C’est ainsi la qualité des lieux et non celle des hommes, par exemple celle des hommes cultivés faisant du tourisme, qui est mise en avant.

10Ce mode de catégorisation assure un double primat. Le premier est celui du contenu, c’est-à-dire que la reconnaissance du caractère culturel des sites et monuments est fondée sur la mobilisation d’un corps de savoirs constitué. Le second est celui de la nomination, le mode de désignation passant par les mots. Cette définition est ainsi celle des tenants d’un type de « culture » qui est pleinement celle des érudits savants du moment.

Apocalypse touristique et rhétorique messianique

11Apparemment nuancée, la même Charte de 1976 dresse pourtant un bilan essentiellement négatif du tourisme culturel qui « ne saurait être séparé des effets négatifs, spoliateurs ou destructeurs, qu’entraîne l’emploi massif et incontrôlé des sites et monuments ».

12Le tourisme est « destruction » et les touristes en sont à l’origine. Irresponsables, ils font courir un danger « physique » à ce qu’ils visitent. Le tourisme est aussi « spoliation ». On entre alors dans le vocabulaire de l’appauvrissement et du vol de l’autre, donc du moralement coupable. Ainsi, volontairement ou non, les touristes participeraient à la reproduction des rapports de domination et d’exploitation entre les peuples eux-mêmes.

13En outre, l’argument de « l’emploi massif » engage sur la voie du quantitatif, celui de la « sur-fréquentation ». Et cette approche ne nous dit pas que le tourisme est simplement mauvais, mais que c’est l’excès du nombre de touristes qui l’est.

14Cette rhétorique trouve sa formulation « scientifique » dans la notion de « capacité de charge », elle-même présentée sous forme chiffrée, comme le montre cet exemple emprunté parmi bien d’autres à van der Borg (1998 : 102), du reste Professeur à l’Université de Venise : « Pour Venise, on a calculé, par un moyen simple de projection linéaire que la capacité de charge journalière était de 11 000 touristes résidents et 14 000 excursionnistes ». Qui est ce « on » qui calcule si juste ? Quelle méthode permet une projection si « simple » ?

15Mais l’emploi n’est pas seulement massif, il est encore « incontrôlé ». L’argument qualitatif complète encore celui du nombre, par une référence implicite à une « norme » pratique, celle du « devoir-être » des touristes comme injonction non dite, mais dont le modèle est bien celui de l’introuvable « touriste cultivé ».

16Le touriste est aussi dangereux parce qu’il est désigné a priori comme ignorant. Et le tourisme devient ainsi l’ennemi de la culture tout autant que son parasite, comme en atteste Bouché (1998 : 73), alors secrétaire de la section française de l’Icomos : « le tourisme urbain, au regard du patrimoine urbain n’est qu’une attractivité par définition parasite, car seconde, qui ne pourrait exister sans ce patrimoine ».

17Des solutions existent et la Charte les énonce. Le respect des monuments, conclut la Charte, passe ainsi « par une politique d’implantation d’équipement et d’orientation du mouvement des touristes conçue en tenant compte des seuils d’occupation et d’utilisation qui ne sauraient être franchis sans périls. » La voilà donc, cette solution malthusienne, coercitive et unique apportée à un problème posé, du reste, par ces mêmes experts, pompiers un peu pyromanes.

18La notion de « capacité de charge » en découle. Sa critique a déjà été amplement menée (notamment Deprest, 1997 ; Knafou in Stock, 2003). Elle repose sur quatre postulats implicites et discutables.

19Le premier est celui que les sociétés humaines fonctionnent sur les mêmes modèles que les autres espèces vivantes et que ce qui vaut pour les secondes peut s’appliquer aux premières. Le deuxième affirme que la surfréquentation est la forme dominante du tourisme culturel, ce qui s’appuie sur quelques exemples spectaculaires, mais est loin d’être le cas partout. Le troisième dit que les critères de la mesure sont les mêmes pour tous et acceptables par tous. Mais, à l’image des propos de van der Borg, qui parle ? Par exemple, les hôteliers ou marchands de souvenir vénitiens partagent-ils les mêmes conceptions de la « capacité de charge » de la ville que ses résidents ? Pour le quatrième, les phénomènes humains sont totalement abordables par leur quantification et réductibles à elle. Certes, la conception et la réalisation de parcs à thème ou de loisirs calibrent des flux et, à partir d’eux, des dynamiques de satisfaction dont les critères varient selon les pays d’origine des touristes du reste. De toute façon, ces logiques ne sont pas valables pour les sites culturels où le tourisme n’est qu’une fonction parmi d’autres.

20Finalement, l’argument du « trop plein » tire sa notoriété de sa simplicité apparente, immédiatement compréhensible et abordable. N’est-il pas, au-delà, l’un des moyens d’organiser la sélection des touristes et, avec elle, de légitimer la proposition de droits d’entrée ?

Une version « réformée » en 1999

21La Charte de 1999 expose, en six principes, un double tournant. L’Icomos ne s’interroge plus sur le fait de savoir s’il faut ou non des touristes, mais part du constat que les touristes sont là et qu’il faut désormais les gérer. C’est le tournant gestionnaire. Désormais, l’enjeu de la gestion n’est ni comptable, ni matériel. Il porte sur le contenu. Il est interprétatif, second tournant de la Charte. C’est au nom de « la » signification du site que le programme de conservation, donc de contrôle du tourisme, trouve sa pleine justification.

22Ainsi construit, le tourisme culturel devient une notion et un discours qui identifient un type de tourisme. S’y nichent finalement des prises de positions fortement idéologiques promouvant sa norme touristique. Elles renvoient à une vigoureuse critique du modèle social et économique qui marque le contexte de son invention : les Trente Glorieuses.

23Il faut dire que ces années sont aussi marquées par l’accession d’un nombre croissant d’hommes et de femmes au tourisme c’est-à-dire à une forme de mobilité choisie, ce qui en fait l’un des phénomènes économique, social et symbolique de ce temps-là. En s’appuyant sur le postulat de la dangerosité du tourisme, en particulier à travers l’idée qu’il met à l’épreuve les limites physiques des monuments qu’il parcourt, un tel discours ne fait qu’intégrer les critiques plus générales qu’ont pu formuler le Club de Rome et le rapport Meadows qui s’ensuivit (1971-1972). Ceux-ci reprennent à leur compte les idées d’un vieux Malthus, agitant les « prédictions de l’effondrement », cette version laïque des promesses apocalyptiques psalmodiées par tous les économistes de la mort.

24Un tel discours résonne profondément de tous ces grands fantasmes, puisant de fait sa rhétorique aux sources les plus puissantes des récits religieux. En sacralisant le patrimoine, l’Icomos peut se placer en Grand Prêtre de tous les Temples du Monde. En récupérant la prédiction apocalyptique, ces mots récupèrent les sentiments liés de culpabilité et de peurs qui préparent à la conversion des cœurs. De fait, ils réactualisent le vieux principe clérical de l’attrition, ce « regret d’avoir péché suscité par un motif autre que l’amour de Dieu, comme la peur de l'enfer » (Suire, 2004 : 21).

25En contrepoint implicite, ce discours dessine aussi les contours du touriste idéal, construit sur l’antithèse du tourisme de masse, l’autre grande catégorie du tourisme inventée à ce moment-là. Cultivé a priori, présent sur les lieux, mais discret faute d’être invisible, il est aussi riche. Au fond, ce mode de tourisme que l’on pourrait qualifier de « cultivé » parce qu’il met en scène des hommes et des femmes qui le sont, participe à l’entretien d’une culture qui est surtout une culture de l’exclusion, le rempart qui décide d’un mode de partage des hommes, touristes ou non, au profit de ceux qui l’énoncent. Tel est, du reste, cette orientation que suggère, pour en décider, le sens initial du mot « Charte », comme cette loi constitutionnelle d’un État établi par concession du souverain et non par les représentants du peuple.

26La boucle est donc bouclée, du moins idéologiquement. Car, pour le reste, on navigue en pleine contradiction. Elle est pleinement celle de ces intellectuels et scientifiques « initiés » c’est-à-dire à la fois cultivés et mondialisés ou en voie de l’être et qui inventent le tourisme « culturel » en mettant en lumière des lieux peu connus, mais, et avec les mêmes sentences, en interdisent l’accès aux autres, ou tentent de le faire. Tel est le cœur des enjeux, la constitution des savoirs, leur transmission autant que leur monopole. Ils impliquent l’accès à la mobilité et à sa rente directe, le passage à la dimension mondiale de ces temps qui, fondamentalement, rend le Monde contemporain habitable. Dès lors, un autre discours scientifique serait de repenser le tourisme pour repenser la « culture » et, bien au-delà, de reformuler quelques-unes de leurs problématiques qui sont aussi quelques-unes de celles du Monde.

Le tourisme, une pratique « culturelle »

27L’équipe MIT a défini le tourisme par les touristes et ces derniers par leurs pratiques géographiques. En tant que telle, la mobilité est comprise comme un mouvement qui, rapporté à l’espace habité de la géographie, prend son sens et sa portée.

Du tourisme par les touristes.

28Dans cette nouvelle perspective, quatre critères permettent de qualifier le tourisme. Il est d’abord une mobilité, plus précisément un déplacement, stricto sensu un changement de lieu (Équipe MIT, 2002). Ce déplacement, deuxièmement, s’inscrit dans l’espace-temps du « hors-quotidien ». Ce déplacement est, troisièmement, intentionnel. Les touristes sont porteurs d’un projet, même si celui-ci peut n’être jamais totalement mis en œuvre. Il est possible de définir trois types d’intentions (Équipe MIT, 2002) : se recréer, jouer et découvrir, cette dernière qualifiant en partie ce que nomme le tourisme culturel. D’où cette autre avancée : les touristes prennent une part, modeste peut-être mais active toujours, dans le choix de leur destination.

Figure 2. « Regards croisés à Beijing », février 2001.

Figure 2. « Regards croisés à Beijing », février 2001.

Source : © J.N. Beauvais

29Dernièrement, les touristes sont à la fois ceux qui regardent les autres et que les autres regardent ; du coup, les touristes ne font pas que se déplacer eux-mêmes (Figure 2) : ils déplacent les autres, ceux qu’ils rencontrent quand bien même ces derniers ne bougeraient pas.

Faire du tourisme : un accès au Monde

30On fait donc du tourisme, expression qui atteste qu’il n’y a pas d’autres moyens que de passer par l’engagement du corps. Pour autant, la pensée n’est pas exclue. Car, comme expérience de l’altérité, comme rencontre, faire du tourisme c’est aussi apprendre.

31Le tourisme produit donc bien des savoirs et ces savoirs s’échangent. Force est ainsi de reconnaître que faire du tourisme revient à mettre en œuvre un certain nombre de savoirs, et à participer à leur actualisation par leurs échanges. Car c’est ainsi que se constituent et que vivent ces « savoir-circuler » que décrit Tarrius (1992) et que l’on traitera, ici, comme « compétences géographiques » (Cériani et al., 2004).

32Elles portent, premièrement, sur la capacité à éprouver des lieux inexpérimentés et plus ou moins inconnus, mal connus, voire non connus. Se déplacer, c’est ainsi se confronter à d’autres lieux que ceux de ses familiarités, du moins dans un premier temps. Un tel apprentissage porte donc, d’abord, sur soi-même, par sa capacité à habiter ailleurs et autrement. Le tourisme est donc apprentissage de soi par acquisition de nouveaux savoirs : comment être soi-même un étranger ? Réciproquement, il est apprentissage de l’autre. Et c’est ainsi qu’il faut considérer que le tourisme, prioritairement, s’engage comme pratique du rapport à l’autre, comme expérience du rapport à l’autre à travers le Monde, selon une formulation géographique (Cériani et al., 2004).

33Cette expérience est portée par le corps, pour autant elle ne peut se réduire à sa seule dimension. Expérience sensible et émotionnelle, les savoirs acquis comme touriste le sont aussi par les voies corporelles. Parmi elles, le regard tient une place privilégiée, peut-être prépondérante : voir les lieux des autres, voir les autres dans « leurs » lieux mais aussi se voir dans les lieux des autres, c’est faire de ces regards croisés une véritable « machine à savoir », si ce n’est une « machine à penser ». On peut ainsi saisir toute l’importance du tourisme comme mode de production, d’acquisition et de transmission des savoirs, revigorant à l’occasion ce que les Grecs anciens avaient appelé une théorie, soit un « savoir par le voir » (Hartog, 1996).

34En outre, le tourisme engage un véritable travail, en ce sens qu’il opère, toujours, une transformation aux implications multiples.

35Il s’agit, d’abord, d’un travail à double sens, parce qu’il met en cause la relation de l’un à l’autre. De ces rencontres émerge alors ce qui, procédant de l’un et de l’autre, ne peut être ni l’un ni l’autre. Du coup, les effets de ces transformations ne sont pas seulement une réduction de l’altérité, mais ils sont aussi dans la production de nouvelles singularités, en même temps que de nouvelles accessibilités. Le tourisme n’est donc pas un phénomène figé, mais est, par nature, une dynamique, un mouvement au propre et désormais au figuré, qui est ce qui caractérise le mieux le fait d’apprendre. De fait, chaque expérience utilise les acquis précédents et les enrichit à son tour, etc. Au total, parce qu’ils sont rencontre entre les hommes, les effets du tourisme sont, fondamentalement, toujours imprévisibles, comme le sont plus généralement les effets de la mobilité.

36Chaque expérience apporte ainsi son lot de nouvelles compétences géographiques et participe à l’enrichissement des touristes. Mais l’enjeu n’est pas que cognitif. Il est aussi dans l’accès à l’autonomie de mobilité, qui augmente la part du choix de chacun, les touristes devenant, chaque fois un peu mieux des habitants « auto-mobiles », mobiles par eux-mêmes. En fin de comptes, le tourisme développe la capacité d’accès au Monde à partir de chacun de ses lieux. Et ce fait constitue une des voies privilégiée à la rente de mobilité qui devient l’ensemble des profits, économiques mais pas seulement, qu’elle entraîne avec elle. Ainsi le tourisme se présente pour ce qu’il est, un véritable projet et programme de formation permanente et ouverte au Monde et aux autres, aux autres à travers le Monde. Et chacun peut le suivre, à son rythme et selon ses disponibilités autant que ses compétences initiales.

37Le tourisme est donc bien une pratique à haute valeur ajoutée, puisqu’il est un des moyens dont les hommes disposent pour accéder au Monde. Du coup, si l’on pouvait contester la valeur, la légitimité ou encore la reconnaissance des savoirs produits par les regards des touristes autant que par leurs gestes, on ne peut que constater leur opérationnalité, voire leur efficacité. Et cela est d’autant plus vrai que, désormais, certains lieux sont, fondamentalement, construits sur ces modèles.

Le patrimoine, des monuments mis en tourisme

38Il devient désormais possible de reconsidérer la définition même du tourisme culturel, en particulier si l’on accorde aux touristes, et non aux érudits savants, le rôle primordial dans ce qu’il peut être (Lazzarotti et Violier, 2007). Ce changement de perspective coïncide avec le passage des monuments, historiques et de nature, construits par les États-nations européens du XIXe siècle, aux lieux de patrimoine, en particulier quand ceux-ci sont reconnus comme mondiaux, au tournant des années 1970.

39L’apparition et la fortune de la notion de tourisme culturel accompagnent celle de tourisme naturel, singulièrement à l’occasion de l’invention du patrimoine mondial sous la houlette de l’Unesco. La Convention de 1972 réunit ainsi, sous un même vocable, deux notions issues de l’Europe. Cette grille, révélant au fil du temps ses lacunes, a été complétée en 1992 par la catégorie des « paysages culturels ».

40Si l’origine de cette classification est donc à chercher dans l’histoire européenne, son actualisation est liée à la prépondérance affirmée des États-Unis d’Amérique au cours de cette période. Militaire, économique, géopolitique, il fallait bien que celle-ci s’affirmât aussi dans le champ symbolique de la culture. Et, de fait, l’agrégation des deux catégories permet de compenser, dans l’ordre des Sept Merveilles du Monde, la déficience américaine en matière de monuments anciens. Elle valorise l’extraordinaire splendeur de leurs richesses naturelles, célébrant à l’occasion quelle place essentielle les parcs de Yellowstone et du Yosemite ont pu jouer dans la construction du pays (Équipe MIT, 2005).

41L’invention du patrimoine mondial relève donc bien d’une intention d’ascendance culturelle d’un pays qui souhaite universaliser le modèle qui lui convient le mieux, ce qui renvoie, globalement, à la forme que prend la mondialisation contemporaine (Bourdieu, 2001).

42La carte des sites du patrimoine mondial s’enrichit régulièrement. Mais elle présente aussi d’importantes inégalités de répartition qui indiquent l’inadéquation de certaines cultures avec les définitions monumentales, encore dominantes. C’est le cas du relatif « vide » de l’Afrique. Des efforts sont donc entrepris pour améliorer la distribution spatiale des sites, selon les termes de la « stratégie globale » engagée en 1994 ou encore ceux de l’invention du « patrimoine immatériel », datée d’octobre 2003. Mais ces inégalités en révèlent d’autres, particulièrement significatives. On peut, en effet, démontrer par le calcul du coefficient de corrélation linéaire que la carte des sites du patrimoine mondial s’accordait au mieux avec celle des fréquentations touristiques (Lazzarotti, 2000). Ces résultats attestent que le tourisme a une place essentielle dans ce mouvement de patrimonialisation. On ne pourra désormais plus nier que le regard de l’autre, parce qu’il rend visible ce qu’il montre, participe activement à l’élection des lieux comme patrimoniaux. Du coup, on comprend mal que les touristes soient considérés comme perturbateurs de ce quelque chose qui serait déjà-là alors que, très exactement, c’est leur présence qui assure, immédiatement, la transmission des savoirs mis en lieux, quitte à les transformer selon les approches et sensibilités des uns et des autres. Gestes joints à la parole, les touristes font bien partie intégrante du patrimoine.

43Ainsi compris, le patrimoine définit donc aussi une culture, non exclusivement par son contenu, mais aussi par sa transmission. En cela il est un phénomène social et politique, parce qu’il implique la société globale, bien au-delà du champ académique. La reconnaissance patrimoniale échappe aux discours savants et à leurs cercles d’initiés, pour engager l’ensemble de la société, touristes compris. De fait c’est bien davantage le manque de touristes que sa forte demande qui implique déficits économiques et oublis sociaux.

44Il se pourrait même que le tourisme, loin de « détruire » la culture, puisse être cela même qui la fait vivre, si ce n’est revivre. Telle semble bien être la démonstration qu’ouvre la prise en compte du « patrimoine immatériel », officiellement défini par sa Convention d’octobre 2003. L’exemple, pris parmi d’autres, de ce théâtre des marionnettes siciliennes inscrit au début des années 2000, montre que ce qui est reconnu comme tel s’apparente à une pratique en voie de disparition, parce que les conditions historiques, sociales, économiques, etc. qui en ont fait la prospérité et la durée sont achevées. Et l’on pourrait même penser que c’est parce que cette pratique est en voie de disparition qu’elle peut être mise en patrimoine, et qu’elle l’est. La mise en tourisme qui accompagne toute mise en patrimoine, fût-elle immatérielle, n’est donc pas ce qui altère, mais ce qui rend possible la survie de ces patrimoines en tant que pratiques vivantes, socialisées et monétisées.

45Ainsi formulée, la problématique du tourisme culturel ou, plus exactement, celle de la culture et du tourisme, situe au cœur de problématiques qui dépassent largement les deux notions. Elles résultent du choc des mots et des pratiques et des contradictions qui, entre ce qui est fait et les discours qui le récitent, en découlent parfois. D’un côté donc, des mots, nomment une culture fermée et, à la limite, dogmatique. De l’autre, des pratiques mettent en œuvre une culture ouverte et dynamique. Toute la conception de la culture, en même temps que l’usage qui en est fait est ainsi directement impliquée. Et cela croise les enjeux de la construction du Monde contemporain : comment produire, tout à la fois, singularités et uniformités ?

Le tourisme culturel, réflexion du Monde

46En combinant les deux analyses, il convient de se demander qui a accès à ce Monde et comment ? Autrement dit et encore, qui le contrôle et pour quoi en faire ?

Le tourisme culturel est-il durable ?

47La construction de la notion de tourisme culturel, issue des années 1960, s’articule idéalement avec le contexte idéologique du développement durable, en particulier depuis le Sommet de la Terre de Rio tenu 1992. À l’occasion, est décliné son pendant, l’écotourisme. Les deux notions sont alors synthétisées sous le même vocable, celui du « tourisme durable », lui-même officialisé par la « Charte du tourisme durable », produite par la Conférence internationale de Lanzarotte des 27 et 28 avril 1995 : « Le développement touristique doit reposer sur des critères de durabilité ; il doit être supportable à long terme sur le plan écologique, viable sur le plan économique et équitable sur le plan éthique et social pour les populations locales ». Mais quels critères peut-on ou doit-on se donner pour évaluer cette durée ?

48À la considérer comme ce qui ne change pas, il faut convenir, géographiquement, qu’elle renvoie à ce qui ne se déplace pas. Dans cette logique, la construction du patrimoine par appel au « sol » et au « passé » réfléchit directement la mise en œuvre d’une forme de localisme, conçu comme ce qui ne peut être déplacé. La question patrimoniale n’implique donc pas que la relation à l’histoire. Elle trouve une partie de sa richesse dans le goût du passé, ce qui n’est pas la même chose. Du reste, il ne s’agit pas de n’importe quel passé, mais bien d’un passé « reconstitué ». Ce sont des morceaux choisis du passé qui sont patrimonialisés et ainsi idéalisés, cette idéalisation étant définie par les critères de l’époque présente. Au centre de l’image, la vision idyllique d’un Monde dépolitisé pour en réfléchir la parfaite figure de la stabilité.

49Combinée avec l’argument des limites physiques de la planète et nouée par le retour en force des religiosités, cette idéologie installe, durablement semble-t-il, le conservatisme comme idéologie politique dominante. C’est ainsi l’ensemble des valeurs installées qu’il convient de rassurer et, avec lui, celui des rapports sociaux et humains.

Le tourisme culturel, quelle affaire ?

50À l’heure de l’épuisement programmé du modèle de l’État-nation, mais aussi face au constat de la baisse de fréquentation des sites culturels, la logique capitaliste fait son entrée comme modèle alternatif.

51Le développement des cabinets et des techniques d’ingénierie culturelle stimule, avec des réussites inégales, ces tendances. La recette et le succès de l’entreprise sont alors assurées par les différents droits payés par les visiteurs (entrée, commerces, etc.). Les centres d’interprétation, d’origine anglo-saxonne, offrent les exemples parfois réussis de ces orientations. Leur premier trait est de donner une signification aux collections proposées, autrement dit de les rendre accessibles aux publics non initiés. Le second est un principe d’animation des musées, comme les parcours spectacles par exemple.

52Les principes de la médiation culturelle reposent aussi sur l’idée du tourisme comme expérience humaine pour en faire une ouverture au plus grand nombre. Dès lors, plus que les savoirs eux-mêmes, c’est l’accès aux savoirs qui importe, comme argument touristique ou de visite. Car l’ingénierie culturelle ne tient pas dans les objets eux-mêmes, mais dans la présentation qui en est faite (Dupont et Puydebat, 1997).

53Ses principes s’opposent donc, un peu normalement, à ceux de la culture et de sa conservation, en particulier sur le point de l’authentique, croisant le « vrai vrai », le « faux faux », mais aussi le « vrai faux » (Eco, 1985). Or la question du « faux » pourrait bien être une fausse question. D’un côté, se trouve une vérité historique, énoncée selon les méthodes et les outils des chercheurs historiens. De l’autre, ce goût du passé qui fonde, actuellement et en partie, l’altérité des lieux, en tant que moteur de la fréquentation touristique (Lowenthal, 1985).

54Or, même si cette hypothèse ne peut être totalement exclue, il semble bien difficile d’imaginer que la différence fondamentale entre savoirs savants et dispositif historique échappe totalement à la perspicacité, voire à l’intuition de tous, donc des touristes. En revanche, il est permis de penser que les méthodes douces de l’ingénierie culturelle constituent une première initiation, un premier contact qui, finalement, ouvre les portes d’une culture savante, si ce n’est érudite. D’un certain point de vue, le conflit entre les deux horizons est peut-être et surtout agité parce qu’il vaut comme conflit d’intérêts entre des professions différentes et, à l’occasion, concurrentes : conserver ou visiter ?

55Cela dit, il faut s’interroger sur le problème de l’apprentissage qu’engagent ces expériences, c’est-à-dire sur la manière dont des savoirs peuvent être transmis, voire déformés, par de telles techniques. Comment, en effet, articuler savoirs et émotions, savoir et désir ? D’un côté, il est plus facile, si ce n’est plus amusant, d’apprendre en jouissant des choses ; mais, de l’autre, comment ces ressentis, s’il y en a, peuvent-ils agir sur le contenu même et sa vérité.

56Si l’on peut donc parfaitement critiquer ce mode de partage, il faut aussi reconnaître qu’il peut être l’un des moyens d’accès à la culture de ceux qui n’en n’ont pas d’autres. De ce point de vue, l’ingénierie se fait pédagogie sociale. Et il faut peut-être s’interroger sur les conséquences politiques de cette privatisation de l’accès à la culture, c’est-à-dire sur la manière dont une entreprise capitaliste, fondée pour accumuler les profits, peut assurer ce rôle social crucial et socialement déterminant de diffuser, donc de contrôler, de tels savoirs. Il faut, en outre, s’interroger sur les ségrégations éventuelles d’un tel fonctionnement. Car si l’ingénierie culturelle ouvre la culture à un public normalement élargi, un tel service a aussi son coût, prohibitif pour ceux qui, peut-être, en auraient le plus socialement besoin : le conservatisme politique et le libéralisme politique ne font-ils pas bon ménage ?

Tourisme culturel et patrimoine : la construction du Monde

57Parce qu’ils mettent conjointement en cause des mots et des pratiques, tout en articulant mobilités et immobilités, le tourisme dit culturel et sa rencontre avec le patrimoine participent activement à la construction du Monde contemporain. Par retournement du regard, leur étude permet d’en décrire quelques enjeux :

Une fermeture des lieux ?

58La singularisation des lieux par leur patrimonialisation oriente leurs dynamiques. Sont ainsi racontés les grands traits d’un lieu qui serait ce qu’il est par « vocation », dans l’oubli, voire la négation, des conditions économiques, sociales, historiques et politiques, etc. de son établissement. La forme et le fonctionnement du lieu sont ainsi naturalisés, le plus souvent dans l’illusion de son communautarisme. L’argument du patrimoine trouve alors son soutien dans la convocation du tourisme, quitte à en faire un tourisme alibi, personnifié par la figure, virtuelle et pas nécessairement désirée, du touriste.

59Le nettoyage des pierres est donc souvent lourd de conséquences sociales. Il opère comme mode de ségrégation sociale, jouant au profit de ceux qui l’emploient et l’appellent. Le résultat est souvent une recomposition générale des activités commerciales et économiques, mais aussi des résidents eux-mêmes. Ce processus de gentrification est clair et clairement identifié. Et cela produit à l’occasion ses effets contradictoires. Les nouveaux occupants, arrivés comme touristes goûtant aux « charmes » des ambiances patrimoniales, sont parfois ceux-là mêmes qui se déclarent les plus gênés par les touristes suivants et leur animation…

Un accès au Monde ?

60Un tel renforcement des singularités locales n’est donc supportable que s’il donne, en même temps, les moyens d’accès au Monde, autrement dit la possibilité à chacun de quitter ses lieux. C’est cela même que l’on pourrait considérer comme l’une des compétences d’habiter : être capable de reconnaître, dans la singularité des lieux, ce qui, aussi, en fait des lieux du Monde.

61Dès lors, la plus brillante leçon de culture du tourisme serait de montrer en quoi la plus grande singularité est aussi la plus grande mondialité. Et comment savoir lire les lieux au point d’y saisir les clés du Monde ? Comment, finalement, le Monde est dans ses lieux, autant que chaque lieu participe à le faire tel qu’il est ?

62Cela reviendrait aussi à reconnaître que la mondialisation actuelle n’est ni exclusivement un processus d’uniformisation, ni exclusivement un processus de singularisation, mais une dynamique qui produit, symétriquement et réciproquement, une circulation jamais atteinte et une diversification au moins équivalente. Dès lors, les références les plus archaïques peuvent tout aussi bien rencontrer les signes les plus futuristes pour former un présent dont la caractéristique est de puiser dans l’un pour aller vers l’autre (Figure 3).

Source : © O. Lazzarotti.

63Tel est le modèle du « lieu mondial », qu’illustrent sans doute au mieux les lieux du patrimoine mondial qui cultivent, à travers leurs singularisations, leur mondialité. Pour être dans un lieu, il n’en est pas moins possible de reconnaître les traits d’un Monde, hommes et biens confondus. Et, normalement encore, dans ce modèle de « lieu mondial » où s’entrecroisent les échelles spatiales, se combinent aussi les différentes échelles de temps, quand le passé se mêle au futur pour inventer un présent multi-temporel.

64Le succès de la formule atteste de l’importance des enjeux au moins autant que de l’engouement pour cette dynamique. Dans le Monde mobilisé où les lieux se trouvent en concurrence les uns les autres, les possibilités de distinction combinées avec celles d’une image sécurisée, permettent de développer des stratégies de marketing territorial, avec tous les espoirs que celles-ci génèrent en matière de retombées économiques. Elles sont celles de l’« économie présentielle » qui constate que, par leur présence, les touristes produisent et échangent des richesses (Davesies et Lejoux, 2003).

Conclusion

65La notion de tourisme culturel pose donc autant la question du tourisme que celle de la culture. Mais ce n’est pas pour distinguer culture et nature, mais plutôt opposer, de manière implicite mais essentielle, tourisme d’élite et tourisme de masse (Boyer, 1999). Du coup, son étude rapportée à celle de ce qui en a été dit, révèle l’entretien de fausses problématiques qui ne réfléchissent que de véritables intérêts idéologiques, voire catégoriels.

66Le même travail peut suggérer une autre approche pour dévoiler, diffuser et valoriser ce qui relève des savoirs et compétences, afin d’en libérer l’accès au plus grand nombre. Ainsi, la question des différentes charges des sites touristiques peut aussi varier en fonction des pratiques des uns et des autres. Elles dépendent elles-mêmes de ce que les touristes savent des lieux : pourquoi ne pas leur apprendre sur place ? En la matière, la pédagogie pourrait paraître plus efficace et, en tout cas, plus pertinente et utile que l’interdit.

67On peut ainsi comprendre l’enjeu de cette compétence géographique qu’est la compétence d’habiter, comme capacité à être simultanément dans les lieux et dans le Monde, soit comme celle d’accéder au Monde par ses lieux ainsi qu’aux lieux par le Monde. Car, au bout de tous ces voyages, se profile toujours l’immanquable rencontre. Et si l’on considère que le rapport à l’autre est l’un des problèmes les plus difficiles, les plus délicats et les plus ambigus que les hommes aient à résoudre, comment ignorer que la réciprocité des échanges est le meilleur gage de leur réussite ?

68Au fond, la science actuelle, un peu comme le tourisme, peut œuvrer non pas à définir des modèles pratiques, des normes émotionnelles ou des impératifs idéologiques, mais à donner à chacun les moyens intellectuels, mentaux, donc aussi sensibles, d’être au mieux soi-même dans le Monde, c’est-à-dire parmi les autres. Et ce projet-là correspond, finalement, à la meilleure définition possible de ce qu’habiter le Monde pourrait vouloir dire.

Top of page

Bibliography

Bouché N. 1998. Tourisme et patrimoine urbain : les grandes interrogations. In Cazes G, Potier F. (dirs) Le tourisme et la ville. Expériences européennes. Paris, L’Harmattan : 73-80.

Bourdieu P. 2001. Contre-feux 2. Pour un mouvement social européen. Paris, Raisons d’agir.

Boyer M. 1999. Histoire du tourisme de masse. Paris, PUF.

Cériani G, Duhamel P, Knafou R, Stock M. 2005.Le tourisme et la rencontre de l’autre. Voyage au pays des idées reçues. L’autre, cliniques, cultures et sociétés 6-61 : 71-82.

Cériani G, Knafou R, Stock M. 2004. Les compétences cachées du touriste. Sciences humaines 145 : 28-30.

Davesie L, Lejoux P. 2003. Un train peut en cacher un autre. Derrière l’économie productive, l’économie présentielle. XXXIXe colloque de l’ASRDLF : Concentration et ségrégation, dynamiques et inscriptions territoriales, http://www.veilleinfotourisme.fr/1159362567018/0/fiche_article/.

Deprest F. 1997. Enquête sur le tourisme de masse. L’écologie face au territoire. Paris, Belin.

Dupont D, Puydebat J.-M. (dirs) 1997. Interprétation du patrimoine. Les Cahiers Espaces hors série.

Eco U. 1985. La guerre du faux. Paris, Grasset & Fasquelle.

Équipe MIT 2002. Tourismes 1, lieux communs. Paris, Belin.

Foucault M. 2004. Qu’est-ce que les Lumières ? Paris, Bréal.

Hartog F. 1996. Mémoire d’Ulysse. Récit sur la frontière en Grèce ancienne. Paris, Gallimard.

Lazzarotti O, Violier P. 2007. Tourisme et patrimoine, un moment du Monde. Actes des journées de la Commission du tourisme du Comité national de géographie. Angers, Presses Universitaires d’Angers.

Lazzarotti O. 2006. Habiter, la condition géographique. Paris, Belin.

Lazzarotti O. 2000. Patrimoine et tourisme, un couple de la mondialisation. Mappemonde 1 : 12-16.

Lowenthal D. 1985. The past is a foreign country. Cambridge, Cambridge University Press.

Suire É. 2004. Vocabulaire historique du christianisme. Paris, Armand Colin.

Stock M. (coord.) 2003. Le tourisme, acteurs, lieux et enjeux. Paris, Belin.

Tarrius A. 1992. Les fourmis d’Europe. Migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales. Paris, L’Harmattan.

Van der Borg J. 1998. La gestion du tourisme dans les villes historiques. In Cazes G, Potier F. (dirs) Le tourisme et la ville. Expériences européennes. Paris, L’Harmattan : 99-109.

Violier P. 2007. Tourisme et développement local. Paris, Belin.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Piazza di Spagna, décembre 2001
Credits Source : © R. Knafou.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1509/img-1.jpg
File image/jpeg, 556k
Title Figure 2. « Regards croisés à Beijing », février 2001.
Credits Source : © J.N. Beauvais
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1509/img-2.jpg
File image/jpeg, 156k
Credits Source : © O. Lazzarotti.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1509/img-3.jpg
File image/jpeg, 161k
Top of page

References

Electronic reference

Olivier Lazzarotti, « Tourisme culturel et patrimoine : quelques analyses pour un Monde habitable », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Briefings/varia, 2010, Online since 18 October 2010, connection on 20 September 2017. URL : http://articulo.revues.org/1509

Top of page

About the author

Olivier Lazzarotti

Olivier Lazzarotti is a Professor of Geography at the University of Picardie-Jules-Verne and Director of the team Habiter: Processus identitaires, processus sociaux. Email: olivier.lazzarotti@u-picardie.fr

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org