Skip to navigation – Site map
2010

Logiques habitantes et offre résidentielle dans le processus de renouvellement urbain à Marseille

Residential logics and offer in the process of urban renewal: a case study from Marseilles
Maha Messaoudène

Abstracts

Based on an ethno-methodological survey, this article offers a qualitative analysis of how relocation and post-relocation have been perceived by people from two districts in the Northern suburbs of Marseilles (Bellevue and Bassens). These districts present major contrasts as far as residential offer is concerned. On the one hand, the condominium of Bellevue, a housing complex built in the 1960s to provide accommodation for the “Pieds-Noirs” population returning from Algeria, has been undergoing de-densification through a process of partial demolition. On the other hand, the housing complex of Bassens, built as a temporary solution to house people living in slums, has been totally demolished and replaced by semi-detached houses.

Top of page

Full text

Introduction

1L’évolution de la ville sur elle-même est aujourd’hui devenue une priorité des politiques urbaines locales : on parle désormais de « refaire la ville sur la ville » ou de « recyclage urbain ». Il s’agit plus exactement, comme le note Pinson (2001 : 41), « d’intervenir sur la ville existante pour en récupérer les parties les plus abandonnées, les plus obsolètes, bien situées en regard de leur équipement, afin d’y développer des réalisations répondant aux besoins actuels des villes ». Cette démarche apparaît cependant relativement nouvelle, en regard des politiques urbaines antérieures qui ont marqué particulièrement la période des Trente Glorieuses. A cette époque, la France était confrontée à une crise de logement sans précédent dans l’histoire. Les destructions causées par la guerre ainsi que l’afflux massif des ruraux, des « rapatriés d’Algérie » et des enfants du baby boom avaient rendu les besoins en logement nettement plus importants. La situation fut jugée urgente lorsque, pendant l’hiver 1954 particulièrement rigoureux, une mère fut retrouvée morte dans la rue tenant encore à la main son avis d’expulsion. Dans un tel contexte dramatique et afin de pallier les carences en matière de logement, le Mouvement Emmaüs de l’Abbé Pierre se mit en place et reçut un large écho de la part de la société civile. De son côté, la puissance publique prit conscience de la gravité de la situation et choisit de réorienter sa politique vers un urbanisme d’extension, consistant à construire, en dehors du territoire déjà urbanisé, un ensemble d’immeubles neufs et denses destinés aux travailleurs à revenu modeste.

2Des cités d’urgence furent d’abord construites, puis l’Etat passa à la vitesse supérieure en s’engageant dans l’édification de logements à grande échelle. Il s’appuya pour la réalisation de son projet sur les théories du Mouvement moderne qui en condamnant les banlieues pavillonnaires, prônait des constructions en hauteur permettant de satisfaire ses aspirations : vue, air, lumière, nature, hygiénisme (Le Corbusier 1994).

3Perçus au départ comme le symbole du progrès social et technique, les grands ensembles, résultat de cette politique d’urgence menée dans un contexte dominé par une pensée fonctionnaliste, devinrent rapidement le lieu du mal vivre, de l’exclusion et de la violence urbaine. Les médias, en vertu d’une perception beaucoup plus subjective, parlent, dès la fin des années soixante, de dépression, de comportement suicidaire, voire de « maladie des grands ensembles ». Le logement perd alors son sens primaire, qui est celui de la familiarité domestique, et se banalise en se monumentalisant dans des tours de quinze à vingt étages, qui n’ont été, au final, qu’une solution provisoire. Pinson (1998 : 301) note, à ce propos :

La réception du collectif HLM par son habitant s’est d’abord traduite par un mouvement de satisfaction, lié principalement à l’accès au confort. Mais, si la conception de la « cellule » HLM répond à des normes fonctionnelles élémentaires, elle se révèle à l’usage très réductrice vis-à-vis des pratiques concrètes de l’habiter. L’intérêt pour le pavillon, stigmatisé par le Mouvement moderne, mais vérifié par les enquêtes et exprimé en logiques socio-culturelles, ne se dément pas. La production de maisons individuelles reste d’ailleurs importante et tend à se développer en diffus ou en lotissement, sur des terrains à bâtir qui sont encore d’un prix accessible.

4Rapidement, un renouvellement social des grands ensembles se produit avec le départ des familles moyennes vers les pavillons, encouragées par la réforme du financement du logement de 1977 qui, en remplaçant l’« aide à la pierre » par une « aide à la personne », favorise l’accession des Français à la propriété. Il ne reste plus dans ces quartiers que des ménages pauvres dont la plupart sont des immigrés venus après le regroupement familial. Ces ménages sont « piégés » dans ces ensembles de logements, dont la dégradation ne cesse d’augmenter avant de devenir irréversible. A défaut de pouvoir faire marche arrière, les autorités, en France comme en Grande-Bretagne, s’engagent à ralentir le processus de construction des grands ensembles pour revenir à un modèle urbain plus classique, globalement mieux toléré (Young et Willmott 1983).

5A partir des années 1980, plus exactement après la remise du rapport Ensemble refaire la ville (Dubedout 1983), des mesures à la fois sociales et urbaines connues sous le nom de Politique de la ville ont été instaurées par le gouvernement français. La démarche Développement Social des Quartiers (DSQ) qui se substitue en 1982 à la procédure Habitat et Vie Sociale (HVS), précède les contrats de villes et les contrats d’agglomérations. Néanmoins, cet ensemble de mesures n’a pas prouvé son efficacité ; encore une fois, cette politique s’est révélée complexe et a été qualifiée d’échec. Ainsi, le bilan établi sur les résultats de cette politique met l’accent sur l’incapacité de cette dernière à inverser la dégradation de ces quartiers d’habitat social (Jaillet 2003). On parle alors, à la fin des années 1990, de renouvellement urbain et un peu plus tard de rénovation urbaine.

6Arrêtons-nous maintenant sur ces deux concepts pour en apprécier le sens commun car il n’y a pas de différence fondamentale entre ce que recouvrent ces deux appellations. En effet, le concept de « renouvellement urbain » est un terme nouveau de par sa dénomination ; il est connu, dans le passé, sous diverses appellations telles que rénovation, régénération, restauration ou restructuration. Introduit par la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain du 13 décembre 2000, son contenu met l’accent sur l’accroissement des démolitions, avec un objectif de 30 000 logements par an. La rénovation urbaine, quant à elle, comporte déjà des antécédents historiques pouvant remonter à la période des années 1950-1960, plus exactement lorsque celle-ci a été appliquée aux quartiers centraux, pour l’essentiel, vétustes et insalubres. Instaurée par le décret du 31 décembre 1958 qui adopte la stratégie de la « table rase », ce type d’opération a été critiqué tant sur le plan social qu’économique et urbain (Choay et Merlin 2000).

7Le sociologue Coing (1966 : 14), dans son ouvrage Rénovation urbaine et changement social, avait souligné les effets sociaux de ce type d’opération sur les conditions de vie des habitants : « La rénovation ne bouscule pas seulement des murs et les rues, elle affecte profondément un groupe humain, provoque ou accélère une mutation des structures locales et sociales ; ces effets dépassent singulièrement le domaine de l’habitat et doivent s’étudier comme une forme particulière du changement social en général ».

8Bien que ce type d’opération ait été très controversé, le gouvernement Raffarin a choisi, en adoptant la Loi d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine du 1er août 2003 (dite Loi Borloo) de remplacer l’expression « renouvellement urbain » par « rénovation urbaine » (Le Guarrec 2005 : 42). Selon Méjean (2000), outre ce changement de terminologie, cette loi cible essentiellement les zones sensibles des banlieues classées en Grand Projet de Ville (GPV) ou Zone Urbaine Sensible (ZUS), l’échelle des quartiers et non des agglomérations, la question du logement et non celle de la diversification des usages. En résumé, il s’agit d’une conception restrictive du renouvellement urbain qui privilégie essentiellement les quartiers sensibles et les procédures de démolition ou de reconstruction des logements sociaux.

Le renouvellement urbain saisi à travers deux cas marseillais

9Pour illustrer la problématique du renouvellement urbain, nous nous sommes appuyés sur deux cas d’étude situés dans la banlieue nord de Marseille : Bellevue et Bassens. Bellevue, dont une partie des logements a été rachetée par deux bailleurs sociaux (Marseille-Habitat et Logirem), a bénéficié d’un plan de sauvegarde entre 1999 et 2005 visant à dé-densifier la copropriété par une démolition partielle. Bassens, une cité d’urgence construite en 1964 afin de reloger les populations en provenance des bidonvilles, a été démolie totalement en deux tranches (2001 et 2004). Le projet de substitution, engagé entre 1998 et 2004 par Marseille-Habitat, a donné lieu à la reconstruction de 40 maisons semi-individuelles.

10Les opérations qui ont eu lieu sur ces deux terrains d’étude datent d’avant la création de l’Agence Nationale de la Rénovation Urbaine (ANRU). De ce fait, elles n’ont pas bénéficié du financement de cet organisme. Néanmoins, elles sont exemplaires, pour les différences qu’elles présentent en regard de l’offre résidentielle proposée. Cette dernière sera au centre de notre interrogation. Dans un premier temps, nous allons resituer ces deux quartiers dans leur contexte historique. L’objectif est de comprendre la situation ayant justifié l’intervention sur les deux ensembles. Nous nous interrogerons dans un second temps sur le processus de leur appropriation par les habitants. Il s’agit, d’une part, d’analyser le relogement tel qu’il est vécu et perçu par les habitants et, d’autre part, de rechercher leurs comportements d’appropriation et de dégradation, d’occupation et de sur-occupation de l’espace.

11Du point de vue méthodologique, cette étude s’appuie sur plusieurs démarches. Outre l’exploitation des données quantitatives et statistiques disponibles, nous avons procédé à une observation des pratiques socio-spatiales développées par les habitants après leur relogement. Cette démarche a été ensuite complétée par des entretiens ethno-méthodologiques (voir Coulon 2006), réalisés entre janvier et juin 2006 auprès de 37 habitants dont 19 à Bellevue et 18 à Bassens. L’analyse effectuée met en évidence, en plus de l’enjeu de l’offre résidentielle, l’influence de certains paramètres tels que l’origine ethnique, les parcours migratoires, les valeurs culturelles et les contraintes économiques dans l’appropriation du projet de renouvellement urbain.

Bellevue : une cité modèle devenue « quartier difficile »1

  • 1 L’expression « quartier difficile » se réfère, selon Stébé (1995), aux quartiers caractérisés par u (...)
  • 2  Euroméditerranée vise à faire de Marseille une métropole de premier plan au sein de la « zone de p (...)

12La copropriété Bellevue (Figure 1) a été édifiée sur les terrains d’une fabrique de bougies entre 1957 et 1960. Située au nord de Marseille, dans le quartier Saint-Mauront (3e arrondissement), elle est proche du centre-ville et se trouve à la limite de la zone Euroméditerranée2,de la porte d’Aix et du pôle de transport Marseille Saint-Charles. Bellevue dispose également d’une bonne desserte de transports : un accès aux deux autoroutes urbaines à moins de 5 minutes, un métro au pied de la cité ainsi que plusieurs lignes d’autobus. Le territoire est inclus dans le Grand Projet de Ville, juste à l’extérieur du périmètre d’Euroméditerranée.

Figure 1. Bellevue après la rénovation urbaine

Figure 1. Bellevue après la rénovation urbaine

Source : auteur.

13Lors de sa construction, Bellevue comporte près de 814 logements et s’étend sur une superficie de 4,5 ha. La copropriété a été construite afin d’accueillir les pieds-noirs de retour d’Algérie. Annoncée comme une cité modèle, Bellevue subit une série d’évolutions la faisant basculer dans la catégorie des « quartiers difficiles ». De nombreux dysfonctionnements sont rapidement mis en évidence. Le projet, livré clés en main, ne bénéficie d’aucune installation de chauffage. De plus, les ascenseurs fonctionnent mal et l’entassement des logements ainsi que la petitesse des appartements ne correspondent finalement pas aux aspirations de la population d’origine. Cette dernière, encouragée par les dispositions qui interviennent au début des années 1980 dans le logement social, à savoir le rapprochement entre le loyer et les revenus, quitte Bellevue pour aller vers l’accession ou vers la location dans le privé. La majorité des appartements sont alors loués à des populations originaires du Maghreb et plus récemment des Comores. Dans ce contexte aggravé par la montée du chômage, Bellevue devient un quartier où habite désormais une majorité de population immigrée aux revenus peu élevés. Selon les données du bureau d’études Lieux Dits (2005), le taux de chômage est de l’ordre de 46,7%.

14L’accroissement des propositions de vente de logements au confort restreint a de surcroît entraîné la baisse des prix immobiliers et favorisé l’apparition de « marchands de sommeil ». Ces derniers ont investi et loué leurs appartements à des ménages n’ayant pas accès au parc social, pour l’essentiel des populations de primo-arrivants, qui constituent une clientèle captive pour des investisseurs sans scrupules.

15Aujourd’hui, le constat est celui d’une triple marginalisation urbaine, sociale et immobilière, qui résulte notamment d’un départ des propriétaires d’origine ainsi que de pratiques de gestion locative pour le moins douteuses. Bellevue (ou Félix Pyat comme elle est surnommée dans les usages quotidiens) présente une situation de crise globale : problèmes de sécurité et d’entretien des espaces extérieurs ainsi que nuisances au sein du quartier.

Bassens : du bidonville à la cité de transit – le provisoire qui s’éternise

16La cité de Bassens(Figure 2), bien que construite pour ne pas durer, s’est cependant maintenue plus longtemps que prévu. Elle a fait l’objet de plusieurs interventions, mais aucun véritable projet n’a été formulé à son égard. Il a fallu en effet plusieurs facteurs pour que les responsables de la cité décident véritablement de la démolir. Pour comprendre les raisons de cette entreprise radicale, il est nécessaire de remonter à l’origine du projet.

Figure 2. Le nouveau Bassens

Figure 2. Le nouveau Bassens

Source : auteur.

17Au départ de la construction de Bassens, en 1963, se trouve la volonté de la Mairie de Marseille d’assainir les quartiers présentant une installation anarchique et extrêmement précaire des populations migrantes. Ainsi, le 10 novembre 1954, le Conseil municipal de la Ville de Marseille approuve le changement d’affectation des parcelles du terrain communal situé Boulevard du Capitaine Gèze où s’était développé un bidonville. A l’origine, ces parcelles étaient à usage sportif et c’est donc sur un terrain de football, à proximité de quelques usines, que Bassens a été édifiée. Sa situation géographique, au cœur des quartiers nord, dans le 15e arrondissement de Marseille, pose problème : Bassens est en effet insérée dans un environnement dont la vocation n’est pas résidentielle mais industrielle. La cité est également ceinturée par trois barrières principales : la ligne de chemin de fer qui longe les habitations, la rocade qui mène aux autoroutes et la zone industrielle des Arnavaux.

18Pour les institutions comme pour les habitants, Bassens est un quartier cumulant les handicaps socio-économiques. Construite dans l’urgence, la cité est rentrée rapidement dans une spirale de dégradation sociale et physique. Le bailleur social décide alors de la démolir.

L’offre résidentielle dans le projet

19Si Bellevue et Bassens subissent, dans un premier temps, un processus de relégation, leur devenir va en revanche prendre deux directions différentes. Tandis que Bellevue fait l’objet d’une dé-densification par démolition partielle, Bassens subit une démolition totale. Elle sera remplacée par des habitations semi-individuelles.

La mise en place d’un plan de sauvegarde à Bellevue : dé-densification par démolition partielle

20A Bellevue, l’urgence de la situation a conduit les pouvoirs publics à intervenir sur la copropriété. Mais, étant donné le statut complexe et confus de la copropriété, il a été nécessaire de mettre en place une approche juridique spécifique, qui consiste pour l’essentiel en la liquidation des sociétés d’anonymat d’attribution. Ces dernières se sont vues contraintes de céder leur patrimoine constitué de 316 logements à deux organismes logeurs, ce qui a facilité l’engagement d’une intervention sur la copropriété.

21En 1999, la Préfecture des Bouches-du-Rhône engage une procédure de Plan de sauvegarde, arrivant à échéance le 28 juillet 2005. Cette procédure est initiée par la Loi pacte de relance de la ville du 14 novembre 1996 ; elle constitue un outil bien adapté aux problèmes des coproprietés dégradées. La Préfecture des Bouches-du-Rhône désigne également deux sociétés pour la mise en œuvre du Plan de sauvegarde : la société d’économie mixte Marseille-Habitat et la société anonyme d’HLM Logirem.

22Inscrite dans le contrat de ville 2000-2006, la procédure du Plan de sauvegarde donne lieu à de nombreux concours financiers : la Ville de Marseille, le Conseil général des Bouches-du-Rhône, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, mais aussi la Communauté européenne, le Fond d’action sociale, l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat et enfin la Caisse des Dépôts et Consignations. Le montant total des subventions s’élève à 28 millions d’euros.

23Le Plan de sauvegarde définit trois volets d’intervention : un volet urbain qui comprend une dé-densification par démolition partielle ainsi qu’un réaménagement des espaces extérieurs, un volet habitat qui comporte la réhabilitation des logements et des bâtiments et enfin un volet social comprenant des actions d’accompagnement social et de concertation avec les habitants. Cette démolition est engagée le 19 octobre 2002 en présence de Jean-Louis Borloo, ministre délégué à la ville. Au total 132 logements seront démolis.

L’habitat intermédiaire comme modèle de substitution au collectif de Bassens

24A Bassens, les premiers projets de réhabilitation, imaginés pour tenter de renverser l’image négative de la cité et l’intégrer à son environnement, ont échoué. Les habitants sont restés isolés, sans aucune gestion de proximité et très peu d’accompagnement social. Au fil du temps, l’accumulation des problèmes sociaux et économiques dans la cité montre une situation de dégradation irréversible. La réhabilitation de la cité nécessitant des investissements financiers conséquents ne constitue pas, selon le bailleur social, une bonne solution. Il apparaît par conséquent plus raisonnable d’envisager sa démolition.

25Lors de sa construction en 1964, Bassens était composée de 110 logements, répartis en sept bâtiments de quatre niveaux (R+3). Le plan type des appartements était d’une configuration architecturale très simple, comprenant une cuisine, un séjour et une chambre. La surface totale de l’appartement type était de l’ordre de 37m2. Après une première restructuration menée par l’organisme logeur en 1975, Bassens a vu son nombre de logement se réduire à 56 logements.

26Entre 1998 et 2004, le projet engagé par Marseille-Habitat a permis aux 31 familles qui refusaient de quitter la cité d’être relogées dans des logements construits sur la même parcelle. Cette reconstruction a donné lieu à la livraison de 40 logements de type semi-individuel, construits en deux phases. La première phase des travaux a nécessité la construction de 24 logements nouveaux dans lesquels fut relogée une première partie de la population. La deuxième phase des travaux a nécessité la construction de 16 autres maisons pour le relogement de la population restante.

Le relogement des habitants : rupture ou continuité?

27Dans le cadre de ces opérations, les habitants sont contraints de quitter leur logement et de subir un délogement puis un relogement. Comment ce dernier s’est-il déroulé sur les deux sites ? Dans quelle mesure a-t-il été bénéfique pour les habitants en termes de trajectoire résidentielle ?

Logiques de positionnement dans le relogement à Bellevue

28Pour les habitants de Bellevue, le relogement a révélé des logiques plus directement liées avec le monde de l’habitat social dont ils sont familiers. Conscients du statut de la cité, les habitants de Bellevue ne peuvent envisager le relogement au sein de cette dernière comme un progrès. Ils sont enfermés dans un dilemme frustrant entre « vouloir partir » et « devoir rester ». S’expriment alors, différemment selon les générations, un certain nombre de facteurs qui influencent ou servent à justifier les options retenues en matière de relogement. C’est ainsi que l’attachement au quartier, les contraintes financières et sociales, l’absence véritable de choix ou les solidarités communautaires déterminent un indépassable relogement à Bellevue, qui est loin d’être situé le long d’un parcours résidentiel valorisant. Ceci dit, l’obligation de rester à Bellevue n’exclut pas qu’il y ait, parmi ces personnes, des candidats au départ. Nous l’avons observé chez certains jeunes et jeunes parents qui, consultés sur leur trajectoire, n’ont pas hésité à nous faire part de leur souhait de partir. Cette catégorie de personne avance comme argument principal la volonté de se reconstruire et de se débarrasser de l’image négative véhiculée par le quartier. Or, les obstacles qui s’opposent à leurs souhaits de relogement font naître au sein de cette catégorie de population un sentiment de frustration qui n’est pas sans se traduire par des attitudes de repli (religieux par exemple), des comportements de rébellion, voire d’implication dans les trafics illégaux.

Changement relationnel à Bassens et nostalgie vis-à-vis d’un passé révolu

29Pour les populations de Bassens en revanche, le relogement a signifié la rupture totale avec un espace quotidien, par l’accès à un nouveau statut résidentiel, celui d’être l’habitant d’un logement à caractère individuel. Après un itinéraire résidentiel marqué par le passage du bidonville à la cité de transit, puis aux maisons de Bassens, le relogement semble avoir satisfait, chez les habitants de Bassens, certains désirs d’ascension sociale. Mais, une fois cet accès réalisé, les habitants ont parfois été rattrapés par une sorte de nostalgie renvoyant à la manière dont se déroulait leur vie quotidienne du passé. Un discours soulignant le changement relationnel produit après le relogement dans les nouvelles maisons s’est alors développé. En évoquant la vie du passé, les habitants de Bassens décrivent une vie chaleureuse, solidaire, caractérisée par l’entraide et les bons rapports entre les voisins. Depuis leur relogement, ils estiment que les relations sont beaucoup moins intenses dans ces nouvelles habitations. Certains d’entre eux vont jusqu’à adopter une attitude de repli envers leur voisinage. Parmi ces habitants, une jeune femme infirmière, interviewée lors de notre enquête, n’a pas hésité à nous dévoiler sa préférence pour les relations extracommunautaires et extraterritoriales. Cette jeune femme favorise dans ses relations les rapports « collègues-amis » plutôt que les rapports « voisins-amis ». Elle justifie son choix par le fait que ce type de relation lui permet d’avoir une reconnaissance au sein de son milieu de travail. Son appartenance à un quartier comme Bassens lui fait sentir qu’elle est dévalorisée, un sentiment que cette jeune femme éprouve constamment et qui pèse très lourd sur son identité. C’est pourquoi cette jeune femme cherche avant tout à reconstruire une nouvelle identité sur la base d’une référence spatiale autre que son lieu de résidence. Cette attitude est expliquée, selon nous, par une volonté d’intégration et ce, en s’ouvrant à d’autres territoires de la ville. Se cantonner dans son propre territoire provoque en effet un risque de repli. Ainsi, le lieu de travail pourrait constituer l’espace favorable permettant l’intégration et la reconstruction identitaire de ces personnes dont l’identité est initialement bouleversée.

30Quoi qu’il en soit, le relogement dans les deux terrains d’étude a été pour les habitants un moment révélateur de toute l’« épaisseur » dont ces territoires et ces fragments de la ville pas comme les autres sont et ont été porteurs. La question du relogement est donc essentielle pour Bellevue comme pour Bassens. Mais c’est probablement dans le domaine de l’offre résidentielle que réside l’une des différences majeures.

Le post relogement : appropriation/désappropriation

31La phase qui succède au relogement des habitants permet d’observer le projet dans son processus de territorialisation et de traduction socio-spatiale. Sur les terrains d’étude, l’observation de cette phase fait apparaître une différence dans l’appropriation du projet. A Bellevue, le relogement dans les logements refaits à neuf est loin d’être considéré comme valorisant. Notre enquête sur les pratiques spatiales montre un processus de désappropriation des lieux. En revanche, à Bassens, l’emménagement dans les maisons s’est accompagné d’un investissement accru des différents espaces.

Le retour au délabrement à Bellevue : sur-occupation et dégradation

32Bien que le renouvellement de la cité ait apporté des améliorations conséquentes, le retour à un état de déréliction, marqué par le non respect de la propreté des espaces (graffitis sur les murs et les boîtes aux lettres, jet de poubelles par les fenêtres, etc.) comme par la sur-occupation critique des logements, a été observé lors de notre enquête. Une telle situation est expliquée, selon nous, par plusieurs facteurs. Les bailleurs opèrent dans un contexte difficile. D’abord, ces logements sont interdépendants. S’il y a un habitant qui n’entretient pas son espace, son voisin sera également découragé. En outre, les améliorations en matière de confort réalisées par le maître d’ouvrage ne peuvent pas contrebalancer la forme urbaine fortement dépréciée par les habitants, ce que Raymond (1984) a appelé la « relation imparfaite » du collectif. Il y a en effet un rapport étroit, intime, quasi-affectif, entre l’habitant et son habitat. Ce rapport, lorsqu’il est positif, se traduit par une appropriation du logement. Dans le cas contraire, lorsque la forme urbaine de l’habitat ne convient pas à l’habitant, cela se traduit par un détachement et une dissolution de cette relation. L’habitat devient donc étranger à celui qui l’occupe, inapproprié et ne pouvant être approprié en regard des désirs d’habiter. Son occupation se réduit à une utilisation minimale d’un espace dont les normes et la conformité conditionnent l’expression des pratiques socio-spatiales. Dans ce contexte peu favorable à l’appropriation, l’initiative du maître d’ouvrage s’avère inefficace, voire stérile (Berra et Pinson 2006).

33D’autres facteurs sont relatifs à la condition sociale et économique des habitants. Pour les populations comoriennes de Bellevue, par exemple, l’immersion dans les problèmes quotidiens liés à la condition de primo-arrivants constitue un obstacle non négligeable à l’appropriation des espaces. Le logement est avant tout appréhendé comme une aubaine, une opportunité servant de refuge pour le cercle familial ; il ne peut faire l’objet d’une véritable appropriation. Pour les familles maghrébines de la cité, dont l’immigration est beaucoup plus ancienne, l’investissement dans le logement s’avère en revanche plus important et les intérieurs des appartements sont souvent mis en valeur.

L’investissement et l’embellissement des maisons de Bassens

34A Bassens en revanche, les différents espaces de la maison (jardin, séjour, cuisine, etc.) ont fait l’objet d’un processus d’appropriation par lequel les habitants ont réalisé les transformations qu’ils souhaitaient. Pour ces populations dont la quasi-majorité est d’origine algérienne, il résulte de leur agissement sur l’espace une hybridité des pratiques (Bekkar, Boumaza et Pinson 1999), lisibles dans l’espace domestique à travers la combinaison d’objets occidentaux (salon, cuisine intégrée) et d’objets traditionnels (cadre contenant des versets coraniques) mais également dans l’espace péri-domestique (présence de lieu de prière pour le culte musulman). Cette appropriation est, en partie, la conséquence d’un modèle d’habitat fortement apprécié par ses habitants. La présence de jardins ou de terrasses offre alors des supports d’appropriation plus faciles, qui peuvent influencer l’attitude des habitants envers leur logement. Par les investissements réalisés dans les logements (décoration, aménagement, ameublement), les habitants de Bassens ne se sentent plus étrangers à l’égard de leur lieu de vie et sont motivés pour l’entretien futur de leur logement.

Conclusion

35Cet article suggère que l’offre résidentielle est, dans une mesure non négligeable, à l’origine des différenciations dans les comportements exprimés par les habitants face au processus de renouvellement urbain. Les logiques habitantes exprimées à l’égard du relogement à Bassens et à Bellevue montrent à ce propos que l’évaluation du parcours résidentiel n’est gratifiant que s’il répond aux aspirations des habitants en matière d’habiter. Au cours du processus d’intégration, ces aspirations évoluent : ainsi, le fait de passer d’un logement collectif à un logement individuel témoigne d’une certaine ascension sociale.

36Cette étude nous a également permis, en analysant les appropriations développées par les habitants après leur relogement, de relever les différents paramètres qui influencent l’appropriation des espaces. Ce travail s’appuyait sur les réflexions de Prost (1992) relatives à la conception architecturale de l’ouvrage. Selon lui, les opérations de rénovation urbaine doivent tenir compte aussi bien de la conception, que de la réalisation et de l’appropriation. Cette dernière phase, généralement oubliée après la livraison de l’ouvrage, est pourtant décisive eu regard de l’adhésion de ses destinataires. Elle joue en effet, en fonction de son intensité, un rôle important dans le soin que les habitants porteront à leur lieu de vie. Autrement dit, l’offre résidentielle, lorsqu’elle fait l’objet d’une adhésion de la part des habitants, stimule leurs désirs d’appropriation. Dans le cas contraire, elle ne fait qu’empirer la situation de repli et de dégradation territoriale auxquels la démolition-reconstruction tente d’apporter des solutions.

37A cet égard, les comportements d’appropriation et de désappropriation observés à Bassens et à Bellevue mettent en relief – en plus de l’offre résidentielle – l’influence des paramètres socio-économiques et culturels dans l’appropriation des logements par les habitants. En fonction de l’adaptation de ces populations migrantes à la vie dans la société d’accueil, leur capacité à investir les lieux s’effectue de manière plus ou moins positive et constructive. Il a été observé par exemple que les primo-arrivants ne s’investissent pas énormément dans l’appropriation de leur logement en raison de leurs conditions socio-économiques et de leurs différences culturelles. En effet, en phase d’installation dans la société d’accueil, ces populations sont confrontées à de nombreuses difficultés, telles que la régulation du titre de séjour de la famille, la recherche d’emploi, la non-maîtrise de la langue ou l’adaptation à un logement vertical. Ces difficultés constituent autant d’obstacles à l’intégration et à l’assimilation des normes résidentielles telles qu’elles sont vécues en France.

Top of page

Bibliography

Bekkar R, Boumaza N, Pinson D. 1999. Familles maghrébines en France, l’épreuve de la ville. Paris, PUF.

Berra M, Pinson D. 2006. L’autoréhabilitation comme reconstruction de l’habitat, de l’habitant et des métiers, in Toussaint J.-Y. (dir.) Concevoir pour l’existant. Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes : 63-81.

Bertoncello B, Dubois J. 2010. Marseille Euroméditerrannée, accélérateur de métropole. Marseille, Parenthèses.

Choay F, Merlin P (dirs). 2000. Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire. Paris, PUF.

Coing H. 1966. Rénovation urbaine et changement social. Paris, Editions Ouvrières.

Coulon A. 2006. L’ethnométhodologie. Paris, PUF.

Dubedout H. 1983. Ensemble : refaire la ville. Paris, La Documentation française.

Jaillet M.-C. 2003. La politique de la ville en France : histoire et bilan, Regard sur l’Actualité 296.

Le Corbusier 1994 (1925). Urbanisme. Paris, Champs Flammarion.

Le Guarrec S. 2005. Rénovation urbaine : le renouvellement de la politique de la ville, in Collectif Le renouvellement urbain dans les quartiers d'habitat social. Enjeux et débats, Fors-recherche sociale : 42-55.

Lieux Dits. 2005. Plan de sauvegarde du parc Bellevue, diagnostic social et préconisations d’actions. Document final. Marseille, Lieux Dits, Ingénierie sociale et urbaine.

Méjean P. 2000. Les enjeux de la politique de la ville, Urbanisme 314 : 44-47.

Pinson D. 1998. Formes architecturales et urbaines de l’habitat, in Bonvalet C, Brun J, Segaud M (dirs) Logement et habitat l’état des savoirs. Paris, La Découverte : 298-304.

Pinson D. 2001. Le renouvellement urbain des grands ensembles : pour quelles formes urbaines, et avec quelle place pour l’habitant ?, in Collectif Quelles nouvelles formes architecturales et urbaines pour les grands ensembles ? Paris, Urbaponts : 41-55.

Prost R. 1992. Conception architecturale, une investigation méthodologique. Paris, L’Harmattan.

Raymond H. 1984. L’architecture, les aventures spatiales de la raison. Paris, Centre Georges Pompidou.

Stébé J.-M. 1995. La réhabilitation de l’habitat social en France. Paris, PUF.

Young M, Willmott P. 1983. Le village dans la ville. Paris, Centre Georges Pompidou.

Top of page

Notes

1 L’expression « quartier difficile » se réfère, selon Stébé (1995), aux quartiers caractérisés par une dégradation du bâti, une monotonie architecturale, un éloignement au centre-ville et par l’enclavement. Les caractéristiques socio-démographiques de ces quartiers sont en outre différentes de celles de l’ensemble de la France : la population étrangère y est notamment supérieure à la moyenne nationale. Ces quartiers peuvent également regrouper d’autres critères comme la délinquance, l’échec scolaire et le chômage.

2  Euroméditerranée vise à faire de Marseille une métropole de premier plan au sein de la « zone de prospérité partagée » décidée par l’Union européenne et les douze pays méditerranéens dans le cadre du processus de Barcelone. L’opération est pilotée par l’Etablissement public d’aménagement Euroméditerranée. Avec 480 ha, Euroméditerranée est considérée comme la plus grande opération de rénovation urbaine d’Europe (Bertoncello et Dubois 2010).

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Bellevue après la rénovation urbaine
Credits Source : auteur.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1491/img-1.png
File image/png, 975k
Title Figure 2. Le nouveau Bassens
Credits Source : auteur.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1491/img-2.png
File image/png, 1.2M
Top of page

References

Electronic reference

Maha Messaoudène, « Logiques habitantes et offre résidentielle dans le processus de renouvellement urbain à Marseille », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Briefings, 2010, Online since 16 June 2010, connection on 28 June 2017. URL : http://articulo.revues.org/1491

Top of page

About the author

Maha Messaoudène

Maha Messaouene is a Lecturer at the Polytechnical School of Architecture and Urbanism of Alger. She holds a PhD in Spatial Planning from the University of Aix-en-Provence. She works on the renewal of habitat and citizen participation. Email: maha.messaoudene@laposte.net

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org