Skip to navigation – Site map
Le périurbain : quelles représentations ?

Le choix du périurbain à Québec. Nature et biographie résidentielle

The exurban choice in Quebec. Nature and residential biography
Andrée Fortin and Carole Després

Abstracts

As Quebec faces climate change and an increasingly older population, this contribution seeks to discern those factors that attract or retain residents in exurbia notwithstanding long daily commutes. As house prices in exurban areas usually are high, residential choice cannot be accounted for by economic factors alone. This paper thus examines an essential component of exurbia, one that, in the eyes of many, makes it a “healthy environment” to live in – namely, its proximity to nature. What makes this proximity to nature attractive for residents? Is it because of the outdoor activities it permits or the abundance of greenery and open spaces? What relationship do exurban residents have with the nature surrounding them? Within the context of a qualitative research on urban sprawl, 132 residents from six exurban sectors in the Quebec metropolitan area (Canada) were interviewed through semi-structured interviews. These sectors were formerly associated with either resorts or agricultural activities. Questions focused on residential choice, spatial representations of city, suburbs, countryside and village, places frequented in the metropolitan area and relationship to car. Several respondents indicated that what they seek in their living environment are those same elements they were familiar with during their childhood in low-density suburbs or rural communities, two areas where most of them came from. Personal biography thus appears to influence residential choice. In order to live in close proximity to nature, respondents are willing to settle in areas far from the city, which they deem essentially as being polluted and concrete-laden. According to respondents, the dependency on car ownership their lifestyle entails as well as encroachment on agricultural land, wetlands, and woodlands are not causes for ecological concern, a finding that poses major challenges in terms of sustainable development.

Top of page

Full text

Introduction

1L’étalement urbain a des conséquences sur le plan social, écologique et économique qui s’expriment différemment au Nord et au Sud (Berque et al., 2006 ; Capron, 2006 ; Mongin, 2005 ; Pinson et Thomann, 2001 ; Urbain, 2002). En Amérique du Nord, il se traduit depuis plus de 50 ans par l’édification de secteurs pavillonnaires de faible densité ; cela dit, l’étalement urbain continu en tache d’huile, caractéristique des banlieues édifiées depuis l’après-guerre (suburbs), a cédé la place à la dispersion urbaine ou à la ville diffuse (Secchi, 2006).

2Ce problème de la périurbanisation est particulièrement aigu dans l’agglomération de Québec qui est entrée dans un processus de vieillissement démographique, et où la croissance prévue d’ici 2031 ne dépassera pas 10% de la population actuelle (Thibault, 2009). Si de nouveaux quartiers se développent, c’est souvent au détriment de plus anciens dont la vitalité sociale et économique est mise en péril : certaines banlieues pavillonnaires édifiées dans les années 1950 ont amorcé leur dépopulation (Morin et Fortin, 2008), et des écoles y sont menacées de fermeture (Vachon et al., 2004). En outre, les nouveaux secteurs périurbains mitent des terres agricoles ainsi que des milieux humides ou boisés.

3Une enquête auprès des acheteurs québécois de maisons neuves montre que 41% ont choisi une maison située entre 5 et 25 km de leur résidence antérieure et environ 25% à plus de 25 km (APCHQ, 2006 : 21). Comment expliquer le choix du périurbain ? Dans plusieurs secteurs périurbains le prix des résidences est élevé ; aussi les motivations derrière ce choix résidentiel ne peuvent être réduites qu’au faible prix du foncier comme plusieurs analyses le suggèrent (Sénécal et Hamel, 2001). Divers facteurs s’entrecroisent pour expliquer les choix résidentiels et il est difficile a priori d’évaluer leur importance relative (Crump, 2003). L’attrait de la maison neuve (Sénécal et Hamel, 2001) ainsi que l’accessibilité à des lieux de consommation et de services – qui s’éloignent de plus en plus des quartiers centraux – (Biba et al., 2006 et 2007) sont aussi invoqués.

4Des dimensions affectives et symboliques entrent aussi en ligne de compte dans les choix résidentiels. Depuis l’introduction par Marc Fried (1963) et Harold Proshansky (1983) des concepts de place attachment et de place identity, plusieurs études ont permis de renforcer la pertinence de ces derniers pour interpréter le choix du lieu résidentiel, tant aux États-Unis (Feldman, 1990, 1996, 1997), en Italie (Giuliani et Feldman, 1993 ; Pollini, 2005), en Suède (Gustafson, 2000, 2001), qu’au Québec (Brais et Luka 2002 ; Després et Lord, 2005 ; Fortin et Després, 2008). Les lieux de l’enfance influencent non seulement les préférences et les choix résidentiels, mais aussi les représentations du « chez-soi » et l’expérience de milieux de vie subséquents.

5En ce sens, l’analyse secondaire d’une enquête quantitative menée en 1978 auprès de 2260 résidents de 43 nouveaux développements résidentiels a montré que plus ces développements étaient périphériques, plus on y trouvait des gens originaires de la campagne ou de petites villes et plus leurs convictions en matière de choix résidentiel étaient fortes (Bédard et Fortin, 2004 ; Fortin et Bédard, 2003). En comparant le discours de propriétaires de maisons de banlieues plus périphériques avec celui de banlieues plus centrales, Brais et Luka (2002) ont observé que la majorité des résidents appréciait le caractère tranquille et vert de leur quartier ; cela dit, leurs identités territoriales différaient. Certains répondants se définissaient comme des « banlieusards urbains », d’autres comme des « banlieusards ruraux », différences qui semblent tenir à leur biographie résidentielle. En effet, certains avaient quitté la campagne pour s’établir en banlieue et d’autres provenaient de vieux quartiers surpeuplés et mal dotés en services publics. Pour les premiers, la banlieue éloignée représentait le meilleur parti résidentiel en dehors de la campagne, pour les seconds, la banlieue plus centrale était un compromis acceptable hors de la vieille ville.

6Qu’en est-il du choix actuel du périurbain ? S’agit-il de la recherche d’un paysage familier où le vert domine ou de la quête d’un milieu près de la nature pour les enfants (Bonner, 1997 ; Robin, 2003 ; Walker et Fortin, 2007) ? Des enquêtes quantitatives auprès de retraités ont révélé un désir de nature (SHQ, 2006 ; SCHL, 2001). Plusieurs indications vont dans le sens d’un désir sinon de fuir la ville, du moins de se rapprocher de la nature, ce que confirment les premières analyses de la recherche ici discutée (Fortin et Després, 2008).

Une enquête dans le périurbain

7C’est à partir d’entretiens semi-directifs menés à l’été 2005 au domicile de 132 ménages résidant dans six secteurs de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) que nous avons tenté de répondre à ces questions. La CMQ comprend 727 445 habitants répartis sur 3347 km2. Deux secteurs d’enquête sont situés sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, dans la plaine agricole, quatre autres, sur la rive nord dont deux en bordure du fleuve Saint-Laurent et deux autres, près de la montagne ou d’un lac, dans d’anciens lieux de villégiature. Le revenu moyen des ménages dans les différents secteurs varie entre 50 000 $ et 80 000 $ CAD selon le recensement de 2001. Le temps de déplacement en voiture vers le centre historique de Québec depuis les secteurs d’étude est de 20 à 50 minutes par les autoroutes. L’échantillon, non aléatoire, est constitué de maisons individuelles dont nous avons cherché à diversifier les types : constructions neuves et anciennes, cottages et bungalows, demeures ancestrales et chalets reconvertis en résidences principales, avec l’hypothèse que les occupants différeraient tout comme les raisons de leur choix résidentiel. Les entretiens duraient entre une heure et une heure et demie, et comprenaient six parties : choix résidentiels et histoire résidentielle, représentations sociales de l’espace, pratiques de consommation, rapport à l’automobile, mode de vie et caractéristiques sociodémographiques.

8Notre enquête visait d’abord à saisir les significations et l’expérience résidentielle du périurbain. Nous avons analysé le discours de 73 ménages avec enfants, dont la moitié avait 18 ans et plus, 50 couples sans enfant à la maison et neuf personnes vivant seules. Près de la moitié des répondants avait 50 ans et plus. Nous avons rencontré très peu de résidents originaires de la ville centre (8/132) ou de banlieues pavillonnaires d’après-guerre (24/132). En contrepartie, près de trois répondants sur quatre étaient originaires du secteur périurbain où nous les avons interrogés, ou encore d’une région rurale proche ou éloignée. Si la dispersion domiciliaire se poursuit dans le périurbain, dans la région de Québec elle semble contribuer à concentrer des populations rurales à la périphérie de l’aire métropolitaine. Par exemple, plusieurs ménages âgés issus d’un milieu rural ont affirmé avoir déménagé à la limite de la ville pour se rapprocher de leurs enfants et petits-enfants, de même que des services de santé.

9Comment interpréter ce choix de la proximité avec la nature des résidents de ces milieux ? Quels rapports quotidiens les résidents entretiennent-ils avec les attraits naturels de leur milieu résidentiel ? Sont-ils des adeptes du plein air ? Recherchent-ils des paysages ? Agissent-ils comme gardiens du milieu naturel ? Quel passé résidentiel caractérise leur ménage ?

Proximité de la nature et choix résidentiel

C’est une des raisons pour lesquelles on reste ici. […] On pratique beaucoup d’activités en nature comme la marche en forêt, la raquette. Moi, je fais plein d’activités sur le lac. Du ski-doo, plein d’affaires de même. C’est le fun ici, en vélo ! (Entrevue 309, femme, 29 ans.)

  • 1  Il s’agit bien sûr d’une enquête qualitative et les chiffres avancés ne le sont qu’à titre indicat (...)

10Sans surprise, la proximité de la nature a joué un rôle important dans le choix résidentiel des résidents du périurbain que nous avons rencontrés dans notre enquête : huit répondants sur dix1 l’ont affirmé explicitement. Un répondant sur dix a même précisé ne pas avoir besoin de chalet, sa résidence en tenant lieu. Cela dit, malgré leur lieu de résidence « rural », 16 sont propriétaires d’un camp de pêche ou de chasse ou encore d’un chalet dans une localisation encore plus rurale et trois d’un terrain en zone forestière ; six autres possèdent une roulotte ou un camping car. Après avoir analysé ailleurs leurs représentations de l’espace (Fortin et Després, 2008), il était apparu que pour eux, la ville est un lieu de problèmes sociaux et de pollution, la banlieue pavillonnaire un lieu tranquille, mais que leur idéal résidentiel, c’est la « campagne ». Nous analysons ici non tant leurs représentations que leurs activités, celles qu’ils ont en regard de la nature qu’ils apprécient et qui a joué un rôle déterminant dans leur choix du périurbain. L’analyse des entrevues a révélé un rapport à la nature qui s’opère sur deux modes, situés sur un continuum dont les deux pôles sont bien distincts : un mode actif dominant, lié à la pratique d’activités sportives et de plein air, et un mode contemplatif lié à l’expérience sensorielle de milieux naturels (paysages, lacs, forêts, flore et faune).

Le rapport actif à la nature

11D’entrée de jeu, c’est un rapport actif à la nature que disent entretenir deux répondants sur trois. Parmi ces derniers, 60 ont affirmé pratiquer des sports et/ou des activités de plein air. « L’été, c’est le vélo, puis l’hiver, c’est le ski de fond » (Entrevue 305, femme, 21 ans). En matière d’équipement de chasse, de pêche et de plein air, 113 sur 132 ménages utilisent des vélos, 24 possèdent un véhicule tout-terrain (de type quad), 30 ont une embarcation, 15 autres une motoneige.

12Le ski et les activités nautiques sont les sports les plus souvent mentionnés par les répondants, suivis par le vélo : les activités varient selon les saisons. Ainsi, pour cet homme de 67 ans : « J’aime ça sortir, puis j’aime ça être à l’extérieur… La pêche, le golf, le ski. Je fais beaucoup de ski : ski de fond, ski alpin. Les marches en campagne, les marches l’automne, en montagne » (Entrevue 412). Quant aux marches et promenades, elles soutiennent autant un rapport actif que contemplatif à la nature (tout comme la pêche). Les promenades, cela dit, sont aussi une occasion de rencontrer des gens, surtout pour les jeunes mères, en congé de maternité, ou les retraités. « Moi, la poussette, je l’utilise. À tous les jours, on sort prendre une marche. On se retrouve avec des petites madames qui ont des petits bébés (rire) ! On va prendre des marches, c’est super ! » affirme cette femme de 30 ans (Entrevue 621). « On prend des marches souvent. Pour nous mettre en forme et pour rencontrer des gens. Pratiquement tout le monde se promène » affirme cette autre femme de 63 ans (Entrevue 604).

13Plusieurs insistent sur l’importance de ces activités pour la santé ; on ne peut toutefois les y réduire. Ils affirment faire ces activités par plaisir et qu’elles prennent une place centrale dans leurs loisirs, sinon dans leur vie. « No limits, je ferais tout le temps du plein air [rire] ! » (Entrevue 118, homme, 33 ans.)

14L’intensité de la pratique de ces activités varie dans une certaine mesure selon l’âge, la période du cycle de vie et le secteur de résidence. La présence de jeunes enfants transforme ainsi les choses ; plutôt que de pratiquer des sports, on va « jouer au parc avec les enfants, faire des pique-niques » (Entrevue 213, femme, 30 ans).

15Les deux secteurs anciennement de villégiature comptent proportionnellement moins d’adeptes de sports et d’activité physique ; ce sont ceux où il y a le plus de jeunes ménages parmi nos répondants. Ainsi, le vieillissement n’infléchit pas nécessairement les activités physiques. En effet, si certains aînés restreignent leurs activités, d’autres, à la retraite, ont plus de temps pour en pratiquer, et dans le secteur où les répondants sont les plus actifs, la moitié de ceux-ci sont âgés de 50 ans et plus.

Le rapport contemplatif à la nature 

16Une plus faible proportion de nos répondants, trois sur dix, entretient un rapport contemplatif à la nature (seulement un répondant sur 10 a un rapport à la nature strictement contemplatif). Un peu plus de la moitié de ces contemplatifs est âgée de 50 ans ou plus ; dans ce groupe d’âge, c’est moins de la moitié qui a un rapport actif à la nature. Les deux secteurs anciennement de villégiature semblent mieux se prêter à la contemplation.

17Et que contemple-t-on ? La vue, le paysage : « C’est vraiment merveilleux ! Le matin, le soir, tous les jours, ça change. La couleur du fleuve change ! » (Entrevue 121, femme, 51 ans). La vue recherchée n’est pas la même pour tous ; bien sûr celle sur le fleuve, un lac ou une rivière est appréciée, mais « la neige sur les arbres, c’est de toute beauté ! » (Entrevue 201, femme, 50 ans). D’autres insistent sur les larges horizons, sur le panorama. En tout 18 personnes ont parlé de la vue, come cet homme de 58 ans : « J’ai une vue splendide. Le golf, le lac, le centre de ski, puis 12 pics de montagnes jusqu’à l’aéroport là-bas, puis on voit le village de Saint-Émile. […] Moi, c’est mon premier critère, la vue » (Entrevue 206).

18Les arbres ont été mentionnés par 24 des 39 répondants qui entretiennent un lien contemplatif avec la nature. Parfois, cela renvoie à la forêt et parfois à des terrains aménagés. « Je cherchais un secteur en bordure de la forêt. Ça me prenait une forêt à proximité. Je voulais d’ailleurs une maison directement sur la forêt » (Entrevue 204, homme, 57 ans). Enfin, 8 personnes affirment que les animaux sauvages contribuent au cachet de leur milieu résidentiel. Le tout compose un milieu champêtre : « Tout à fait, les arbres, la neige l’hiver, les lièvres, les marmottes ; il y a eu un porc-épic dans l’arbre, ici, il y a deux semaines » (Entrevue 227, homme, 50 ans). Enfin, le ciel étoilé attire les regards : « Et encore, vous n’avez pas vu [le paysage] la nuit ! On voit les aurores boréales. L’hiver, on n’a plus une feuille, alors on a une vue dégagée, c’est extraordinaire » (Entrevue 210, homme, 31 ans).

19Il n’y a pas que la vue qui soit sollicitée et certains sons aussi sont appréciés. « Je dors la fenêtre ouverte. J’entends les cascades. C’est quasiment un paradis » (Entrevue 320, femme, 65 ans). D’autres insistent sur le silence ; celui-ci par contre ne semble pas régner partout, même dans le périurbain : le plein air et la villégiature ayant l’effet pervers de générer divers bruits. La recherche du silence contribue à l’étalement résidentiel : « On habitait autrefois plus près du lac. Mais à cause du bruit des bateaux l’été, puis des ski-doos l’hiver, on a préféré s’en éloigner » (Entrevue 409, femme, 48 ans). Tous ces éléments, la vue, les arbres, les animaux, certains sons ou le silence, s’insèrent dans un rapport contemplatif à la nature.

20Les quartiers édifiés sur des terres agricoles semblent générer un rapport à la nature légèrement plus actif que les anciens secteurs de villégiature qui semblent de leur côté favoriser le rapport contemplatif, la présence de montagnes, de forêt et de lacs y procurant possiblement une vue plus intéressante.

D’où vient ce rapport à la nature ?

21Si donc la nature est importante pour nos répondants la question demeure : pourquoi ? D’entrée de jeu, disons que la très grande majorité des répondants rencontrés est née ou a grandi à la campagne. Il s’agirait donc d’un cas de settlement identity (voir Feldman, 1990, 1996, 1997) ou de ce que l’on peut appeler les habitus résidentiels (Fortin et Després, 2008). Les origines résidentielles et les expériences subséquences contribuent à construire les représentations, à travers les routines quotidiennes et l’expérience du « chez-soi ». Les milieux où l’on grandit et vit par la suite, leurs caractéristiques naturelles, bâties et sociales, mais aussi les routines spatio-temporelles qui y sont rattachées, contribuent à construire les représentations de la ville, de la banlieue, de la campagne. Ces dernières contribuent à leur tour à définir l’identité territoriale qui infléchit en retour les préférences et les choix résidentiels, comme les analyses qui suivent le montrent.

22En réponse à la question : « Quel rôle a joué la proximité de la nature dans le choix de votre résidence actuelle ? », seulement 27 personnes ont déclaré que cela n’avait pas joué de rôle, ou un rôle peu important. L’examen du profil de ces 27 personnes révèle que 14 ont grandi dans le secteur où nous les avons rencontrées : la moitié était donc ancrée dans le périurbain depuis « toujours ». Parmi l’autre moitié, sept sont originaires d’une banlieue ou d’une municipalité rurale limitrophe à leur secteur de résidence actuel. Si au sens strict ce n’est pas la nature qui a attiré ces 21 personnes, l’expérience de la proximité avec celle-ci les retient dans un milieu de vie où elles sont déjà ancrées depuis l’enfance et où souvent elles ont de la parenté.

23Qu’en est-il des quelques 100 autres, qui ont dit que la proximité de la nature avait été importante dans leur choix, voire l’élément prioritaire ? Ayant grandi à la campagne, plusieurs ne concevaient pas pouvoir s’installer loin d’elle. « Je pense que quand on a grandi à la campagne, dans des grands espaces, on ne peut plus s’en passer. […] On est des amants de la nature » (Entrevue 419, couple : femme de 59 ans et homme de 68 ans).

24Il n’y a pas longtemps, les banlieues pavillonnaires de première couronne étaient à la frontière de la ville et de la campagne : la ville s’étale et se diffuse, la campagne recule. Certaines personnes qui ont grandi dans des banlieues qui se sont urbanisées au fil des ans cherchent à retrouver un milieu analogue à celui qu’elles ont connu dans leur enfance. « Je retrouve [ici] des avantages de ma jeunesse : il n’y avait pas beaucoup de maisons, c’était très boisé, c’était dans le bois carrément. Il y avait quelques maisons dans la rue ; j’ai passé mon enfance en forêt, à [banlieue pavillonnaire] ! » (Entrevue 208, homme, 44 ans).

25Dans la plupart des cas, le milieu de l’enfance est qualifié de « forêt » ou de « campagne », et ce que les gens recherchent comme nature varie selon le milieu où ils ont grandi. « Moi, je recherchais le fleuve parce je restais en face du fleuve à Montmorency [où elle a grandi] ». (Entrevue 107, femme, 73 ans). D’autres fois, ce qui est recherché c’est la possibilité de pratiquer des activités de plein air, analogues à celles pratiquées dans l’enfance. « Pouvoir y aller tout de suite quand j’ai besoin d’aller dans le bois. J’ai toujours été proche du bois. Chez mes parents, puis ici, il y a un bois pas loin pour aller marcher » (Entrevue 518, femme, 33 ans).

26Les éléments recherchés par plusieurs résidents du périurbain dans leur milieu de vie sont ceux qu’ils ont connus dans leur enfance, ceux avec lesquels ils sont familiers. Parmi ceux pour qui la nature en tant que telle n’a pas joué un rôle important dans le choix résidentiel, c’est l’enracinement dans le secteur qui semble le plus important, ainsi que la présence de la parenté. Les choix résidentiels semblent donc liés à l’expérience résidentielle, ce que nous avons développé en détail ailleurs (Fortin et Després, 2008). Nous avons identifié cinq types d’origine résidentielle à partir du lieu où les membres du ménage ont grandi : 1) les « natifs », qui ont grandi et vivent toujours là où nous les avons rencontrés ; 2) les « ruraux », originaires de la campagne ou d’une petite ville d’une autre région ; 3) les « ex-villégiateurs », dont les parents avaient un chalet dans la municipalité où les répondants ont actuellement leur résidence principale ; 4) les « ex-suburbains » qui ont grandi en banlieue pavillonnaire ; et 5) les « ex-urbains » qui ont grandi en ville.

27Dans le cas des natifs (38) et des ex-villégiateurs (7), leur localisation résidentielle actuelle les maintient dans un secteur où ils ont grandi ou passé une partie de leur enfance ; ce groupe est loin d’être négligeable puisqu’il constitue le tiers des répondants (45/132). « Il y a les parents de mon conjoint qui restent dans la même rue. Les oncles, les cousins, dans la même rue. Moi, mes parents, sont dans le village ici. Ça fait que tout le monde est ici [rire] ! » (Entrevue 313, femme, 28 ans). Les ruraux, largement majoritaires (56/132), disent s’être rapprochés de la ville, voire s’être établis « en ville ». « C’est ancré en moi. Je suis née en campagne avec les fermes, puis… Je peux pas faire le compromis d’aller vivre en ville, pour aucune considération » (Entrevue 321, femme, 35 ans). À peine le quart de tous les ménages sont originaires d’un quartier plus central que celui où ils habitent actuellement (31/132), la majorité d’une banlieue pavillonnaire (les 22 ex-suburbains), quelques-uns d’un quartier central (les 9 ex-urbains). En outre, chez plusieurs ex-suburbains, la mobilité résidentielle depuis l’enfance est minime, les membres du ménage étant originaires d’une banlieue limitrophe à leur milieu actuel, et située dans le même axe autoroutier. Quant aux ex-urbains, ils fuient la ville. Contrairement à ce que nous pensions au moment d’entreprendre cette enquête, ce groupe est très minoritaire parmi nos répondants. « Le bruit de la ville, l’odeur de la ville, les gens dans la ville [rire] ! Enfin, bref, on n’était plus capable ! » (Entrevue 409, femme, 48 ans.)

28Dans l’ensemble, la très grande majorité de nos répondants est marquée par l’absence d’expérience de vie dans les quartiers centraux, ou à tout le moins d’expérience significative, car si certains ont vécu en ville centre le temps de leurs études collégiales ou universitaires, la « greffe n’a pas pris » ; aussi, la majorité de ceux-ci travaille dans des banlieues ou dans le périurbain. Leurs choix résidentiels correspondent à un milieu de vie analogue à celui où ils ont résidé et qu’ils ont fréquenté la majorité de leur vie, sans qu’il s’agisse de la recherche de la nature proprement dite.

Et la protection de la nature ?

Les gens qui ont construit au bord du lac ont défait l’écosystème. Le lac se réchauffe. Les arbres sont en train de pousser dedans. Ils ont même commencé à détruire l’autre marais, qui est un des poumons du lac. (Entrevue 409, femme, 48 ans)

29Plusieurs répondants vivent une relation paradoxale avec leur milieu. Leurs propos révèlent le désir de protéger leur milieu de vie et ils décrient les nouveaux développements résidentiels. Par contre, la plupart d’entre eux a choisi de vivre dans de tels développements. Lorsqu’ils tentent de désigner l’environnement où ils habitent, cette ambiguïté affleure : si un répondant sur cinq réfère strictement à « campagne » pour désigner son milieu de vie, les autres le désignent par les termes « banlieue », « banlieue/campagne », « ville/campagne». Le périurbain, en se développant, est-il destiné à ressembler aux banlieues pavillonnaires érigées dans les années 1950 ? Certains le craignent. « Je suis venu ici parce que c’était une forêt, puis ils sont en train de la transformer en [banlieue pavillonnaire]. Ils font du développement à outrance » (Entrevue 208, homme, 44 ans). Parfois il n’est pas clair si ce que les gens déplorent c’est l’urbanisation – et essentiellement l’arrivée de nouveaux voisins – ou s’ils s’inquiètent des changements climatiques. Nous avons demandé aux répondants si les nouveaux développements avaient un effet nocif sur les écosystèmes naturels. Ils n’ont pas parlé de pollution de l’air, des sols ou de l’eau. Quelques-uns ont déploré la disparition de l’agriculture (et surtout, du village agricole), mais c’est le déboisement qui a été le plus décrié, car il compromet la persistance du cadre de vie qu’ils ont choisi. « J’entendais beaucoup plus d’oiseaux avant que ça se construise » (Entrevue 306, femme, 27 ans). « On avait un chemin où on pouvait marcher à travers la forêt. Mon fils appelait ça ‘le chemin du bois’. Puis cet hiver, ils l’ont barré pour installer des tuyaux. Ils ont déboisé une bonne partie. […] La forêt va être un petit peu plus loin. On a trouvé ça bien plate » affirme cette femme de 33 ans (Entrevue 518).

30De telles préoccupations ont été exprimées dans tous les secteurs où nous avons mené des entrevues. Dans certains cas, c’est la forêt qui recule, dans d’autres ce sont les cultures. Cela a des effets sociaux : les nouveaux arrivants « amènent la ville avec eux », et la ville ne jouit pas d’une bonne réputation dans le périurbain (Fortin et Després, 2008). Pour que nos répondants conservent leur mode et/ou leur milieu de vie, il leur faudrait déménager encore plus loin, dans un ailleurs épargné par le développement domiciliaire, ce que plusieurs envisagent à moyen ou long terme.

31L’attachement à la nature des répondants et leur inquiétude face à la transformation du milieu se traduit-elle en actions individuelles à portée écologique ? Si nombreux sont ceux qui ont fait eux-mêmes construire leur maison, seulement un couple de répondants a mentionné avoir consulté un architecte spécialisé en construction bioclimatique.

32Dans l’ensemble, les répondants manifestent une plus grande confiance envers la réglementation en place, qu’envers les individus, comme « ce crétin de voisin [qui] a coupé tous les arbres, y compris des arbres centenaires » (Entrevue 208, homme, 44 ans). Curieusement, si les problèmes mentionnés touchaient le plus souvent au déboisement, dans les solutions, les répondants évoquent plus souvent la pollution de l’eau : « Ils viennent encore de passer des règlements par rapport au contrôle de l’eau potable, puis… au contrôle des arrosages dans les champs, et tout ça. Je pense qu’ils font des efforts importants pour limiter les dégâts sur l’environnement » (Entrevue 310, femme, 34 ans).

33Parmi les problèmes écologiques, il y a ceux causés par la voiture. Comme les résidents du périurbain sont par définition des automobilistes, nous les avons interrogés sur la pollution causée par l’automobile. « C’est sûr que l’automobile est une source importante de pollution, mais malheureusement, j’ai pas le choix de polluer » (Entrevue 113, femme, 33 ans). À cet égard, plus nombreux sont ceux qui souhaitent des voitures non polluantes que ceux disposés à adopter d’autres modes de déplacement. Les transports actifs ne sont presque jamais mentionnés, ce qui n’est pas surprenant étant donné les distances à parcourir dans le périurbain. Quant au covoiturage, plusieurs ont dit y avoir déjà eu recours mais ne plus le faire à cause d’horaires atypiques ou de multiples arrêts dans leurs trajets quotidiens. Au fond, c’est dans les dispositifs techniques que la plupart voit la solution aux problèmes de pollution causés par la voiture. Le démarreur à distance installé sur plusieurs voitures a souvent été décrié. « Je ferais pas démarrer ma voiture l’hiver avec un démarreur, ou la climatiser l’été. Ça m’enrage de voir les gens faire ça » (Entrevue 213, femme, 30 ans). La voiture électrique pour sa part, demeure un idéal hors de portée de la bourse de la plupart des répondants (pour plus de détails, voir Fortin et al., 2008).

34Ce que nous pouvons retenir à cette étape, c’est l’importance de la nature dans le discours et la vie quotidienne des résidents du périurbain. Leur milieu de vie est par ailleurs menacé par la construction domiciliaire et le déboisement ; l’attrait pour la nature, dans un rapport actif ou contemplatif, est tel que s’ils devaient déménager, ils s’éloigneraient davantage de la ville (Fortin et Després, 2008), ce qui accroîtrait leurs déplacements en voiture, qu’ils savent pourtant polluante.

Des défis pour l’aménagement durable

35Cette brève incursion du côté des rapports à la nature montre que ce qui attire les résidents dans le périurbain, ce ne sont pas que les bas prix du foncier, comme on l’entend souvent. Si la banlieue s’éloigne et l’étalement urbain se poursuit, d’un point de vue social, il s’agit en grande partie de la relocalisation sur place d’une population originaire de ces mêmes secteurs et du rapprochement de la ville de personnes originaires de campagnes plus ou moins éloignées. En effet, les caractéristiques du milieu résidentiel recherché par plusieurs des résidents que nous avons rencontrés font souvent écho à celles des milieux ruraux de leur enfance. Bref, les choix résidentiels s’expliquent aussi par la biographie résidentielle.

36Une approche strictement économique et une planification purement rationnelle pour contrôler l’étalement urbain seraient vouées à l’échec. En effet, l’expérience et les représentations résidentielles doivent inévitablement être prises en considération pour penser des actions efficaces. Il faut notamment comprendre ce qui attire ou retient les résidents dans le périurbain, souvent au prix de longs déplacements quotidiens en automobile pour le travail, l’école ou les emplettes. Si un désir de nature lié au milieu où ont grandi les résidents du périurbain s’exprime dans leurs choix résidentiels, cela a des incidences à long terme sur les choix résidentiels des générations montantes. Actuellement, 90% des enfants, dans l’agglomération de Québec, grandissent dans des banlieues et plus le secteur est périphérique, plus les enfants y sont nombreux (Morin et Fortin, 2008). Notre analyse suggère que les choix résidentiels des parents d’aujourd’hui influenceront sans doute ceux de leurs enfants.

37Cela incite, d’un point de vue théorique et méthodologique, à revoir les modèles conceptuels à propos des choix et des préférences résidentiels, et à compléter les recherches quantitatives sur les comportements des acheteurs par des études qualitatives (Feldman, 1997 ; Pollini, 2005). Ce rapprochement quantitatif-qualitatif est incontournable pour bien comprendre les comportements résidentiels. Le développement d’un programme de recherche autour des hypothèses suggérées par notre étude, intégrant les notions d’ancrage et d’attachement au milieu, pourrait contribuer à mieux saisir l’attrait et la signification du périurbain pour les jeunes et moins jeunes en quête d’une habitation.

38Ainsi, pour être efficaces, les politiques de développement durable mises en place pour freiner l’étalement des banlieues à Québec devront offrir un « cocktail » résidentiel qui fasse écho aux biographies résidentielles des futurs acheteurs. Pour ce faire, il est nécessaire d’identifier à l’intérieur du territoire déjà urbanisé des secteurs où le maintien d’un rapport actif mais aussi contemplatif à la nature est possible. La densification résidentielle préconisée pour freiner l’étalement, à Québec comme dans plusieurs autres villes, devra ainsi s’opérer de manière douce, en créant, voire en restaurant, des panoramas verts et des lieux de plein air. Aménager les vieilles banlieues à l’image des quartiers centraux pourrait avoir l’effet pervers d’inciter de potentiels habitants à s’en éloigner davantage. Les défis que pose l’étalement urbain en matière de développement durable sont énormes. Mieux comprendre complexité des facteurs motivant les choix résidentiels ne peut que contribuer à les relever.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

APCHQ (Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec). 2007. Enquête sur les acheteurs de logements neufs. Rapport de recherche, Montréal.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Bédard M., Fortin A. 2004. Intimité, mobilité et urbanité en 1978 et 2000, Recherches sociographiques 45 (3) : 493-519.
DOI : 10.7202/011467ar

Berque A., Bonnin Ph., Ghorra-Gobin C. (dirs). 2006. La ville insoutenable. Paris, Belin.

Biba G., Desrosiers F., Thériault M., Villeneuve P. 2006. Big boxes versus traditional shopping centers : Looking at households’ shopping trip patterns, Journal of Real Estate Literature 14 (2) : 175-202.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Biba G., Villeneuve P., Thériault M., Desrosiers F. 2007. Formes commerciales et mobilité à Québec : quelle organisation spatiale ?, Cahiers de géographie du Québec 51 (144) : 399-418.
DOI : 10.7202/017627ar

Bonner K. 1997. A Great Place to Raise Kids. Interpretation, Science and the Urban-Rural Debate. Montréal and Kingston, McGill-Queens University Press.

Brais N., Luka N. 2002. De la ville à la banlieue, de la banlieue à la ville, in Fortin A., Després C., Vachon G. (dirs) La banlieue revisitée. Québec, Nota Bene : 151-180.

Capron G. (dir). 2006. Quand la ville se ferme : quartiers résidentiels sécurisés. Paris, Bréal.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Crump J. R. 2003. Finding a place in the country. Exurban and suburban development in Sonoma County, California, Environment and Behavior 35 (2) : 187-222.
DOI : 10.1177/0013916502250207

Després C., Lord S. 2005. The meaning of home for elderly suburbanites, in Rowles G.D., Chaudhury H. (dirs) Coming home : International perspectives on place, time and identity in old age. New-York, Springer : 317-340.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Feldman R. 1990. Settlement identity : Psychological bonds with home places in a mobile society, Environment and Behavior 22 (2) : 183-209.
DOI : 10.1177/0013916590222002

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Feldman R. 1996. Constancy and change in attachments to types of settlements, Environment and Behavior 28 (4) : 419-445.
DOI : 10.1177/0013916596284001

Feldman R. 1997. Attachments to types of settlements in the United States. Beyond satisfaction and preference models, in Després C., Piché D. (dirs) Housing surveys. Advances in theory and methods. Québec, CRAD, Université Laval : 175-185.

Fortin A., Bédard M. 2003. Citadins et banlieusards : représentations, pratiques et identités, Canadian Journal of Urban Research / Revue canadienne de recherche urbaine 12 (1) : 124-142.

Fortin A., Després C. 2008. Le juste milieu : représentations de l'espace des résidants du périurbain de l’agglomération de Québec, Cahiers de géographie du Québec 52 (146) : 153-174.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Fortin A., Villeneuve M.-H., Rioux M. 2008. Jamais sans ma voiture ? Les banlieusards des franges de Québec, Recherches sociographiques 49 (3) : 447-473.
DOI : 10.7202/019876ar

Fried M. 1963. Grieving for a lost home, in Duhl L. (dir) The urban condition. New York, Basic Books : 151-171.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Giuliani M.V., Feldman, R. 1993. Place attachment in a developmental and cultural context, Journal of Environmental Psychology 13 : 267-274.
DOI : 10.1016/S0272-4944(05)80179-3

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Gustafson P. 2000. Meanings of place : Everyday experience and theoretical conceptualizations, Journal of Environmental Psychology 21 (1) : 5-16.
DOI : 10.1006/jevp.2000.0185

Gustafson P. 2001. Routes and routes : Exploring the relationship between place attachment ands mobility, Environment and Behavior 33 (5) : 667-686.

Mongin O. 2005. La condition urbaine. La ville à l’heure de la mondialisation. Paris, Seuil.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Morin D., Fortin A. 2008. Comment la Vieille Capitale est-elle devenue vieillissante ?, Cahiers québécois de démographie 37 (1) : 97-130.
DOI : 10.7202/029641ar

Pinson D., Thomann S. 2001. La maison en ses territoires : de la villa à la ville diffuse. Paris, L’Harmattan.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Pollini G. 2005. Elements of a theory of place attachment and socio-territorial belonging, International Review of Sociology / Revue internationale de sociologie 15 (3): 497-515.
DOI : 10.1080/03906700500272483

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Prochansky H., Fabian A. K., Kaminoff R. 1983. Place-identity : physical world socialization of the self, Journal of Environmental Psychology 3 : 57-83.
DOI : 10.1016/S0272-4944(83)80021-8

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Robin M. 2003. Perception de l’espace résidentiel des mères de jeunes enfants : analyse textuelle du discours, Recherches féministes 16 (1) : 97-119.
DOI : 10.7202/007344ar

SCHL (Société canadienne d’hypothèque et de logement). 2001. La trajectoire résidentielle des 45-64 ans dans les RMR de Montréal et de Québec, www.cmhc-schl.gc.ca/region_fr/quebec/quebec_006.cfm (consulté le 5 septembre 2003).

Secchi B. 2006. Première leçon d’urbanisme. Paris, Éditions Parenthèses.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Sénécal G., Hamel P. J. 2001. Ville compacte et qualité de vie : discussions autour de l’approche canadienne des indicateurs de durabilité, Le géographe canadien / Canadian Geographer 45 (2) : 306-318.
DOI : 10.1111/j.1541-0064.2001.tb01491.x

SHQ (Société d’habitation du Québec). 2006. Priorités des Québécoises et des Québécois en matière d’habitation d’ici cinq ans. Sondage commandé par la Société d’habitation du Québec et réalisé par Léger Marketing, Montréal, SHQ.

Thibault N. (dir). 2009. Perspectives démographiques du Québec et des régions 2006-2056. Québec, Institut de la statistique du Québec.

Urbain J.-D. 2002. Paradis verts : désirs de campagnes et passions résidentielles. Paris, Payot.

Vachon G., Luka N., Lacroix D. 2004. Complexity and contradiction in the aging early postwar suburbs of Quebec City, in Stanilov K., Scheer B. C. (dirs) Suburban form : An international perspective. New York, Routledge : 38-60.

Walker A., Fortin A. 2007. La banlieue : un endroit idéal pour élever des enfants ?, Rapport de recherche. Girba, Québec, Université Laval.

Top of page

Notes

1  Il s’agit bien sûr d’une enquête qualitative et les chiffres avancés ne le sont qu’à titre indicatifs de tendances ; ils ne sont en rien représentatifs statistiquement.

Top of page

References

Electronic reference

Andrée Fortin and Carole Després, « Le choix du périurbain à Québec. Nature et biographie résidentielle », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 5 | 2009, Online since 25 April 2010, connection on 27 August 2016. URL : http://articulo.revues.org/1416 ; DOI : 10.4000/articulo.1416

Top of page

About the authors

Andrée Fortin

Andrée Fortin is a sociologist. She is a Professor and Researcher with the Sociology Department at Laval University at Quebec, Canada. She is also Director and Editor of Recherches sociographiques, a pluridisciplinary journal of research on Quebec. Email: andree.fortin@soc.ulaval.ca

Carole Després

Carole Després is Professor of Architecture at Laval University at Quebec City, and co-founder of the Interdisciplinary Research Group on Suburbs (GIRBa), whose mission is to understand, imagine, and act on aging suburbs in relation to limited demographic growth, ongoing urban sprawl, car dependency, and the necessity of sustainable development. Email: Carole.Despres@arc.ulaval.ca

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org