Skip to navigation – Site map
Le périurbain : un espace sous tension ?

Stratifications générationnelles au sein d’espaces périurbains : une opportunité du « vivre ensemble » ?

Le cas des relations de cohabitation au sein d’un lotissement à Puyricard dans la Communauté d’agglomération du Pays d’Aix (France)
Generational stratification in suburban spaces: opportunity for community harmony?
Sandra Thomann

Abstracts

Generational stratification observed in suburban towns in the Aix-en-Provence area affects both projects and residents’ aspirations. It also affects conditions for intergenerational cohabitation forms. These are analyzed through the study of a suburban housing estate that has been undergoing gentrification.

Top of page

Full text

1En France, les analyses des stratégies résidentielles insistent sur le vide social des espaces périurbains, invitant à penser ces espaces comme des espaces socialement homogènes (Donzelot, 2004), un univers pour « les classes moyennes » (Jaillet, 2004), désireuses de maîtriser la distance entre soi et les autres. Ces espaces périurbains sont aussi soumis à de perpétuelles transformations spatiales, tel le renouvellement social qui affecte leur composition sociale avec des effets de valorisation ou de dévalorisation (Rougé, 2005) et des stratégies résidentielles d’évitement (Maurin, 2004). Les espaces périurbains de première couronne sont particulièrement touchés par une ségrégation par le haut mais ils sont aussi affectés par les premiers signes de vieillissement démographique. Ainsi, la périurbanisation et son vieillissement sont des réalités démographiques qui affectent la première couronne périurbaine la plus anciennement urbanisée (Ghekière, 2006 ; Després et Lord 2002). Les analyses récentes indiquent des déséquilibres au niveau des répartitions générationnelles avec des espaces de premières couronnes périurbaines qui deviennent des territoires à enjeux pour les catégories générationnelles (Pilhet, 2006).

2Démarrant dans les années 1970, le processus de périurbanisation en France arrive donc à la maturité de ses quarante ans d’existence, et son homogénéité sociale ne saurait résister au regard que l’on peut porter sur des différenciations sociales significatives de la division sociale de l’espace urbain, de logiques de peuplement (Grafmeyer, 1996). Le côtoiement d’habitants appartenant à des générations différentes produit de fait une hétérogénéité sociale pour des espaces questionnés également sur leur capacité à produire de l’urbanité. À la ségrégation sociale par le haut (Pinson, Thomann, 2001) qui assure un filtrage social et des logiques d’entre soi, s’ajoute une mixité générationnelle encore mal connue au niveau des relations de cohabitation intergénérationnelle qui peuvent s’exprimer.

3Cet article présente les résultats combinés d’une thèse (Thomann, 2009) et d’une recherche portant sur les relations de cohabitation entre les générations (Luxembourg et Thomann, 2007). Il s’agira dans un premier temps de rendre compte, à l’échelle de communes de la Communauté d’agglomération du Pays d’Aix de la stratification sociale et générationnelle en cours puis d’observer plus finement, à l’échelle d’un lotissement, les relations de cohabitation intergénérationnelle. L’objectif est de mieux comprendre les dynamiques d’insertion sociale des habitants périurbains et leur capacité ou non à produire de l’urbanité, du « vivre ensemble » en tentant de réhabiliter l’habitant en tant qu’individu agissant, capable de s’approprier les différentes parties de son environnement résidentiel, d’y associer des pratiques particulières, et de contrôler ses relations sociales (Raumond et Haumont, 1964) en maintenant des relations de « cordiale entente » (Charmes, 2005) traduisant ainsi une capacité d’adaptation à des normes collectives.

Stratification sociale et générationnelle de communes périurbaines aixoises

4Sont ici présentés les résultats partiels du travail de thèse qui analyse l’évolution de la représentation du projet résidentiel et la place occupée par la famille en fonction des générations. Ce travail repose sur une méthode qualitative (une cinquantaine d’entretiens semi-directifs, enregistrés au domicile des personnes) qui permet de restituer le sens que les habitants donnent à leurs projets et actions, en termes de valeurs et de représentations à partir d’un questionnement ouvert sur les motivations de leur installation résidentielle. Les entretiens ont été menés dans des communes de première couronne aixoise de la Communauté d’agglomération du Pays d’Aix (Cabriès, Fuveau, Puyricard).

5Dans le Midi de la France, la périurbanisation française caractérisée par son éparpillement trouve la figure même de cette expression. En effet, les espaces périurbains aixois sont caractéristiques de la production d’un système urbain de faible densité résidentielle, basé sur le développement de l’automobile et marqué par des morphologies périurbaines spécifiques qui tiennent davantage de l’étalement urbain que du développement de banlieues pavillonnaires équipées (mitage des terres agricoles et essaimage de maisons individuelles et de petits lotissements).

6La périphérie aixoise se caractérise aussi par une plus forte représentation des retraités-cadres pavillonnaires aux vues des répartitions des catégories socioprofessionnelles dans l’aire métropolitaine marseillaise. La mobilité résidentielle est très faible en regard des taux de propriétaires et de la part moindre des personnes de plus de 80 ans ou plus. Les espaces périurbains de l’aire métropolitaine marseillaise accueillent moins d’un ménage âgé sur 10 (Berger et al., 2009). Les lotissements les plus anciens sont touchés par un vieillissement de leurs habitants car ils ont accueillis les premières familles périurbaines, qui aujourd’hui vieillissent sur place. En effet, dans l’aire urbaine d’Aix-Marseille, la part des personnes âgées de plus de 65 ans est en constante progression, et représente 16,7 % de la population. Ce vieillissement touche essentiellement les communes qui ont explosé en 1982 sous la pression périurbaine, comme celles situées autour de l’étang de Berre et dans la première couronne périurbaine d’Aix-en-Provence (INSEE, 2002). Celle-ci combine vieillissement et processus de valorisation. L’observation donne à voir pour les terrains périurbains étudiés un tri social en faveur de jeunes familles aisées, qui viennent habiter au côté de personnes aujourd’hui âgées et de condition plus modeste avec une stratification sociale et générationnelle.

7Les terrains périurbains analysés sont en effet le support de générations de familles appartenant à des classes d’âge différentes et qui ont chacune attaché une valeur particulière à leur projet résidentiel. Ainsi, le projet résidentiel des jeunes familles enquêtées (classe d’âge : 35-40 ans) prend une toute autre signification que celui des familles aujourd’hui très âgées (classe des plus de 80 ans) ou celui des baby-boomers aujourd’hui vieillissants (classe des 55-60 ans). Les valeurs attachées à la résidence et les motivations d’installation ne sont plus tout à fait les mêmes entre les familles venues s’installer dans les années 1970 et les familles installées dans les années 2000, ne serait ce que parce que, ni le support physique, ni la pression foncière ne sont de même nature. Alors que les tout premiers habitants étaient à la recherche d’une résidence de villégiature (dans la logique des cabanons ou d’une résidence secondaire), la dimension patrimoniale domine dans le projet résidentiel des baby-boomers aux dépens de la qualité de vie recherchée. Par un effet de masse, ces derniers sont les acteurs d’un territoire pour partie construit par eux-mêmes et pour eux-mêmes car les communes qui les accueillaient, étaient dans les années 1970, démunies d’aménités urbaines. Dans les espaces étudiés, le dépeuplement de Marseille dans les années 1980, profite à l’installation de familles de revenus moyens à modestes, fortement désireuses d’accéder à la propriété dans les espaces périurbains où le projet patrimonial prime sur le projet de vie familiale : vivre sur ces espaces implique une mobilisation familiale autour du projet familial qui se réalise bien souvent au détriment des individualités qui composent la famille (isolement des femmes et des enfants).

8Les familles plus jeunes qui s’installent aujourd’hui sur ces mêmes espaces sont d’une part plus aisées, mais elle profitent aussi des transformations spatiales et organisationnelles qui se sont réalisées. Autrefois dépourvus d’aménités, ces espaces sont aujourd’hui mieux équipés, plus accessibles, mieux desservis. Ces familles vont saisir certains avantages d’habiter en périurbain — comme celui de ne pas avoir à construire — pour profiter pleinement du cadre de vie choisi, dans une recherche d’un placement social temporaire. En effet, ces familles, qui considèrent leur maison comme une étape de leur parcours résidentiel, sont particulièrement attentives à l’environnement social, et mettent en place de véritables stratégies territoriales visant à assurer valeurs familiales et éducatives (recherche d’un « bon » lycée, de services socio éducatifs jugés de qualité...).

9Si, ces jeunes familles ne bâtissent pas leur maison, elles construisent à leur façon de nouvelles manières de concevoir l’urbain : des cheminements piétons sont demandés, des pistes cyclables, des cheminements sécurisés — portant ainsi des demandes en termes de qualités ergonomiques de l’espace, d’urbanité en rapport avec leurs stratégies éducatives. Les familles les plus âgées, quant à elles, choisissent de vieillir sur place, et sont fortement attachées à leur domicile, à leur patrimoine, et en attente de services liés à la personne.

10Le renouvellement social (gentrification des nouveaux venus) et générationnel (vieillissement des premiers installés) à l’œuvre dans les territoires périurbains observés produit de fait de nouvelles conditions de cohabitation intergénérationnelle. Ces espaces périurbains voient désormais se côtoyer de jeunes familles aisées et des familles vieillissantes, des retraités et des actifs, et il est alors intéressant d’en connaître les effets en termes de cohabitation intergénérationnelle. L’échelle d’un lotissement parait alors être plus pertinente pour observer plus finement ces relations de cohabitation.

Lotissement du Village du Soleil à Puyricard et renouvellement social

11Une recherche menée dans le cadre d’un appel d’offres de la mission ethnologique (Luxembourg et Thomann, 2007) a constitué une opportunité intéressante pour observer de plus près ces relations de cohabitation, au sein du lotissement du Village du Soleil, situé à 8 kilomètres au nord d’Aix-en-Provence, et à 3 kilomètres du noyau villageois de Puyricard.

Figure 1. Plan de localisation (Source image : GoogleEarth)

Figure 1. Plan de localisation (Source image : GoogleEarth)

12Pour cette recherche, 23 entretiens semi-directifs ont été réalisés : 11 auprès d’habitants installés depuis 1970 ; 9 auprès de nouveaux installés (fin années 1990-début années 2000) ; 3 auprès de ménages installés durant les années 1980 formant ainsi un groupe d’enquêtés relativement fidèle à la constitution et aux évolutions de la population résidante. L’observation des relations de cohabitation a nécessité aussi des techniques proches de la démarche ethnographique (investigation du terrain à différentes saisons, à différents moments de la journée, prises de vues photographiques et notes, entretien...).

Dans les années 1970, un lotissement pour des familles aux revenus modestes

13En 1969, 220 maisons individuelles ont été construites sur la base d’une coopérative de construction sur un terrain de 19 hectares. L’architecture de départ a privilégié la construction sur de petits lots — de 300 m2 à 500 m² — pour donner une place relativement importante aux espaces communs (plus de trois hectares). Elle est inspirée des lotissements « à l’américaine » avec des lots ouverts sur la rue, simplement délimités par de petites barrières de bois, mais aussi un agencement des maisons entre elles qui privilégie l’intimité et limite les vis-à-vis. Au centre du lotissement, se trouvent un petit centre commercial (coiffeur, marchand de vêtement avec dépôt de pain, pharmacie et cabinet médical) ainsi qu’un bâtiment, propriété de la copropriété, pensé et vécu au départ comme un lieu à la disposition des habitants (fêtes familiales, réunions) et employé aujourd’hui comme bureau du conseil syndical et salle polyvalente pour des associations.

Figure 2. Des pavillons ouverts sur l’espace public

Figure 2. Des pavillons ouverts sur l’espace public

Sources : S. Thomann (2009).

14Le principe coopératif de départ avait la volonté de construire un ensemble d’habitations pour des familles au revenu modeste. À l’époque, le lotissement était d’ailleurs perçu de manière très négative par les habitants eux-mêmes : « des HLM à l’horizontale », « c’était pour les pauvres ». Les habitants installés dans les années 1970 étaient de condition modeste et ceux qui demeurent sont fortement attachés à leur pavillon.

En 2006, un lotissement très prisé pour de jeunes familles aisées

15Depuis la fin des années 1990, les familles avec de jeunes enfants tendent à remplacer les personnes âgées décédées ou ayant quitté leur maison. En 2006, la structure sociale du Village du Soleil, selon la situation professionnelle du chef de famille, est composée à 63 % de retraités, 23 % de cadres et professions libérales, 7 % d’enseignants, 6  % d’ouvriers et 1 % de personnes sans emploi (source du Conseil Syndical qui confirme un renouvellement social par le haut).

16Bien que les lots soient de petites tailles et les maisons standardisées, le lotissement est devenu un quartier résidentiel prisé en partie grâce à la qualité de ses constructions (en béton de type traditionnel) et celle de ses espaces verts collectifs (trois hectares). En effet, la végétation a poussé et le lotissement a changé d’image et n’est plus stigmatisé comme il l’avait été dans les années 1970. Les logements ont atteint une valeur approximative de 365 000 € sur le marché de l’immobilier (en 2006), ils attirent des habitants plutôt aisés (ingénieurs, cadres, professions libérales).

17Il s’agit le plus souvent de familles avec de jeunes enfants, venues s’installer pour la qualité du cadre de vie, mais aussi pour un entre soi grâce auquel elles pourront développer de nouvelles relations sociales (goûters entre mamans sans les enfants, apéritifs avec les voisins...). Ces jeunes familles avec enfants sont à la recherche d’une ambiance familiale qu’elles disent avoir trouvé au village du Soleil, de par le voisinage de familles installées, mais aussi de par la présence de personnes âgées qui font souvent figure de « grands parents ». Ces jeunes familles apprécient la présence du centre commercial et médical et ne sont pas insensibles au bon niveau d’équipement socio-culturel du village de Puyricard, ni aux effets du filtrage social qui s’opère.

Une diversité d’espaces, porteurs de sociabilités

18Dans le lotissement du Village du Soleil, les espaces « publics » sont importants, tant par leur emprise au sol, que par l’impression d’une ambiance aérée, sans barrières, impression résultant de la conception architecturale forte du départ. Leur variété donne une respiration au lotissement, par une alternance de places et placettes, de voies et chemins de traverses, de sous bois et terrains de jeu et cette morphologie du Village du Soleil facilite les relations de co-présence, limite les situations d’isolement et/ou d’anonymat.

19Ainsi, si le terrain de jeux et la promenade le long du canal constituent des terrains privilégiés de rencontres pour toutes les générations confondues, et ce à différents moments de la journée et de la semaine, la quantité d’espaces intermédiaires semble aussi une garantie de rencontres possibles. Ces espaces intermédiaires sont de natures diverses. Les places vertes et les traverses, sinuant entre les maisons sont régulièrement utilisées par les jeunes enfants pour jouer, à proximité de la maison tout en étant à l’écart. « Les petits passages entre les maisons, c’est des vrais labyrinthes finalement et pour les gamins, c’est génial… ». Les personnes âgées sont elles plus sensibles au cadre paysager que ces espaces procurent.

20Les pas de portes sont aussi des espaces incitant aux rencontres. Les maisons ne sont pas conçues avec un jardin donnant sur la rue, celui ci est relayé à l’arrière, et l’entrée dans la maison est quasi directe, avec une plate bande, appartenant à la co-propriété et le plus souvent appropriée et entretenue par l’habitant, ce qui constitue à la fois un gage de visibilité et d’appropriation. En effet, la personne qui soigne son entrée est en contact direct avec l’espace « public » et nombreuses sont les personnes âgées qui feignent une activité, espérant une rencontre avec l’un de ses voisins « On discute bien… parce qu’il y a des messieurs à la retraite, on voit qu’ils cherchent les occasions : il y en a un qui promène son chien uniquement pour avoir l’occasion justement de rencontrer l’un ou l’autre ».

21Autre support de sociabilité : le garage. Celui ci se situe dans des box distants de la maison. En effet, les villas du Village du Soleil ont été construites à l’origine sans garage attenant. Ceux-ci sont groupés en box dans des recoins de la co-propriété. Aller chercher sa voiture au box nécessite donc de marcher dans le quartier, et est une pratique supplémentaire susceptible d’engendrer des rencontres, réduites à néant lorsque le garage est situé sur la parcelle. Cet enquêté le dit bien : « comme il y a avait une sociabilité du puits, il y a aujourd’hui une sociabilité des garages ». Enfin, le centre commercial et le centre médical jouent pleinement leur rôle de lieux de rencontres et d’échanges.

Formes des dynamiques intergénérationnelles au sein du lotissement du Village du Soleil

22La seule conception de l’espace ne saurait expliquer la dynamique des relations intergénérationnelles qui s’observe au village du soleil. Cette dynamique prend sens en regard de moments de cycle de vie (les enfants promenés en poussette sont des occasions de rencontres avec des personnes âgées qui se promènent) et d’une acceptation des normes sociales à l’œuvre.

Des habitants âgés, présents et visibles dans l’espace public

23Les recherches sur le vieillissement ont montré la réduction des sphères d’activités au fur et à mesure de l’avancée en âge et les changements progressifs de pratiques de mobilité (Clément et al., 1995). La marche à pied est un moyen de garder la forme et de se maintenir en bonne santé : à l’échelle du lotissement on assiste à un réinvestissement des espaces publics par la personne âgée. Ce réinvestissement à l’échelle du lotissement va se traduire par la recherche de contact avec ses voisins, les promenades dans le lotissement ou aux bords du Canal de Provence favorisent notamment les relations avec les autres parents, et d’autres personnes âgées. Il procure aussi le sentiment de ne pas se sentir isolé, et permet à la personne de s’assurer un réseau relationnel pouvant l’aider en cas de difficultés. Ces effets du vieillissement croisés à la configuration particulière du lotissement font que les personnes âgées sont des habitants présents et visibles dans l’espace public (Luxembourg, 2005). On les voit se promener, entretenir leur maison, jardiner.

24Cette visibilité conduit à des attentions multiples de la part des jeunes familles. La personne âgée ne va pas se sentir isolée contrairement à ce que l’on pourrait penser au sujet du vieillissement en maison individuelle.

Moi, je me sens en sécurité et je me languis qu’il y ait d’autres voisins là. Là j’ai une femme qui est très gentille. Elle est débordée par ses deux bébés mais elle a toujours fait le geste de me dire « si vous avez besoin de pain, de quelque chose ». Non, je suis très bien entourée. Je suis en bon terme avec tout le monde. Tout le monde vient me chercher.

De jeunes familles attentives aux personnes âgées

25Les jeunes familles vont donc manifester un certain nombre d’attention en regard de leurs voisins âgés. Ces attentions sont de natures diverses. Cela va de la simple surveillance pour s’assurer qu’il n’y a pas de problèmes à des manifestations plus soutenues.

Par contre, il y a un autre monsieur qui a l’air un peu isolé. Parce que moi je l’ai questionné, une fois je l’ai mené, il allait je sais plus où à pied, mais il a pas envie de communiquer. Voilà, alors moi je regarde toujours si ses volets sont ouverts.

Dans mon quartier, il y a une dame âgée, je vais pas la voir tous les jours mais on se renseigne. On sait vaguement comme ça fonctionne, s’il y a un problème… bon voilà. Si quelqu’un… s’il y a une difficulté grave quelque part, s’il y a quelque chose à faire, on fait. Mais il n’y a pas d’organisation.

26Les jeunes familles sont aussi présentes pour donner un coup de main, ou aider en cas de coup dur : « Un jour il me disait qu’il était resté cinq heures coincé chez lui – donc je lui ai dit « arrêtez, prenez mon numéro de téléphone au moins » ; « Je leur rends des services : poste, pain, arrose, un brin de causette ». La confiance inspirée par les personnes âgées et le désir de les aider poussent même les jeunes ménages à partager certaines dépenses : par exemple, l’achat en commun d’une tondeuse pour l’entretien du terrain. « Et je peux dire les jeunes, car ce sont des jeunes, ils sont parfaits. Ils sont d’une gentillesse, ils sont vraiment… On s’aide mutuellement, vraiment parfait ».

27Ces attentions conduisent à ce que le quartier prenne vraiment sens comme unité de voisinage avec d’une part une solidarité forte dans le cas d’un décès par exemple ou de manière plus heureuse pour une naissance. De plus les jeunes familles sont porteuses de nouvelles pratiques festives qui animent un quartier qui progressivement se mourrait.

Les jeunes là-bas, ils ont organisé une fête d’été, une fête du quartier quoi, au mois de juin. La première a eu lieu il y a deux ans où chacun amenait quelque chose ; et puis là, l’an dernier, j’ai dit : « attends, il faut qu’on fasse quelque chose, un peu d’animation ». Et puis, on a découvert qu’un tel avait la compétence de faire du théâtre, l’autre faisait de la musique… donc chacun amenait à manger plus le spectacle. Un vieux a fait de l’accordéon, les jeunes faisaient le spectacle de hip-hop, moi j’ai fait du chant lyrique, c’était tout un mélange, c’était assez marrant.

28Les résidents âgés avouent se réjouir de l’arrivée de jeunes familles et notamment de celles avec enfants. Les enfants, c’est la « vie », c’est de « l’animation » et même un bruit qui peut être agréable « le ballon c’est interdit, il faut qu’ils aillent au terrain. M’enfin, s’il y a des gamins qui viennent je suis contente, au contraire ». Le contact s’établit rapidement entre des retraités et des jeunes mamans qui marchent dans les rues du lotissement, fréquemment et aux mêmes heures : « Comme ils ont vu que j’avais un bébé et que je suis un peu bavarde, les liens se sont créés très vite ». Ce contact peut se concrétiser dans les différents lieux de jeux lorsque les petits-enfants des uns rencontrent les enfants des autres : « Sinon, vous voyez, les nouveaux ils ont des enfants, nous on a des petits-enfants : ça créé des liens, donc c’est des gens chez qui on va prendre de temps en temps l’apéro. On peut aller demander un bout de pain si on est à court, ils savent qu’on peut leur prêter des trucs (des outils)… à ce niveau-là, ça marche pas trop mal ». Ces rencontres peuvent être aussi provoquées par les personnes âgées qui iront promener leur chien aux heures de promenade des enfants.

Mais aussi une adaptation à certaines règles de conduite dictées par les anciens

29L’intégration des nouvelles familles dans le Village du Soleil est d’autant plus aisée qu’elles sont généralement connues avant de s’y installer et donc attendues. Il est ainsi d’usage que le copropriétaire vendeur présente les futurs installés aux voisins. Ceci leur permet d’être intégrés d’emblée dans des réseaux de connaissance souvent jugés imperméables mais aussi de s’assurer auprès d’eux du bien fondé de leur investissement comme de « l’ambiance » du quartier. De leur côté les personnes âgées se sentent valorisées par l’arrivée de ces jeunes familles aisées car cela les conforte dans le caractère ascensionnel de leur parcours résidentiel.

30Il convient cependant que les enfants des jeunes familles aient les bonnes manières, les bons usages. On aime les familles « discrètes » avec des enfants polis. Ces jeunes familles font le jeu de ces usages car le Village du soleil constitue un moyen d’éduquer leurs enfants en apprenant les civilités « Quand le petit court pour lui faire [à la voisine âgée] un bisou, je sais que ça lui fait plaisir pour la journée ». Il s’agit alors d’adhérer à la norme comportementale de la « famille modèle » et dans cette norme la personne âgée est la figure du « Grand Parent » pour des familles qui n’ont pas souvent d’attaches familiales à proximité.

31Plusieurs habitants âgés expliquent aussi qu’ils ont dû faire « comprendre que c’est pas comme ça qu’il fallait faire ». De la même manière, les nouveaux relatent les cas où ils ont été avertis de leurs mauvais agissements : « Au départ, j’ai fait une erreur… Chacun a donné le mode d’emploi, ce qu’il fallait faire et pas faire ». Pour certains anciens, il s’agit donc de cadrer au plus vite les comportements des nouveaux résidents. Dans ces conditions, « si vous êtes discrets, vous êtes de suite admis […] ceux qui respectent pas, ça fait des conflits et vous êtes vite exclus ». Cet autre enquêté ne dit pas autre chose : « les gens qui auraient l’idée de vivre différemment se fondent dans le moule ».

32Cette adhésion à une norme comportementale est de plus soumise au pouvoir des personnes âgées au sein du syndic de copropriété. Les attentes en matière d’aménagement, de modification d’espaces ne sont pas les mêmes entre habitants âgés et les jeunes familles. Ces dernières modifient progressivement certaines conceptions de l’espace (des murs sont montés pour cacher et isoler les piscines, des demandes de sur élévation sont demandées...). Sur ces sujets, le syndic demande formellement l’adhésion du voisinage pour tout projet, ce qui constitue une pression supplémentaire dans le jeu des relations de cohabitation et de l’adaptation des comportements.

Conclusion

33Les communes de première couronne périurbaine se sont transformées sur le temps long du processus de périurbanisation pour offrir aujourd’hui un ensemble de services urbains. Cette transformation se traduit aussi par une stratification socio-générationnelle qui occasionne un côtoiement d’habitants vieillissants et attachés à leur domicile et de familles plus jeunes de condition sociale différente. Cette stratification observée à l’échelle de communes de la Communauté du Pays d’Aix conduit à des attentes différenciées en matière d’aménagement. Elle conduit aussi à des situations de cohabitation étudiées au sein d’un lotissement de première couronne qui par son dessin et sa quantité d’espaces verts et publics offre des conditions intéressantes de situations de coprésence.

34Son analyse a permis de montrer que la mixité générationnelle, induit des comportements, des situations de co-présence, des représentations renouvelées au regard des modifications de rythmes inhérentes au vieillissement des habitants âgés qui sont amenés à être davantage présents et visibles au sein de l’espace public. Ainsi les personnes âgées constituent dans ce lotissement des moteurs de vie sociale produisant du lien social dans des unités de proximité, montrant ainsi que le renouvellement social ne se réalise pas automatiquement dans l’opposition anciens / nouveaux. Cependant, la volonté d’intégration de la part des jeunes familles à la recherche d’attaches affectives, d’authenticité et de valeurs familiales semble en partie soumise à des adaptations à des normes comportementales conditionnées par la gestion de la copropriété et le contrôle des anciens installés. Reste à voir si l’engagement des nouveaux habitants se traduira par un individualisme citoyen (Dodier, 2007) au niveau de la gestion de la copropriété. La relève est pour l’heure timide, mais donne une place aux femmes dans un conseil syndical jusqu’à présent très masculin.

Top of page

Bibliography

Berger M., Rougé L., Thomann S., Thouzellier C. 2009. Vieillir en pavillon. Mobilités et immobilités des personnes âgées dans l’espace périurbain. Toulouse, Rapport PUCA.

Charmes E. 2005. La vie périurbaine face à la menace des gated communities. Paris, L’Harmattan.

Clément S., Mantovani J., Membrado M. 1995. Vieillissement et espaces urbains. Modes de spatialisation et formes de déprises. Paris, Rapport PIR VILLE, CNRS.

Desprès C., Lord S. 2002. Vieillir en banlieue, in Fortin A., Després C., Vachon G. (dirs) La banlieue revisitée. Québec, Nota Bene : 233-258.

Donzelot J. 2004. La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification, Esprit 404.

Dodier R. 2007. Les périurbains et la ville : entre individualisme et logiques collectives, Les Annales de la Recherche Urbaine 102 : 31-40.

Grafmeyer Y. 1994. Sociologie urbaine. Paris, Nathan.

Grafmeyer Y., Joseph I. 2004. L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine. Paris, Flammarion.

Luxembourg N., Thomann S. 2007. Le village du Soleil un lotissement à l’épreuve du renouvellement socio-générationnel. Relations de cohabitation et évolutions morphologiques sur le temps long. Paris, Ministère de la culture et de la communication, Direction de l’architecture et du patrimoine.

Luxembourg N. 2005. Renouvellement social et immobilités en périurbain. Aix-en-Provence, Université Paul Cézanne, Thèse d’aménagement de l’espace et urbanisme.

Pilhet C. 2006. Du vieillissement dans les villes à des villes pour le vieillissement ? Réflexion sur quelques exemples français, Les Annales de la Recherche Urbaine 100 : 15-22

INSEE-AGAM-AUPA-DDE 2002. Atlas des métropolitains de la région urbaine. Marseille et Aix-en-Provence, Insee.

Jaillet M-C. 2004. L’espace périurbain : univers des classes moyennes Esprit 303 : 40-62.

Maurin E. 2004. Le ghetto français. Enquête sur le séparatisme social. Paris, Seuil.

Pinson D., Thomann S. 2001. La maison en ses territoires. De la villa à la ville diffuse. Paris, L’Harmattan.

Raymond, H., Haumont A., Raymond M. G., Aumont A. 1964. L’habitat pavillonnaire. Paris, CRU.

Rougé L. 2005. Accession à la propriété et modes de vie en maison individuelle des familles modestes installées en périurbain lointain toulousain. Les « captifs » du périurbain. Toulouse, Université du Mirail lI, Thèse de doctorat en géographie et aménagement du territoire.

Thomann S. 2009. Familles, femmes et générations exposées à l’étalement urbain. Installation résidentielle et dépendance automobile dans l’aire métropolitaine marseillaise. Aix-en-Provence, Université Paul Cézanne, Thèse de doctorat en aménagement de l’espace et urbanisme.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Plan de localisation (Source image : GoogleEarth)
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1403/img-1.jpg
File image/jpeg, 464k
Title Figure 2. Des pavillons ouverts sur l’espace public
Credits Sources : S. Thomann (2009).
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1403/img-2.jpg
File image/jpeg, 414k
Top of page

References

Electronic reference

Sandra Thomann, « Stratifications générationnelles au sein d’espaces périurbains : une opportunité du « vivre ensemble » ? », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 5 | 2009, Online since 25 April 2010, connection on 20 September 2017. URL : http://articulo.revues.org/1403 ; DOI : 10.4000/articulo.1403

Top of page

About the author

Sandra Thomann

Chercheure en post-doctorat LADYSS (UMR 7533 CNRS), Université de Paris 1. Docteure en aménagement de l’espace et urbanisme, Institut d’urbanisme et d’aménagement régional - Université Paul Cézanne, Aix en Provence. Elle travaille sur les modes de vie périurbains et la durabilité sociale des espaces périurbains.

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org