Skip to navigation – Site map
Le périurbain : un espace sous tension ?

Faire la ville suburbaine. Le projet Sénart

Making the suburban city. The Sénart project
Emeric Lambert

Abstracts

In 1965, plans for building five new cities were implemented in the outskirts of Paris. Among these new cities, Melun-Sénart – the most recent of them – was not allowed to build its centre until 1985. In 1986, Melun-Sénart, by then called simply Sénart, launched an idea contest for the creation of its centre but the winning project wasn’t followed through. Instead, the city developer put forward a new project named the “Carré Sénart”. A 1.4km2 area, it was designed to become the city centre. It was subdivided into an orthogonal framework in which most notably a shopping mall was inserted. It now draws ca. 10 million visitors each year and has become the city’s common space. This paper revisits the onset and development of the project so as to understand how a city project initially launched by the State ended up with a shopping mall as city centre.

Top of page

Full text

Coupure de presse

Inauguré à Lieusaint (Seine et Marne) le 28 août 2002, le centre commercial et de loisirs Carré-Sénart semble avoir conquis le public. Un an après son ouverture, il a accueilli plus de 10 millions de visiteurs.

« Le Carré-Sénart sera le centre-ville de la ville nouvelle. Il est le premier édifice du projet d’agglomération de la ville de Sénart, projet qui s’inscrit dans la stratégie d’amélioration du Sud francilien », explique Olivier Ferroud-Plattet, directeur du Carré Sénart. Avec une fréquentation moyenne de 200 000 visiteurs par semaine, le Carré-Sénart est en effet un des endroits incontournables de Seine-et-Marne. Particulièrement fréquenté en fin de journée, le mercredi, le samedi et pendant les vacances scolaires, le centre propose des activités variées.

Un hypermarché Carrefour de 14 000m2, 110 boutiques (Zara, Virgin, Sephora, H&M, Darty, Go Sport…), 16 salles de cinéma Gaumont avec écrans géants, une dizaine de restaurants, un poney-club, 5 700 places de parking gratuites et 1 200 arbres : les 65 000m2 de surface sont aujourd’hui bien occupés. Le centre va continuer de se développer. « Un grand pôle de loisirs sera créé d’ici 2005, un aquarium ouvrira ses portes et des animations culturelles seront mises en place tout autour du canal », poursuit le directeur.

Le chiffre d’affaires global du Carré-Sénart du premier exercice est de 310 millions d’euros et son ouverture a permis la création de 1 500 emplois. Du 3 au 7 septembre, à l’occasion de son premier anniversaire, des animations seront organisées dans le centre. (S., 2003).

  • 1  Sénart est le nom actuel de la ville nouvelle. Elle regroupe dix communes du sud-est parisien. Bie (...)

1C’est au petit matin, de retour de vacances, qu’entre deux stations de métro, les Parisiens pouvaient apprendre dans un journal gratuit qu’un « des endroits incontournables » de la région Ile-de-France se trouvait à Sénart1 : une ville dont le cœur est un centre commercial de dernière génération. Mais comment une ville nouvelle, développée par l’État, a pu se faire construire un centre ville par un promoteur de centres commerciaux ? Comment a été imaginée cette ville, quels ont été les projets dessinés pour la construire, comment ces projets sont devenus réalité ?

2Le projet est ce qui passe de l’imaginaire au concret et dépasse le clivage entre les mots et les choses. D’abord décrit par des mots, des dessins ou des maquettes, il passe de bureau en bureau, de personne en personne et finit par être un assemblage d’objets concrets lors de la construction. C’est depuis mon point de vue d’architecte et d’urbaniste que j’analyserai le cas de Sénart. Mon interrogation porte sur la manière de produire la ville. Que se passe-t-il entre l’énonciation des projets politiques, les propositions des architectes, les procédures de l’administration, les opérations des promoteurs privés et les usages des habitants ? Comment les projets, les objets et les gens forment des collectifs et fabriquent des environnements ?

3Sénart est une ville née d’une ambition politique forte menée selon une méthode de planification, qui s’est finalement construite par les interventions opportunistes de la promotion privée. Son premier monument emblématique est un centre commercial. Ce cas permet de montrer comment deux points fondamentaux de la pensée des architectes et des urbanistes sont à revoir : la planification et l’espace public. D’une part, la planification menée par un pouvoir fort a été remplacée par un collage d’interventions ponctuelles pour lesquelles se battent de plus en plus d’acteurs. D’autre part, l’espace public n’est plus le centre de l’activité urbaine autour duquel s’installaient les commerçants. Il a été absorbé par les enseignes internationales du commerce qui produisent un espace adapté à leurs activités.

4Pour répondre à cette question sur la genèse d’un projet et les traductions successives qui permettent de passer d’une idée à un environnement construit, j’ai travaillé à partir de coupures de presse et d’entretiens avec des concepteurs. Les journalistes relatent dans leurs articles à la fois des informations formelles sur la progression des projets, mais également une sorte d’opinion générale recoupant points de vue politiques, témoignages et informations diverses glanées un peu partout. Pris individuellement, chaque article peut-être soupçonné de partialité, pris collectivement, les articles forment une doxa permettant de comprendre comment les projets urbains entrent progressivement dans le débat public et dans la société. Les entretiens réalisés avec les concepteurs des principaux projets de la ville permettent d’une part de recueillir le souvenir des intentions initiales qui les ont fait naître, et d’autre part de repérer les événements qui ont eu un impact sur leur évolution et dont les aménagements réalisés conservent des traces plus ou moins explicites. La réunion des deux sources sélectionnées permet de reconstruire la généalogie du projet, depuis les intentions initiales jusqu’à la mise en œuvre, en passant par toutes les controverses traversées.

5Cette étude sur Sénart s’inscrit dans un travail plus large sur le projet suburbain dont elle constitue un cas d’étude pragmatique. Elle s’insère dans une argumentation visant à montrer comment la ville suburbaine explicite la diffusion du confort dans la campagne et constitue ainsi la forme vernaculaire et dominante de l’urbanisme de la prospérité. Sénart s’est développée en même temps que le phénomène suburbain. Elle s’est construite en seulement quelques dizaines d’années et illustre le mode de production de la ville dans un contexte démocratique et libéral.

6Cet article s’interroge sur la fabrication de la ville et sur la manière dont l’action des concepteurs du suburbain entre dans le débat public. La méthode d’analyse s’inspire librement de celles utilisées par Bijker (1990) dans The social construction of technology ou de Latour (1992) dans Aramis ou l’amour des techniques. Elle consiste à suivre à la trace le projet dans ses traductions successives qui lui font prendre corps à travers l’enchaînement des controverses. En tant qu’architecte, mon propos se veut une illustration des questionnements qui traversent le milieu professionnel et auxquels je tente de répondre, en sortant de la discipline, en utilisant des méthodes développées en sciences sociales. L’objet que je suivrai n’est pas une sorte de métro révolutionnaire comme le fait Latour ou un vélo, comme le fait Bijker, qui montre comment ce dispositif est passé d’une draisienne sur laquelle on courrait à un grand-bi dangereux avant de devenir un vélo avec une chaîne de transmission. Il montre comment ces évolutions techniques sont liées à l’usage et au statut de l’objet dans la société. Je suivrai non pas une ville mais le projet d’une ville. Mon étude de cas vise à décrire un mécanisme de production et ne prétend pas faire une proposition théorique générale.

7La première partie de mon développement s’intéressera à l’aspect expérimental des projets suburbains. On y découvrira la politique d’État et ses traductions dans les projets des architectes et des urbanistes. Dans la deuxième partie, on verra comment ces ambitions expérimentales initiales, témoignant d’ultimes volontarismes de modernité, ont été transformées par des processus administratifs, financiers et sociaux pour devenir des aménagements construits. Les aménageurs, s’adaptant aux évolutions du contexte de production de la ville, ont proposé des stratégies originales pour continuer à garder la main sur son développement. Ainsi, après de nombreuses expérimentations plus ou moins réussies et malgré le développement opportuniste mené par les logiques privées, la ville de Sénart s’est constitué petit à petit une histoire singulière.

Figure 1. Sénart et Paris

Figure 1. Sénart et Paris

Source : Google Earth

Figure 2. Sénart

Figure 2. Sénart

Source : Google Earth

Ville utopique

  • 2  L’autorité en charge de ce plan est le Comité d’Aménagement de la Région Parisienne (CARP), rattac (...)
  • 3  À titre de comparaison, la distinction actuelle entre plan d’occupation des sols et schémas direct (...)

8L’État est l’acteur initial du projet Sénart. Il veut maîtriser le développement de Paris. C’est le début d’un urbanisme prospectif qui énonce de grandes lignes d’aménagement au niveau régional. En 1960, la parution du Plan d’aménagement et d’organisation général de la région parisienne (PADOG) dote Paris d’un outil de régulation de sa croissance, avec pour objectif la limitation démographique et physique du développement de la capitale comme de sa proche banlieue. Publié en 1965, le Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme (SDAU), commandité par Paul Delouvrier, a pour dispositif central la création de cinq villes nouvelles autour de Paris : Cergy-Pontoise au nord-ouest, Marne-la-Vallée à l’est, Tigery-Lieusaint (futur Sénart) et Evry au sud-est et Saint-Quentin-en-Yvelines à l’ouest. La naissance du projet Sénart se fait sous la forme de deux documents. Le premier, rédigé par le Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme2, assure une fonction de prévision et est établi à grande échelle, sur le long terme et n'a pas d’effet réglementaire. Le second, rédigé par la Direction Générale du District de la Région de Paris, fixe le droit des sols sur un espace suffisamment réduit pour atteindre une bonne précision et pour une période plus courte3.

9Pour mettre en pratique les principes énoncés, l’État acquière d’une part, une grande partie du foncier des futures villes et d’autre part, met en place des Établissements Publics d’Aménagement des Villes Nouvelles (EPAVN), transformés en EPA par la suite. Créé par décret en 1973, l’établissement public de Sénart est un maître d’ouvrage qui opère sous tutelle de l’État et sous contrôle de collectivités locales. Il va devoir mettre en œuvre les préconisations du nouveau SDAU de 1975 qui succède au premier de 1965. Les projets pour Sénart changent, le programme qui lui est alors assigné est le suivant :

Coupure de presse

Le SDAU de Melun-Sénart, contrairement aux autres villes nouvelles, ne prévoit pas avant 1985 la création du centre principal. La ville de Melun, qui est comprise dans le SDAU, doit servir d’appui aux urbanisations à venir puisque aussi bien elle exerce déjà en tant que chef-lieu du département de Seine-et-Marne, des fonctions suffisamment diversifiées. Melun-Sénart est une organisation de hameaux qui n’auront pas leur vie propre. L’agglomération melunaise est un type d’urbanisation réussie et qui a une zone industrielle exemplaire. Mais on peut se demander s’il ne fallait pas en rester là et s’il était nécessaire d’aller au-delà (Propos tenus par le préfet de Seine-et-Marne et rapportés par Bédarida, 1999).

  • 4  Marc Bédaria est architecte. Il enseigne l’histoire et la théorie de l’architecture à l’école d’ar (...)
  • 5  Le Syndicat d’Agglomération Nouvelle est l’équivalent de la Mairie de la Ville Nouvelle.

10Selon Marc Bédarida4, historien de la ville, les élus d’Evry, ville nouvelle préfecture de l’Essonne, et de Melun, préfecture de la Seine et Marne, ont combattu le projet de leur voisine Sénart dont les objectifs ont été diminués et reportés de 15 ans. Cette nouvelle orientation du projet est traduite par la création de trois regroupements de communes, respectivement les SAN5 de Sénart-Villeneuve, Rougeau-Sénart et Grand Melun.

  • 6  Miasto a été formé de 1965 à 1970 par Jan Karczewski, Michel Lefebvre et Witold Zandfos.
  • 7  Les autres concurrents étaient notamment Aldo Rossi, Yona Friedman, Philippe Panerai, Gunther Dome (...)

11Ville pour le futur, Sénart n’a pas le droit d’être un véritable projet moderne comme ses sœurs qui développent par exemple un urbanisme de dalles (Cergy-Préfecture ou Noisy-le-Grand). Elle doit se trouver d’autres théories urbaines et architecturales pour exister. Michel Lefebvre et Witold Zandfos, deux architectes qui travaillent alors pour l’EPA, proposent de mettre en œuvre la théorie de « la greffe urbaine » développée par le groupe Miasto6. Leur proposition conçue pour Bagnolet avait reçu le Prix International d’Architecture et d’Urbanisme de Cannes en 1969, remis par un jury prestigieux, notamment composé de Louis Kahn, Henri Lefebvre, Bruno Zevi, Jean Prouvé et Jacob Bakema.7

12Le groupe Miasto est à la recherche d’une ville absorbée par son infrastructure. Les voies de circulations ne sont plus séparées du reste des activités, comme le propose le mouvement moderne mais sont la colonne vertébrale d’une nouvelle organisation urbaine au développement quasi-biologique. Le PADOG proposait de construire sur les moyens de transport mais la vision utopique du groupe Miasto est plus proche de la mégastructure puisque les voies de circulations forment des sinusoïdes habitées de plusieurs dizaines de mètres de haut.

13Cette théorie utopique devient une théorie opérationnelle dite de la « greffe urbaine ». Elle sert de politique d’aménagement pour réaliser l’extension des communes de la ville nouvelle. Sénart se développe par Zones d’Aménagement Concerté dont l’objectif est de concilier les acteurs politiques locaux (SAN) et nationaux (Préfet) ainsi que les acteurs opérationnels institutionnels (EPA) et privés (Promoteurs).

Texte officiel

  • 8  Code de l’urbanisme (partie législative); Chapitre I : Zones d'aménagement concerté ; Article L311 (...)

Les zones d'aménagement concerté sont les zones à l'intérieur desquelles une collectivité publique ou un établissement public y ayant vocation décide d'intervenir pour réaliser ou faire réaliser l'aménagement et l'équipement des terrains, notamment de ceux que cette collectivité ou cet établissement a acquis ou acquerra en vue de les céder ou de les concéder ultérieurement à des utilisateurs publics ou privés.8

14La promotion immobilière privée investit dans les ZAC. Celles-ci donnent, lotissement après lotissement, figure à la ville. C’est un grand projet pavillonnaire qui se réalise. La ville verte, construite dans les champs, est une utopie accessible et abordable. Elle s’impose de fait. De plus, l’aspect paysagé le plus singulier de la ville vient d’une contrainte naturelle hydrologique, sans avoir été pensé par aucun utopiste.

Coupure de presse

[…] La cinquième ville nouvelle du bassin parisien offre à ses habitants de larges plans d’eau. Ils procurent ainsi aux résidents, un cadre de vie agréable, leur permettant de se livrer à diverses activités, tels que le modélisme ou la pêche.

À l’origine, ces étangs ont été conçus pour une fonction technique importante : la régulation. Tous les bassins existant à Melun-Sénart et sur la commune de Savigny-le-Temple sont artificiels. Ils permettent d’absorber et de stocker l’excédent d’eaux pluviales. […]

La question qui s’est ensuite posée a été de faire de ces bassins artificiels, des plans d’eau assez proche de la nature, permettant de trouver un équilibre sur le plan écologique. Cet objectif semble atteint.

Ainsi, à l’heure actuelle, la faune et la flore sont présentes et diversifiées (Anonyme, 1980).

15En 1983, Melun et sept autres communes quittent le projet de ville nouvelle. En 1985, le SDAU de 1975 arrive à son terme et le grand projet Sénart peut sortir de quarantaine. L’EPA et le SAN lancent un concours international d’idée pour l’aménagement de l’Espace Central. Après avoir développé la périphérie pendant plus de dix ans, les aménageurs vont pouvoir travailler à la construction d’un centre.

Extrait de présentation

Après quinze années d’existence, Melun-Sénart veut organiser son développement de façon différente en créant un espace central répondant à un double objectif :

- Constituer un lieu regroupant des activités et des équipements de haut niveau nécessaires au bon fonctionnement de l’ensemble de la ville.

- Répondre à des besoins plus larges que ceux de la ville nouvelle grâce à une offre d’espaces capables d’accueillir de nouvelles opportunités pour constituer un pôle économique de la ville.

16Le programme du concours d’idées international est lancé en 1987. Il s’agit de communiquer autour d’un nouveau projet et de mobiliser un maximum d’acteurs : l’État, la région, les communes voisines, les promoteurs, les industriels, les habitants actuels et futurs.

17Les deux projets gagnants ex æquo répondent aux besoins de communication des aménageurs de Sénart. Ils sont basés sur des thèmes porteurs et proposent un avenir grandiose : le jardin, la métropole, l’éducation et l’économie.

18Le projet emmené par Alain Sarfati et Witold Zandfos propose de créer trois axes thématiques : selon l’axe de l’allée royale nord-sud une zone d’enseignement, selon l’axe de la RN6 une zone d’activité et selon l’axe est-ouest une zone de jardin. Ces trois zones se percutent et expriment très bien la quête du projet suburbain : investir pour les enfants, participer à la croissance économique et sacraliser la nature. L’espace végétal servira à organiser un festival international des jardins. L’équipe a anticipé les attentes du concours et connaît le contexte opérationnel complexe dans lequel devra se développer le projet. Le zoning et les thèmes proposés ainsi que son rendu en imagerie 3D en font alors un parfait outil de communication.

19Coop Himmelblau, l’autre groupe lauréat du concours, propose un projet inspiré par le processus chaotique de formation de l’univers urbain. Basé sur les infrastructures, le projet propose de percuter des routes, des immeubles de grande hauteur et des pavillons. Pour les concepteurs, la ville est un événement explosif.

20Ainsi, les deux projets exposent les ambiguïtés de la ville nouvelle : devenir une ville métropolitaine et rester une ville de jardins. Le projet Sénart est l’utopie d’une métropole suburbaine.

21Deux autres projets sont particulièrement intéressants dans ce concours. Celui de l’OMA propose une approche plus pragmatique qui intègre les qualités du paysage (le vide et la nature) et propose une stratégie de développement conjuguant dirigisme et laisser-faire. On définit des zones de vide plutôt que des zones de plein. On contient l’expansion suburbaine plutôt que de la dessiner comme le proposent les lauréats. Après avoir défini les zones à sauvegarder comme vide « plein de nature », la ville peut se développer et se densifier tout en étant traversée par une campagne préservée.

22L’équipe Viguier-Jodry soulève le problème du projet commun, de l’identité de la ville et de son attractivité régionale en organisant la ville autour d’un lac de un kilomètre de diamètre.

23Par la suite, les lauréats sont invités à fusionner leurs projets. Ces recherches théoriques ne débouchent sur aucun projet opérationnel. Le concours pour le projet Sénart se résume à une campagne de communication sur les ambitions d’un ensemble de dix communes qui n’arrive pas à se définir un avenir commun. L’État tarde à construire les infrastructures de transport nécessaires (le prolongement d’une ligne de RER, l’autoroute A5 et une gare de TGV). Les industriels ne sont pas séduits par la localisation de Sénart. Les perspectives d’emploi restent faibles, mais les habitants se font de plus en plus nombreux et viennent trouver à Sénart une maison à la campagne. Cependant, les dirigeants de l’EPA et du SAN veulent remplir leur mission : bâtir une ville.

24Le projet Sénart est un échec pour l’État. Mais l’investissement foncier fait au début de l’aventure incite les pouvoirs publics à poursuivre le développement. Les investisseurs semblent intéressés par Sénart qui sera bientôt reliée à Paris par l’autoroute. Ils proposent de construire un centre commercial géant nommé « Francilia ». Le centre manquant de la ville ne sera pas une agora comme l’auraient rêvé les urbanistes mais plutôt un marché climatisé. Cependant, il ne sera pas posé au milieu d’une étendue de parking mais fondu dans un ensemble urbain avec des logements, des activités et un grand lac.

Coupure de presse

La ville de Melun-Sénart a été choisie hier, par le Premier Ministre Michel Rocard pour accueillir le futur grand stade, d’une capacité de 80 000 places, dans la perspective de la candidature de la France à l’organisation de la coupe du monde de football de 1998, a annoncé Matignon(Anonyme, 1991).

25Avec le projet de Grand Stade, l’État donne une nouvelle impulsion au projet Sénart. Le concours d’architecture prime le projet de Dominique Perrault.

Extrait de présentation de l’architecte

Présence et absence du stade, telle est la question urbaine, « quadrature du cercle » qu’il convient de résoudre. Présence d’un équipement sportif majeur, sur le plan national et mondial, qui entraînera avec lui la médiatisation de Melun-Sénart, donc, une part d’existence et de reconnaissance pour la ville au regard de l’aménagement du territoire. Absence du même équipement sportif souhaité lorsqu’il est vide et qu’il stérilise, avec son immense cortège de parkings, un vaste espace central en cœur de ville, volonté de le soustraire.

Le parti urbain cherche à intégrer dans un même morceau de paysage quatre équipements géants : un échangeur, un grand stade, le stade d’entraînement et les milliers de places de stationnement. À partir de la notion de paysage traité en terme contemporain, sans complaisance écologique, mais avec le respect de ce qui est précieux en cœur de ville, à savoir le vide, nous avons bâti une figure symbolique qui fonde la cité autour d’un lieu de nature. Ainsi, la notion de paysage au sens large, des retrouvailles de la Nature et de la Ville nous semble être le lieu et le lien qui concourront à la fondation d’une identité propre à Melun-Sénart (Perrault, 1999).

26Au fur et à mesure que le projet Sénart grossit ou maigrit, on distingue des idées qui resurgissent. Ici, ce sont celles déjà évoquées par les projets de Rem Koolhaas et Jean-Paul Viguier. Le vide à préserver au cœur de la ville, du premier, prend la forme d’un carré, d’une sorte de Central Park. La centralité touristique d’un plan d’eau, du second, est l’enjeu du projet sportif.

27En 1992, la France se voit attribuer l’organisation de la Coupe du monde de football 1998. En 1993, le gouvernement change de bord politique. Sénart, ville de gauche, se voit retirer le projet de stade qui est rapproché de Paris alors dirigée par Jacques Chirac. Le centre commercial Francilia est fortement contesté par les petits commerçants locaux et un groupement d’élus. L’abandon du projet du Grand Stade et les oppositions locales ont raison de la ZAC de Servigny qui devait permettre la construction de ces équipements et d’un grand Lac.

28Suite à l’arrêt de ces projets, l’État missionne M. Villain, inspecteur général des finances, pour enquêter sur les perspectives de développement de Sénart et l’éventuel arrêt du projet de ville nouvelle. Fin 1995, le projet de Sénart qui semblait relancé avec des projets d’envergure n’a plus de direction à suivre. Une nouvelle équipe est formée au sein l’EPA à la tête de laquelle Sabine Baïetto-Beysson est nommée fin 1993.

Ville vernaculaire

Extrait d’entretien

Le rapport Villain de 93, a débouché sur l’idée qu’il y a à Sénart beaucoup de foncier public et un enjeu de territoire. […] À l’époque, il y avait le grand stade, le grand lac, le grand centre commercial, le grand festival des jardins, tout était grand, trop grand. Une nouvelle directrice est nommée, Madame Baïetto-Beysson, qui m’a demandé de venir travailler avec elle. À cette époque, on se demandait bien ce qu’on allait faire. […]

J’ai produit cette idée du Carré Sénart […] callée sur le suburbain dont le principe était de dire : il y a un territoire avec deux forêts, un fleuve, dix identités communales qui n’ont jamais rien voulu mettre en commun. Par ailleurs, il y avait la sempiternelle question du centre que j’ai évacuée très vite. Centre, centre ville, je ne sais pas ce que c’est. […] Le territoire était enclavé. Le désenclavement n’arrive qu’en 1991 avec la Francilienne, 1995 avec les autoroutes et le RER. Avant, il était impossible de faire du développement économique. Il fallait vraiment avoir envie de venir ici.

  • 9  Entretien réalisé avec François Tirot en juillet 2009 par l’auteur dans les locaux de l’EPA Sénart

[…] Il s’agissait plus d’un problème de vide que de plein […]. Il ne fallait pas me demander ce que serait ce nouvel espace. Il pouvait avoir une forme carrée, être fait avec des alignements d’arbres, de l’eau, de la végétation. On pouvait créer une trame, système pratique qui supporterait l’arrivée d’un certain nombre d’éléments de programme […]. L’idée du Carré, c’était essentiellement de dire « c’est là que ça se passe et pas ailleurs » afin d’éviter une sorte d’épandage.9

29Suite au rapport Villain, l’État redevient moteur en améliorant les connexions de Sénart (autoroutes et RER) qui lui faisaient défaut jusqu’ici. Une nouvelle équipe se met en place à l’EPA, emmenée par une directrice motivée qui compte faire du projet Sénart une nouvelle réussite dans son parcours professionnel.

Figure 3. Aménagements du Carré Sénart

Figure 3. Aménagements du Carré Sénart

Source : Google Earth

30Pour s’inscrire dans le paysage et les mentalités, François Tirot reprend une à une les étapes de formation d’une ville : 1). Choisir un endroit stratégique en s’inscrivant entre deux forêts et l’Allée Royale ; 2). Marquer les limites d’un territoire par un acte visible dans le paysage ; 3). Construire une infrastructure pour viabiliser l’espace choisi : la trame. Ce processus simple rappelle celui des Romains et de leur ville générique carrée construite sur le croisement de deux rues principales. Le projet du Carré Sénart mesure 1,4 km de côté et est redécoupé en parcelles de 120 m de côté. Il est aménagé notamment par deux grands bassins longitudinaux et de nombreux espaces verts.

Coupure de presse

Francilia — 53 000m2 de surface de vente – reste à l’ordre du jour. C’était pourtant l’une des pierres d’achoppement du précédent projet. […]

L’ancien maire de Lieusaint, Christiane Legras . […] « Quand la machine est en marche, on ne peut plus l’arrêter. Il ne faut pas faire aboutir ce projet ! Il va accroître l’insécurité et le déficit entre l’emploi et l’habitat. Tout ceci ne répond qu’à des aspirations financières et aux besoins de Paris de construire une grande banlieue » estime celle qui reste toujours membre de l’association anti-Francilia.

Quant à Christian Gutierrez, le successeur de Christiane Legras, il reste lui aussi prudent : « Il y a trois points sur lesquels nous resterons intransigeants quant à ce projet : l’aide de l’État, la concertation de la population et le développement économique pour éviter la catastrophe. ».

Difficile d’urbaniser deux cent cinquante hectares de terrain en toute quiétude. Même s’il ne s’agit que d’un embryon, la maquette présentée par l’établissement public d’aménagement (EPA) de la ville nouvelle trouve a déjà ses détracteurs. Parmi eux, l’association de défense de l’environnement (ADE) de Sénart. Son président, Claude Delhomme, demande à tous des maires « de refuser cette ZAC clé en main. » […]

Claude Delhomme ne cache pas ses craintes : « Le discours est toujours enchanteur, la description idyllique. La réalité est souvent tout autre… Les dés sont pipés. Ce projet, l’œuvre de technocrates, ressemble à une copie légèrement modifiée de la ZAC de Servigny. On y retrouve le même centre commercial » (Schneider, 1995).

31Le projet mobilise autour de lui aussi bien partisans que détracteurs qui produisent chacun leur version. Les attaques fusent et se concentrent sur les objets de représentation du futur (la maquette), les acteurs qui sont à l’origine de leur production (l’État, les technocrates) et leurs intentionnalités supposées (aspirations financières, besoins de Paris). Les opposants locaux s’érigent contre le projet et forment un autre discours autour de celui-ci (insécurité, déficit d’emploi, dommages écologiques).

32Le temps presse. Une autorisation d’urbanisme commercial a été accordée pour construire Francilia. Elle doit être utilisée par l’EPA pour lancer la réalisation du cœur de ville dont le centre commercial serait le premier équipement.

33Par ailleurs le projet de François Tirot pour s’inscrire dans le territoire et son histoire commence par la mise en valeur de l’Allée Royale avec des séquoias régulièrement plantés le long des 5 km de l’allée. À l’époque il s’agissait de séduire le Roi, aujourd’hui, il s’agit de faire adhérer les habitants au projet de l’EPA. L’acte est spectaculaire et symbolique. Pour marquer le paysage, on importe une essence venue d’Amérique à l’instar du modèle suburbain fait de pavillons et de centres commerciaux.

34L’essence des arbres pose une nouvelle controverse ajoutant de nouveaux acteurs dans le projet : les techniciens de l’ONF et de l’Agence des espaces verts. Se pose un problème technique sur la viabilité de l’essence et un problème d’usage. Précédemment accusé de produire des nuisances sur l’environnement, le projet, avec la plantation de l’Allée Royale permet à l’EPA de reprendre la main sur cette question.

Coupure de presse

Le conseil d’administration de l’établissement public d’aménagement (EPA) de Sénart vient de se prononcer en faveur de la réalisation de la ZAC du Carré. […]

Après les élus et les urbanistes, la parole sera donc aux habitants et aux associations. Puis au préfet, chargé de donner ou non le feu vert définitif, en fonction des remarques émises. Ce dossier engage tout l’avenir de Sénart. La ZAC du Carré s’étalera sur 230 hectares, entre Savigny, Lieusaint et Saint-Pierre-du-Perray (Essonne). Une ville dans la ville nouvelle. En perspective, autour de quinze mille habitants, quatre mille logements (dont les trois quarts en collectif, sur quatre niveaux maximums), une gare RER à côté de la ferme de Servigny, des équipements publics (écoles, stades, administrations, salles de spectacle), la création escomptée de neuf mille cinq cents emplois.

[…] Quoi qu’il en soit, l’EPA se donne pour objectif d’entamer le préverdissement du terrain dans un an (Schneider, 1995).

35Le projet d’aménagement se stabilise. On sait de quoi il se compose et quelle est son ambition : faire « une ville dans la ville ». Jusqu’ici plusieurs interprétations ont été relayées dans les journaux. Pour l’État, le projet Sénart est une réserve foncière à viabiliser en améliorant ses connexions. Pour l’EPA, le projet est l’inscription dans le territoire d’un espace carré « ouvert ». Pour les élus, c’est un projet participatif qui se développe autour d’une maquette et d’une consultation publique. Pour Unibail (principal investisseur), c’est une autorisation de construire une surface commerciale. Pour les opposants, c’est une nuisance pour l’économie locale et l’environnement. Pour l’ONF et l’Agence des espaces verts, c’est une étude de faisabilité de sylviculture et d’usage. Chaque groupe pose sa propre interprétation et le projet devient un composé de toutes ces versions.

36En 1997, le préfet valide la création de la ZAC et autorise la poursuite du processus d’aménagement. La stratégie de la nouvelle équipe de l’EPA et du SAN a fonctionné. Le projet étant moins défini et plus ouvert aux évolutions que les précédents, il lui est plus facile de traverser la tempête des controverses. La redistribution des géographies a également été judicieuse : le projet n’est plus un simple plan de l’État, défini à Paris et qui s’impose à Sénart ; il n’est plus un Espace Central initié par les acteurs locaux pour attirer l’attention à l’échelle internationale ; il n’est plus un Grand Projet national comme le Grand Stade. Il est conçu par des acteurs installés sur le territoire de Sénart et qui vise à satisfaire des usages locaux et régionaux.

Extrait d’entretien

Le projet du Carré sort grâce à Unibail. Précédemment, les acteurs investisseurs et promoteurs, étaient la Caisse des dépôts et la Société des centres commerciaux de Jean Louis Solal. Ceux-ci manquaient un peu de puissance par rapport à la problématique. Avec l’arrivée d’Unibail, tout a changé de braquet. Cette société arrive quelque part pour faire. On ne discute plus. On ne parle plus d’argent. L’argent est là de toute façon. Un rouleau compresseur. Très expérimentée dans le commerce, Unibail avait envie de faire un centre commercial d’une génération nouvelle.

  • 10  Entretien réalisé avec Jean-Paul Viguier à son agence en juillet 2009.

De l’autre côté, Mme Baïetto-Beysson est une femme très énergique qui change de vitesse, elle aussi. Avant son arrivée, j’avais entendu pendant dix ans : « on a le temps, on va faire une étude, on va lancer un concours. »10

37La reconfiguration des acteurs moteur du projet lui donne une consistance plus solide. Les décisions administratives limitent l’influence des opposants. La stratégie souple utilisée jusque là pour gérer la tempête fait place à une méthode plus forte.

38Coupures de presse

39Mercredi 17 mai, Cyrille Schott, préfet de Seine-et-Marne, Jean-Jacques Fournier, président du SAN de Sénart, et Léon Bressler, président d’Unibail, principal investisseur, ont inauguré la pose de la première pierre du Carré Sénart. Centre commercial, espace tertiaire et lieu de vie, il constitue le futur centre de l’agglomération sénartaise (D., 2000).

40Le centre ouvre enfin. Son aura publicitaire et son affluence vont aider la ville à se construire. Le projet Sénart se compose des éléments génériques suburbains (autoroutes, pavillons, centres commerciaux, zones industrielles et parc d’activités) auxquels est ajouté un espace nouveau en train de se définir. Ce n’est pas un centre ville habituel mais un lieu qui concentre des équipements à usage collectif habituellement étalés.

41Le centre commercial est dit de « nouvelle génération ». Il offre un panel large : crèche, poney club, surveillance du parking, médecin, toilettes, zones de repos aménagées… Il est thématisé autour de l’idée de Nature : une grande éolienne alimente une partie du centre, les sas sont sonorisés avec des chants d’oiseaux, des empreintes d’animaux sont simulées sur le sol, un grand atrium central est planté de vrais arbres… Les visiteurs viennent au centre comme on « va en ville » pour se balader et prendre du bon temps dans un espace climatisé mais paradoxalement dédié à la nature, malgré cela c’est un centre commercial très agréable où l’on ressent un grand souci du détail et du service.

La forme de la ville à venir

42Avec l’histoire du projet Sénart, j’ai suivi la constitution d’une ville dont la population est passée de 18 000 habitants en 1968 à plus de 100 000 aujourd’hui. Initialement lancée et développée comme une expérimentation urbaine quasiment utopique, Sénart est, au fil des controverses, devenue une ville de plus en plus vernaculaire. Les projets planifiés depuis de hautes instances de l’État et projetés selon des théories urbanistiques utopistes se sont heurtés aux forces de contradictions de la société démocratique. Les mécanismes de construction de la ville et les projets urbains se sont adaptés pour intégrer les demandes souvent contradictoires des personnages politiques, des habitants, des commerçants et des concepteurs. Les projets expérimentaux du modernisme ont perdu leur dimension héroïque et se sont finalement construits à travers les mécanismes consensuels de la démocratie. La planification urbaine à grande échelle menée par l’état et les savants de la profession a laissé place à un urbanisme d’interventions localisées générées par des collectifs hétérogènes. Dans le même mouvement, l’espace public idéal de la place de la mairie ou de l’église à été supplanté par le mail commercial.

43Cette aventure a engagé une multitude d’acteurs. Ils ont travaillé à l’inscription de leurs ambitions dans le projet de sa conception jusqu’à sa réalisation. D’innombrables controverses ont présidé à son développement. Elles l’ont orienté (la révision du premier schéma d’urbanisation), l’ont arrêté (l’abandon de la ZAC de Servigny) ou l’ont enrichi (la trame ouverte du Carré). L’enthousiasme de certains (Unibail et l’EPA) a réussi à se propager et à mobiliser les acteurs nécessaires à son développement (habitants, commerçants, préfets, investisseurs, État). La capacité à proposer sans cesse de nouvelles idées face aux difficultés a finalement permis la réalisation du projet. La répétition d’un « vouloir faire » la ville a fini par créer un événement majeur induisant un changement de nature du lieu, une identité propre à cette ville se forme. À travers des réseaux d’acteurs complexes Sénart s’est construite sans suivre de théories identifiées. Une juste répartition des géographies a fait du Carré un lieu à l’usage des Sénartais et capable de rayonner au niveau régional. Sénart a finalement été faite par des ingénieurs, des commerçants, des élus locaux plutôt que par l’État, des artistes ou des personnages célèbres. C’est une ville vernaculaire du XXe siècle.

44Si le projet a constamment évolué sous la pression des différents acteurs, il semble avoir aujourd’hui acquis une certaine stabilité. On peut lister les différentes commandes qui ont été passées aux aménageurs :

  1. Créer une ville satellite de Paris

  2. Créer des villages satellites d’Evry et Melun

  3. Créer des ZAC de logements, d’activités et industrielles

  4. Créer une ville verte irriguée par des bassins de rétention à ciel ouvert

  5. Créer une ville métropolitaine dans un jardin

  6. Créer un stade, un grand centre commercial, un grand lac, des logements…

  7. Ne pas créer une catastrophe écologique et économique

  8. Créer un lieu et un centre commercial inscrit dans un territoire

  9. Créer un nouvel espace de centralité suburbaine

45Pour concilier ces différentes demandes, les concepteurs ont fait une multitude de projets dont certaines idées ont été retenues et sont passées d’un projet à un autre. Elles se retrouvent aujourd’hui dans le Carré Sénart et pourraient être reprises pour d’autres aménagements suburbains :

  1. La définition du vide est plus stratégique que celle du plein (Koolhaas et Tirot).

  2. Le travail sur le paysage est plus à même d’instituer un territoire et de susciter l’adhésion que les plans d’aménagement (Festival des jardins du projet Sarfati et Zandfos, bassins de rétentions, Allée Royale).

  3. Un projet sous-défini est capable de traverser les controverses. Il peut se transformer tout en renforçant son identité (Trame carrée de l’EPA).

46L’étude du projet Sénart montre que l’environnement suburbain se construit par addition de zones (ZAC) mises en réseau (autoroutes, RER). Le Carré Sénart suit cette logique. Au lieu de tenter l’impossible unification de dix communes, il ajoute une nouvelle zone, un nouveau parc suburbain. Comme un parc à thème, il lui est affecté un imaginaire : la ville à la campagne. Ce thème se définit au fur et à mesure du remplissage de la trame. Le nouveau parc repose sur un principe de décentralisation concentrée. C’est un nouveau point du réseau suburbain, différent des centres existants, où vont être réunies les activités régionales. Plus généralement, on peut avancer que la ville suburbaine est la première génération d’un nouvel environnement réunissant ville et nature. Ce projet n’est pas encore stabilisé et est encore controversé sur ses aspects écologiques, sociaux et esthétiques.

47Un centre commercial d’une nouvelle génération a été le premier projet à s’insérer dans la trame du Carré Sénart dont il a repris le nom. Sa réalisation fut l’impulsion nécessaire au nouvel aménagement. L’État n’a pu fournir à Sénart un équipement capable de marquer le territoire. Cependant, l’installation du centre commercial s’est faîte en partenariat avec les pouvoirs politiques locaux, obtenant ensemble toutes les autorisations le légitimant. Le centre commercial est ainsi devenu l’emblème de Sénart. Si les enseignes multinationales peuvent réaliser leurs projets aux centres des villes, plus efficacement que la puissance publique seule, c’est qu’elles maîtrisent les processus de projet. Ces firmes ont un but unique et identifié, concevoir des espaces de confort aptes à mettre les visiteurs en position de consommateur en suscitant l’achat impulsif. De leur côté, les aménageurs publics cherchent à générer un urbanisme répondant à une multitude d’ambitions qu’on ne sait ni définir ni imposer.

48Le thème de la Nature choisi pour développer le centre commercial est révélateur. Il est efficace tant pour rassembler autour d’un projet urbain (les bassins de Sénart, son Allée Royale, ses nouveaux projets écologiques) que pour conditionner et séduire les visiteurs de la galerie marchande. Cet imaginaire autour duquel se développera une nouvelle génération d’aménagements suburbains est désormais explicite.

Top of page

Bibliography

Anonyme. 1980. Les plans d’eau de Melun-Sénart : un rôle technique et écologique, La république de Seine-et-Marne, 20 octobre.

Anonyme. 1991. Grand stade : Matignon a choisi Melun-Sénart, Le Quotidien de Paris, 16 février.

Ascher F. 2001. Les nouveaux principes de l’urbanisme. Paris, Aube.

Akrich M. 1987. Comment décrire les objets techniques ? Techniques & Culture 9 : 49-64.

Akrich M. 1987. Comment les innovations réussissent ?. Recherche et Technologie, 4 : 26-34. http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00081504

Bédarida M. 1999. De la ville nouvelle à l’exurbia, Urbanisme hors-série 11 : 6-23.

Berque A. (dir.) 2006. La ville insoutenable. Paris, Belin.

Bijker W. E. 1990. The social construction of technology. Enschede, Drukkerij Alfa.

Blanquart P. 1997. Une histoire de la ville, Pour repenser la société. Paris, La Découverte.

Callon M. 1996. Le travail de la conception en architecture, Situations, Les cahiers de la recherche architecturale 37 : 25-35.

Clerc D., Chalon C., Magnin G., Vouillot H. 2008. Pour un nouvel urbanisme. La ville au cœur du développement durable. Paris, Editions Adels et Yves Michel.

D. A. 2000. Un symbole d’envergure pour la ville nouvelle, La République de Seine-et-Marne, 22 mai.

Dégoutin S. 2006. Prisonniers volontaires du rêve américain. Paris, Editions de la Villette.

Duany A., Plater-Zyberk E., Speck J. 2000. Suburban nation. The rise of sprawl and the decline of the American dream. New York, North Point Press.

Geyter X. de. 2002. After sprawl. Rotterdam, Nai Publishers.

Gottdiener M. 2001. The theming of America, Boulder, Westview Press.

Greene R. 2009. Power. Paris, LEDUC.S.

Jackson J.B. 2003. À la découverte du paysage vernaculaire. Actes Sud, ENSP

Koolhaas R. 1995. Surrender. Ville Nouvelle Melun-Sénart, France, Competition, 1987 in S,M,L,XL. New York, The Monacelli Press.

Latour B. 1992. Aramis, ou l’amour des techniques. Paris, La Découverte.

Latour B. 2006. Changer de société, refaire de la sociologie. Paris, La Découverte.

Latour B., Yaneva A. 2008. Give me a gun and I will make all buildings move. An ANT’s view of Architecture, in Geiser R. (dir.) Explorations in Architecture: Teaching, Design, Research. Bâle, Birkhäuser.

Lévy J. 1999. Le tournant géographique. Paris, Belin.

Mangin D. 2004. La ville franchisée. Formes et structures de la ville contemporaine. Paris, Editions de la Villette.

Maumi C. 2008. Usonia ou le mythe de la ville-nature américaine. Paris, Editions de la Villette.

Perrault D. 1999. WITH. Bâle, Birkhäuser.

Roux E., Vanier M. (dirs) 2008. La périurbanisation : problématique et perspectives. Paris,La Documentation française.

Rowe C., Koetter F. 2002. Collage city. Gollion, Infolio Editions.

S.A., 29 août 2003. Implantation réussie pour le Carré-Sénart, Métro.

Schneider B. 28 et 29 octobre 1995. Sénart revoit sa copie, Le Parisien 77.

Schneider B. 14 octobre 1996. Sénart : le futur centre franchit un nouveau cap, Le Parisien 77.

Sieverts T. 2004. Entre-ville. Paris, Editions Parenthèses.

Sloterdijk P. 2005. Ecumes. Paris, Maren Sell Editeurs.

Sloterdijk P. 2006. Le palais de cristal. Paris, Maren Sell Editeurs.

Tirot F. 2003. Le Carré. Paris, Intégral Studio.

Yaneva A. 2009, The Making of a Building, A Pragmatist Approach to Architecture Bern, Peter Lang AG, International Academic Publishers.

Top of page

Notes

1  Sénart est le nom actuel de la ville nouvelle. Elle regroupe dix communes du sud-est parisien. Bien que le projet de ville ait eu plusieurs noms au cours de son histoire (Tigery-Lieusaint jusqu’en 1975 puis Melun-Sénart jusqu’en 92 et enfin Sénart), je garderai celui de Sénart quelle que soit l’époque.

2  L’autorité en charge de ce plan est le Comité d’Aménagement de la Région Parisienne (CARP), rattaché au Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme et assisté d’un service technique, le SARP (Service d’Aménagement de la Région Parisienne) intégré au même ministère.

3  À titre de comparaison, la distinction actuelle entre plan d’occupation des sols et schémas directeurs fonctionne sur ce principe.

4  Marc Bédaria est architecte. Il enseigne l’histoire et la théorie de l’architecture à l’école d’architecture de Paris La Villette.

5  Le Syndicat d’Agglomération Nouvelle est l’équivalent de la Mairie de la Ville Nouvelle.

6  Miasto a été formé de 1965 à 1970 par Jan Karczewski, Michel Lefebvre et Witold Zandfos.

7  Les autres concurrents étaient notamment Aldo Rossi, Yona Friedman, Philippe Panerai, Gunther Domenig.

8  Code de l’urbanisme (partie législative); Chapitre I : Zones d'aménagement concerté ; Article L311-1.

9  Entretien réalisé avec François Tirot en juillet 2009 par l’auteur dans les locaux de l’EPA Sénart.

10  Entretien réalisé avec Jean-Paul Viguier à son agence en juillet 2009.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Sénart et Paris
Credits Source : Google Earth
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1393/img-1.jpg
File image/jpeg, 152k
Title Figure 2. Sénart
Credits Source : Google Earth
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1393/img-2.jpg
File image/jpeg, 152k
Title Figure 3. Aménagements du Carré Sénart
Credits Source : Google Earth
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1393/img-3.jpg
File image/jpeg, 336k
Top of page

References

Electronic reference

Emeric Lambert, « Faire la ville suburbaine. Le projet Sénart », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 5 | 2009, Online since 25 April 2010, connection on 28 March 2017. URL : http://articulo.revues.org/1393 ; DOI : 10.4000/articulo.1393

Top of page

About the author

Emeric Lambert

Emeric Lambert is an architect and a building engineer. He holds a degree from the National Institute of Applied Sciences in Lyon (INSA) and the Swiss Federal Institute of Technology of Lausanne, where he is finishing a PhD on the Suburban Environment. Since 2009, he has co-headed the architecture firm PARC ARCHITECTES, and also collaborates with Christian Hauvette, Search and Julien de Smedt / JDS Architects. He regularly lectures at the School of Architecture of Versailles. Email: emeric@emericlambert.com

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org