Skip to navigation – Site map
Le périurbain : un espace sous tension ?

Modes de vie et politiques municipales : regards sur le milieu périurbain montréalais

Lifestyles and municipal policies: a perspective on suburban space in Montreal
Sandra Breux and Laurence Bherer

Abstracts

This paper builds on a critical reading of the work of Alan Walks as well as on exploratory fieldwork conducted in a Montreal suburban municipality. It aims at showing that municipal boundaries constitute strong ideological markers, which may account for the differing values associated with central and suburban neighbourhoods. In this respect, analyzing public policies adopted by suburban municipalities allows seizing the importance of municipal boundaries and the values they convey.

Top of page

Full text

Introduction

1Une enquête réalisée au Québec avec 20 ans d’écart démontre que l’attachement à l’univers citadin ou suburbain s’est consolidé au fil des ans (Bédard et Fortin, 2004 ; Fortin et Bédard, 2002). Cet attachement a en effet progressé entre les deux moments de l’enquête et ce, même si les personnes interviewées reconnaissent les avantages (surtout de la banlieue) et les désavantages (surtout de la ville) des quartiers de leurs vis-à-vis. Les urbains et les suburbains sont donc plus enclins à partager des représentations sociales de l’espace somme toute similaires — la banlieue est un endroit plus agréable à vivre — mais les citadins préfèrent malgré tout demeurer en ville, parce qu’ils affirment avoir un certain goût pour la quotidienneté dans les espaces publics. Les citadins et les suburbains expriment ainsi leur adhésion à la ville en général ou à la banlieue en général mais pas aux deux en même temps. Ainsi le choix de résider en banlieue ou au sein de quartiers centraux n’est pas anodin et répond à une logique identitaire forte (Fortin et Bédard, 2002 ; Feldman, 1990).

2La consolidation des identités urbaines et suburbaines peut-elle expliquer les clivages politiques croissants à l’échelle métropolitaine au Canada ? C’est du moins ce qu’avance le géographe canadien Alan Walks, qui, à partir d’une revue des écrits exhaustive, a testé sept raisons pouvant expliquer le fait que depuis les années 1980, les citadins de Vancouver, Toronto et Montréal ont tendance à voter plus à gauche, alors que les suburbains optent pour des partis politiques plus à droite (Walks, 2004). Son enquête par questionnaire auprès des habitants d’un district électoral torontois démontre que le choix d’un quartier n’est pas politiquement neutre : en préférant habiter dans un quartier plutôt qu’un autre, les résidants choisissent de vivre auprès de gens qui ont des valeurs et un mode de vie semblables aux leurs (Walks, 2006). Ce serait donc davantage la figure de l’ « entre-soi », qui « porte en [elle] l’objectif ambitieux de “faire” communauté » (Chevalier et Carballo, 2004 : 333) qui se profilerait. C’est particulièrement le cas des citadins qui n’hésitent pas à invoquer des valeurs d’empathie et de solidarité dans le fait d’habiter dans les quartiers centraux. En somme, le territoire serait un facteur de distinction idéologique. Il est également à noter que ce phénomène n’est pas propre au Canada : de mêmes tendances se dessinent aux Etats-Unis (Gainsborough, 2005) et en Europe (Lévy, 2003a).

3Toutefois, on peut se demander qu’est-ce qui fait qu’on associe des valeurs différentes à des territoires urbains ? Quel est le critère qui différencie idéologiquement les quartiers centraux des quartiers suburbains ? Le clivage politique vient-il plus des valeurs attachées aux différences morphologiques ou aux différences institutionnelles ? À partir d’une lecture critique de Walks, nous voulons démontrer dans cet article que les frontières municipales demeurent des marqueurs idéologiques forts. En adoptant des politiques publiques qui les différencient de leurs voisines, les municipalités alimentent une représentation spécifique de la communauté politique qui est ensuite diffusée et renforcée par les citoyens et les groupes de ces municipalités, particulièrement en milieu suburbain où la compétition est forte entre les municipalités pour attirer des nouveaux résidants (Fischel, 2001). À titre d’exemple, nombreuses sont les villes situées en bordure de Montréal qui mettent l’accent sur une politique spécifique dans leur portail internet : la ville de Sainte-Julie a pour slogan : « la famille au cœur de Sainte-Julie », la ville de Repentigny met en évidence le fait qu’ « acheter ici c’est du bonheur », tandis que la ville de Sainte-Thérèse s’affirme en tant que ville d’arts, de culture et de savoir.

4La question qui se pose est donc celle de savoir si les politiques publiques et les images de marque adoptées par les municipalités influencent le choix d’habitat des résidants : dans quelle mesure les politiques municipales arrivent à délimiter une communauté politique cohérente ? Notre démarche se divisera en trois parties. Dans un premier temps, nous reviendrons sur la définition de la banlieue et sur le choix d’habitat. Nous exposerons par la suite la démarche méthodologique suivie dans le cadre d’une analyse exploratoire menée dans la municipalité de Sainte-Julie, située en périphérie de Montréal. Enfin, à partir d’entretiens réalisés auprès d’acteurs municipaux divers (élus, fonctionnaires, citoyens), nous montrerons qu’il existe une relation forte entre la présence de politiques publiques spécifiques et le choix d’habitat effectué par les résidants, en lien avec les champs d’intervention les plus importants de la municipalité, l’origine des politiques adoptées et les outils développés en matière de participation locale.

Définir la ville, définir ses territoires

5Cerner les différences spatiales au sein des agglomérations se résume souvent à un seul enjeu : qu’est-ce que la banlieue ? Quelle définition opérationnelle lui donner ? Plusieurs critères d’ordre physique sont recensés dans la littérature : l’architecture, les limites municipales, l’année de construction, etc. Ces critères précis permettent d’objectiver les multiples territoires urbains et d’établir des frontières significatives au sein d’une agglomération. Toutefois, il est difficile d’utiliser un même critère pour tous les pays, notamment en raison des différences historiques en matière d’urbanisation et de formation des frontières municipales. Le choix de l’architecture a des relents déterministes décriés par plusieurs critiques du courant du Nouvel urbanisme aux Etats-Unis et au Canada (Harvey, 2000 ; Ford, 1999 ; Ouellet, 2006). Plus encore, ces approches sont insatisfaisantes car la banlieue demeure un territoire physique insaisissable, notamment du fait que le périurbain est moins un territoire fixe qu’une phase de la croissance urbaine. Des territoires classés autrefois suburbains sont maintenant fortement urbanisés et ne répondent pas aux représentations de la banlieue. Ainsi, si la définition du territoire physique est nécessaire, elle n’est pas suffisante car elle ne permet pas d’englober la réalité complexe de la banlieue. L’étude de la banlieue est moins l’investigation d’un territoire précis qu’une analyse des représentations et du projet social qui accompagnent la suburbanisation de ce territoire.

6De telles considérations rejoignent les débats sur la ville et son acception. Comme le souligne Lévy (2003b : 991), « il convient de ne pas limiter les expressions de l’objet “ville” aux seuls bâtis anciens ou aux seuls centres historiques ». Néanmoins, il convient de « concevoir la ville comme une des expressions particulières de l’urbain, la ville se présentant cette fois comme le cœur de la civilisation » (2003b : 909). Mais alors, comment déterminer quelles valeurs sont en jeu dans un quartier central par rapport à un territoire suburbain ? Quel(s) aspect(s) des territoires intra-urbains amènent une consolidation des clivages politiques et identitaires ? Répondre à cette question permettrait de mieux comprendre ce qui produit les divergences politiques entre quartiers urbains et suburbains. Walks propose deux hypothèses :

71) L’hypothèse juridictionnelle : le clivage politique est le résultat des différences municipales en matière de structures de gouvernance, de composition sociale, d’offres de services municipaux et de politiques fiscales. L’hypothèse est que les résidants choisissent de façon rationnelle l’offre municipale qui correspond le mieux à leurs valeurs : les habitants ont donc une connaissance précise des différentes municipalités. Cette proposition s’inscrit en continuité des travaux de Tiebout (1956) et supposent que les différences sont assez grandes entre les municipalités pour faire l’objet d’un choix par des résidants éventuels. Implicitement, cela suppose que l’offre municipale reflète une certaine culture politique qui convienne aux membres de la communauté. En ce sens, les frontières municipales sont l’expression d’un univers normatif cohérent. Mentionnons encore que cette proposition présume également que le marché du logement présente une certaine fluidité, permettant de fait un réel choix résidentiel.

82) L’hypothèse morphologique : le clivage politique est le résultat d’expériences de vie différentes dues aux pratiques induites par l’aménagement du territoire (que ce soit en termes de densité, de mixité des fonctions et d’offre de mobilité). Selon cette perspective, les valeurs attachées à un territoire ne proviennent pas d’une identification rationnelle faite par les résidants mais plutôt de la socialisation quotidienne qui se transforme peu à peu en vision politique. Ainsi, la culture politique d’une communauté émergerait de pratiques quotidiennes semblables.

9Pour comprendre pourquoi le territoire est le support de valeurs différentes, il faut dans le premier cas identifier les frontières municipales comme critère de différenciation (les municipalités sont le réceptacle de valeurs particulières) alors que dans le deuxième cas, il est nécessaire de délimiter des ensembles morphologiquement cohérents et de déterminer la socialisation politique issue des pratiques quotidiennes des résidants. Walks fait l’hypothèse qu’au Canada, les municipalités ne sont pas des marqueurs de distinction aussi importantes que les municipalités états-uniennes. Le statut politique marginal des communes canadiennes, la réduction importante du nombre de municipalités en raison des regroupements municipaux dans plusieurs provinces canadiennes, de même que la faible ségrégation spatiale (comparativement aux États-Unis) feraient ainsi des limites municipales des territoires idéologiques peu significatifs. Bref, pour lui, les frontières municipales ne sont pas aussi significatives qu’aux États-Unis où le phénomène de la ségrégation spatiale est fortement associé à la fragmentation municipale.

10Même s’il est vrai que les municipalités canadiennes bénéficient d’un statut politique ambigu, il nous semble réducteur de penser que les limites municipales ne sont pas porteuses de différence idéologique. Premièrement, les politiques publiques, même municipales, sont porteuses d’un ensemble de valeurs qui permettent aux municipalités de s’affirmer. Une politique publique se caractérise par le fait qu’elle émane d’un gouvernement et qu’elle vise un public spécifique. Elle promeut par ailleurs un certain nombre de valeurs qu’elle transforme en principes et/ou images (Sabatier, 1988). Enfin, elle a pour but l’atteinte d’un certain nombre d’objectifs qui nécessite la production d’actions concrètes ou de discours particuliers. Même si les municipalités canadiennes et québécoises demeurent contrôlées par les autorités provinciales, elles cherchent malgré tout à se différencier, surtout dans une agglomération comme Montréal où il y a une forte progression de la démographie en milieu périurbain. Autant une ville comme Montréal que des plus petites municipalités cherchent à développer des politiques, surtout en matière familiale et fiscale, pour attirer des résidants éventuels. De plus, les fusions municipales ont amené un nouveau climat municipal qui favorise l’adoption de politiques à fort contenu normatif qui ne sont pas traditionnellement associées aux municipalités. Deuxièmement, et dans la même veine, la compétition intermunicipale s’est sophistiquée dans les dernières années, notamment avec le développement de l’argumentaire sur la compétitivité économique des villes. Les petites villes imitent ainsi les plus grandes et cherchent également à se créer un label, une image de marque. Walks (2007: 183) reconnaît d’ailleurs qu’il est difficile de penser que l’action publique municipale est sans effet : « Of course, it may be somewhat disingenuous to disentangle the effects of municipal policy from lifestyle choices, urban aesthetics, everyday life, and self-identity, being as they are historically evolved from, and subsequently mediated through, the development of institutions such as land-use planning, local tax regimes, and the spatial division of labour ».

11Ainsi, s’il est possible de tisser un lien entre l’adoption de politiques publiques spécifiques et la mise en avant de certaines valeurs, ou bien encore d’un électorat potentiel, il s’avère pertinent d’interroger la place que peuvent détenir de telles politiques dans le choix d’habitat. Que l’on soit en milieu urbain ou en milieu périurbain, l’adoption de politiques publiques spécifiques révèle en effet les valeurs mises de l’avant par les municipalités. Ces valeurs sont susceptibles de concrétiser une partie de l’idéal de vie recherché par les individus, d’expliquer leur choix résidentiel et de conforter les choix politiques effectués par les municipalités par les comportements électoraux de leurs habitants.

12Les notions « d’habiter » et de « choix d’habitat » dépassent en effet la simple sélection d’un lieu de résidence : « le verbe habiter est riche de sens et il ne peut se limiter à l’action d’être logé : l’homme habite lorsqu’il réussit à s’orienter et à s’identifier à sa demeure, ou plus simplement lorsqu’il expérimente la signification d’un milieu » (Vassart, 2006 : 11). Certains posent même l’hypothèse selon laquelle l’habiter serait le reflet d’une dimension tant existentielle que politique (Lazzarotti, 2006). Dans un même ordre d’idées, Lévy et Lussault suggèrent que « le caractère très général, inévitablement multidimensionnel du terme […] correspond bien à ce que peut inclure une relation à l’espace » (2003 : 442) et en cela l’habiter révèle les spatialités habitantes. Plus spécifiquement, Lévy (1990 : 5) insiste sur le fait que l’habitant est un acteur qui définit son choix d’habitat, bien que nous ne soyons pas tous égaux face à ce choix : « À chaque instant, en fonction du capital dont il dispose, qui n’est pas seulement économique, mais aussi biographique, interpersonnel, sociologique, spatial… l’individu-habitant va décider s’il est opportun de réinvestir ce capital dans un déménagement ou au contraire de continuer à tenter de le valoriser sur place ».

13Plus encore, l’auteur précise sa pensée en soulignant que l’individu, en tant qu’acteur, va également se confronter à une logique politique : l’image qu’il a des différents endroits où il peut s’installer est également en lien avec la façon dont les élus agissent sur l’espace concerné. Si l’on peut certes penser que les politiques publiques sont d’abord le fruit d’une impulsion du milieu avant d’être reprises par les acteurs politiques, il n’empêche pas moins que l’adoption de ces dernières peut motiver le choix d’habitat de personnes extérieures à la municipalité car elles viennent préciser et parfois confirmer l’idéologie de la communauté. De plus, pour Lévy (1990 : 5), « dans de nombreuses situations, la relation choix individuel/action politique fonctionne alors comme un véritable échange — et non comme une simple manipulation ». Dans le cadre de cette démarche, il s’agit donc d’enrichir les études qui établissent un lien entre le lieu de résidence et le fait d’adhérer à une couleur politique spécifique. Face à l’absence de travaux établissant un lien entre la présence de politiques publiques spécifiques et le choix de résidence, la mise en place d’une analyse exploratoire s’impose. Plus encore, considérant que les actions du personnel politique sont susceptibles de construire l’image de la ville et d’influencer le choix de résidence des individus, il peut être intéressant de saisir le regard que des personnes qui s’investissent sur la scène publique d’une ville spécifique portent sur leurs actions d’une part mais également sur le choix que font les ménages de s’installer dans leur municipalité.

Le cas de Sainte-Julie : regard méthodologique

14Afin de répondre à notre questionnement, une enquête a été menée dans la municipalité de Sainte-Julie, ville située en périphérie de la métropole montréalaise et dans un arrondissement central de la ville de Montréal, le Plateau-Mont-Royal. Dans le cadre de la présente démarche, nous restreindrons notre propos au cas de Sainte-Julie. Plusieurs raisons expliquent un tel choix. Premièrement, les écrits consacrés à l’imaginaire de la banlieue au Québec traitent principalement de l’agglomération de Québec (Fortin et al., 2002). Si Walks (2007) s’est intéressé à Montréal, c’est notamment pour établir une comparaison avec la ville de Toronto. De façon générale, rares sont les écrits qui traitent de la périphérie montréalaise et plus rares encore sont les cas d’analyse spécifiques (voir toutefois Collin et Poitras, 2002 ; Charbonneau et Germain, 2002). Deuxièmement, la municipalité de Sainte-Julie fait partie de ces municipalités dont l’image de marque repose sur une politique publique spécifique, celle de la famille. Troisièmement, conformément aux études de Walks, les habitants de cette municipalité ont massivement accordé leurs votes au parti de l’Action Démocratique du Québec (ADQ) — parti à droite de l’échiquier politique — aux trois dernières élections provinciales (entre 50 et 67 %), tandis que ce même parti était boudé des électeurs du centre-ville de Montréal, plus précisément de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal (moins de 10 %).

  • 1  Il n’est pas rare au Québec, et plus précisément dans les petites municipalités, que le bassin de (...)

15En ce qui concerne les élections municipales, la mairesse de Sainte-Julie, Mme Suzanne Roy, est en poste depuis 2005. Le conseil municipal se compose de huit membres, dont sept sont membres du parti politique de la mairesse, dénommé La voix des citoyens, l’autre membre restant est conseiller indépendant. En 2005, l’ensemble du conseil municipal a été élu par acclamation1. Précisons également qu’au Québec, les partis politiques municipaux ne sont pas affiliés à un parti politique provincial ou fédéral et qu’ils ne sont pas rattachés à une couleur politique spécifique.

16La municipalité de Sainte-Julie présente des caractéristiques géographiques et démographiques spécifiques, qui rejoignent les propos de Bédard et Fortin (2004) quant au fait que les banlieues ne sont pas le simple prolongement des villes-centres. Sainte-Julie est une municipalité jeune, qui a obtenu le statut de ville au début des années 1970. La croissance de cette municipalité est principalement due à l’émergence d’un système autoroutier. La naissance des autoroutes 20 et 30 va transformer cette petite municipalité en véritable banlieue : « En 35 ans (1961-1996), le taux d’augmentation de la population atteint 1748,5 %, cette dernière passant de 1 300 à 24 030 personnes » (Ville Sainte-Julie, 2009). De nos jours, cette ville se distingue par la jeunesse de sa population et son revenu économique et social plus élevé que celui de la moyenne provinciale : la population avoisine les 30 000 habitants en 2009, la moyenne d’âge est d’environ 36 ans, le nombre de personnes détenant un diplôme d’études secondaires et supérieures est de 83,4 % (cette moyenne est de 75 % pour l’ensemble du Québec) et enfin, la moyenne du revenu par habitant est largement au dessus de la moyenne provinciale, soit 35 421 $/habitant (25 464 $ pour l’ensemble du Québec). Ainsi cette municipalité attire des ménages qui disposent d’un capital socioéconomique plus aisé que la moyenne québécoise, laissant penser que la possibilité de choisir son habitat est plus grande chez ces ménages que la moyenne provinciale.

17La ville de Sainte-Julie a adopté sa première politique familiale en l’an 2000 et l’a révisé en 2008. Cinq domaines d’intervention caractérisent cette politique : le milieu de vie physique, le milieu de vie social, le loisir et la culture, la sécurité, le transport (Sainte-Julie, Politique familiale, deuxième génération, 2008 : 13). À cette politique s’ajoute une série de plans d’actions et autres politiques qui complètent les objectifs de la politique familiale, mettant en évidence des thématiques variées (sécurité, jeunesse, culture et environnement). En comparaison avec d’autres municipalités de banlieue ou des arrondissements de la ville de Montréal, Sainte-Julie n’a pas attendu les incitatifs provinciaux pour adopter une politique familiale et surtout, elle en fait une politique phare de sa municipalité. De plus, Sainte-Julie a la particularité de mettre le thème de la famille au centre de l’ensemble des politiques publiques adoptées, la famille constitue donc un thème transversal.

18Dans ce cadre et afin de répondre à notre questionnement initial, des entretiens semi-directifs ont été menés avec différents acteurs de cette municipalité. Avant tout, il convient de rappeler que les études sur les banlieues se heurtent souvent à la faiblesse du taux de répondants sollicités, fait d’autant plus prégnant dans les milieux de petite taille comme celui de Sainte-Julie. Notre choix s’est porté sur les acteurs représentant cette ville : les élus municipaux, les journalistes des médias locaux, des citoyens résidant dans la municipalité, particulièrement engagés dans les associations locales et des fonctionnaires de la municipalité. Le principe de diversification externe a donc motivé la constitution de notre échantillon (Pires, 1997). Plus précisément, nous avons interviewé deux élus : la mairesse de la ville (qui est également préfète de la MRC) ; trois fonctionnaires œuvrant au sein de la municipalité de Sainte-Julie ; quatre citoyens, tous résidant à Sainte-Julie et deux journalistes. La profession exercée par ces citoyens a orienté le choix : agent immobilier, directeur de garderie et directeur de centre communautaire. Il s’agit donc de citoyens dont la profession est clairement impliquée dans le milieu de vie quotidien. L’objectif de cette diversité est d’obtenir des points de vue d’acteurs aux statuts différents et d’identifier les éléments susceptibles d’attirer les résidants dans cette municipalité ou de motiver le choix d’habitat. L’objectif de notre propos n’est donc pas d’interroger des résidants fraichement arrivés au sein de la municipalité, mais bien plus d’avoir le point de vue de personnes investies dans la municipalité et qui participent de fait à la construction de l’image de celle-ci, pour reprendre les propos de Lévy. L’échantillon final se compose donc de dix personnes. En dépit de la petite taille de cet échantillon, une saturation empirique des données récoltées a vite été observée.

19Les entretiens menés ont été des entretiens de profondeur durant entre 60 et 90 minutes à chaque fois. L’entretien comportait plusieurs parties, abordant des questions générales relatives à la description de la municipalité (description générale, champs d’intervention principaux, raisons qui poussent les gens à venir s’installer dans la municipalité, gouvernement municipal, défis à venir), à la politique familiale (origine, apports, financement), à la participation (démocratie participative, milieu communautaire) ainsi qu’une partie portant sur les finances de la municipalité. L’entretien accordait également une grande place au parcours biographique et géographique de la personne interrogée.

20Dans le cadre de la présente démarche, seules les réponses à quatre questions seront traitées. Premièrement, nous analyserons les réponses fournies à deux questions, qui ont été posées à l’ensemble des membres de l’échantillon : d’une part, qu’est-ce qui pousse selon vous les gens à venir s’installer à Sainte-Julie ? et d’autre part, quels sont les avantages et les inconvénients de vivre à Sainte-Julie ? Deuxièmement, deux autres questions, abordant l’origine de la politique familiale et les outils de participation publique mis en place par la ville n’ont été posées qu’aux fonctionnaires et élus de municipalité : d’une part, quelle est l’origine de la politique familiale ? et d’autre part, quels sont les outils de participation mis en œuvre par la municipalité ? Sur les traces de Mondada (2000), la classification des réponses fournies à ces questions et les catégories de sens qu’elles révèlent nous ont permis d’esquisser une réponse à nos différents questionnements.

Politique publique, choix d’habitat, choix politique : des phénomènes liés ?

21La lecture des différentes réponses apportées aux questions portant sur les raisons motivant le choix de résidence à Sainte-Julie ainsi que sur les avantages de résider au sein de cette municipalité laissent transparaître peu de distinctions entre elles : elles développent tous un même point de vue. Les réponses à la première question, relative aux raisons qui pousseraient les personnes à s’établir dans la municipalité permettent d’affirmer que le label de ville axée sur la famille joue un grand rôle dans la décision de s’installer à Sainte-Julie. Ce point de vue est partagé par tous les acteurs, quel que soit leur statut. Certaines réponses traitent également de la position géographique de la ville et de son accessibilité. Toutefois, la politique familiale se retrouve toujours dans l’ensemble des raisons fournies.

Question : Qu’est-ce qui pousse selon vous les gens à venir s’installer à Sainte-Julie ?

Citoyen : […] La ville est beaucoup axée sur la famille, elle va donner beaucoup de services, pas juste pour les jeunes, mais elle va aussi le faire pour les enfants au primaire et tout ça. Je pense que ça pour les parents, c’est probablement ça qui les attirent beaucoup.

Élu : […] C’est une banlieue, en réalité, une banlieue de classe moyenne assez aisée je dirais, tous les aspects de la tranquillité, puis surtout Sainte-Julie s’est donné un aspect très familial, l’emphase sur la famille est mis constamment. Il y a beaucoup de familles, ça ça attire encore plus de jeunes familles, essentiellement pour les jeunes couples qui prévoient avoir des enfants ou vont en avoir bientôt, Sainte-Julie, c’est une ville de rêve pour cela. Constamment je rencontre des citoyens qui viennent d’arriver et qui justifient leurs choix par cette raison : « parce que c’est une ville familiale ».

Fonctionnaire : La proximité de l’Autoroute 20 et le fait que la ville soit très attachée à la famille.

22Cette uniformité des réponses se retrouve également dans la description des avantages de vivre à Sainte-Julie. De façon générale, on insiste sur le fait que la municipalité est une ville très accueillante, tranquille et qu’il y règne un esprit particulier. Les réponses portant sur les inconvénients de résider à Sainte-Julie sont plus variées. Toutefois, la majorité de nos répondants souligne que le désavantage principal est celui du transport en commun, qui n’est pas suffisamment développé. Si la ville semble avoir fait quelques efforts pour améliorer la situation en matière de transport, la possession d’une ou plusieurs voitures semble être nécessaire lorsque l’on réside à Sainte-Julie :

Question : Quels sont les inconvénients, les défis de vivre à Sainte-Julie ?

Élu : Surtout le transport, c’est beaucoup beaucoup la question de transport.

Fonctionnaire : [La ville] améliore de plus en plus le transport en commun, c’est moins un désavantage que ça ne l’était. Ce n’est pas le même service que lorsque tu es à Boucherville où c’est plus facile d’être relié à Longueuil. Tu es quand même un peu plus loin malgré tout de Montréal que Boucherville, Saint-Hubert et toutes les villes qui sont dans la première couronne, ça c’est sûr.

Citoyen : Le transport en commun, c’est aussi clair que ça, parce que pour sortir de Sainte-Julie, ça prend un véhicule. C’est sûr qu’il y a l’épicerie, mais quelqu’un qui n’a pas de véhicule s’ennuie, c’est difficile. J’en connais des gens qui n’ont pas de véhicule et qui sont en fonction du transport en commun, le dimanche le transport en commun il n’y en a pas, après minuit, il n’y en a pas. Le midi et le soir il n’y en a pas, donc tu peux être deux heures à la station à attendre le prochain autobus.

23Les réponses fournies par les élus et les fonctionnaires aux questions portant sur l’origine de la politique familiale et la mise en place d’outils de participation publique, révèle une fois encore, une certaine uniformité. La politique familiale est décrite par les personnes interviewées comme le fruit du travail d’un membre du conseil municipal en particulier, ce que confirme celui-ci en racontant son parcours politique :

Élu : J’étais candidat(e) conseiller(e) indépendant(e) et j’ai été élu(e) en disant qu’on peut faire plus afin de faire de la municipalité un milieu de vie exceptionnel, et que toutes nos actions peuvent être basées sur la famille […] considérant que cela va bien au-delà des loisirs et de la culture. Le thème de la famille peut être considéré de manière transversale dans l’ensemble des départements d’une ville. En 1996, j’ai été élu(e) avec cette philosophie-là et en 1996, il n’y avait pas de politique familiale et il n’y avait pas de responsable de la politique familiale. J’ai demandé au maire de l’époque de me nommer, un autre conseiller et moi, responsable des questions familiales et ça a été le début d’une identification particulière.

24A priori, la politique familiale n’a donc pas émergé de la population. Cependant, certaines réponses permettent de nuancer ce point en affirmant que la personne qui a porté le dossier de la famille était très proche du milieu associatif et communautaire. De plus, les personnes interrogées insistent sur le fait que l’originalité de Sainte-Julie ne réside pas tant dans la politique familiale, mais plutôt dans le fait d’en avoir fait une politique transversale d’une part et d’avoir su impliquer la communauté d’autre part. Enfin, les réponses des personnes interrogées laissent également transparaître le dynamisme de la communauté, dynamisme également mis en évidence par une série d’outils spécifiques de consultation :

Question : Quels sont les outils de participation mis en œuvre par la municipalité ?

Élu: Il y a eu des consultations par quartiers et par secteurs d’intérêts [pour la mise en place de la politique familiale]. C’était une rencontre avec les citoyens et les organismes. Mais on est allé encore plus loin avec la deuxième. La deuxième on a fait une première élaboration avec l’aide d’un comité qu’on a ici, et après ça on a fait un appel aux citoyens, on a mis des questionnaires à disposition dans différents endroits pour aller chercher le plus de monde possible. On espérait avoir 300 répondants, et on a eu 450 réponses. Et on voyait le sérieux des gens, on a vraiment été surpris. C’est pour ça que ça été plus loin.

Question : Comment expliquez-vous cette participation ?

Élu: Je ne peux pas l’expliquer, je suis toujours éblouie de voir ça.

Question : À part cette forme de consultation, est-ce que vous avez utilisé d’autres méthodes pour cette politique ou pour une autre politique ?

Élu : Oui, pour la politique environnementale. Il y a eu des consultations plus traditionnelles, mais aussi des consultations sur internet. Nous avons ouvert un forum sur internet où les gens pouvaient venir inscrire leurs recommandations ou leurs idées. Sur le site de la ville, il y avait la politique et on demandait aux gens de venir inscrire leurs opinions, leurs idées et leurs façons de faire.

25Au terme de cette analyse, plusieurs constats peuvent être tirés. Premièrement, les champs d’intervention de la municipalité semblent être une des principales motivations de l’installation à Sainte-Julie. Plus précisément, la politique familiale de la ville constitue un attrait majeur de la municipalité, puisqu’elle contribue à la définir. Les descriptions des avantages de résider à Sainte-Julie vont dans le même sens et insistent sur le côté très spécifique de la municipalité.

26Deuxièmement, les entretiens avec les élus et les fonctionnaires sur l’origine de la politique familiale et les outils de participation confirment l’originalité de Sainte-Julie. Si la politique familiale semble avoir émané d’une personne en particulier, sa proximité avec le milieu a contribué au succès de cette dernière. La prise en compte du milieu est également largement visible par les différents outils de participation mis en place par la municipalité. Les acteurs du milieu confirment par ailleurs le dynamisme de la communauté, permettant ainsi de rejeter l’idée selon laquelle la banlieue serait politiquement apathique.

Conclusion

27Au vu de ces résultats et à leurs caractères somme toute exploratoires, plusieurs pistes de réflexions peuvent être esquissées. Il semble en effet possible de dire que, dans le cadre restreint de notre enquête et selon les membres de notre échantillon, la politique familiale de la municipalité de Sainte-Julie intervient dans le choix de résidence des individus. Ainsi, les actions municipales seraient visibles et détermineraient en grande partie l’identité politique de la communauté. Contrairement à Walks, les résultats de notre enquête laissent penser que les frontières municipales demeurent toujours pertinentes pour délimiter des cohérences idéologiques.

28En reprenant les termes de Charbonneau et Germain (2002), il est même possible de penser que la municipalité, à travers ses politiques, donne vie au « projet social » associé aux territoires suburbains et périurbains. En effet, les réponses obtenues lors de nos entretiens permettent de dire que les personnes qui choisissent de s’installer à Sainte-Julie se comportent comme des électeurs rationnels : ils établissent leurs choix d’habitat en fonction des valeurs promues par la municipalité et en fonction de leurs propres valeurs. Plus qu’un lieu de résidence, c’est l’adhésion à une communauté spécifique qui ressort de ce choix. Bien entendu, de telles considérations mériteraient une vérification plus large que celle nous avons proposée dans la présente démarche.

29Cette question de la communauté est d’autant plus intéressante que nos résultats laissent penser qu’en choisissant un lieu de résidence, c’est d’abord une communauté de valeurs que l’on choisit, plus qu’un territoire. On peut émettre l’hypothèse que par la suite cette communauté de valeurs devient une communauté géographique et plus encore, une communauté politique spécifique. Ce sont là de nouvelles avenues de recherche à explorer pour affiner nos connaissances relatives au vote des banlieues.

Top of page

Bibliography

Bédard M., Fortin A. 2004. Intimité et mobilité et urbanité en 1978 et 2000, Recherches sociographiques 45-3 : 493-519.

Charbonneau J., Germain A. 2002. Les banlieues de l’immigration, Recherches socio-graphiques 43-2 : 311-32.

Chevalier J., Carballo C. 2004. Fermetures résidentielles et quête de l’entre-soi, entre Nord et Sud des Amériques, L’espace géographique 4 : 325-335.

Feldman R. 1990. Settlement-Identity. Psychological Bonds with Home Places in a Mobile Society, Environment and Behavior 22-2 : 183-229.

Fortin A., Bédard M. 2002. Citadins et banlieusards. Représentations, pratiques et identités, Canadian Journal of Urban Research 12-1 : 124-142.

Fortin A., Desprès C., Vachon G. (dirs) 2002. La banlieue revisitée. Québec, Nota Bene.

Collin J.P., Poitras C. 2002. La fabrication d’un espace suburbain : la Rive-Sud de Montréal, Recherches sociographiques 43-2 : 275-310.

Fischel W.A. 2001. The Homevoter Hypothesis : How home values influence local government taxation, school finance, and land-use policies. Cambridge : Harvard University Press.

Ford L.R. 1999. Lynch revisited : New urbanism and the theory of the good city form, Cities 16-4 : 247-257.

Gainsborough J. 2005. Voters in Context. Cities, Suburbs, and Presidential Vote, American Politics Research 33-3 : 435-461.

Harvey D. 2000. Spaces of Hope. Berkeley : University of California Press.

Lazzarotti O. 2006. Habiter, aperçus d’une science géographique, Cahiers de géographie du Québec 50-139 : 85-102.

Lévy J. 1990. Qu’est-ce qu’être acteur ? À propos d’habitat et d’espace politique, Strates 5 : 1-7.

Lévy J., Lussault M. 2003. Habiter, in Lévy J., Lussault M. (dirs). Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Paris, Belin : 440-442.

Lévy J. 2003a. Vote et gradient d’urbanité, espacestemps.net, http://www.espacestemps.net/document432.html (consulté le 25 mars 2010).

Lévy J. 2003b. Ville, in Lévy J., Lussault M. (dirs.). Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Paris, Belin : 988-992.

Mondada L. 2000. Décrire la ville : la construction des savoirs urbains dans l’interaction et dans le texte. Paris, Anthropos.

Pires A-P. 1997. Échantillonnage et recherche qualitative : essai théorique et méthodologique, in Poupart J., Groulx L-H., Deslauriers J-P., Laperrière A., Mayer R., Pires A-P. (dirs.) La recherche qualitative. Enjeux épistémologiques et méthodologiques. Montréal, Gaëtan Morin : 113-169.

Ouellet M. 2006. Le smarth growth et le nouvel urbanisme : synthèse de la littérature récente et regards sur la situation canadienne, Cahiers de géographie du Québec 50-140 : 175-193.

Sabatier P. A. 1988. An advocacy coalition framework of policy change and the role of policy-oriented learning therein, Policy Sciences 21 : 129-168.

Sainte-Julie, Politique familiale, deuxième génération, 2008 http://www.ville.sainte-julie.qc.ca/cgi-bin/doc.cgi?doc=Publication/VSteJpolitiquefamille2009-final-2_200952111524.pdf&langue=fra (consulté le 25 mars 2010).

Tiebout C. 1956. A Pure Theory of Local Expenditures, The Journal of Political Economy 64-5 : 416-426.

Vassart S. 2006. Habiter, Pensée plurielle 2 : 9-19.

Walks R. A. 2007. The boundaries of suburban discontent ? Urban definitions and neighbourhood political effects, The Canadian Geographer 51-2 :160-185.

Walks R. A. 2006. The Causes of City-Suburban Political Polarization ? A Canadian Case Study, Annals of the Association of American Geographers 96-2 : 390-414.

Walks R. A. 2004. Place of Residence, Party Preferences, and Political Attitudes in Canadian Cities and Suburbs, Journal of Urban Affairs 26-3 : 269–295.

Ministère des affaires municipales des régions et de l’occupation du territoire sd. Organisation municipale, http://www.mamrot.gouv.qc.ca/organisation/orga_stru_inst_pali.asp (consulté le 04 août 2009).

Ville de Sainte-Julie sd. Page d’accueil, http://www.ville.sainte-julie.qc.ca/cgi-bin/index.cgi?page=c0 (consulté le 04 août 2009).

Top of page

Notes

1  Il n’est pas rare au Québec, et plus précisément dans les petites municipalités, que le bassin de candidats soit restreint si bien qu’un seul candidat se présente pour le poste à pourvoir. Il est alors élu « par acclamation » puisqu’aucun adversaire ne s’oppose à lui.

Top of page

References

Electronic reference

Sandra Breux and Laurence Bherer, « Modes de vie et politiques municipales : regards sur le milieu périurbain montréalais », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 5 | 2009, Online since 25 April 2010, connection on 20 November 2017. URL : http://articulo.revues.org/1389 ; DOI : 10.4000/articulo.1389

Top of page

About the authors

Sandra Breux

Sandra Breux is an Assistant Professor at the Institute of Urbanism of the University of Montreal. Her main research interests are urban geography (spatial representations, sense of place), urban democracy (municipal elections, urban policies), and methodology (mental maps). Email: sandra.breux@umontreal.ca

Laurence Bherer

Laurence Bherer is an Associate Professor of Political Sciences at the University of Montreal. Email: laurence.bherer@umontreal.ca

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org