Skip to navigation – Site map
Le périurbain : territoires de relégation ou d’ascension sociales ?

Se distinguer dans les espaces pavillonnaires ?

Choix résidentiels distinctifs et processus de valorisation d’un quartier pavillonnaire ancien de la grande couronne parisienne.
How to distinguish oneself in suburban areas?
Hélène Steinmetz

Abstracts

Based on fieldwork conducted in a small suburban garden city, built at the beginning of the 20th century in the Paris area, this study focuses on differentiation processes in suburban areas and most notably on one of its determinants, i.e. the way residents make existing buildings their own. The paper shows how quaint qualities of an old built-up area become attractive to middle-class households who wish to distinguish themselves from the suburban way of life. The ensuing residential choices thus trigger a renewal process in the area, a process whose stake is the preservation of the neighbourhood’s quaint character.

Top of page

Full text

1Observer les espaces périurbains, c’est en saisir les différenciations internes. Loin d’être un espace socialement homogène et « sans qualités », le périurbain est pluriel et inégalement doté de propriétés distinctives. Les travaux soulignant l’intérêt de prendre en compte la diversité sociale de ces espaces se développent dans la recherche urbaine française (Berger et Jaillet, 2007). C’est ainsi qu’ont été étudiés les lieux où vivent les « captifs » du périurbain (Rougé, 2005), mais aussi l’émergence de « clubs résidentiels » sélectifs dans ces espaces (Charmes, 2005). Parmi les déterminants de cette hétérogénéité, l’un des plus structurants est la distance à la ville-centre (Berger, 2006) : en région parisienne, entre les recensements de 1982 et de 1999, la gradation sociale des occupants de pavillons en propriété est de plus en plus nettement corrélée à la distance à Paris. Mais nous souhaitons ici insister sur l’utilité de prendre en compte un autre facteur pour comprendre les choix résidentiels des périurbains : les qualités propres du bâti existant dans ces espaces, ancienneté, type de construction, singularités du cadre. S’installer dans un pavillon de la grande couronne parisienne, ce n’est pas seulement faire le choix du périurbain par opposition à la ville-centre, à la proche banlieue, ou à l’espace rural : c’est sélectionner tout à la fois une forme d’habitat et un cadre de vie bien particuliers. À partir d’une monographie portant sur un lotissement ancien de la grande couronne parisienne, nous tentons de saisir les qualités singulières d’un espace résidentiel, qui en font une source de prestige social pour ses habitants, au sein de l’espace social hiérarchisé que forment les habitants du « pavillonnaire ».

2Nous utilisons le terme de « pavillonnaire » plutôt que celui de périurbain pour qualifier cet espace. Le quartier étudié appartient en effet au premier périurbain du sud-est de l’Ile-de-France, dont la construction a démarré dans les années 1920, mais qui est désormais incorporé dans l’unité urbaine parisienne selon le zonage en aires urbaines défini par l’INSEE. Le terme de pavillonnaire renvoie alors à un type de tissu urbain : il s’agit d’un quartier composé exclusivement de maisons individuelles, occupées majoritairement par des propriétaires occupants. Par ailleurs, la catégorie de périurbain est absente des représentations indigènes : les ménages rencontrés ont pour référence le « lotissement pavillonnaire » ou la « banlieue pavillonnaire », qui correspondent pour eux à une forme urbaine bien définie, à laquelle ils adhèrent ou dont ils se démarquent. L’objectif étant ici d’explorer la dimension symbolique et distinctive des choix résidentiels, nous nous référerons avant tout à la catégorie de « pavillonnaire » pour qualifier le terrain d’étude.

  • 1  Ainsi, parmi les couples dont la personne de référence est un ouvrier de 30 à 49 ans, qui se sont (...)

3Le pavillonnaire ancien de la couronne francilienne est parfois un espace de promotion pour des ménages « petits-moyens » situés entre le haut des classes populaires et le bas des classes moyennes (Cartier, Coutant, Masclet et Siblot, 2008), notamment lorsqu’il est situé à proximité des espaces périphériques pauvres du nord-est de Paris. Mais il peut aussi être valorisé par des couches supérieures de la population dès lors qu’il allie certaines qualités : par exemple, une proximité relative au pôle urbain et des qualités paysagères et urbanistiques distinctives. Martine Berger et Jacques Brun (2006), dans leur analyse des mobilités résidentielles en Ile-de-France s’intéressent aux différentes modalités d’installation en maison individuelle en propriété. Ils soulignent que, depuis 1990, les cadres investissent plus fortement le parc pavillonnaire ancien (datant d’avant 1949) et s’éloignent moins de Paris et de leur résidence antérieure lorsqu’ils déménagent que durant la décennie précédente. Les ménages ouvriers ont connu une évolution inverse. Après avoir été très présents dans le pavillonnaire ancien hérité de la vague de lotissements de l’entre-deux-guerres, le renchérissement de ce segment du parc de logement francilien a considérablement réduit leurs possibilités d’y accéder, et ils sont donc de plus en plus contraints de s’en éloigner1. L’intérêt des classes moyennes et supérieures pour le pavillonnaire ancien parisien est donc un phénomène qui s’accentue dans les années 1990. Cependant, comme le montre l’analyse des accédants « petits-moyens » en pavillonnaire, les différents types de tissus pavillonnaires anciens ne présentent pas tous les mêmes qualités pour ces ménages : certaines localisations et caractéristiques esthétiques semblent plus attirantes que d’autres pour les ménages les mieux dotés en capital économique et culturel. Quelles sont alors les qualités qui ont fait du lotissement pavillonnaire étudié, à l’origine plutôt populaire, un espace résidentiel valorisé et distinctif pour certaines fractions des classes moyennes et supérieures au sein des espaces pavillonnaires franciliens ?

  • 2  Nous donnons à cette commune le nom fictif de Mordreuil, afin de protéger l’anonymat des enquêtés (...)
  • 3  La pierre meulière est un élément caractéristique du bâti pavillonnaire francilien (IAURIF, 2000).
  • 4  Il existe des études sur les spécificités de cette forme urbaine (Dubost, 1996 ; Fourcaut, 1999).

4Le terrain d’étude est situé à 20 kilomètres au sud de Paris, dans une commune de l’Essonne, à la jonction de la première couronne parisienne et des espaces périurbains du sud de l’Ile-de-France2. Situé, à l’époque de sa construction, dans un espace rural en voie de périurbanisation, il est aujourd’hui intégré aux franges périphériques de l’agglomération parisienne et se trouve dans une situation de proximité relative au centre, par rapport aux autres espaces pavillonnaires franciliens. Sa construction s’est principalement déroulée dans l’entre-deux-guerres, sous l’impulsion d’une coopérative d’Habitations à Bon Marché. Il est aujourd’hui constitué de 322 pavillons, souvent construits dans la pierre meulière caractéristique des pavillons franciliens du début du XXe siècle3, et il est inclus dans un ensemble paysager peu banal : une « cité-jardin »4 bâtie dans le parc d’un ancien domaine seigneurial, dont le plan a été modelé par un architecte au début du siècle ; celui-ci a conservé, pour tracer le plan du lotissement, les allées, les sentiers et une partie des arbres de l’ancien parc (Figure 1). Dès les années 1970, et encore plus nettement à partir des années 1990, ce quartier devient un lieu attractif pour des catégories moyennes à supérieures qui souhaitent habiter en maison individuelle tout en se démarquant d’un modèle pavillonnaire populaire constitué d’ensembles uniformes de maisons en série. Ces choix résidentiels distinctifs s’agrègent alors au fil du temps pour transformer cet espace, le mettre en valeur, et accroître encore sa singularité au sein du tissu pavillonnaire environnant. Le mouvement aboutit à la patrimonialisation du quartier sous forme d’un classement en zone paysagère protégée (ZPPAUP), obtenu en 1997 sous l’impulsion, essentiellement, des habitants du quartier.

Figure 1. Plan originel de la cité-jardin

Figure 1. Plan originel de la cité-jardin

Source : Archives de la coopérative d’habitation de Mordreuil

  • 5  Au recensement de 1936, le lotissement comprend 28,7 % d’ouvriers et surtout 36 % d’employés et de (...)
  • 6  Les comparaisons statistiques récentes sont difficiles à établir entre le lotissement et l’ensembl (...)
  • 7  La coopérative d’habitation publie dans son journal mensuel la liste des changements de main des l (...)
  • 8  Toutes ces données sont tirées des recensements de l’INSEE de 1990 et 1999. En 1999, la proportion (...)
  • 9  Étude menée à partir des données FILOCOM, tirées de fichiers fiscaux et fonciers (Kesseler et Sago (...)

5Dominé par les ouvriers qualifiés, les employés et les professions intermédiaires au moment de sa construction5, ce lotissement connaît donc un embourgeoisement progressif depuis 30 ans. On repère, dès les années 1970, un accroissement de la proportion de cadres moyens, supérieurs et professions libérales, qui sont nettement surreprésentés dans le quartier par rapport à l’ensemble de la commune de Mordreuil dès 19756. Dans les années 1990, période pour laquelle on ne dispose pas de données de l’INSEE à l’échelle du lotissement, on note néanmoins une accélération du renouvellement de la population de la cité-jardin, attestée par les archives de la coopérative7, qui semble aller dans le sens d’une poursuite de l’embourgeoisement du lotissement. Son évolution est donc en décalage avec celle des espaces environnants : entre 1990 et 1999, la commune de Mordreuil dans son ensemble connaît certes une hausse de la part des cadres supérieurs au détriment des ouvriers et employés, mais cette catégorie reste sous-représentée ; c’est la hausse des professions intermédiaires qui est la plus forte, cette catégorie étant la plus nettement surreprésentée à Mordreuil8 par rapport à l’ensemble du département. D’après une étude menée en 2008 par l’IAURIF sur la géographie sociale de l’Ile-de-France9, la commune de Mordreuil fait ainsi partie des secteurs urbains franciliens les plus mixtes, et les mobilités récentes contribuent à maintenir ce profil moyen francilien, avec une légère sous-représentation des catégories les plus aisées. L’habitat proposé dans cette fraction de l’Essonne est caractéristique d’espaces moyens-mélangés de l’agglomération francilienne (Préteceille, 2006), composés d’ensembles pavillonnaires anciens construits tout au long du XXe siècle, de grands ensembles des années 1950 et 1960, et de petits collectifs récents. Depuis 1968, sa population croît à une vitesse inférieure à celle de la population de l’Essonne dans son ensemble, car le sud du département reste le terrain privilégié du développement de l’habitat individuel périurbain neuf (Baccaïni, 1997). De cet ensemble d’éléments, on peut retenir que le lotissement étudié se trouve dans une dynamique de valorisation résidentielle plus forte que celle des espaces environnants.

6L’objectif est ici d’éclairer le processus de différenciation et de singularisation de cet espace résidentiel au sein de la banlieue pavillonnaire francilienne : pour quelles raisons ce lotissement attire-t-il les ménages de classes moyennes et supérieures plus fortement que les espaces environnants, et comment ces nouveaux habitants transforment-ils cet espace ? Nous analysons, dans un premier temps, les choix résidentiels de ménages de catégories moyennes et supérieures arrivés dans la cité-jardin depuis le début des années 1990 : nous montrons que le choix de ce quartier relève d’une volonté de distinction au sein des espaces pavillonnaires franciliens, par rapport au modèle du pavillonnaire en série produit massivement depuis les années 1970. Nous montrons, ensuite, que ces choix distinctifs se déclinent par ailleurs dans des rapports différenciés au quartier d’arrivée, qui ne sont pas sans effet sur la transformation de la cité-jardin : dans ce lotissement ancien composé originairement de pavillons de taille modeste et au confort rudimentaire, les nouveaux arrivants observés, en fonction de leurs ressources et de leurs aspirations résidentielles, rénovent et agrandissent différemment les pavillons existants qu’ils achètent, transformant ainsi plus ou moins radicalement le bâti ancien. Ces logiques distinctives diversifiées s’agrègent, enfin, et enclenchent un mouvement de mobilisation pour la valorisation et la patrimonialisation de la cité-jardin qui contribue à sa différenciation, mais ne va pas sans engendrer des conflits entre les habitants, portant sur le devenir de ce cadre de vie.

Encadré 1. Une enquête monographique.

Ce travail repose sur une monographie de quartier, réalisée à partir d’une enquête de six mois dans la cité-jardin de Mordreuil. Cette enquête a donné lieu à des entretiens à caractère biographique avec 16 ménages (des couples uniquement, mais l’entretien a parfois été réalisé avec les deux membres du couple, d’autres fois avec un seul de ses membres), ainsi qu’à un travail d’observation des interactions entre habitants dans des espaces communs de la copropriété, en particulier dans le secrétariat de la coopérative. Celui-ci se situe en effet dans un bâtiment commun à la copropriété, où sont stockées les archives de la coopérative d’habitation qui gère le lotissement : les moments d’observation ont été couplés avec la consultation de ces archives. Les entretiens ont été menés en deux vagues et les enquêtés trouvés par un effet « boule de neige ». Dans un premier temps, on a mené des entretiens avec des habitants élus ou ayant été élus au conseil d’administration de la coopérative d’habitation qui gère la cité-jardin. Dans un second temps, après la participation à l’assemblée générale annuelle de la coopérative, où s’étaient exprimés de forts conflits entre les membres du CA et d’autres habitants, une série d’entretiens a été menée auprès d’habitants qui s’opposaient aux décisions du conseil d’administration, ou auprès d’habitants qui ne s’impliquaient pas activement dans la gestion de la coopérative. On se focalise ici sur quatre cas, choisis au sein du corpus, qui sont tous des ménages n'appartenant pas au conseil d’administration et arrivés après la fin des années 1980 dans la cité-jardin. Ces quatre ménages ont des propriétés sociales et résidentielles proches. Ce sont des couples dont les membres ont entre 30 et 54 ans ; ont des enfants ; sont arrivés au cours de la deuxième vague de renouvellement de la population de la cité-jardin ; sont propriétaires de leur maison ; appartiennent aux classes moyennes et supérieures ; sont dotés d’un capital scolaire et culturel important. Ils présentent cependant des variations clivantes dans leurs aspirations résidentielles et leur rapport au quartier d’installation, dont on tente d’analyser les implications. L’analyse de ces micro-variations permet de mettre au jour, au sein de cette population de nouveaux habitants des années 1990, des types de choix résidentiels, de pratiques dans le logement et de rapport au pouvoir local différenciés.

Opter pour une trajectoire distinctive dans le pavillonnaire ancien ?

7L’analyse des ventes de lots dans la cité-jardin révèle l’existence de deux pics de renouvellement de la population : le premier a lieu entre 1975 et 1980, le second commence à la fin des années 1980 et culmine en 1995. Nous analysons ici les choix résidentiels de « nouveaux » habitants arrivés durant cette seconde période, à un moment où le processus d’embourgeoisement du lotissement et de mise en valeur des espaces communs de la cité-jardin a déjà commencé. Il faut noter que les ménages rencontrés au cours de l’enquête, arrivés dans les vingt dernières années, sont tous des ménages appartenant aux couches moyennes à supérieures (depuis les professions intermédiaires du public et du privé, telles qu’éducateur spécialisé ou chef de chantier, jusqu’aux cadres et professions intellectuelles, telles que cadre supérieur d’entreprise, maître de conférence, médecin ou architecte). Comme nous l’avons souligné ci-dessus, l’absence de données statistiques postérieures à 1975 à l’échelle du lotissement ne nous permet pas d’affirmer que seuls des ménages de ces couches moyennes à supérieures y accèdent à la propriété, mais force est de constater qu’il ne nous a pas été possible de rencontrer des couples d’employés ou d’ouvriers récemment arrivés, alors que nous avons pu rencontrer des habitants plus anciens qui appartiennent à ces catégories sociales. La cité-jardin semble donc bien n’être accessible qu’aux couches moyennes et supérieures, durant la période qui nous intéresse.

  • 10  Le terme d’habitants « récents » s’entend par opposition, d’un côté, aux habitants descendants d’o (...)

8Il s’agit donc de saisir les affinités entre les propriétés sociales de ces arrivants récents10 et les caractéristiques du quartier et du logement choisis, afin de rendre raison de leurs choix résidentiels. Nous analysons, en effet, les choix résidentiels de ces ménages comme relevant d’un arbitrage complexe entre des aspirations résidentielles et des contraintes (Authier, Bonvalet et Lévy, 2010). Nous faisons l’hypothèse que s’installer dans cette cité-jardin permet de combiner le choix de la maison individuelle en périphérie de l’agglomération parisienne, lié à la position dans le cycle de vie et à la structure familiale de ces ménages, avec la mise à distance du modèle du lotissement pavillonnaire répétitif, fortement dévalorisé du point de vue symbolique par les enquêtés. Nous mettons en lumière, à travers les cas présentés, deux logiques d’installation dans la cité-jardin : d’une part, des cas où cette installation apparaît comme la solution à des aspirations résidentielles contradictoires, pour des couples qui se sentent « exilés » dans la banlieue pavillonnaire et, d’autre part, des cas où cette installation est l’aboutissement d’une stratégie de promotion résidentielle locale au sein des espaces pavillonnaires environnants. Ces deux modes d’installation de nos enquêtés correspondent à deux modalités distinctes d’installation dans l’habitat pavillonnaire ancien francilien. Comme le soulignent Jacques Brun et Martine Berger, parmi les nouveaux installés en pavillon entre 1990 et 1999, la part des ménages quittant Paris intra-muros est moins importante que par le passé. Au contraire, la part des originaires de la petite ou de la grande couronne augmente, et le développement du marché à la revente de pavillons anciens ou récents non-neufs accroît les possibilités de mobilité intra-communale pour les ménages originaires de banlieue et désireux d’accéder à la propriété (Berger et Brun, 2006).

9Nous souhaitons donc distinguer la situation de couples dont l’arrivée dans la cité-jardin est le résultat d’un mouvement centrifuge classique, en vue de l’accession à la propriété en maison individuelle, et celle de ménages dont l’installation dans la cité-jardin est le résultat d’une migration intra-communale, déterminée par l’attrait pour ce segment très particulier du marché pavillonnaire ancien local que constitue la cité-jardin. Nous appelons « exilés » les ménages ayant connu un mouvement centrifuge, et « promus locaux » ceux qui ont connu une mobilité à l’intérieur de la commune de Mordreuil. Nous essaierons de montrer que ces deux types de trajectoires résidentielles correspondent à des situations socio-économiques et des rapports au bâti pavillonnaire ancien différenciés. Les « exilés » décrits sont des ménages formés de cadres supérieurs et professions intellectuelles, ayant habité antérieurement dans des espaces plus centraux de l’agglomération parisienne, rejetant le modèle pavillonnaire périurbain et attirés, soit par la centralité urbaine, soit par un idéal rural, mais qui se résolvent à un « exil pavillonnaire » dans la mesure où ils considèrent l’éloignement du centre comme un sacrifice pour accéder à un cadre de vie valorisé. Les ménages « promus » appartiennent à des fractions moins dotées économiquement, appartenant aux classes moyennes, qui prolongent une trajectoire résidentielle déjà entamée dans la commune de Mordreuil ou dans un espace résidentiel proche et qui aspirent à une promotion résidentielle à travers un cadre de vie qui se distingue des espaces pavillonnaires contigus. Dans les deux cas, cependant, les qualités paysagères du quartier en font un lieu perçu comme rare et atypique dans le pavillonnaire, et elles sont à la source du prestige social de cette adresse : elles permettent aux ménages, soit de compenser la perte de centralité, soit de se distinguer au sein des autres espaces pavillonnaires environnants.

  • 11  La dernière colonne résume les positions des ménages enquêtés par rapport aux projets concernant l (...)

Tableau 1. Caractéristiques des 4 ménages étudiés11

Tableau 1. Caractéristiques des 4 ménages étudiés11

La solution à un dilemme résidentiel ? Des « exilés en pavillonnaire »

  • 12  Ces nouvelles couches moyennes correspondent aux « professions nouvelles ou renouvelées liées à l’ (...)

10Le modèle des « exilés en pavillonnaire » correspond, dans notre définition, à des couples de classes supérieures (professions libérales, cadres supérieurs du privé ou du public), arrivés dans la cité-jardin après avoir longuement cherché une solution à un dilemme résidentiel. Leur trajectoire centrifuge correspond au type de déménagement majoritaire parmi les couples de cadres de 30 à 49 ans, entre 1990 et 1999 (période de leur installation). Comme les trois-quarts des couples s’installant en pavillon, ils se dirigent vers la Grande Couronne (Berger et Brun, 2006). Ils doivent, tout comme ces ménages, s’éloigner de Paris pour accéder à un logement plus grand et en particulier au jardin auquel ils aspirent, en raison de la naissance d’enfants. Mais ce qui caractérise les deux cas de ménages présentés et qui justifie l’appellation d’« exilés », c’est que leur installation dans un lotissement pavillonnaire s’accomplit malgré de très fortes réticences à l’égard de cette forme urbaine. Ce manque d’attrait pour le pavillonnaire périphérique vient en particulier, dans les deux cas que nous analysons, des épouses, lesquelles exercent des professions intellectuelles à fort capital culturel (maître de conférences pour l’une, consultante en urbanisme pour des collectivités locales, avec une formation d’architecte, pour l’autre). De par leur profession, elles se situent dans la partie supérieure des « nouvelles couches moyennes »12, telles qu’elles ont été mises en évidence par les travaux de sociologie urbaine de l’Observatoire du changement social dans les années 1980 (Bidou, 2004), et qui correspondent aux profils d’une partie des gentrifieurs de quartiers anciens centraux. Leurs époux appartiennent à des segments plus fortement dotés en capital économique et plus traditionnels des catégories supérieures (cadre supérieur du privé et médecin). En raison du manque d’enthousiasme de ces deux femmes pour l’habitat pavillonnaire et les espaces périurbains, leur recherche d’une maison prend la forme, dans les récits qui en sont faits, d’un dilemme résidentiel difficile à résoudre entre des aspirations contradictoires. Au cours d’un processus de recherche qui les amène à visiter de nombreuses maisons dont la localisation ou les caractéristiques esthétiques ne leur conviennent pas, elles découvrent la cité-jardin de Mordreuil : leur première visite est décrite en termes de « coup de foudre » ; le lieu répond à leurs aspirations résidentielles contradictoires dans la mesure où il constitue un compromis idéal.

11Le cas des Millart s’inscrit dans cette configuration. Il s’agit d’un couple de professions libérales (un médecin et une architecte-urbaniste consultante pour les collectivités territoriales), arrivé en 1990, à la naissance de leur troisième enfant. Jusqu’alors, ces urbains pouvaient s’offrir une surface qui leur convenait, en location, à Paris intra-muros, mais l’arrivée du troisième enfant, combinée au désir de M. Millart de réduire ses trajets quotidiens (il travaille dans le sud de l’Essonne), les amène à envisager l’achat d’une maison dans ce département. Alors que pour M. Millart, cet éloignement de la ville-centre ne semble pas poser de problème, pour Mme Millart, c’est un sacrifice :

Moi je suis vraiment parisienne, je voulais rester à Paris intra muros, je détestais l’idée d’aller en banlieue, c’était un choix épouvantable. Je serais allée n’importe où, à Ouagadougou, mais pas en banlieue. Je suis née à Paris, ayant toujours habité à Paris, et c’est vrai que ça me paraissait affreux d’habiter en banlieue.

12Une recherche infructueuse de plusieurs mois a suivi : des maisons dans différents lieux de la banlieue sud, par exemple des centres anciens de villes moyennes dotées d’une station de RER, comme Juvisy. Rien ne convient à Mme Millart, son rejet de la « banlieue » la conduisant à retarder le plus possible l’achat d’une maison. C’est en observant un plan qu’elle « découvre » la cité-jardin :

Un jour, en regardant le particulier à particulier, je vois un pavillon. Je regarde la carte de la banlieue, je vois les rues, et je me dis c’est marrant ce machin, ça ressemble pas au parcellaire dont on a l’habitude, sur la carte ça se voit tout de suite, les rues sont pas orthogonales. On est venus voir, et on s’est décidés assez rapidement. J’ai tout de suite changé d’avis. Ici, j’ai été convaincue que c’était parfait dès que j’ai vu l’endroit.

13Elle se trouve alors dans une situation d’entre-deux : elle a renoncé à Paris, « inabordable avec trois gamins », et aspire à habiter dans une maison avec jardin, mais n’arrive pas à se résoudre à la vie de banlieusarde. Elle trouve la solution parfaite, une maison à un prix jugé abordable (1,4 millions de francs pour 130 m2 en 1989, soit « le prix d’un 60 m2 à Paris », selon ses dires) dans un endroit qui tranche suffisamment avec l’image qu’elle a de la banlieue pavillonnaire pour limiter la perte symbolique qu’elle est en train de subir et « compenser » l’éloignement du centre, selon la logique décrite par Jacques Brun et Jeanne Fagnani pour les cadres de la région parisienne (Brun et Fagnani, 1991). Les rues non-orthogonales de la cité-jardin sont le symbole de cet écart vis-à-vis d’un modèle dévalorisé.

14Le cas des Sérillon, bien qu’il s’inscrive dans une trajectoire résidentielle différente, fait écho à ce récit. Mme Sérillon est maître de conférences et son mari est cadre supérieur dans une grande entreprise privée. Ils arrivent en 1992, peu avant la naissance de leur premier enfant, alors qu’ils cherchent une maison depuis plusieurs mois. Mme Sérillon a grandi dans la banlieue pavillonnaire du Sud de Paris, dont elle donne une vision très négative. Elle a d’abord vécu avec son mari en appartement au centre d’un ancien village urbanisé de la banlieue sud, rapidement relié au centre de Paris par le RER. Lorsqu’ils songent à avoir des enfants, les Sérillon cherchent une maison en banlieue sud : l’achat d’un appartement suffisamment grand dans Paris leur paraît trop onéreux et Mme Sérillon souhaite résider à proximité de sa mère pour que celle-ci puisse l’aider à garder ses enfants. Cette volonté de résider auprès de sa famille et de ne pas quitter l’Essonne ne l’empêche pas, lors de ces recherches, d’exiger, plus que son mari, un cadre de vie distinctif. Le « pavillonnaire » représente pour Mme Sérillon une forme urbaine très dévalorisée, cette idée étant très répandue dans son milieu professionnel (le monde universitaire), où son installation dans un « pavillon de banlieue » fait l’objet de moqueries qu’elle me relate. Il n’est donc pas question pour elle de se contenter d’un pavillon en série comme il en existe beaucoup dans les alentours et qui est l’habitat de son enfance. Elle formule au contraire des « exigences fortes ». Le couple cherche alors un autre type d’environnement « qui ressemblerait plus à la campagne » des parents de M. Sérillon, qui habitent un village périurbain ayant gardé son aspect rural. Mais les premières maisons qui leur plaisent (une ancienne ferme par exemple), sont situées dans des endroits lointains qui entraîneraient de très longs trajets quotidiens, ce qui est incompatible avec les horaires de travail de M. Sérillon. Ce dilemme retarde leur choix. Finalement, la découverte de la cité-jardin met fin à leurs hésitations :

De toute manière on avait des exigences fortes, on a cherché longtemps. On voulait pas une vie de banlieue avec des petits pavillons les uns à côté des autres, et ici, c’était parfaitement trouvé. Moi j’ai vécu mon enfance à Athis-Mons, dans un grand pavillon près des HLM. Ici, c’est sans commune mesure, c’est une banlieue idyllique. C’est le côté vert, les maisons sont plus anciennes, une petite architecture à laquelle je suis plus sensible. C’est moins des maisons toutes pareilles que vous trouvez dans d’autres villes de banlieue.

15C’est encore un choix de distanciation par rapport au modèle du lotissement pavillonnaire uniforme qui s’énonce ici, comme pour les Millart. Notons quelques points communs entre ces ménages, « exilés » en banlieue pavillonnaire en raison de contraintes liées à l’agrandissement de la famille ou de la nécessité de se rapprocher de leurs parents pour bénéficier de solidarités familiales, mais qui ne souhaitent pas trop s’éloigner de leur lieu de travail. Ils font surtout le choix d’un cadre de vie, ne prêtant guère d’attention à la maison elle-même, sauf lorsqu’elle a « du cachet ». Ce qui détermine leur installation, c’est que cet environnement bucolique et verdoyant constitue un bien rare sur le marché du pavillonnaire francilien : l’intérieur de la maison, sa taille, son état, ne sont pas des critères de choix. « Ce qui nous a plu, ce n’était pas tellement la maison, c’est le quartier », dit Mme Millart. C’est le « parc » dans lequel se situe leur pavillon, son atmosphère, ou bien l’histoire du lieu (l’histoire de la cité-jardin ouvrière en coopérative est souvent mise en avant comme un élément supplémentaire d’originalité), qui les attirent. L’intérieur de la maison constitue une donnée négligeable. Ainsi, le pavillon des Sérillon est totalement délabré à l’achat. M. Sérillon ne l’a même pas visité avant l’achat et ils ont d’abord pensé le raser pour construire une nouvelle maison :

C’est pas du tout quelque chose qui était habitable dans l’état. Malgré l’endroit, malgré le fait que c’était le printemps, les fleurs, fallait vraiment être amoureux du parc pour acheter ça. On a signé, mon mari était même pas rentré dans la maison. On pensait abattre. On a acheté ici parce qu’on est tombé amoureux du lieu. Alors que la maison, franchement…

16Nous appelons ces deux couples des « exilés en pavillonnaire », car ils sont réticents à l’idée de vivre dans un lotissement pavillonnaire banal, qu’ils voient comme un habitat populaire sans qualités. La cité-jardin de Mordreuil leur convient, car elle est isolée et se différencie physiquement des lotissements en série autant que des ensembles locatifs HLM environnants, constituant ainsi un lieu d’entre-soi et un espace distinctif. Les singularités du cadre, dont ils n’ont trouvé l’équivalent que dans des zones très lointaines de l’espace francilien, compensent la perte des avantages symboliques et matériels liés à la ville-centre, et la renonciation au rêve d’une vie à la campagne impraticable pour des raisons professionnelles.

Une stratégie locale : les « promus du pavillonnaire »

17Néanmoins, le cas des Sérillon se situe à la frontière avec une autre situation, celle des « promus du pavillonnaire ». Certes, l’installation dans la cité-jardin conduit Mme Sérillon à renoncer à un idéal inaccessible, qui renvoie au modèle résidentiel de ses beaux-parents, donc à une forme d’exil, mais elle constitue, dans le même temps, une ascension résidentielle objective par rapport au type d’habitat pavillonnaire dans lequel vivent ses propres parents dans cette partie de l’Essonne. Or, cette logique de promotion et de distinction par rapport au tissu pavillonnaire environnant correspond au modèle des « promus locaux » du pavillonnaire. Les ménages qui correspondent à ce modèle, que nous présentons maintenant, relèvent de fractions moins aisées des classes moyennes que les deux couples précédents : ils appartiennent aux cadres moyens et professions intermédiaires du public et du privé, sont bien dotés en capital scolaire et culturel, mais moins dotés économiquement que les couples précédents. L’arrivée dans la cité-jardin n’est pas commandée par le cycle de vie comme pour ces derniers. Il peut s’agir d’un deuxième achat de pavillon et le déménagement n’est pas dicté par la naissance d’un enfant et le besoin d’espace supplémentaire. D’ailleurs, ce nouvel habitat n’est pas plus spacieux que leur logement précédent (du moins dans un premier temps). Il ne s’agit pas, comme pour les couples précédents, de compenser, par les qualités du cadre de vie de la cité-jardin, la renonciation à un modèle résidentiel plus valorisé, mais de connaître une promotion au sein même du type d’habitat qu’ils ont toujours fréquenté, et dont ils sont issus : le pavillonnaire. Cette promotion interne au pavillonnaire repose sur l’amélioration de leur cadre de vie, parfois au prix du confort ou de la taille de la maison elle-même, sur laquelle ils sont moins exigeants que les couples précédents. Outre leur parcours résidentiel antérieur et leur moindre aisance économique, ils se différencient des « exilés » par une connaissance plus poussée du quartier. Les exilés découvrent la cité-jardin au cours de leurs recherches, après avoir décidé de déménager. Les promus ont formé le projet de s’y installer de longue date et ils déménagent quand se libère un pavillon qui leur convient. Ils guettent donc la libération des pavillons du quartier et font jouer leur capital d’autochtonie afin d’obtenir des informations privilégiées sur les maisons qui seront bientôt à vendre à des prix raisonnables.

18Nous présentons ici le cas des Faure, couple formé d’un éducateur spécialisé et d’une bibliothécaire, arrivés dans la cité-jardin en 1998, plusieurs années après la naissance de leurs deux enfants. M. Faure, originaire de Mordreuil, a grandi en pavillon et souhaite s’extraire de ce qu’il appelle « le lotissement », forme urbaine médiocre à ses yeux. Cependant, il n’envisage pas de s’installer durablement ailleurs que dans les environs de cette commune, où sa famille est ancrée. Il connaît l’existence de la cité-jardin depuis son enfance, il s’y promène et il admire le parc depuis toujours, mais il a longtemps considéré que ce lieu n’était pas fait pour lui, faute de moyens financiers. Son épouse et lui achètent d’abord, dans les environs, une maison ancienne, en mauvais état, qu’ils rénovent eux-mêmes. Ce travail augmente la valeur de leur bien à la revente, et leur permet d’envisager une plus-value et un nouvel achat. Par le bouche-à-oreille, ils apprennent la vente prochaine d’une maison dans la cité-jardin : elle est située dans un endroit isolé et bucolique du lotissement, qui est pour les Faure « ce qu’il y a de plus cité-jardin dans la cité-jardin » et qui correspond parfaitement à leur projet de promotion résidentielle. De plus, du fait de sa taille moyenne (80 m2), la maison correspond à leurs capacités financières. L’achat est décidé immédiatement. Ce changement de logement ne leur permet pas, comme les Millart ou les Sérillon, d’obtenir une surface d’habitation supplémentaire, mais il constitue néanmoins une ascension résidentielle en ce qu’ils accèdent à une fraction du parc immobilier pavillonnaire nettement plus valorisante à leurs yeux. C’est un lieu connu et admiré dans leur famille et leur cercle d’amis. Leur déménagement prend indubitablement le sens d’une promotion résidentielle. Ainsi, quand j’emploie, au cours de l’entretien, le mot de « lotissement » à propos du quartier, M. Faure proteste avec vigueur :

Ici, pour moi, c’est pas du tout un lotissement, c’est pas du pavillonnaire, c’est justement pour ça qu’on est là, parce que c’est pas un lotissement, c’est un parc, c’est pas du tout pareil. Ah non, jamais j’appellerais ça un lotissement. Pour moi, un lotissement, c’est sans âme.

19Mentionnons aussi le cas des Perrin, que nous présentons plus longuement dans la section suivante, qui s’apparentent aux Faure par leur ancrage local. Originaires tous deux de Mordreuil, ils sont moins bien dotés en capital économique que les « exilés ». M. Perrin, au moment de l’entretien, est architecte salarié. Il n’avait pas achevé ses études, au moment de l’achat. Quant à Mme Perrin, elle est institutrice. Leur arrivée à Mordreuil est le résultat d’une stratégie intergénérationnelle. La mère de Mme Perrin, commerçante à proximité de la cité-jardin, au centre de Mordreuil, se tient informée de la libération de pavillons. Elle attribue un très fort prestige social à cette adresse et encourage fortement cet achat. Pour M. Perrin, la cité-jardin a toujours constitué un espace fortement marqué socialement, et cela d’autant qu’il a grandi dans un logement locatif social de la commune. Contrairement aux Faure, les Perrin accèdent à la cité-jardin à un jeune âge, sans avoir constitué auparavant de capital par une première accession à la propriété. Ce qui va leur permettre de réaliser cette opération, c’est l’achat d’un pavillon en très mauvais état, qu’ils vont refaire eux-mêmes et qui, au début, est particulièrement exigu. Leur fils naît d’ailleurs plusieurs années après leur installation. Il a fallu d’abord achever les travaux de réfection et d’agrandissement. Ce cas suggère que la distinction entre le modèle de l’exilé et celui du promu doit être complexifiée par l’introduction de nouveaux facteurs : le type de pavillon qui est acheté (rénové ou non) et le type de transformation qui est engagée.

20Les cas observés ne relèvent évidemment pas tous des modèles de l’exilé et du promu. Nous avons souligné que Mme Sérillon est à la fois une exilée, par son rejet du modèle résidentiel pavillonnaire, et une promue locale, si l’on se place du point de vue de sa trajectoire résidentielle intergénérationnelle. Les Faure, promus locaux, ont été locataires, dix ans auparavant, dans un quartier ancien central de Lyon (la Croix-Rousse) où Mme Faure faisait ses études. Ensuite, ils se sont réinstallés dans la ville d’origine de M. Faure pour leur premier achat de pavillon, connaissant ainsi une trajectoire résidentielle centrifuge. Mais, qu’ils soient exilés ou promus, ces habitants récents insistent tous sur les qualités propres au lieu, qui en font un espace de distinction résidentielle. Ils valorisent un pavillonnaire antérieur à la production des lotissements en série, et qui se distingue aussi du modèle des lotissements défectueux de l’entre-deux-guerres (Fourcaut, 1999) par le caractère travaillé du cadre paysager, dont le parcellaire se distingue effectivement des lotissements environnants (Figure 1). Cet alliage de qualités est au fondement du caractère « peu commun », « pas banal », « pas comme les autres » de ce lotissement, pour les enquêtés. Pour les uns, ces caractéristiques atypiques agissent comme une compensation, après la renonciation à un autre modèle résidentiel. Pour les autres, c’est une occasion de promotion interne dans une trajectoire déjà entamée de pavillonnaire.

Faire avec l’habitat ancien : diversité du bâti, des ressources et des façons de rénover des ménages

  • 13  Ces données ont été établies à partir des listes des ventes de lots publiées dans le mensuel de la (...)
  • 14  Comme précisé précédemment, cette relative diversité s’étend, parmi les enquêtés, des professions (...)

21Au-delà du cadre, célébré, la cité-jardin se caractérise par un bâti, exclusivement ancien, qui est dans un état inégal de rénovation. Pour la plupart, les maisons ont été construites dans l’entre-deux-guerres, sous la forme de petits pavillons (moins de 50 m2), qu’il est donc nécessaire de rénover et d’agrandir au moment de l’achat. Certes, le quartier a connu, depuis trente ans, une gentrification progressive, qui a entraîné un début de rénovation du bâti. Mais ce mouvement n’a pas été brutal : la plupart des ventes de lots résultaient du décès des premiers habitants ou de leurs enfants ; jusqu’au début des années 1990, de nombreux pavillons sont demeurés dans leur état d’origine, ou n’ont été modifiés qu’à la marge. Aujourd’hui encore, 14 % des habitants sont des descendants des premiers habitants de la cité-jardin13, sans compter les personnes âgées, aux revenus modestes, arrivées dans l’après-guerre et qui ont peu transformé le bâti initial. Cette diversité de l’habitat existant explique la relative diversité sociale des nouveaux arrivants des années 199014. Les maisons à vendre varient, quant à leur surface, de 50 à 140 m2. Certaines sont de minuscules pavillons en ruine, d’autres des maisons déjà agrandies et refaites à neuf. Comment les habitants récents décrits précédemment contribuent-ils alors à la transformation de ce quartier dans ce qui est le plus immédiatement visible, l’état et la taille des pavillons ?

22L’observation des travaux effectués par ces enquêtés permet d’analyser conjointement deux phénomènes : d’une part, la diversité des ressources investies par les ménages dans leur maison (capital économique, culturel, savoir-faire technique) et, d’autre part, les façons différenciées de s’approprier une maison et de singulariser un habitat. Ce choix est lié aux aspirations résidentielles : préfère-t-on un logement spacieux et fonctionnel, ou valorise-t-on sa « patine » ancienne ? Pour certains arrivants, il importe d’acheter une maison en état d’origine, afin de préserver le style de la cité-jardin, qui fait tout son prix à leurs yeux, quitte à « faire avec » les inconvénients de l’ancien. Pour d’autres, ce qui compte est l’environnement paysager et social, et la conservation patrimoniale du pavillon présente moins d’importance à leurs yeux. Nous présentons trois manières de faire dans l’ancien, qui articulent ressources et aspirations résidentielles différenciées : « faire », « faire avec » ou « faire faire » dans l’habitat ancien.

Faire soi-même à son goût ?

23L’achat d’un pavillon d’origine, petit et en mauvais état, est une contrainte qui oblige à s’engager dans de lourds travaux, mais c’est aussi une opportunité : le ticket d’entrée dans la cité-jardin est moins cher, et on peut rénover « à son goût ». Cette option est idéale pour des ménages aux ressources financières limitées, mais qui bénéficient d’un savoir-faire en matière de rénovation, par leur profession, et qui valorisent suffisamment le caractère « ancien » de leur pavillon pour supporter ses contraintes de surface ou la lourdeur des travaux à engager. Le cas des Perrin (voir supra) permet de saisir les enjeux d’une rénovation faite par soi-même. Les Perrin sont, à l’époque de l’achat, un jeune couple, aux revenus incertains (malgré des perspectives d’amélioration), qui ne possèdent qu’un faible apport. Lui a 26 ans et n’a pas encore fini ses études d’architecture ; elle est ingénieur, mais entame une reconversion comme institutrice. Originaires, tous deux, de la commune de Mordreuil, ils connaissent la cité-jardin, lieu pour lequel M. Perrin a une forte attirance, mais auquel il estime ne pas pouvoir accéder. C’est alors qu’il entend parler d’une « bonne affaire », qui doit leur permettre, comme aux Faure, de réaliser une promotion résidentielle locale qui correspond à leurs aspirations, ainsi qu’à celles de la mère de Mme Perrin, commerçante dans le centre ville de Mordreuil, à proximité de la cité-jardin, et qui surveille les ventes de pavillons :

Un jour, ma belle-mère arrive, y’a une maison à vendre dans la cité-jardin. Là, je me suis roulé par terre, j’ai dû avoir une crise de larmes en disant : tu rigoles, c’est pas pour nous. Elle m’a dit, va voir. Je suis tombé sur une maison où y’avait un grillage qui tenait par le saint esprit, un magnifique saule pleureur, et une maison en meulière. Y’avait rien, elle appartenait à un monsieur qui la louait à une vieille dame avec un loyer de la loi de 1948. Y’avait un lavabo et puis c’est tout. Donc le tarif était relativement accessible, sauf qu’il y avait beaucoup de travaux à faire. C’était une maison de 36 m2 au sol, y’avait toutes les possibilités avec un terrain de 700 m2 d’agrandir. Si j’avais visité la maison comme elle est aujourd’hui, j’aurais jamais pu me la payer.

24Cet extrait montre comment la nature des ressources et les aspirations résidentielles de M. Perrin se combinent pour le disposer à rénover lui-même un pavillon ancien. Son savoir-faire en matière d’architecture compense ses ressources financières limitées. Il n’est pas effrayé par les travaux à entreprendre, conçoit lui-même les plans, fait appel à un « ami », qu’il rémunère, pour les travaux plus lourds et s’occupe des finitions. Mais ses aspirations résidentielles, en particulier sa disposition à aimer un habitat ancien, lequel suppose un investissement de soi important, expliquent aussi sa démarche : « Je cherchais quelque chose dont tomber amoureux. Je suis tombé amoureux de ce saule pleureur et de cette baie demi-lune, et puis de cette meulière. Sinon y’avait pas grand’chose. » Il « tomb[e] amoureux » d’une maison qui demande un patient travail de réfection pour être habitable. Les travaux s’étalent sur cinq ans : cela convient aux deux membres du couple, qui ne sont pas pressés de voir les travaux achevés et qui vivent, pour un temps, dans une seule pièce. Leurs aspirations résidentielles sont telles que le confort initial ne prime pas : ils sont prêts à le sacrifier pour obtenir cette maison-là et s’investissent pour mettre en valeur sa singularité. Faire lui-même permet à M. Perrin de maîtriser le devenir de la maison et de préserver cette précieuse singularité qui tient à un saule et une baie en demi-lune. Les travaux entrepris visent à maintenir au mieux l’aspect originel de la maison et à en préserver les éléments initiaux.

Faire avec l’ancien ?

25On peut aussi « faire avec l’ancien », en s’en accommodant tel quel. Si cela n’est pas possible lorsque le bâti est en trop mauvais état, une maison rénovée a minima par ses occupants antérieurs permet d’acheter à un coût raisonnable sans s’engager dans de lourds travaux. On peut alors se contenter de l’existant jusqu’à en faire une source de satisfaction supplémentaire : l’appropriation passe alors par une valorisation de la forme originelle du bâti et une mise en avant de sa fidélité à l’ancien.

26C’est le cas des Faure, « promus » du pavillonnaire évoqués précédemment, qui ont racheté une maison déjà transformée a minima : la surface n’atteint que 80 m2, avec un tout petit premier étage. Cet achat est à la limite de leurs capacités financières, malgré la plus-value réalisée sur la maison qu’ils ont rénovée eux-mêmes dans un autre quartier de la commune. Mais « les enfants sont encore petits, et cela suffit ». Ils se contentent d’aménagements intérieurs, d’une mezzanine, pour gagner un peu d’espace. Ils agrandiront peut-être plus tard, s’ils en ont les moyens ou la nécessité.

27Cette logique financière est interprétée par les Faure comme un rapport positif à l’habitat ancien : ils n’auraient, disent-ils, jamais acheté une maison neuve, critiquent les maisons du voisinage trop grandes et trop rénovées à leur goût, qui ont perdu le charme de l’ancien, et ne cadrent plus avec le paysage. Ils font aussi référence, pour justifier leur choix, à leur premier habitat de couple, une location dans le quartier ancien de la Croix-Rousse à Lyon, qui leur aurait « donné le goût de l’ancien ». Le sacrifice de surface est compensé par la situation de leur maison, le long d’un sentier non-goudronné, calme et verdoyant, exact opposé d’un quartier « neuf ». Enfin, ce sacrifice de confort est compensé par un investissement dans la connaissance de l’histoire du bâti local, les Faure possédant un grand nombre d’ouvrages sur l’histoire de la banlieue parisienne et des quartiers environnants. Mme Faure, bibliothécaire, a fait des recherches poussées sur l’ensemble des productions savantes qui portent sur ce sujet. Le cas des Faure, qui ne rénovent pas eux-mêmes mais l’ont déjà fait dans leur pavillon précédent, est proche de celui des Perrin : contraintes financières et goût pour l’ancien (déjà exprimé dans leur trajectoire résidentielle antérieure) se combinent pour qu’ils soient disposés à « faire avec » le bâti ancien, tel qu’il est. Les deux couples de « promus » ont dû faire des concessions pour accéder à ce quartier, mais ils les compensent par la valorisation exacerbée de leur goût pour l’habitat ancien et ses qualités intrinsèques.

« Faire faire » : du neuf avec du vieux

28Acheter un pavillon à rénover n’est pourtant pas toujours synonyme de goût pour l’ancien. Le cas des Sérillon, les « exilés en pavillonnaire » décrits ci-dessus, révèle une autre manière de faire avec l’ancien : le transformer en quasi-neuf, sans nécessité de mettre en valeur les caractéristiques patrimoniales du pavillon. Comme les Perrin, ils achètent une maison inhabitable, à rénover de fond en comble. Mais leur « coup de foudre » porte sur le cadre de vie et l’environnement immédiat, non sur la maison. Contrairement aux Faure ou aux Perrin, les Sérillon sont de faibles connaisseurs de l’histoire locale et des différences subtiles entre pavillons en meulière, lotissements de l’entre-deux-guerres et lotissements en série de l’après-guerre. Malgré un capital scolaire important, ni l’un ni l’autre n’exercent une profession qui est en rapport avec l’architecture et ils n’ont pas été sensibilisés, par leur trajectoire scolaire, à l’histoire de l’architecture. L’état originel de leur pavillon (taille minuscule, jardin transformé en « forêt vierge », absence de salle de bains) est donc avant tout vécu comme une contrainte, car ils souhaitent emménager rapidement et disposer d’un logement assez grand et fonctionnel, la naissance d’un enfant approchant. Ils ne vont donc pas « faire avec l’ancien » en restant proche de la forme originelle, mais plutôt le transformer en quasi-neuf. Au départ, ils envisagent de tout raser et de faire construire une maison neuve. Mais la démolition s’avère impossible, le conseil d’administration de la coopérative interdisant cette opération car la maison est classée « exceptionnelle », ce dont ils ne s’étaient pas aperçus au moment de l’achat. Ils se retrouvent dans l’obligation de devoir jouer avec de multiples contraintes (coefficient d’occupation du sol, règlement de copropriété), mais n’entendent pas s’investir personnellement dans les travaux, domaine dont ils n’ont aucune expérience. Ils ont peu d’idées précises sur l’aspect souhaité pour leur maison. Ils veulent seulement l’agrandir au maximum. C’est pourquoi ils font appel à « l’architecte de la coopérative », avec lequel travaille la copropriété, pour que leur projet soit accepté. Cela leur permet d’étendre la surface initiale de la maison (40 m2) à la surface actuelle (140 m2 mesurés et 200 m2 habitables), ce qui les amène légèrement au-dessus de la limite fixée par le règlement. Comme le souligne Mme Sérillon, « la meilleure façon de pas se faire retoquer le projet, c’est de prendre quelqu’un qui connaît parfaitement les règles de l’endroit. Et puis les agrandissements qu’il a faits étaient bien ». On voit donc qu’ils s’approprient assez faiblement les choix esthétiques réalisés sur leur pavillon.

29Pour eux, la surface prime sur l’esthétique, qui n’a plus grand-chose à voir avec l’aspect originel : ils sont contents du travail de l’architecte, auquel ils ont délégué les choix de fond. Cette opération a été rendue possible par leurs ressources économiques : les travaux ont été réalisés d’une traite par des professionnels. L’achat d’une maison dans l’ancien n’est finalement guère moins onéreux que la construction d’une maison neuve et n’est donc pas dicté, en l’occurrence, par des contraintes économiques. La combinaison d’une faible goût pour l’ancien, de ressources économiques importantes et d’un savoir-faire inexistant dans le domaine de la rénovation les conduit, d’une part, à « faire faire » et, d’autre part, à « faire du neuf avec de l’ancien ».

30Ces trois cas n’épuisent pas toutes les manières de faire avec un bâti ancien. Ils montrent cependant que, si les contraintes financières sont déterminantes dans la façon de faire avec l’ancien, d’autres ressources (expertise professionnelle, savoir-faire en matière de rénovation, acquisition d’un goût pour l’ancien en lien avec la profession ou la trajectoire scolaire) jouent un rôle dans les choix effectués. Tandis que les Perrin savent maîtriser le cours des travaux effectués, en raison des compétences professionnelles de M. Perrin et valorisent la période durant laquelle ils ont pu rénover leur pavillon « à leur goût », les Sérillon ne peuvent ou ne souhaitent pas s’approprier véritablement cette phase de leur achat et délèguent les décisions principales à des professionnels. Les aspirations résidentielles de ces couples, notamment leur goût plus ou moins prononcé pour l’ancien, viennent se combiner à des ressources inégales pour expliquer des manières de « faire avec l’ancien » hétérogènes au sein de la cité-jardin, qui expliquent la persistance, aujourd’hui, d’une certaine diversité dans le bâti pavillonnaire du quartier.

Se mobiliser pour valoriser et singulariser une forme urbaine ?

31Nous conclurons en soulignant l’effet de ces logiques résidentielles distinctives sur les mobilisations locales visant à valoriser la cité-jardin. La question du pouvoir local se joue de façon singulière dans cet espace, avec une très forte autonomie de gestion de la coopérative, par rapport à la municipalité de Mordreuil. Les espaces communs (rues, allées, espaces boisés, château), sont des espaces privatifs qui, à ce titre, ne sont pas entretenus par la commune, mais par la copropriété. La requalification sociale du peuplement agit donc directement sur l’entretien des espaces communs. C’est la cotisation annuelle des propriétaires, fixée en assemblée générale, qui permet de maintenir en état les espaces communs et l’embourgeoisement de la population a eu des effets très nets sur les investissements d’entretien et de rénovation. Dès la première vague d’installation de nouveaux habitants aux profils sociaux plus favorisés, dans les années 1970, la cité-jardin commence, selon les termes d’un ancien du quartier, à « redorer son blason ». Les archives de la coopérative montrent ainsi que, dès 1974, des discussions sont entamées sur l’augmentation des cotisations, nécessaire à la réfection du « château », une bâtisse de l’ancien domaine seigneurial qui sert de lieu de réunion aux habitants : les travaux sont lancés en 1978.

32Ce mouvement de valorisation prend une nouvelle forme dans les années 1990 : c’est désormais la forme urbaine originale de la cité-jardin qui est mise en valeur. L’installation de nouveaux habitants réunis par le souci de se distinguer de la banlieue pavillonnaire « banale », se traduit par une valorisation collective de cette singularité urbaine. Une mobilisation naît pour promouvoir l’image d’un pavillonnaire pas comme les autres et débouche, en 1997, sur un classement en ZPPAUP (Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager), fondé sur le plan original du lotissement. La patrimonialisation, pourtant synonyme de règles d’urbanisme contraignantes, ne déclenche que peu d’oppositions. Notons que le classement patrimonial est, certes, soutenu initialement par les membres du conseil d’administration, arrivés pour la plupart dans les années 1970 et qui ont déjà rénové et agrandi leur maison, mais les habitants récents, plus touchés par les règles contraignant la transformation du bâti, sont eux aussi massivement favorables à cette initiative, qui distingue leur lieu de vie du pavillonnaire des environs et valorise leur patrimoine. Ils vivent désormais dans un habitat classé, à l’originalité reconnue, concordant avec leurs aspirations résidentielles.

33Des tensions naissent, cependant, de ce mouvement de valorisation, après l’obtention du classement. Les logiques de distinction à l’origine de la patrimonialisation sont, comme nous l’avons vu, différenciées sur plusieurs points, en particulier quant aux modes d’appropriation du bâti ancien. Les conflits se polarisent sur les possibilités d’agrandissement des pavillons existants, et sur les choix esthétiques engagés par les rénovations. Le devenir du bâti ancien devient un enjeu à part entière des mobilisations locales, génératrices de tensions parfois violentes.

34Ces tensions portent notamment sur la « bonne façon » de mettre les parties communes de la cité en valeur. Le débat sur l’éclairage du parc en est un exemple apparemment trivial, mais révélateur. En 2003, un conflit naît entre des habitants qui souhaitent « mettre aux normes » le lotissement en le dotant d’un éclairage efficace : ce projet est porté par les membres élus du conseil d’administration de la coopérative d’habitation, habitants de la résidence appartenant aussi aux couches moyennes à supérieures, et arrivés principalement lors de la première vague de renouvellement de la population de la cité-jardin, dans les années 1970. Aujourd’hui retraités, ils consacrent un temps important à la gestion bénévole de la copropriété. Ils défendent la nécessité d’installer un éclairage plus intense afin d’éviter les accidents et de garantir la sécurité, tandis que d’autres habitants souhaitent conserver un éclairage faible, qui accentue, selon eux, l’impression d’être dans un parc et non dans un lotissement banal. Comme le dit Mme Millart, l’une des principales opposantes au projet d’éclairage : « Si on éclaire trop, on va se retrouver comme dans Mordreuil ou dans Paris, alors qu’il faut absolument garder l’atmosphère d’ici. On aura de l’éclairage qui nous tombe dessus de partout. Alors qu’actuellement, on a l’impression que c’est du jardin partout. » Selon elle, la singularité même de cette forme urbaine atypique est en jeu.

  • 15  L’opposition à ce projet étant liée à la question de la spécificité du bâti ancien, on comprend qu (...)

35Une opposition se structure entre les tenants du projet d’éclairage, bien représentés au conseil d’administration de la coopérative, et un groupe d’opposants, qui organisent des réunions pour contrer le projet. Mme Millart, architecte de formation, qui travaille comme consultante sur les questions d’énergie pour les collectivités locales, et qui valorise tout particulièrement l’aspect « jardin » du quartier, s’investit fortement dans cette mobilisation, tout comme les Faure, porteurs d’un goût pour l’ancien qui les amène à rejeter l’introduction d’un nouveau mobilier urbain, trop moderne et banal à leur sens. L’observation des prises de position des habitants mobilisés révèle un conflit de légitimité multidimensionnel. En effet, dans cette querelle, la maîtrise de la définition légitime du « style local » est l’enjeu central. C’est ainsi que les opposants au projet d’éclairage font feu de tout bois pour justifier leurs positions. Bien qu’arrivés récemment pour la plupart, ils se constituent un capital d’autochtonie grâce au soutien de la plus ancienne résidente de la cité-jardin, arrivée en 1926. Ces habitants récents opposés au projet sont dotés de compétences professionnelles dans le domaine de l’architecture et de l’urbanisme : ils convoquent par exemple le capital expert de Mme Millart pour critiquer les positions du président du conseil d’administration, un ancien ingénieur des travaux publics arrivé en 1975, accusé d’avoir des goûts de « bétonneur ». Pour justifier leur position, ils font aussi valoir la connaissance de l’histoire locale d’une opposante qui s’est investie bénévolement dans le classement des archives de la coopérative, ainsi que les recherches menées par Mme Faure sur les formes urbaines des environs15. La patrimonialisation fait donc consensus, mais des façons différentes de mettre en valeur le patrimoine commun s’expriment au sein du lotissement. Les oppositions qui en découlent peuvent s’interpréter de multiples façons, mais on peut souligner que le « goût de l’ancien », position esthétique inégalement partagée par les habitants de la cité-jardin, est un élément central des débats.

36L’étude de ce lotissement permet ainsi de mettre en lumière une forme de choix résidentiel distinctif pour des classes moyennes et supérieures amenées à déployer leur trajectoire résidentielle dans les espaces pavillonnaires de la région parisienne. Il s’agit ici, pour les ménages présentés, de trouver une forme d’habitat distinctive dans les espaces « moyens-mélangés » de l’Ile-de-France, soit qu’ils s’y installent pour la première fois afin d’accéder à l’habitat en maison individuelle, soit qu’ils y résident déjà et souhaitent connaître une promotion résidentielle. Contrairement aux ménages qui s’installent dans les communes de l’Ouest parisien, eux ne s’installent pas dans un espace nettement marqué par la prédominance des couches supérieures. Ce qu’on observe est plutôt un mécanisme de différenciation sociale et symbolique à l’échelle d’un lotissement. Le choix résidentiel s’y prolonge par des mobilisations qui mettent en valeur la forme urbaine atypique du quartier d’installation, à travers un classement en zone patrimoniale protégée. Ce classement, comme l’agrandissement et la rénovation d’une part croissante des maisons de la cité-jardin, signalent un processus de différenciation de ce lotissement par rapport aux quartiers pavillonnaires des alentours. De fait, on retrouve ici, à l’œuvre, des processus sociaux similaires à ceux de la gentrification des anciens quartiers populaires centraux (Authier, 1993) : rénovation du bâti ancien, patrimonialisation, valorisation des singularités d’un lieu, alors qu’on se situe dans un autre type d’espace résidentiel. Ce mouvement de « patrimonialisation » du pavillonnaire n’est pas limité à cette cité-jardin. Des recherches récentes ont montré que des politiques visant à distinguer et à constituer en patrimoine historique le pavillonnaire ancien se faisaient jour ailleurs, en région parisienne (Magri, 2004), contribuant ainsi à la différenciation interne des espaces périurbains.

Top of page

Bibliography

Authier J.-Y. 1993. La vie des lieux. Un quartier du Vieux-Lyon au fil du temps. Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Authier J.-Y. Bonvalet C., Lévy J.-P. (dirs) 2010. Les choix résidentiels. Lyon, Presses universitaires de Lyon, à paraître.

Baccaini B. 1997. Modalités et causes de la croissance des communes périurbaines d’Ile-de-France, Population 2 : 291-325.

Berger M., Jaillet M.-C. 2007. Vivre les espaces périurbains, Norois 255 : 7-9.

Berger M. 2006. Périurbanisation et accentuation des logiques ségrégatives en Ile-de-France, Hérodote 122 : 198-211.

Berger M., Brun J. 2006. Mobilités résidentielles, navettes et recomposition des systèmes résidentiels en région parisienne. Paris, PUCA.

Bidou C. 2004. Les classes moyennes : définitions, travaux, controverses, Éducation et sociétés 14 : 119-134.

Brun J., Fagnani J. 1991. Paris ou la banlieue, le choix d’un mode de vie ? Annales de la Recherche Urbaine 50 : 75-85.

Cartier M., Coutant I., Masclet O., Siblot Y. 2008. La France des « petits-moyens » : enquête sur la banlieue pavillonnaire. Paris, La Découverte.

Charmes E. 2005. La vie périurbaine face à la menace des gated communities. Paris, L’Harmattan.

Dubost F. 1996. Le modèle des cités-jardins : la modernité à l’épreuve du temps, Ethnologie française 26 : 92-99.

Fourcaut A. 1999. La cité-jardin contre le lotissement ? Urbanisme 309 : 22-24.

Kesseler E., Sagot M. 2008. Géographie sociale, habitat et mobilité en Ile-de-France. Paris, IAURIF.

Magri S. (dir.) 2004. Pavillons en héritage. Le façonnement d’un espace résidentiel en banlieue parisienne à la fin du XXe siècle ? Rapport à la Mission du Patrimoine ethnologique. Paris, Ministère de la Culture.

Montillet P. 2000. Vers une reconnaissance du patrimoine bâti d’Ile-de-France : les matériaux et les formes urbaines, Note rapide sur le patrimoine 269. Paris, IAURIF.

Préteceille E. 2006. La ségrégation sociale a-t-elle augmenté ? La métropole parisienne entre polarisation et mixité, Sociétés contemporaines 62 : 69-93.

Rougé L. 2005. L’Accession à la propriété et les modes de vie en maison individuelle des familles modestes installées dans le périurbain lointain toulousain. Les « captifs » du périurbain ? Toulouse, Université Toulouse-Le Mirail, Thèse de doctorat en géographie et aménagement.

Top of page

Notes

1  Ainsi, parmi les couples dont la personne de référence est un ouvrier de 30 à 49 ans, qui se sont installés dans un pavillon en propriété entre 1990 et 1999, 38 % résident à moins de 20 km de Paris et un sur quatre à plus de 40 km : ils étaient respectivement 43 % et un sur six entre 1968 et 1975 (Berger et Brun, 2006 : 78).

2  Nous donnons à cette commune le nom fictif de Mordreuil, afin de protéger l’anonymat des enquêtés dans ce quartier où l’interconnaissance est forte.

3  La pierre meulière est un élément caractéristique du bâti pavillonnaire francilien (IAURIF, 2000).

4  Il existe des études sur les spécificités de cette forme urbaine (Dubost, 1996 ; Fourcaut, 1999).

5  Au recensement de 1936, le lotissement comprend 28,7 % d’ouvriers et surtout 36 % d’employés et de membres des professions intermédiaires.

6  Les comparaisons statistiques récentes sont difficiles à établir entre le lotissement et l’ensemble de la commune, car il est d’une taille inférieure au découpage par IRIS de l’INSEE. Pour l’année 1975, on dispose néanmoins des données du recensement INSEE à l’échelle de l’îlot qui correspondent au lotissement, donnant une composition de 23,7 % d’ouvriers (contre 33 % pour l’ensemble de la commune), 17 % d’employés (contre 23,4 %), 19,4 % de cadres moyens et professions intermédiaires (contre 18 %), 25,5 % de cadres supérieurs et professions libérales (contre 8,3 %), enfin 9,2 % de chefs d’entreprises et indépendants (contre 6 %). La surreprésentation des cadres supérieurs et professions libérales est donc particulièrement nette, dès 1975, par rapport au reste de la commune.

7  La coopérative d’habitation publie dans son journal mensuel la liste des changements de main des lots dans la coopérative, ce qui a permis de calculer les taux de rotation des propriétaires de lots par année.

8  Toutes ces données sont tirées des recensements de l’INSEE de 1990 et 1999. En 1999, la proportion de ménages dont la personne de référence appartient aux professions intellectuelles et cadres supérieurs est de 15 % dans la commune de Mordreuil (+12,4 % entre 1990 et 1999), celle des professions intermédiaires est de 19,8 % (+16,2 %), celle des ouvriers de 15,2 % (-12,8 %).

9  Étude menée à partir des données FILOCOM, tirées de fichiers fiscaux et fonciers (Kesseler et Sagot, 2008).

10  Le terme d’habitants « récents » s’entend par opposition, d’un côté, aux habitants descendants d’occupants originels de la cité-jardin coopérative, qui constituent encore 14 % des ménages, d’après les calculs établis à partir des archives de la coopérative d’habitation et, de l’autre, par rapport aux ménages arrivés au moment de la première vague de renouvellement de la population, que nous situons entre 1970 et 1980. Cela précisé, les ménages rencontrés ici ne sont pas tous « récents » au même titre, puisqu’ils sont arrivés dans le lotissement entre 1989 et 2003.

11  La dernière colonne résume les positions des ménages enquêtés par rapport aux projets concernant les espaces communs du lotissement soutenus par le conseil d’administration, au moment de l’enquête décrits dans la dernière section de l’article. Les opposants « mobilisés » se signalent notamment par la diffusion d’une publication concurrente au journal mensuel de la coopérative d’habitation et la tenue de réunions publiques.

12  Ces nouvelles couches moyennes correspondent aux « professions nouvelles ou renouvelées liées à l’extension du système éducatif, au développement des services étatiques ou parapublics et à l’accélération de l’innovation technologique ». On désigne donc ainsi les« catégories socioprofessionnelles dotées d’un capital culturel essentiellement acquis par le canal scolaire et universitaire » (Bidou, 2004 : 125).

13  Ces données ont été établies à partir des listes des ventes de lots publiées dans le mensuel de la coopérative.

14  Comme précisé précédemment, cette relative diversité s’étend, parmi les enquêtés, des professions intermédiaires aux cadres supérieurs, pour des couples qui sont tous bi-actifs.

15  L’opposition à ce projet étant liée à la question de la spécificité du bâti ancien, on comprend que les Sérillon, qui ont rénové leur maison de fond en comble, soient peu sensibles à cette question et restent indifférents à ce débat. Quant aux Perrin, ils sont hostiles aux projets du conseil d’administration, mais choisissent de rester à l’écart des mobilisations.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Plan originel de la cité-jardin
Credits Source : Archives de la coopérative d’habitation de Mordreuil
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1361/img-1.jpg
File image/jpeg, 4.4M
Title Tableau 1. Caractéristiques des 4 ménages étudiés11
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1361/img-2.png
File image/png, 188k
Top of page

References

Electronic reference

Hélène Steinmetz, « Se distinguer dans les espaces pavillonnaires ? », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 5 | 2009, Online since 25 April 2010, connection on 25 March 2017. URL : http://articulo.revues.org/1361 ; DOI : 10.4000/articulo.1361

Top of page

About the author

Hélène Steinmetz

Doctorante en Sociologie, Université de Lyon, Groupe de recherche sur la socialisation.

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org