Skip to navigation – Site map
Le périurbain : territoires de relégation ou d’ascension sociales ?

Ville nouvelle, quarante ans après. Les pionniers vieillissants de Maurepas

New cities, forty years later. The ageing pioneers of Maurepas
Marie Peretti-Ndiaye and Rémi Tréhin-Lalanne

Abstracts

Through the impetus of the 1965 “Schéma directeur d’Aménagement et d’Urbanisme” (Strategic plan for land development and city planning), five new cities were built in the 1960s in the outskirts of Paris. Their development suggests the will to meet precise urban needs sometimes coupled with space availability, and services and equipment offers then thought of as innovative. Maurepas – until 1984 part of the new built-up area of Saint-Quentin-en-Yvelines - was shaped in part by these aspirations. Today, its population is ageing and its urban layout reflects power struggles and is characterized by partitioning and relative uniformity. The city’s design hints at a will to build “a new style of urban life” (Gladieu, 2003). During this evolution, trailblazing middle-class households settled the area and took centre stage. They were driven by a belief in a new city where everything was to be built and that offered new perspectives in terms of personal space. They are now over sixty. Forty years after they settled in, their discourse on the city shows several sources of tension: on the one hand, tensions between rural and urban areas, and on the other, tensions between adherence, differentiation and reflexivity. These tensions can be paralleled with the city’s evolution and the way public debates on urban forms are being framed. These different elements lead us to consider the existing resistances and projections as well as the subjectivization processes they sometimes reveal.

Top of page

Full text

La plaine est morne et lasse et ne se défend plus, La plaine est morne et morte — et la ville la mange.
E. Verhaeren (1995 : 13).

Et le résultat, quand il est favorable ? Eh bien, cela fait des vieux, ma foi forts aimables, à l’occasion secourables, se surveillant peut-être un peu trop.
H. Michaux (1967 : 201).

Introduction

1Construites sous l’impulsion du Schéma directeur d’Aménagement et d’Urbanisme de 1965 et, plus largement, sous l’effet d’une planification urbaine « elle-même issue d’un mouvement de rationalisation » (Valade, 2008 : 122), cinq villes nouvelles ont vu le jour en région parisienne à la fin des années 1960. Il s’agit alors non seulement de répondre à des besoins urbains identifiés, mais aussi de mettre à la disposition des habitants des espaces, des services ou des équipements envisagés alors comme novateurs.

2La ville de Maurepas, située dans les Yvelines, à une trentaine de kilomètres de Paris, est façonnée en partie par ces aspirations, mais aussi par l’action de constructeurs tels que Jacques Riboud ou William Levitt (Gournay, 2002). Sa configuration laisse entrevoir la volonté d’ébaucher « un nouveau genre de vie urbaine » (Pachaud, 2005) manifeste durant les années soixante et soixante-dix tandis que l’histoire de la commune, qui compte aujourd’hui plus de 20 000 habitants, permet d’envisager les difficultés inhérentes à l’intercommunalité (Gladieu, 2003). Ces dernières expliquent en partie sa « sortie » de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines en 1984. Elle constitue aujourd’hui une commune à la population vieillissante et à l’urbanisme marqué par des jeux d’échelle, des cloisonnements… et par une relative uniformité.

3Une étude portant sur les dynamiques résidentielles et les pratiques énergétiques des ménages périurbains a été réalisée par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) et l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile-de-France (IAU-IdF) courant 2009. Durant cette étude, une trentaine d’entretiens semi-directifs a été réalisée à Maurepas afin de comprendre les choix résidentiels et les pratiques actuelles de la ville. Dans ce cadre, les relations avec les autres habitants comme l’investissement dans le quartier et la ville ont pu être interrogés. Cette première approche a été complétée par des entretiens non-directifs réalisés auprès de ménages de retraités installés entre 1967 et 1971 dans les premiers quartiers de la ville (Malmedonne, Bessières, Bois) (Figure 1). Ces derniers entretiens ont, quant à eux, été centrés sur leurs expériences passées et actuelles de la ville. Ces matériaux ont été collectés pour répondre à une série de questionnements nés à la faveur de la première vague d’entretiens : comment l’expérience d’un investissement collectif, quasi communautaire, relatée par la majeure partie des interviewés, a-t-elle pu éclore dans un environnement à la fois très standardisé et très individualisant ? Comment médiatise-t-elle, une quarantaine d’années après, leur rapport à la ville ?

Figure 1. Vue aérienne de Maurepas et des premiers quartiers (Source image : GoogleEarth)

Figure 1. Vue aérienne de Maurepas et des premiers quartiers (Source image : GoogleEarth)

Les limites des quartiers ont été dessinées avec le plan d’assemblage IRIS 2000 de l’INSEE.

Les quartiers A (Centre ville), B (Malmedonne) et C (Bessières) ont été conçus par J. Riboud à partir de 1967. Le quartier D (Bois de Maurepas) a été construit à partir de 1972. Le quartier E est le quartier HLM des Friches (1985). Le grossissement de la vue aérienne par quartier fait apparaître une disposition et une densité de l’habitat différentes selon les quartiers.

4Ces acteurs ont en effet vécu, pour certains d’entre eux, la période qui s’étend des premiers balbutiements de la ville à l’engloutissement partiel du rural ; ils vieillissent aujourd’hui dans un environnement urbain destiné — au départ — à combler les attentes fonctionnelles de jeunes familles d’actifs et caractérisé par une relative uniformité architecturale, générationnelle et socio-économique. Ce sont les contours de cette expérience que nous souhaitons ici esquisser en nous référant à une trentaine d’entretiens réalisés en 2009 dans la ville.

5Comment ces individus confèrent-ils désormais du sens à leur situation résidentielle ? Quelles sont les modalités selon lesquelles ils s’approprient – ou rejettent – les espaces de la ville et du logement ? Quelles sont les possibilités que leur ouvrent ces espaces et cette histoire commune en termes de processus de subjectivation ?

6Afin d’envisager ces questions, nous évoquerons dans un premier temps l’émergence de Maurepas et caractériserons les « pionniers » installés dans la ville naissante. Nous tenterons, à partir de sa reconstruction a posteriori, de souligner l’existence d’une mémoire collective qui se révèle, elle-même, un prisme intéressant pour comprendre les enjeux actuels. Nous esquisserons, dans un second temps, les représentations et pratiques afférentes au vieillissement de ces acteurs. Les évolutions des regards sur la ville seront à ce propos évoquées. Nous interrogerons, parallèlement, la manière dont les modes d’appropriation décrits ont été mis à l’épreuve de ce vieillissement. Ces différents éléments nous conduiront à esquisser les contours des processus de subjectivation.

L’installation en ville-nouvelle : du projet patrimonial à l’expérience collective

Au départ, nous nous sommes installés dans la ville, car elle symbolisait un challenge : tout à faire, tout à construire […]. Ça bouillonnait au niveau culturel et sportif […]. Il y avait beaucoup de jeunes couples originaires de province avec les mêmes problématiques au niveau des loisirs, des gardes d’enfants… La ville nouvelle nous intéressait, car c’était moins cher que Versailles et on voulait une maison, car la famille s’agrandissait.

7Fanny a soixante-deux ans, enseignante à la retraite, elle est arrivée à Maurepas à la fin des années soixante. Le récit qu’elle livre quarante ans plus tard de cette installation laisse entrevoir des motivations et des aspirations contrastées, où s’entrecroisent projet patrimonial et projet collectif. C’est ce double mouvement que nous chercherons à analyser dans cette première partie.

Maison, sucrée maison (Binet, 1993)

  • 1  « Le problème du logement, c’est qu’on n’a pas eu tellement le choix. On habitait Paris, c’était t (...)

8À l’instar d’autres couples d’actifs avec enfants appartenant à l’ensemble flou des classes moyennes (Bidou-Zachariasen, 2004), Fanny explique en premier lieu son installation à Maurepas par le désir de devenir propriétaire d’une maison individuelle avec jardin. Qu’elle exprime le « sommet d’une trajectoire de consommation » (Gournay, 2002 : 184) ou, plus simplement, des aspirations à la possession d’un espace à soi, cette installation paraît avant tout motivée par des logiques économiques, voire patrimoniales1, telles celles mises en exergue par Bourdieu (1990 : 7): « Le projet de « faire construire » est à peu près toujours associé au projet de « fonder un foyer » (ou de l’augmenter), de bâtir une maison au sens de maisonnée, c’est-à-dire la création d’un groupe social uni par les liens de l’alliance et de la parenté, que redoublent les liens de la cohabitation ».

  • 2 « [Comment s’est opéré le choix de Maurepas ?] Ah, cela a été un coup de bol ! On a regardé Le Mond (...)
  • 3 Il s’agit des Zones d’Aménagement Concertées (ZAC) établies par la loi d’orientation foncière de 19 (...)
  • 4 Jacques Riboud a construit environ six mille logements dans le quartier Verrière-Elancourt-Maurepas (...)
  • 5  Voir, à ce propos, l’entretien avec Serge Goldberg cité par Sabine Effosse (2002 : 3-4).
  • 6  Il s’agit notamment de l’hôtel de ville, l’église et la poste.
  • 7  Pierre Bourdieu (1990 : 20) voit dans la mise en avant, par les promoteurs de maisons individuelle (...)

9En région parisienne, ces ressorts constituent, au cours des années soixante et soixante-dix, une force centrifuge. À l’issue des trente glorieuses, le périurbain s’impose en effet comme un nouvel espace des possibles. Moins cher que les quartiers bourgeois traditionnels et moins inconfortable que les quartiers populaires d’alors (Charmes, 2005), il constitue un lieu stimulant de nouvelles expériences pour les promoteurs, urbanistes et autres aménageurs. Des publicités pour les nouvelles « maisons sur catalogue » apparaissent ainsi sur des affiches ponctuant la Route Nationale 10 ou encore dans le quotidien Le Monde2, traduisant tout autant un changement dans le rapport de la petite bourgeoisie parisienne à la maison (Gournay, 2002 : 185) qu’une évolution plus globale consacrée par le Concours International de la Maison Individuelle de 1969 (Gournay, 2002 : 187-188). L’essor de Maurepas résulte de l’entremêlement de deux logiques politiques distinctes, voire opposées (Valade, 2008 : 136) : celle de la création programmée de nouveaux centres urbains — qui prend forme en 1965 sous l’égide de Paul Delouvrier avec le Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisation de la région parisienne, et celle initiée par le ministre de l’Équipement Albin Chalandon avec les Zones d’Aménagement Concertées3 qui favorise l’initiative des constructeurs privés. Le promoteur Jacques Riboud a bénéficié de ces mouvements : il a pu débuter un programme de logements4 avant que les urbanistes Guy Lagneau et Henri Coulon n’aient fini les schémas de la ville-nouvelle5. Il a ainsi joué un rôle-clé dans l’édification de la ville et même construit plusieurs monuments publics6. Ses maisons se caractérisent par leur fonctionnalité et leur esthétique « provinciale » (Riboud, 1961), une esthétique qui intègre des différenciations sociales. À chaque quartier correspond ainsi une gamme de maisons, souvent associées, par les personnes interviewées, à des caractéristiques sociales. Ces derniers évoquent spontanément le « standing » des différentes habitations et s’avèrent souvent capables d’estimer leurs prix au moment de l’achat, caractérisant ainsi socialement leurs propriétaires : « la plupart des gens étaient en accession à la propriété, alors… le type de maisons, si vous voulez… C’est “dis moi où tu habites et je te dirais qui tu es” ». Dans le quartier Malmedonne, les maisons, pour la plupart de plain-pied, sont accolées, mais conçues et disposées de manière à favoriser l’intimité des habitants (Figure 2) ; celles du quartier Bessières, isolées, plus spacieuses et accompagnées de jardins plus grands évoquent un niveau de confort supérieur, tandis que celles du centre-ville, moins cotées, sont d’étroites portions verticales de longues barres d’immeubles de trois niveaux (Figure 3). La plupart possèdent un jardin-patio bordé d’arbustes et des toitures de tuiles rondes et ocres, qui sont autant de références à la Provence. D’un quartier à l’autre, les noms des rues renvoient à un imaginaire rural, champêtre : boulevard de la Loire, avenue du Roussillon ou de la Vendée, rue du Couserans, allée de la Côte d’Or, sente de Charente, impasse des Cévennes... Cette dimension attire une population qui entretient souvent un lien spécifique avec le monde rural7.

Figure 2. Pavillon de plain-pied avec jardin dans le quartier Malmedonne

Figure 2. Pavillon de plain-pied avec jardin dans le quartier Malmedonne

Crédits : Rémi Tréhin-Lalanne

Figure 3. Pavillons avec patio dans le quartier Malmedonne

Figure 3. Pavillons avec patio dans le quartier Malmedonne

Crédits : Rémi Tréhin-Lalanne

Expériences néo-rurales

  • 8  L’articulation, dans les discours recueillis, des thématiques du calme et de la proximité peut per (...)
  • 9  « C’était uniquement une population immigrée qui y logeait. […] Il se trouve que tous les cas soci (...)

10L’installation à Maurepas constitue en effet un choix résidentiel qui traduit, pour plusieurs interviewés, l’aspiration à des espaces moins denses et plus ruraux que les villes historiques8. La façon dont ces interviewés évoquent l’espace de la ville laisse entrevoir un certain compromis entre rural et urbain qui peut être historicisé. L’arrêt, dans les années soixante-dix, de « l’urbanisme des tours et des barres » (Charmes, 2005) au profit de la construction d’espaces tels que les trames vertes dans les villes-nouvelles correspond, en effet, à l’apparition de nouvelles normes inspirées par la « tradition anglo-saxonne des allées et parkways » (Eleb-Harlé, 2002 : 27). Maurepas est ainsi opposée à des villes repoussoirs où la densité est parfois associée à l’insécurité et l’immigration aux problématiques sociales9. Ce changement de paradigme urbanistique fait écho à de nouvelles représentations en vigueur dans l’espace public, à une tendance néo-rurale qui coïncide avec l’émergence de courants régionalistes sur l’échiquier politique français ou, plus largement, avec « un sentiment de nostalgie envers un monde rural en cours d’extinction » (Gournay, 2002 : 178).

  • 10  Tapisserie ancienne, canapés en velours, napperons sous des vases remplis d’hortensias séchés, ust (...)
  • 11  « Au début, c’était des commerces ambulants, comme à la campagne : avec le vendeur de lait, le bou (...)

11La façon dont les ménages prolongent, dans leurs intérieurs, ce côté provincial par une décoration rustique10 témoigne de leur appropriation de cet imaginaire provincial. Mais si cette référence rurale fait ici sens, c’est avant tout, semble-t-il, car elle s’inscrit dans une expérience marquée… par des attributs de la ruralité. Les pionniers emménagent en effet dans des pavillons situés au cœur de la plaine de l’Agiot, les pieds dans la terre, entourés de champs et de forêt. Ils sont alors tributaires, à l’instar de certains ruraux, des commerçants ambulants qui, « comme à la campagne »11, livrent lait, viande ou pain. Leur quotidien est rythmé par les contraintes horaires liées à ces livraisons autant que par les va-et-vient entre sphère domestique et univers professionnel.

Un espace à défricher collectivement

12L’acceptation des contraintes liées à une urbanité inachevée où l’espace rural impose aux habitants l’achat de bottes, pour faire face aux boues, est souvent évoquée lors des entretiens réalisés :

C’était le début de Maurepas. On cherchait plus grand et les prix de lancement étaient intéressants. La maison nous plaisait même si rien n’était construit. Il y avait de la boue, pas de commerces… Les débuts ont été un peu durs ! […] J’ai tout vu construire. La première chose qu’on a fait en arrivant ici, c’est d’acheter des bottes.

13Si le vécu de désagréments quotidiens lors de l’installation à Maurepas transpire de la majeure partie des discours recueillis auprès des « pionniers », il s’accompagne souvent, dans leurs récits, d’anecdotes insistant sur la solidarité régnant alors dans la jeune commune :

La règle, ici, par exemple pour nos enfants, les deux premières années : aller à l’école en bottes… Ils devaient avoir des chaussons à l’école et des chaussons à la maison. Et, devant l’école, devant la maison, avec des tuyaux d’arrosage, ils rinçaient les bottes et mettaient les chaussons. […] Parce qu’on avait les pieds dans la glaise. Et puis, il y a eu autre chose. Par exemple, l’école. Il y avait une maternelle qui avait ouvert dans un préfabriqué, mais autrement les écoles… On était obligé… On n’avait pas d’écoles dans le quartier, donc on organisait aussi des covoiturages. On était un certain nombre de femmes qui travaillions, parce que pour accéder à la propriété, il nous fallait deux salaires… Et on organisait des covoiturages, pour que tout le monde ne soit pas pris tous les jours à emmener les enfants. Ça créait des liens, aussi.

  • 12  Guy, ancien enseignant en éducation physique et Annette, ancienne responsable d’une grande entrepr (...)
  • 13  Ce mouvement, crée en 1947, se réfère au « personnalisme communautaire » d’Emmanuel Mounier et a p (...)

14Au-delà de ces pratiques collectives informelles, un tissu associatif extrêmement dense, principalement axé autour d’activités culturelles et sportives destinées aux enfants et aux jeunes parents12, s’est développé à cette même période. Et l’engagement dans la ville a parfois pris une teneur politique. Deux mouvements semblent avoir joué un rôle particulier dans la vie municipale des premières années, le Groupe d’action municipale et le comité local de Vie nouvelle13 :

Il y a une chose qui a été très importante lors de notre arrivée en ville nouvelle. C’est qu’il y avait sur Maurepas un GAM, groupe d’action municipal, qui était au fond… C’était une association… C’était un contre-pouvoir par rapport, en particulier, aux municipalités de droite […]. On a tout de suite intégré ce groupe, ce qui a été très important parce que cela nous a permis de connaître plein de gens, et plein de gens qui étaient comme nous. Et comme tous ces gens qui arrivaient dans une ville-nouvelle étaient déracinés, qu’ils avaient envie de s’enraciner, justement, et de permettre à l’autre, aussi, de ne pas se sentir isolé… Donc, je crois que pour nous ça a été assez déterminant, quand on est arrivé, pour s’implanter. Et, justement, autour du GAM se sont créés plein… Il y a eu un fourmillement associatif qui était assez fantastique » […] « Le GAM, c’était d’abord, se documenter : qu’est-ce qu’un conseil municipal ? Comment on gère une ville ? Vous voyez, c’était d’inspiration, au départ, un peu neutre, mais gauchisant quand même. C’était un groupe de travail […] sur la municipalité, comment gérer une ville, comment faire vivre une ville.

15Si la relative homogénéité d’une population principalement composée de jeunes actifs avec enfants a favorisé les pratiques d’appropriation de l’espace et l’implication politique à l’échelle locale, c’est avant tout, semble-t-il, car elle s’est chargée d’un sens particulier dans le contexte d’une ville-nouvelle elle-même née à la faveur de conceptions politiques et urbanistiques spécifiques :

Ce qui nous attirait, c’était le fait d’une ville neuve ! La ville neuve avec toutes ces richesses, sa diversité… voilà. Et puis, ces petits villages autour, qu’on trouvait charmants. Mais le fait de faire du neuf, une société neuve… on a imaginé beaucoup de choses. Donc, on s’est trouvé dans cette mouvance, on était des jeunes loups, hein ! […] Je me souviens qu’en 1974, oui, à peu près, j’étais commissaire aux comptes à l’association pour les activités socioculturelles de Maurepas-Elancourt […]. Et il y avait 468 associations répertoriées, qui payaient leurs cotisations : c’était une vie incroyable ! Une vie incroyable. […] Dans le square, il y avait dix-huit enfants d’âge scolaire, en maternelle ou primaire. […] Bon, je pense que les gens ont vécu parce qu’ils avaient besoin toujours de l’entraide, hein, à cause de nos enfants. C’est pas neutre de partir de Paris ou de partir de quelque part, hein, pour arriver dans de la boue. […] Le premier travail qu’on a fait, c’était de remettre toute la voirie à la commune. […] On avait un syndic, on a viré le syndic. Forcément, pour gérer une copropriété [de 251 résidences]. On a viré le syndic et on a fait le syndic bénévole. […] On s’est dit […] on va remettre les voiries [à la mairie]. […] On faisait partie d’un groupe qui s’appelait « La Vie Nouvelle ». On était quarante-cinq ou quarante-huit, dans le groupe, selon les années. Et du groupe, y’en a huit sur Maurepas qui sont rentrés à la municipalité.

  • 14  « À considérer les malfaçons, les difficultés de transports et les autres difficultés inhérentes à (...)
  • 15  Voir note 16 sur le mouvement Vie Nouvelle.
  • 16  La ville ne fut réellement achevée qu’en 1978.

16Cette articulation entre expérience collective des désagréments, situation familiale proche et fort investissement associatif et politique dans la ville est soulignée par Olivier Vaubourg, dans son travail sur la mémoire collective des « pionniers » de Saint-Quentin-en-Yvelines14. Le « sentiment pionnier » qu’il décrit a des soubassements politiques et religieux15. Ces derniers ne doivent cependant pas masquer le poids de l’expérience vécue dans la construction imaginaire du collectif. Confrontés à un même manque d’équipements et d’infrastructures, certains habitants ont dû attendre près d’une dizaine d’années l’achèvement de la ville16. Dans leurs récits, ces contraintes apparaissent chargées d’un sens particulier. Elles ponctuent des trajectoires qui expriment souvent la volonté de fuir une ville perçue sous le jour des grands ensembles ou de la densité anonyme.

  • 17  Susanna Magri (2008) rend compte des pensées urbanistiques qui, entre la Seconde guerre mondiale e (...)
  • 18  Les affiches et publicité des constructeurs, la mise en place de « villages-expos » par le Ministè (...)

17Ce dernier aspect doit lui-même être historicisé. Il s’inscrit en effet dans une période marquée par un changement de paradigme urbanistique, par le passage d’une glorification de la modernité corbuséenne au refus des grands ensembles et à la valorisation de l’habitat individuel en milieu périurbain17. Les pionniers sont confrontés à la fois aux difficultés d’une ville inachevée et à des pensées divergentes de ce que doit être un logement ou une ville, pensées qui transparaissent par de multiples biais dans l’espace public18. Le terme « pionnier » a lui-même d’abord été utilisé comme argument publicitaire ; pour Olivier Vaubourg (2005 : 225), « il s’agi[ssai]t alors de charger symboliquement un “cadre de vie” en construction, d’une dimension mythique par laquelle ville nouvelle doit rimer avec vie nouvelle ». Il y a donc là une tension entre détermination et réappropriation du cadre de vie, qui apparaît ici peut-être plus saillante qu’ailleurs, et qui semble ne pas avoir échappé à certains acteurs interrogés. « C’est une ville qui au départ a été un peu conçue comme une “ville dortoir” mais où les gens n’ont pas voulu que ce soit justement une ville dortoir… et ont refusé de venir seulement pour dormir et ont justement suscité toute une sorte d’activités, d’associations… », raconte ainsi une journaliste retraitée.

18C’est au vu de ce double jeu de configuration et de reconfiguration des débats publics relatifs à la ville, mais aussi d’une expérience caractérisée par l’accession à la propriété, l’attente, l’incertitude, l’entraide et l’investissement dans des collectifs que doivent aujourd’hui être pensées les reconstructions a posteriori des pionniers de Maurepas. Elles doivent également être mises en perspectives avec une expérience actuelle de la ville marquée par le vieillissement.

Les pionniers à l’épreuve du temps

  • 19  Les recensements effectués depuis 1975 font apparaître une chute régulière des moins de 20 ans à M (...)

19Quarante ans après leur installation, les pionniers font en effet face à un vieillissement qui combine des dimensions objectives et subjectives. Si l’âge des pionniers19 et l’altération du bâti en constituent la facette objective, il se charge également d’une teneur particulière, subjective et intime, dont le départ des enfants et la fin de la vie active comme la diffusion, dans l’espace public, d’images stigmatisant le périurbain constituent des illustrations. Ce vieillissement affecte en effet tout autant acteurs et bâti, tendant à lier dans une dynamique commune les pionniers et leur ville. Plus encore, cette épreuve du temps affecte également les formes de mobilisations mises en place lors de leur installation.

Du rêve patrimonial aux difficultés de la transmission

20La maison des pionniers est aujourd’hui souvent désertée. Le départ des enfants se conjugue parfois de façon douloureuse à la mort de l’un des conjoints, tendant à exacerber l’impression de vide au sein du logement. Si cet aspect, souligné par plusieurs interviewés, peut paraître plus caractéristique d’une expérience générationnelle que du vécu dans la ville, il s’inscrit toutefois ici dans un contexte particulier, marqué par le partage d’un rêve patrimonial lors de l’achat, par la relative homogénéité générationnelle des habitants et du bâti (Figure 4), et par des modes de sociabilité souvent médiatisés par la cellule familiale. Les interrogations concernant la transmission cristallisent ainsi des angoisses particulières. Cette question revêt des dimensions matérielles, financières et affectives.

Figure 4. Des quartiers vieillissants

Figure 4. Des quartiers vieillissants

Source : Recensement de la population 1999, données par IRIS, INSEE

  • 20  À titre d’exemple, la route nationale qui longe une partie de la ville était autrefois traversée p (...)

21Le souhait, énoncé par plusieurs interviewés, que leurs enfants « reprennent » la maison ou, à défaut, de vendre sans moins-value leurs biens, se heurte d’abord à la dégradation d’une partie du bâti. Certaines maisons de Maurepas vieillissent en effet assez mal, obligeant leurs propriétaires à des investissements parfois coûteux. Les dysfonctionnements des réseaux électriques et hydrauliques constituent l’un des thèmes récurrents des entretiens réalisés. Ce souhait se heurte également à la dévalorisation de certains quartiers de la ville. La quiétude et l’ancrage rural du lieu, qui représentaient leurs principaux atouts, apparaissent aujourd’hui mis à mal par l’extension urbaine20. Plus encore, l’identification au monde rural semble entravée par les stigmates urbains que constituent, pour plusieurs interviewés, pollution et immigration. « Il y a un certain type de population qu’on ne voyait pas avant à Maurepas. On les voit quand on va faire nos courses à Auchan : il y a des femmes en burqas noires… J’ai l’impression qu’il y a un changement de nature de population », relate ainsi un professeur de chimie. Ce dernier aspect va de pair avec la disparition des marqueurs provinciaux que constituaient les « petits commerces du centre ville », peu à peu remplacés par des banques et des agences immobilières, au grand dam de plusieurs interviewés.

  • 21  Le changement de paradigme urbanistique qui coïncide avec la construction de Maurepas et l’install (...)

22Plusieurs habitants évoquent leurs désirs ou leurs projets de quitter Maurepas. Leurs velléités de départ sont parfois contrariées par l’évolution des coûts de l’immobilier. « On aimerait bien s’en aller, non pas que ça nous déplaise, mais on connaît bien la Charente-Maritime, mais c’est cher, ça pose un peu problème parce que, là-bas, les prix augmentent de 20 % alors qu’ici ça baisse d’autant. Ça fait 40 % de différence ! », raconte ainsi une retraitée. Ce type de regret transparaît surtout dans les quartiers du Centre Ville et de Malmedonne, où vivent les ménages plus modestes (Figure 1). Et le regret point parfois de ne pas être parti avant, révélant l’impression d’être enserré dans un étau périurbain aujourd’hui dévalorisé21. Les difficultés liées à la transmission du bien immobilier vont ainsi parfois de pair avec une reconfiguration plus générale des représentations et des pratiques des pionniers vieillissants.

23Le vieillissement des habitants génère en effet des ruptures radicales dans leurs quotidiens. Le mode de vie pendulaire (Sencébé, 2000) partagé par la majorité des acteurs, s’est souvent interrompu brutalement à l’heure de la retraite, laissant de nouveaux espaces libres à occuper. Les jardins apparaissent alors parfois trop petits, la ville, étriquée. Pour les pionniers à la retraite, Maurepas « n’a [ni] le charme d’un vieux village », ni le cachet des villes historiques à la vie culturelle intense. Ce jugement est toutefois souvent contrebalancé par la référence à la ruralité :

C’est une ville qui a été moderne. C’est pas les villes modernes de Jean Nouvel. C’est pas Saint-Quentin en Yvelines, c’est une ville qui a eu un caractère qui date quand même un peu, qui est quand même, d’un point de vue esthétique, je pense… le fait qu’il y ait de l’air qui passe… Ça fait partie de l’esthétique, pour moi. C’est une ville qui est aérée. Même dans les quartiers d’immeubles, les immeubles sont… sont pas les uns sur les autres, il y a des espaces verts un peu partout et la municipalité… et les municipalités successives ont le souci de développer les espaces verts. Au fond, on est une ville à la campagne et il y a le souci aussi de garder ce caractère. C’est-à-dire que la nature est présente. Elle est présente à travers les jardins, mais elle est présente aussi avec ce qu’il y a à travers les immeubles : les pelouses, les arbres, etc. [Et au niveau architectural, vous la caractériseriez comment ?] Euh… C’est… Il y a quelques… disons qu’il y a plusieurs entités qui… Il y a… Le gros, c’est quand même les quartiers Riboud, qui sont quand même tous pareils. Tous pareils, mais avec des différences. C’est ce qu’on a aussi dans notre quartier ici ; c’est-à-dire qu’il y a quelques types de maisons qui mettent un peu de diversité, mais il y a quand même une relative unité architecturale. […] Disons que c’est… Ça date… C’est la fin des années soixante et les années soixante-dix, c’est… Actuellement, on construit un peu différemment. […]. Et l’esthétique de la ville, moi, je trouve qu’elle n’est pas désagréable. Mais… Je pense qu’on ne construirait plus une ville comme ça aujourd’hui ... […] Dans l’ensemble je trouve quand même qu’il y a des choses qui sont belles […] La halle couverte, je trouve que c’est quelque chose qui est beau […] Ça me rappelle les marchés anciens […] Certaines halles dans l’est. Elles étaient plus petites les halles, on ne les construisait pas aussi vastes… Mais ça me fait penser à certains marchés dans les Vosges, en Normandie aussi.

24Les représentations relatives à la dévalorisation du tissu urbain se combinent ainsi à des perceptions plus positives qui prennent appui sur la référence aux marqueurs ruraux et, parfois, sur la mobilisation de l’expérience collective.

L’empreinte du collectif

  • 22  Ceux qui avaient investi dans le bas de la gamme des maisons Riboud sont peut-être les plus nombre (...)

25Cette dernière joue un rôle particulier dans les récits des pionniers de Maurepas : elle donne un sens à leurs trajectoires spatiales. Elle contribue également à maintenir de fortes relations entre pionniers retraités et participe, plus largement, d’une revalorisation de leur ancrage géographique en lui donnant une valeur fondatrice. Les réseaux de sociabilité issus de l’expérience commune de l’installation « dans la boue » quarante ans auparavant, se sont en effet souvent perpétués d’autant plus fortement dans les quartiers où les « pionniers » sont restés22. Contrairement aux habitants d’âges proches installés plus tardivement dans la ville, les « pionniers » restés à Maurepas disposent des ressources offertes par une sociabilité nourrie par l’idée d’une expérience commune : « On échange beaucoup de services avec les voisins. On avait tous entre 20 et 30 ans quand on est arrivé, c’est pour ça qu’on est tous retraités maintenant » explique ainsi Josiane. Mais ces réseaux de sociabilité s’amenuisent avec le départ des uns et la disparition des autres.

26Dans un contexte où la transmission patrimoniale peine parfois à s’accomplir, la mobilisation de l’histoire collective et l’évocation du « fourmillement associatif », constituent le principal recours pour donner du sens aux trajectoires résidentielles. Plusieurs couples interrogés racontent ainsi « la vie incroyable » qui fut la leur durant les premières années de la ville.

27Parallèlement, les « pionniers » constatent souvent amèrement le moindre investissement des habitants plus récemment installés. Les causes invoquées à ce propos diffèrent et s’opposent parfois : d'aucuns évoquent l’embourgeoisement de la ville ; d’autres, sa paupérisation. Elles donnent toutes cependant une teneur particulière à la question du vieillissement, présentée plus ou moins explicitement comme celle du « long déclin de l’esprit pionnier » (Vadelorge, 2003). Ces formes de sédimentation des mobilisations collectives, qui se sont produites durant les années soixante-dix, ont été étudiées par Loïc Vadelorge : « les nombreux mouvements d’habitants des années soixante-dix et quatre-vingt témoignent d’une volonté d’autogestion de l’environnement et du quotidien. Elles génèrent des formes spécifiques de sociabilité, érigées ensuite en âge d’or » (2003 : 22).

  • 23  « Il y a la vie associative qui est très développée mais qui est en même temps… qui continue dans (...)

28Ce constat peut être appliqué à Maurepas. Ici, l’adhésion des acteurs à une mémoire collective, c’est-à-dire à une reconstruction du passé qui prend en compte les « cadres sociaux » présents du groupe (Halbwachs, 1994) se traduit souvent par un regard critique quant au présent de la ville. L’évolution de la vie associative cristallise des représentations anxiogènes23 tandis que l’hyperstandardisation de la ville est ressentie de façon accrue, à l’instar des cloisonnements sociaux inscrits dans l’espace (Figure 5). La vie locale actuelle est parfois jugée durement à l’aune du passé : les pratiques consuméristes des nouveaux habitants ainsi que leur incapacité à organiser eux-mêmes la « convivialité » à l’échelle du quartier sont critiquées tandis que la disparition du Groupe d’Action Municipale ou l’opposition à la construction de logements sociaux sont lus comme les signes d’un embourgeoisement peu favorable à l’investissement collectif.

Figure 5. Une forte segmentation sociale par quartier

Figure 5. Une forte segmentation sociale par quartier

Source : Revenus fiscaux 2006, données IRIS, Direction générale des Impôts, traitement INSEE

29Ce regard peut être caractérisé au vu de trois éléments, qui constituent la trame commune de ces « cadres sociaux » présents : la retraite, le resserrement de la sphère familiale et le changement de paradigme urbanistique. Dans un tel contexte, l’adhésion aux logiques communautaires peut se traduire par la tendance à mythifier le rural, cette mythification traduisant l’évitement de problématiques sociales ou politiques actuelles par le truchement du culturel (Barthes, 1957). Les récits collectifs qui ponctuent l’expression de cette mémoire collective contribuent en effet à gommer l’amertume de certains pionniers face à l’amoindrissement des investissements collectifs dans la ville ou aux oppositions que soulève la construction de nouveaux logements sociaux.

  • 24  Une interviewée raconte ainsi refuser de se promener à pied dans la ville pour ne pas faire comme (...)

30Ces différents éléments permettent d’interroger les reconstructions a posteriori évoquées dans la première partie et, plus spécifiquement, la nature du lien communautaire invoqué par plusieurs interviewés. Leurs récits révèlent en effet une tendance à la mythification de l’expérience commune face à laquelle ils semblent osciller entre trois postures : l’adhésion, la différenciation et la distanciation. La première posture, l’adhésion, peut se traduire par un manque de recul critique face à la normativité communautaire ; parallèlement, elle constitue un levier essentiel de la mobilisation collective. La seconde traduit souvent une quête d’individualité qui va de pair avec la non-reconnaissance d’autrui comme sujet24; la troisième, enfin, se joue dans l’« effort pour unir […] la face défensive et la face offensive de l’acteur humain » (Touraine, 1992 : 282) et prend appui sur la réflexivité. L’approche critique des normes communautaires va ici de pair avec la possibilité à se projeter, encore, dans l’action collective.

Conclusion

31Les récits et discours des pionniers de Maurepas laissent ainsi entrevoir un champ de tension polarisé par les questions urbaine, sociale et patrimoniale. Les représentations concernant espace domestique et urbain, diffuses dans l’espace public, semblent peser sur les acteurs. Le choix d’une maison individuelle inscrivant les habitants dans une expérience néo-rurale fait en effet écho aux paradigmes urbanistiques en vigueur lors de leur installation. Pourtant, cette vision déterministe apparaît mise à mal par les expériences de mobilisation collective que leurs récits révèlent. Si l’on accepte l'idée que les premiers habitants de Maurepas ont modelé une histoire qui leur est propre et que la ville a été détournée de son objet premier — caractérisé par certains interviewés comme le « destin d’une ville-dortoir » — leurs mobilisations apparaissent comme autant de résistances à ces logiques. Ce hiatus entre intentions de départ et réalité vécue quelques décennies après se vérifie à l’échelle européenne, qu’il s’agisse de villes nouvelles écossaises et françaises ou des villes planifiées socialistes d’Europe centrale (Haumon et al, 1998).

32Un regard axé sur l’épreuve du temps fait, quant à lui, ressortir le passage douloureux du rêve patrimonial aux difficultés de la transmission ainsi que la reconfiguration des représentations et des pratiques de la ville et du collectif. Le mode d’entrée dans l’action collective médiatisé par la cellule familiale ne semble pas toujours avoir résisté. Dans un tel contexte, seules les ressources offertes par l’appartenance à la communauté des pionniers semblent infléchir positivement le regard posé sur leur situation résidentielle. Pourtant, cette appartenance communautaire s’avère elle-même porteuse d’une normativité qui s’exprime à travers les mythes de la mémoire collective et peut susciter des processus d’adhésion, de différenciation ou de distanciation. L’oscillation entre ces trois postures, que révèlent les entretiens réalisés à Maurepas, est caractéristique des processus de subjectivation. Comme le souligne Alain Touraine, le sujet n’est jamais un état stable, mais bien plutôt une tentative ponctuelle et douloureuse de s’arracher aux logiques dominantes.

Top of page

Bibliography

Barthes R. 1957, Mythologies. Paris, Seuil.

Bidou-Zachariasen C. 2004. Les classes moyennes : définitions, travaux et controverses, Educations et Sociétés 14 : 119-134.

Binet C. 1993. Les Bidochons. Tome 4 : Maison, sucrée maison. Paris, Fluide Glacial.

Bourdieu P. 1990. L’économie de la maison, Actes de la recherche en sciences sociales 81 : 2-96.

Charmes E. 2005. Le retour à la rue comme support de la gentrification, Espaces et sociétés 122 : 115-135.

Effosse S. 2002. Première campagne d’archives orales « Acteurs et mémoires de villes nouvelles », Programme interministériel Histoire et Évaluation des villes nouvelles, http://www.villes-nouvelles.equipement.gouv.fr/vie/rapports/acteursdesvillesnouvelles/roullier.pdf (consulté le 11 juillet 2009).

Eleb-Harlé N. 2000. Conception et coordination des projets urbains. Paris, Éditions Recherches.

Gladieu J.-D. 2003. Saint-Quentin en Yvelines : le dur apprentissage de l’intercommunalité, Ethnologie française 33 : 59-67.

Gournay I. 2002. Levitt France et la banlieue à l’américaine : premier plan, Histoire urbaine 5 : 167-188.

Halbwachs M. [1924] 1994. Les cadres sociaux de la mémoire. Paris, Albin Michel.

Haumont N. et al. 1998. Villes nouvelles et villes traditionnelles. Une comparaison internationale. Paris, L’Harmattan.

Magri S. 2008. Le pavillon stigmatisé. Grands ensembles et maisons individuelles dans la sociologie des années 1950 à 1970, L'Année sociologique 58 : 171-202.

Michaux H. 1967. Ailleurs. Paris, Gallimard.

Pachaud E. 2006. Villes nouvelles : du concept à la réalité, EspacesTemps.net,
http://espacestemps.net/document1880.html (consulté le 08 juin 2009).

Rousseau A. 1982. Les classes moyennes et l’aggiornamento de l’Église, Actes de la recherche en sciences sociales 44-45 : 55-68.

Riboud J. 1961. Expérience d’urbanisme provincial. Paris, Éditions Mazarine.

Sencébé Y. 2000. Mobilités quotidiennes et ancrages périurbains : attrait pour la campagne ou retrait de la ville ? in Bonnet M. et Aubertel P. (dirs) La ville aux limites de la mobilité. Paris, PUF : 153-160.

Touraine A. et Khosrokhavar F. 2000. La recherche de soi. Dialogue sur le sujet. Paris, Fayard.

Vadelorge L. 2003. Des villes sans histoire, Ethnologie française XXXVII : 21-30.

Valade B. 2008. Variations sur l’urbanisme d’état en région parisienne (1919-1969), L'Année sociologique 58 : 121-142.

Vaubourd O. 2005. La première vague et son écume. Histoire et sociologie de la génération politique des pionniers de Saint-Quentin en Yvelines, inVadelorge L. (dir.), Éléments pour une histoire des villes nouvelles. Paris, Manuscrit : 223-240.

Verhaeren E. 1995. Les villes tentaculaires. Paris, Librairie générale française.

Top of page

Notes

1  « Le problème du logement, c’est qu’on n’a pas eu tellement le choix. On habitait Paris, c’était trop cher, alors on a atterri ici, mais on aurait pu tout aussi bien atterrir dans une autre banlieue. […] On avait vu une publicité sur un journal. On habitait le 12e arrondissement. On ne voulait pas être trop loin d’une gare. On est venu voir, ça nous a plu. Y’avait rien à l’époque. C’était y a 42 ans de ça » racontent ainsi Odette et François, tous deux retraités de la fonction publique.

2 « [Comment s’est opéré le choix de Maurepas ?] Ah, cela a été un coup de bol ! On a regardé Le Monde un jour et il y avait une pub sur le bois de Maurepas. On s’est dit : “c’est pas mal !” et on s’est renseigné » répond ainsi Jean-Marie, professeur retraité.

3 Il s’agit des Zones d’Aménagement Concertées (ZAC) établies par la loi d’orientation foncière de 1967.

4 Jacques Riboud a construit environ six mille logements dans le quartier Verrière-Elancourt-Maurepas.

5  Voir, à ce propos, l’entretien avec Serge Goldberg cité par Sabine Effosse (2002 : 3-4).

6  Il s’agit notamment de l’hôtel de ville, l’église et la poste.

7  Pierre Bourdieu (1990 : 20) voit dans la mise en avant, par les promoteurs de maisons individuelles, de signes symboliques de ruralité une stratégie de marketing qui « flatte, excite ou réveille des dispositions préexistantes, auxquelles elles donnent l’occasion de se reconnaître et de s’accomplir » et tente de « convertir la relégation dans une lointaine banlieue en retour électif à la campagne ».

8  L’articulation, dans les discours recueillis, des thématiques du calme et de la proximité peut permettre de penser plus précisément cette question. « Quand on est arrivé, on était très très content, on était ravi ! Et il n’y avait pas toutes ces maisons. […] On n’était pas très loin de tout, surtout pour les enfants : de la forêt de Rambouillet, de Saint-Quentin, de la Vallée de Chevreuse. On a fait beaucoup de balades » s’enthousiasme ainsi Dominique, âgée de 70 ans.

9  « C’était uniquement une population immigrée qui y logeait. […] Il se trouve que tous les cas sociaux… beaucoup de cas sociaux se sont retrouvés là-bas, quoi », déclare ainsi l’un de nos interviewés à propos de Trappes.

10  Tapisserie ancienne, canapés en velours, napperons sous des vases remplis d’hortensias séchés, ustensiles en cuivre et têtes de gibier empaillées ont ainsi été observés lors des entretiens réalisés chez les pionniers de Maurepas.

11  « Au début, c’était des commerces ambulants, comme à la campagne : avec le vendeur de lait, le boucher, le boulanger. C’était de très bons produits » raconte ainsi l’une de nos interviewés.

12  Guy, ancien enseignant en éducation physique et Annette, ancienne responsable d’une grande entreprise suisse basée à Paris, tous deux installés à Maurepas dans le quartier de Malmedonne en 1967, racontent comment ils en sont venus à s’impliquer localement : « On était très sportif. Quand on est arrivé ici, il n’y avait pas de section de basket. Alors on s’est un peu amusé avec un panneau et petit à petit, on a créé le club qui existe encore aujourd’hui. On a entraîné des équipes ».

13  Ce mouvement, crée en 1947, se réfère au « personnalisme communautaire » d’Emmanuel Mounier et a pour objectif de « proposer des moyens de formation civique, culturelle et religieuse à des adultes désireux d’animer la société dans une perspective communautaire » (Rousseau, 1982 : 55 ; 57). Le comité monté sur Maurepas-Elancourt a joué un rôle important dans la vie municipale.

14  « À considérer les malfaçons, les difficultés de transports et les autres difficultés inhérentes à une installation en plein chantier urbain, l’on ne peut qu’être surpris face aux récits faisant de ces moments une “époque incroyable”. Mais cette surprise s’estompe en prenant en compte plusieurs processus sociologiques convergents. L’époque n’était pas seulement celle de la naissance d’un espace urbain à coloniser. C’était aussi, pour la plupart, les premiers pas d’une famille récemment formée, celui d’individus en pleine possession de leur jeunesse en début de carrière professionnelle et militante. Une triple émancipation individuelle, familiale et politique marque cette génération » souligne ainsi Olivier Vaubourg (2005 : 234).

15  Voir note 16 sur le mouvement Vie Nouvelle.

16  La ville ne fut réellement achevée qu’en 1978.

17  Susanna Magri (2008) rend compte des pensées urbanistiques qui, entre la Seconde guerre mondiale et les années soixante-dix, ont discrédité la maison individuelle au profit de la « cité nouvelle ».

18  Les affiches et publicité des constructeurs, la mise en place de « villages-expos » par le Ministère de l’Equipement ou encore l’organisation du concours Chalandon en 1969 en constituent autant d’illustrations.

19  Les recensements effectués depuis 1975 font apparaître une chute régulière des moins de 20 ans à Maurepas (40,1 % de la population en 1975 contre 25,5 % en 1999) et une représentation croissante des plus de 65 ans (14,3 % en 1999 contre 4,8 % en 1990), s’accompagnant d’une forte baisse de la taille des ménages (3,4 en 1975 contre 2,4 en 2005) (chiffres INSEE).

20  À titre d’exemple, la route nationale qui longe une partie de la ville était autrefois traversée par un passage clouté. L’augmentation de sa fréquentation a contraint les pouvoirs publics à installer une passerelle, au-dessus du flot rapide et ininterrompu de voitures, pour permettre aux habitants de Maurepas de rejoindre la gare d’Elancourt.

21  Le changement de paradigme urbanistique qui coïncide avec la construction de Maurepas et l’installation des pionniers, s’est en effet révélé de courte durée. Les années soixante-dix ont également vu naître la mise en avant d’un « style de vie étudiant » associé à un rapport à la ville spécifique qui ont contribué à dévaloriser une localisation périurbaine envisagée « comme le choix d’individus matérialistes, plus concernés par leur confort matériel et familial que par les stimulations offertes par la vie en centre-ville »(Charmes, 2005 : 132).

22  Ceux qui avaient investi dans le bas de la gamme des maisons Riboud sont peut-être les plus nombreux à être restés. C’est en tout cas une hypothèse possible pour expliquer la part très élevé de plus de 60 ans dans les quartiers les moins aisés.

23  « Il y a la vie associative qui est très développée mais qui est en même temps… qui continue dans une certaine mesure à vivre sur un acquis : ce sont souvent les mêmes personnes qui sont responsables d’un mouvement et qui le perpétuent […]. Il y a eu très peu de relève ! » souligne ainsi une interviewée.

24  Une interviewée raconte ainsi refuser de se promener à pied dans la ville pour ne pas faire comme « les pépés de Maurepas ». Plus largement, l’étude des pratiques de mobilité à l’intérieur comme à l’extérieur de la ville a permis de mettre en exergue l’existence de multiples déplacements sous-tendus par la volonté de se différencier des autres Maurepasiens.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Vue aérienne de Maurepas et des premiers quartiers (Source image : GoogleEarth)
Credits Les limites des quartiers ont été dessinées avec le plan d’assemblage IRIS 2000 de l’INSEE.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1350/img-1.jpg
File image/jpeg, 72k
Title Figure 2. Pavillon de plain-pied avec jardin dans le quartier Malmedonne
Credits Crédits : Rémi Tréhin-Lalanne
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1350/img-2.jpg
File image/jpeg, 40k
Title Figure 3. Pavillons avec patio dans le quartier Malmedonne
Credits Crédits : Rémi Tréhin-Lalanne
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1350/img-3.jpg
File image/jpeg, 36k
Title Figure 4. Des quartiers vieillissants
Credits Source : Recensement de la population 1999, données par IRIS, INSEE
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1350/img-4.jpg
File image/jpeg, 24k
Title Figure 5. Une forte segmentation sociale par quartier
Credits Source : Revenus fiscaux 2006, données IRIS, Direction générale des Impôts, traitement INSEE
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1350/img-5.jpg
File image/jpeg, 32k
Top of page

References

Electronic reference

Marie Peretti-Ndiaye and Rémi Tréhin-Lalanne, « Ville nouvelle, quarante ans après. Les pionniers vieillissants de Maurepas », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 5 | 2009, Online since 25 April 2010, connection on 21 September 2017. URL : http://articulo.revues.org/1350 ; DOI : 10.4000/articulo.1350

Top of page

About the authors

Marie Peretti-Ndiaye

Marie Peretti-Ndiaye is a PhD student at the Centre for Sociological Analysis and Intervention at the School of Social Sciences (EHESS) in Paris. Her research interests include: sociology of racism, sociology of migration, urban anthropology, and sociology of deviance. Email: marie.peretti@yahoo.fr

Rémi Tréhin-Lalanne

Rémi Tréhin-Lalanne is a PhD student at the Maurice Halbwachs Centre (ENS/EHESS) and at the Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail (University of Provence) in France. Email: remi.trehin-lalanne@univmed.fr

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org