Skip to navigation – Site map
Le périurbain : un espace sous tension ?

St. Bernard Parish : la crise d’un territoire suburbain

St. Bernard Parish, the crisis of a suburban territory
Jean-Marc Zaninetti

Abstracts

Located east of New Orleans, St. Bernard Parish is one of the most vulnerable parts of the greater New Orleans metropolitan area to storm surges. After having been devastated by Hurricane Katrina in 2005, St. Bernard still struggles to recover from the storm, and displays the lowest recovery level of the entire Katrina-hit Gulf Coast area so far. Moreover, reconstruction is hampered by loud polemics that remind us of the worst years of racial polarization during the 1960’s. This paper explores the possible linkage between urban fragmentations and adaptive capacity to natural hazard. The St. Bernard case-study illustrates the strength of path dependency, and how long-entrenched suburb-central city mistrust hampers urban resilience.

Top of page

Full text

Introduction

1St. Bernard Parish est un exemple remarquable de la difficile résilience d’une communauté périurbaine à la suite d’une catastrophe naturelle. La résilience est ici définie comme la capacité d’une communauté à retrouver un fonctionnement normal après un choc traumatisant. L’urbanisation de St. Bernard a résulté de l’exfiltration des ouvriers blancs hors de La Nouvelle-Orléans durant les années 1950 et 1960, et sa politique s’est toujours définie par opposition à la ville-centre. Après Katrina, la reconstruction a soulevé des polémiques très virulentes qui rappellent les pires heures des tensions inter-communautaires dans les années 1960. On entend montrer ici comment la catastrophe naturelle a ravivé les tensions fondatrices qui ont conduit à l’urbanisation de ce territoire, et pourquoi ces fractures urbaines sont des freins à la reprise de ce territoire. Après avoir exposé le cadre théorique dans lequel s’inscrit cette étude de cas, comprendre les difficultés spécifiques de St. Bernard nécessite donc de remonter aux origines de son urbanisation pour identifier les racines des problèmes contemporains. Les problèmes de la ville étalée ne peuvent pas trouver d’autre solution que politique, c’est-à-dire au travers du changement des mentalités et des comportements qui ont conduit à sa formation. Comme les mentalités changent très difficilement, on se demande dans quelle mesure le choc catastrophique de Katrina est en mesure de provoquer une transformation de l’échelle des valeurs au niveau local. Les sciences sociales ne pouvant en aucun cas être des sciences expérimentales, l’étude du cas de St. Bernard est une opportunité pour alimenter ce genre de réflexion.

Cadre théorique et conceptuel

2Dans les pays occidentaux développés en général, et aux États-Unis d’Amérique en particulier, les territoires urbains ont été totalement remodelés par les métriques automobiles (Newman et Kenworthy, 1989). L’étalement urbain a souvent été stigmatisé comme une forme de recherche de l’entre-soi social et de régulation des rapports sociaux par la mise à distance des groupes dont le voisinage est jugé indésirable. Les États-Unis d’Amérique ont été les premiers concernés par ces tensions urbaines qui se sont traduites dans l’éclatement social, ethnique et institutionnel de leurs régions métropolitaines. Deux grandes approches sont possibles, la première privilégiant une lecture somme toute fonctionnelle de l’étalement urbain, la seconde mettant davantage l’accent sur sa dimension géopolitique. L’étude du cas emblématique de St. Bernard Parish est ici passée au filtre de la seconde grille de lecture. On s’interroge en particulier sur l’effet amplificateur d’une catastrophe naturelle sur les tensions urbaines.

Lecture fonctionnelle de l’étalement urbain

  • 1 Dans le cas d’espèce, l’I-10 et la construction de ponts vers la Rive Nord du Lac Pontchartrain o (...)
  • 2 Le territoire de l’Etat de Louisiane est divisé en Parishes, traduction du français « paroisse ». (...)

3Pour nombre d’auteurs, l’étalement urbain contemporain résulte principalement de la mutation fonctionnelle de la mobilité. Les travaux de O. Gutfreund (2004) sont représentatifs de ce courant. Cet auteur analyse la rationalité des espaces de l’automobile et comment cela a influencé de manière décisive la « métropolisation » de l’espace urbain américain dès la fin des années 1930. Localement, au sujet de La Nouvelle-Orléans, les travaux de P.F. Lewis (2003) et de C. Colten (2005) ne contredisent pas cette analyse. Lewis souligne par exemple le rôle du programme fédéral de développement des autoroutes Interstates1 dans l’explosion de l’étalement urbain dans les marais des paroisses2 de Jefferson et St. Bernard après-guerre. Mais ces auteurs insistent davantage sur le préalable du drainage et de l’endiguement des marais ainsi que sur les contraintes techniques de la construction d’infrastructures pour expliquer la configuration particulière de l’étalement urbain dans cette région qui s’est fait plus par blocs compacts et contigus que par étalement discontinu et tentaculaire le long des axes routiers comme dans d’autres aires métropolitaines étasuniennes, produisant récemment ces villes sans limites qui ont été définies par R. Lang (2003).

Lecture géopolitique de l’étalement urbain

4S’il ne méconnaît pas le rôle de la fabrique urbaine sur l’étalement de La Nouvelle-Orléans, Lewis souligne d’abord le rôle décisif des fragmentations urbaines, qu’elles soient de natures institutionnelles, sociales ou raciales. En ce sens, il rejoint le courant de pensée représenté aux États Unis par exemple par D. Massey et N. Denton (1988 ; 1993) ou par D. Rusk (1995), comme en France par C. Ghorra-Gobin (2003). La déségrégation leur ayant été imposée après-guerre, les classes moyennes blanches des villes du Sud ont trouvé leur salut dans l’exfiltration de la ville-centre en crise vers la tranquillité de ses banlieues (white flight). On a ainsi assisté à un changement d’échelle des fragmentations urbaines concomitant au changement d’échelle de l’espace urbain lui-même. Des super-ghettos se sont constitués à la place des enclaves ethniques relativement délimitées qui les ont précédés. Les difficultés sont accrues là où les limites de la ségrégation coïncident avec les limites politiques urbaines, opposant les villes-centres qui se sont enfoncées dans la crise à leurs banlieues (Rusk, 1995 ; McDonald, 2008). Après avoir dressé le constat des difficultés occasionnées par leur fragmentation institutionnelle, la littérature américaine consacre une attention particulière à la question de la gouvernance régionale au sein des aires métropolitaines (Orfield, 2002). Ces processus s’inscrivent dans l’espace régional de La Nouvelle-Orléans après la Deuxième Guerre mondiale, mais si le constat de la fragmentation est patent à La Nouvelle-Orléans (Lewis, 2003), la gouvernance régionale n’a guère progressé malgré les besoins de coordination imposés par Katrina. Cette seconde lecture des processus d’étalement urbain permet d’interpréter le cas particulier de St. Bernard Parish et d’expliquer sa difficile reprise. De manière générale, les décisions des édiles locaux reflètent les représentations de leurs électeurs, lesquelles sont généralement conditionnées par l’histoire (Douzet, 2007).

Concepts et méthodes

  • 3 Études publiées régulièrement depuis quatre ans dans The Katrina Index.

5Conformément à la littérature existante sur la question générale de la résilience urbaine aux catastrophes naturelles (Pelling, 2003), et en s’appuyant plus particulièrement sur la littérature existante traitant du cas particulier de La Nouvelle-Orléans depuis Katrina (Maret et Capoul, 2008), la définition de la résilience que nous retenons ici est une généralisation de celle qui a été définie en psychologie (Werner, 1971) et en écologie (Holling, 1973). Toutefois, la capacité d’un territoire à retrouver un fonctionnement normal à la suite d’un choc ne peut s’apprécier pleinement qu’à partir d’indicateurs quantitatifs convergents, et non seulement au travers des opinions exprimées par les acteurs. La population est sans doute l’indicateur le plus synthétique, Nous disposons justement d’estimations annuelles de population établies par le bureau du recensement à partir d’un échantillon permanent. L’observatoire mis en place par la Brookings Institution3 à la suite du cyclone fournit de nombreux autres indicateurs de suivi relatifs à l’économie (emplois, produit de la taxe sur les ventes, construction et démolitions, prix et volumes de vente de logements), aux infrastructures et aux services publics. Cette batterie d’indicateurs fournit un aperçu, généralement convergent, du rythme de la reprise et des difficultés rencontrées. L’avancement du programme d’aide aux propriétaires sinistrés distribué par l’Etat de Louisiane sur des financements fédéraux (Road Home Program) est un autre indicateur clé. Ce programme contient deux options : bénéficier de l’aide pour restaurer et rester (option 1) ou vendre la propriété sinistrée à l’Etat de Louisiane et partir (option 2). La proportion des sinistrés aidés ayant choisi l’option 1 est un indicateur sans biais de la confiance en l’avenir des résidents du territoire. Chaque paroisse peut ainsi être comparée à ses voisines pour apprécier à la fois l’étendue et le rythme de son redressement après le cyclone. Ces indicateurs quantitatifs sont confrontés aux questions d’aménagement qui font la une de la presse locale depuis 2005, presse qui est le reflet de l’état de l’opinion et des problèmes auxquels la population et les autorités sont confrontées.

D’une catastrophe naturelle à l’autre

6L’étalement urbain ne va pas de soi à La Nouvelle-Orléans, en raison des fortes contraintes environnementales du site (Colten, 2005). Il convient de remonter à la grande inondation du Mississippi de 1927 pour comprendre la singularité de l’urbanisation de St. Bernard Parish à l’est de La Nouvelle-Orléans (Figure 1) et pourquoi Katrina (2005) fait directement référence à cette catastrophe très ancienne.

Figure 1. Urbanisation et organisation territoriale de l’aire métropolitaine de La Nouvelle-Orléans 2000

Figure 1. Urbanisation et organisation territoriale de l’aire métropolitaine de La Nouvelle-Orléans 2000

Source : US Census Bureau

Tensions géopolitiques en Louisiane au XXe siècle

  • 4 A l’exception du delta du Mississippi, de tradition catholique cajun.

7Ville portuaire catholique et créole dans un sud rural baptiste et anglophone4, La Nouvelle-Orléans a longtemps cultivé son insularité au sein de l’Etat de Louisiane. L’antagonisme latent entre la ville et l’Etat a été porté à son paroxysme à la suite de la grande crue du Mississippi de 1927 qui a ravagé le centre et l’ouest de la Louisiane. De peur que les eaux du fleuve ne submergent les digues, les édiles de La Nouvelle-Orléans ont fait dynamiter la levée de rive gauche en aval de la ville sur le site de Caernarvon, à la jointure des paroisses rurales de St. Bernard et de Plaquemines. C’est ainsi que St. Bernard Parish a été inondée. Ses habitants n’ont jamais pardonné à la ville de La Nouvelle-Orléans de les avoir ainsi sacrifiés, d’autant que leur pauvreté contrastait alors avec l’opulence des « ploutocrates » de la ville voisine.

8La revanche des campagnes est d’abord venue avec l’élection de Huey Long comme gouverneur de Louisiane en 1928. Au nom d’un prétendu programme de « partage des richesses », celui-ci pilla autant que possible les ressources de la ville pour lancer des programmes de construction d’infrastructures dans les campagnes avoisinantes. Après l’assassinat du « dictateur » en 1935, le flambeau de cette politique populiste et anti-urbaine fut repris par son frère, Earl Long, qui effectua trois mandats de gouverneur de la Louisiane. Jefferson Parish ayant été inondée à la suite du cyclone de 1947, des fonds fédéraux furent alloués pour le renforcement des digues trop faibles de Jefferson et de St. Bernard sous le second mandat de Earl Long. Plus tard l’I-10 fut ouverte (1958) sous son troisième mandat. C’est durant cette période que l’urbanisation massive de St. Bernard Parish et de East-Bank Jefferson se mit en place (Tableau 1), avant même que le congrès ne vote la mise en place du Hurricane Protection System (mai 1965) qui devait protéger la région contre le risque d’ondes de tempête par un système de 200 kilomètres de digues, érigées par les US Army Corps of Engineers, financées à 70 % par des fonds fédéraux.

  • 5 Il soutint la campagne de George Wallace en 1968.

9Un autre politicien local fit son fond de commerce sur les sentiments racistes et anti-urbains régnant à St. Bernard et à Plaquemines Parish. Entre 1919 et 1960, le « juge » Leander Perez, allié de Huey Long, régna personnellement sans partage sur Plaquemines et indirectement sur St. Bernard par l’intermédiaire d’hommes liges avec le soutien actif de la mafia. Promoteur de la ségrégation raciale dans l’Etat de Louisiane, il a empêché les Noirs de voter dans ses fiefs. Il était ouvertement membre d’organisations suprématistes blanches et prit la tête de l’opposition politique locale à la déségrégation jusqu’à sa mort en 19695. Ses outrances racistes et antisémites, la corruption qu’il exerçait et les élections grossièrement truquées n’ont pas réduit sa popularité locale, au point de voir son nom attribué à la principale artère urbaine de St. Bernard. Il faut attendre 1999 pour que le gouvernement local ne « débaptise » la rue en l’attribuant au juge Melwyn Perez, un homonyme respectable, alors récemment décédé.

L’urbanisation de St. Bernard Parish

10L’urbanisation rapide de Jefferson et de St. Bernard Parish après-guerre est aussi la traduction spatiale de la mise en œuvre autoritaire de la déségrégation scolaire à la suite de l’arrêté de la cour suprême Brown vs Board of Education de 1954. W. Parent (2004) montre comment cette mesure nationale a ouvert à La Nouvelle-Orléans des plaies raciales qui n’ont trouvé à se résoudre qu’au travers du white flight vers les paroisses suburbaines (Tableau 1).

Tableau 1. Aire métropolitaine de La Nouvelle-Orléans, population par paroisse 1940-2000

Année de recensement

Orleans (ville-centre)

Jefferson

St. Bernard

St. Tammany

1940

494 537

  50 427

  7 280

  23 624

1950

570 445

103 873

11 087

  26 988

1960

627 525

208 769

32 186

  38 643

1970

593 471

337 568

51 185

  63 585

1980

557 515

454 592

64 097

110 869

1990

496 938

448 308

66 631

144 508

2000

484 674

455 466

67 229

191 268

Source: US. Census Bureau, recensements décennaux

  • 6 Communautés non incorporées, la paroisse est la seule autorité gestionnaire élue à St. Bernard. L (...)

11L’urbanisation de St. Bernard Parish s’est presque entièrement déroulée entre 1950 et 1980, tandis que La Nouvelle-Orléans a vu sa population diminuer au point de devenir une ville majoritairement noire dans les années 1970 (Zaninetti, 2008). Ceci s’est traduit politiquement par l’élection d’un premier maire noir en 1978, Ernest E. Morial. À la différence de la Rive Nord du Lac Pontchartrain (St. Tammany Parish), la faible disponibilité de St. Bernard en terrains à bâtir et son relatif enclavement expliquent que la croissance ait pratiquement cessé depuis 1980, excepté sur les arrières des communautés6 d’Arabi et de Chalmette, les plus accessibles depuis La Nouvelle-Orléans. Ces nouveaux quartiers se situent sur des terrains deltaïques malheureusement très vulnérables au risque d’inondation, parce que situés en dessous du niveau de la mer à la suite de leur drainage.

12La ségrégation entre St. Bernard et Orleans Parish était encore très visible au recensement 2000. Tandis que 67 % de la population de la ville-centre appartenait à la communauté afro-américaine, celle-ci ne représentait que 8 % de la population de St. Bernard, contre 88 % de Blancs (28 % pour la ville-centre). Contrairement à Jefferson, St. Bernard a attiré principalement des cols bleus qui ont choisi de quitter les quartiers est de La Nouvelle-Orléans pour soustraire leurs enfants aux écoles intégrées de la ville, et ont suivi les industries qui les employaient, dont la localisation est liée au fleuve. La sociologie de St. Bernard était donc très particulière avant Katrina, et cela se traduisait par un niveau de vie assez faible, de faibles valeurs foncières et immobilières et des ressources fiscales modestes pour le gouvernement local. C’est dans ce contexte que survint la catastrophe naturelle en 2005.

Une résilience urbaine contrariée

13L’ouragan Katrina a remis en cause la viabilité de St. Bernard Parish, qui a été presque entièrement inondée, évacuée, et dont la reprise est aujourd’hui très incomplète. On observe un réflexe de fuite de la part d’un nombre important de sinistrés. Les indicateurs économiques et démographiques disponibles signalent la grande difficulté de ce territoire à retrouver un fonctionnement normal. St. Bernard se place ainsi au dernier rang des paroisses du sud-est de la Louisiane pour tous les indicateurs de reprise depuis Katrina. De plus, la reconstruction a soulevé des polémiques très virulentes qui rappellent les pires heures de l’affrontement entre Blancs et Noirs dans les années 1960. Quatre ans après le cyclone, les indicateurs disponibles et la virulence des controverses en cours montrent que St. Bernard n’est pas une communauté résiliente.

Les indicateurs de la reprise

14De toutes les paroisses sinistrées par l’ouragan Katrina, St. Bernard est celle qui tarde le plus à s’en relever. Pratiquement tous les quartiers ont été inondés et la pollution causée par les raffineries de pétrole avait réduit les autorités à faire entièrement évacuer la paroisse entre octobre 2005 et janvier 2006 (Figure 2).

Figure 2. Estimations officielles de population juillet 2005 - juillet 2008

Figure 2. Estimations officielles de population juillet 2005 - juillet 2008

Source: US. Census Bureau, American Community Survey

  • 7 Calcul réalisé sur une moyenne de 9 mois d’août à avril, comparant l’année 2007-2008 à l’année 20 (...)
  • 8 Souvent parce que les victimes ont perdu leurs papiers et titres de propriété dans la catastrophe

15Au plan économique, contrairement à La Nouvelle-Orléans qui a retrouvé son niveau de recettes de la taxe sur les ventes de 2005 en 2008 avant la crise économique actuelle, St. Bernard Parish n’a jamais retrouvé plus de 82 % des recettes fiscales d’avant Katrina7. La crise a entraîné depuis une réduction des ressources du gouvernement local ; les recettes de la période 2008-2009 ne représentent plus que 79 % de celles de 2004-2005. Il reste un très grand nombre de propriétés délabrées et 36 % des propriétaires qui se sont inscrits pour bénéficier des subsides distribués dans le cadre du Road Home Program tentaient encore de faire valoir leurs droits à la date du 28 mai 2009, alors que 99 % des dossiers étaient réglés pour Jefferson Parish et 90 % pour La Nouvelle-Orléans. Pour ces dossiers restants, l’espoir d’être jamais indemnisé s’amenuise petit à petit8 et les autorités les menacent désormais de démolir les maisons qui restent délabrées. Selon la Brookings Institution (juillet 2009), plus de 14 300 logements étaient vacants en avril 2009, soit environ la moitié du parc de logements du comté.

Une population qui doute de l’avenir

  • 9 Moyenne mobile calculée sur neuf mois glissants.

16Les indicateurs du marché immobilier révèlent un manque de confiance en l’avenir qui est propre aux habitants de St. Bernard. Dans les mois qui ont suivi la réouverture de la paroisse à sa population en 2006, on a observé une vague de mises en vente panique qui n’ont pas trouvé preneur. Les prix se sont effondrés à 44 % en moyenne de ceux de l’année précédente9. Le volume des ventes n’est revenu à son niveau normal qu’en 2007, et les valeurs immobilières ne se sont redressées que partiellement pour atteindre un maximum au deuxième semestre 2008 aux alentours de 85 % des prix qui se pratiquaient avant Katrina, avant de baisser ensuite à nouveau dans le contexte national de dépréciation de l’immobilier. Le Road Home Program propose aux propriétaires sinistrés de choisir entre rester et reconstruire ou bien vendre la propriété à l’état pour qu’elle soit démolie. En moyenne, 10 % des propriétaires qui ont bénéficié de ce programme ont choisi cette deuxième option dans l’aire métropolitaine à ce jour. De manière significative, cette proportion s’élève à 36 % chez les résidents de St. Bernard Parish qui ont déjà été indemnisés.

La question urbaine

  • 10 Cette loi a été votée en point d’orgue au mouvement des droits civiques et s’attaque concrètement (...)
  • 11 Les housing vouchers sont l’équivalent américain de l’aide personnalisée au logement.

17Le passage de Katrina a réveillé les vieilles rancunes urbaines et racistes qui semblaient étouffées par des années de ségrégation résidentielle. La rumeur a circulé tout d’abord comme quoi La Nouvelle-Orléans avait dynamité les digues protégeant St. Bernard pour tenter de sauver la ville, comme en 1927. Bien que totalement infondée, la population locale a accordé un grand crédit à cette rumeur. Par la suite, les passions se sont crispées autour de la question du logement. Le gouvernement de St. Bernard semble avoir redouté qu’une vague de Noirs déshérités fuyant le Lower 9th Ward sinistré limitrophe ne s’installent dans sa paroisse. C’est ainsi qu’il faut comprendre deux décisions controversées. Il y a eu tout d’abord le Multi-Family Housing Moratorium de 2005 interdisant provisoirement de construire des immeubles collectifs, au motif soi-disant de préserver le caractère rural d’un territoire où 77 % des logements sont des maisons individuelles. Ensuite est venue la Blood Relative Ordinance de 2006. Cette ordonnance interdisait de louer un logement à un ménage n’ayant aucun lien de famille avec des résidents de St. Bernard, au motif soi-disant de préserver le caractère « familial » de la population de la paroisse. Ces deux mesures ont été dénoncées devant les tribunaux par le Greater New Orleans Fair Housing Action Center, une association noire de La Nouvelle-Orléans, comme une discrimination flagrante à l’accès au logement en violation du Fair Housing Act de 196810. St. Bernard Parish a été condamnée à annuler ses mesures et à verser des indemnités en mars 2008. Malgré sa première condamnation, St. Bernard a persisté à interdire de nouveau la construction d’immeubles de plus de cinq logements locatifs où auraient pu s’installer des ménages déshérités titulaires de housing vouchers11en 2008, ce qui a conduit à un second procès, perdu de nouveau en mars 2009.

18Après les premiers espoirs d’une reconstruction sur les principes du New Urbanism, St. Bernard n’a toujours pas adopté de plan d’urbanisme (Smart Code), arguant du fait qu’un plan contraignant d’occupation des sols serait un frein à court terme à la reprise en raison de la faible demande actuelle de terrains à bâtir et de surfaces commerciales et industrielles.

19La condamnation réitérée de leur gouvernement local devant les tribunaux suscite des réactions passionnelles des résidents, dans un réflexe de solidarité communautaire quelque peu paranoïaque. Les gens de St. Bernard se sentent agressés de toute part, mais refusent de renoncer au contrôle du peuplement de leur territoire et de ses modalités d’occupation du sol malgré un manque cruel de ressources pour le faire.

20Ces controverses sur le logement surviennent alors que les autorités locales sont confrontées à des tâches pratiquement insurmontables : réhabiliter les parcelles résidentielles et commerciales sinistrées qui défigurent encore jusqu’au centre de Chalmette, restaurer la voirie et les réseaux divers, assurer les services essentiels de police, de pompiers, d’éducation et de santé, et financer de surcroît 35 % des nouveaux investissements dans le renforcement des protections structurelles contre les crues, comme la fermeture du canal « MR-GO » au niveau du Bayou La Loutre par exemple. Pour cela, les ressources propres sont maigres, la population diminue, entraînant la paroisse dans une spirale de déclin de ses recettes fiscales. Quatre ans après le cyclone, la reprise semble encore compromise.

La question de la faculté d’adaptation du périurbain est soulevée

21La situation périlleuse de St. Bernard Parish nous livre trois leçons. Tout d’abord, elle montre comment une catastrophe naturelle exacerbe les fractures urbaines préexistantes. C’est le modèle de la « dépendance au sentier » qui caractérise les trajectoires territoriales. La situation présente s’éclaire par rapport aux circonstances passées qui y ont conduit. St. Bernard s’est urbanisé dans un contexte conflictuel. La crise environnementale fait ressurgir cette conflictualité.

22En second lieu, elle indique que les territoires périurbains qui ne sont pas intégrés dans un gouvernement métropolitain régional ont une faible capacité de reprise à la suite d’une catastrophe par manque de ressources d’une part, et du fait même des contentieux qui les opposent à la ville-centre d’autre part. Une logique d’assurance suggèrerait de transférer les responsabilités de la paroisse au niveau d’un gouvernement métropolitain régional qui bénéficie de ressources plus stables et serait ainsi en mesure de mieux faire face aux défis de l’heure. Mais cette proposition n’est pas envisageable en raison des tensions qui traversent la société louisianaise. Dans le cas de St. Bernard, la recherche de l’entre-soi conduit à un localisme forcené qui rend très peu probable l’acceptation par les résidents de St. Bernard d’une autorité régionale qui serait nécessairement pilotée par La Nouvelle-Orléans. On étaye ainsi l’hypothèse selon laquelle la fragmentation institutionnelle freine la reprise. Contrairement à ce que nous avons supposé en première hypothèse, la catastrophe n’a pas suffi, malgré son énormité, à bouleverser l’échelle des valeurs des habitants de St. Bernard. L’acceptabilité sociale de nouvelles politiques d’intégration raciale, sociale et territoriale n’est toujours pas assurée. La politique du logement restrictive conduite par le St. Bernard Parish Council depuis Katrina et le soutien sans réserve que ses administrés lui apportent donnent le sentiment que la démocratie locale est ici un frein à la reprise après la catastrophe naturelle.

23Enfin, cette étude de cas illustre le lien qui existe entre étalement et fragmentations urbaines et conforte la pertinence d’une lecture géopolitique de l’étalement urbain. Pour toutes ces raisons, St. Bernard Parish est un cas remarquable des misères du périurbain.

Top of page

Bibliography

Colten C. 2005. An Unnatural Metropolis: Wresting New Orleans from Nature. Baton Rouge, Louisiana State University Press.

Douzet F. 2007. La couleur du pouvoir. Géopolitique de l’immigration et de la ségrégation à Oakland, Californie. Paris, Belin.

Ghorra-Gobin C. 2003. Villes et société urbaine aux Etats-Unis.Paris, Armand Colin.

Gutfreund O. 2004. 20th Century Sprawl: Highways and the reshaping of the American Landscape. Oxford, Oxford University Press.

Holling C. S. 1973. Resilience and stability of ecological systems, Annual Review of Ecology and Systematics 4: 1-23.

Lang R. E. 2003. Edgeless City: Exploring the Elusive Metropolis. Washington DC, The Brookings Institution.

Lewis P. 2003. New Orleans: The Making of an Urban Landscape. Charlottesville, The University Press of Virginia.

Maret I., Cadoul T. 2008. Résilience et reconstruction durable : que nous apprend La Nouvelle-Orléans ? Annales de Géographie 663 : 104-124.

Massey D. S., Denton N. 1993. American Apartheid: Segregation and the Making of the Underclass. Cambridge MA, Harvard University Press.

McDonald J. F. 2008. Urban America: Growth, Crisis, and Rebirth. Armonk NY, M.E. Sharpe.

Newman P., Kenworthy J. 1999. Sustainability and Cities: Overcoming Automobile Dependence. Washington DC, Island Press.

Newman P., Kenworthy J. 1989. Cities and Automobile Dependence: An International Sourcebook. Aldershot, Gower.

Orfield M. 2002. American Metropolitics. The New Suburban Reality. Washington DC, Brookings Institution Press.

Parent W. 2004. Inside the Carnival : Unmasking Louisiana’s Politics. Baton Rouge, Louisiana State University Press.

Pelling M. 2003. The Vulnerability of Cities. Natural Disasters and Social Resilience. London, Earthscan.

Rusk D. 1995. Cities without Suburbs. Washington DC, Woodroow Wilson Center Press.

Werner E. E. 1971. The Children of Kauai: A Longitudinal Study from the Prenatal Period to Age Ten. Honolulu, University of Hawaii Press.

Zaninetti J. M. 2008. Les États-Unis d’Amérique au défi du développement durable : peuplement et territoire. Paris et Londres, Hermés Science Publications-Lavoisier.

Top of page

Notes

1 Dans le cas d’espèce, l’I-10 et la construction de ponts vers la Rive Nord du Lac Pontchartrain ont joué un rôle directeur dans l’étalement urbain autour de La Nouvelle-Orléans. Il faut toutefois noter que St. Bernard Parish ne se situe pas sur ces grands axes et n’y a été rattachée qu’imparfaitement via East New Orleans (I-510).

2 Le territoire de l’Etat de Louisiane est divisé en Parishes, traduction du français « paroisse ». Les paroisses de Louisiane sont l'équivalent des comtés dans le reste des États-Unis.

3 Études publiées régulièrement depuis quatre ans dans The Katrina Index.

4 A l’exception du delta du Mississippi, de tradition catholique cajun.

5 Il soutint la campagne de George Wallace en 1968.

6 Communautés non incorporées, la paroisse est la seule autorité gestionnaire élue à St. Bernard. Les « arrières » doivent s’entendre ici par l’éloignement du fleuve en allant en direction des marais et des digues de protection.

7 Calcul réalisé sur une moyenne de 9 mois d’août à avril, comparant l’année 2007-2008 à l’année 2004-2005.

8 Souvent parce que les victimes ont perdu leurs papiers et titres de propriété dans la catastrophe.

9 Moyenne mobile calculée sur neuf mois glissants.

10 Cette loi a été votée en point d’orgue au mouvement des droits civiques et s’attaque concrètement aux racines de la ségrégation.

11 Les housing vouchers sont l’équivalent américain de l’aide personnalisée au logement.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Urbanisation et organisation territoriale de l’aire métropolitaine de La Nouvelle-Orléans 2000
Credits Source : US Census Bureau
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1306/img-1.png
File image/png, 737k
Title Figure 2. Estimations officielles de population juillet 2005 - juillet 2008
Credits Source: US. Census Bureau, American Community Survey
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1306/img-2.png
File image/png, 83k
Top of page

References

Electronic reference

Jean-Marc Zaninetti, « St. Bernard Parish : la crise d’un territoire suburbain », Articulo - Journal of Urban Research [Online], 5 | 2009, Online since 25 April 2010, connection on 28 May 2017. URL : http://articulo.revues.org/1306 ; DOI : 10.4000/articulo.1306

Top of page

About the author

Jean-Marc Zaninetti

Jean-Marc Zaninetti est professeur de géographie à l’Université d’Orléans.

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org